Click here to load reader

LA PHYSIOLOGIE ANIMALE LA …asa.univ-lille1.fr/publications/Tome7_physiologie.pdf · LA PHYSIOLOGIE ANIMALE & LA PSYCHOPHYSIOLOGIE à la Faculté des Sciences de Lille de 1958 à

  • View
    221

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of LA PHYSIOLOGIE ANIMALE LA …asa.univ-lille1.fr/publications/Tome7_physiologie.pdf · LA...

  • LA PHYSIOLOGIE ANIMALE &

    LA PSYCHOPHYSIOLOGIE

    la Facult des Sciences de Lille de 1958 1970

    Tome 7de

    lHistoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit Lille1 - Sciences et Technologies

  • 2

  • 3

    Histoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit des Sciences et Technologies de Lille

    Tome 1: Contributions lHistoire de la Facult des Sciences (1854 - 1970)par A.Lebrun, M. Parreau, A. Risbourg, R. Marcel, A. Boulhimsse, J. Heubel, R. Bouriquet, G. Gontier, B. Barfetty, A. Moses

    Tome 2: Le Laboratoire de Zoologie (1854 - 1970)par Roger Marcel et Andr Dhainaut

    Tome 3: La Physique Lille (du XIXme sicle 1970)par Ren Fouret et Henri Dubois

    Tome 4: LInstitut Electrotechnique (1904 - 1924) et lInstitut Electromcanique (1924 - 1969) par Arsne Risbourg, lInstitut Radiotechnique et les dbuts de llectronique (1931 - 1969) par Yves Leroy, lAutomatique (1958 - 1997)par Pierre Vidal

    Tome 5: Histoire de la Botanique la Facult des Sciences (1856 - 1970)par Robert Bouriquet, Le Doyen Maige par Raymond Jean

    Tome 6: LElectronique lUniversit de Lille de 1968 jusqu lan 2000par Yves Crosnier

    Tome 7: La Physiologie Animale et la Psychophysiologie la Facult des Sciences de Lille de 1958 1970 par Pierre Delorme et Jean-Marie Coquery

    Tome 8: La Gologie la Facult des Sciences de Lille de 1857 1970 par Franois Thibault

    Tome 9: LInstitut de Gographie de 1970 1986 par Alain Barr, Brigitte Coisne, Monique Dacharry, Charles Gachelin, ric Glon, Claude Kergomard, Jean Somm, Nicole Thumerelle et Jean Vaudois.

    Tome 10: Nouvelles ralits, nouvelles exigences, une option volontariste : le SUAIOpar Jean Bourgain - Alain Carette - Claudine Dumont - Francis Gugenheim Franoise Langrand - Daniel Lusiak (coordination) - Jean Marlire - Jeanne Parreau Henri-Jacques Saint-Pol.

  • 4

  • Il est difficile de parler d'histoire pourune discipline qui a fait son apparition enFacult des Sciences la fin des annes 1950. Enl'occurrence, il serait plus judicieux de parler deson introduction, de son essor et de son ind-pendance dans ces Facults car la Physiologie,au sens large, n'avait pas attendu le milieu du20me sicle pour exister dans le concert desSciences Biologiques au sein des Universits : laPhysiologie Vgtale y avait pignon sur rue, laPhysiologie Humaine tait enseigne en Facultde Mdecine depuis bien longtemps et unePhysiologie Animale embryonnaire tait plus oumoins voque dans les enseignements deZoologie en Facult des Sciences.

    Mais qu'entend-on par Physiologie dansle Rgne animal ?

    Pour tre complet, l'historique de laPhysiologie, et plus prcisment de la"Physiologie humaine" (car c'est d'elle qu'il s'a-git dans un premier temps), sans remonter l'Antiquit, devrait voquer tous les progrs quise sont succds, dans toute l'Europe, depuis le16me sicle. Pour rester sur un plan strictementfranais, disons que c'est Jean FERNEL qui, en1542, signa l'acte de naissance de la Physiologie,lorsqu'il publia ses traits de Mdecine sous letitre d'Universa Medicina, en intitulantPhysiologia (du grec phusis = nature et logos = dis-cours) la premire partie de ses ouvrages.L'objet de la Physiologie tait alors dfinicomme "la nature de l'homme sain, de toutes sesforces et de toutes ses fonctions". Depuis, leterme a progressivement pris sa significationactuelle de "science des fonctions et des constan-tes du fonctionnement des organismes vivants".

    Pendant trs longtemps, cette Physio-logie fut essentiellement anatomique, la fonctiondes organes tant dduite du seul examen deleur structure et de leur organisation. Il fallut

    attendre la fin du 18me sicle, et les dcouvertesd'Antoine de LAVOISIER concernant la respira-tion et les sources de la chaleur animale, pouraccrditer le fait que des proprits physiolo-giques puissent exister sans rapport videntavec la structure : la fonction respiratoire, parexemple, tant explique sans que fut invoquela structure anatomique des poumons et ducur

    Mais ce fut Claude BERNARD qui, pour-suivant et amliorant, grce aux dveloppe-ments technologiques, l'approche exprimentalede la Physiologie qu'avait prconise son matreFranois MAGENDIE, dmontra que la dduc-tion anatomique tait insuffisante en Physio-logie et que la comprhension des phnomnesphysiologiques devait, en plus, tenir compte dedonnes physico-chimiques.

    Si la Physiologie devint alors une science part entire, elle n'en demeura pas moins unediscipline relevant, presque exclusivement, dudomaine de la Mdecine. Toutefois, l'utilisationde modles animaux pour lucider les mcanis-mes des diffrentes fonctions conduisit, parall-lement, au dveloppement de la PhysiologieCompare et c'est ainsi que, vers la fin desannes 1950, la Physiologie Animale fut intro-duite, en tant que discipline indpendante, dansles Facults des Sciences.

    C'est en effet le dcret n 58-719 du 8Aot 1958, sign par le Ministre de l'ducationNationale, Jean BERTHOIN, au nom duPrsident du Conseil, Charles de GAULLE, paruau J.O. du 13 Aot 1958, et au B.O.E.N. n 32 du11 Septembre 1958 (pages 2499-2501) qui consti-tua l'acte de naissance de la PhysiologieAnimale dans les Facults des Sciences. Cedcret, qui avait pour objet "la composition deslicences d'enseignement", portait cration d'unCertificat d'tudes Suprieures (C.E.S.) de

    5

    1. LA PHYSIOLOGIE ANIMALE

    Pierre DELORME

    Professeur des Universits honoraire, Physiologie Animale

  • "Physiologie Animale" obligatoire dans la licen-ce s Sciences Naturelles, mention SciencesBiologiques (Licence VI, six C.E.S.) et dans lalicence de Chimie - Physiologie (Licence VIII, cinq C.E.S.).

    Si cet enseignement fut dispens Lillelors de l'anne universitaire 1958-1959, commeen tmoignent les rsultats des examens publisen 1959 (Tableau I), la Physiologie Animale n'-

    tait pas encore vraiment reprsente dans lesServices de la Facult des Sciences, car aucunenseignant n'avait t nomm pour assurer cesfonctions. Ce furent Messieurs Robert JOLY,Chef de Travaux de Zoologie, et PRUM,Professeur agrg, dtach du Secondaire, qui sechargrent de l'enseignement magistral, AndrDHAINAUT (Fig. 5), Assistant de Zoologie, sechargeant de celui des Travaux Pratiques (T.P.).

    6

    Par dcret du 21 Aot 1959, le Prsidentde la Rpublique nomma Monsieur SimonBOUISSET, Matre de Confrences stagiaire dePhysiologie Animale la Facult des Sciences deLille compter du 1er Octobre 1959 (Tableau II).

