of 12/12
Direction de la Communication Communiqué de presse Service de presse Paris, le 14 Juillet 2013 La « Marianne de la jeunesse » dévoilée le 14 juillet Ce 14 juillet, le président de la République a dévoilé le nouveau visage des timbres « Marianne », sélectionné à l’issue d’un concours d’artistes dont les créations, sur le thème « Marianne de la jeunesse », ont été soumises au vote de près de 1000 lycéens. C’est la création co-signée par Olivier Ciappa et David Kawena, qui a été choisie par ces jeunes de la France entière. Elle incarnera le symbole républicain sur les timbres d’usage courant émis à compter du 16 juillet. Marianne inspire la jeunesse C’est la première fois que le choix artistique du timbre repose sur une consultation des jeunes, les invitant à élire eux-mêmes la représentation de Marianne qui symbolise le mieux, à leurs yeux, les valeurs de la jeunesse. « Soutenir la jeunesse, c’est d’abord lui transmettre des connaissances, des repères et des valeurs. C’est la mission de l’école, qui retrouvera tous les moyens d’être ce qu’elle est : le socle de la Nation. Le rôle de la puissance publique est, dans cette perspective, d’être aux côtés de la jeunesse, de valoriser ses avancées, de lui permettre de surmonter ses échecs. Et de le faire sans attendre : si la jeunesse est notre avenir, elle est avant tout notre présent. C’est dans cet esprit que j’ai souhaité, avec le ministre de l’éducation nationale et la ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, associer des élèves de toute la France au choix du nouveau timbre de la République. » François Hollande, décembre 2012.

La « Marianne de la jeunesse » dévoilée le 14 juillet...Paris, le 14 Juillet 2013 Ce 14 juillet, le président de la République a dévoilé le nouveau visage des timbres « Marianne

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La « Marianne de la jeunesse » dévoilée le 14 juillet...Paris, le 14 Juillet 2013 Ce 14 juillet,...

  • Direction de la Communication Communiqué de presse Service de presse

    Paris, le 14 Juillet 2013

    La « Marianne de la jeunesse » dévoilée le 14 juillet

    Ce 14 juillet, le président de la République a dévoilé le nouveau visage des timbres « Marianne »,

    sélectionné à l’issue d’un concours d’artistes dont les créations, sur le thème « Marianne de la

    jeunesse », ont été soumises au vote de près de 1000 lycéens. C’est la création co-signée par

    Olivier Ciappa et David Kawena, qui a été choisie par ces jeunes de la France entière. Elle incarnera

    le symbole républicain sur les timbres d’usage courant émis à compter du 16 juillet.

    Marianne inspire la jeunesse

    C’est la première fois que le choix artistique du timbre repose sur une consultation des jeunes, les

    invitant à élire eux-mêmes la représentation de Marianne qui symbolise le mieux, à leurs yeux, les

    valeurs de la jeunesse.

    « Soutenir la jeunesse, c’est d’abord lui transmettre des connaissances, des repères et des valeurs.

    C’est la mission de l’école, qui retrouvera tous les moyens d’être ce qu’elle est : le socle de la Nation.

    Le rôle de la puissance publique est, dans cette perspective, d’être aux côtés de la jeunesse, de

    valoriser ses avancées, de lui permettre de surmonter ses échecs. Et de le faire sans attendre : si la

    jeunesse est notre avenir, elle est avant tout notre présent.

    C’est dans cet esprit que j’ai souhaité, avec le ministre de l’éducation nationale et la ministre des

    sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, associer des élèves de toute la

    France au choix du nouveau timbre de la République. » François Hollande, décembre 2012.

  • Pour cette première, un jury composé de lycéens issus du territoire métropolitain et d’outre-mer a

    été amené à retenir, parmi 15 créations sélectionnées par un jury d’experts et de personnalités de

    L’Elysée, du ministère de l’éducation nationale et du ministère des sports, de la jeunesse, de

    l’éducation populaire et de la vie associative, les trois visages qui incarnaient le mieux, selon eux, les

    valeurs de la jeunesse. Cette votation lycéenne a été l’occasion d’organiser au sein des classes des

    débats sur ces valeurs, d’amener les élèves à exercer un regard critique sur des œuvres et de leur

    faire découvrir l’univers du timbre. Les trois créations sélectionnées par ces lycéens ont éclairé le

    choix final du Président qui s’est porté sur la création la plus plébiscitée.

