L'Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de Léopold

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • LAnthologie de la nouvelle posie ngre et malgache de Lopold Sdar Senghor, un manifeste de la ngritude Par Thierry Sinda*

    Je ddie ce modeste travail pionnier, la mmoire d Aim Csaire, le Pape de la ngritude qui dans un de ses moments surralistes automatiques primitifs, cra le nologisme NEGRITUDE qui parce qu il surgit du fond de son me noire, fut ensuite repris en chur par des millions de bouts de bois noirs enivrs par le son de son tam-tam qui fleure bon le son de l Afrique mystrieuse d Hier et de Demain. (1).Par le court message-ddicace suivant qu il conut mon adresse : Pour toi et notre Congo, lointain peut-tre, mais natal (2), Aim Csaire exhortait, le bon franais n sur les bords de la Seine que je suis, et qu il avait crois jeune enfant dans le 13e arrondissement de Paris, ne jamais oublier le riche hritage de mes dignes anctres des Afriques. Nous lui souhaitons de grandes, vraies et trs chaleureuses retrouvailles avec ses amis et ses plus- que- frres de l Anthologie dont il tait ,jusqu au jeudi 17 avril 2008 17h - heure de Martinique- le dernier survivant. Dans le cadre du 5e Printemps des Potes des Afriques et d Ailleurs qui s est tenu du 2 au 16 mars 2008, le comit d organisation du festival a dcid de rendre un hommage appuy aux 60 ans de la parution de l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache. Dans la communication que j ai faite, des fins de commmoration, de manire allge la Socit des Potes franais(3) , et de manire plus complte la Sorbonne(Paris III) dans le sminaire de l Ecole doctorale du professeur Jean Bessire, je me suis interrog sur la possibilit de considrer l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache de Lopold Sdar Senghor comme un manifeste de la ngritude. Je vous livre l intgralit de ma communication, quelque peu amnage pour la circonstance, et en raison de lactualit.

    -L tude de la ngritude au miroir des Ecoles synchronique et diachronique Dans l tude du mouvement littraire de la ngritude, nous distinguerons deux Ecoles de chercheurs : l Ecole synchronique et l Ecole diachronique. -L Ecole synchronique L Ecole synchronique est inaugure par Lilyan Kesteloot. Dans sa thse de doctorat Les crivains noirs de langue franaise : naissance d une littrature , soutenue en 1961 et dite en 1963 (aux ditions de l Universit Libre de Bruxelles), Lilyan Kesteloot prend le parti d tudier la ngritude une priode donne. Selon Lilyan Kesteloot la ngritude nat vers 1934 autour du journal L Etudiant noir. En effet, la premire partie de son ouvrage s intitule : Les origines(de la ngritude) :Lgitime dfense , et la seconde partie de son ouvrage s intitule : Naissance de la ngritude : L

  • Etudiant noir . En construisant son travail sur la ngritude autour de ce qu elle a appel Le groupe de l Etudiant noir , elle rige de facto le dit journal au rang de manifeste de la ngritude. Nous ferons deux remarques : premirement que Lilyan Kesteloot n a jamais eu le dit journal entre les mains(dans son ouvrage elle crit : Aucun des crivains que j ai touchs n a pu me fournir un exemplaire de ce journal. Note 2 p 91), et deuximement que son tude, fort intressante, se limite trois potes de la ngritude savoir Senghor, Csaire et Damas. Le parti pris organisationnel de son travail pionnier, nous semble surfait dans la mesure o dans son introduction Kesteloot reconnat parfaitement la porte de l Anthologie de Senghor tel qu en tmoigne avec loquence l extrait suivant : A l heure o le continent africain se rveille et rclame sa libert, il est temps de reconnatre que les crivains noirs d expression franaise forment un vaste et authentique mouvement littraire ! Sartre, dans Orphe noir, la brillante prface qu il donna l Anthologie de la posie ngre et malgache de L. S. Senghor, avait salu, en 1948 dj, l avnement des potes de la ngritude. (p.18). En dpit de la reconnaissance du fait de l importance de l Anthologie de 48 de Senghor, Lilyan Kesteloot dveloppe une analyse de la ngritude en s appuyant exclusivement sur l invisible journal L Etudiant noir publi vers 1934 .De plus, son analyse ne parvient gure, et pour cause, mettre en vidence l aspect manifestaire dudit journal . Le point de vue de l Ecole Synchronique dans l analyse du mouvement littraire de la ngritude est, jusqu ce jour, dominant dans l tude des lettres et sciences humaines francophones.(4). -L Ecole diachronique L Ecole diachronique est inaugure par Claude Wauthier. Dans son ouvrage l Afrique des Africains, inventaire de la ngritude publi en 1964 aux ditions du Seuil, il prend le parti d tudier la ngritude dans le temps. Selon Wauthier la ngritude peut tre apprhende travers les sicles et dans diverses aires linguistiques. Dans cette optique, il tudie : la potesse noire amricaine du XVIIIe sicle Phillis Wheatley, le pote afro-brsilien du XIXe sicle Luis Gama, le pote afro-cubain du XXe sicle Nicolas Guillen, le pote angolais du XXe sicle Agostino Neto et les potes noirs francophones du XXe sicle parmi lesquels : Senghor, Csaire, Damas, Rabmananjara, Rabarivelo, Bernard Dadi, Martial Sinda, Keta Fodeba, David Diop, Tchicaya U Tam si, Lamine Diakhate et Pierre Bambote. Ce parti pris analytique ne permet de considrer comme des manifestes de la ngritude ni l Anthologie de Senghor ni la revue de LEtudiant noir. Dans la grille de lecture de Wauthier, Sartre n est qu un analyste littraire, et par voie de consquence l Anthologie de Senghor n est qu un ouvrage de la ngritude parmi tant d autres ; et la revue l Etudiant noir n est qu une phmre revue parmi les nombreuses revues de la ngritude. A ce sujet, il crit que Jean-Paul Sartre est un analyste de la littrature africaine (p 20) et souligne (avant d numrer succinctement quelques-unes des revues du monde noir parisien du dbut du 20e sicle) que Prsence africaine fut incontestablement la plus importante revue de l intelligentsia ngre (p 16). Le point de vue de l Ecole diachronique dans l analyse du mouvement littraire de la ngritude est minoritaire dans l tude des lettres et sciences humaines francophones. Nous noterons que cette approche est primordiale pour l tude des ngritudes de par le monde

