Le Monde du Nouveau Testament Leçon n°1 - Église ?· Le Monde du Nouveau Testament Leçon n°1 Eglise…

  • Published on
    13-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Le Monde du Nouveau Testament

    Leon n1

    Eglise du Christ

    4 rue Dodat de Sverac

    75017 Paris

    Septembre 2013

  • 1. DESCRIPTION DU COURS

    Ce cours prsente une introduction gnrale au Nouveau Testament et un survol de chacun de ses 27 livres. Cela inclus des discussions sur les auteurs de ces livres, la date de rdaction, les destinataires, larrire-plan, le contenu etc. Certains passages difficiles seront galement analyss brivement.

    2. OBJECTIFS DU COURS

    Voici les 4 objectifs de ce cours :

    1) Aider les croyants comprendre la place de chacun des livres du Nouveau Testament dans la rvlation progressive de Dieu.

    2) Dmontrer limpact de la venue du Seigneur Jsus pour Isral, pour lglise, et pour le monde entier.

    3) Encourager linterprtation littrale et grammaticale de ce livre.

    4) Encourager lapplication des vrits dcouvertes dans la vie quotidienne.

    4. PLAN DE COURS

    1. Introduction ; lvangile selon Matthieu 2. Les vangiles selon Marc et Luc 3. Lvangile selon Jean 4. Les Actes des aptres 5. Romains et Galates 6. 1 et 2 Corinthiens 7. phsiens, Colossiens, Philmon, Philippiens 8. 1 et 2 Thessaloniciens ; 1 et 2 Timothe 9. Tite et Hbreux 10. Jacques ; 1 et 2 Pierre 11. 1, 2, 3 Jean et Jude 12. LApocalypse

  • LE MONDE DU NOUVEAU TESTAMENT

    I. LE M0NDE POLITIQUE

    A. L'EMIPIRE ROMAIN

    Au moment o fut crit le Nouveau Testament, la totalit du monde civilis tait sous la domination de Rome, l'exception de quelques royaumes peu connus de l'Extrme-Orient. Un empereur, assist d'un snat, gouvernait ce vaste empire. Le Gouvernement provincial

    L'empire romain n'avait pas de gouvernement unifi comme la France d'aujourd'hui. C'tait un mlange de villes indpendantes, d'tats et de territoires, le tout tant sous la direction du gouvernement central Rome. A l'exception de l'Italie, la majeure partie du monde romain se composait de territoires rgis par une administration provinciale. Il en existait deux catgories. Les provinces relativement paisibles et loyales envers Rome taient sous la juridiction des proconsuls (Actes 13:7), responsables devant le snat. (La fonction de proconsul dans la Rome antique correspond la notion actuelle de gouverneur. tymologiquement, ce terme vient du prfixe latin pro, la place de, et consul.) (Celui qui, chez les Romains, gouvernait certaines grandes provinces, avec l'autorit de consul.)

    Les provinces plus turbulentes taient sous l'autorit de l'empereur, qui y mettait frquemment des armes. Elles taient gouvernes par des prfets ou des procurateurs, nomms par l'empereur et directement responsables devant lui. L'Achae, dont Galion tait le proconsul lors de la visite de Paul, tait de la premire espce. La Palestine au temps de Christ tait, au contraire, sous la direction de l'empereur dont Ponce Pilate tait l'agent. On nommait les proconsuls tous les ans. (Ponce Pilate il est essentiellement connu pour avoir ordonn, selon les vangiles, l'excution et le crucifiement de Jsus de Nazareth, ce qui a confr une notorit exceptionnelle un simple gouverneur de province, au nom mentionn dans les professions de foi des chrtiens4.) Les procurateurs gardaient leurs postes aussi longtemps que l'empereur le dsirait. Sous l'administration de ces fonctionnaires, les provinces jouissaient d'une certaine libert. Elles conservaient leur souverainet locale. Pour les unir davantage Rome, on avait install de petites colonies de Romains dans ces centres stratgiques.

  • Le culte imprial jouissait de son plus grand succs en province. L'adoration de l'tat et de l'empereur a commenc avec Auguste qui ordonna que des temples soient rigs en l'honneur de Jules Csar Ephse et Nice par les citoyens romains qui y rsidaient. Il permit aux autochtones du pays d'tablir des lieux saints en son honneur. L'adoration de l'tat a t dveloppe par les conseils locaux. B. LES ROYAUMES HELLENIQUES

    L'atmosphre culturelle du premier sicle devait son origine non seulement l'organisation politique de Rome mais aussi la diffusion de l'esprit hellnique. Rome avait absorb les colonies grecques. La conqute de l'Achae avait mis la disposition des Romains de vastes trsors d'art qu'ils avaient emports chez eux. Les esclaves grecs, dont beaucoup taient plus instruits que leurs matres, devinrent souvent des professeurs, des mdecins, des comptables et des grants de fermes ou de maisons de commerce. De plus les universits grecques de Rhodes, d'Athnes, de Tarse et d'autres villes reurent les jeunes Romains aristocrates qui y apprirent le grec.

