L'Hebdo du Vendredi - Epernay - 207

  • View
    233

  • Download
    8

Embed Size (px)

DESCRIPTION

L'Hebdo du Vendredi, édition Epernay, numéro 207, semaine du 22 au 28 février 2013

Text of L'Hebdo du Vendredi - Epernay - 207

  • Ouverture

    le 6/02

    Ouverture

    le 6/02

    ACHAT et VENTE dOR

    7, rue Crs - REIMS 03 10 16 67 38 - reims@gold.frSeul un paiement par virement ou par chque est rglementairement autoris. Lactivit de rachat dor est interdite aux mineurs. La transaction lie au rachat dorest soumise une obligation fiscale (reu, information...)

    Expertise Gratuite - Paiement immdiat

    D I T I O N P E R N A YJOURNAL GRATUIT DINFORMATION N207

    du 22 au 28 fvrier 2013

    e p e r n a y . l h e b d o d u v e n d r e d i . c o m

    Football : Nice - Reims,encore un classique P.10

    Chambre rgionaled'agriculture : Jean Notatpasse la main P. 15

    Polmique sur le cholestrol : le Dr Thomas ragit P.7

    La distillerie Goyard au Salon international de l'agriculture P.6

    Salmanazar : Clovis Cornillac encontrebassiste P. 12

    Association musulmane Ahmadiyya

    Un projet de mosque pernay

    L'ex-patron de l'union publie Une plume libre

    Jacques Tillier nous parle de son livre P. 8

    @lh

    ebd

    o du

    ve

    ndr

    edi

    L'association musulmane Ahmadiyya projette d'acqurir un terrain et desbtiments en vue d'y construire une mosque, avec minaret et coupole,que la communaut veut ouverte tous les musulmans. P. 4 et 5

  • H umeurs2 x N207 du 22 au 28 fvrier 2013www.lhebdoduvendredi .com

    Lhebdo du vendredidit par la SARL B2M Editions

    Journal hebdomadaire gratuit dinformation locale Sige social : 195, rue du Barbtre Reims

    Tl. 03 26 36 50 13E-mails : Rdaction : redaction@lhebdoduvendredi.com

    Publicit : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.comDirecteur de la publication : Frdric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com)

    Journalistes : Julien Debant, chef ddition Reims (julien.debant@lhebdoduvendredi.com) Tony Verbicaro, chef ddition Chlons/Epernay (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com)

    Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com)Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com)

    Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com)Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rog Parution le vendredi matin Imprim par IPS Amiens

    www.lhebdoduvendredi.com

    Vendredi-51

    La mtoSamedi

    -50

    Dimanche-13

    Lundi-13

    Vendredi 22 fvrier Samedi 23 fvrier Dimanche 24 fvrier

    4Moyen

    Lindice varie de 1 trs bonne qualit de lair

    10 trs mauvaise qualit de lair.

    Qualit de lair

    DITO

    10 C'est en euros, le prix d'appel propos par la SNCFaux futurs voyageurs de sa nouvelle offre grandevitesse baptise TGV OUIGO. En effet, soucieuse degagner de nouveaux voyageurs, la SNCF va lancer, partir du 2avril prochain, une offre low cost, avec des voyages aux tarifs allantde 10 85 euros. La compagnie ferroviaire promet mme un millionde billets proposs moins de 25 euros par an, dont 400 000 10 euros. Mais pour ce prix, les voyageurs nepourront pas se rendre tout fait o ils le souhaitent. En effet, les TGV OUIGO ne circuleront que sur la LGVParis-Mditerrane, jusqu' Marseille et Montpellier, prenant leur dpart de la gare de Marne-la-Valle et s'ar-rtant Lyon, Avignon, Valence, Nimes et Aix-en-Provence. Nanmoins, les Champardennais pourront large-ment profiter de cette offre via la gare Champagne-Ardenne TGV puisque celle-ci bnficie de cinq liaisons quo-tidiennes (en 30 minutes) avec son homologue de Marne-la-Valle. A noter galement que pour proposer detels tarifs, les rames TGV OUIGO ne seront pas dotes de premire classe, ce qui permet de porter la capacitdes trains 1 268 places contre 1 000 dans un duplex classique. De mme, les voyageurs n'auront droit qu'un seul bagage gratuit, et ils seront tenus d'arriver 30 minutes avant le dpart. Quant la voiture-bar, elle esttout simplement supprime. En mme temps, il est difficile d'imaginer des voyageurs dpenser davantage pourun club sandwich que pour leur billet de train...

    x TV of the DeadsLes tlspectateurs de KRTV Great Falls, unechaine locale de l'Etat du Montana n'enn'ont pas cru leurs yeux la semaine dernirequand, au beau milieu d'un programme detalkshow, le son s'est subitement stopp,laissant place une sirne des plus stri-dentes, pendant qu'un bandeau bleu appa-raissait l'cran. Sur ce dernier on pouvaitnotamment lire Les autorits civiles devotre zone signalent que les morts sortent deleur tombe et attaquent les vivants (...) Neles approchez pas, ils sont dangereux .Une alerte pour une attaque de morts-vivants, rien que a ! Et le message sevoulait encore plus prcis, les mortsdevraient sortir de terre entre 14h33 et14h48 . Affols, certains tlspectateursont appel dans l'instant les services de se-cours qui ont bien sr dmenti l'information.La chaine de tlvision avait en ralit tvictime d'une attaque d'un petit plaisantinqui avait russi pirater le rseau.