    Simon BOUISSET (Fig. 1), n le 28 Janvier1929 Toulouse, fut ainsi l'un des plus jeunesProfesseurs des Universits de l'poque.Prcdemment chercheur au C.N.R.S. [Stagiaire(du 1er Octobre 1953 au 09 Septembre 1954),Attach de Recherches (du 03 Aot 1955 1957),Charg de Recherches (de 1957 au 30 Septembre1959)] au sein du Centre d'tudes Scientifiquesde l'Homme (Laboratoire propre du CNRS,associ la chaire de Physiologie du Travail duCNAM), il y avait prpar une thse d'tat sSciences Physiques, soutenue la Facult desSciences de Toulouse en 1956. Intitule : "Le pi-zodynamographe, son application aux tudes de bio-mcanique humaine", celle-ci portait sur l'tuded'un dispositif de mesure des forces de ractionau sol (encore appel "plate-forme de force") etson apport l'analyse d'un mouvement com-plexe. Elle marquait la rsurgence d'une disci-pline, la Biomcanique, l'interface entreMcanique et Physiologie, dont les applicationspratiques concernaient tant la Mdecine, que leTravail ou le Sport. C'est une des raisons pourlesquelles sa venue avait t souhaite par le

    Recteur R. DEBEYRE, qui tait convaincu de lancessit d'une action sur l'Amlioration desConditions de Travail dans la rgion, et par leDoyen P. COMBEMALE (Fig. 1), qui tait assurde la possibilit d'une collaboration confianteentre Physiologistes des Facults de Mdecine et des Sciences.

    Simon BOUISSET fut donc charg decrer et d'organiser le Service de PhysiologieAnimale de la Facult des Sciences de Lille et deconstituer l'quipe du "Laboratoire de PhysiologieGnrale". Le Service de Physiologie Gnrale futlog, avec celui de Biochimie (Professeur JeanMONTREUIL), dans des locaux cds, avecquelque peu de rticence, par les responsablesdu Service de Zoologie (Professeurs HenriHEIM de BALSAC et Maurice DURCHON)dans le quadrilatre form par les rues deBruxelles, Gosselet, Malus et Claude Bernard(Figs. 2, 3). Les enseignements magistrauxtaient dispenss dans un amphithtre banaliset les T.P. taient assurs dans une salle quipede paillasses classiques, c'est--dire inadaptes la bonne excution des T.P. en PhysiologieAnimale. Deux pices, de 10 m2 chacune, hber-geaient le personnel et servaient galement aurangement du matriel de T.P. et celui desEnseignements magistraux.

    I/ - La Physiologie Animale la Facult des Sciences de Lille de

    1959 1965 :

    A/ - Nomination du responsable et intgration :

  • Le Professeur Simon BOUISSET dbutases enseignements de Physiologie Animale dsla rentre universitaire 1959-1960. Fortementimplant Paris, il dispensait ses trois heures decours magistraux hebdomadaires en dbut desemaine, rglait alors les problmes inhrents l'intgration de son jeune laboratoire au sein dela Facult des Sciences, puis revenait poursuivreses recherches dans son Laboratoire d'origine(Professeurs Camille SOULA, puis Jean SCHER-RER). Cette collaboration maintenue permit,sans tarder, la formation la recherche des jeu-nes moniteurs et assistants, et leur insertionrapide au sein de la communaut desPhysiologistes.

    Les enseignements pratiques dePhysiologie Animale commencrent enNovembre 1959 et furent d'abord assurs par unAssistant, le Dr. Claude LENFANT (Dr. s-Sciences) aid par un Moniteur, mile PERTU-ZON (Fig. 5). Au dpart de Claude LENFANTpour Seattle (USA), o il a accompli une trsbrillante carrire, mile PERTUZON fut nommAssistant stagiaire le 1er Octobre 1960 (TableauII). Ce recrutement allait s'avrer particulire-ment heureux, car mile PERTUZON joua un

    rle de premier plan dans le dveloppement duService de Physiologie.

    Trs rapidement, le volume des enseigne-ments prit de l'ampleur avec l'augmentationsignificative du nombre de sances de TP, lamise en place de TD, ainsi que la participationde la Physiologie Animale aux prparations auxconcours de recrutement de l'EnseignementSecondaire (C.A.P.E.S. de Sciences Naturelles,en 1959 ; C.A.P.E.T. de Chimie - Physiologie, en1961 ; Agrgation de Sciences Naturelles, en1965) et la cration d'un C.E.S. de Physiologie duTravail (1962).

    C'est ainsi que l'effectif de l'quipe dePhysiologie Gnrale s'toffa peu peu, faisantprogressivement appel de nouveaux assis-tants, Jacques DENIMAL (Figs. 9, 10, 11, 13, 14),Daniel CRESSEVER et Denis HNON, ces deuxderniers quittant l'quipe enseignante, en 1963,pour l'Enseignement Secondaire aprs leur rus-site au C.A.P.E.S. de Sciences Naturelles. Lors del'anne universitaire 1963-1964, le poste deMoniteur fut occup par Jean-Claude CNOC-KAERT (Figs. 6, 7, 14, 15), jeune licenci passpar les I.P.E.S. (Tableau II).

    7

    B/ - L'enseignement de 1959 1965 :

    C/ - Les activits de recherche de 1959 1965 :

    Pendant cette priode, tout en poursui-vant ses recherches personnelles, Simon BOUIS-SET avait confi, mile PERTUZON (Figs. 9,11, 12, 13), le soin d'tudier chez l'Homme, surdes critres nergtiques, le "rythme cono-mique" de mouvements impliquant un travailmusculaire lger. C'tait une des questions cen-trales en Physiologie du Travail, qui n'avait alorsreu de rponse que dans le cas du travail mus-culaire lourd. La dpense nergtique tait cal-cule par mesure de la ventilation au moyend'un spiromtre de Tissot et par analyse dudioxyde de carbone (CO2) rejet et de l'oxygne(O2) absorb au moyen d'analyseurs Beckmannpour l'O2 et ONERA pour le CO2. Au pralable,. PERTUZON tait all effectuer un stage de

    formation ces techniques dans le laboratoiredu Professeur Pierre DEJOURS au Centre hospi-talier Marie-Lannelongue Paris. De son ct,Jacques DENIMAL se rendait Paris, au Centred'tudes Scientifiques de l'Homme du CNRS,pour s'y familiariser avec les techniques d'lec-tromyographie et d'acclromtrie que S.BOUISSET y dveloppait.

    Paralllement, de nombreux jeunes certi-fis en Physiologie venaient travailler dans celaboratoire, des titres divers, et y recevoir uneformation scientifique. Un premier Diplmed'tudes Suprieures (D.E.S.) tait soutenu enMai 1961 et 8 au total le furent avant la crationdu 3me Cycle en 1965.

  • La croissance progressive du Service dePhysiologie posa trs rapidement, et de faon deplus en plus aigu, un problme de locaux.Aussi, malgr l'imminence du dmnagementde la Facult des Sciences Villeneuve d'Ascq, S.BOUISSET obtint-il l'autorisation d'installer sonService dans des locaux plus spacieux. LaPhysiologie emmnagea ainsi au dernier taged'un btiment de la Place Philippe Lebon (Fig.3), prcdemment occup par les Chirurgiens-dentistes. Ces locaux furent, par ailleurs, rpar-tis entre le Service de Physiologie et celui dePsychophysiologie, cr la demande de S.BOUISSET, la Facult des Sciences, en 1963. Cen'est toutefois qu'en Juillet 1966 que laPhysiologie Animale et la Psychophysiologie

    purent s'installer dans un btiment digne de cenom, sur le Campus Universitaire deVilleneuve d'Ascq, dans le secteur des SciencesNaturelles (S.N.). Ce btiment (Fig. 4) de 1.700m2, sur 3 niveaux, (S.N.- 4), conu en fonction duprogramme pdagogique que S. BOUISSETavait propos, ds 1960, a pu accueillir les qui-pes des deux disciplines : le rez-de-chaussetait rserv aux T.P., le 1er tage tait attribuaux Psycho-physiologistes et le second auxPhysiologistes. Par la suite, un atelier commun,confi Ren COISNE, fut amnag au sous-solet une animalerie commune, entretenue parHenri BOUTRY (Fig. 13), fut construite sur letoit du btiment.

