of 12/12
La lettre LA LETTRE D’INFORMATION DU SCA N° 24 - MARS 2016 SCA Le contrôle interne de la chaîne RH-GA-SOLDE, la maîtrise des activités à impact solde La formation au SCA, confiance et PErF’ormance La DICOM-GSBdD de La Réunion-Mayotte fête ses 250 ans du UN NOUVEAU MODÈLE DE SOUTIEN EN OPÉRATION

La lettre duSCA - anoca.franoca.fr/sites/default/files/2017-10/La lettre du SCA - mars 2016.pdf · Paiement de la solde comptabilisation de la solde Fin de cycle Organismes du sca

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La lettre duSCA - anoca.franoca.fr/sites/default/files/2017-10/La lettre du SCA - mars 2016.pdf ·...

  • La lettre

    LA LETTRE DINFORMATION DU SCA N 24 - MARS 2016

    SCA

    le contrle interne de la chane rH-ga-sOlde, la matrise des activits impact solde

    la formation au sca,confi ance et PErFormance

    la dicOM-gsBdd de la runion-Mayotte fte ses 250 ans

    du

    UN NOUVEAU MODLE DE SOUTIEN EN OPRATION

  • 2

    L a L e t t r e d u S C a / d i t O r i a l l e t t r e d u s c a M a r s 2 0 1 6

    actualits La dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte fte ses 250 ansLe SCa runit ses correspondants SIC

    Grand angle Solde des militaires, de nouveaux outils et desservices mobilissLe contrle interne de la chane rH-Ga-SOLde, la matrise des activits impact solde

    activits oprationnelles un nouveau modle de soutien en opration

    transformation Cartographie du service du commissariat des armes en 2016

    ressources humaines La formation au SCA, confi ance et PERFormance

    en bref Linspection du commissariat des armes, un nouvel outil de contrle, dcoute et de conseil

    rduction des dlais de paiement, le SCa rcompens pour sa performance

    Dhier demain La dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte, 250 ansdhistoire avec la Runion

    aprs deux mois passs dans mes nouvelles fonctions de directeur central adjoint, quelques ractions chaud sur le service du commissariat des armes :. Le service a gagn sa crdibilit opration-

    nelle travers lopration Sentinelle,. derrire les termes aGSC se cache un

    domaine vaste, complexe, appelant comp-tence et expertise,

    . Pour rpondre cette exigence, le modledu SCA, croisant mtiers et fi lires , est probablement le plus simple et le plus pertinent,

    . Le centre de gravit du service se situe au-jourdhui au niveau des GSBdD. Ces der-niers, fortement exposs au cours des der-nires annes, devront tre consolids sans tarder. Cest la priorit de la priode 16-19 retenue par le directeur central,

    . La diversit des hommes et femmes quiconstituent le SCA est un atout, sous rserve:- doptimiser le dialogue employeur / gestion-

    naire,- dassurer la cohsion et lidentit du service, dans le respect et en complment des cultures darme.

    Sous lautorit du directeur central, et en grande proximit avec lui, vous pouvez compter sur mon engagement total au service du SCa et du soutien de nos armes.

    CrG1 stphane Piatdirecteur central adjoint

  • 3

    L a L e t t r e d u S C a / a c t u a l i t s

    La dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte fte ses 250 ans

    le sca runit ses correspondants sic

    loccasion de la visite du CRGHC Coffin, la DICOM-GSBdD de La Runion-Mayotte a ft, le 9 fvrier 2016, les 250 ans de ladministration militaire.

    Riche dune histoire dbutant en 1765, avec la nomi-nation du commissaire gnral de la marine Honor de Crmont, en tant quordonnateur de lle Bourbon, cette administration militaire a faonn lle et construit le soutien des armes La runion et Mayotte avec une remarquable continuit. La fonction dordonnateur y est en effet exerce depuis 250 ans.

    Si la sphre de comptence de ladministration militaire a volu au fil des sicles, la richesse de son histoire et la continuit de ses attributions nen sont pas moins re-marquables. Pour conserver cette mmoire, une salle dhonneur Commissaire gnral de Crmont a t inaugure par le commissaire gnral hors classe Jean-Marc Coffin et le gnral de brigade Franck Rei-gnier, commandant suprieur des FAZSOI. Elle restera le symbole et le lieu de mmoire de la dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte, qui demeure une administra-tion de rfrence aujourdhui la Runion.

