Le Musée de plein air de Beamish

  • Published on
    29-Sep-2016

  • View
    246

  • Download
    5

Embed Size (px)

Transcript

  • 132

    Frank Atkinson

    N Barnsley (Yorkshire) en 1924, il dirige le Muse en plein air du nord de lAngleterre Bea- mish, dont il fut linspirateur. I1 avait t aupara- vant Directeur des Muses dHalifax, puis du Bowes Museum de Barnard Castle. I1 a consacr des tudes lindustrie de la laine Halifax, aux charbonna- ges, aux techniques artisanales et aux activits rura- les du nord de lAngleterre. En 1971, luniversit de Newcastle-upon-Tyne lui a dcern son diplme de Master of Arts, honoris causa. Prsident de la Museums Association en 1975, il a t dcor en 1980 de lordre de lEmpire britannique pour son travail Beamish.

    Le Muse de Beamish a t lu Muse bri- tannique de lanne 1986. Le prsent arti- cle retrace le parcours accompli depuis sa conception initiale jusqu nos jours. En quelques mots on peut dire que le Muse de Beamish a pour vocation de prserver certains modes de vie typiques du pass rcent du nord de lAngleterre et de les prsenter au public en utilisant la for- mule du Q muse de plein air )> (fig. 2).

    Mais Beamish est galement le premier Muse dAngleterre financ et adminis- tr par un consortium dadministrations locales qui reprsente sans doute la pre- mire tentative de restitution globale de lhistoire sociale et industrielle de la rgion sous la forme dun muse de plein air. En effet, tous les diffrents aspects de. la vie dans le nord-est de lAngleterre- industrielle, urbaine et rurale -ont t recrs et intgrs Beamish. Par ailleurs, la vocation de Beamish est doffrir un 1 apercu gnral de la vie dune rgion une poque donne et ses collections ne prtendent pas offrir la matire une analyse comparative. Quiconque dsire tudier un aspect prcis de lhistoire des charbonnages, par exemple, devra plutt visiter un muse technologique de con- ception plus traditionnelle. En fait, le Muse de Beamish se veut plus ccvoca- teur )> quCr instructif,. I1 sefforce de don- ner ccun aperu raliste de la vie dans le nord-est de lAngleterre D une poque bien dfinie, en loccurrence la fin du XIX sicle et le dbut du XX. La fonc- tion motivante de Beamish est donc dou- ble : faire dcouvrir la rgion aux visiteurs trangers et inciter la population locale regarder dun il neuf le patrimoine du nord-est de lAngleterre et continuer dexplorer la rgion pour dcouvrir dautres sites intressants.

    Mais Beamish est galement un muse

    novateur par son souci de rentabilit. Tout en cherchant distraire et satis- faire ses visiteurs, le Muse pratique une politique commerciale active, gre une boutique trs florissante et consent un important effort publicitaire.

    Naissance dune ide

    En 1958, le Comit musologique du Comit de Durham reut un rapport re- commandant de rassembler des tmoi- gnages de lhistoire quotidienne du Comt pour les prsenter au public dans le cadre dun muse de plein air. Ce prin- cipe ayant t adopt, on entreprit de col- lecter les objets et de les centraliser au Muse de Bowes, dont ladministration du Comit venait dassumer la direction. Une nouvelle tape importante tait franchie en 1966 lorsquil apparut que le projet prsentait dsormais un intrt rgional. A la suite dune rencontre au sommet des autorits locales du Nord- Est, un groupe de travail fut constitu puis, en 1968, la Premire Commission mixte. Aprs bien des vicissitudes, un accord fut sign en fvrier 1970 entre les reprsentants de huit administrations lo- cales : les administrations des Comits de Durham et Northumberland et les Con- seils municipaux de Darlington, Gates- head, Hartlepool, Newcastle, South Shields et Teeside, auxquels devait se joindre par la suite le Conseil de Sunder- land. Un terrain de 120 hectares apparte- nant aux charbonnages et situ Bea- mish, dans le Comt de Durham, quelque 12 km au sud-ouest de Newcast- le-upon-Tyne fut choisi comme emplace- ment du futur muse.