    8

    II/ - La Physiologie Animale de 1966 1970 :

    A/ - Au sein du Service de Physiologie Gnrale :

    1/ - Enseignement :

    Aux enseignements prcdents, dont lescours magistraux taient toujours dispenssdans les amphithtres des Mathmaticiens etdes Informaticiens, vint s'ajouter, en 1965, un3me Cycle assur par tous les enseignants dePhysiologie Animale et de Psychophysiologie.Puis, la suite du dcret n 66-411 du 22 Juin1966, outre des modifications dans lesEnseignements dj en place, vinrent s'ajouter,ds l'anne universitaire 1967-1968, la participa-tion de la Physiologie Animale aux enseigne-ments de 2me Anne du D.U.E.S., optionChimie-Biologie (Tableau I).

    Par ailleurs, S. BOUISSET proposa etobtint la cration, au Centre rgional de Lille duC.N.A.M. (Conservatoire National des Arts etMtiers), des enseignements d'Ergonomie(niveaux A et B). . PERTUZON, qui coordonnaces enseignements avec le concours de J-C.CNOCKAERT, se vit confier par la suite la direc-tion du Dpartement des Sciences de l'Hommeau Travail. Furent associs l'enseignement,

    outre les membres du Laboratoire dePhysiologie Gnrale dont J. DENIMAL, desprofessionnels du G.E.R.N. (Groupe d'Ergo-nomie de la Rgion Nord), qui s'tait constituautour du Laboratoire.

    De mme, de nouveaux enseignementsfurent crs avec pour objectif de favoriser unecertaine ouverture sur le monde extra-universi-taire. Ce fut le cas, en particulier, avec la forma-tion permanente, pour laquelle S. BOUISSETcra un enseignement de Physiologie du Travail- Ergonomie.

    Ds 1964, la suite du dmnagementdans les locaux de la Place Philippe Lebon, lesT.P. bnficirent d'une grande salle. Cette salle,quipe de paillasses adaptes la PhysiologieAnimale, fut partage avec les Psycho-physiolo-gistes. Le matriel technique et pdagogiquetait entrepos dans une autre grande pice voi-sine. Ce fut quasiment le luxe aprs l'exigut !

  • 9

    Au cours de cette priode, plusieursMoniteurs furent recruts et s'intgrrent par lasuite presque tous dans l'quipe, en tant qu'as-sistants, ou chercheurs C.N.R.S. : Francis GOU-BEL (Figs. 13, 14, 15) et Francis LESTIENNE(Figs. 7, 13, 14, 15) dans un 1er temps, puisFranois BERNET (Figs. 9, 13, 14) et BernardMATON (Tableau II) dans un second.

    Dans le mme temps, le Service dePhysiologie bnficia d'un poste de Garon deLaboratoire, la suite de la rtrocession d'unposte par la Facult de Mdecine de Lille. Ceposte permit de recruter Maurice BRICHE (Fig.12).

    2/ - La recherche :

    a) - De 1964 1967 :

    La recherche en Physiologie Animale apu rellement dbuter aprs l'emmnagementdu Service dans les locaux de la Place PhilippeLebon.

    Une grande pice fut consacre l'instal-lation du matriel ncessaire . PERTUZON. Ily dbuta ses exprimentations systmatiques enmettant contribution le personnel duLaboratoire. Puis, l'tude de la frquence opti-male de mouvements, impliquant un travailmusculaire lger galement, mais partir d'uneapproche biomcanique, fut confie J-C.CNOCKAERT. Les mouvements taient ralisssur un dispositif exprimental conu et ralispar ses soins (Fig. 8). Le recueil des donneslectromyographiques, videmment indispen-sable, s'avrait alors malais, car effectu, fautede moyens, l'aide d'un lectroencphalogra-phe de rcupration, assez mal adapt l'enre-gistrement de potentiels musculaires de surface.

    Pour l'exploitation de leurs enregistre-ments, . PERTUZON et J-C. CNOCKAERTtaient aids par deux techniciennes vacataires,Mesdames Marie-Claude BONTE et ClaireEYMARD (Fig. 12).

    Par ailleurs, le Laboratoire avait pu recru-ter, ds 1964, un lectronicien, GrardDUTRIEUX (Figs. 12, 14), dont les comptencesfirent merveille : les matriels de recherche (etde T.P.), rendus plus efficaces, permirent J-C.CNOCKAERT de prsenter son D.E.S. en Avril1968.

    De son ct, J. DENIMAL participait des recherches lectrophysiologiques Paris.

    b) - partir de 1967 :

    La construction de locaux neufs s'accom-pagnant toujours de crdits d'quipement, celamarqua le vritable dmarrage de la rechercheen Physiologie Animale. Par la mme occasion,cette recherche put se diversifier. Ainsi, S.BOUISSET rpartit l'effectif de PhysiologieGnrale en deux quipes, l'une se consacrant la Biomcanique du Mouvement, l'autre l'tu-de des Effets vgtatifs des Stress.

    a)-L'quipe de Biomcanique :

    Les crdits d'quipement allous lors dudmnagement sur le campus de Villeneuved'Ascq et octroys dans le cadre du "plan calcul"permirent d'acheter un calculateur hybrideNADAC 20, un mini-calculateur de bureauHEWLETT PACKARD, des chanes d'lectro-physiologie modernes, des enregistreurs rapi-des sur papier photo-dveloppable et de se pro-curer le matriel ncessaire l'laboration d'unguide-mouvement plus perfectionn que celuiqu'avait conu et utilis J-C. CNOCKAERT lorsde la ralisation de son D.E.S.

    L'quipe put, par ailleurs, bnficier del'aide apporte par le Service de Calcul de laFacult pour le traitement des donnes et profi-ter ponctuellement des comptences d'autresLaboratoires.

  • 10

    L'quipe de Biomcanique prit pourthme les proprits mcaniques du musclehumain in situ. . PERTUZON recentra sarecherche dans cette voie, y rejoignant J-C.CNOCKAERT et F. GOUBEL (nomms entretemps Assistants), ainsi que F. LESTIENNE(pass chercheur au C.N.R.S.).

    Une "plate-forme de force", ralise par laSocit Bertin (socit de l'arotrain) put treinstalle, et fut utilise pour la thse de 3meCycle de Jean-Pierre VERRIEST (Fig. 15), lequelintgrera plus tard l'O.N.S.E.R. (OrganismeNational de Scurit Routire) o il fit unebrillante carrire.

    b) - L'quipe de l'tude du Stress :

    Constitue de J. DENIMAL et de F. BER-NET (devenu assistant, Tableau II), cette quipeavait pour objectif de vrifier l'hypothse de laliquidation motrice des effets vgtatifs desstress. Autrement dit, ils devaient vrifier quefuir ou s'activer physiquement permettait d'li-miner le stress. Les indices physiologiques choi-sis pour cette tude furent dans un premiertemps la frquence cardiaque et les catcholami-nes urinaires.

    J. DENIMAL conut et ralisa, pour cela,un dispositif permettant de faire courir les rats ;il s'agissait d'un tapis roulant dont la vitesse dedfilement et l'inclinaison taient rglables. Ilmit au point, avec la collaboration de G.DUTRIEUX, le recueil des potentiels cardiaques

    chez le Rat et le Hamster au moyen d'lectrodesimplantes demeure. Ces potentiels taientensuite dirigs vers un cardio-frquencemtrequi dlivrait une tension proportionnelle lafrquence cardiaque.

    Il amnagea un "open field" utilis lafois pour stresser les rats et valuer leur ractivi-t motionnelle.

    Quant F. BERNET, plus attir par lesaspects biochimiques du problme, il mit aupoint les techniques de recueil, d'extraction et dedosage, par immunofluorescence, de l'adrnali-ne et de la noradrnaline dans l'urine de ratsrecueillie au repos et/ou aprs diverses situa-tions de stress : courses sur tapis, contention,stress sonore Pour cela, il participa, en 1968, un stage de perfectionnement sur les mthodesbiochimiques d'tude des catcholamines uri-naires l'Institut de Pharmacologie de la Facultde Mdecine de Paris (Dir. M. BEAUVALLET) etfut invit, l'anne suivante, au "Laboratory forClinical Stress Research" (Dir. L. LEVI) duKarolinska Institute (Stockholm) particulire-ment impliqu dans l'tude des rponses adr-no-sympathiques au stress chez l'Homme.Les premiers travaux de cette quipe s'orient-rent rapidement vers deux directions :

    - L'volution de la rponse adrno-sym-pathique l'exercice au cours de l'entranementchez le Rat.

