LES POLITIQUES CULTURELLES D'ANDRÉ MALRAUX À JACK LANG : RUPTURES ET CONTINUITÉS, HISTOIRE D'UNE MODERNISATION

  • View
    106

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of LES POLITIQUES CULTURELLES D'ANDRÉ MALRAUX À JACK LANG : RUPTURES ET CONTINUITÉS, HISTOIRE D'UNE...

  • Page 1
  • LES POLITIQUES CULTURELLES D'ANDR MALRAUX JACK LANG : RUPTURES ET CONTINUITS, HISTOIRE D'UNE MODERNISATION
  • Page 2
  • Le ministre d'Andr Malraux Dmocratisation, diffusion et cration Dmocratisation, diffusion et cration Inscrire la culture dans le Plan La cration contemporaine est aussi l'affaire de l'Etat La cration contemporaine est aussi l'affaire de l'Etat Les maisons de la culture La premire politique musicale Le patrimoine La dconcentration Le ministre de Jacques Duhamel La culture dans le VF Plan Une dmarche interministrielle et interdisciplinaire Une dmarche interministrielle et interdisciplinaire Une dmarche contractuelle Une dmarche d'ouverture Le ministre de Jack Lang Une mise niveau du budget L'acclration de la dconcentration La formation L'ducation artistique en milieu scolaire L'largissement du champ d'action L'ouverture sur ltranger : un renversement de Faction internationale L'ouverture sur ltranger : un renversement de Faction internationale Culture et audiovisuel
  • Page 3
  • De Andr Malraux Jack Lang (1959-1993), on peut distinguer quatre priodes De 1959 1969,la priode Malraux, De 1971 1973, Jacques Duhamel De 1973 1981, scande par la prsence de six ministres De 1981 1993, Jack Lang
  • Page 4
  • De Andr Malraux Jack Lang (1959-1993), on peut distinguer quatre priodes De 1959 1969,la priode Malraux, Cette priode est celle d'une double rupture: Malraux rompt d'une part avec l'esthtique acadmique qui tait rgle par l'Institut et fait entrer la cration contemporaine dans les interventions de l'tat il rompt d'autre part avec les modalits de gestion d'un secrtariat d'tat aux Beaux-Arts accol au ministre de l'ducation nationale pour constituer un ministre De plein exercice arrim la dmocratisation et la modernisation par la planification quinquennale du Commissariat gnral au Plan. Cette priode est celle d'une double rupture: Malraux rompt d'une part avec l'esthtique acadmique qui tait rgle par l'Institut et fait entrer la cration contemporaine dans les interventions de l'tat il rompt d'autre part avec les modalits de gestion d'un secrtariat d'tat aux Beaux-Arts accol au ministre de l'ducation nationale pour constituer un ministre De plein exercice arrim la dmocratisation et la modernisation par la planification quinquennale du Commissariat gnral au Plan.
  • Page 5
  • Le ministre Jacques Duhamel lance, en rupture, une politique de dveloppement culturel globale, interdisciplinaire et interministrielle, tout en construisant une administration librale et pluraliste De Andr Malraux Jack Lang (1959-1993), on peut distinguer quatre priodes De 1971 1973, Jacques Duhamel
  • Page 6
  • De Andr Malraux Jack Lang (1959-1993), on peut distinguer quatre priodes De 1973 1981, scande par la prsence de six ministres Influence la fois par la vision de Malraux et par le style de Duhamel, est scande par la prsence de six ministres, o la continuit prvaudra sur les ruptures, avec pourtant, pour chaque ministre, quelques innovations d'origine administrative sous la pression des lobbies culturels
  • Page 7
  • De Andr Malraux Jack Lang (1959-1993), on peut distinguer quatre priodes De 1981 1993, Jack Lang Marque par la continuit avec les politiques Malraux et Duhamel, elle renforce cependant leurs lignes de rupture modernistes grce un saut quantitatif dans le financement, et par de nouvelles ruptures qui peuvent concerner soit le champ du ministre de la Culture (l'inclusion des arts mineurs), soit des rapports indits avec l'conomie
  • Page 8
  • Le ministre d'Andr Malraux
  • Page 9
  • Dmocratisation, diffusion et cration Dmocratisation, diffusion et cration Il existe, la formation de chaque ministre, un dcret portant organisation du ministre. Andr Malraux tint en rdiger de sa main l'article premier : Le ministre charg des Affaires culturelles a pour mission de rendre accessibles les uvres capitales de l'humanit, et d'abord de la France, au plus grand nombre possible de Franais; d'assurer la plus vaste audience son patrimoine culturel ; de favoriser la cration des uvres de l'art et de l'esprit qui l'enrichissent. Ds le dpart, il avait fix son ministre trois finalits : la dmocratisation, la diffusion et la cration
  • Page 10