    Les Grecs vaincus soumirent culturellement tel point leurs vainqueurs que Rome elle-mme perlait leur langue. Ce sont les successeurs d'Alexandre, les Sleucides et les Ptolmes, qui introduisirent les coutumes et les murs grecques en Orient. L'architecture grecque dominait les villes o ils habitaient. Le grec, qui tait la langue de la cour, devint ensuite celle du peuple. Tout, depuis les billets doux jusqu'aux communications d'affaires, s'crivait en grec. Par le moyen de cette culture l'Evangile de Christ a t propag par les premiers efforts missionnaires. (Les sleucides (En Grec : , Selekeia) sont une dynastie hellnistique qui va rgner sur une partie de la Perse (aujourd'hui le Turkmnistan et le du Pakistan), la Msopotamie, la Syrie/Palestine et une partie de lAsie Mineure pendant prs de 150 ans. )

    C. L'ETAT JUIF

    L'indpendance des Juifs s'acheva en 597 av. J-C quand les Babyloniens prirent Jrusalem, jusqu'en 586 la Jude resta un royaume payant tribut, mais une rvolte en 588 provoqua le sige de Jrusalem qui finit en 586 avec le sac total de la ville. La population fut dporte Babylone. La fin de l'tat n'tait pourtant pas la fin du judasme. Avec le peuple on avait emmen la loi et les prophtes. Ezchiel y tait, ainsi que Daniel. Les 70 ans de captivit ont vu la naissance de la synagogue. Des groupes de fidles se runirent au nom de Jhovah et formrent des congrgations o l'on enseignait la loi. Babylone tomba entre les mains des Perses en 538 av. J-C. Cyrus, roi de Perse, fut un despote (oppresseur) bienveillant. Il publia le dcret autorisant le retour des Juifs. Les trsors du temple leur furent rendus et la construction du temple paye par le trsor royal. 42.000 personnes seulement retournrent pour commencer la

  • reconstruction. Finalement, en 520, sous la prdication de Zacharie et d'Agge, le temple fut achev et le cuite rtabli. En 458 av. J-C, Esdras amena une autre dlgation de Juifs sur le chemin du retour. Douze ans aprs, ce fut le tour de Nhmie qui rentra pour aider la rparation de la muraille de la ville. La connaissance de la loi fut renouvele sous Esdras, qui la lisait et l'interprtait. Ce fut pourtant Nhmie qui en appliqua strictement las principes. Sous le rgime de Nhmie, Manass, petit-fils du souverain sacrificateur, se maria avec la fille de Sanballat. On l'exila. Selon l'historien Josphe il alla en Samarie o il construisit un temple sur le mont Garizim tablissant un culte rival devenu le centre d'adoration des Samaritains. Jusqu'au deuxime sicle avant Christ nous n'avons que peu de dtails sur l'histoire des Juifs. Le sacerdoce dominait. La maison royale de David avait disparu. Avec la disparition de la monarchie, la fonction prophtique avait cess aussi. Aprs Malachie, il n'y a plus aucune trace de prophtie jusqu' Jean-Baptiste. D. LES ASMONEENS ET LES HERODE.

    Les Asmonens

    Pendant la domination grecque parut une force religieuse et politique, qui eut une forte influence en Palestine pendant une centaine d'annes. Il s'agit des Asmonens (ou des Macchabes). Vers 200 av. J-C. la Palestine tait passe sous la domination des rois de Syrie, appels Sleucides. Vers 175 Antioche IV, Epiphane, devint roi. (Hellniste) ces Hellnistes n'taient autre chose que les Juifs d'Alexandrie.

    1. ((Celui, celle qui est vers dans la connaissance de la langue, de la littrature et de la culture grecques.

    Si tous les hellnistes pensaient comme Bracke, et tous les physiciens comme Einstein ou

    Langevin, ce serait la plus grande rvolution que l'on ait vue, et sans autre changement

    qu'un bon serment soi sur un millier d'hommes. (Alain, Souvenirs de guerre, p.237, Hartmann, 1937)

    2. (Antiquit) Quelqu'un des juifs dAlexandrie, des juifs qui parlaient la langue des Septante, des juifs qui saccommodaient aux usages des Grecs, ou des Grecs qui embrassaient le judasme.)

    1. Un Hellniste a. Celui qui adopte les manires et coutumes ou cultes des Grecs et parle la langue Grecque b. Utilis dans le Nouveau Testament pour les Juifs ns en territoire tranger et parlant Grec

    Actes 6 : 1

    En ce temps-l, le nombre des disciples augmentant, les Hellnistes (Hellnistes) murmurrent contre

    les Hbreux, parce que leurs veuves taient ngliges dans la distribution qui se faisait chaque jour.