  • Le Muse de plein air de Beamish 133

    Muse en plein air du nord de Beamish. Reprsentation

    centre daccueil et

    2 lAngleterre du nouveau du parking.

    Les premires annes

    Initiateur du projet, Frank Atkinson en avait suivi les diffrentes tapes depuis 1958 en tant que responsable des muses du Conseil du Comt de Durham puis comme conseiller musographique du Groupe de travail initial. Pressenti pour prendre la direction du nouveau muse rgional, il prit ses fonctions en aot 1970. Les collections dj constitues furent transfres sur le site de Beamish et on entreprit damnager une premire tranche de 80 hectares comportant notamment une partie de Beamish Hall, dont les btiments devaient tre utiliss pour abriter les premires expositions et aussi les services administratifs.

    En t 1971, Beamish Hall ouvrit ses portes durant 20 fins de semaine conscu- tives pour une premire exposition qui attira 50.000 visiteurs. Lanne suivante, une exposition plus importante tait inaugu- re par Lord Eccles et une range de mai- sons prserves sur le site furent provisoi- rement ouvertes au public. Un certain nombre de manifestations furent organi- ses au cours de cette saison et le Muse hbergea en permanence un potier et un imprimeur. En 1973, le Muse ouvrait pour la premire fois une partie des ses installations ciel ouvert notamment une rame de tramway oprant sur un prim- tre rduit (fig. 3). Lachat de la Beamish Home Farm permettait douvrir au

    public une partie des locaux de la ferme et le btiment de la noria restaure.

    L expansion des annes 70

    La fin des annes 70 a vu laboutissement de nombreuxprojets. En 1975, une rpli- que de la locomotive vapeur de Ste- phenson fut mise en service pour comm- morer le 150e anniversaire de la premire ligne de chemin de fer entre Stockton et Darlington (fig. 4 ) . Lanne suivante fut marque par linauguration officielle dun kiosque musique dsaffect da- tant de lpoque victorienne et rcupr dans un jardin public de la ville voisine de Gateshead. Ainsi tait mis en place lem- bryon de la future du

    J

    Les visiteurs de Beamish peuvent emprunter ce tramway sur un peu moins dun kilomtre.

    4 Cette rplique grandeur nature de la

    >, premicre locomotive vapeur de George Stephenson (1825), est

    en parfait tat de marche et constitue lune des attractions de la section G charbonnages 19

    de Beamish.

  • 134 Frank Atkinson

    6 Dmontage de la gare de Rowley, ultrieurement reconstruite Beamish.

    I 5 Vue partielle de la reconstitution dune rue urbaine des annes 1920 Beamish.

    8 Cabinet de dentiste reconstitu dans une

    maison de Ravensworth Terrace reconstruite Beamish.

    7 Locomotive SOUS pression en gare de Rowley Beamish.

    Muse de plein air (fig. 5 ) . Entre 1973 et

    quelques annes auparavant par les che- mins de fer britanniques fut entirement dmonte et reconstruite sur le site du Muse telle quelle se prsentait vers 1910 (fig. 6). La gare fut officiellement rou- verte en 1975 par le pote SirJohn Betje- man, spcialiste enthousiaste de lpo- que victorienne (fig. 7). Les visiteurs sont accueillis par une prsentation audiovi- suelle trs vivante, , dans un centre inaugur en 1976. Le nombre des visiteurs du Muse aug-

    1975, la gare de Rowley, dsaffecte menta de faon spectaculaire, dpassant pour la premire fois, cette anne-l, les 200.000 entres.