    Dimanche 14 juillet, François Hollande a accueilli une délégation d’élèves ayant participé à cette

    votation lycéenne. Invités à suivre le défilé, ils ont ensuite été accueillis à l’Elysée, pour participer,

    aux côtés des lauréats et de Jean-Paul Bailly, président-directeur général du Groupe La Poste, à la

    cérémonie officielle de dévoilement. A cette occasion, François Hollande a tenu à féliciter les élèves

    pour leur engagement dans cette opération et la qualité de leurs débats.

    Olivier Ciappa et David Kawena, les deux lauréats, ont déclaré « Nous sommes particulièrement fiers

    d’avoir été retenus par ces jeunes lycéens dont c’était le premier « vote pour la République ». Notre

    Marianne se veut un message symbolique d’égalité, de parité et de mélanges qui sont, pour nous, des

    valeurs essentielles de la France d’aujourd’hui et de la République. Nous avons voulu lui donner un

    côté international et intemporel, en mélangeant les mains réalistes et gracieuses spécifiques à la

    Renaissance, les yeux qui sont un mélange du réalisme de la bande dessinée française d’aujourd’hui,

    du manga asiatique des années 80 et de l’animation américaine des années 50 ».

    Jean-Paul Bailly est revenu, pour sa part, sur l’implication de tous les postiers pour accompagner ce

    rendez-vous démocratique. « Depuis 1944, la Marianne est une tradition républicaine qui donne un

    visage à la France, dans un style et une mise en scène qui permettent aux présidents de la République

    de traduire les valeurs sous lesquelles ils placent leur mandat. Le timbre d’usage courant est ainsi un

    des symboles de notre République. Cette nouvelle effigie est la rencontre entre la priorité fixée par le

    président de la République et une traduction contemporaine des valeurs de la jeunesse. La Poste et

    les postiers sont très fiers d’avoir accompagné cette opération inédite ».

    Le visuel de la nouvelle Marianne sera reproduit sur l’ensemble des timbres d’usage courant, dont le

    timbre vert et le timbre rouge, sur les figurines destinées aux envois en Europe et dans le monde

    ainsi que sur les timbres de complément d’affranchissement. Les nouveaux timbres d’usage courant

    (pour la Lettre verte et pour la Lettre prioritaire de 20g) seront mis en vente partout en France

    (bureaux de poste, buralistes, agences postales communales, relais poste, établissements Courrier)

    et sur les sites www.laposte.fr - www.portaildutimbre.fr, à compter du 16 juillet. Par ailleurs, pour

    tous les amoureux des timbres, une gamme de créations à collectionner a été spécialement réalisée

    (carnet souvenir, souvenir philatélique, cachet 1er

    jour…). Elle sera mise en vente le 15 juillet 2013, en

    avant-première, lors d’opérations de premier jour.

  • Le choix du nouveau timbre Marianne en 5 temps forts

    • Concours d’artistes (11 décembre 2012-11 janvier 2013) : lancement d’un concours auprès d’artistes contemporains pour la création d’un timbre pour la Lettre verte, la Lettre prioritaire et la Lettre en ligne.

    • Sélection par les experts et les jurys (11-25 janvier 2013) : validation technique des projets reçus et présélection de 15 créations par un grand jury des artistes finalistes (adaptation à la technique

    d’impression taille douce, notamment), à soumettre au vote de lycéens.

    • Votation lycéenne (4 février-1er mars) 2013 : vote des élèves de 30 classes de seconde, première ou terminale de lycées de voie générale ou professionnelle, représentant les 30 académies françaises.

    Notation des 15 projets et sélection par chaque lycée de 3 créations, soumises au choix final du président

    de la République.

    • Dévoilement de la votation lycéenne (18 mars 2013) : au Siège du Groupe La Poste à Paris, en présence de Valérie Fourneyron, ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie

    associative, de George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative et de Jean-Paul

    Bailly, Président-directeur général du Groupe La Poste.

    • Dévoilement final : le visuel de la Marianne qui incarne le nouveau timbre est dévoilé le 14 juillet par le président de la République, à partir des 3 projets sélectionnés par les lycéens. Les lycéens représentant les

    30 classes participantes sont conviés par le président de la République à assister au défilé du 14 juillet et

    au dévoilement.

