Click here to load reader

Limite - Mario Peixoto

  • View
    1.968

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Limite - Mario Peixoto

  • 1. 2Sommaire Limite : Un regard libre au pays de la rptition Walter Salles p. 3Fiche technique et artistique p. 5Mrio PEIXOTO, iconographie p. 6Breve esboo de uma cinebiografia de Mrio Peixoto [part. + ill.] Saulo Pereira de Mello, 1996-2007 p. 7LIMITE, photographies de tournage p. 22LIMITE, photographies de plateau p. 23LIMITE, sa bande musicale Lcio Augusto Ramos p. 24Bazar Marcos Andr, Dario da Noite, 19 de maio de 1931 p. 25Limits n. s. [Octvio de Faria], C LOSE U P, n 47, [Vol. 9/1], march 1932 p. 26LIMITE, Interview du Professeur Plnio Sssekind Rocha, Paulo Emlio Salles Gomes, lge de cinma, n 6, 1952. p. 27LIMITE, photogrammes p. 31Some Principles of Film Restoration Eileen Bowser, GRIFFITHIANA, n 38/39, Ottobre 1990 p. 32LIMITE, images de la restauration numrique p. 33Gnriques [extentendu(s)] de la version restaure p. 34Bibliographie (et Cie) slective p. 39 Dossier compil et dit par Jacques POITRAT / [email protected] assist de Alice de Andrade (Universit Paris VIII, Paris-St Denis) + de textes en VO intgrales, documents, photos (HD et SR), mises jour, etc cf. www.zzproductions.fr
  • 2. 3 Limite : Un regard libre au pays de la rptitionDernire porte du long couloir dun immeuble commercial dcati, dans une petite ville deux heures de Rio de Janeiro, lappartement ne mesurait pas plus que vingtmtres carrs. Un lit troit, quelques tagres couvertes de livres et demdicaments, rien dautre. Cest l que vivait Mrio Peixoto la fin de sa vie, aumilieu des annes 80.Jtais venu rencontrer le ralisateur dun des films les plus brsiliens et les plusextraordinaires de tous les temps : Limite , que Peixoto ralisa en 1931 lge de22 ans. A 75 ans, ses yeux taient toujours brillants de curiosit. Je me souviensencore de notre premier change :- Entrez, regardez derrire vous et dites-moi ce que vous voyez, me dit-il.Sur le mur, il ny avait quune horloge.- Une horloge, Mario.- Et quest-ce quelle dit ?- Quil est 4 heures de laprs-midi.- Non, regardez laiguille des secondes chaque fois quelle fait plus un, plus un,plus un, en fait, elle vous dit moins un, moins un.Cest ainsi que Mrio Peixoto ma demble offert en partage son obsession pour lethme qui la poursuivi toute sa vie : la finitude de lhomme.Comme Rimbaud ou Whitman, Mrio commena par la fin. Il ralisa une premireuvre miraculeuse, prcise, essentielle. Il termina le cycle du cinma muet brsilien,tout en en proposant un autre, celui du cinma essentiellement potique, nonnarratif, mais pour autant non dnu de signification. A ceux qui pensent que Limite est un film formaliste, il faut rappeler que Mrio Peixoto a touch, ds sonpremier film, une question philosophique universelle, celle du choc entre lhomme quise sait mortel et lunivers infini qui lentoure. Et il la fait avec une maturitsurprenante pour un jeune homme peine sorti de ladolescence. Cest cette dimension cosmique qui rend Limite faustien (cette tentative dehapper linfini) et non formaliste , rappelle le plus important dfenseur du film,Saulo Pereira de Mello, responsable des deux processus de restauration de Limite . Saulo a assur le premier en 1958, inspir par son professeur PlnioSssekind Rocha, alors que le film se dcomposait. Il a conduit le second ces cinqdernires annes sous le regard attentif de Patrcia de Fillipi et grce au soutien dela Cinmathque Brsilienne.
  • 3. 4 Limite est le premier et le dernier film de Peixoto. Au pays des feuilletonstlviss, luvre unique ne suffit pas. Nous en voulons plus. Habitus lesthtique rptition, nous ne percevons pas que ceci est parfois impossible. Dans le casprcis de Mrio Peixoto, joserais mme dire quil a eu la chance de trouver desconditions absolument idales pour son premier film, ralis entre amis, souslinfluence du groupe qui laccueillit quand, trs jeune, il rentra dEurope encore souslimpact de limpressionnisme allemand et des uvres de Pudovkin et dEisenstein. Limite nexisterait pas si ce ntait des intellectuels comme Eugenia et lvaroMoreyra, chez qui Peixoto