Les ravageurs des arbres de Noأ«l - MAPAQ -2 branches/arbre sur 2 cأ´tأ©s -30 arbres/ha (12 arbres/ac)

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les ravageurs des arbres de Noأ«l - MAPAQ -2 branches/arbre sur 2 cأ´tأ©s -30 arbres/ha (12...

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

    Les ravageurs des arbres de Noël

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Source: Ravageurs, maladies et ennemis des arbres de Noël au Québec

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • - Hémiptères, Mindarus abietinus, Balsam twig aphid. - Principal insecte ravageur des arbres de Noël. - Affecte principalement les sapins baumiers et tous les arbres à débourrement hâtif. - Quatre générations par année. - 2e génération qui cause les dommages; recroquevillement des aiguilles et rabougrissement des pousses. - Production de miellat qui favorise le développement de la fumagine, champignon causant couleur noire.

  • Crédit photo: MAPAQ-Estrie

  • Crédit photo: Université Laval

    Début dépistage stade II des fondatrices

    Stade I Stade III

    Stade IV

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Œufs de pucerons

    Fondatrice adulte

    Dommages

    Vivipare sans ailes

    Adulte sexué sans aile

    Vivipare ailée

    Mai

    Début juin

    Fin juin Juillet

    Hiver

    Avril

    Source: Le puceron des pousses du sapin, une approche de gestion intégrée, C.Hébert et A.Pettigrew. 2008

  • Source: Le puceron des pousses du sapin, une approche de gestion intégrée, C.Hébert et A.Pettigrew. 2008

  • Stade 1 : Bourgeon fermé. Stade 1+ : La pointe du bourgeon est membraneuse, le bourgeon est encore fermé. Stade 2 : Bourgeon sans «capuchon», les aiguilles sont visibles. Stade 3 : Bourgeon en extension, les aiguilles sont encore serrées. Stade 3+ : Début du desserrement des aiguilles, mais les aiguilles de l’extrémité du bourgeon sont toujours serrées. Stade 4 : Aiguilles desserrées y compris l’extrémité de la pousse. Stade 5 : Aiguilles desserrées, pousse en extension, début de l’étalement des aiguilles. Stade 5+ : Aiguilles étalées. Source: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • • Évaluer le développement des végétaux et des ravageurs durant la saison de croissance.

    • Température de base de 2°C (DJ2) pour les pucerons, c’est- à-dire la température à partir de laquelle le puceron débute son développement.

    • Débuter le calcul des degrés-jours autour du 1er avril. • Calculer le cumul des degrés-jours chaque jour avec la

    formule suivante : degré-jour (DJ) = (Tmax + T min) - 2 . 2

  • Tous droits réservés Mesonet-Québec ©2008, http://agrometeo.org/index.php?page=reserved

    http://agrometeo.org/index.php?page=reserved

  • • Début environ 4 ans avant la récolte (5 à 8 pieds de haut). • Dépistage à partir de 150 degrés-jours cumulés soit quand

    les œufs sont éclos, fin 255 degrés-jours.

    • Méthode d’évaluation: - 4 pousses/arbre (une pousse par point cardinal);

    - Pousse à la mi-hauteur des arbres;

    - 20 arbres/ha (8 arbres/ac).

    • Fondatrices présentes sous les aiguilles. • Goutte de miellat brille au soleil. • Seuil: 9% des pousses avec présence d’au moins 1 puceron.

  • Nécessite une bonne couverture pour

    garantir l’efficacité

    Efficace dans autres cultures, risque pour les

    ennemis naturels

    Vieux produits non écologiques, à éviter

    Insecticide le plus utilisé, mais fin de l’utilisation

    légale fin 2016. Dernière année de vente en 2015.

  • - Insecticide Tristar aussi homologué contre le puceron, mais faible efficacité selon les essais et dispendieux.

    - Le Diazinon fonctionne par inhalation, c’est pourquoi il a une bonne efficacité même s’il est appliqué au canon.

    - Retrait du marché du Diazinon… de nouveaux insecticides plus spécifiques devront être homologués.

    - Traitement au stade 2 des bourgeons, certaine efficacité contre les adultes de perces-pousses.

    - Important de traiter avant le stade 3+ pour éviter les risques de dommages et avant 250 degrés-jours.

