Le Mahorais n°233

  • View
    235

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Edition du mardi 6 décembre 2009

Text of Le Mahorais n°233

  • Mardi 6 janvier 2009 1,80 Mail : lemahorais@wanadoo.frN233

    Le Mahorais N 233 11 centre commercial Lukida 97600 Mamoudzou Tl : 0269 61 66 75 - Fax : 0269 61 66 72

    SANT :

    LHPITAL PAMANDZI

    www.lemahorais.comRetrouvez toute lactualit mahoraise au quotidien... Abonnez-vous !

    Page 7

  • N233 du Mardi 6 janvier 2009

    Le Mahorais N 233 Mardi 6 janvier 20092

  • Ctait attendu, tout le mondeaux Comores sentait que celaallait arriver : le prsidentSambi dont le mandat sarrteraen 2010 ne veut pas lcher lemorceau et vient dannoncerquil souhaite prolonger sacharge dune anne. Pour quelmotif ? Pour lui laisser le tempsde rformer les institutions.Dj, les voix slvent en RDC,du ct de Mohli mais pas seule-ment, galement en Grande-Comore et Anjouan olAyatollah nest plus aussi popu-laire quavant. La colre grondedonc et certains parlent ds prsent dun coup dEtatmaquill qui soprera par voieinstitutionnelle et rforme de laConstitution.

    En 2010, le prsident de lUniondes Comores, Sambi, doitselon la constitution qui aura mistant de temps accoucher, passerla main au profit de Mohli, la plus

    petite des les de larchipel. Eneffet, la Grande Comore a assurson premier tour de table, ou deprsidence tournante avec le colo-nel Azali. Ce fut ensuite au tourdAnjouan de gagner les responsa-bilits avec Sambi.Dans cette optique, Mohli doitcomme convenu tirer le drapeaujusqu elle pour prendre en mainle pays. Et cela nenchante visiblement paslAyatollah qui depuis des mois,annonce sans sen cacher, quilsouhaite prolonger d'un an sonmandat de quatre ans qui arrive chance en 2010, afin de regrou-per toutes les lections en 2011."Si ma proposition est adopte,alors (...) tous les autres prsidentsqui vont me succder auront droit un mandat de cinq ans (...) ce nesera pas une exception pour moi",a-t-il affirm au cours d'uneadresse radio-tlvise l'occasiondu nouvel an musulman.M. Sambi a indiqu qu'il soumet-

    trait prochainement cette proposi-tion un rfrendum de rvision dela Constitution, qui accorde unelarge autonomie aux les, mais servle complexe dans sa mise enuvre.

    Pour tayer ses ambitions, le prsi-dent comorien explique quilestime le calendrier lectoral del'Union des Comores trop chargalors que ses moyens financiers nele permettent pas, tout enappuyant sur le fait que son pr-dcesseur Azali Assoumani avaittotalis 7 ans au pouvoir.Bref, il scande des bonnes inten-tions qui apparemment ne sont pasdu got de tout le monde auxComores, notamment Mohli quise considre spolie et vince dupouvoir.Dautres, qui se mfient de plus enplus des ambitions non dissimulesdu prsident, voient dans lan-nonce un coup dEtat par voie derforme constitutionnelle. Avecladoption aux forceps il y a quel-

    ques jours de la citoyennet cono-mique qui doit permettre 4 000familles de pays arabes dobtenirmoyennant finances la nationalitcomorienne et que la majoritpopulaire semblait rejeter en bloc,Sambi ne vient donc pas avec cetteide de se faire que des amis.

    La tension monte sur fonds de trsgrave crise conomique que legouvernement ne parvient pas endiguer. Bref, linstabilit prvauttoujours sur lesprit dUnion desComores suivre

    Samuel Boscher

    N233 du Mardi 6 janvier 2009 LOCALE

    Le Mahorais N 233 3

    N233 du Mardi 6 janvier 2009

    Mardi 6 janvier 2009

    RE

    TR

    OU

    VE

    ZLIN

    FO

    RM

    AT

    ION

    EN

    CO

    NT

    INU

    SU

    RW

    WW

    .LE

    MA

    HO

    RA

    IS.CO

    M

    COMORES

    Sambi veut tirer un an de plus

    Avant de tirer sa rvrence,puisqu'il est annonc partant parles rumeurs de remaniement, leministre de l'Immigration , del'Identit nationale et duCodveloppement va pouvoirfliciter son bon lve. Si la find'anne a t quelque peu chahu-te autour du Centre deRtention Administrative, lesconditions de vie l'intrieurtant remises en cause suite lapublication d'une vido embar-rassante, le rythme des interpel-lations et de reconduites n'a pasfaibli. Les objectifs sont atteintspour 2008 hauteur de ceux de2007, la petite le coince entrel'Afrique et Madagascar repr-sentant elle seule plus de lamoiti des quotats nationaux.L'lve Hortefeux doit trercompens trs prochainementpar la formation d'un duo dechoc avec Xavier Bertrand latte du parti prsidentiel, EricBesson le remplaant. Il aura, luiaussi, s'appuyer sur le travaildes quipes en charge de la miseen uvre d'une politique au ser-vice de l'Etat. 2009 sera l'annedu vu dpartemental, elle seraune anne de plus de lutte contrel'immigration clandestine Mayotte

    Les chiffres donnent le tournis,ces chiffres auxquels BriceHortefeux s'est maintes foisdfendu de penser le matin en serasant sont l, et bien l !Au fil des mois, l'anne 2008 a faitdu cte cte avec 2007. 1316reconduites fin janvier, 3969 finmars, 7355 trois mois plus tard,12337 fin septembre, pour en arri-ver au chiffre officiel fin dcembrede 16040 pour un total de 13329Arrts Prfectoraux de