  • Inscrire la culture dans le Plan Ds son arrive, Andr Malraux lie son ministre des Affaires culturelles ce qui en tait le plus loign : les plans quinquennaux de modernisation conomique et sociale C'est dans le plan de modernisation nationale et dans ce plan seulement que, l'on peut concevoir un dveloppement vritable et durable des affaires culturelles. Il n'y avait pas jusqu' maintenant de politique culturelle, parce qu'il avait toujours t impossible, sous la IVe Rpublique, de poursuivre une action culturelle d'une anne sur l'autre ; dsormais l'autonomie du budget des affaires culturelles et son inscription dans un plan de cinq ans permettent de prvoir une continuit . il dclare : Premire rupture, avec les IIIe et IVe Rpubliques, et qui lance la modernisation.
  • Page 11
  • instaurer reprend des services grs jusque l par d'autres ministres, et crer de nouvelles structures La cration contemporaine est aussi l'affaire de l'Etat La cration contemporaine est aussi l'affaire de l'Etat fonder un Service de la cration artistique ds 1961 un Centre national d'art contemporain est constitu en 1967 des conseillers rgionaux la cration artistique sont nomms dans les 22 rgions partir de 1965 un service de la cration architecturale est introduit dans la direction de l'Architecture , qui se bornait essentiellement rparer les dommages de guerre et les monuments historiques Malraux arrache le cinma au ministre de l'Industrie, cre un fonds de soutien pour les professions cinmatographiques et fait inventer le systme de l'avance sur recettes pour les scnarios prsentant un intrt culturel
  • Page 12
  • Les maisons de la culture L'ide de maison de la culture est mise en uvre avec un volontarisme tenace : la maison de la culture sera la charnire entre la cration et la diffusion et devient la cheville ouvrire de la politique malrucienne Aprs 1973, une trentaine de centres d'action culturelle (CAC), plus petits, appels aujourd'hui scnes nationales , fonds sur le mme primat de la cration, seront aussi crs.
  • Page 13
  • La premire politique musicale La politique de diffusion de Malraux est illustre, entre autres, par la cration d'une vraie direction de la Musique , avec lancement d'un plan dcennal , conu par Marcel Landowsky qui opre une rvolution dans le financement et la dcentralisation de la vie musicale La politique de diffusion de Malraux est illustre, entre autres, par la cration d'une vraie direction de la Musique , avec lancement d'un plan dcennal , conu par Marcel Landowsky qui opre une rvolution dans le financement et la dcentralisation de la vie musicale Marcel Landowski cre galement l'Orchestre de Paris avec Charles Mnch comme chef d'orchestre, ainsi qu'une Runion des thtres lyriques municipaux pour la province, ds 1966.
  • Page 14
  • Le patrimoine deux lois pluriannuelles permettent de financer hors annualit budgtaire la remise en tat d'une quinzaine de trs grands monuments une loi cre les secteurs sauvegards o l'Etat cofinance la restauration de l'habitat ancien Malraux lance avec l'historien d'art Andr Chastel l Inventaire gnral des richesses artistiques de la France et cre un Service des fouilles archologiques nationales, qui professionnalise le mtier d'archologue jusque-l pratiquement bnvole La loi crant la dation qui permet de payer les droits de succession en oeuvres d'art et qui est devenue depuis lors la principale source d'enrichissement des muses franais est vote. Il cre un Centre des archives du film et pose les statuts d'une cinmathque publique
  • Page 15
  • La dconcentration il cre en 1969 les trois premires directions rgionales des affaires culturelles (DRAC) Ils ont mari la cration contemporaine et les pouvoirs publics de faon dfinitive, mais loin de tout dirigisme culturel la devise de Malraux tait soutenir sans influencer ont relanc la musique en France et relanc une politique du patrimoine C'est pendant cette priode que nat ce qu'on a appel l'action culturelle , c'est--dire une dmocratisation appuye directement sur la cration, aux dpens de l'ducation populaire, plus proche des apprentissages progressifs sur le moment, on avait l'impression d'une grande vision, plutt que d'une grande politique. Cette politique, c'est Jacques Duhamel qui va l'instaurer partir de 1971.
  • Page 16
  • Le ministre de Jack Lang
  • Page 17
  • Une mise niveau du budget Le doublement du budget pour l'exercice 1982 permet d'assurer d'abord en pleine continuit la mise en uvre en vraie grandeur des ides lances par les prdcesseurs de Lang, notamment Malraux et Duhamel Il existait trois centres d'art contemporain , ils deviendront quatorze Les crdits de l'archologie quintuplent et les archologues sont titulariss Les crdits et les personnels de recherche doublent, de mme que les moyens des thtres nationaux et de la dcentralisation dramatique Les crdits et les personnels de recherche doublent, de mme que les moyens des thtres nationaux et de la dcentralisation dramatique Les compagnies thtrales subventionnes passeront de 200 600 l'offre de services culturels qui arrive un niveau suffisant . La modernisation des muses devient possible : il y a eu, pendant la priode Lang, 1200 muses aids et la fin de la priode, 300 muses taient en cours de rnovation, et 22 fonds rgionaux d'acquisit