La Stimulation Electrique du Stimulation... · Extraits du livre intitulé « Physical Control of the

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La Stimulation Electrique du Stimulation... · Extraits du livre intitulé « Physical Control of...

  • Extraits du livre intitul Physical Control of the Mind

    La Stimulation Electrique du CerveauVers une socit psycho-civilise

    Jose M. Delgado

    1969 et rvisions

    Traduit d'aprs le document intitul Physical Control of the Mind disponible sur

    http://www.freedomfchs.com/pcofthemindbydrjosed.pdf

    http://www.freedomfchs.com/pcofthemindbydrjosed.pdf

  • Table des matiresPartie I - L'volution mentale...............................................................................................................7

    Chapitre 1 - Le contrle de la destine humaine. Libration de l'tat naturel.................................7Partie II - Le cerveau et la pense en tant qu'entits fonctionnelles...................................................12

    Chapitre 7 - Dpendance sensorielle de l'esprit chez l'adulte........................................................12Chapitre 8 - Hypothses de travail pour l'tude exprimentale de la pense.................................16Chapitre 9 - L'histoire des expriences de contrle matriel du systme nerveux........................17

    Partie III - Expriences de contrle des fonctions crbrales sur des sujets en action.......................19Chapitre 10 - Contrle des fonctions crbrales sur des sujets en action......................................19Chapitre 11 - Mthode de communication directe avec le cerveau .............................................21Chapitre 12 Stimulation lectrique du cerveau...........................................................................31Chapitre 13 Effets moteurs.........................................................................................................33Chapitre 14 Enfer et paradis dans le cerveau: le systme de punition et de rcompense...........44Chapitre 15 Hallucinations, souvenirs et illusions chez l'Homme.............................................64Chapitre 16 Effets d'inhibition sur les animaux et les humains..................................................66

    Partie IV Evaluation du contrle par stimulation lectrique du cerveau.........................................84Chapitre 17 - Evaluation du contrle par stimulation lectrique du cerveau.................................84Chapitre 18 Activation lectrique de la volont ....................................................................86Chapitre 19 Caractristiques et limites de la prise de contrle du cerveau................................89Chapitre 20 Applications mdicales...........................................................................................91Chapitre 21 Considrations thiques..........................................................................................97

    A propos de l'auteur..........................................................................................................................103

  • Quelques extraits de cet ouvrage

    Chapitre 8 Dans le cerveau, il existe des mcanismes basiques responsables de toutes les activits mentales, y compris la perception des sensations, les motions, la pense abstraite, les relations sociales ainsi que les crations artistiques les plus labores. 2) Ces mcanismes peuvent tre dtects, analyss, influencs et parfois remplacs par des moyens physiques ou chimiques. Cette approche n'affirme pas que l'amour ou les penses sont exclusivement des phnomnes neurophysiologiques mais accepte l'vidence que le systme nerveux central est absolument ncessaire toute manifestation du comportement. Il s'agit d'tudier les mcanismes impliqus. 3) Des rponses mentales et comportementales dterministes peuvent tre induites par une manipulation directe du cerveau. 4) Nous pouvons substituer une raction intelligente et volontaire du fonctionnement nerveux la place des raction automatiques.

    Chapitre 10 Un manipulateur peut volontairement induire chez les chats, les singes et mme les humains, la flexion d'un membre, le fait de vomir, ou de ressentir des motions par l'influence d'impulsions lectriques portes par des ondes radio qui atteignent les profondeurs du cerveau.

    Chapitre 12 La littrature scientifique prsente dj une quantit substantielle d'informations concernant les effets induits par SEC. Par exemple, le coeur peut tre arrt pendant l'intervalle de quelques battements, ralenti ou acclr par une stimulation adapte de certaines structures corticales et sous-corticales. Ceci illustre bien que c'est le cerveau qui contrle le coeur et non pas le contraire. Le rythme et l'amplitude de la respiration ont t commandes par SEC. La scrtion et les mouvements gastriques aussi. Le diamtre de la pupille peut tre ajust volont (illustration 7), entre sa contraction maximale et sa dilatation maximale, comme s'il s'agissait d'un obturateur d'appareil photo, en tournant simplement le bouton commandant l'intensit de la stimulation lectrique applique dans la rgion de l'hypothalamus (61). La plupart des fonctions viscrales ont t modifies par SEC, de mme que les perceptions sensorielles, l'activit motrice et les fonctions mentales.

    Chapitre 13 Mais le fait surprenant est que la SEC peut, en fonction de l'endroit ou elle est applique, induire non seulement des actes simples mais aussi des comportements complexe et bien organiss, qui sont distinguer des actes spontans.