  • ( bien entendu la Harlem negro-renaissance amricaine, lindignisme hatien, le ngrisme cubain, la ngritude parisienne, mais aussi les chants matsouanistes et kimbanguistes congolais que nous considrons parmi les rarissimes manifestations de la ngritude en langue africaine et sur le continent africain) ( 5 ). La plupart des chercheurs se rfrant la ngritude pousent soit les thses de l Ecole synchronique soit celles de l Ecole diachronique. Autrement dit, jusqu ce jour, nous ne connaissons aucun travail de fond analysant le mouvement de la ngritude en s appuyant sur l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache de Senghor .Etant nous-mme, chercheur en lettres et sciences humaines et initiateur de la no-ngritude, nous allons tenter d inaugurer mthodiquement une troisime voie. -Le mouvement de la ngritude au miroir de l Anthologie ngre et malgache de L. S. Senghor -La ngritude entre au Panthon des lettres franaises(6) :

    .De l anthologie de Damas l Anthologie de Senghor L Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache de Lopold Sdar Senghor est le premier ouvrage dans les lettres franaises regroupant 16 potes noirs. Avant cette anthologie, l anne 1947 avait vu la parution de deux anthologies mettant en valeur l mergence de nouveaux auteurs francophones issus de l empire colonial. Il s agit de Potes d expression franaise 1900-1945 par Lon-Gontran Damas (aux ditions du Seuil dans la collection Latitudes franaises) et de Les plus beaux crits de l Union Franaise et du Maghreb par Mohamed El Kholti, Lopold Sdar Senghor, Pierre Do Dinh, Rakoto Ratsimamanga et Ralajmihiatra (aux ditions La Colombe dans la collection Les plus beaux crits) . Dans l anthologie Potes d expression franaise de Damas, les potes ngres cheminent avec les potes indochinois, et dans l anthologie collective Les plus beaux crits de l Union Franaise et du Maghreb , les auteurs ngres cheminent avec ceux de l Afrique du nord et de l Annam (Indochine franaise). Il n en demeure pas moins que ces deux anthologies, dont le message est brouill par l union d auteurs de diffrentes aires gographiques, sont, par certains aspects, des mini-laboratoires de l analyse de la ngritude. Ceux-ci prparent l Anthologie-manifeste de Senghor. Ce dernier dans l introduction l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache reconnat ,d ailleurs, pleinement sa dette vis--vis de l anthologie de Damas : ( )Damas, dans Latitudes franaises, a donn un panorama peu prs complet des potes ultramarins d expression franaise. (p. 2). Nous noterons qu l instar de Damas, Senghor reprend la considration du rle de pionnier de Etienne Lro dans la prise de conscience de la ngritude par les auteurs antillais. Dans la notice biographique ayant trait Etienne Lro Senghor crit : Car c est Lro qui fut, avec Jules Monnerot et Ren Mnil, le principal fondateur de Lgitime Dfense. Plus qu une revue, plus qu un groupement littraire, Lgitime Dfense fut un mouvement culturel. Partant de l analyse marxiste de la socit des isles , il dcouvrait en l Antillais le descendant

