of 66 /66
21 OCTOBRE 2015 FLORENCE PIRON, UNIVERSITÉ LAVAL [email protected] Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence creative commons attribution 4.0 canada Le libre accès, un outil de développement durable? Actions du projet SOHA

Le libre accès, un outil de développement durable? · DÉFINITION DU LIBRE ACCÈS – DÉCLARATION DE BUDAPEST 2002 Par "accès libre" à la littérature scientifique, nous entendons

Embed Size (px)

Citation preview

21 OCTOBRE 2015FLORENCE PIRON, UNIVERSITÉ [email protected]

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence creative commons attribution 4.0 canada

Le libre accès, un outil de développement durable? Actions du projet SOHA

DÉFINITION DU LIBRE ACCÈS –DÉCLARATION DE BUDAPEST 2002

Par "accès libre" à la littérature scientifique, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l'Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s'en servir de données pour un logiciel, ou s'en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l'accès et l'utilisation d'Internet.

La seule contrainte sur la reproduction et la distribution, et le seul rôle du copyright dans ce domaine devrait être de garantir aux auteurs un contrôle sur l'intégrité de leurs travaux et le droit à être correctement reconnus et cités.

ARGUMENT

• Le libre accès aux publications scientifiques peut devenir un outil de développement durable pour les pays du Sud s’il assure une forme d’empowerment aux collectivités et aux personnes (universités, chercheurs, étudiants, utilisateurs des connaissances), c’est-à-dire s’il développe leur capacité d’agir localement, selon les priorités de la société.

• Cet argument repose sur la mise au jour de deux conceptions du développement et de la science et sur un engagement ferme en faveur de l’une d’elles

• Difficile à comprendre quand on est d’un pays du Nord car on ne voit pas que la science peut être fermée et inaccessible, donc inutilisable pour le développement durable

• Le libre accès s’oppose à la science fermée. De quoi s’agit-il?

LA SCIENCE FERMÉE : UN MODÈLE D’AFFAIRES LUCRATIF• Les articles scientifiques ne sont accessibles gratuitement qu’aux

chercheurs et étudiants dont l’université est abonnée aux revues qui publient les articles.

• Ces revues pratiquent l’évaluation par les pairs en double aveugle. Les auteurs ne sont jamais payés pour les articles qu’ils soumettent pour évaluation.

• Ces revues sont classées dans des palmarès mondiaux qui leur attribuent un facteur d’impact (calcul quantitatif). Elles appartiennent en majorité à des éditeurs scientifiques commerciaux, à but lucratif, qui privilégient l’anglais (pour les fins de classement).

• Ces éditeurs ne cessent d’augmenter le coût des abonnements à leurs revues. Même si les revues sont en ligne, les éditeurs font payer aux lecteurs non-abonnés l’accès à chaque article : le mur payant.

• Les revues à l’extérieur de ce circuit sont ignorées.

Quand notre ordinateur n’est pas connecté à une bibliothèque quiest abonnée à la revue, il faut payer avec une carte de crédit pour avoir accès au texte…

Mais en fouillantun peu, on découvreque les auteurs avaient déposé leur texte sur un site web, en libre accès… avant même sa publication

38 $ pouracheter uncompte rendu de livre sur la malaria!

Cet argent va à l’éditeur et non à l’auteur qui a cédé ses droits

Un exemple de mur payant pour accéder à la science : 38$ pour un pdf!

Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ONU, 1976

RECOMMANDATIONS DU RAPPORT DE L’ONU SUR LE DROIT À LA SCIENCE ET LE DROIT D’AUTEUR, MARS 2015Recommandation 112:

Le produit des travaux de création subventionnés par des gouvernements, des organisations intergouvernementales ou des entités caritatives devrait être rendu largement accessible. Les États devraient réorienter leur soutien financier aux modèles de publication fondés sur la propriété vers des modèles de publication ouverts.

Recommandation 113 :

Les universités publiques et privées, ainsi que les institutions publiques de recherche devraient adopter des politiques en vue de promouvoir le libre accès aux travaux de recherche, documents et données ayant fait l’objet d’une publication, sur la base d’un système ouvert et équitable, notamment grâce à l’utilisation de licences Creative Commons.

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESÀ chaque conception du développement correspond un modèle préférentiel de ce qu’est ou devrait être la science.

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Modèle de la croissance économique et industrielle

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités et des personnes, à la non-dépendance mondiale, à l’environnement – au développement durable?

Modèle de l’empowerment,

du développement des

capabilités, du

développement local

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESÀ chaque conception du développement correspond un modèle préférentiel de ce qu’est ou devrait être la science.

