Les soeurs Vatard - beq. bouteille se brisa le bec au rebord d’une table, le petit bleu coula

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les soeurs Vatard - beq. bouteille se brisa le bec au rebord d’une table, le...

  • Joris-Karl Huysmans

    Les surs Vatard

    BeQ

  • Joris-Karl Huysmans 1848-1907

    Les surs Vatard

    roman

    La Bibliothque lectronique du Qubec Collection tous les vents Volume 129 : version 1.0

    2

  • Du mme auteur, la Bibliothque :

    Un dilemme Le drageoir aux pices

    3

  • Les surs Vatard

    dition de rfrence :

    Paris, G. Charpentier, diteur, 1880. Cinquime dition.

    4

  • mile Zola son fervent admirateur et dvou ami.

    5

  • I Deux heures du matin sonnrent. Cline fit sa sur cette inepte plaisanterie

    qui consiste placer son doigt prs du nez dune personne endormie et la rveiller brusquement. Dsire frappa sa narine gauche contre lindex de Cline.

    Que cest bte! cria-t-elle. Les femmes se tordirent. Allons, mesdames, un peu de silence,

    hasarda la contrematre. Lon entendit comme un long bourdonnement

    que traversa soudain la flte dun rire, puis deux voix claironnrent, soutenues par le ronronnement des presses, une chanson patriotique. Les gosiers des hommes, des gosiers saccags par le trois-six, tonnrent galement, trouant de leur toux rauque les cris grles des filles :

    6

  • Il est mort, soldat stoque, Il est mort pour la rpubli-ique! Allons, mesdames, un peu de silence,

    hasarda la contrematre. La presse haleta et mugit plus fort, les

    massiquots grincrent, les couteaux de bois firent entendre leur sifflement doux sur le papier; les petits bancs qui tombent, les ballots quon jette sur la table, retentirent, interrompus par le jet vibrant des gaz, par le bourdon du pole. Des rires fusrent dun bout de latelier lautre, steignirent, puis reprirent en un long roulement.

    Mesdames, mesdames! un peu de silence! hasarda la contrematre.

    , de gros rhumes grondaient, l, des joies dgingandes stouffaient braire, et l, des raclements, des roulades de gorges dchiraient la tempte qui allait croissant.

    Dans un coin, un rire aigu sautilla, seul, dansant au-dessus du tumulte. Il y eut un instant de rpit. Un chat en chaleur miaula furieusement,

    7

  • puis une voix larmoyante sleva : Mesdames, je vous ai respectes, toute la

    nuit! Le coup de tonnerre dune norme pile qui

    scroule coupa net lengueule du chur qui huait la femme. Personne navait reu la pile sur la tte. Les chansons reprirent.

    Voyons, mesdames, mesdames, un peu de silence! supplia la contrematre.

    Alors, dans un crescendo immense, quarante femmes crirent : La paie! la paie! puis elles rattraprent le fausset de lune delles, une voix pointue qui allait se piquer dans le plafond :

    Ayez piti de ma souffran-an-ance Allez soldats, passez votre chemin! Dans cette auberge on ne verse du vin (bis) Quaux enfants de la France! Les plioirs frappaient les tables, les litres

    passaient dune bouche lautre, suintant la salive et le vin; une ouvrire, debout, voulait

    8

  • regagner sa place, ses compagnes lui crasrent le ventre avec les dossiers de leurs chaises. Une fille se moucha, sonnant comme dune trompette; une bouteille se brisa le bec au rebord dune table, le petit bleu coula sur les robes, deux femmes vomirent, lune contre lautre, des injures de poissardes, on les retint par leurs chignons et par leurs loques, mais elles se tordaient et aboyaient, le menton en avant et les dents sorties, bavant, se ruant, les bras en lair, la fosse des aisselles jour sous la chemise craque.

    Il y eut encore un moment de rpit et lon nentendit plus que le tapotement sourd des assembleurs dans lautre pice.

    Les brocheuses avaient des voix de mirlitons crevs; elles rlaient.

    Lune delles lana alors cette stupide question qui revenait comme une ritournelle quand personne navait plus rien dire :

    Mademoiselle lisabeth, quest-ce que votre cur dsire?

    Une autre se leva, pesamment, fourgonna dans le pole, et, saisie par la chaleur, resta courbe en

    9

  • deux, les paupires remues, la bouche grande ouverte devant le trou qui flambait.

    On rpait cet instant : Mais que les branches Soient toutes blanches, Ou quau printemps verdisse le gazon, Rose, je taime Toujours de mme, Car en amour il nest pas de saison! Mesdames, un peu de si... Sept heures sonnrent, interrompant la phrase

    de la contrematre. Sept heures, dit une voix, lhomme que

    jaime est dans la paillasse! Alors, latelier reprit une nouvelle force et

    lamentablement hurla : La paie! La paie! Un monsieur sortit dun petit cabinet, attenant

    la grande salle, et appela : Madame Eugnie Voblat! Des acclamations coururent :

    10

  • Ah! enfin! ce nest pas trop tt! on va donc toucher son poignon!