  • d esclaves ngro-africains maintenus, trois sicles durant, dans l abtissante condition du proltaire. . Dans Les plus beaux crits de l Union Franaise et du Maghreb la partie Afrique noire conue par Senghor, s laborent, dj ,de manire succincte mais avec rigueur, les thses de la ngritude qui triompheront dans son Anthologie-manifeste. L extrait suivant est fort significatif cet gard : On me permettra, pour les raisons exposes plus haut, d aller chercher aux Antilles franaises d autres reprsentants de la posie no-ngre de langue franaise. Cela nous permettra en mme temps d introduire les Antilles franaises dans cette anthologie./Ce n est qu avec Ren Maran que les crivains antillais se sont affranchis de l imitation docile de la Mtropole et de la peur de leur ngritude() .Par ce parti pris novateur, d introduire des auteurs antillais dans une monographie d auteurs africains, Senghor dessine dj le grand rassemblement des auteurs noirs parisiens que l on Reconnatra, bientt, sous l appellation de mouvement littraire de la ngritude. En dpit des influences qu il a pu subir de la part de Damas, Senghor retiendra finalement Ren Mnil comme conscientisateur de la ngritude en milieu antillais , et Ren Maran comme prcurseur de la ngritude dans les lettres franaises.

    .L Anthologie ngre et malgache et le contexte historique, politique et littraire de l anne 48 L anne 48 correspond la commmoration nationale du centenaire de l abolition de l esclavage. Le Prsident de la Rpublique Vincent Auriol, conseill entre autres par le Guyanais Gaston Monnerville, - cette poque Prsident du Conseil de la Rpublique - veut marquer cette commmoration d un sceau indlbile en transfrant au Panthon la fois les cendres de Victor Schlcher, le pre de l abolition de l esclavage franais, et celles d un descendant d esclave africain, le grand rsistant Guyanais Flix Ebou. Ce dernier fut un ardent dfenseur de la France libre au moment o la libert nationale tait bafoue par l Allemagne nazie .En sa qualit de gouverneur de l Oubangui Chari(Centrafrique), Ebou permit au gnral de Gaulle de prendre pied Brazzaville de manire en faire la capitale de la France libre. Pour la circonstance, le gnral Charles de Gaulle le promeut, illicitement, au rang de Gouverneur Gnral de l Afrique Equatoriale Franaise( 7 ). L Anthologie ngre et malgache de Senghor s inscrit dans la collection colonies et empires cre aux ditions du PUF par l influent professeur d universit Charles-Andr Julien. Cet minent professeur, nouvellement titulaire de la chaire d Histoire de la colonisation la Sorbonne, jouissait d une grande notorit dans le monde universitaire et intellectuel s intressant aux questions ayant trait l empire colonial franais. Dans ses directives pour la conception de l Anthologie, le professeur Charles-Andr Julien suggra Senghor de retenir quatre ou cinq jeunes potes parmi ceux qui affirmaient leur ngritude avec brio. Finalement , le jeune anthologiste-pote srre a pris l option de retenir 16 jeunes potes ngres . Il les a soigneusement slectionn travers les trois zones territoriales d outre-mer peuples, majoritairement , de ngres francophones descendants d Africains. A ce sujet Senghor crit : Mon choix se limite cependant trois ou quatre potes par territoire ou groupe de territoires. Je ne me dfends pas d avoir t partial. Mon excuse est que j ai suivi

  • les conseils du directeur de cette collection, qui voulait que je ne retinsse que les noms de quelques-uns parmi ceux qui affirmaient, avec leur talent, leur ngritude. (p 2). L Anthologie de Senghor, qui parat dans une collection universitaire dirige par un mandarin de la Sorbonne, acquiert de facto le label de l universit franaise. Nous dirons, mme, que cet ouvrage, Extra-ordinaire pour l poque, est la premire reconnaissance de la ngritude par l institution universitaire franaise ( 8 ). L ouvrage est, en outre, aurol d une longue et lumineuse prface inattendue du jeune philosophe franais Jean-Paul Sartre( 9 ). Ce dernier, qui lance, ds la fin de la seconde guerre mondiale, le concept de littrature engage dans sa toute jeune revue Les Temps Modernes, faisait figure de matre penser des intellectuels et artistes de l aprs-guerre en raison de sa philosophie libratrice de l existentialisme.( 10 ). Les deux donnes que nous avons prcdemment nonces sont largement suffisantes pour expliquer l impact favorable et durable de l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache dans les milieux universitaire et intellectuel franais . -LAnthologie ngre et malgache de L.S. Senghor, un manifeste de la Ngritude :

    .Le mouvement de la ngritude au regard de l Anthologie ngre et malgache Si l on passe en revue les travaux relatifs l tude de mouvements littraires, nous noterons qu il est possible d en dgager quatre marqueurs principaux : l existence d un anctre lointain, la reconnaissance d un Pape, l autorit d un thoricien officiel, et lengagement de membres participants prsents, potentiels et /ou venir. Nous allons analyser, de manire notable, comment au sei...