    Lanne 1976 a galement inaugur un remarquable travail de collaboration avec la Commission rgionale des services de main-duvre dans le cadre dune opra- tion pour lutter contre le chmage dans la rgion. La main-duvre recrute ce titre a jou et joue encore un rle essentiel au niveau de la mise en valeur du site, de la dmonstra- tion, du catalogage, du travail audio- visuel et des activits pdagogiques.

  • Le Mue de p l e b air de Beamish 135

    RaZsatons des annes 80

    Au cours des annes 80, le ccsecteur ur- bain B, sest dvelopp peu peu partir dune range de maisons abandonnes, typiques de la classe moyenne, rcupres Ravensworth Terrace dans la ville voi- sine de Gateshead et reconstruites sur le site, comme cette reconstitution dun bureau davocat et dun cabinet de den- tiste flanqu de son confortable domicile dans la maison attenante (fig. 8). Plus bas, un pub victorien jouxte des curies et une papeterie. De lautre ct de la rue se dresse un magasin coopratif provenant de la ville voisine dAnnefield Plain et comportant trois rayons particulirement reprsentatifs : picerie, quincaillerie et mercerie (fig. 9-10). Pour la circonstance on a reconstitu lquipement urbain des rues du nord-est vers 1925 et le tramway dont les rails serpentent entre les pavs sert acheminer les visiteurs vers les autres sections du Muse et leur rappelle limportance historique de ce moyen de transport si rpandu jadis dans le nord-est de lAngleterre.

    Les coZZections

    Lorsque le travail de collecte commena en 1958, il ny avait pas de muse voca- tion sociale ou industrielle dans le Comt de Durham. Lobjectif consistait ras- sembler une collection reprsentative de la culture matrielle dune aire gogra- phique bien dlimite, en loccurrence la rgion relativement isole et individuali- se du nord-est, sur une priode corres- pondant aux trois OU quatre dernires gnrations. Tous les objets taient reconstitu dans la rue urbaine de Beamish. accepts, lexclusion des chantillons

    Le magsin coopratif des annes 1920

    dhistoire naturelle et des objets ayant trait lhistoire maritime.

    La zone de collecte de Beamish corres- pondait gographiquement aux quatre entits administratives des Comts de Northumberland, Tyne and Wear, Dur- ham et Cleveland. Trs vite, on sut quil fallait se hter si lon voulait constituer des collections rgionales vraiment typi- ques et reprsentatives de ce secteur o pratiquement aucune collecte dobjets du XIXe ou du XX sicle navait encore t entreprise. En 1966, la collecte fut tendue lensemble du nord-est. A par- tir de 1960 jusquau dbut des annes 70, h

  • 136 Frank Atkinson

    10 Intrieur dune mercerie des annes 1920 reconstitu Beamish.

    cette rgion a joui dune relative prosp-

    mode de vie de ses habitants, rendant dautant plus urgente la collecte des tmoignages encore disponibles avant leur disparition irrmdiable. Le principe de la ((collecte non slective B, fut donc adopt cest--dire que lon accepta tous les objets offerts, sans distinction de nature ou de format. I1 paraissait en effet prfrable daccepter et de conserver ces objets -mme sils ne correspondaient pas exactement aux besoins du muse - que de les laisser perdre jamais. Les seuls lments dinformation disponibles ce stade taient des communications verba- les ou une documentation rudimentaire. Un systme de fiches trs simple fut adopt pour le traitement et la rception des matriaux mais lon veillait toujours ce que chaque donateur soit personnel- lement remerci. La participation et lenthousiasme du public ont jou un rle dterminant dans la russite du pro- jet et lon peut dire sans exagration des collections du Muse quelles sont ((du peuple, par le peuple et pour le peuple >>.

    rit qui allait modifier rapidement le

    Des expositions itinrantes et la presse locale encouragrent le grand public enrichir les collections de leurs dons. Le rsultat de cette campagne est un ensem- ble remarquable de documents dhistoire sociale sans quivalent en Angleterre, tant du point de vue de la diversit que du nombre des pices (plus dun million dobjets).

