L'Hebdo des socialistes n°587
L'Hebdo des socialistes n°587
L'Hebdo des socialistes n°587
L'Hebdo des socialistes n°587

L'Hebdo des socialistes n°587

  • View
    216

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

L'Hebdo des socialistes n°587

Text of L'Hebdo des socialistes n°587

  • Jeunes, salaris des ra neries, secteur priv et publicRetraites : la mobilisation s'intensi e

    RetraitesMARTINE AUBRY RPOND FRANOIS FILLONPage 2

    Outil militantTOUT SUR LA RFORME DES RETRAITES DU PSPage 4

    LAGENDA

    Retrouvez lagenda sur parti-socialiste.fr

    6 novembre Forum des !desSur la thmatique de la villedu XXIe sicle, Lille

    9 novembre Conseil nationalSur le thme de l'galit relle l'Assemble nationale, Paris

    17 novembre Forum des !desSur la thmatique de la scurit, Crteil

    27 novembre Forum des !desSur la thmatique de la culture, Reims

    Manifestation du 19 octobre

    des socialistes

    Manifestation du 16 octobre

    1,5

    N587DU 23 AU 29 OCTOBRE

    10, rue de Solfrino75333 Paris Cedex 07Tl. : 01 45 56 77 52 Fax : 01 47 05 27 70

    hebdo@parti-socialiste.fr

    DIRECTEUR DE LA RDACTION ET DIRECTEUR DE LA PUBLICATION David Assouline RDACTRICE EN CHEF Stphanie Platat(77 52) PHOTO Philippe Grangeaud (76 00) et Jean-Michel Sicot MAQUETTE Stphanie Zoete (79 44) FLASHAGE ET IMPRESSION PGE (94) Saint-Mand N DE COMMISSION PARITAIRE : 0114P11223 ISSN 127786772 LHebdo des socialistes est dit par Solf Communications, tir 25 200 exemplaires

  • 67 %Linfoen continu

    cest le nombre de Franais qui approuvent les grves et les manifestations contre le projet de rforme des retraites du gouvernement, selon le dernier sondage paru au lendemain de la manifestation du 19 octobre. Plus de la moiti des personnes interroges soutient galement les grves dans les transports. Enfi n, 65 % des Franais dnoncent la fermet de Nicolas Sarkozy face aux grves et aux manifestations. Le soutien populaire ne se dment pas alors que le confl it dure. Plus le gouvernement explique sa rforme, plus les Franais sont contre.

    LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

    LACTU DU SECRTARIAT NATIONALJean-Marc Ayrault, 14/10/10

    Remise plat Mme si le projet est vot, il faut le remettre plat. Ce projet est mauvais. Le mouvement sampli e. Il y a beaucoup de gens dans les manifestations et le gouvernement a fait le choix dangereux daller trs vite pour faire passer en force au Parlement son texte, en pensant que le mouvement allait sessou er. Mais plus le temps a pass, plus la pdagogie des syndicats et des partis politiques de lopposition a march. Le gouvernement prend un risque .

    Harlem Dsir, 15/10/10

    Mpris Ce gouvernement, qui avait dj montr qu'il mprisait les Franais, a une attitude insultante l'gard de la jeunesse. On ne rpond pas aux jeunes coup de ashball dans l'il. Il ne faut pas considrer que quand des jeunes, des tudiants, des lycens s'expriment sur des questions qui les concernent ils sont manipuls. Ils expriment un malaise profond vis--vis d'un gouvernement qui se comporte comme un gouvernement anti-jeunes, qui ne cesse de les mpriser, de les traiter de racailles, de traiter leurs quartiers de lieux passer au Karcher .

    MOBILISATION RETRAITES

    Nous tions encore 3,5 millions manifester samedi 16 et mardi 19 octobre pour demander la remise plat du projet de rforme des retraites. Aux salaris du priv et du public et aux retraits, se sont ajouts les jeunes, lycens et tudiants encadrs par leurs parents. Le dbat continue au Snat, Le gouvernement a jou la stratgie de lpuisement a comment Jean-Pierre Bel, prsident du groupe socialiste, puisque les discussions ont t ouvertes du matin au soir, jusqu 3h15 encore mercredi matin. Mardi soir, il restait encore 385 amendements tudier. Les socialistes ont enregistr quelques victoires (lire rubrique parlementaire), Les Snateurs, conclut Jean-Pierre Bel prsent dans le cortge lors de la manifestation de mardi, sont mobiliss et restent ractifs pour opposer un vrai

    dbat la majorit . Les discussions devaient prendre fi n vendredi dans la journe.

    Communiqu de Martine Aubry aprs les dclarations de Franois Fillon dimanche 17 octobre En refusant d'entendre l'immense majorit des Franais qui rejettent sa rforme, en refusant de voir la plus forte mobilisation sociale de ces dernires annes, par son attitude mprisante et arrogante vis--vis des syndicats, le Premier ministre, plus obtus et ferm que jamais, na su ce soir quopposer une fi n de non recevoir aux Franais.Le Parti socialiste demande au Premier ministre de cesser ses mensonges sur la situation du pays et les comparaisons internationales, ses provocations et ses insultes tant vis--vis des syndicats que de lopposition et daccepter enfi n de prendre ses responsabilits pour sortir le pays de la crise o le gouvernement la plong.Qualifi er descroquerie la proposition de l'opposition de faire contribuer les revenus du capital aux retraites dnote de la part du Premier ministre

    d'un mpris profond pour la justice sociale et dune drle de conception du dbat rpublicain. Et cela confi ne la provocation quand, dans le mme entretien, il envisage la quasi-suppression en juin 2011 de l'impt de solidarit sur la fortune.Le Parti socialiste demande de nouveau au prsident de la Rpublique de suspendre l'examen du texte au Snat, daccepter douvrir le dialogue et dengager une vritable ngociation avec les syndicats sur lavenir des retraites en France. La seule attitude responsable aujourdhui cest le dialogue et non le dni de ralit inquitant et la morgue dans lesquels senferme Franois Fillon.

