Click here to load reader

Le magazine des militants des Ceméa - JUIN 2012 Projet ... ... -Roger COUSINET, « Travail libre par groupe et pédagogie du projet »-Henri WALLON, « L'importance du milieu, son

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Le magazine des militants des Ceméa - JUIN 2012 Projet ... ... -Roger COUSINET, «...

  • Projet pour l’école

    Les Ceméa dès leur origine ont développé une approcheglobale des questions éducatives et se sont impliqués, àpartir de 1945, tout naturellement dans le champ scolaire (cf. page 26). Réfutant l'idée d'être de simples prestataires, ou can- tonnés à une définition étroite de la complémentarité au service public d'éducation, nous proposons ici les bases d'une vision et d'une participation à un grand projet d'éducation.

    Ce travail fondamental n'est pas le fruit de la réflexion du seul secteur École, il est bien un projet global construit par les apports croisés et convergents de l'ensemble des champs éducatifs, sociaux et culturels sur lesquels nous agissons.

    Il se veut mobilisateur, tant nous pensons que l'école ne peut ser- vir seule de telles ambitions.

    Le travail que nous présentons ici rend visible la diversité des res- sources produites par notre mouvement.

    Il constitue avant tout un projet d'actions où nous citons égale- ment les plus récents chantiers innovants que nous conduisons dans toutes des régions (de métropole et outre mer).

    C'est aussi un projet (de et) « en mouvement », qui identifie quelques questions vives (cf. page 22) remises au travail dans une traduction exigeante et renouvelée d'utopies concrètes.

    Bruno Chichignoud Responsable national du secteur École,

    pour le collectif de rédaction

    Projet pour l’école S O M M A I R E

    � DES PROPOSITIONS POUR L'ÉCOLE 2

    � VERS L'ÉDUCATION NOUVELLE 3

    - Pourquoi se référer, aujourd’hui, à l'Éducation nouvelle ? 3

    - Dans la lignée de grands pédagogues 3

    - Les principes qui guident nos actions dans l’école 4

    - Ce qui fonde toute relation éducative 5

    � QUELLE ÉCOLE POUR QUELLE SOCIÉTÉ ? 6

    � POUR UNE ÉCOLE AU CŒUR

    DE LA RÉPUBLIQUE LAÏQUE 9 - Concevoir une école qui n'oublie personne 9

    - Affirmer que l'école éduque tout autant qu'elle instruit 10

    - Penser l'école comme lieu de vie à (re)construire 11

    - Donner à l'enfant le pouvoir sur son environnement, sur sa vie... 12

    - Affirmer l'école maternelle 13

    � POUR DES MÉTIERS RECONNUS, VALORISÉS 14

    - Reconsidérer la pédagogie 14

    - Élaborer des projets éducatifs, projets d’établissement 15

    - Changer les cultures professionnelles par la formation 16

    - Créer les conditions d'un travail d’équipe inter-catégoriel 17

    � POUR UNE ÉDUCATION GLOBALE 18

    - Donner toute leur place aux parents 18

    - Repenser les lieux d’éducation et les rythmes 18

    - Ouvrir l'école, lieu de culture, aux autres lieux de culture 20

    - Promouvoir une éducation globale : lieux et acteurs de la cité 20

    � QUELQUES QUESTIONS VIVES À METTRE

    AU TRAVAIL… 22

    � EN RÉSUMÉ 24

    � DES INNOVATIONS DANS TOUTES

    LES ACADÉMIES 25

    � LES CEMÉA ET L'ÉCOLE… QUELQUES JALONS 26

    � LE SECTEUR ÉCOLE DES CEMÉA 28

    - Le collectif de rédaction 28

    Document

    L e m a g a z i n e d e s m i l i t a n t s d e s C e m é a - J U I N 2 0 1 2

    ÉDITORIAL

    num éro

    spé cial

    Les Ceméa sont soutenus pour leur fonctionnement et leurs projets par les ministères de l’Éducation nationale, des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation popu- laire et de la Vie associative, des Affaires sociales et de la Santé, des Affaires étrangères et européennes, de la Culture et de la Communication, de l’Outre-mer.

  • DOCUMENT REPERES & ACTIONS JUIN 2012 - © CEMEA

    Projet pour l’école

    2

    Les Ceméa, en tant que mouvement d'éducation, s'attachent à apporter des contributions précises et étayées au système éducatif et aux pratiques péda- gogiques. Celles-ci s'inscrivent dans le courant pédagogique de l’Éducation nouvelle, porteuse de valeurs et de convictions, qui témoigne ici de la modernité de sa pensée et de son capital d'expé- riences. Ce document formalise les propositions des Ceméa pour l’école, de la maternelle au lycée, dans le cadre du service public d’éducation, défendant avec vigueur une éducation nationale pour une égalité des droits et des moyens sur l’ensemble du territoire. Il traduit des ambitions pour l'école de la répu- blique dans une perspective de transformation sociale et politique. Ainsi, il constitue un « projet pédagogique et poli- tique », les deux dimensions étant toujours indis- sociablement liées. Nos propositions sont constantes et réitérées, elles fondent l’objet social de notre mouvement (notre raison d'être) qui s’exprime dans tous les contextes politiques.

