L’idéologie allemande - communisme-bolchevismecommunisme- .Karl Marx Friedrich Engels (1845) L’idéologie

  • View
    219

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of L’idéologie allemande - communisme-bolchevismecommunisme- .Karl Marx Friedrich Engels (1845)...

  • Karl MarxFriedrich Engels (1845)

    Lidologieallemande

    Premire partie

    FEUERBACHTraduction franaise, 1952.

    Un document produit en version numrique par Jean-Marie Tremblay,professeur de sociologie

    Courriel: jmt_sociologue@videotron.caSite web: http://pages.infinit.net/sociojmt

    Dans le cadre de la collection:"Les classiques des sciences sociales"

    Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

    Une collection dveloppe en collaboration avec la BibliothquePaul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec ChicoutimiSite web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 2Premire partie : FEUEURBACH

    Cette dition lectronique a t ralise par Jean-Marie Tremblay,professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi partir de :

    Karl Marx et Friedrich Engels (1845)

    Lidologie allemande. Premire partie : FEUERBACH.

    Une dition lectronique ralise partir du livre de Karl Marx et FriedrichEngels, Lidologie allemande. Premire partie : FEUERBACH. (1845)

    Traduction franaise, 1952.

    Polices de caractres utilise :

    Pour le texte: Times New Roman, 11 points.Pour les citations : Times New Roman 10 points.Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 10 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word2001 pour Macintosh.

    Mise en page sur papier formatLETTRE (US letter), 8.5 x 11)

    dition complte le 2 avril 2002 Chicoutimi, Qubec.

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 3Premire partie : FEUEURBACH

    Table des matires

    Note de lditeur

    Prface

    FEUERBACH

    A. L'idologie en gnral et en particulier l'idologie allemande

    1. Histoire

    2. De la production de la conscience

    B. La base relle de l'idologie

    1. changes et force productive

    2. Rapports de l'tat et du droit avec la proprit

    3. Instruments de production et formes de proprit naturels et civiliss

    C. Communisme - Production du mode d'changes lui-mme

    Annexe: Thses sur Feuerbach

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 4Premire partie : FEUEURBACH

    Note de lditeur

    Retour la table des matires

    On trouvera ici la premire partie de L'Idologie allemande. Nous avons en effet pens quel'importance de ce texte, o Marx et Engels donnent un premier expos des bases dumatrialisme historique, justifiait une dition spare, sans attendre la mise au point de latraduction de ce gros ouvrage.

    Ce n'est pas ici le lieu de faire l'histoire de la gense de cette oeuvre. Rappelons seulementqu'elle est le fruit de la collaboration directe de Marx et d'Engels et qu'elle fut conue etrdige entre le printemps 1845, date laquelle Engels vint rejoindre Marx Bruxelles, et lafin de 1846. Les raisons qui ont donn naissance L'Idologie allemande, Marx les a exposesbrivement dans la prface de la Contribution la critique de l'conomie politique (1859)

    Nous rsolmes de travailler en commun dgager l'antagonisme existant entre notremanire de voir et la conception idologique de la philosophie allemande: en fait, de rglernos comptes avec notre conscience philosophique d'autrefois. Le dessein fut ralis sous laforme d'une critique de la philosophie post-hglienne. Le manuscrit, deux forts volumes in-octavo, tait depuis longtemps entre les mains de l'diteur en Westphalie, lorsque nous appr-mes que des circonstances nouvelles n'en permettaient plus l'impression. Nous abandon-nmes d'autant plus volontiers le manuscrit la critique rongeuse des souris que nous avionsatteint notre but principal; voir clair en nous-mmes.

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 5Premire partie : FEUEURBACH

    L'Idologie allemande est donc une oeuvre polmique, comme l'tait dj La SainteFamille. Cependant, elle prsente par rapport celle-ci un progrs manifeste. Dans la prfacequ'il rdigea en 1885 pour la rdition des Rvlations sur le procs des communistes Cologne, Engels crivait:

    Marx n'tait pas seulement arriv la mme opinion [qu'Engels], il l'avait aussignralise dj dans les Annales franco-allemandes (1844): ce n'est pas somme toute l'tatqui conditionne et rgit la socit bourgeoise, mais la socit bourgeoise qui conditionne etrgit l'tat; il faut donc expliquer la politique et son histoire en partant des conditions cono-miques et de leur dveloppement et non le contraire. Lorsque je rendis visite Marx Paris,pendant l't 1844, il apparut que nous tions en complet accord dans tous les domaines de lathorie et c'est de l que date notre collaboration. Lorsque nous nous retrouvmes Bruxelles, au printemps 1845, Marx avait dj tir de ces bases une thorie matrialiste del'histoire qui tait acheve dans ses grandes lignes et nous nous mmes en devoir d'laborerdans le dtail et dans les directions les plus diverses notre manire de voir nouvellementacquise.