    Le timbre Marianne 2013 : il est mis en vente dans toute la France et sur Internet, à compter du 16 juillet. Au

    préalable, des journées de mise en vente dites de « Premier jour » sont organisées pour le public et les

    collectionneurs et philatélistes dans les 30 départements des lycées impliqués dans l’opération pédagogique,

    au Sénat, au Conseil économique social et environnemental, à la boutique de La Poste « le Carré d’Encre »

    (Paris), à l’imprimerie des timbres-poste de Boulazac et à l’Adresse Musée de La Poste. La communication est

    par ailleurs relayée sur le site de l’Assemblée nationale. Pour la première fois, tous les nouveaux timbres sont

    également disponibles à la commande sur la boutique web du timbre : http//timbres.laposte.fr/. Enfin, dans le

    sillage du dévoilement du nouveau timbre de la République, la collection innovante de timbres lancée par

    La Poste en 2012, « Le Timbre Raconte », met à l’honneur l’histoire de Marianne en version numérique, à

    travers le produit « Timbre connecté Marianne ».

  • La nouvelle Marianne choisie par les lycéens !

    C’est une première dans la tradition de renouvellement du timbre-poste d’usage courant : le

    président de la République a souhaité que des jurys de lycéens de classes de seconde, première,

    terminale, issus des filières générales et professionnelles, soient constitués pour participer au choix

    du nouveau timbre Marianne sur le thème de la jeunesse. Trente lycées ont été retenus pour

    participer à cette opération inédite, en faisant entendre la voix de jeunes lycéens français. En

    participant à ce processus, chaque élève des classes de seconde, première et terminale

    sélectionnées, a donc exprimé son « premier vote pour la République », nom donné à cette

    opération pédagogique, unique en son genre.

    Cette votation lycéenne a été l’occasion d’organiser au sein des classes des débats sur les valeurs de

    la jeunesse et de la République, la création artistique et l’univers du timbre, à partir d’un kit alliant

    supports papier et tablette numérique, offerte aux lycées impliqués.

    Plus de 40 artistes contemporains ont participé à l’événement en proposant un projet sur le thème

    « Marianne de la jeunesse », à travers un dessin générique figurant la Lettre verte, la Lettre

    prioritaire et la Lettre en ligne.

    Valérie Fourneyron, ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie

    associative et George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée à la réussite éducative, ont participé,

    le 18 mars dernier au dévoilement des 3 artistes lauréats, aux côtés de Jean-Paul Bailly, Président-

    directeur général du Groupe La Poste, et en présence de la presse et des artistes retenus.

    Les 3 projets finalistes

    « Cette opération nous a amené à mettre en œuvre notre capacité d’analyse et de réflexion. Et ces

    critères nous ont permis de faire un choix objectif entre les symboles républicains, l’évocation de la

    jeunesse, les signes de la mixité de la France… » a déclaré un lycéen participant.

  • Deux artistes pour une Marianne

    Les lauréats, Olivier Ciappa et David Kawena ont placé l’égalité et la parité au cœur de leurs partis-

    pris créatifs pour illustrer la jeunesse sous les traits de la nouvelle Marianne.

    Olivier Ciappa

    Dessinateur et photographe autodidacte de 33 ans, Olivier Ciappa a notamment réalisé une série de

    timbres de collection sur des thèmes aussi variés que l’imagerie religieuse, le sport ou encore les

    animaux. Il est également l’auteur, récemment, de la série de photos « Les couples imaginaires »,

    dans laquelle de nombreux artistes et personnalités ont accepté de symboliser une union, en soutien

    au mariage pour tous.

    David Kawena

    Dessinateur et photographe de 30 ans, David Kawena a commencé par l’illustration pour enfants. Il

    s’est également fait connaître en créant des tee-shirts à l’effigie de Barack Obama, pour soutenir sa

    campagne.

    Olivier Ciappa et David Kawena ont collaboré sur plusieurs projets artistiques, depuis 2010, dont

    notamment une adaptation des Fables de La Fontaine et des blocs de timbres sur le Karaté et les

    Oiseaux tropicaux.