    � À QUI S'ADRESSE CETTE PUBLICATION ?

    • Vous êtes élu en charge de questions éducatives. • Vous êtes parent. • Vous êtes personnel de l'éducation nationale. • Vous êtes éducateur, animateur, intervenant sco- laire. • Vous êtes militant de mouvements pédago- giques. • Vous êtes étudiant, ou stagiaire, futur profes- sionnel d'un des métiers de l'éducation. Vous trouverez dans cette publication ce qui, pour les Ceméa, fait sens et fait lien entre tous les acteurs éducatifs. Vous trouverez les idées et valeurs portées par les Ceméa, et percevrez les contributions et coopéra- tions qui font de ce mouvement un partenaire compétent actif et engagé… �

    Des propositions pour l'école

  • � POURQUOI SE RÉFÉRER, AUJOURD’HUI, À L'ÉDUCATION NOUVELLE ?

    Les apports des mouvements pédagogiques pour faire évoluer les pratiques à l’école ont été plus ou moins bien adaptés et surtout trop rarement accompagnés. Un exemple flagrant : la reconnais- sance de la parole de l’élève se trouve institution- nalisée et réduite en “heure de vie de classe”. Ainsi, les idées de l’Éducation nouvelle ne sont pas encore aujourd’hui totalement mises en place, offi- cialisées. Les outils sont souvent décontextuali- sés, les idées vidées d'une pensée globale. “La pédagogie nouvelle demeure toujours nouvelle, c’est à dire n’a pas opéré la percée qu’espérait ses fon- dateurs, sauf dans les zones complémentaires et mar- ginales…” dit Louis LEGRAND.

    Nos propositions pour l’école d’aujourd’hui res- tent fondées sur les fondamentaux de l’éducation nouvelle faisant la part belle à : - La prise en compte de la globalité de l’enfant, de l’adolescent ;

    - La pédagogie du projet ; - Les pratiques culturelles ; - La relation école-famille ; - La citoyenneté accomplie en situation vraie et non simulée ;

    - La place et la valeur de la parole. Écouter et être écouté ;

    - La place de l'éducateur et ce qui fonde son auto- rité ;

    - La volonté de tendre vers l’autonomie de l’enfant ;

    - L’observation et la connaissance de l’enfant pour identifier besoins, intérêts, et motivations ;

    - La prise en compte du milieu de vie : l’environ- nement social, familial, culturel ;

    - L'importance du cadre éducatif : locaux fonc- tionnels et adaptés aux besoins de l’élève ;

    - L'apprentissage (l’élève se construit, l’éducateur l’aide à se construire) ;

    - L’expression personnelle: chacun doit pouvoir agir sur ses conditions d’apprentissage ;

    - Le collectif : l’élève apprend, se construit, avec les autres ;

    - Le plaisir, et l’envie d’apprendre ; - L'importance de la réussite.

    Il faut rappeler que : - L'Éducation nouvelle n’est pas une pédagogie de soin, de compensation (réservée aux élèves en difficultés), elle est une pédagogie destinée à tous.

    - L’éducation nouvelle n’est pas réservée à quelques éducateurs d’exception, elle est prati- cable par le plus grand nombre.

    - Plus qu’une pratique, il s’agit d’une éthique et donc d’un engagement politique.

    - En cela, les Ceméa en tant que mouvement d'éducation nouvelle sont partenaires actifs de l'Éducation nationale et complémentaires. L'É- ducation nouvelle devrait enrichir les pratiques au sein de l’Éducation nationale.

    � DANS LA LIGNÉE DE GRANDS PÉDAGOGUES

    L'Éducation nouvelle défend l’idée d'une partici- pation active des individus à leur propre forma- tion. Elle déclare que l'apprentissage, avant d'être une accumulation de connaissances, doit être un facteur de progrès global de la personne. Avec les méthodes actives, on part des centres d’intérêts de la personne, tout en l’encourageant. L’Éducation nouvelle vise une éducation globale, accordant une importance égale aux différents domaines éducatifs : intellectuels et artistiques, mais également physiques, manuels et sociaux. L'apprentissage de la vie sociale est considéré comme essentiel. Elle privilégie donc la coopéra- tion entre les individus au lieu de la compétition ou de la concurrence. S’appuyant sur des théoriciens de l’éducation (Cousinet, Freinet…), nos propositions pour l’école d’aujourd’hui et de demain restent fondées sur ces repères de l’Éducation nouvelle : - Célestin FREINET, « Tâtonnement expéri- mental et travail autonome »

    - Maria MONTESSORI, « Aide-moi à agir seul ! »

    DOCUMENT REPERES & ACTIONS JUIN 2012 - © CEMEA

    3

    Projet pour l’école

    Vers l'Éducation nouvelle

  • DOCUMENT REPERES & ACTIONS JUIN 2012 - © CEMEA

    Vers l’Éducation nouvelleProjet pour l’école

    4

    - Fernand OURY, « Pédagogie institutionnelle sur la parole de l'enfant »

    - Johan Heinrich PESTALOZZI, « Exigence sociale et libert

Search related