Le grand livre du diabète - Accueil - Librairie Eyrolles LE GRAND LIVRE DU DIAansE 2 LE GRANDEIVGRUUDa…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>vivre avec le diabte </p><p> tout ge</p><p>traiter et surveiller </p><p>la maladie</p><p>Prvenir les </p><p>complications</p><p>Pr Jean-Jacques AltmAn</p><p>Dr Roxane Ducloux Dr Laurence lvy-Dutel</p><p>LE GRAND LIVRE Du</p><p>DIABTE</p><p> Groupe Eyrolles, 2012ISBN : 978-2-212-55509-7</p></li><li><p>1</p><p> G</p><p>rou</p><p>pe </p><p>Eyr</p><p>olle</p><p>s</p><p>Introduction</p><p>De nombreux livres sur le diabte sont rgulirement publis qui cherchent comme celui-ci clairer les patients. Fallait-il en crire un de plus ? Oui, pour au moins cinq raisons.Premire raison : une vritable pidmie de diabte dferle dans le monde. Les chiffres sont peine publis quils sont dmen-tis par une ralit trs au-del des prvisions. Par exemple, lOMS (Organisation mondiale de la sant) annonait dans les annes 2000 un doublement du nombre de diabtiques dans le monde, de 200 400 millions pour les annes 2020. Ces chiffres dj redoutables ont t atteints dix ans plus tt que prvu. Cest comme si la tota-lit de la population de trois ou quatre grands pays europens tait tout entire devenue diabtique. Pour la France, ce sont maintenant plus de 4 % des habitants qui sont atteints, soit prs de 3 millions dindividus. Ce pourcentage de 4 %, sil est rapport la population cible des 20-80 ans, devient suprieur 6 %. Cette pidmie ne se cantonne pas aux pays dits riches et suraliments mais frappe encore plus durement les pays pauvres o les mauvaises calories sont plus abondantes que les bonnes et o linactivit, corollaire du chmage, svit plus quailleurs. Mauvaise alimentation et sdenta-rit sont deux facteurs de risque vitables : il est donc temps de les viter, ce message jamais assez rpt est un des objets de ce livre.</p><p>Deuxime raison : depuis toujours les diabtologues ont souhait partager leur savoir avec les patients. Si ces derniers ne connaissent pas les objectifs thrapeutiques atteindre (poids, tension, taux de sucre, de lipides) et si les moyens pour y parvenir ne sont pas parfai-tement dtermins, le succs thrapeutique sloigne. Ces moyens sont non mdicamenteux (activit physique et planification alimen-taire) et mdicamenteux (mdicaments oraux ou injectables pour le diabte, comprims encore plus nombreux pour lhypertension art-rielle, le cholestrol, la fluidit du sang) : il ny a donc pas despoir dobtenir une stabilisation de longue dure de la maladie sans la participation du patient. Cette dernire tape de connaissance de la </p></li><li><p>3</p><p>le g</p><p>ran</p><p>d li</p><p>vre</p><p> du</p><p> dia</p><p>bt</p><p>e</p><p>2</p><p>3</p><p> G</p><p>rou</p><p>pe </p><p>Eyr</p><p>olle</p><p>s</p><p>gestion des outils de traitement a t baptise rcemment duca-tion thrapeutique . Derrire cette expression peuvent se cacher plus de discours que de faits. Rptons-le, le partage interactif des connaissances rgulirement values est ncessaire pour la bonne sant des patients diabtiques. Ce livre y contribue dans sa totalit. </p><p>Troisime raison : les divers traits proposs disent-ils toujours la mme chose ? Oui et non, pas avec le mme clairage et en nin-sistant pas forcment sur les mmes points. Cette diversit, ces diff-rences parfois sont une richesse pour le patient : il existe souvent plusieurs bonnes solutions pour le mme problme. Une des carac-tristiques de cet ouvrage est dinsister sur les aspects pratiques de la vie du patient diabtique, comme : sassurer, passer son permis de conduire, partir en vacances, faire du sport, partager un repas festif, rejoindre une association sans que les aspects plus traditionnels soient oublis : les divers types de diabte, leurs complications, leur traitement par exemple. </p><p>Quatrime raison : le patient diabtique est juste titre impa-tient de voir des progrs importants qui assureraient une guri-son dfinitive de la maladie. Les mdecins rappellent souvent que les grands progrs sont faits de mille petits progrs qui, additionns, contribuent des avances majeures. Les patients peuvent trouver lentes ces avances qui promettent depuis des annes la disparition des piqres, des contrles, du rgime. Il est nanmoins possible dimaginer pour un avenir proche des traitements qui empcheront compltement le diabte de type 1 comme de type 2 de survenir, ou pour ceux qui sont dj atteints, des thrapies radicales comme les greffes de cellules ou de gnes. Ce livre se soucie donc aussi de prsenter les nouveauts : au-del de ces thrapeutiques promet-teuses depuis trop longtemps, il prsente galement larrive de techniques innovantes de communication, les sites Internet et la tlmdecine, vritable rvolution dans la prise en charge de la maladie. </p><p>Cinquime raison : lhpital europen Georges-Pompidou (HEGP) est le dernier hpital construit dans la capitale. Il ny en aura plus dautre, les nouveaux seront en priphrie. Il a bnfici dapports technologiques importants comme un systme informatique de pointe, un plateau technique dinvestigations hors norme par exemple dans le domaine cardio-vasculaire. Cette modernit risquerait-elle </p></li><li><p> Gro</p><p>up</p><p>e E</p><p>yrol</p><p>les</p><p>33</p><p>de mettre en pril la prcieuse relation quipe soignant-malade ? Pour la diabtologie, il nen a rien t, notre quipe mdicale et para-mdicale est de taille humaine, chaque membre est unique aussi au sens propre. Le service baigne dans une atmosphre familiale trs propice une amlioration de la sant des patients qui ont la gentil-lesse de nous le signaler trs souvent. Cest aussi cette atmosphre que nous avons essay de transmettre dans ce livre. </p><p>Bonne lecture.</p><p>Professeur Jean-Jacques Altman</p><p> Intr</p><p>od</p><p>uct</p><p>ion</p></li></ul>