    Actes 9 :29

    et s'exprimait en toute assurance au nom du Seigneur. Il parlait aussi et disputait avec les Hellnistes (Hellnistes); mais ceux-ci cherchaient lui ter la vie

    Actes 11 :20

    Il y eut cependant parmi eux quelques hommes de Chypre et de Cyrne, qui, tant venus Antioche,

    s'adressrent aussi aux Grecs (Hellnistes), et leur annoncrent la bonne nouvelle du Seigneur Jsus.

  • Malgr le sentiment de fraternit qui animait les premiers fidles, la communaut Judo-chrtienne de Jrusalem se composa ds l'origine de 2 lments nettement diffrencis : - Les Hbreux

    - Les Hellnistes

    Les hbreux taient les Juifs originaires de Jrusalem ou de la Palestine parlant aramen et stricts observateurs de la Loi. Les Hellnistes taient les juifs de la Diaspora. A Jrusalem, il y en avait un grand nombre de toutes les parties du monde romain. Ils y avaient leur synagogue et parlaient le grec (ils taient de langue et d'ducation grecques).De trs bonne heure si ce n'est ds le commencement, des juifs hellnistes s'adjoignirent la communaut des Galilens . Les hellnistes n'avaient point tous, tendance abandonner la Loi, mais ils la comprenaient d'une faon plus humaine, plus universaliste et plus morale. Ils n'avaient pas au mme degr, la haine de l'tranger. Le dsaccord qui clata entre les hbreux et les hellnistes n'tait point d uniquement la diversit de la langue ou d'ducation. Le Judasme hellnistique tait regard par les hbreux comme un Judasme infrieur. Ainsi les prjugs traditionnels pouvaient se faire sentir mme chez les chrtiens et expliquer dans une certaine mesure les incidents qui donnrent lieu l'institution des diacres. Actes, 6, 1 En ce temps-l, le nombre des disciples augmentant, les Hellnistes (Hellnistes) murmurrent contre les Hbreux, parce que leurs veuves taient

    ngliges dans la distribution qui se faisait chaque jour.

    Antiochus C'tait un hellnisateur convaincu, qui voulait tablir les manires grecques chez tous ses sujets pour les unir. De nombreux Juifs s'y opposaient avec acharnement. Ils formrent un parti appel "les sparatistes". Un jour, Antiochus, contrari par les Romains en Egypte, dcida d'anantir le judasme une fois pour toutes. Il mit le temple sac, rigea une statue de Zeus dans la cour et offrit une truie sur l'autel. Pourtant, lorsqu'on voulut mettre excution les dcrets d'Antiochus Modin, le vieux prtre Matathias refusa et tua l'officier. Lui, ses cinq fils et d'autres s'enfuirent dans les montagnes de la Jude. La rsistance s'organisa. Le membre le plus illustre de cette famille fut Judas Macchabe (le Marteau). Il secoua le joug syrien, purifia le temple et rtablit les sacrifices. Depuis lors, on clbre chaque anne ce grand vnement : c'est la fte de la Ddicace. Judas fut tu son tour, mais la famille continua la lutte contre les Syriens. La victoire changea plusieurs fois de camp. Durant cette priode, les descendants des Macchabes prirent d'abord la fonction de souverain sacrificateur et ensuite celle de roi. Ils ont rgn jusqu'en 63 av. J-C, quand les Romains envahirent la Palestine. Les Hrodes

  • Au moment de l'invasion romaine les Asmonens luttaient entre eux prparant ainsi la voie un changement de rgne, celui des Hrodes. La dynastie hrodienne a commenc avec Antipater. Idumen par naissance et gouverneur d'Idume, il devint ami et conseiller de Hyrcan, l'un des derniers Asmonens. Il persuada Hyrcan de lutter contre son propre frre Aristobuie, qui avait usurp sa place de roi. Les Romains appuyrent Hyrcan qui fut finalement nomm ethnarque de la Palestine et confirm dans le poste de souverain sacrificateur. Pourtant Antipater restait puissant derrire le trne. La Palestine fut rduite en tendue et rattache la province romaine de la Syrie. Peu peu Antipater prenait de l'importance, tandis que Hyrcan en perdait tel point que le premier devint procurateur romain de la Palestine. Les Juifs le dtestaient, malgr l'aide qu'il leur avait apporte, cause de sa naissance idumenne. Pourtant il tait bien second par ses deux fils, Phasal, prfet de Jrusalem, et Hrode, gouverneur de la Galile. Hrode, appel le Grand, avait hrit toute l'habilet diplomatique et politique de son pre, qui avait t empoisonn. Hyrcan, lui, craignait la puissance croissante de cet homme. Pour viter des problmes de ce ct-l Hrode prit comme deuxime femme Mariamne, petite-fille d'Hyrcan. Par cette alliance,...

Recommended

View more >