    Le directeur central sest dplac sur chaque implan-tation des antennes de la dICOM-GSBdd, dont Mayotte situe 1 500 km de la Runion et constitue de lgionnaires. Il a pu mesurer, sur chaque site, linvestissement du personnel et sa satisfaction de travailler au sein dun service en plein renouveau mais riche dune histoire sculaire.

    Fin 2015, la direction centrale du SCA a organis une srie de sminaires au profit de ses correspondants Systmes dInformation et de Communication (CORSIC), relais indispen-sable des projets SIC du service.

    Le CORSIC nest pas quun assistant utilisateur. Il est aussi, et surtout, le relais local de la transforma-tion numrique du SCA. Cest par lui que sopre la mise en place dquipements adapts et le dploie-ment des applications mtier.

    Ces rencontres poursuivaient plusieurs objectifs.

    Tout dabord, contribuer lintgration des GSBdD au sein du SCa, en prsentant les projets du service aux COrSIC. ensuite, renforcer le lien entre la direction centrale et le terrain, en appui dune concertation dj existante. Enfin, procder des dmonstrations dquipements accessibles mais encore peu utiliss, notamment en matire de mobilit.

    Bilan positif. Les sminaires se sont rvls trs participatifs et ont t jugs tout fait satisfaisants par lensemble des participants, rpondant en tous points leurs attentes.

    Inauguration dune salle dhonneur Commissaire gnral de Crmont

    par le CRGHC Coffin, directeur du SCA et le GB Reignier, commandant suprieur des FAZSOI

    Dplacement du CRGHC Coffin lantenne de Mayotte

  • Solde des militaires,de nouveaux outils et des services mobiliss

    le service du commissariat des armes intervient tout au long du cycle de la solde, au travers de plusieurs de ses organismes et par lautorit fonctionnelle renforce dont il dispose sur les acteurs extrieurs au SCA. Au cur du calcul de la rmunration des militaires, un nouveau logiciel, le systme Source Solde, entrera en phase de tests dans le courant de lanne.

    4

    L a L e t t r e d u S C a / g r a n d a n g l e

    gsBdd sMOdi cias sesu

    dbut de cycle

    saisie des faits rH dans les si 1

    contrle avant paiement

    Paiement de la solde

    comptabilisationde la solde

    Fin de cycle

    Organismes du sca oprant dans le domaine de la solde :SMOdI : Service ministriel oprateur des droits individuels CIaS : Centre interarmes de la solde SeSu : Service excutant de la solde unique GSBdd : Groupement de soutien de la base de dfense EDIACA : tablissement de diffusion dimpression et darchivage du commissariat des armes : dition et envoi des bulletins mensuels de solde.

    (1) Certaines saisies sont ralises par les CERH darmes.

    la solde des militaires, un systme complexe

    Le calcul de la solde des militaires obit des rgles particulires, nombreuses, parfois anciennes. Il doit cor-respondre la grande diversit des comptences, des situations personnelles et des missions confies. Pour chaque militaire, il volue donc selon des paramtres tels que lanciennet de service, les qualifications dte-nues, laffectation, lemploi tenu, les activits effectues ou encore la situation familiale.

    les outils du nouveau logiciel de solde interarmes : clart et facilitLun des axes directeurs du projet Source Solde est de replacer lhomme au cur du systme. Le dispositif se veut la fois efficace, pragmatique et transparent.Les militaires disposeront dun bulletin de solde plus lisible. Ils auront accs rapidement leurs donnes person-nelles et une plateforme leur permettra de dialoguer avec leur gestionnaire. Celui-ci disposera dun outil simple et complet grce auquel il pourra raliser des contrles. Tout au long du cycle de solde, un tableau de bord permettra de reprer les situations en anomalie. Ainsi, les corrections qui savre-raient ncessaires seront effectues avant quil ne soit trop tard, sans rejeter la totalit du dossier.