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique (modèle privilégié par le néolibéralisme)

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités et des personnes, à la non-dépendance mondiale, à l’environnement – au développement durable?

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESÀ chaque conception du développement correspond un modèle préférentiel de ce qu’est ou devrait être la science.

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique (modèle privilégié par le néolibéralisme)

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités et des personnes, à la non-dépendance mondiale, à l’environnement – au développement durable?

Science répond aux priorités locales, avec des chercheurs connectés à leur société, qui développe leur confiance en eux: science ouverte, accessible, participative

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESÀ chaque conception du développement correspond un modèle préférentiel de ce qu’est ou devrait être la science.

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique (modèle privilégié par le néolibéralisme)

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités et des personnes, à la non-dépendance mondiale, à l’environnement – au développement durable?

Science répond aux priorités locales, avec des chercheurs connectés à leur société, qui développe leur confiance en eux: science ouverte, accessible, participative

Science fermée

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESÀ chaque conception du développement correspond un modèle préférentiel de ce qu’est ou devrait être la science.

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique (modèle privilégié par le néolibéralisme)

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités et des personnes, à la non-dépendance mondiale, à l’environnement – au développement durable?

Science répond aux priorités locales, avec des chercheurs connectés à leur société, qui développe leur confiance en eux: science ouverte, accessible, participative

Science fermée

Science ouverte

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESConséquences sur les publications scientifiques, la propriété intellectuelle et le droit d’auteur

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique

La publication scientifique elle-même devient une marchandise exploitée par les éditeurs scientifiques commerciaux (Elsevier, Sage, Wiley, Nature, Cell, Taylor and Francis, etc.) qui s’accaparent le copyright.

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités, à la non-dépendance mondiale –développement durable?

Science répond aux priorités locales, avec des chercheurs connectés à leur société, qui développe leur confiance en eux: science ouverte, accessible, participative

SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT : DEUX VOIESConséquences sur les publications scientifiques, la propriété intellectuelle et le droit d’auteur

Priorité au développementéconomique défini comme la croissance du PIB, aux échanges marchands, à l’exploitation des ressources naturelles, à l’industrialisation

Science orientée vers innovation technologique, mondialisée, liée aux entreprises, économie du savoir, science comme outil économique

La publication scientifique elle-même devient une marchandise exploitée par les éditeurs scientifiques commerciaux (Elsevier, Sage, Wiley, Nature, Cell, Taylor and Francis, etc.) qui s’accaparent le copyright.

Priorité au développement local, à l’empowerment des collectivités, à la non-dépendance mondiale –développement durable?

Science répond aux priorités locales, avec des chercheurs connectés à leur société, qui développe leur confiance en eux: science ouverte, accessible, participative

Libre accès aux publications scientifiques considérées comme des biens communs

Valorisation des licences Creativecommons et des logiciels libres

COMMENT RÉALISER LE LIBRE ACCÈS?Moyens à disposition des chercheurs et chercheuses : - Publier dans une revue scientifique en libre accès (voie dorée)- Archiver ses textes dans un dépôt institutionnel (site web) (voie verte)

Conditions :Que les chercheurs et chercheuses choisissent de publier dans des revues en libre accès ou prennent le temps d’archiver leurs textes afin de les rendre accessibles s’ils sont publiés dans des revues fermées.Qu’ils n’aient pas peur de déplaire aux revues commercialesQu’ils aient accès à une connexion Internet de qualité, à un ordinateur et à une alimentation électrique stable: pas facile dans les pays du Sud, mais pas impossibleQu’ils aient les compétences numériques nécessaires : un défi partout

DEUX VOIES PRINCIPALES VERS LE LIBRE ACCÈS

Voie doréePublier dans une revue en libre accès sur le web : les lecteurs ont accès au texte gratuitement et sans inscription ou mot de passe

(pas comme researchgate ou academia)

DOAJ: Le portail des revues en accès libre

DEUX VOIES PRINCIPALES VERS LE LIBRE ACCÈS

Voie doréePublier dans une revue en libre accès sur le web : les lecteurs ont accès au texte gratuitement et sans inscription ou mot de passe

(pas comme researchgate ou academia)

DEUX VOIES PRINCIPALES VERS LE LIBRE ACCÈS

Voie doréePublier dans une revue en libre accès sur le web : les lecteurs ont accès au texte gratuitement et sans inscription ou mot de passe

(pas comme researchgate ou academia)

Voie verte

Archiver (déposer) une copie en libre accès de son article dans un dépôt institutionnel (ou archive ouverte) universitaire

