La Russie d'Aujourd'hui

  • View
    216

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La Russie d'Aujourd'hui est une source d'informations politiques, économiques et culturelles internationalement reconnue. Elle propose une couverture médiatique réalisée sur le terrain par des journalistes possédant une connaissance en profondeur du pays, ainsi que des analystes et un vaste éventail d'opinions sur les événements actuels.

Text of La Russie d'Aujourd'hui

  • La Cit des toiles, cest 6 700 habitants, une lgende de las-tronautique et la plus forte concentration de hros de lUnion sovitique et de la Rus-sie (plus haute dcoration hono-rifi que du pays) au km2. Cet an-cien coin communiste , comme on lappelait lpoque soviti-que pour la qualit de la vie quil offrait, est situ 25 km au nord-est de Moscou. lapproche, la carte de la rgion disparat de lcran du GPS, la ville est en-core aujourdhui ferme , se-crte. En y pntrant, on se rend compte que le temps a contour-n la Cit des toiles. Jadis fi er-t nationale, elle est devenue un muse de larchitecture soviti-que. Cest au cur de la ville, protg par un poste de contr-le, que se situe le centre dtu-des Gagarine. Cest ici que sont forms les astronautes et hber-ges les reprsentations perma-nentes de la NASA et de l Agence spatiale europenne.

    ANASTASIA GOROKHOVALA RUSSIE DAUJOURDHUI

    La Russie a considrablement investi dans la sret nuclaire aprs la catastrophe de Tchernobyl. Et nest pas prte renoncer aux lucratives exportations de centrales.

    Llectrochoc de Tchernobyl a remis les pendules lheure. Les racteurs ont t moderniss puis inspects et certifi s par lAgence internationale de lnergie atomique (AIEA). Nous avons implant un sys-tme intelligent de scurit pas-sive afi n dviter toute erreur humaine , affirme Igor Kony-chev, de lAgence atomique russe Rosatom.Cette dernire saffirme telle-ment convaincue de la scuri-t des centrales russes quelle exporte son programme nu-claire dans les pays europens, en Turquie et mme jusquen Chine. La Russie contrle aujourdhui 20% du march mondial des centrales nuclai-res , selon Konychev.Une telle position nest pas en phase avec lopinion publique mondiale mais elle repose en revanche sur une solide logique commerciale et industrielle.

    Nuclaire : la scurit dabordnergie Aprs Fukushima, le gouvernement russe continue de privilgier latome mais vrifie ses installations

    SUITE EN PAGE 2

    Distribu avec

    Mercredi 20 avril 2011

    15 ans aprs le vol historique, Paul Ricard invitait le premier cosmonaute chez lui sur la Cte dAzur. Linterprte de cette rencontre insolite relate pour nous quelques anecdotes.

    Gagarine chez Ricard

    PAGE 3

    Dans un entretien exclusif, Arkadi Dvorkovitch, conseiller conomique du prsident, voque les privati-sations et la ncessit doffrir aux investisseurs trangers le mme niveau de confort quen Europe.

    PAGE 5 PAGE 4

    Caucase grand luxeDans lcrin du Caucase, une future station de ski, baptise Lagonaki, ambitionne de rivali-ser avec Courchevel. Ltat, qui prend le projet bras-le-corps, assure le financement.

    PAGE 6

    VERONIKA COLOSIMOSPCIALEMENT POURLA RUSSIE DAUJOURDHUI

    SUITE EN PAGE 2

    Pour pntrer dans la zone dexclusion , un rayon de trente kilomtres autour de la centra-le de Tchernobyl et de son rac-teur numro 4 qui a brl dans la nuit du 25 au 26 avril 1986,

    il faut passer un point de contr-le muni dune autorisation ob-tenue au pralable. Avant dtre admis, tout visiteur doit signer un papier : il prend lentire res-ponsabilit des risques encou-rus. lapproche du racteur abm, recouvert depuis la fi n de 1986 dun sarcophage de bton et dacier, les dosimtres semballent, en montrant des ni-veaux de radioactivit des di-zaines fois suprieurs la nor-male. Mais les guides de lagence gouvernementale Cher-nobyl Interinform, qui gre et

    Les traces indlbiles de la catastrophe

    Anniversaire 25 ans aprs, dans les ruines de Tchernobyl

    OPINIONS

    contrle la zone, se veulent ras-surants : La dose reue en une journe passe ici est infrieure celle dune radiographie den-taire , explique Youri Tatar-chouk, qui travaille sur le site depuis 1998. Non loin du rac-teur, des pilots dacier slancent dans le ciel : cest le chantier du nouveau sarcophage qui doit venir recouvrir lancien, devenu vtuste. Le projet, men depuis 2007 par le groupement fran-ais Novarka, fait dbat. Alors que la date de premption de lancien, fabriqu pour tenir 25-30 ans, approche, le chantier peine dmarrer, sinquite Vla-dimir Tchouprov, le directeur du dpartement nergtique de Greenpeace Russie.

    un quart de sicle dintervalle, Fukushima et Tchernobyl rappellent le cot humain et conomique monstrueux des erreurs commises par lindustrie nuclaire.

    Grard Depardieu incarne le personnage mythique dans le film ponyme que Jos Dion tourne dans la rgion dArkhangelsk.

    Vue du quatrime racteur de la centrale nuclaire Mayak, Tchliabinsk.

    PHOTO DU MOIS

    Depardieu en Raspoutine

    Poutine mise sur le pragmatismeLconomiste Roland Nash juge que dsormais, la politique trangre russe se fonde essen-tiellement sur les intrts co-nomiques du pays, sans souci de suivisme ou dopposition par rapport lOccident.