    - L'tude de l'existence d'une relationentre la ractivit motionnelle et l'activit adr-no-sympathique chez le Rat.

    B/ - Cration du Laboratoire de Physiologie Cellulaire :

    Comme indiqu prcdemment, lasuite du dcret n 66-411 du 22 Juin 1966, l'aug-mentation du volume des enseignements tantmagistraux que pratiques, encore accrue par lacration de Travaux Dirigs (T.D.), la cration duD.U.E.S. et l'introduction de la PhysiologieCellulaire l'option Chimie-Biologie de la 2meanne de ce diplme, se traduisit, en 1966, par lademande de cration d'un nouveau poste deMatre de Confrences en Physiologie Cellulaireet son obtention.

    Le 1er Octobre 1967, Pierre GUILBAULTfut nomm Matre de Confrences Stagiaire laFacult des Sciences de Lille. Il y fut titularis le1er Octobre 1968 (Tableau III).

    Pierre GUILBAULT, n le 10 Mars 1935 La Celle Saint Cloud, pass par les I.P.E.S.(Octobre 1957 - Septembre 1960), fut l'lve duProfesseur . CORABOEUF Orsay (un despionniers de l'lectrophysiologie en France), qui

  • 11

    l'avait recrut comme Assistant stagiaire le 1er

    Octobre 1960. Titularis le 1er Octobre 1961,Matre-Assistant dlgu le 1er Avril 1963, puisMatre-Assistant titulaire le 1er Dcembre 1964,il soutint, sous sa direction, le 08 Juillet 1966,une thse de Doctorat d'tat s SciencesNaturelles intitule : "Action des ions sur l'activitlectrique et l'activit mcanique du cur deMammifre".

    Hberg dans un 1er temps, comme tousles Physiologistes, au second tage du S.N.-4, defaon assez exigu, il bnficia de l'afflux brutaldes tudiants de 1er Cycle qui conduisit unerestructuration du S.N.-4. Les T.P. furent, encette fin de dcade 60, transfrs dans des sallesdu rez-de-chausse du btiment d'Enseigne-ment (S.N.-1), ce qui permit la rorganisation durez-de-chausse du S.N.-4 afin d'y accueillir lajeune quipe dans une ancienne salle de rser-ves des T.P.

    Ds son arrive, il orienta tout naturelle-ment ses deux premiers Assistants (Tableau III),Ghislain HAUDECOEUR (Fig. 14) et YvonneMOUNIER (laquelle effectuait son enseigne-ment Amiens et sa recherche Lille), sur l'acti-vit lectrique de diffrents types de cellulesexcitables (neurones, fibres musculaires squelet-tiques et myocytes cardiaques) chez diffrentesespces animales. De ce fait, l'quipe se recon-nut, ses dbuts, en tant que "Laboratoire dePhysiologie Compare".

    Les premires proccupations de cettejeune quipe furent de crer, de toute pice, despostes de manipulation selon la technique desmicrolectrodes pour l'enregistrement despotentiels lectriques transmembranaires descellules excitables et selon celle du "sucrose gap"pour l'tude des courants ioniques de cesmmes cellules.

    Les premires expriences furent rali-ses sur des myocytes cardiaques de Rat.Cependant, pour s'affranchir des problmes desurvie de ces cellules mammaliennes, dus leur

    exigence de temprature et d'oxygnation, ellesse poursuivirent sur la Grenouille. Le choix dfi-nitif du modle exprimental fut le Crabe,Carcinus maenas, qui avait l'avantage de fournirdes fibres musculaires squelettiques de grandetaille, idales pour progresser dans l'tude ducouplage excitation - contraction.

    Toutefois, l'ide de comparer les activitslectriques de diffrents types cellulaires subsis-tait et l'ensemble de l'quipe se rendait, tous lesmois, la Station marine de Wimereux, pourtrouver des neurones exploitables chez desCphalopodes (Seiche, Calmar) voire des chi-nodermes (Holothurie).

    La spcialisation dans l'tude de l'activitlectrique des cellules excitables imposa le chan-gement d'intitul de l'quipe qui devint"Laboratoire de Physiologie Cellulaire". Les thmesde recherche se focalisrent sur la nature descourants membranaires et sur le couplage exci-tation - contraction.

    L'arrive de Grard BRUL et de MauriceFALEMPIN en 1969 (Tableau III ; Fig. 15) permitd'explorer l'activit mcanique phasique(secousse) et tonique (contracture) de la fibremusculaire squelettique isole.

    L'essentiel des rsultats de tous ces tra-vaux firent l'objet de publications dans lesannes 70.

    Parmi les jeunes chercheurs qui, en 1970,dbutrent leur formation en PhysiologieCellulaire et poursuivirent leurs activits dansd'autres disciplines Lille, citons Ren CACAN,Bernard LASALLE, Jean-Pierre VILAIN (quifirent carrire en Biochimie pour le premier, enBiologie Animale pour les deux autres), etBernard CARETTE (Fig. 15 ; qui obtint un postede chercheur l'INSERM, Lille-2).

    Quant l'enseignement, son champ d'ac-tion fut tout trouv. La cration du D.U.E.S etl'introduction de la Physiologie Cellulaire, en2me anne de celui-ci, fournit toute l'quipebeaucoup d'occupation que ce soit pour lescours magistraux dispenss par P. GUILBAULTou pour les T.P. et les T.D. mis au point et assu-rs par les Assistants.

  • L'augmentation de la demande en ensei-gnement se traduisit par la cration de deuxnouveaux postes de Matre de Confrencesancienne formule :

    - 1970 vit l'arrive, en provenancede Marseille, de Jean-Paul ROUSSEAU nommdans le 1er poste. Vtrinaire de formation, ilcra le Laboratoire de NeurophysiologieVgtative que rejoignit M. FALEMPIN. Lesobjectifs de ce Laboratoire concernrent lecontrle nerveux de la motricit digestive et lecontrle neuro-endocrinien de la motricit dutractus gnital femelle.

    - le 1er Octobre 1972, . PERTU-ZON, qui avait soutenu sa thse d'tat en Marsde la mme anne, fut nomm dans le secondposte. Il baptisa sa nouvelle quipe "Laboratoirede Physiologie Neuro-Musculaire".

    La nomination, en 1975, du ProfesseurSimon BOUISSET Orsay, permit le recrute-ment dans le poste rendu vacant, au 1er Janvier1976, de Pierre DELORME, venant de Nancy,qui cra le Laboratoire de NeurobiologieFonctionnelle avec comme objectif l'tude de lacirculation (barrire hmo-encphalique) et dumtabolisme encphaliques.

    Au cours des annes 70, ces diffrentsLaboratoires vcurent sparment sur le plan dela recherche, dveloppant chacun sa propre th-matique et tablissant cependant quelques colla-borations ponctuelles avec les autres units.

    De 1978 1988, aprs de gros efforts derestructuration, l'ensemble des Laboratoires dePhysiologie et de Psychophysiologie russit sefaire reconnatre comme Unit Associe auC.N.R.S. (U.A. 308), sous la direction de J-P.ROUSSEAU, ce qui leur donna une meilleurevisibilit locale, et permit la mise en commundes moyens techniques et l'acquisition de mat-riels cot unitaire lev.

    C'est aussi dans ces annes 1970 et 80,que la seconde gnration de Physiologistes vit

    ses mrites reconnus et rcompenss et passaprogressivement dans le cadre professoral(Tableaux II et III) :

    F. GOUBEL fut nomm Professeur l'U.T.C. de Compigne.

    F. LESTIENNE, aprs de longuesannes au C.N.R.S., fut nomm quelques annesProfesseur Nancy I avant de terminer l'U.F.R.S.T.A.P.S. de Caen.