    Secrtariat national aux liberts publiques et la justice La Cour de cassation vient de dclarer non conformes aux rgles europennes certaines dispositions de la procdure de garde vue, y compris dans ses rgimes

    drogatoires. Aprs les dcisions du Conseil constitutionnel et de la Cour europenne des Droits de lHomme, la garde vue est une nouvelle fois condamne. Comme toujours la Chancellerie ne manquera pas de prtendre que sa rforme permettra de rpondre aux exigences europennes. Mais nous noublions pas que la mme Chancellerie prtendait, il y a quelques mois peine, que la garde vue franaise tait bien conforme aux rgles europennes affi rme Marie-Pierre de la Gontrie. Le projet de rforme prsent par Michle Alliot-Marie, en cartant de son champ les rgimes drogatoires, en crant une audition libre sans droits et sans limitation de dure, en continuant limiter lintervention de lavocat, reste encore trs insuffi sant au regard des normes europennes. Il est grand temps que cette procdure soit revue en profondeur conclut la Secrtaire nationale.

    Llan populaire reste fort

  • Linfo en continu

    Franois MitterrandCest une photo de vacances, prise Latche en 1978. Il a lair doux, dtendu. Cette photo rsume parfaitement le livre-objet qua ralis Florence Drory sur Franois Mitterrand. Ce nest pas une biographie de plus, un livre historique supplmentaire sur lancien Prsident socialiste, cest une approche personnelle de lhomme. On en a fait un personnage de roman, explique Florence Drory qui travailla avec Franois Mitterrand de 1975 1980, on le dcrivait comme un sphynx, mon livre le montre autrement . Pendant prs dun an, elle a fouill dans les archives, recueilli des tmoignages pour raliser ce livre paissi par les collages de fac-simils de documents dpoque. Une carte dtudiant, des photomatons, Lphmre,

    le journal quil avait cr en 1941 au Stalag, des photos avec Mazarine, des notes manuscrites, des tmoignages de Shimon Prs ou Mrio Soares, le livre regorge de dcouvertes. Cest une face que la presse na jamais tale, affi rme Florence Drory, chacun dans ce livre retrouvera une partie de son histoire car Franois Mitterrand est jamais li la vie du PS et la vie des Franais . Travail au bord de la crise de nerfs Femme de gauche, ancienne inspectrice du travail, citoyenne, je suis saisie par les bouleversements qui caractrisent le monde du travail depuis vingt ans. Et je ne me satisfais absolument pas de la manire dont il est trait aujourdhui , explique Anne Hidalgo en prambule

    de son nouveau livre Travail au bord de la crise de nerfs . travers les tmoignages de quinze salaris, qui vivent leur travail comme une douleur, Anne Hidalgo analyse la ralit de ce mal tre salari. Je veux prouver que cest lorganisation qui tue et non pas une fragilit individuelle ou une relation interpersonnelle particulirement confl ictuelle, affi rme la Premire adjointe au maire de Paris, penser la question du travail, sans tabous, me parat un exercice utile. Loin des modes ou des rfrences ce qui pourrait tre considr comme moderne ou ringard.

    Sur la pile

    Vincent Peillon, 17/10/10

    Irresponsables Les Franais ont trs bien compris cette rforme et depuis un moment d'ailleurs. Il faut ouvrir une ngociation, c'est un terme qu'on n'entend jamais. La mthode est excrable et on arrive une hystrisation. Il faut rsoudre les questions prsentes dans cette rforme et qui crent une grande insatisfaction. Taxer beaucoup plus les facteurs mobiles et le capital, c'est une vraie rvolution mais il faut de temps en temps tre moderne. Les jeunes sont videmment concerns, les irresponsables sont ceux qui ne veulent pas le dialogue, cest--dire le gouvernement et le chef de ltat. Il faut maintenant ouvrir le dialogue. Srieusement .

    Benot Hamon, 19/10/10

    Blocage Le mouvement et la mobilisation sociale stendent des professions qui taient jusquici en retrait et qui ont dcid de monter en puissance. Cette intensi cation est la consquence dune dcision : le gouvernement franais a dcid de bloquer la France en opposant une n de non recevoir aux syndicats, la mobilisation sociale et aux 7 Franais sur 10 qui sopposent au projet de remise en cause de la retraite 60 ans.Le gouvernement ne gouverne plus, une minorit impose sa loi. Derrire cette apparente fermet, il y a un pouvoir faible, faible car il nest plus soutenu par les Franais .

    LECTURES

    AU PARLEMENT

    Les socialistes lo ensive Au SnatLe dbat sur la rforme des retraites se poursuit au Snat et les lus socialistes font preuve dune dtermination sans faille po