Le roi, son fils et les révoltés

  • Published on
    07-Mar-2016

  • View
    220

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Message Essentiel 7/12

Transcript

<ul><li><p>N U M R O 7 / 1 2</p><p>d</p><p>itoLe message essentiel</p><p>est dit parAssociation Publier. </p><p>BP 19/F-67320 DRULINGENPublier@aol.com</p><p>Directeur de publication : Alain Stamp</p><p>Impression : AES F-59164 Marpent</p><p>Illustrations Paco/Francis Schneider</p><p>ISSN 1288-2526</p><p> Publier. 2004/Reproduction interdite</p><p>Ne pas jeter sur la voie publique</p><p>la </p><p>citat</p><p>ion</p><p> Non, non, dirent tous les gnraux, nous ne voulons pas que tu ailles seul dans cette province hostile ! Jirai seul, reprit le prince, car vous pourriez les vaincre, les craser, les d-truire. Moi, je suis le seul qui puisse les sauver et les ramener la raison. De plus, vous savez bien que le fils de votre roi ne meurt jamais !</p><p>Ce jour-l, dans la province rvolte et opprime par le tyran, dans un petit vil-lage nomm Bethlhem en Jude, dans une table, un petit enfant vint au monde. Une toile brillait. Des anges, messagers du grand Roi, allrent dire de simples bergers qui dormaient dans la campagne : votre Sauveur est n ! Jsus a dit : Je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde 1. Voil pourquoi Jsus est n un jour sur notre Terre. Il tait le seul pouvoir r-gler la grande question du salut de notre humanit.</p><p>Dieu na pas choisi de juger, de condam-ner, de reconqurir le monde par sa force </p><p>et sa puissance. Dieu a fait le choix de la grce et de lamour.</p><p>Puissiez-vous vous rappeler que Nol est le signe, lvnement qui annonce la grce et le salut pour chacun de nous. Remerciez Dieu. Dcouvrez son amour, sa sagesse et sa misricorde.</p><p> ALAIN STAMP</p><p>1 La Bible : vangile selon Jean, chapitre 12 verset 47b.</p><p>Nol sans NolImaginez que pour votre anniversaire, votre famille organise une gigantesque fte. Tout y est : repas copieux, cadeaux, musique, cotillons Vous tes mu, boulevers quon pense vous de la sorte cette occasion. Pourtant, au fur et mesure que la fte se droule, personne ne fait allusion votre anniversaire. Cest une belle fte, certes, mais aucun moment, il nest fait mention de vous ! On fte votre anniversaire sans vous !</p><p>Nol, aujourdhui, cest cela : lanniversaire de la naissance du Christ sans le Christ ! Cest la fte sans Celui qui est venu la rencontre des hommes en se faisant homme Lui-mme. Sans Celui qui est descendu du ciel pour nous faire connatre le Crateur. Quel dom-mage !</p><p> ALAIN STAMP</p><p> 2. Mes coordonnes :</p><p> nom.........................................................................</p><p> prnom.........................................................................</p><p> adresse.........................................................................</p><p> .........................................................................</p><p> .........................................................................</p><p> .........................................................................</p><p>1. Je souhaite recevoir, gratuitement etsans engagement de ma part* :</p><p> Un vangile, partie de la Bible</p><p> Le livre Nol, le plus beau cadeau Henry Bryant, Alain Raspaud, ditions CL</p><p> Une visite domicile</p><p> La premire leon dun cours biblique par correspondance commander directement MSD BP110 19203 USSEL cedex France</p><p>*offre limite une par foyer</p><p>que vous pouvez contacter, si vous voulez en savoir plus.</p><p>Cet imprim vous a t distribu par</p><p>C O U P O N R E N V O Y E R L A D R E S S E C I - C O N T R E</p><p>ou dfaut Association Publier. BP 19 F-67320 DRULINGEN</p><p>[ S O M M A I R E ]</p><p>[LE DOSSIER DU MOIS/CONTE : LE ROI, SON FILS ET LES RVOLTS/SUITE]</p><p>&gt; conte de Nol :</p><p>Le roi,son fils et les</p><p>rvolts&gt; pour aller plus loin</p><p>&gt; loffre du mois</p><p>&gt; la citation</p><p> En devenant homme, Jsus nest pas Dieu moins quelques attributs de sa divinit, mais Dieu plus tout ce quil sest approprien revtantlhumanit. </p><p>Packer,Connatre Dieu,ditions Emmas,page 60.