    Leur projet de timbre « Marianne de la jeunesse »

    « Nous avons donné à Marianne des contours spécifiques à la bande dessinée française, en

    mélangeant les techniques artistiques spécifiques à la nouvelle génération d’auteurs français comme

    le trait « rough », les aplats réalistes ou les lignes de construction qui ne sont pas effacées. De plus,

    nous avons voulu lui donner un coté international et intemporel, en mélangeant les mains réalistes

    et gracieuses de la Renaissance, les yeux qui sont qui sont un mélange du réalisme de la bande

    dessinée française d’aujourd’hui, du manga asiatique des années 80 et de l’animation américaine des

    années 50. Nous avons ajouté l’ombre d’enfants jouant au ballon, un garçon et une fille pour

    accentuer l’égalité homme/femme dès l’enfance. Le physique de ces enfants est universel, ils

    peuvent être de n’importe quelle origine. Un message symbolique d’égalité, de parité et de mélanges

    qui sont pour nous des valeurs essentielles de la France aujourd’hui ».

  • La Marianne, une tradition républicaine qui donne un visage à la

    France

    Le timbre-poste est une représentation officielle du pays qui l'émet. Le visuel correspondant au

    timbre-poste d'usage courant revêt une signification particulièrement importante, car il est l'un des

    symboles forts de la République, reproduit sur des milliards de lettres en France et à l'étranger.

    La « Marianne » est aujourd'hui indissociable des timbres d'usage courant que nous utilisons pour

    affranchir notre courrier. Cependant, en un siècle et demi de timbres, la République a utilisé d'autres

    représentations, en fonction des valeurs esthétiques et culturelles de chaque période. Mais le motif

    de la jeune femme coiffée du bonnet phrygien s'est aujourd'hui imposé, dans un style et une mise en

    scène qui permettent aux différents présidents de la République de traduire les valeurs sous

    lesquelles ils placent leur mandat. Voici une galerie de portraits choisis des visages de la République.

    Cérès, 1849 : fondatrice

    Le premier timbre français, émis le 1er

    janvier 1849, est à l'effigie de Cérès. Née de la Révolution de 1848,

    la Deuxième République a choisi pour symbole cette déesse grecque de l'agriculture et des moissons,

    couronnée de blé, de pampre et d'olivier. Il est signé du graveur général des monnaies Jean-Jacques

    Barre, et inaugure la grande réforme postale : un tarif simplifié et bon marché, proportionnel au poids

    du pli, sans rapport avec la distance pour la France, et un paiement effectué par l'expéditeur et non par

    le destinataire du courrier.

    Paix et commerce, 1876 : académique

    Sous la Troisième République, alors présidée par Mac Mahon, la France hésite encore entre l'adoption

    définitive de la République et le retour à la Monarchie. On juge alors la Cérès trop engagée

    politiquement, et le choix se porte sur une allégorie, « Paix et commerce », signée Jules-Auguste Sage.

    Son style purement académique - Mercure avec ses attributs donne la main à une déesse au rameau

    d'olivier - en fera un symbole de la République des notables.

    La paix, 1932 : pacifiste Sous la présidence d'Albert Lebrun, la République apparaît sous la forme d'une femme coiffée du bonnet phrygien

    symbolisant la paix : elle tient dans sa main gauche un rameau d'olivier, et maintient de la droite son épée au

    fourreau. Ce timbre, dont le dessin est signé Paul Albert Laurens, reflète la vigueur du courant pacifiste dans la France

    de l'Entre-deux guerres.

    Marianne d'Alger, 1944 : exotique

    A la fin 1943, la Corse est le seul département français libéré. Pour faire face à une pénurie de timbres, le

    Comité français de libération nationale - futur gouvernement provisoire de la République en mai 1944 -

    décide d'y introduire provisoirement des timbres d'Algérie. C'est l'émission de la Marianne d'Alger,

    coiffée du bonnet phrygien, signée Louis Fernez, et le retour d'un symbole républicain. Cette Marianne

    d'Alger est donc bien la première Marianne

    Marianne de Dulac, 1945 : identitaire

    A la Libération, un consensus apparaît autour de la représentation de la République par le symbole de

    Marianne. L'artiste Edmond Dulac dessine la sienne, sous la forme d'un profil gauche de jeune femme

    coiffée d'un bonnet phrygien. Le timbre comporte dans l'angle supérieur gauche le monogramme « RF »

    et à droite la croix de Lorraine, l'emblème de la France libre.

    Marianne de Gandon, 1945 : volontaire

    Cette Marianne a été choisie par le général de Gaulle lui-même pour symboliser la nouvelle France

    Républicaine. « Son visage fut dessiné pendant la libération de Paris », confiera son créateur Pierre

    Gandon, d'où les traits décidés de cette Marianne qui a pris pour modèle sa propre femme.

