Les Gaulois

  • View
    152

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les Gaulois

Les Gaulois, descendants des Celtes C'est sous la plume des Romains que la Gaule fait son apparition. Ce sont eux en effet qui utilisent les premiers le terme "Gallia" pour dsigner un territoire conqurir, compris entre les Pyrnes, les Alpes et le Rhin. Pourtant, cette entit gographique ne recouvre alors aucune unit politique : ses habitants appartiennent la grande communaut des Celtes, un peuple originaire d'Europe centrale, tendu sur tout le continent europen, des les Britanniques au dtroit du Bosphore. Sur ce territoire "gaulois" vivent par ailleurs plus de 60 communauts aux m urs et chefs bien distincts, qui s'affrontent rgulirement. Les Gaules En fonction de ces diffrences, les Romains distinguent quatre rgions : - la partie mditerranenne, dite "la Province", - l'Aquitaine prs des Pyrnes, - la Gaule celtique au centre, - la "Gaule Belgique" au nord-est. Mais les Gaulois, eux, n'ont pas de la conception d'un pays qui leur est propre, dot de frontires et de capitales. Semi-nomades, leur notion de territoire est avant tout celle d'un espace vital : ils se dplacent en fonction de leurs besoins. Avec le temps, leurs migrations deviennent de moins en moins frquentes, mais l'habitat reste dispers, avec de rares villages (les premiers apparaissent au IIe sicle avant J.-C.) et quelques bauches de fortifications, dit oppidum. La tribu gauloise Jusqu' la conqute romaine, les Gaulois repoussent toute forme d'autorit unique. L'entit de base est la tribu, un ensemble de familles issues d'une origine commune, souvent trs ancienne, regroupant quelques dizaines ou des milliers d'individus. Ces tribus s'organisent partir d'assembles politiques dans lesquelles chaque individu intervient en fonction de son statut social. Les hommes libres - Les druides : ils prsident les affaires religieuses mais cumulent aussi les fonctions de savant, d'ducateur, d'homme de justice et de lgislateur. Cette charge est hrditaire mais ncessite de surcrot un long apprentissage. - Les guerriers : l'accession au statut de guerrier est galement hrditaire mais suppose surtout la capacit d'acqurir un quipement onreux : "une grande pe suspendue au ct droit, un bouclier allong de grandes dimensions, de longues piques, et une sorte de javelot qui va plus loin que la flche" crit Plutarque. - Les plbiens : paysans ou artisans, ils n'appartiennent aucune famille de renom et ont un pouvoir politique limit. Le fait de payer des impts les autorise participer aux assembles populaires, mais sans rellement peser dans les dcisions. Par un systme de "clientle", ils peuvent galement vendre leur suffrage en change de biens convoits. Les esclaves au temps des Gaulois Une forme de vassalit rgne dj chez les Gaulois. Les esclaves, dont le statut se transmet de pre en fils, n'ont aucun poids politique mais jouent un rle conomique dterminant, en travaillant dans les champs, l'entretien des biens de leur matre. Il peut aussi s'agir de prisonniers de guerre, prcieuse monnaie d'change dans les combats. La maison gauloise Les notions de vie prive et d'indpendance sont importantes pour les Gaulois. Ils ne vivent d'ailleurs pas en clan, mais autour d'une cellule familiale assez rduite. Pourtant, la maison ne revt pas le caractre sacr qu'elle a pour les Grecs ou les Romains. Elle permet uniquement de se reposer, de se protger des intempries, mais ce n'est pas un lieu de convivialit : les grands repas se prennent gnralement l'extrieur. De forme conique et recouverte de chaume, la maison se compose gnralement d'une pice unique et d'un mobilier limit aux banquettes de couchage et aux lments de stockage. La mdecine des druides Les Gaulois portent une grande attention leur apparence et la propret du corps. On leur prte d'ailleurs l'invention du savon. A base de plantes, la mdecine est d'abord pratique par des marginaux, des sorciers, puis par les druides. En tant que civilisation guerrire, les Gaulois ont galement recours la chirurgie l'aide de scalpels, de lancettes et autres instruments. L'cole au temps des Gaulois L'cole est rserve aux classes privilgies, qui bnficient d'un enseignement de qualit. Comme dans la Grce prsocratique, les enfants coutent les discussions de leurs ans et y apprennent l'art oratoire, la rhtorique, mais aussi bien d'autres matires, car l'enseignement vise un savoir universel et se poursuit gnralement jusqu' l'ge de 20 ans. Le couple gaulois Bien que sous l'autorit morale de leur mari, les femmes jouissent d'une relative indpendance, en tout cas financire puisque les biens du couple sont mutualiss. Elles participent en outre aux assembles populaires, peuvent tre choisies comme arbitre dans des conflits, et se faire honorer, pour les plus riches, comme des hommes. En matire de sexualit, les Gaulois semblaient galement tolrants. Aucune source ne laisse en effet supposer l'existence de dlits sexuels. Rien ne prouve par exemple que l'adultre ait t puni et les relations amoureuses entre hommes tait