    C'est donc sur la base de leur conception, acheve dans ses grandes lignes, du matrialismehistorique que Marx et Engels rglent leurs comptes avec leur conscience philosophiqued'autrefois . Et c'est pratiquement l'expos de cette conception nouvelle qu'est consacre lapremire partie du manuscrit qui porte le titre: Feuerbach .

    Dans la prface de Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande(1888), Engels dit lui-mme:

    Avant d'envoyer ces lignes l'impression, j'ai ressorti et regard encore une fois levieux manuscrit de 1845-46. Le chapitre sur Feuerbach n'est pas termin. La partie rdigeconsiste en un expos de la conception matrialiste de l'histoire qui prouve seulement com-bien nos connaissances d'alors en histoire conomique taient encore incompltes. Lacritique de la doctrine mme de Feuerbach y faisant dfaut, je ne pouvais l'utiliser pour monbut actuel.

    En dpit de son titre, cette premire partie de L'Idologie allemande est donc essen-tiellement un expos positif des fondements de la doctrine de Marx et d'Engels, Et malgr lesrserves qu'Engels pouvait faire plus de quarante ans aprs sa rdaction, malgr son caractreinachev, elle reste un texte extrmement prcieux et riche, ainsi qu'un admirable document surla gense du marxisme. D'ailleurs, il semble bien que l'intention des auteurs ait t de faire dece chapitre sur Feuerbach une sorte d'introduction thorique l'ensemble de leur ouvrage etc'est pourquoi l'on y trouve un expos plus cohrent que dans le reste du livre de ce quiconstitue la base du marxisme.

    Il n'en reste pas moins que l'ensemble de l'uvre tait conu comme un vaste pamphlet,destin rgler leur compte aux personnages les plus marquants de la gauche hglienne,Bruno Bauer et Max Stirner (dnomms plaisamment saint Bruno et saint Max). Aussi cettepremire partie n'est-elle pas exempte non plus d'allusions polmiques.

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 6Premire partie : FEUEURBACH

    Nous ne possdons pas de L'Idologie allemande un texte dfinitif, prt pour l'impression.Nous n'avons qu'une srie de manuscrits et les annotations qu'ils portent de la main de Marx etd'Engels montrent qu'il S'agit l essentiellement d'une premire laboration, d'une accumulationde matriaux dont le plan aurait sans doute t remani avant la mise sous presse. Celaexplique le caractre fragmentaire de certains dveloppements et l'absence peu prs totale detransitions. Cela explique galement que l'ordre dam lequel nous prsentons les diverses partiesdu livre diffre de celui dans lequel une traduction franaise l'a dj prsent.

    Car ces manuscrits, comme tous les manuscrits de Marx, ont une histoire. Il fallut attendrejusqu'en 1933 pour qu'ils fussent rvls au public. Ils parurent d'ailleurs simultanment dansune version de Landshut et Mayer Leipzig et dans l'dition critique des oeuvres de Marxtablie sous la direction de l'Institut Marx-Engels-Lnine Moscou. Mais tandis que Landshutet Mayer s'taient borns reproduire le manuscrit sans ordre et avec de nombreuses fautes delecture, l'Institut Marx-Engels-Lnine, tenant compte des indications marginales de Marx etd'Engels, s'tait efforc de le reproduire en suivant le plan auquel ses auteurs s'taient enfin decompte arrts. La version de l'dition MEGA est donc beaucoup plus claire et plus cohrenteet l'on y suit mieux le mouvement de la pense des auteurs qui y est authentiquement respect.

    Notre traduction a t tablie sur la base de l'dition MEGA. Nous n'avons pas jug utilede donner les variantes que cette dition reproduit en fin de volume, non plus que la descriptiondes manuscrits. Qu'il suffise de savoir que l'ouvrage est rdig sur des sortes de cahiers dontchaque page est divise en deux colonnes. La rdaction occupe la colonne de gauche, celle dedroite ayant d tre rserve aux corrections. Nous avons donn en note les remarques de lacolonne de droite quand elles n'taient pas de simples variantes de vocabulaire.

    Les notes marques du signe * font partie du texte de Marx et Engels et sont prsentes enbas de page conformment la disposition de l'dition MEGA.

    Avril 1952. E. B.

  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lidologie allemande (1848) 7Premire partie : FEUEURBACH

    PRFACE

    Retour la table des matires

    Jusqu' prsent les hommes se sont toujours fait des ides fausses sur eux-mmes, sur cequ'ils sont ou devraient tre. Ils ont organis leurs rapports en fonction des reprsentationsqu'ils se faisaient de Dieu, de l'homme normal, etc. Ces produits de leur cerveau ont grandijusqu' les dominer de toute leur hauteur. Crateurs, ils se sont inclins devant leurs proprescrations. Librons-les donc des chimres, des ides, des dogmes, des tres imaginaires sous lejoug desquels ils s'tiolent. Rvoltons-nous contre la domination de ces ides. Apprenons auxhommes changer ces illusions contre des penses correspondant l'essence de l'homme, ditl'un, avoir envers elles une attitude criti