  • Marianne de Muller, 1955 : constructive

    A la suite d'un concours lancé auprès des artistes créateurs de timbres, une nouvelle Marianne voit le

    jour, baptisée « République de l'espérance », et signée Louis Charles Muller. Elle a troqué son bonnet

    phrygien pour une couronne de fruits et de feuilles de chêne, pour symboliser une République « de la

    paix, du progrès social et du progrès humain. »

    Marianne de Cocteau, 1961 : tendance

    Le poète et peintre, sollicité par André Malraux, ministre des Affaires culturelles, a sans doute signé la

    moins académique des Marianne : elle affiche une moue de défi, un air boudeur, et porte un bonnet

    phrygien revu par un atelier de modiste, sur fond de guirlandes républicaines.

    « Sabine » de Gandon, 1977 : consensuelle

    Elu deux ans plus tôt à la magistrature suprême, Valéry Giscard d'Estaing choisit en 1976, à l'issue d'un

    concours infructueux, de faire appel à Pierre Gandon pour créer la nouvelle Marianne. Ce sera en fait

    une «Sabine », puisque le dessin est réalisé d'après un tableau de Jacques Louis David peint en 1799,

    «Les Sabines arrêtant le combat entre les Romains et les Sabins. » Le timbre devient le symbole de

    l'union nationale voulue par le nouveau président.

    La Liberté de Gandon, 1982 : progressiste

    Elu en 1981, François Mitterrand donne à son tour un nouveau visage à la République, en choisissant une

    autre maquette, également réalisée par Pierre Gandon, à partir cette fois d'un tableau d’Eugène

    Delacroix, « La Liberté guidant le peuple (28 juillet 1830) ». On y reconnaît la forte femme brandissant le

    drapeau national sur les barricades. En 1988, La Poste émettra un timbre à 2,20 F surchargé 0,31 ECU,

    unité monétaire européenne, traduisant un engagement européen qui trouve un écho dans le concours

    de la Marianne 2007.

    La Marianne du Bicentenaire, 1989 : technologique

    A l'issue du concours lancé pour le renouvellement du timbre-poste d'usage courant, François

    Mitterrand retient la maquette de Louis Briat, professeur à l'Ecole supérieure des arts décoratifs, qui fait

    œuvre de modernité : elle est composée sur ordinateur, une première qui exigera une adaptation aux

    impératifs de l'impression en taille-douce. Pour la première fois, Marianne regarde de face, et

    l'événement révolutionnaire commémoré se traduit par trois bandes tricolores verticales, et une cocarde

    accrochée dans sa chevelure.

    La Marianne du 14 juillet, 1997 : affirmative

    Il aura fallu attendre l'élection de Jacques Chirac, en 1995, pour voir notre Marianne nationale dessinée

    par une femme, Eve Luquet, qui est aussi la première femme à créer un timbre d'usage courant. Il s'agit

    du seul timbre, hormis les timbres « Arc de Triomphe » imprimés aux Etats-Unis en 1944, à porter la

    devise de la République : « Liberté, Egalité, Fraternité. » Un regard porté au loin et un visage dans le vent

    exhalent un souffle de liberté. Cette Marianne affirme sa fibre européenne par les étoiles qui constellent

    l'arrière-plan, à l'image du drapeau de l'Union Européenne.

    La Marianne des Français, 2005 : environnementale

    Reflet d'un enjeu majeur de notre temps, elle est la lauréate d'un concours ouvert à tous les Français sur

    le thème « L'engagement de Marianne en faveur de l'environnement et des valeurs fondamentales de la

    République. » Parmi les 50 000 propositions reçues, 500 ont été retenues en sélections régionales, puis

    100 par un jury national présidé par Véronique Genest. A l'issue d'un vote populaire, les 10 propositions

    ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages sont affichées sur la colonnade de l'Assemblée

    nationale. Jacques Chirac tranche finalement en faveur de Thierry Lamouche, illustrateur de profession.

    La Marianne, 2008 : l'Europe

    Encadré d'étoiles, le visage de la nouvelle Marianne est celui d'une France européenne. Nicolas Sarkozy a

    choisi directement l'artiste graveur Yves Beaujard, parmi ceux qui ont participé au concours lancé par La

    Poste. Cette effigie illustre les 13 valeurs faciales du timbre Marianne utilisé couramment par les

    Français pour expédier leurs lettres depuis le 1er juillet 2008, date qui coïncidait avec le premier jour de

    la présidence française de l'Union Européenne.