chose admise par la communaut, au moins entre guerriers. Des loisirs rassembleurs Le loisir individuel n'a pas de sens pour les Gaulois, mais leur vie est ponctue de grands rassemblements populaires, foires, ftes religieuses ou rencontres politiques. Ces runions sont gayes de spectacles, du chant des bardes et d'affrontements en duel ou en joute verbale, afin de se voir attribuer la place d'honneur au banquet. -les banquets : s'il est un poncif non usurp sur les Gaulois, c'est bien leur got des banquets accompagnant tous les grands moments de la vie sociale. Son organisation est trs codifie : la place que chacun y occupe respecte scrupuleusement la hirarchie sociale. L'ivresse y est frquente et parfois associe l'usage de plantes hallucinognes, aux vertus divinatoires et religieuses. - la chasse, trs prise, est rserve aux riches car elle exige un quipement onreux, comme les chevaux, les chiens et les armes (principalement un javelot muni d'un fer). Initiatique, elle permet aussi de former les jeunes l'art de la guerre. Les Gaulois ne conoivent pas l'conomie comme une administration collective des biens mais plutt comme la gestion des ressources prives, fournies en grade partie par des butins de guerre. A la recherche de butins Les expditions guerrires des Gaulois rpondent une ncessit conomique plus qu' une volont expansionniste : leur production agricole et artisanale n'est pas toujours suffisante pour gnrer des surplus, changer des produits et obtenir ceux qui leur manquent. C'est donc par la force qu'ils se procurent ces biens, des terres et des esclaves. A partir du Ve sicle av. J.-C., se dveloppe aussi un systme de mercenariat : certains Gaulois s'engagent comme soldat pour des peuples trangers, en change de denres convoites, comme le vin. Une agriculture dveloppe Les Gaulois sont parvenus dvelopper l'une des plus riches agricultures du pourtour mditerranen, notamment grce un climat favorable, la mise au point d'engrais, d'outils et d'attelages permettant de labourer des terres lourdes. Pourtant, cette activit n'est pas valorise au sein de la socit gauloise. Les propritaires n'exploitent d'ailleurs pas directement leurs terres, qu'ils prfrent mettre en fermage. En revanche, ils accordent une grande importance l'levage, la taille et la beaut de leur troupeau tant un signe de richesse. L'omniprsence de l'artisanat La production artisanale occupe une place importante dans la socit gauloise, notamment pour pallier une offre trop restreinte de produits imports. Les Gaulois excellent ainsi dans la production d'outils en fer et dans l'orfvrerie, tmoignant d'une bonne connaissance des minerais. L'or est particulirement pris, au point que les Romains ont voqu la Gaule comme le "pays o l'or foisonne". Le travail du bois est galement dvelopp, la tonnellerie notamment, mais cette large production n'a pas rsist au temps. Leurs poteries, surtout l'mail de couleur rouge, sont alors rputes dans tout le bassin mditerranen. Un commerce par dfaut Les Gaulois ne sont pas des commerants. Ils prfrent produire par eux-mmes ou piller leurs voisins. Nanmoins, ils pratiquent une forme de commerce en prlevant des droits de passage sur les marchandises qui transitent sur leur territoire. A partir du IIIe sicle av. J.-C, les Gaulois commencent troquer des produits, qui restent peu diversifis : ils achtent du vin, mais aussi des chevaux, de la vaisselle ou des bijoux. En change, ils revendent des esclaves, une partie des produit de leur levage ou leurs services de mercenaire. Ces changes se font donc sous forme de troc, les pices de monnaie gauloises n'apparaissant que tardivement, au IIIe sicle av. J.-C. Quelle langue parlaient les Gaulois ? Les Gaulois communiquaient dans une langue celtique, prsentant des diffrences de vocabulaire et de prononciation selon les rgions, mais comprhensible par tous les habitants de la Gaule. Cette langue n'a pas t uniformise par des lois, ni codifie par crit. Nous ne disposons donc pas aujourd'hui de textes rdigs par les Gaulois euxmmes, et seules les sources grecques ou romaines nous renseignent sur le "parler" gaulois. Existait-il une littrature au temps des Gaulois ? La littrature gauloise fut uniquement orale, transmise lors de joutes et crmonies collectives par les druides et les bardes. Il existait donc en Gaule une vritable rhtorique et une littrature verbale qui s'apprenait dans les coles. Ces rcits riches en formules, images et posie pouvaient avoir une valeur sacre ou une fonction pique, en exaltant les exploits des guerriers. Peut-on parler d'un art gaulois ? Longtemps, l'art gaulois a t mconnu ou mpris, car il ne rpondait pas aux critres esthtiques grco-romains. Les Gaulois ne cherchaient pas, en effet, reprsenter la ralit, encore moins la magnifier. L'art celtique est non figuratif : ses motifs abstraits, styliss, symboliques sont faits de courbes et d'infinis entrelacements conus comme un langage sacr rapprochant les hommes du divin. Les Gaulois exercaient donc leur art sur des supports portatifs, que ce peuple de semi-noma