    Bernard MATON mena une carri-re de chercheur C.N.R.S. Paris VI, puis Orsay,qui se termina au grade de Directeur deRecherches.

    J-C. CNOCKAERT fut nommMatre de Confrences Oran (Algrie) dans lecadre de la Coopration entre les Universitsd'Oran et l'U.S.T.L. puis, aprs son retour Lilleen 1984, intgra, en 1985, l'I.N.R.S. de Nancy enqualit de Chef du Laboratoire de PhysiologieEnvironnementale.

    En 1983, Y. MOUNIER vit sonposte de Matre de Confrences (nouvelle for-mule) transform en poste de Professeur 2meClasse et cra le Laboratoire de Physiologie desStructures Contractiles,

    G. HAUDECOEUR fut nommMatre de Confrences au Dpartement deBiologie de l'I.U.T. en 1985, et y devintProfesseur 2me Classe le 1er Octobre 1988,

    G. BRUL fut nomm Professeur2me Classe Amiens en 1987,

    F. BERNET, qui avait rejoint l'qui-pe de Neuroendocrinologie du Dveloppement,dirige par le Professeur Jean-Paul DUPOUY,venu en 1986 d'Amiens dans le poste laissvacant par le dpart de J-P. ROUSSEAU Paris-VII, devint Professeur 2me Classe, en 1992.

    Puis se furent les dparts la retraite dela 1re gnration de Physiologistes lillois :

    . PERTUZON dut prendre uncong pour longue maladie en 1995. Son posterevint du Ministre sous forme de Matrise deConfrences,

    Natalia SKRYMA-PREVARSKYA,venue de Bordeaux, fut nomme en 1995 dans le

    Rsum de l'volution de la Physiologie Animale l'U.S.T.L. :

    12

  • poste laiss vacant par le dpart en retraite de P.GUILBAULT,

    Sylvie DELOOF (lve de J-P.ROUSSEAU) le fut en 1999, dans le poste librpar P. DELORME,

    Les derniers promus furent Didier

    VIAUD et Christophe BRETON (tous deux issusde la Biologie Cellulaire lilloise), nomms en2002, respectivement dans les postes laisssvacants par les dparts la retraite de J-P.DUPOUY et F. BERNET

    Et la vie continue, et souhaitons "bon vent" aux successeurs !

    13

  • 14

  • Lors de sa cration, en 1948, la licence dePsychologie fut place sous la responsabilitadministrative des Facults des lettres.Toutefois, le certificat de Psychophysiologie, quil'avait prcd et qui fut mis au nombre des qua-tre certificats initiaux de cette licence, restait duressort des Facults des Sciences. Le premiercertificat de Psychophysiologie avait en effet tcr en 1943, la Facult des Sciences de Paris,grce aux efforts d'Henri PIRON, PaulGUILLAUME et Pierre-Paul GRASS. La miseen place d'un cursus complet de Psychologiedans les diffrentes Universits franaises se fitlentement. En 1948, seules les Universits deParis et de Strasbourg offraient les quatre certifi-cats ; en 1956, huit Universits sur treize taientdans ce cas, mais Lille n'tait pas du nombre. LaPsychophysiologie fut, Lille, le dernier certifi-cat de la licence de Psychologie pour lequel despostes d'enseignants statutaires furent crs et,pendant une dizaine d'annes aprs la crationde la licence, les tudiants lillois en Psychologiedurent aller terminer leur cursus la Sorbonne.

    Les premiers cours de Psychophysiologiefurent assurs Lille au cours de l'anne scolai-re 1964-1965 (Tableau I), suite la cration d'unposte de Professeur dans lequel avait t nommVincent BLOCH (Tableau IV). Ces cours eurentlieu dans divers locaux, proches de l'ancienneFacult des Sciences, place Philippe Lebon.Outre Vincent BLOCH, participrent l'ensei-gnement, le physiologiste Simon BOUISSET,Grard SCHMALTZ (Figs. 6, 12), premierAssistant de Psycho-physiologie, ainsi que lesenseignants de Physiologie Animale et notam-ment Jacques DENIMAL. L'quipe enseignantes'toffa en 1965 avec le recrutement de Francine

    CIANCIA, et l'arrive de Jean-Claude ROYvenant de Paris. Un laboratoire s'installa dansles combles du btiment de la Facult desSciences, place Philippe Lebon (Figs. 2, 3). Sesrecherches furent orientes vers le domaine quivenait de faire l'objet de la thse de VincentBLOCH : le contrle central de l'activit lectro-dermale. Cette thse montrait que les variationsde conductance cutane, connues sous le nomd'activit lectrodermale, taient dues auxdcharges sudorales accompagnant l'activit deneurones vgtatifs eux-mmes contrls par lescentres du tronc crbral qui rgulent les tatsde vigilance. L'activit lectrodermale refltedonc les variations de la vigilance et constitueun indice qui enrichit les mthodes d'approchede la thmatique "Vigilance et activation ", alorsen plein essor. Jean-Claude ROY partirad'ailleurs, en 1967, se perfectionner auprs del'un des matres du domaine, D. B. LINSDLEY,l'auteur de la thorie de l'activation, initialementapplique aux motions. Mais c'est vers les rela-tions entre vigilance et mmoire, thmesmajeurs de la recherche en Psychologie, queVincent BLOCH aiguilla les recherches de sonquipe (Tableau IV).

    En Juin 1966, le petit laboratoire dePsychophysiologie dmnagea sur le campus deVilleneuve d'Ascq (Fig. 5) o il trouva deslocaux neufs, spacieux et qui auraient mme putre bien quips si les listes de matriel scienti-fique tablies la hte plusieurs annes aupara-vant avaient t mises jour pour tenir comptedes progrs rapides que connaissait l'lectro-nique avec l'utilisation gnralise des transis-tors et l'apparition des premiers circuits int-grs. Toujours est-il que furent offertes des pos-

    15

    2. LA PSYCHOPHYSIOLOGIE

    Jean-Marie COQUERY

    Professeur des Universits honoraire, Psychophysiologie

  • sibilits d'expansion d'autant plus attrayantesque des postes d'enseignants furent crs : lisa-beth HENNEVIN fut recrute ainsi que Marie-Claire TRIGONA, que remplacera MichleMAITTE en 1969, anne qui vit galement l'ar-rive de Bernard DELERM (Tableau IV). Enoutre, quatre chercheurs furent recruts sur despostes CNRS : Bernard DEWEER, Jean-PierreLECANUET, Jean-Claude LECAS et PierreLECONTE. Trs vite le laboratoire fut rig enUnit de Recherche Associe au CNRS affichantcomme programme de recherches : " Les mca-nismes de la vigilance et leurs relations avec lesprocessus d'acquisition".

    Vincent BLOCH, qui assurait, en 1968, ladirection du Dpartement de Biologie, essaierade mettre fin aux difficults et conflits qu'entra-nait la sparation de la Psychologie et de laPsychophysiologie entre deux Universits. Il fut

    envisag d'intgrer la totalit des enseignementsde Psychologie Lille 1 mais, lors du vote dci-sif, les Psychologues choisirent, une faiblemajorit, de rester en Sciences humaines. Avec laloi d'autonomie des universits, ce problme iras'aggravant et la Psychophysiologie sera fr-quemment considre par nombre de collguesbiologistes comme une pice rapporte et lestudiants en Psychologie comme des intrus. Unenouvelle tentative sera effectue vers la fin desannes 1980 pour runifier l'enseignement de laPsychologie dans une seule universit, Lille 1 enl'occurrence. Les Psychologues donneront leuraccord. Mais, confronte au mme moment l'augmentation de ses propres tudiants et ladifficult de trouver des locaux, l'universit deLille 1 reculera devant la perspective d'avoir absorber plus de 3 000 tudiants en Psychologievenant de Lille 3.