    PHO

    TOSH

    OT/

    VO

    STO

    CK-

    PHO

    TO

    Porte de lespaceLa Cit des toiles ou ville de Gagarine , proximit de Moscou, ne figure sur aucune carte. Cest l que sont forms les astronautes internationaux.

    VLADIMIR ROUVINSKIYLA RUSSIE D'AUJOURD'HUI

    SUITE EN PAGE 3

    Ce supplment de huit pages est dit et publi par Rossiyskaya Gazeta (Russie), qui assume lentire responsabilit de son contenu

    Publi en coordination avec The Daily Telegraph, The Washington Post et dautres grands quotidiens internationaux

    Lre de la fminisation et de la non-fiction

    Akhmatova divise les mlomanes

    La littrature russe connat une renaissance et affiche de nouvelles tendances.

    La presse se montre trs critique envers la cration, lOpra Bastille, du spectacle de Bruno Mantovani.

    P. 7

    P. 8

    Le 50 meanniversaire

    du 1er vol humain dans lespace

    NASA

    ITA

    R-T

    ASS

    VOSTOCK-PHOTO LORI/LEGION MEDIA NIKOLAY KOROLEV

    ELIS

    A H

    ABE

    RER

    Lconomie en mutation

  • 02 LA RUSSIE DAUJOURDHUI WWW.LARUSSIEDAUJOURDHUI.FRCOMMUNIQU DE ROSSIYSKAYA GAZETADISTRIBU AVEC LE FIGARO Politique & Socit

    Les traces indlbiles de la catastrophe

    librs par le racteur endom-mag. Depuis, les habitants de ces rgions sexposent travers la nourriture : champignons, baies et lait tir des vaches qui pturent librement sont porteurs de radionuclides. 70 95 % des irradiations aujourdhui sont internes, contre 5 30% exter-nes , prcise Valery Kashparov, directeur de lInstitut ukrainien de radiologie agricole. On na pas de diagnostic officiellement reconnu, mais les enfants des zones contamines ont un syst-me immunitaire affaibli, prsen-tent souvent des insuffisances de croissance , se dsole Olga Vas-silenko, mdecin au centre m-dical franais de Kiev, Les en-fants de Tchernobyl . Ivan Nevmerzhitski, mdecin en chef de lhpital de Lipniki, dans la rgion de Jitomir, sinquite : Les cas de cancers de lesto-mac et du poumon ont augmen-t ces 25 dernires annes ; une bronchite se soigne pendant des semaines, car les gens nont plus dimmunit. Selon moi, cest di-rectement li lirradiation par la nourriture . Les produits ven-dus dans les supermarchs sont strictement contrls, mais pas ceux brads la sauvette par les paysans eux-mmes, sur les bords de route. Ni ceux que les villageois consomment au quo-tidien. Selon des analyses me-nes par Greenpeace, dans cer-taines rgions, comme celle de Rivnenska (nord-ouest du pays, 250 km de la centrale), la concentration de csium 137 dans le lait peut monter jusqu 16 fois le niveau acceptable, tan-dis que 73% des pturages sont contamins.

    Le directeur de la zone dexclu-sion, Volodymyr Kholocha, se veut rassurant : Restaur, le sarcophage peut encore servir 15 ans . Mais il souligne quil man-que 600 millions deuros sur le milliard et demi ncessaire la modernisation et lentretien du site. Plus grave, les experts dnoncent la dfi cience du projet retenu : Le principal objectif dun nou-vel abri tait de permettre le d-mantlement du vieux sarcopha-ge et lextraction de tous les combustibles nuclaires , expli-que Nikolay Karpan, ingnieur de la centrale depuis 1969 puis liquidateur des consquences de laccident de 1986 1989, actuel-lement directeur des program-mes dexpertise du Parti national de Tchernobyl. Mais ce but a t totalement perdu de vue, et le projet actuel nest quune co-quille vide, un hangar, qui ne pr-voit aucun mcanisme de dmon-tage, pas plus quil ne permet de protger les gens qui travailleront lintrieur. lheure actuelle, le principal danger rside dans la poussire radioactive qui pro-voque des irradiations internes lorsquelle est inhale . Un quart de sicle aprs la ca-tastrophe, cest effectivement labsorption dlments radioac-tifs qui menace les employs de la centrale, mais aussi les mil-liers de personnes vivant dans les zones contamines. Au-del de la zone dexclusion , va-cue au lendemain de laccident, sur des centaines de kilomtres carrs toujours peupls, les sols ont absorb les rejets toxiques

    Pripyat, 2 km de la centrale, est devenue une ville fantme.

    SUITE DE LA PREMIRE PAGE

    MACHA FOGELLA RUSSIE DAUJOURDHUI

    La communaut juive, brime sous lre sovitique, observait ses traditions dans la clandestinit. Aujourdhui, elle tente de redonner vie des coutumes parfois oublies.

    Une Pque juive aux multiples facettes Religion 20 ans aprs la Perestroka, le judasme connat un essor et une libert sans prcdent en Russie

    Mon grand-pre fut excut en 1950 Leningrad par ltat sovitique parce quil fabriquait de la matsah, cette galette plate que les juifs mangent la place du pain lev pendant les huit jours de la fte de Pessah, la Pque juive. Aujourdhui, mon fi ls, qui porte le nom de mon grand-pre, est charg par le Prsident Dmitri Medvedev de cachriser la cuisine du Kremlin quand Benyamin Netanyahou, le Premier ministre isralien, est en visite Moscou , se r-jouit le rabbin Ytshak Kogan, qui dirige la principale syna-gogue Loubavitch de Moscou. Depuis la Perestroka, la vie re-ligieuse juive renat de ses cen