    La Marianne 2013 : « Marianne de la jeunesse »

    François Hollande a choisi ce thème de la jeunesse, l’une des priorités du quinquennat. Olivier Ciappa et

    David Kawena, les deux lauréats du concours et du vote des lycéens, livrent une version internationale et

    intemporelle de Marianne. Un message symbolique d’égalité, de parité et de mélange qui porte des

    valeurs essentielles de la France aujourd’hui.

  • La belle histoire du timbre

    Le timbre-poste, objet marchand pour l’acheminement des lettres, s’est paré au fil de son histoire,

    de valeurs civiques, culturelles et créatives. Il est à l’image des sociétés qu’il représente avec les

    portraits des grands hommes, l’épopée des grandes découvertes comme celles de l’aviation, la

    reproduction d’œuvres d’art contemporaines, l’évocation des univers du sport, et bien d’autres

    thèmes encore… Chaque année, La Poste reçoit plus de 1200 demandes de timbres-poste formulées

    par des élus, des institutions ou des particuliers. Un nouveau timbre est émis chaque semaine et 600

    millions de beaux timbres sont imprimés chaque année. Plus de 360 000 timbres ont été émis dans le

    monde depuis 1840 ! Il ne faut donc pas s’étonner que le timbre soit un objet de collection, derrière

    lequel se dévoile un extraordinaire travail : tout un monde de recherche, de préparation, de

    maquette, d’impression, de finition et de logistique.

    Le timbre, un objet d’art et une industrie

    En France, l’imprimerie de La Poste située à Boulazac, près de Périgueux, détient le monopole de la

    fabrication des timbres-poste français. Elle est reconnue mondialement pour sa maîtrise et la qualité

    artistique de son procédé dit de la « taille-douce », plusieurs fois récompensé internationalement.

    La première étape de la taille-douce est la gravure manuelle du dessin. Le graveur creuse des tailles

    très fines dans un bloc d’acier. L’artiste reproduit, à l’envers, et aux dimensions du timbre, le dessin

    d’une maquette six fois plus grande ! On appelle cela le poinçon original. La qualité du poinçon est

    ensuite vérifiée à la presse à bras lors du tirage d’une épreuve de contrôle. Une fois validé, le

    poinçon est reproduit sur un cylindre d’impression de la machine, autant de fois qu’il le faut pour

    obtenir une planche de timbres. L’impression peut ensuite être lancée : le principe d’impression

    consiste à remplir d’encre les creux de la gravure.

    La taille-douce est le procédé d’impression le plus sécurisé et le plus artistique pour la fabrication des

    timbres, celui utilisé pour l’ensemble des timbres Marianne. Ce procédé n’est cependant pas le seul

    utilisé par l’imprimerie de Boulazac. Cette imprimerie très moderne pratique également

    l’héliogravure, l’offset et le numérique. Une fois imprimées, les planches de timbres sont vérifiées,

    comptées, façonnées et conditionnées. L’imprimerie de Boulazac a obtenu de nombreuses

    certifications reflétant la qualité et la rigueur de son travail.

    L’imprimerie est également très impliquée dans la protection de l’environnement par le traitement

    et le recyclage des déchets ainsi qu’en matière de consommation d’énergie (Certification ISO 9001

    pour la qualité, Certification ISO 14001 pour l’environnement).

    Le timbre, objet du quotidien et de collection

    Le timbre-poste représente tout un univers de couleurs, d’ambiances et d’émotions. S’y intéresser

    devient vite une passion. Mais il est avant tout et pour tous un objet du quotidien créateur de lien

    entre les hommes, porteur de messages. Universel, il circule à travers le monde mais reste toujours

    proche de tous. Du bureau de poste au bureau de tabac, et même depuis chez soi en le commandant

    sur internet, le timbre-poste est un des objets courants les plus accessibles et les plus porteurs de

    rêve.

    • Chaque année, La Poste achemine et distribue plus de 2 milliards de lettres, parmi 15 milliards de courriers adressés.

    • 3,5 milliards de timbres toutes valeurs confondues sont vendus chaque année dont 2,9 milliards de Marianne.

    • Le timbre-poste est le premier loisir de collection en France. Plus de 2 millions de personnes collectionnent les timbres.