    16

    volution de la Psychophysiologie l'U.S.T.L. :

    Vincent BLOCH s'tant vu proposer undpartement au Laboratoire de PhysiologieNerveuse du CNRS, cr Gif-sur-Yvette, ytransfra ses activits de recherche en 1972,emmenant avec lui B. DEWEER, J.C. LECAS, J.P.LECANUET, P. LECONTE et E. HENNEVIN.J.C. ROY qui avait t nomm Matre de conf-rences assura la direction de l'quipe enseignan-te qui restait. Pour compenser les dparts, deuxassistants furent recruts : Christine DEMAIRet Michel DELSAUT, niveau de recrutement quel'on ne reverrait pas de sitt. En 1972, le total destudiants, toutes annes confondues, auxquelsles huit enseignants de Psychophysiologiedispensaient cours, TP et TD s'levait environ350. Vingt ans plus tard, en 1991, il y avait unenseignant de plus, Estva FREIXA i BAQU,recrut en 1978, pour un effectif d'environ 1900tudiants. Le nombre des tudiants continuerad'augmenter tout au long des annes 1990 etatteindra 2850 en 2001 (dont 2500 pour les deuxannes de DEUG) encadrs par douze ensei-

    gnants spcifiquement recruts au titre de laPsychophysiologie.

    En 1973, le poste libr par V. BLOCH futoccup par Jean-Marie COQUERY, chercheurCNRS venant de Marseille. Les personnelsenseignants se rpartirent selon leurs affinitsentre les quipes de J.C. ROY (B. DELERM, M.DELSAUT, G. SCHMALTZ) et de J.M. COQUE-RY (F. CIANCIA, C. DEMAIR, M. MAITTE)formant le Laboratoire de Psychophysiologie,qui comprenait en outre Christine COUSSEMA-KER, secrtaire, Andr BOUS, lectronicien,Monique BCU, photographe CNRS, AlainBRADEFER, garon de laboratoire et bnficiaitde l'aide partielle de Ren COISNE, mcanicien.Les recherches de l'quipe de J.C. ROY concer-naient la commande centrale des activits vg-tatives ; celles de l'quipe de J.M. COQUERYportaient sur le contrle des entres sensoriellesdurant les comportements moteurs et attentifs.

  • Au cours des annes 1970-1980, le labora-toire de Psychophysiologie connut un dvelop-pement difficile d une croissance rapide dunombre d'tudiants en Psychologie accompa-gne d'un blocage des recrutements. L'isolementrelatif dans lequel il se trouvait l'amena tout d'a-bord essayer de conforter son statut institu-tionnel dans un regroupement local associantl'ensemble des laboratoires de Physiologie et dePsychophysiologie. Ce regroupement, reconnucomme Unit Associe au CNRS en 1978 (U.A.308) fut dirig jusqu'en 1986 par Jean-PaulROUSSEAU puis par Jean-Paul DUPOUY jus-qu' la cessation de l'quipe, en 1988.

    Aprs la disparition de l'U.A. 308, lancessit d'accrotre les relations entre les diff-rents acteurs de la recherche en Psychologie,Neurosciences et Psychophysiologie, ncessitque renforait l'mergence des Sciences cogniti-ves au niveau international et national, amena lelaboratoire de Psychophysiologie a proposer laconstitution du Rseau Cognisciences Nord, l'exemple des rseaux de Sciences cognitives quis'taient constitus dans diverses rgions. Cren 1993, Cognisciences Nord regroupait initiale-ment 30 quipes appartenant 7 universits dela rgion.

    Au dbut des annes 90, les conditionsd'enseignement s'amliorrent enfin avec la

    cration de nouveaux postes. Janick NAVE-TEUR est recrute en 1991 comme Matre deConfrences et rejoint l'quipe de J.C ROY. En1992, Maurice FALEMPIN, du Laboratoire dePhysiologie des Structures Contractiles de Lille,est nomm sur un troisime poste de professeur.En 1995, Henrique SEQUEIRA est nomm pro-fesseur sur un poste nouvellement cr ; il s'ad-joint, en 1996, la collaboration d'Odile VIL-TARD, recrute dans le poste libr par E.FREIXA i BAQU, nomm professeur dePsychologie Amiens.

    La fin des annes 1990 voit le bouleverse-ment complet des structures, des quipes et desthmes de recherches. En 1996, ouvrant la lon-gue liste des dparts en retraite, J.C. ROY, quittele laboratoire. Il est remplac par Stfania MAC-CARI, venue de Bordeaux, qui entre en fonctionen 1998, anne o J.M. COQUERY prend luiaussi sa retraite. En 2001, le dpart en retraite deG. SCHMALTZ et de M. MAITTE marque la finde la gnration des pionniers de laPsychophysiologie Lille 1. Mais les jeunes doc-torants et tudiants de DEA dont le nombre aconsidrablement augment au cours desquelques annes prcdentes sont la promessed'une relve assure.

    17

  • 18

  • Si, finalement, j'ai pu rpondre lademande qui m'avait t faite de contribuer l'laboration de l'Histoire de la Facult desSciences de Lille en fournissant un "historique"de la partie concernant la Physiologie Animale(1958 - 1970) et la Psychophysiologie (1963 -1970), priode que je n'ai pas vcue puisque je nesuis arriv Lille qu'en 1976, c'est grce l'aima-ble coopration de certains de ceux qui, soit ontparticip au dmarrage de ces disciplines, soiten ont eu des informations suffisantes.

    En Physiologie, mile PERTUZON (mal-heureusement dcd en 2005) fut le 1er avecqui, en 2001, j'ai pu m'entretenir de la "mission"que les Prsidents de l'A.S.A.-U.S.T.L. (JeanKREMBEL d'abord, puis Joseph LOSFELD plustard) m'avaient confie. C'est lui qui m'orientavers le Professeur Simon BOUISSET : ce pion-nier du Service de Physiologie Animale Lille aaccept, dans un 1er temps, de m'envoyer unextrait de son curriculum vitae puis, lorsque je luisoumis mon premier texte, de l'enrichir de com-plments prcieux. Jean-Claude CNOCKAERT,que je suis all perturber dans sa paisible etagrable retraite de Cagnes-sur-Mer, en 2009, aimmdiatement rpondu prsent ; c'est de luique j'ai obtenu l'essentiel des informations et del'iconographie concernant le Service dePhysiologie Gnrale. Il en va de mme pourGhislain HAUDECOEUR qui, lui aussi, a spon-tanment accept de participer l'opration etm'a communiqu ses souvenirs relatifs laPhysiologie Cellulaire. Quant Franois BER-NET, il a bien voulu me fournir quelques prci-sions concernant lquipe Etude du Stress etm'apporter sa caution en relisant soigneusement

    le texte que j'avais rdig. A. DHAINAUT, sesouvenant qu'il avait particip au lancement dela Physiologie Animale la Facult des Sciencesde Lille, a, lui-aussi, contribu enrichir l'icono-graphie de cet "historique".

    J'ai trouv la mme bonne volont de lapart de Jean-Marie COQUERY : il m'a fourni untexte pour la Psychophysiologie et je lui deman-de de bien vouloir m'excuser pour avoir srieu-sement rduit la partie concernant les annes"post-1970".

    tous, j'exprime ma profonde reconnais-sance et leur adresse, avec mes remerciements,l'assurance de mes plus sincres amitis.

    Un grand merci enfin aux Services duPersonnel (Mesdames DELETTR, DES-PLANQUES puis MALFOY), de la Scolarit(Mesdames LE VILLAIN, DELMEIRE etHUGEUX), au Directeur de l'U.F.R. de Biologie(F. FONTAINE) et son Secrtariat (MadameBETRANCOURT) sans l'autorisation et l'aidedesquels je n'aurais pas pu avoir accs aux archi-ves et produire les tableaux qui accompagnentce texte.

    Pierre DELORME

    Professeur des Universits honorairePhysiologie Animale Lille-1

    (01/01/1976 - 27/11/1999)

    19

    REMERCIEMENTS

  • 20

  • 21

    Tableau I - VOLUTION DES EFFECTIFS ET DES RSULTATS AUX EXAMENS DE 1er ET DE 2me CYCLES [Informations obtenues partir des "Annales" de la Facult des Sciences (de 1958 1965) puis des archives de l'U.S.T.L.]