    x Mauvaise porteOn ne parlera jamais assez des ravages del'alcool et surtout de ses dgts collatraux.Ce militaire de l'Arige n'est pas prt d'ou-blier sa msaventure, sa malheureuse voi-sine non plus d'ailleurs. Parti boire quelquesverres avec des camarades du rgiment,

    c'est compltement ivre qu'il regagne sarsidence et entre dans son appartement.S'allongeant prs de sa fiance, Monsieurest alors pris de dsir et commence lacaresser. Sauf que passablement mch,l'homme ne s'est pas rendu compte que lachambre dans laquelle il se trouve n'est pasla sienne et pour cause, le logement estcelui de sa voisine. Une voisine qui serveille sursaut et se met hurler, stoppantnet les prliminaires du soldat. Entendu parla police, il assure et jure que c'est sa com-pagne et seulement elle, qu'il voulait fairel'amour. L'individu a tout de mme t misen examen.

    x Quand a veut pas...Jean-Claude aurait pu couler une retraitepaisible... s'il n'tait pas cens tre mort.Dclar dcd en 2008, ce sexagnaire deLa Roche-sur-Yon est victime d'une erreur del'tat civil et s'en rend compte lorsque sonRMI n'arrive plus chaque mois. Aprs s'entre inquit auprs de l'Urssaf, celui-citombe des nues quand son interlocutrice luiannonce sobrement Mais Monsieur, voustes mort ! . Aprs des mois de courrier etde bagarre contre l'administration, Jean-Claude parvient finalement rcuprer sonidentit en 2009. Pensant alors enfin pou-voir se reposer et profiter de la vie, voil

    qu'en juin dernier sa retraite complmen-taire ne lui arrive plus pour les mmesraisons : dclar mort. Le voici de nouveauenglu dans un combat contre une admi-nistration qui semble dcidment bienimpatiente d'avancer sa date de trpas.

    x Tous les moyens sont bonsAu Pakistan, la ville d'Abbotabad est dsor-mais clbre pour avoir accueilli lesdernires annes de vie du terroristeOussama Ben Laden. Ce dernier ayant tfinalement tu l'issue d'un assaut nocturnemen par un commando amricain le 2mai 2011. L'histoire aurait pu s'arrter lmais c'tait sans compter sur les idesquelque peu saugrenues des professionnelsdu tourisme local, qui prvoient de constru-ire prochainement un parc d'attractionsdans la ville, quelques encablures seule-ment de la maison de l'ancien chef d'AlQaida. Prtextant vouloir faire oublier l'as-sociation Ben Laden-Abbotabad, plusieurspromoteurs commenceront la semaineprochaine la construction d'un espace quidevrait, terme, accueillir des activits deparapente, de mini-golf et de sports nau-tiques. Objectif avou : permettre auxtrangers, occidentaux notamment, deregarder la ville autrement.

    Coup d'il sur le monde

    Mercredi 20 fvrier, deux gants des hautes tech-nologies ont fait des annonces. Pour une fois, lavedette n'est pas Apple, qui semble tourner enrond depuis que le gourou s'en est all. Google,d'un ct, a lanc un site internet pour trouver descobayes fortuns (ou des cochons de payeurs...)pour ses lunettes connectes. Les lunettes Googlesemblent promettre tout, sauf que le gant amri-cain ne semble pas vraiment savoir quoi, prcis-ment. D'o la recherche de bta-testeurs 1 500 la paire de lunettes, quand mme, pourtrouver les utilits concrtes.Le mme jour, le japonais Sony lance l'occasiond'une confrence style feu-Steve Jobs sa nouvelleconsole de jeu, baptise Playstation 4. Dmos dejeu, tmoignages d'diteurs plus que ravis, priseen main de la nouvelle manette. Mais point deconsole ! Pas un objet, pas une image. Le produitsera dans les rayons pour la fin de l'anne, avantles ftes, videmment. L'un, donc, a un produit fini, mais a besoin d'uti-lisateurs pour savoir quoi en faire. L'autre n'a pasde produit montrer, mais il tourne comme unemontre suisse. Mais tous les deux ont sans doutede bonnes raisons d'agir ainsi. Si a se trouve, lescobayes de Google nous diront qu'eux, avec leslunettes, ils l'ont vue, la PS4 !

    Tony Verbicaro

    Le chiffrexPratiques commerciales

  • N207 du 22 au 28 fvrier 2013

    www. lhebdoduvendredi .comocit3 xS

    Redressement productif

    Nicolas Fourrier, tte de rseauLe 16 janvier dernier,Nicolas Fourrier, chef duservice appui au dveloppe-ment et aux mutationsconomiques la Directionrgionale des entreprises, dela concurrence, de la con-sommation, du travail et del'emploi, a t nomm parArnaud Montebourg com-missaire au Redressementproductif en Champagne-Ardenne.xEn dtaillant sa mission la presse,Nicolas Fourrier cherche d'abord fairepasser un message : La ncessit d'an-ticiper. Plus tt on est au courant de lasituation d'une entreprise, mieux onpeut intervenir. Un chef d'entreprisepeut ne pas avoir la vision globale deses difficults. S'il est court pour payerles salaires ou les cotisations Urssaf, ilva aller voir sa banque. Il va peut-tretrouver une solution court terme pourpayer ses cotisations, mais si on dtri-

    cote la problmatique, on peut dcelerun problme de fonds propres parexemple, et travailler pour rsoudrecette situation plus globale.

    Nicolas Fourrier insiste galement surla notion de tte de rseau que lui et sonqu