fit la connaissance de Brutus Pedreira, lauteur de lamusique du film, Raul Schnoor, lun des acteurs, et le photographe Edgar Brazil, lui-mme remarquable inventeur.Mrio Peixoto, artiste au regard libre (pour reprendre lexpression dOswald deAndrade), tait un homme dune intgrit et dun radicalisme rares, et saperut quilne retrouverait plus les mmes conditions quand il tourna le dbut de son secondfilm, L o la terre se termine . Astreint la logique dun cinma plus commercial,il prfra abandonner le film mi-chemin. Il ne remit plus les pieds sur un tournage,et consacra le reste de sa vie la posie et aux romans.Mais pour Peixoto, si jose encore, le plus important fut Limite . Il voulait que sonchef duvre soit pleinement compris, et non pas suspendu dans le temps, sans unavant ni un aprs. Et il y a l, je crois, une question fondamentale, celle decomprendre pourquoi Limite , le film qui annonait la modernit dans le cinmabrsilien, tout comme la Semaine de lArt Moderne des 22 le fit pour les artsplastiques, la posie et la littrature, ne modifia pas ce cinma, ni ne laissa desuccesseurs, uniquement des admirateurs dclars. Autant les trois jours de laSemaine dArt Moderne que la premire projection de Limite furent mpriss parla presse de lpoque. Mais le mouvement men par Mrio e Oswald de Andradetait si vigoureux que, aprs la Semaine dArt Moderne, rien ne serait plus commeavant.Avec Mrio Peixoto, crateur solitaire, il nen alla pas de mme. Quand Limite futlanc, nous vivions le Parnasse cinmatographique, et nous avons longtempscontinu de le vivre. Mario, asynchrone, tranger son temps et au cinma qui sefaisait et qui continua de se faire au Brsil, matre du cinma potique, du cinma delinvention totale, finit par sisoler, artistiquement et physiquement, dans son refugede Ilha Grande. Il est possible que le vieux matre et crateur ait t trop dannes enavance sur son temps.Je me souviens de sa raction quand, peu de temps avant sa mort, il assista Limite pour la premire fois sur lcran rduit dune tlvision qui retransmettaitles images de son film en VHS. Limite est fait pour limmensit de lcran ducinma, et non pour cela ! , sexclama-t-il. Je crois quil serait heureux de savoir que Limite , maintenant restaur sous la vigilance de son ami le plus fidle, SauloPereira de Mello, sera montr sur un vritable cran de cinma au Festival deCannes. Walter SALLES
  • 4. 5LIMITE (Limit / Grenze) de Mrio PEIXOTO (Brsil 1931)Scnario & Ralisation : Mrio PeixotoAssistant(s) : Rui Csta [& Brutus Pedreira]Images : Edgar Brazil, assist de Rui SantosMontage : Mrio PeixotoProduction : Mrio PeixotoInterprtation :Olga Breno (Alzira Alves) Olga, mulher no. 1Taciana Rei (Yolanda Bernardi) Taciana, mulher no. 2Raul Schnoor Raul, homem no. 1D.G. Pedrera (Brutus Pedreira) homem no. 2Carmen Santos a prostituta do caisMrio Peixoto o homem do cemitrioEdgar Brazil o espectador adormecido, com palito na bocaRui Csta o espectador que esfrega do narizTournage : Mangaratiba RJPremire prsentation par Le Chaplin Club : 17 mai 1931, 10 :30, Cine Capitlio, Rio deJaneiro. Accompagnement musical (ralis par Brutus Pedreira, avec des disques 78 Tours)BR 1931 35 mm 1 / 1.33 N & B 8 Partes Muet (Mono. en direct)Restauration (1978) : Plnio Sussekind da Rocha & Saulo Pereira de MelloIV Festival des 3 Continents (Panorama du cinma brsilien), Nantes, 1982BR 1931/78 35 mm 1 / 1.33 - Noir et Blanc 95 min MuetLe Cinma Brsilien, Centre Georges Pompidou, Paris, 1987BR 1931/78 35 mm 1 / 1.33 - Noir et Blanc 120 min (16 i./s.) SonorisRe-production (1998) : DECINE-CTAv / FUNARTE / Ministre de la Culture(Tresouros do Cinema Brasileiro), avec la collaboration de la Cinemateca Brasileira.BR 1931/98 35 mm 1 / 1.33 - Noir et Blanc 120 min (16 i./s.) SonorisCinma muet en concert, Saison brsilienne (BRESIL, BRESILS), avec le concours deMNAM/CCI, Centre Pompidou, dans le cadre du Festival dAutomne :Samedi 17 et Dimanche 18 dcembre 2005, Auditorium du Louvre.Cration musicale (Commande de lauditorium du Louvre, 2005) : Gerome Nox.Version restaure indite (2007) : ARQUIVO MARIO PEIXOTO, avec la participationde FUNARTE et avec la collabora