    le cycle de la solde, un pilotage sca

    chronologie du systme source solde

    ralisation : septembre 2015 novembre 2016 - Qualification : avril 2016 fvrier 2017 Phases de tests, contrles et prparation du dploiement (solde blanc puis solde en double) :juillet 2016 dbut 2019 Mise en service : marine nationale : aot 2017 arme de terre : 2018 arme de lair et service de sant des armes : 2019

  • 5

    L a L e t t r e d u S C a / g r a n d a n g l e

    Le contrle interne de la chane rH-Ga-SOLde*,la matrise des activits impact solde

    suite la crise Louvois le directeur central du SCA a confi au SMODI et au CACI le dveloppement dun dispositif de contrle interne devant couvrir lensemble de la chaine RH-GA-Solde. La mthode mettre en uvre doit garantir un contrle immdiat et permanent des oprations de solde effectues sur le terrain (CI1), ainsi quun haut niveau de pilotage et dvaluation du dispositif (CI2).Objectif : une matrise totale des activits impact solde .

    Constitue en septembre 2014, lquipe intgre SMODI/CACI a dvelopp une mthode complte de contrle interne de premier niveau (CI1) en colla-boration avec les armes et services.de la cration des outils la formation des acteurs de terrain, en passant par la mise en ligne de la documentation, lquipe a assur, pendant un an, les travaux de conception et le Service aprs-Vente .

    La premire phase du chantier a consist tester les outils en mode laboratoire en les soumettant vingt GSBdd mtropolitains et au CerH Marine. Les analyses des premiers rsultats de reporting

    sont en cours. elles font ressortir une bonne appro-priation des outils, hauteur de 70% de lensemble de population vise.

    Si 2015 a t lanne de lexprimentation, 2016 sera celle de la gnralisation du dispositif, conformment aux directives de la direction des affaires fi nancires et de la direction des ressources humaines du ministre responsables du CI3 du domaine rH-Ga-Solde (contrle CI3 => dispositif qualit et matrise des risques ).Lactualit est, en effet, au dploiement de la mthode au sein de lensemble des GSBdD de mtropole, des services administratifs du service de sant des armes (SSA) et des bureaux dadmi-nistration des ressources humaines (BarH) de la Marine Nationale. Au second semestre 2016 les GSBdD doutre-mer, les CERH (Centre dexpertise des ressources humaines) de larme de lair et de larme de terre, le CIaS (Centre interarmes de la solde) et le SeSu (Service excutant de la solde unique) seront embarqus dans le dispositif, couvrant ainsi lintgralit la chane.

    *Chane Ressources Humaines - Gestion Administrative - Solde

    Quelques chiffres : 15 milliards deuros de

    dpenses t2 engerbes dans ce dispositif de ci ;

    384 personnes formesen prsentiel entre fvrier 2015 et janvier 2016 dont 90% se sont dclars satisfaits, ou plutt satisfaits, des formations dlivres ;

    1 500 personnes peuventaccder lespace rser-v solde louvois .

  • 6

    L a L e t t r e d u S C a / a C t i V i t s o P r a t i o n n E L L E s

    un nouveau modle de soutien en opration

    en complment de la prpa-ration oprationnelle individuelle effectue dans le cadre de leur unit daffectation, les membres du dtachement du SCA rcem-ment dploys Niamey et Gao ont effectu une prparation op-rationnelle collective spcifi que. Celle-ci leur permet doprer au plus prs des forces, sous la res-ponsabilit de lASIA Barkhane, dans les domaines de la gestion de site, de lalimentation, des conditions de vie et des quipe-ments du SCA.