LES ARCHIVES NUMÉRIQUES OUVERTES INSTITUTIONNELLES• Ce sont des sites web qui sont réalisés et gérés par les

bibliothèques universitaires à l’aide de logiciels libres qui ont été conçus pour ça : Dspace, eprints

• Une volonté de pérenniser l’existence des publications des chercheurs et chercheuses de leur université

• L’auteur-e fait le dépôt personnellement dans l’archive, en respectant la politique éditoriale de la revue

• Les métadonnées (titre, résumé, mots clés) permettent un repérage efficace dans les moteurs de recherche comme Google

• Un réseau mondial de près de 2700 dépôts dans le monde

LE DÉVELOPPEMENT ET LES VOIES VERTE ET DORÉEVoie dorée (revues en libre accès) *• donne accès à de nombreuses publications au Nord et au Sud• Mais 25% des revues font payer les auteurs : nouvelle injustice, car

frein à l’empowerment des scientifiques qui ne peuvent payer les frais• Ne remet pas en question la centralisation anglosaxonne de la science

(par son contrôle des revues)Voie verte (archives ouvertes) ****• Donne accès à de nombreuses publications au Nord et au Sud• Met en valeur les publications des chercheurs et chercheuses du Sud,

les rend visibles et accessibles au Sud et au Nord : empowerment• Garantit l’accès pérenne et universel à ces documents• Peut encourager la naissance de revues locales, centrées sur les

questionnements locaux, ou celle d’épi-revues• Valorise la contribution des universités locales au développement de la

région

RESEARCH4LIFE : UN PLAN D’AIDE POUR LES PAYS DU SUD PROPOSÉ PAR LES ÉDITEURS SCIENTIFIQUESDes bouquets de revues, appartenant à des éditeurs commerciaux, sont offerts aux universités des pays du Sud gratuitement ou à des taux privilégiés.

• HINARI (sciences de la santé)

• OARE (sciences de l’environnement)

• AGORA (research in agriculture)

• ARDI (research for innovation)

Les bibliothèques ne paient pas les abonnements aux revues.

Mais ce n’est pas du libre accès, car il faut un mot de passe et une connexion sur place.

CE PLAN D’AIDE POUR LES PAYS DU SUD : ANTI-DÉVELOPPEMENTCette offre :

Maintient tout le système en place

Ne résout que le problème de l’accès à la science du Nord

Impose des choix de revues aux universités

Programme qui dépend du bon vouloir des éditeurs

Ne fonctionne pas quand le mot de passe est perdu (situation constatée au Burkina Faso)

Cette offre alléchante est en fait de l’anti-développement local car elle empêche les bibliothèques de développer leur expertise en libre accès, notamment dans les archives ouvertes, donc leur empowerment.

Ses objectifs sont les suivants :

• Comprendre les obstacles à l'adoption de la science ouverte par lesétudiantes et étudiants de maîtrise et de doctorat dans ces universités;

• Appuyer la création d'outils locaux de formation à la science ouverte par lebiais de ressources éducatives libres

• Tester la faisabilité de dépôts institutionnels et de boutiques de sciences dansces universités;

• Créer et animer un Réseau interdisciplinaire d'information et d'échanges surla science ouverte en Haïti et en Afrique francophone (le Collectif SOHA et ungroupe Facebook)

• Publier une feuille de route en vue de l'adoption généralisée de la scienceouverte dans les universités de ces pays.

Actions du projet SOHA en faveur du libre accès et de la science ouvertecomme outils de développement durable et d’empowerment1. Tournage de vidéos de quelques minutes témoignant de l’importance du libre accès pour le développement

2. Préparation de tutoriels vidéos sur des outils du libre accès

3. Création de groupes Facebook pour échanger des informations, discuter et former des étudiants et étudiantes àdes logiciels

4. Groupe d’écriture de billets de blogs

5. Stagiaires en informatique sur Dspace et OJS, deux logiciels du libre accès

6. Plaidoyer auprès du CAMES pour une archive ouverte pan-africaine

7. Enquête internationale sur l’expérience universitaire africaine, avec des espaces ouverts pour recueillir destémoignages

8. Éditions science et bien commun

9. Colloques filmés en livestreaming

10. Lettre sur les Objectifs du développement durable et l’enseignement supérieur

11. Préparation d’un MOOC sur la conception et la rédaction d’un projet de thèse

12. Journées wikipédia cette semaine

Entrevues ettutoriels

CETTE PRÉSENTATIONEst sous licence Creative Commons:

Vous pouvez l’utiliser, telle quelle ou en la modifiant, pour vos activités d’enseignement ou de formation.Elle fait partie des communs de la connaissance, elle appartient à tous.

À vous de jouer!