    Reconduites la Frontire. Autrechiffre intressant, un total d'in-terceptions de kwassa tous servicesconfondus de 256 sur l'anne. YvonCarratero, patron de la PAF qui, sielle n'est pas seule mettre enuvre la politique du ministre,aide en cela par les forces depolice et de gendarmerie, elle cen-tralise tout de mme la manuvre,rend une copie hauteur des atten-tes parisiennes. L'attirance de cette immigration,venue en majeure partie des les dela lune, faiblit gure aprs desannes de lutte, les interceptions dekwassa intervalles rguliersn'tant que l'arbre qui cache lesmilliers qui parviennent passerentre les mailles du filet. En 2007, sur les 23 24000 loi-gnements d'trangers en situationirrgulire, puisque dans le voca-bulaire ministriel reconduite lafrontire semble dplaisant,16174 avaient t comptabilissici. Autant dire qu'avec 16040 pourl'anne qui vient de se terminer, leprtendant dpartement a une nou-velle fois assur sa part du travail.Et encore, qui sait ? Le ministretapera peut-tre sur les doigts pourles 134 d'cart !!! Il faut cependanttenir compte dune anne de trou-bles aux Comores durant laquelle plusieurs reprises lUnion a obligla France suspendre temporaire-ment ses reconduites. Mais dj, un autre exercice se pr-sente devant Hippocampe, et lequotidien reprend le dessus aprsun trs court break pour les ftes defin d'anne. Tandis que le CRA dePetite Terre a montr ses limites,provoquant l'emballement mdiati-que autour de conditions de rten-tion indignes de la France etobligeant Yves Jgo confirmer

    qu'il veillerait personnellement laconstruction aussi rapide que pos-sible du CRA Bis, les contrles sepoursuivent, les camions grillagscontinuent d'emprunter la barge,bref, la solution de la France dansce recoin du Monde continue d'trela rpression. Les beaux discoursont laiss croire que la cooprationrgionale allait tre un remde, unepilule contre l'attirance des popula-tions voisines, il faut se rendre l'vidence : Mayotte est une le quine cesse d'attirer. Le visa Balladur, mis en place en1995, croyait lui aussi rgler unepartie de la question, il n'a fait quel'aggraver. Aujourd'hui, Maorpaye les pots casss d'une politiquequi n'a pas fonctionn, et elle n'apas le choix, elle doit supportercette charge. Tout le dispositif delutte doit la supporter, et a cote !Les dpenses ne prvoient pasd'tre revues la baisse d'ailleurs,la mise en service de nouveauxradars de dtection, l'arrive poste d'un hlicoptre ddi lasurveillance des eaux territoriales,la mise flot en 2008 de vedettesflambant neuves le montrent. Ledfil des ministres n'y changerien, Maor est condamne occu-per ce sombre rle dans un scna-rio que les milliers de kwassa ren-verss depuis toutes ces annes nesauraient perturber. Si le destinpolitique du caillou du canal duMozambique se confirme aprs laconsultation du mois de mars, bienembarrassant sera l'instar de laGuyane ce dpartement pas tout fait comme les autres

    Laurent Millet

    CHIFFRES DES RECONDUITES LA FRONTIRE

    L'effort mahoraisENCORE UN COQUETELHier, 15h30, le prsident duconseil gnral recevait une nou-velle fois en grandes pompes auconseil gnral afin de prsenter sesvux la population. Une interven-tion tlvise ou dans la pressecrite dans cet esprit aurait cotmoins cher une heure o lescoquetels s'enchanent chaquesemaine la maison dcentralisequi croule pourtant sous les dettes etn'a de cesse de dire que ses caissessont vides. Mais bon, ceci est unecrmonie traditionnelle.

    COUPURE GNRALED'LECTRICIT

    Le 2 janvier au petit matin, une cou-pure gnrale d'lectricit est venuebousculer le dbut de l'anne 2009sur Hippocampe. La directiond'EDM s'en explique : une coupuregnrale d'lectricit est survenuevendredi 2 janvier vers 5H00 dumatin.Les oprations de ralimenta-tion ont t entraves par un dbutd'incendie sur une partie des quipe-ments de la Centrale des Badamiers,incendie rapidement matris parnos quipes, mais qui a immobilisune partie de la centrale de Petite-Terre. La Centrale de Longoni quiest actuellement encore en phase derception, n'a pas t en mesure dereprendre immdiatement l'alimen-tation. Nos quipes sont totalementmobilises pour faire face cettesituation exceptionnelle et cetteheure 80% de nos clients sont rali-ments. Les oprations se poursui-vent pour un retour la normaledans les meilleurs dlais. Electricitde Mayotte prsente ses excuses sa clientle pour la gne occasion-ne. Plus de peur que de mal, tout estrentr dans l'ordre depuis et le jusest rapidement revenu.

    MILLAN S'EXCUSE

    L'animateur vedette de l'mission

    100 % Mayotte s'excuse travers uncourrier transmis la presse, pouravoir diffus le 31 dcembre au soirune squence qui a choqu certainespersonnes. En effet, des musulmansen train de prier dans une mosquetaient prsents sur un fond sonoresynchronis plutt comique et bienralis de Macarena. Les biens pen-sants ont trouv la scne injurieuse,imposant Patrick Millan de pr-senter des excuses. Excuses que lejournal Le Mahorais n'acce