    • 29 % des Français achètent, même occasionnellement, des beaux timbres.

  • La belle histoire du timbre : nouvelles histoires de timbres

    Avec l’accélération des échanges numériques, le timbre évolue. Il se personnalise, s’imprime à la

    maison, se connecte, raconte des histoires … A la conquête de nouveaux publics, il se réinvente, en

    offrant le meilleur du papier, du numérique et de la proximité.

    Dans le sillage du dévoilement du nouveau timbre de la République, la collection innovante de

    timbres lancée par La Poste en 2012, Le Timbre Raconte, met à l’honneur l’histoire de Marianne en

    version numérique. Cette collection de timbres, présentée sous forme de livret, associe le timbre

    imprimé et les nouvelles technologies. Grâce à une application mobile de reconnaissance d’image,

    chaque timbre ou chaque photo du livret sont ainsi associés à du contenu virtuel et interactif.

    Véritable fenêtre ouverte sur la culture, Le Timbre Raconte propose, notamment au jeune public,

    d’accéder via Internet à une banque d’informations riche, ludique et interactive.

    Il était une fois… « Marianne de la jeunesse » se dévoile en version numérique !

    Dans le cadre de cette nouvelle collection, La Poste propose dès le 15 juillet, parallèlement au

    timbre gommé « Marianne de la jeunesse », la Nouvelle Marianne 2013 sous la forme d’un livret

    multimédia, associant 3D et réalité augmentée.

    Au-delà de sa fonction première d’être un moyen d’affranchissement, le timbre

    devient grâce à ces innovations technologiques un portail multimédia qui renvoie

    vers une encyclopédie populaire de tous les savoirs et de toutes les passions, mais

    aussi vers des vidéos racontant l’histoire de la Marianne. Objet de loisirs, de découverte, de partage,

    Le Timbre Raconte devient connecté et porteur de connaissances et de valeurs.

    Un bonus Spécial Jeunes : Timbre2Ouf, l’appli spéciale pour s’amuser à faire un timbre L’application Timbre2Ouf est destinée au jeune public afin que le timbre devienne un objet

    d’échange, ludique et interactif. Les utilisateurs peuvent ainsi laisser libre court à leur imagination…

    inventer, créer, à partir d’éléments en kit, leur image humoristique.

    « Un timbre à votre image, ça se partage… ». Ainsi, La Poste, fidèle à cet esprit de jeunesse et de

    proximité, propose au jeune public que leurs créations soient mises au vote sur une page spéciale du

    Portail du timbre. Les auteurs ayant obtenu le plus de votes se verront alors récompensés par une

    planche de timbres avec leur création.

    Montimbramoi : pour créer et offrir des timbres inédits à son image, avec ses photos numériques

    Avec l’application MONTIMBRAMOI, le timbre prend encore une nouvelle dimension… Il devient un

    vecteur original des messages, tout en donnant une nouvelle

    vie à ses photos. Créer et offrir des timbres uniques et à son

    image, en choisissant parmi les collectors de timbres

    MonCarnetaMoi (4 timbres) ou MonSouveniraMoi (10

    timbres) s’effectue en quelques clics.

  • Une gamme de Courrier rapide, pour donner le choix

    La Poste, qui s’adapte aux attentes de ses clients, a créé une gamme de Courrier rapide composée

    de la Lettre prioritaire distribuée en 24h, de la Lettre verte, plus économique et plus écologique, et

    de la Lettre en ligne, qui permet à chacun de confier à La Poste, via Internet, un courrier jusqu’à

    19h, pour une distribution dès le lendemain par le facteur.

    La Poste est ainsi le seul opérateur au monde à proposer une telle gamme de Courrier rapide qui

    donne le choix à ses clients, en fonction de leurs usages du moment.

    Les usages et attentes des clients passés au crible

    En 2010, La Poste a lancé avec l’institut Opinion Way, une vaste consultation auprès de ses clients

    avec pour objectif de recueillir leurs attentes et mieux appréhender leurs besoins. 70 000 d’entre

    eux (grandes entreprises, PME, professionnels et particuliers) y ont participé. Il en ressort que

    chacun a des attentes bien différentes : certains sont plus sensibles aux délais, d’autres à la fiabilité,

    d’autres aux horaires de dépôt du Courrier, tous sont sensibles à l’impact de leur courrier sur

    l’environnement :

    • 73 % des clients sont très attachés au respect des délais ; • 80 % souhaitent un courrier écologiquement responsable ; • 65 % veulent pouvoir déposer leur courrier plus tardivement.