    PHYSIOLOGIE ANIMALE

    Certificats Mentions / tudiants 58/59 59/60 60/61 61/62 62/63 63/64 64/65 65/66 66/67 67/68 68/69 69/70

    1er Cycle, D.U.E.S. Inscrits 118 148 171 2me anne = Chimie-Biologie Examins en Juin 112 148 168 (Physiologie Cellulaire) Admis sur les 2 Sessions 92 111 126

    Licence s Sciences Naturelles Option Biologie (6 CES) 28* 36* 32* 48* 14* 11* 14* ** ** 128 ** **

    Licence de Chimie-Physiologie Admis sur les 2 sessions 0* 150* 1* 6* 4* ** ** ** ** **

    Inscrits 67 142 118 122 95 97 127 87 144 123 30 102 CES de Physiologie Animale Examins en Juin 73 91 62 86 74 129 104 26 90 Admis sur les 2 sessions 40 59 70 64 54 47 53 47 106 98 23 43

    Inscrits 116 61 Examins en Juin 111 0

    CES de Biologie et Physiologie

    Animales+ Admis sur les 2 sessions 89 22

    Inscrits 43 30 Examins en Juin 33 28

    CES de Biologie et Physiologie

    Cellulaires++ Admis sur les 2 Sessions 27 20

    Inscrits 7 10 4 *** 3 *** *** *** Licence de Physiologie applique Examins en Juin 1 1 0 au Travail Admis sur les 2 sessions 3 0 1 0

    Cr par le dcret n 58-719 du 08 Aot 1958. Cr par le dcret n 66-411 du 22 Juin 1966 * Chaque certificat de Licence devait tre obtenu sparment, la compensation n'existait pas. ** Les "Annales" de la Facult des Sciences n'existant plus aprs 1964-65, l'exploitation des Archives n'a pas permis de connatre le nombre d'tudiants de Sciences Naturelles (sauf en 67-68) ou de Chimie-Physiologie. *** Ce CES n'a t trouv, dans les archives, que pour 66-67. En 1968-69 et 1969-70, en plus du CES de Physiologie Animale, apparaissent 2 Certificats dans lesquels la Physiologie est associe la Biologie : Biologie et Physiologie Animales+ et Biologie et Physiologie Cellulaires++

    PSYCHOPHYSIOLOGIE

    Inscrits 69 68 66 76 93* 59* 9* CES de Psychophysiologie Examins en Juin 50 40 54 72 84 17 6 Gnrale Admis sur les 2 sessions 41 40 43 48 79 18 4

    Inscrits 65 68 68 75 / 114** 113** CES de Psychophysiologie Examins en Juin 34 40 56 59 104 101 Compare Admis sur les 2 sessions 34 36 33 65 95 88 la suite du dcret n 66-411 du 22 Juin 1966, et partir de 1967-68, apparat, en 67-68, un C.E.S de Psychophysiologie* auquel s'ajoute, en 68-69 et 69-70, un CES de Psychophysiologie et Physiologie** (Que remplaaient-ils ?).

  • 22

  • Tableau II - LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE GNRALE quipes de Biomcanique et d'tude du Stress

    ENSEIGNANTS - CHERCHEURS NOMS BOUISSET PERTUZON DENIMAL CNOCKAERT BERNET GOUBEL LESTIENNE Prnoms Simon mile Jacques Jean-Claude Franois Francis Francis Naissances

    Dates 28/01/1929 15/07/1938 24/08/1938 29/09/1941 21/10/1939 21/12/1943 29/01/1941 Lieux 31-Toulouse 59 - Maresches 59 - Daudry 59 - Bailleul 62 - St Pol / Ternoise 62 - Marck 59 - Tourcoing

    Antcdents C.N.R.S. l'E.H.E.

    01/10/53-30/09/59 E.N.I. Douai/Lille

    (1957-61) IPES (1961-64)

    Matre auxiliaire Institution N.D.

    01/10/1964-30/09/65

    IPES : 01/10/1962-30/09/1965 Adj..Enst. 1965-66

    Service militaire Rform (09/65) 27/09/66-27/03/68 Rform 12/1970-30/11/71 03/03/1968-30/06/69 3me Cycle

    DES (1) / DEA (2) (1) 1968 (1) 1967 Thse de 3e Cycle 1973 28/10/1970

    Thse d'Etat 1958-9 ? 13/03/1972 26/09/1974 21/06/1976 05/1977 05/03/1974 Inscription sur la

    LAFMA 01/10/1967 01/12/1969 06/1970 06/1970 LAES 13/07 1972 12/1977 01/06/1974

    LAFMC 13/07/1972 Fonctions Moniteur 01/10/1959 1963-64 Assistant/ *Attach recherche

    dlgu 01/10/1962 01/10/1964-06/65 01/10/1965 01/10/1966 01/10/65-03/68-7/69 stagiaire *01/10/1953-08/55 Zoo/PA - 01/10/1960 01/10/1963 01/11/1964- 10/65 01/10/1966 titulaire *03/08/1955-1957 01/10/1961 01/10/1964 01/11/1965 01/10/1967

    Matre-assistant / *Charg recherche

    dlgu 01/10/1962 01/10/1966 01/10/1969-31/12/69 01/10/1971-30/09/72 stagiaire 01/12/1963 01/10/1967 01/01/1970 01/10/1972

    Titulaire 2me Cl. *1957-59 01/12/1964 01/10/1968 01/01/1971 01/10/1972 01/10/1974 1re Cl 01/01/1987 01/12/1977 MdC 01/01/1985

    Professeur Matre de conf

    stagiaire 01/10/1959 01/10/1972 MdC Oran (Algrie) MdC Compigne CNRS titulaire 01/10/1961 01/10/1972 09/09/1980-1984 10/1975

    2me classe 01/01/1963 09/08/1979 Retour Lille 08/09/84 01/10/1992 PrU Nancy puis Caen 1re Classe 12/10/1969 INRS Nancy 15/4/85 01/09/1995 Classe Exception. ? Autres enseignants (assistants) "temporaires" : Dr Cl. LENFANT (1959-60), D. CRESSEVER* , D. HNON* (*ont rejoint le Secondaires en 1963 aprs obtention du CAPES) Personnel technique: H. BOUTRY, M. BRICHE, R. COISNE, G. DUTRIEUX (Techniciens). Mmes M-C. BONTE, C. EYMARD (Techniciennes vacataires)

    23

  • 24

  • 25

    Tableau III - LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE CELLULAIRE

    ENSEIGNANTS - CHERCHEURS NOMS GUILBAULT HAUDECOEUR MOUNIER BRUL FALEMPIN Prnoms Pierre Ghislain Yvonne Grard Maurice Naissances

    Dates 10/03/1935 15/04/1945 31/10/1942 07/02/1946 14/04/1946 Lieux 78 - La Celle Saint Cloud 08 - Guincourt 49 - Saumur 02 - Etaves et Bocquiaux 62 - Desvres

    Antcdents I.P.E.S. : 1957 - 1960 E.N.I. : 1960 - 1964

    I.P.E.S.: 01/10/1964 - 1966

    Service militaire Rform : 30/5/1962 01/06/1972 - 01/06/1973 / 01/04/1973 - 31/03/1974 Dispens 3me Cycle

    DES (1) / DEA (2) (1) Orsay, 29/7/1965 (1) 01/1969 ; (2) 06/1969 (1) 06/1966 (2) 06/1969 (2) 10/1969 Thse de 3e Cycle 03/1971 03/02/1972 13/03/1972

    Thse d'tat Orsay : 08/07/1967 09/1975 25/06/1975 07/06/1978 16/03/ 1981 Inscription sur la

    LAFMA 06/1971 01/12/1972 06/1973 LAES 12/1975 1975

    LAFMC/HDR 06/1977 06/1976 22/05/1992 Fonctions Moniteur 01/10/1966 - 30/09/1967 Assistant/*Attach recherche

    dlgu Orsay : 01/10/1967 - 30/11/1967 Amiens : 01/10/1967 01/10/69 - 30/09/72 01/10/1969 - 30/09/1972 stagiaire 01/10/1960 - 30/09/1961 01/12/1967 - 30/11/1968 Amiens : 01/01/1968