    Le dtachement du SCa, intgr Barkhane depuis fvrier 2016, a particip pour la premire fois une validation avant projection (VAP) collective au camp de Canjuers en dcembre dernier. Compos de 83 militaires issus dune trentaine de groupements de soutien, des tablissements logistiques de Marseille, Mourmelon et Portes-ls-Valence, de la plate-forme achats-fi nance dIle-de-France et de la direction centrale, ce dtachement est charg du soutien en terme de restauration, gestion de site et des quipements. Comme tout militaire avant son dploiement sur un thtre dopration, les militaires du SCA suivent une prparation oprationnelle individuelle et collective. Les risques existent, quels que soient le lieu et la fonction exerce explique le capitaine Karim, de la direction centrale. Ds ma dsignation poursuit ladjudant Claire du GSBdd de toulouse, je me suis attache prparer ma mission, que ce soit sur le plan physique, intellectuel, mental ou mme familial, car je quitte pour quatre mois un mari et un jeune enfant. Jai programm mes stages en liaison avec le 1er RTP, rgiment avec lequel le GS de Toulouse travaille beaucoup. Jai pu participer un stage de recyclage de lutte contre les eeI (engins explosifs improviss) et de SC1 (sauvetage au combat de 1er niveau) et, bien entendu, lISTC (instruction sur le tir de combat). Jai galement profi t de cette dsignation pour me replonger dans les savoir-faire Proterre, comme les transmissions, par exemple .

    une prparation collective spcifi queMais, cette fois-ci, en plus de la prparation individuelle, une prparation collective spcifi que a t organise Canjuers au profi t des militaires des dtachements commissariat de Niamey et de Gao. tous ont suivi une formation identique, quelle que soit la dominante darme du site soutenir, reprend le capitaine Karim. Ils ont appris se connatre et travailler ensemble dans un objectif commun, au sein de dtachements commands par des offi ciers de la chane SCA .Au cours de la VAP, des mises en situation tactiques similaires aux situations rencontres sur le terrain ont t privilgies par les instructeurs dtachs de la 1re brigade logistique. deux points, particulirement, ont t retenus : la dfense de camp, au sein dun dispositif gnral, et lvaluation des savoir-faire fondamentaux du combattant :

    lexercice de dfense de camp a pour objectifde vrifi er la capacit du dtachement dfendre un secteur de camp en cas de desserrement dun sous-groupement tactique interarmes, situation courante sur les thtres. Conduit Canjuers, cet exercice met laccent sur lorganisation dun plan de dfense et les procdures en dcoulant, la mise en uvre des transmissions et de

    Sance de TIOR : amen au sol dun individu suite une attaque de poing avant immobilisation.

  • 7

    L A L E T T R E D U S C A / a C t i V i t s o P r a t i o n n E L L E s

    larmement collectif, et enfi n, la capacit assurer durablement la mission de soutien sous forte contrainte oprationnelle ;

    lvaluation des savoir-faire fondamentaux du combattant, sous forme dun rallye pdestre dcompos en septateliers (armement individuel, armement collectif, sauvetage au combat, lutte contre les eeI, transmissions, rgles oprationnelles dengagement). Men sur une journe, le rallye a permis de contrler laptitude physique gnrale, les procdures au sein du groupe de combat et la cohsion du dtachement.

    conjuguer savoir-faire du combattant et mtierPoint de passage oblig, une mise en condition collective est la clef de la russite dun dploiement en oprations extrieures. Lentranement tactique, lentretien et la mise niveau des savoir-faire du combattant, sont indissociables des comptences mtier assures par les militaires du SCa a soulign le directeur central du SCa lors de sa visite Canjuers. La russite de cette exprimentation illustrera ainsi la prsence du service en oprations dans tous ses domaines daction.

    Le rallye des fondamentaux : mise en situa-tion de la prise partie dun groupe dans le

    cadre du secourisme au combat.

  • 8

    L a L e t t r e d u S C a / t r a n s F o r m a t i o n

    le serVice du cOMMissariat des arMes en 2016

  • 9

  • 10

    L a L e t t r e d u S C a / r e s s O u r c e s H u M a i n e s

    La formation au SCa,confiance et PErFormance

    On le sait : les exigences des nouvelles organisations de travail sont nombreuses.Le SCA sest ainsi dot dun dispositif de formation mtier propre maintenir et dvelopper les comptences et savoir-faire adapts sa transformation.

    Connaissez-vous le PErF ?Vous en avez probablement entendu parler : le PERF, Plan dEnrichissement des ressources Humaines par la Formation, est le plan de formation mtier du SCA. Le PERF propose plus de 300 stages et ce sont plus de 3 000 stagiaires, civils et militaires, qui ont dvelopp, en 2015, leurs comptences mtiers dans le cadre du PERF.