    On ne peut entreprendre un vritable travail de collecte slective quaprs analyse approfondie du secteur explo- rer, de sa culture et de son mode de vie. Cela na pas t possible dans le cas du nord-est pour des raisons videntes. I1 ntait pas possible de consacrer plusieurs annes ce travail exploratoire de base.. Ds lors, la seule solution possible- accepter tout ce qui tait offert - pouvait tre loccasion de dcouvertes inatten- dues. Cela na pas manqu de se produire pour bon nombre dobjets manufacturs qui se sont avrs originaires de la rgion comme la lampe de mineur Midgy flamme nue utilise dans les gisements sans grisou de Durham ou encore le lit Dess, meuble typique des maisons de mineurs du dbut du sicle. Certaines 6 techniques artisanales locales B sont trs bien reprsentes - Beamish possde un ensemble de courtepointes sans quiva- lent dans les muses de province et une importante collection de bannires de confrries minires. Le mouvement asso- ciatif tait trs florissant dans le nord-est et le Muse sefforce activement de recueillir de la documentation sur les coo- pratives de la rgion. Bien entendu, le rythme de collecte sest quelque peu ralenti et dsormais on sefforce surtout de reprer les principales lacunes des col- lections pour tenter de les combler. Cette approche cumnique a galement per- mis de constituer un tonnant fonds darchives photographiques de plus de 1OO.OOO ngatifs (le plus important du nord de lAngleterre) qui est largement utilis par les chercheurs, les tudiants, les diteurs et les mdias qui le muse fournit des clichs sur demande.

    Administration et financement

    Du fait dune rforme administrative la premire Commission mixte a fait place, en avril 1974, 5 une nouvelle Commis- sion reprsentant les quatre nouveaux conseils de Comt de Cleveland, Dur- ham, Northumberland et Tyne and Wear, dsormais administrativement res- ponsables du Muse. Cette Commission est reste en place jusqu labolition du Comt de Tyne et Wear dont 1es.conseils

  • Le Muse de p k i n air de Beamish 137

    11 De jeunes visiteurs assistent P la cuisson du pain dans le four charbon dune maison de mineurs Beamish.

    de district du Metropolitan County ont

    tratives et financires en 1986. Le Muse est en partie financ par la

    Commission mixte, mais il tire une part importante de ses revenus (de lordre de 60 % de la vente des tickets dentre et des profits raliss par la boutique du Muse et ses services de restauration. Les organisateurs se sont fm pour objectif daccrotre au maximum les recettes pro- pres de Beamish et de tout faire pour ren- tabiliser la gestion de ce vaste complexe dune centaine dhectares. Linvestisse- ment en capital, qui reprsente actuelle- ment plus de 6 millions de livres, pro- vient des subventions de divers organes officiels comme le Fonds de dveloppe- ment rgional de la Communaut euro- penne, la Countryside Commission et lOffice national du tourisme, sans oublier la Commission mixte elle-mme. Pour accrotre ses ressources, le Muse a cr le Beamish Development Trust, dont le directeur est charg de collecter des fonds. Cet organisme a obtenu des dons et des promesses daide de diverses

    pris en charge les responsabilitCs adminis- fondations et dentreprises nationales dont certaines implantes sur place.

    La visite de Beamish : une exprience

    Le Muse de Beamish a toujours vis un public trs large. Ds le dpart, la con- ception du Muse et ses collections ont sduit la presse qui a tout de suite pres- senti quil y avait l matire passionner le grand public.

    Le nombre des entres nest certes pas le seul critre de lintrt que le public porte au Muse ; il nen reste pas moins quavec 50.000 visiteurs ds sa premire anne dexistence, Beamish a toujours t trs frquent et constitue, aprs la cathdrale de Durham, la seconde attrac- tion touristique du nord-est de lAngle- terre. De fait, les droits dentre et recet- tes annexes reprsentent quelque 60 %...