</p><p>RAGISSEZ</p><p>POSEZ VOS</p><p>QUESTIONS</p><p>CRIVEZ </p><p>publier@aol.com </p><p>!</p></li><li><p>Le roi continua : coutez-moi, vous tous ! Il y a plus encore ! En rejetant mon autorit, ils sont tombs sous la domination dun tyran. Celui-ci les opprime, les maltraite, les pousse se battre les uns contre les autres. Depuis, dans cette province, ce ne sont que famines, guerres, maladies, souffrances et injustices ! Mes sujets de cette province rvolte sont malheu-reux et dsesprs !Moi, leur souverain, jaime ces hommes et ces femmes ! Je ne serai satisfait et heureux que lorsque ces rebelles seront reve-nus de leur rvolte, quils seront nouveau mes sujets. Il faut que cette province abandonne sa rbellion, quelle rintgre mon royaume, que la paix, la justice et le bonheur sinstallent nou-veau dans cette province.</p><p>Le roi se tut un instant. Aussitt, un ministre, sagenouillant devant le trne, prit la parole. Envoyez-moi, Sire ! Il nest pas ncessaire, pour reconqurir cette province rvolte, que votre arme parte en guerre. Ma lgion suffira. En quelques jours, je vais mater ces rebelles, les punir davoir offens votre majest. Jaurai raison deux par la force ou la douceur, mais je vous pro-mets, Sire, de vous rapporter rapidement les cls de leurs villes !</p><p>Dautres serviteurs du grand roi sapprochrent leur tour du trne. Chacun rclamait lhon-neur de cette expdition contre les rvolts.Trs vite, dans tout le palais, le bruit se rpandit quune province stait rvolte et quune exp-dition se prparait contre elle. Lindignation tait son comble. Chacun prparait ses armes pour tre du nombre de ceux qui parti-ciperaient lexpdition punitive contre la province rvolte.</p><p>Un roi tait connu pour sa bont, sa douceur, sa gnrosit et son amour pour les hommes, les femmes et les enfants de son royaume. Un roi juste, patient, plein de compas-sion.Un jour, ce roi runit la foule innombra-ble de ses sujets, de ses ministres et de ses princes.Un grand silence se fit. Des vnements exceptionnels allaient se drouler.Le roi prit la parole : Vous savez tous que mon empire stend dun bout lautre du monde. Vous savez aussi que tous mes sujets me sont rests fidles et soumis jusqu aujourdhui.Dailleurs, si mes sujets me respectent et maiment, cest cause de ma bont bien plus qu cause de ma puissance. Cependant savez-vous, princes et mi-nistres, quune province loigne, aux confins de mon royaume, sest rvolte contre moi ?Un murmure parcourut la foule Tous les notables taient horrifis par ce quils venaient dentendre.</p><p>Soudain, le silence se fit dans la salle du royaume. Il y eut un mouvement dans la foule.Un sourire de satisfaction apparut sur le visage du roi.Son fils venait de gravir les premires marches du trne et savanait vers lui.Le jeune prince tait le portrait crach de son pre. La mme majest rayonnante, le mme regard damour. La mme puis-sance se dgageait de lui, la mme bont, la mme patienceIl prit la parole : Me voici, Pre, envoie-moi pour faire ta volont. Jirai dans cette province r-volte, je ramnerai ce peuple toi. Pre, ta gloire est aussi la mienne ! Laisse-moi partir aujourdhui mme !Pendant quelques minutes, le roi resta songeur. Une ombre passa sur son vi-sage.</p><p>Le roi avait lu dans le regard de son fils quil tait vraiment dcid. Il avait com-pris quil tait prt tous les sacrifices, payer le prix pour cette conqute. Et le roi savait que son fils ne reculerait pas devant la tche. Le roi savait que son fils tait fort. Persvrant.</p><p>Le roi se leva, regarda son fils dans les yeux, prit son unique hritier dans ses bras, ce fils quil aimait tantLe souverain dit avec une douceur infinie, plein damour pour son fils, mais gale-ment plein damour pour cette province rvolte : Cest bien, Fils, va ! ces mots, une immense acclamation retentit dans tout le palais.