    Et les mains battirent, les yeux tincelrent, tandis que les chaises gmissaient sous le galop des croupes.

    La femme Voblat, un roulis de chairs molles, un monstre ignoblement gras, traversa les tables, bouscule et ahurie par tous les voyous femelles qui se pendaient son caraco; elle se dgagea, griffant au hasard les nez, et, perdant ses jupes, elle entra dans le bureau du patron. Elle partit criant :

    ton tour, Angle! La nuit prenait fin. Les ouvrires taient

    brises par la fatigue, cules par les sommes, la tte dans les poings. Celles qui avaient touch leur argent senfuirent. La paie allait salentissant. Le patron appelait une femme et une autre venait.

    Madame Teston! Y est pas! Qui prend son argent? Et une amie de labsente accourait et

    11

  • demandait en mme temps son compte, puis ctaient des rclamations forcenes, des discussions enttes pour un sou, des tnacits de sauvage sobstinant ne pas comprendre. La couture tait par trop mal paye! Le pauvre peuple tait pas heureux! Ctait lternelle requte : mssieu! vous ne pourriez pas me donner de la petite monnaie avec des sous? Ctaient les doigts engourdis qui laissent chapper ce quils tiennent, et laplatissement dun corps sur le plancher, le rble en saillie, les mains tranant dans la poussire la recherche de largent tomb.

    Les brocheuses se grouprent vis--vis de la caisse prs de la machine eau; il y en avait daccotes contre les piles qui remuaient des faces blmes comme des ttes de veaux, dautres, enlaces aux colonnes de la presse, se renversaient en arrire, se chatouillant pour se rveiller, laissant entrevoir sous leurs jupes releves des bas sales et mal tirs, des bottines armes de clous. Seule, dans son coin, la contrematre soufflait, pelant des chiffres, les additionnant avec un crayon mouill de salive,

    12

  • regardant, atterre, lcroulement des filles sur le parquet.

    Latelier offrait alors le spectacle dune morgue. Un tombereau de jupons semblait avoir t vid, en un tas, et il y avait comme un grouillement de membres sous ce paquet de hardes. La paie allait salentissant. Les ouvrires qui restaient encore dfirent leurs manchettes de lustrine, se lissrent les cheveux avec du crachat, se rigolant voir une petite qui somnolait, perdue, vautre dans des rognures, tripotant avec son petit doigt la gele dun baquet de colle.

    Le jour parut, la contrematre teignit les becs de gaz, et au travers des vitrages grills et empoicrs par le ruissellement des pluies, un soleil ple dhiver, une aube dune blancheur sinistre spandit sur les grappes tages des femmes, clairant des joues blafardes, des bouts de langues qui badigeonnaient de temps en temps le coin crott des bouches. Cahin, caha, les brocheuses disparaissaient; il nen resta bientt plus que deux, une petiote qui souffrait dun incurable mal de dents, et une grande dhanche qui cherchait ses puces et suait une larme de

    13

  • sang pointant sa lvre gerce. On ouvrit les vasistas pour renouveler lair. Une bue lourde planait au-dessus de la salle;

    une insupportable odeur de houille et de gaz, de sueur de femmes dont les dessous sont sales, une senteur forte de chvres qui auraient gigot au soleil, se mlaient aux manations putrides de la charcuterie et du vin, lcre pissat du chat, la puanteur rude des latrines, la fadeur des papiers mouills et des baquets de colle.

    La contrematre rangea les chaises jetes au hasard, sur le flanc, sur le dos, les jambes en lair, leurs tripes de paille blonde se dressant en tire-bouchon ou fuyant en mches par le trou du ventre. Elle empila sur des trteaux la cohue des tabourets.

    Neuf heures sonnrent. Le soleil se dcidait mrir. Il allait, fonant

    mesure la rougeur de son orbe. La danse de la poussire dans un rayon de jour commena, tournoyant en spirale, du plancher aux vitres. La lumire sauta, jaillit, claboussa de plus larges gouttes le plancher et les tables, alluma dun

    14

  • point tremblant le col dune carafe et la panse dun seau, incendia de sa braise rouge le cur dune pivoine qui spanouit, frmissante, dans son pot deau trouble, creva enfin en une large onde dor sur les piles des papiers qui clatrent avec leur blancheur crue sur la suie des murs!

    15

  • II Des quatre ouvrires qui, part de lgres

    fugues, travaillaient assidment dans les ateliers de satinage et de brochure de la maison Dbonnaire et Cie, une passoire, disait la contrematre, trois taient sages : la premire, parce quelle tait trop vieille; la seconde, parce quelle tait trop peu tentante; la troisime, parce quelle tait jeune et ntait pas bte. La quatrime tait peu prs sage, changeant damant tous les mois, mais nen ayant jamais quun ou deux au plus en mme temps. Ctait : madame Teston, une femme marie, une vieille bique de cinquante ans, une longue efflanque qui blait la lune, campe sur de maigres tibias, la face taille grands pans, les oreilles en anses de pot; ctait madame Voblat, un gabion de suif, une bombance de chairs mal retenue par les douves dun corset, un tend