    Lille : 01/10/1968 01/10/1972

    titulaire 01/10/1961 - 30/11/1964 01/12/68 - 01/01/1969 01/10/1973 *01/10/1972 Matre-assistant/*Charg recherche

    dlgu Orsay : 01/04/1963 01/10/1973 - 30/09/1974 01/10/1972 stagiaire 01/10/1974 - 30/09/1975 01/10/1973 01/01/1977 *01/01/1977

    Titulaire 2me Cl. 01/12/1964 01/10/1975 01/10/1974 01/01/1978 *01/01/1978 1re Cl 01/12/1975 01/12/1975 01/01/1979 MdC I.U.T. Lille : 01/11/1985 01/01/1985 *01/01/1985

    Professeur Matre de Confrences

    provisoire Lille 01/10/1967 / / / / stagiaire / / / / titulaire 01/10/1968 / / / /

    Sans Chaire 01/01/1971 / / / / 2me classe 09/08/1979 I.U.T. Lille : 01/10/1988 01/02/1983 Amiens 1986: 01/10/1992 1re Classe 01/01/1987 I.U.T. Lille : 01/10/1996 01/01/1992 01/09/2003 Classe Exceptionnelle 01/09/2000

    * Pass au Laboratoire de Physiologie Neurovgtative Autres futurs enseignants/chercheurs ou chercheurs passs par la Physiologie Cellulaire en 1970 : R. CACAN, B. CARETTE, B. LASALLE, J-P. VILAIN.

  • 26

  • 27

    Tableau IV - LABORATOIRE DE PSYCHOPHYSIOLOGIE

    ENSEIGNANTS CHERCHEURS NOMS BLOCH SCHMALTZ CIANCIA ROY JANSOONE-MAITTE TRIGONA DELERM Prnoms Vincent Grard Francine Jean-Claude Michle Marie-Claire Bernard Naissances

    Dates 02/08/1925 05/04/1940 11/07/1944 14/07/1936 14/10/1940 29/09/1940 21/07/1946 Lieux 78 - Svres 70 - Vesoul 59 - Denain 17 - St Nazaire/Charente 62 - Sallaumines 80 - Ault 06 - St Laurent du Var

    Antcdents Lic. Sci. Nat., 1962 ;

    Lic. Doctorale, 1964 Documentaliste CNRS

    01/10/1965 30/09/1967 ENI La Rochelle 1953 - 57

    Lic. 1960 Lic. 1968

    Matrise Biochimie Lic. Sci. Nat.

    + 3 CES Lic. Psychophysiolog. 1967

    Service militaire Engag vol 6/6/44 - 7/10/46 02/09/1963 - 17/12/1964 Rform 3me Cycle

    DES (1) / DEA (2) (1) 12/1963 (2) 1971 (2) 1966 (2) 1970 Thse de 3e Cycle 1965 12/1982

    Thse d'Etat 1963 09/12/1988 02/04/1971 Inscription sur la

    LAFMA 1969 01/06/1974 04/1965 12/06/1974 LAES 1971

    LAFMC 1963 01/06/1972 Fonctions Moniteur Phy.An. : 10/1962 - 09/63 Bordeaux I : 11/59 - 07/60 Assistant/ *Attach recherche

    dlgu 01/10/1963 01/10/1967 Bordeaux 11/1960 - 10/61 Paris 10/1962 - 09/65

    01/01/1969 - 30/09/1970 Paris 10/1965 - 10/67 Lille 09/1968

    1/10/1969 - 30/09/1971

    stagiaire Paris* 1947 01/11/1964 01/10/1968 01/10/1970 - 30/09/1971 01/10/1971 titulaire Paris* 1949 - 1/12/1958 01/11/1965 01/10/1969 01/10/1965 01/10/1971 01/10/1972

    Matre-assistant / *Charg recherche / **Chef de travaux

    dlgu Paris** 1/10/1958 1/10/67-1/10/68(Poste Roy) 01/03/1976 - 30/09/1976 stagiaire Paris 1/12/1960 01/10/1969 01/10/1978 Lille 01/10/1965 01/10/1976

    Titulaire 2me Cl. Paris 1/12/61-Lille 1/10/63 01/10/1970 01/10/1979 01/10/1966 01/10/1977 1re Cl 01/01/1979 01/01/1986 01/04/1972 01/01/1983

    MdC (Nle appel.) 01/01/1986 01/01/1990 2e Cl, 1/10/89 ; 1e Cl, 1/1/91 01/01/1990 Professeur Matre de conf Charg cours Paris 1958-62

    stagiaire 01/10/1963 / / 01/10/1972 / / titulaire 01/12/1964 / / 01/10/1972 / /

    2me classe Ss Ch Titul

    01/01/1965 Lille 01/10/69 Paris 01/10/72

    / / 09/08/1979 / /

    1re Classe ? 01/01/1993 Cl. Except. ? /

  • 28

  • Figure 1 : Le Professeur Simon BOUISSET ( gauche) et le Doyen P. COMBEMALE, Wimereux, lors de l'inauguration de la station marine, en Octobre 1960 (Photographie fournie par A. DHAINAUT).

    Figure 2 : L'ancienne Facult des Sciences, place Philippe Lebon (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 3 La place Philippe Lebon vue de la Facult des Sciences (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 4 : Le btiment de Physiologie Animale (SN-4) avec l'animalerie (SN-6), le btiment de Biologie Animale (SN-3), le btiment d'enseignement de S.V.T. (SN-1) et l'extrmit du btiment de Biologie Vgtale (SN-2) l'automne 2009 (Photographie de P. DELORME)

    29

  • 30

  • Figure 5 : A. DHAINAUT (Assistant de Zoologie, gauche) et mile PERTUZON (Moniteur de Physiologie Animale, droite) en conversation avec de jeunes tudiantes lors de l'anne universitaire 1959- 1960 (Photographie fournie par A. DHAINAUT).

    Figure 6 : J-C. CNOCKAERT et Grard SCHMALTZ avec le squelette (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 7 : Jean-Claude CNOCKAERT et Francis LESTIENNE en salle de Travaux Pratiques (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    31

  • 32

  • 33

    Figure 8 : Premier poste exprimental conu, ralis et utilis par Jean-Claude CNOCKAERT (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 9 : Djeuner dans un bureau lors du dmnagement sur le campus de Villeneuve d'Ascq. De gauche droite : F. BERNET, . PERTUZON et J. DENIMAL (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 10 : J. DENIMAL dans son bureau du SN-4 (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT). Figure 11 : . PERTUZON et J. DENIMAL dans le bureau de ce dernier (Photographie fournie

    par J-C. CNOCKAERT)

  • 34

  • 35

    Figure 12 : Runion conviviale dans la bibliothque. De gauche Droite : G. DUTRIEUX, E. PERTUZON, M-C. BONTE, C. EYMARD, G. SCHMALTZ, M. BRICHE (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT)

    Figure 13 : Sur la terrasse du SN-4. De gauche droite : F. BERNET, F. LESTIENNE, J. DENIMAL, H. BOUTRY, F. GOUBEL E. PERTUZON (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 14 : Photo de groupe en 1967. De gauche droite, assis F. GOUBEL, Mme POULAIN (technicienne des sols), J-C. CNOCKAERT, Marie Agns LAMBLIN (technicienne) F. LESTIENNE, J. DENIMAL ; debout : G. DUTRIEUX, F. BERNET, G. HAUDECOEUR, J-C. BENAUDET (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).

    Figure 15 : L'quipe de football de la Physiologie Animale en 1969. De gauche droite, debout : F. GOUBEL, B. CARETTE, Jean CAVAEL, M. FALEMPIN, F. LESTIENNE, Francis SIX ; accroupi : J-P. VERRIEST, J-C. CNOCKAERT, Georges ATTAGNANT dit "Jojo" (technicien) G. BRULE (Photographie fournie par J-C. CNOCKAERT).