    Après leur avoir donné la parole, La Poste a créé une gamme de Courrier rapide qui donne le choix à

    ses clients.

    La Lettre verte, plus économique, plus écologique, distribuée en 48h

    Avec la Lettre verte, La Poste offre le choix à ses clients d’une distribution de leur courrier rapide,

    en 48h, à un prix inférieur de 5 centimes à la Lettre prioritaire (pour le premier échelon de poids). La

    Poste propose ainsi une offre plus économique, rapide et fiable et plus respectueuse de

    l’environnement car ne nécessitant pas de prendre l’avion (sauf naturellement pour la Corse et les

    DOM). Cette lettre a, en effet, été conçue pour émettre jusqu’à 30% de CO2 en moins par rapport à

    la Lettre prioritaire aujourd’hui (chiffres établis par un éco-calculateur certifié par le Bureau

    VERITAS Certification). Plus cette offre sera choisie par les clients, plus l’impact sur l’environnement

    sera favorable.

    La Lettre verte connaît un véritable succès avec près de 60 millions de lettres distribuées par mois

    depuis le début de l’année.

    La Lettre en ligne pour offrir le meilleur du papier, du numérique et de la proximité

    Rapide et pratique, innovante, la Lettre en ligne est un service d’envoi hybride : confiée par le client

    à La Poste via Internet, elle est ensuite imprimée, mise sous enveloppe par La Poste et distribuée

    par le facteur le lendemain. C’est la technologie éprouvée par La Poste pour la Lettre

    Recommandée Electronique. Cette solution s’adresse aux clients qui désirent déposer tardivement

    leur courrier tout en étant assurés qu’il sera distribué le lendemain. Ils peuvent envoyer leur lettre

    jusqu’à 19h (heure française) depuis leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone et ce, où

    qu’ils soient dans le monde. Cette offre a été créée pour faciliter la vie des clients et en particulier

    de ceux qui, nombreux, attendent un service disponible à des heures tardives et sans se déplacer.

  • La gamme de Courrier rapide

    La Lettre prioritaire

    • Pour tous les courriers distribués en 24 heures • Tarif : 0,63 euro

    La Lettre verte

    • Plus économique : 0,58 euro • Plus écologique : ne prend pas l’avion

    (sauf à destination de la Corse et des DOM)

    • Pour des courriers distribués en 48h

    La Lettre en ligne

    • Plus pratique : des courriers envoyés depuis un ordinateur, sans se déplacer, de partout dans le

    monde à partir de www.laposte.fr/lettreenligne

    • Plus souple : tout envoi fait avant 19h est pris en charge le soir même, pour une distribution le

    lendemain par le facteur

    • A partir de 0,99 euro (intégrant l’impression, l’enveloppe et la distribution)

  • A propos du Groupe La Poste

    Société anonyme à capitaux 100 % publics depuis le 1er mars 2010, La Poste est un modèle original de groupe multi-métiers

    structuré autour de quatre activités : le Courrier, le Colis/Express, La Banque Postale et l’Enseigne La Poste. Chaque année,

    plus de 17 000 points de contact de La Poste accueillent 45 millions de clients particuliers et 3,5 millions de clients

    entreprises. La Poste a décidé de faire du courrier le média premium de la relation client en proposant le meilleur du

    papier, du numérique et de la proximité à tous ses clients. Elle s’appuie pour cela sur un outil industriel ultraperformant,

    des technologies de pointe, des offres innovantes et son réseau de facteurs, véritables professionnels de proximité et tiers

    de confiance. En 2012, Le Groupe La Poste a réalisé un chiffre d’affaires de 21,6 milliards d’euros et emploie plus de 268

    000 collaborateurs. A l’horizon 2015, Le Groupe La Poste a pour ambition de devenir un leader européen dans les services

    de proximité postaux et financiers. Fidèle à ses valeurs et à ses missions de service public, fort de l’engagement de

    l’ensemble des postiers, Le Groupe La Poste veut être une référence de la modernité publique. www.laposte.fr

    Contacts presse

    La Poste

    Presse Ecrite

    Stéphanie Fraisse

    01 55 44 22 39

    [email protected]

    Jacques Gourier

    Presse audiovisuelle

    01 55 44 22 43

    [email protected]