    Pourquoi le sCa investit-il dans la formation ?La formation permet de crer des traits dunion entre le service, les hommes et les femmes qui le composent et les comptences mtiers mises en uvre.Investir dans la formation cest, pour le service, offrir lagent la possibilit dun approfondissement et dune mobilit fonctionnelle choisie.

    Et si lon redcouvrait le plaisir dapprendre ?apprendre est devenue une constante des socits contemporaines.Pour mieux grer ses transitions professionnelles et tre acteur de son parcours, la formation professionnelle dessine un environnement o lon se formerait tout au long de sa carrire. Cest, pour chaque agent, lopportunit dapprendre et de spanouir dans un vrai projet de vie.

    Et pour finir, trois projets : . Premier projet, professionnaliser le soutien du

    combattant. Cette professionnalisation passe par une offre mtier en OPEX renouvele, puis par une prparation oprationnelle mtier (POM) qui vaudra qualification du personnel, constituant les futurs modules de soutien du SCa dimensionns pour nos engagements extrieurs.

    . un deuxime projet consiste maintenir lebon niveau dexigence dans lexercice de nos fondamentaux mtier : notre aptitude native grer les biens, les fonds, notre expertise

    comptable et notre maturit dans le contrle interne. Ces fondamentaux ne sauraient souffrir la moindre clipse.

    . Enfin, le troisime volet consiste tout mettreen uvre pour amliorer notre qualit de service, sur le terrain, cest--dire dans les GSBdD o sont soutenus lessentiel de nos clients. Surmonter lhtrognit des organisations et lisolement des managers de proximit, insuffler une vritable culture du service tous les agents du SCa, voil lobjectif !

    Retrouvez toute lactualit de la formation au SCA sur : http://portail-sca.intradef.gouv.fr/content/filieres/

    .

  • 11

    L a L e t t r e d u S C a / E n b r E F

    Linspection du commissariat des armes,un nouvel outil de contrle, dcoute et de conseil

    depuis janvier 2016, le SCA est dot dune inspection. Place sous lautorit du CRGHC Laroche de Roussane, inspecteur du commissariat des armes, lICA est directe-ment rattache au directeur central.

    La cration de linspection du commissariat des armes rpond la ncessit de donner au directeur central et lquipe de direction lassurance de la mise en uvre efficiente des directives et orientations, dvaluer le fonctionnement et la qualit du fonctionnement des entits du service et de proposer, ventuellement, des mesures damlioration.

    Linspection joue, par ailleurs, un rle central dans lcoute, la connaissance et linformation du personnel du service, militaire comme civil. Outre des tudes et actions de conseil, elle ralise des missions dinspection, daudit de rgularit, de conformit et dopportunit et des missions dappui la performance et au management.

    Au-del de la mise en place dun contrle interne, les missions dinspection permettent dassurer un lien physique avec la ralit du terrain : contrle de trsorerie, ralit de la prvention des risques ... ce qui renforce la capacit du service apprcier la rgularit et la performance de son action vers ses interlocuteurs, tant internes au ministre quexternes.

    rduction des dlais de paiement,le sca rcompens pour sa performance

    les excellents rsultats obtenus en matire de dlais de paiement ont t salus par Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la dfense, travers une lettre de flicitations remise le 14 octobre dernier au Service du commissariat des armes.

    Le Pacte Dfense PME , paru en 2013, traduit lengagement du ministre de la dfense pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermdiaire (ETI). Souhait par le ministre, il se dcline en 40 actions concrtes, dont loptimisation des processus internes et celle de la chane achat/rception/liquidation pour accentuer la rduction des dlais de paiements.

    Dans le cadre de la mise en uvre de ce pacte, la politique conduite par le SCA a permis de rduire de manire trs significative les dlais de paiement. Pour lanne 2014, ce dlai atteint 23,1 jours, soit lun des dlais moyens les plus faibles du ministre, largement infrieur au dlai rglementaire de 30 jours. Ce rsultat est, soulignons-le, le fruit de laction de lensemble des acteurs financiers du service.