  • • Diptères, Paradiplosis tumifex, Balsam gall midge. • 1 génération par année, infestation cyclique au 9 à 11 ans. • L’adulte ressemble à un moustique orange, femelle vit 1 journée. • Émergence des adultes vers le stade III des bourgeons des sapins

    soit vers la mi-mai, pendant 2 à 3 semaines. • Les adultes vont pondre dans les bourgeons des sapins. • L’œuf éclos de 3 à 5 jours après la ponte. • La larve restera 7 à 14 jours sur l’aiguille. • Après leur croissance, les larves se laissent tomber au sol. • Le dommage est une excroissance anormale des tissus autour des

    larves pour former des galles. • Chute des aiguilles avec des galles.

  • Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Crédit photo: Université Laval

  • Crédit photo: Université Laval

  • Crédit photo: Université Laval

  • • Cécidomyie inquiline des galles du sapins, Dasineura balsamicola.

    • Synchroniser avec la cécidomyie pour entrer dans la galle. • Peu de différence entre les adultes des deux espèces. • Larve plus foncée et peau plus rugueuse. • S’il y a deux larves dans la galle, une est l’inquiline. • Régulation des populations de cécidomyies dommageables. • Cinq parasitoïdes comme ennemis naturels.

  • Crédit photo: Université Laval

  • • Observer l’activité de ponte des cécidomyies sur les bourgeons dans des zones à l’abri du vent, surtout bordure de forêt.

    • Observer les bourgeons dans la partie supérieure des arbres. • Bourgeons au stade 3 et 3+ favorables à la ponte. • Valider la présence d’œufs et de larves au champ. • Les œufs sont très difficiles à distinguer des larves à l’œil nu. • Observation des bourgeons au binoculaire pour dénombrer le

    nombre d’œufs et de larves par bourgeon. Cela nous permet également de connaître l’évolution de l’éclosion des œufs.

    • Aucun seuil d’intervention validé existe. • 50 larves par bourgeon = environ 20 % des aiguilles d’une

    pousse = population à considérer, traitement à réaliser.

  • • Un dépistage est essentiel pour valider la nécessité d’un traitement. • Le traitement doit cibler les larves et non les adultes et les œufs. • De un à deux traitements sont nécessaires pour contrôler cet

    insecte si les populations sont élevées. • Il doit y avoir beaucoup de larves par bourgeon pour justifier un

    traitement.

    • Traitement fait lors du pic des larves dans les bourgeons. • Effectuer des traitements localisés seulement. • Le diazinon est l’insecticide le plus utilisé contre cet insecte, la dose

    est de 1,7 litre/hectare dans 50 à 100 litres d’eau/hectare.

    • Le Movento est également homologué contre la cécidomyie. La dose est de 585 ml/ha dans 500 litres d’eau/hectare.

  • • Acariens, Oligonychus ununguis, Spruce spider mite. • Ressemble à une petite araignée rouge-orange. • Affecte les sapins, les épinettes, les cèdres et autres conifères. • Hiberne sous forme d’œufs sur l’arbre. • Éclosion vers la fin de mai (20°C). • 11 à 24 jours pour passer de l’œuf à l’adulte, donc rapide. • 3 à 6 générations par année. • La dernière génération pond ses œufs en septembre. • Cause la décoloration permanente des aiguilles.

    Tétranyque de l’épinette

  • Tétranyque de l’épinette

    Cr éd

    it ph

    ot o:

    C lu

    b ag

    ro en

    vi ro

    nn em

    en ta

    l d e

    l’E st

    rie

    Crédit photo: Lina Breton, Ministère des Ressources naturelles

  • Dommages de tétranyques

    Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Dommages de tétranyques

    Crédit photo: Club agroenvironnemental de l’Estrie

  • Dommages de tétranyques

    Crédit photo: Christian Lacroix, agr.

  • • Plantations près des chemins de terre plus à risque. • Fraser plus sensible que les autres cultivars. • Dépistage de la mi-juin à la fin août. • Températures chaudes favorisent cet acarien. • Utiliser une loupe 16X pour bien voir les adultes et les

    œufs et pouvoir les dénombrer.

    • Dépister les plantations selon l’historique de dommages. • Regarder les pousses de l’année précédente et les pousses

    de l’année. À partir de juillet, les tétranyques sont surtout sur la pousse de l’année.

    Dépistage

  • Méthode d’évaluation:

    - 2 branches/arbre sur 2 côtés

    - 30 arbres/ha (12 arbres/ac)