    La stimulation de zones prcise du cerveau a permit d'induire la plupart des mouvements simple observs dans le comportement spontan. Ceci inclut le froncement de sourcils, l'ouverture et la fermeture des yeux, l'ouverture, la fermeture et l'orientation de la bouche, les mouvements de la langue, la mastication, les contractions de la face, les mouvements des oreilles, les rotations, flexions et extensions de la tte et du corps et des mouvements de jambes, bras et doigts. Nous en concluons que le plupart sinon tous les mouvements simples existants peuvent tre induits par

  • stimulation du cerveau En fait la surprise vient du fait que l'utilisation d'impulsions lectriques appliques directement sur le cerveau peut activer des structures crbrales qui ont la capacit complexe de commander la marche. Et cette marche apparat avoir des caractristiques normales.

    Chapitre 14 Certains patients ont montr un tat d'anxit et d'agitation lors de la stimulation du pallidum par une onde de frquence suprieure 8 hertz et ils sentaient aussi une sensation de chaleur crasante dans la poitrine (123). Quelques uns ont fait tat d'une anxit vitale dans la poitrine , et se mettaient crier d'angoisse lorsque l'exprience tait rpte.

    Chapitre 16 Un exemple de sommeil induit par SEC du cerveau d'un singe est visible sur l'illustration 18. Aprs 30 secondes de stimulation de l'aire septale les yeux de l'animal ont commenc se fermer, se tte s'est abaisse, son corps s'est dtendu et il a parut tomber dans un tat naturel de sommeil...En thorie il devrait tre possible de traiter l'insomnie chronique par la stimulation du cerveau, ou de crer une horloge biologique artificielle rglant l'activit et le repos par le moyen d'une stimulation programme des aires d'excitation et d'inhibition du cerveau. Mais relever ce dfit ncessite encore des recherches.

    A proximit des zones inhibitrices de la faim, il existe un zone qui est implique dans l'inhibition de l'agressivit. Lorsque cette partie du noyau caud est stimule (illustration 20), le macaque rhsus, au comportement normalement froce, devient tranquille et au lieu de saisir, griffer et mordre tous les objets s'approchant de lui, il s'assoit paisiblement et l'exprimentateur peut toucher sa bouche et le soigner sans risques. Pendant tout ce temps, l'animal est conscient de l'environnement, mais il a tout simplement perdu son irritabilit habituelle. Ceci montre que la violence peut tre inhib sans rendre l'animal somnolent ou dprim. L'identification des zones crbrales responsables de la frocit pourrait amener la possibilit de bloquer leur fonctionnement et diminuer l'agressivit naturelle sans impacter la vivacit du comportement.

    L'illustration 23 montre que le singe Ali, le chef, puissant et de mauvais caractre, d'une colonie, montrait souvent son hostilit en mordant sa main et en menaant les autres membres. La stimulation radio du noyau caud de Ali a bloqu son agressivit naturelle avec une telle efficacit que l'on pouvait prendre l'animal dans sa cage sans difficult ni danger. Puis on a plac un levier sur la mur de la cage. Sa pression permettait de dclencher une stimulation radio de 5 secondes du noyau caud d'Ali. De temps en temps certains singes domins touchaient le levier qui se trouvait situ prs du plateau d'alimentation, ce qui dclenchait la stimulation d'Ali. Une femelle singe, nomme Elsa a rapidement dcouvert que l'agressivit de Ali pouvait tre inhib en appuyant sur ce levier, et lorsque Ali la menaait, on a not plusieurs reprises que Elsa ragissait en appuyant sur le levier. Son regard direct vers le dominant tait trs significatif car un singe domin n'oserait pas agir de la sorte, de peur de reprsailles immdiates.

    Par exemple, une de nos patientes devait compter les nombres entiers en croissant partir de 1. Arrive au nombre 14, la SEC fut applique et la parole s'est immdiatement interrompue, sans changement de la respiration ou de l'expression faciale et sans anxit ou peur. Lorsque la stimulation a cess quelques secondes plus tard, la patiente a repris immdiatement le dcompte.

  • Chapitre 18 Nous pouvons conclure que la SEC peut dclencher et influencer certains mcanismes crbraux impliqus dans la comportement volontaire. Ceci nous permet d'tudier les fonctions neuronales en relation avec ce que l'on nomme volont et, dans un futur proche, cette mthode exprimentale devrait permettre de clarifier des concepts aussi controverss que la libert , l'individualit et de la spontanit grce des termes concrets plutt que de dbattre vaguement sur ces termes.

    La possibi