</p><p>Tout ltat-major donnait des ordres. Les gnraux mobilisaient leurs soldats. Une foule nombreuse se pressait autour du prince afin quil dsigne, parmi les offi-ciers, ceux qui laccompagneraient.Tous voulaient aller avec le prince dans la province rebelle et la ramener au royaume.</p><p>Mais le prince leva la main et rclama le silence. Taisez-vous, cest inutile. Jirai seul !Tous les gnraux et les ministres se re-gardrent bahis. Ils nen croyaient pas leurs oreilles ! Le prince avait dcid daller seul pour reconqurir une pro-vince rvolte ! Quoi ? Mais tu ny songes pas, Prince ! Jamais ils ne vont accepter que tu viennes comme cela de la part du roi, ton pre, leur montrer quils sont rvolts ! Ils ne te recevront pas. Bien plus, ils vont te mal-traiter, peut-tre mme te tuer ! Oui, ils vont me tuer, rpondit tran-quillement le prince.</p><p>( S U I T E E N P A G E S U I V A N T E )</p><p>lo</p><p>ffre</p><p>pour aller plus loin vangile selon Luc, du chapitre 1 verset 5</p><p>au chapitre 2 verset 21</p><p> vangile selon Matthieu, chapitre 1 versets 1 12</p><p>Nol, le plus beau cadeauNol, cest le grand moment de fin danne avec son </p><p>lot de festivits, de sapins enguirlands, </p><p>de cadeaux et de repas somptueux. Mais que dire </p><p>du sens original de cette fte : la clbration de la naissance de Jsus-Christ ?</p><p>Les auteurs de ce livre nous invitent redcouvrir le rcit insolite du premier Nol, tel quil est prsent dans la Bible. Ils nous en-couragent nous reposer la question : qui est cet en-fant dont on clbre cha-que anne la naissance ?Henry Bryant, Alain Raspaud,ditions CL.</p><p>le </p><p>doss</p><p>ierconte de NolLe roi, son fils et les rvolts</p><p>Prenez le temps de lire, en famille, le rcit de la nativit</p><p>Suivez gratuit</p><p>ement</p><p>un cours bibli</p><p>que par</p><p>correspondance</p><p> !</p><p>La premire le</p><p>on dun cours</p><p>biblique gratu</p><p>it par corresp</p><p>ondance</p><p> commander di</p><p>rectement :</p><p>MSD BP 110 </p><p> 19203 Ussel C</p><p>edex </p><p>France</p></li><li><p>Le roi continua : coutez-moi, vous tous ! Il y a plus encore ! En rejetant mon autorit, ils sont tombs sous la domination dun tyran. Celui-ci les opprime, les maltraite, les pousse se battre les uns contre les autres. Depuis, dans cette province, ce ne sont que famines, guerres, maladies, souffrances et injustices ! Mes sujets de cette province rvolte sont malheu-reux et dsesprs !Moi, leur souverain, jaime ces hommes et ces femmes ! Je ne serai satisfait et heureux que lorsque ces rebelles seront reve-nus de leur rvolte, quils seront nouveau mes sujets. Il faut que cette province abandonne sa rbellion, quelle rintgre mon royaume, que la paix, la justice et le bonheur sinstallent nou-veau dans cette province.</p><p>Le roi se tut un instant. Aussitt, un ministre, sagenouillant devant le trne, prit la parole. Envoyez-moi, Sire ! Il nest pas ncessaire, pour reconqurir cette province rvolte, que votre arme parte en guerre. Ma lgion suffira. En quelques jours, je vais mater ces rebelles, les punir davoir offens votre majest. Jaurai raison deux par la force ou la douceur, mais je vous pro-mets, Sire, de vous rapporter rapidement les cls de leurs villes !</p><p>Dautres serviteurs du grand roi sapprochrent leur tour du trne. Chacun rclamait lhon-neur de cette expdition contre les rvolts.Trs vite, dans tout le palais, le bruit se rpandit quune province stait rvolte et quune exp-dition se prparait contre elle. Lindignation tait son comble. Chacun prparait ses armes pour tre du nombre de ceux qui parti-ciperaient lexpdition punitive contre la province rvolte.</p><p>Un roi tait connu pour sa bont, sa douceur, sa gnrosit et son amour pour les hommes, les femmes et les enfants de son royaume. Un roi juste, patient, plein de compas-sion.Un jour, ce roi runit la foule innombra-ble de ses sujets, de ses ministres et de ses princes.Un grand silence se fit. Des vnements exceptionnels allaient se drouler.Le roi prit la parole : Vous savez tous que mon empire stend dun bout lautre du monde. Vous savez aussi que tous mes sujets me sont rests fidles et soumis jusqu aujourdhui.Dailleurs, si mes sujets me respectent et maiment, cest cause de ma bont bien plus qu cause de ma puissance. Cependant savez-vous, princes et mi-nistres, quune province loigne, aux confins de mon royaume, sest rvolte contre moi ?Un murmure parcourut la foule Tous les notables taient horrifis par ce quils venaient dentendre.