    La performance dans la rapidit des mises en paiement a pu tre atteinte, notamment, par un dveloppement russi de la dmatrialisation des factures. Paralllement, la promotion de la dmatrialisation native auprs des fournisseurs a permis un dploiement rapide de la facturation lectronique.

    Citation extraite de la lettre de flicitation Compte tenu du professionnalisme et des qualits dployes au cours de cette priode, le Service du commissariat des arms mrite dtre flicit .

  • 12LA LETTRE DU SCA, Service du commissariat des armes, 60 boulevard du Gnral Martial Valin - C521623 - 75009 PARIS CEDEX 15, Directeur de la publication : CRGHC Coffi n, directeur central du SCA, Rdacteur en chef : Odile Scemama Conception graphique : ADC Communication - Imprimerie : EDIACA Tirage: 10500 exemplaires Bimestriel

    L a L e t t r e d u S C a / D H i E r D E m a i n

    La dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte : 250 ans dhistoire avec la runion

    les origines de la dicOM-gsBdd de la runion Mayotte : administrer linconnu

    aprs la chute de la compagnie des Indes, les temps nouveaux sont symboliss par ladministration royale des Mascareignes dcide en 1766. Elle repose sur un systme bicphale, un gouverneur et un intendant pour les Mascareignes, un commandant et un commissaire-ordonnateur pour lIsle Bourbon. Le premier dentre eux, le commissaire gnral Honor

    de CREMONT, a laiss une uvre considrable La Runion. Il est lorigine de la cration des quartiers, de ladduction deau, du plan durbanisme de Saint-denis, et du dplacement du Jardin de lEtat. De nombreuses routes demeurent aujourdhui le tmoignage de lactivit de cet offi cier exceptionnel.Quelques grands noms peuvent tre retenus au cours du XIXme sicle. Celui du commissaire gnral Achille BEDIER, issue dune famille crole, ordonnateur de La runion de 1830 1850. Il y dveloppe lagriculture, lconomie, le rseau routier et assure une transition pacifi que au moment de labolition de lesclavage.

    autre personnage important, le commissaire gnral Pierre CUINIER gouverne lle de 1879 1886. Il assure le dveloppement fi nancier de lle par lharmonisation des monnaies et inaugure le premier chemin de fer. Il est galement lhomme de laventure malgache (1884-1885).

    assurer le soutien de la mtropole et des populations locales travers les guerres mondialesLe primtre de comptence du commissariat, puis de lintendance, est dsormais centr sur ladmi-nistration et le soutien des forces armes. De 1901 1906, le commissariat devient lintendance des troupes coloniales.

    Durant la premire Guerre Mondiale lintendance ravitaille la mtropole et les populations locales. 600 000 tonnes de sucre et 3 000 tonnes de rhum sont ainsi achemines vers le vieux continent et la mignonette de rhum fait son entre dans les rations. Puis, lors de la seconde Guerre Mondiale, lintendance participe nouveau leffort de guerre, notamment partir de Madagascar o sont produits des conserves et du riz.

    le soutien des forces franaises de 1965 2011Le 1er janvier 1965, lintendance militaire de La runion et des Comores est cre. elle assure la continuit du soutien pour les forces armes. Neuf intendants se succdent la tte de cette unit qui deviendra la direction du commissariat (dICOM) de la zone Runion-Mayotte en 1984. Au cours de cette priode la dICOM est de toutes les missions, assurant le soutien des oprations et des exercices des FAZSOI.

    le soutien des forces au XXime sicle : vers le sca 21depuis 2011 la dICOM-GSBdd de La runion-Mayotte participe la transformation et la modernisation du soutien afi n de garantir la primaut des activits oprationnelles. Le directeur de la dICOM demeure ordonnateur pour les forces armes et le Service militaire adapt (SMa). Lensemble des missions relevant de ladministration gnrale et du soutien commun (aGSC) sont assures par les services et antennes de la dICOM-GSBdd rparties La runion et Mayotte.C

    omm

    issa

    ire g

    nr

    al C

    UIN

    IER

    Com

    mis

    saire

    gn

    ral

    BE

    DIE

    R