</p><p>Soudain, le silence se fit dans la salle du royaume. Il y eut un mouvement dans la foule.Un sourire de satisfaction apparut sur le visage du roi.Son fils venait de gravir les premires marches du trne et savanait vers lui.Le jeune prince tait le portrait crach de son pre. La mme majest rayonnante, le mme regard damour. La mme puis-sance se dgageait de lui, la mme bont, la mme patienceIl prit la parole : Me voici, Pre, envoie-moi pour faire ta volont. Jirai dans cette province r-volte, je ramnerai ce peuple toi. Pre, ta gloire est aussi la mienne ! Laisse-moi partir aujourdhui mme !Pendant quelques minutes, le roi resta songeur. Une ombre passa sur son vi-sage.</p><p>Le roi avait lu dans le regard de son fils quil tait vraiment dcid. Il avait com-pris quil tait prt tous les sacrifices, payer le prix pour cette conqute. Et le roi savait que son fils ne reculerait pas devant la tche. Le roi savait que son fils tait fort. Persvrant.</p><p>Le roi se leva, regarda son fils dans les yeux, prit son unique hritier dans ses bras, ce fils quil aimait tantLe souverain dit avec une douceur infinie, plein damour pour son fils, mais gale-ment plein damour pour cette province rvolte : Cest bien, Fils, va ! ces mots, une immense acclamation retentit dans tout le palais.</p><p>Tout ltat-major donnait des ordres. Les gnraux mobilisaient leurs soldats. Une foule nombreuse se pressait autour du prince afin quil dsigne, parmi les offi-ciers, ceux qui laccompagneraient.Tous voulaient aller avec le prince dans la province rebelle et la ramener au royaume.</p><p>Mais le prince leva la main et rclama le silence. Taisez-vous, cest inutile. Jirai seul !Tous les gnraux et les ministres se re-gardrent bahis. Ils nen croyaient pas leurs oreilles ! Le prince avait dcid daller seul pour reconqurir une pro-vince rvolte ! Quoi ? Mais tu ny songes pas, Prince ! Jamais ils ne vont accepter que tu viennes comme cela de la part du roi, ton pre, leur montrer quils sont rvolts ! Ils ne te recevront pas. Bien plus, ils vont te mal-traiter, peut-tre mme te tuer ! Oui, ils vont me tuer, rpondit tran-quillement le prince.</p><p>( S U I T E E N P A G E S U I V A N T E )</p><p>lo</p><p>ffre</p><p>pour aller plus loin vangile selon Luc, du chapitre 1 verset 5</p><p>au chapitre 2 verset 21</p><p> vangile selon Matthieu, chapitre 1 versets 1 12</p><p>Nol, le plus beau cadeauNol, cest le grand moment de fin danne avec son </p><p>lot de festivits, de sapins enguirlands, </p><p>de cadeaux et de repas somptueux. Mais que dire </p><p>du sens original de cette fte : la clbration de la naissance de Jsus-Christ ?</p><p>Les auteurs de ce livre nous invitent redcouvrir le rcit insolite du premier Nol, tel quil est prsent dans la Bible. Ils nous en-couragent nous reposer la question : qui est cet en-fant dont on clbre cha-que anne la naissance ?Henry Bryant, Alain Raspaud,ditions CL.</p><p>le </p><p>doss</p><p>ier</p><p>conte de NolLe roi, son fils et les rvolts</p><p>Prenez le temps de lire, en famille, le rcit de la nativit</p><p>Suivez gratuit</p><p>ement</p><p>un cours bibli</p><p>que par</p><p>correspondance</p><p> !</p><p>La premire le</p><p>on dun cours</p><p>biblique gratu</p><p>it par corresp</p><p>ondance</p><p> commander di</p><p>rectement :</p><p>MSD BP 110 </p><p> 19203 Ussel C</p><p>edex </p><p>France</p></li><li><p>N U M R O 7 / 1 2</p><p>d</p><p>ito</p><p>Le message essentielest dit par</p><p>Association Publier. BP 19/F-67320 DRULINGEN</p><p>Publier@aol.com</p><p>Directeur de publication : Alain Stamp</p><p>Impression...</p></li></ul>

Recommended

View more >