of 32 /32
PDE : prenez le virage de l’éco-mobilité ! n°20 mars 2009 10 INDUSTRIE Forsol explore les profondeurs 12 SERVICES DeewyGroup.com, le Net pour les néophytes 14 INTERNATIONAL Mazet Confiseur, un goût d’universalité Véronique Dalleau, déléguée au développement durable Groupe La Poste

Loiret Eco 20

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Magazine de la CCI du Loiret

Text of Loiret Eco 20

  • PDE : prenezle virage delco-mobilit !

    n20mars

    2009

    10 INDUSTRIEForsol explore les profondeurs

    12 SERVICESDeewyGroup.com, le Net pour les nophytes

    14 INTERNATIONAL Mazet Confi seur, un got duniversalit

    Vronique Dalleau, dlgue au dveloppement durable Groupe La Poste

  • 30 ANNES DE RECOUVREMENT DE CRANCES

    www.recogest.fr

    0800 500 450

    contactez-nous au

    Cr en 1979 et lu meilleur cabinet de recouvrement selon ltude comparative Challenge Qualit par le magazine Expansion, Recogest a enregistr un taux moyen de recouvrement de plus de 81% sur lanne 2008.Il est rassurant de mettre ses impays entre de bonnes mains.

    APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE

  • dito

    mars 2009 20 3

    Saisir cette crise comme une opportunit pour rebondir ou sen-liser de manire inluctable vers le marasme ? Opter pour la relance par linvestissement ou par la consommation ? Continuer souvrir au monde ou cder aux sirnes du protectionnisme ? Anticiper la rforme des CCI ou la subir ? Si bien des rponses semblent videntes, autant ladmettre : 2009 sera plus que jamais lanne des choix. Des choix cruciaux pour lavenir de lHomme, tant les enjeux dpassent le cercle de notre conomie. Jacques Attali, que la CCI du Loiret a eu le plaisir daccueillir le 26 janvier dernier pour une confrence trs apprcie, nous met en garde la fi n de son dernier ouvrage, La crise, et aprs ? . Que seraient les effets dvastateurs de cette crise ct de ceux dun dr-glement climatique quaucune intervention humaine, quaucune dpense, ne pourrait juguler ?

    ct des mesures durgence qui simposent pour limiter les turbulences de la crise et protger nos entreprises, il ne faut pas oublier lessentiel. Fidle ses engagements, la CCI, qui stait dj prononce en faveur dune stratgie verte, poursuit son action pour mobiliser le plus grand nombre possible den-treprises autour du dveloppement durable. Le rcent lancement de la Communaut Loiret Ecobiz Mobilit et dplacements en est la dernire illustration.

    En 2009, les rformes ncessaires senchanent. Avec la Rvi-sion Gnrale des Politiques Publiques (RGPP), cest aussi tout le rseau des CCI qui est remis plat. Une remise en question imprative laquelle, bien entendu, votre CCI est associe. Mais pas question pour autant de sombrer dans limmobilisme au pr-texte que les rformes arrivent. Notre Assemble gnrale sest prononce rcemment en faveur de la poursuite dun projet qui lui tient cur, Citvolia, futur ple tertiaire. Il devrait jouer un vritable rle de locomotive dans la zone Andr Dessaux, o la CCI du Loiret projette dailleurs de transfrer ses services.

    Les nouvelles lections, qui devraient tre reportes en juin 2010, marqueront la fi n de cette mandature. Faudra-t-il se retourner avec nostalgie sur le pass ou aller de lavant pour saisir de nou-velles opportunits ? Vous connaissez, bien sr, la rponse la question.

    2009,anne des alternatives

    YVES BROUSSOUXPrsident de la CCI du Loiret

    //////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Faites avancer le dbat conomique !

    www.blogdupresident.loiret.cci.fr

    Phot

    o Fa

    bien

    TH

    OU

    VEN

    IN

  • tableau de bord

    4 20 mars 2009

    INDICATEURS ET CHIFFRES CLS du Loiret

    0

    50

    100

    150

    200

    250

    300

    350

    400

    450

    500

    jan. 09

    Crations

    Radiations

    fv. 08 mars avr. mai juin juill. aot sept. oct. nov. dc.

    166

    43

    la Loire

    Source : Observatoire conomique - CCI du Loiret, janvier 2009

    Patay

    Orlans

    Jargeau

    Chteauneufsur Loire

    Sullysur Loire

    Gien

    Briare

    ChtillonColigny

    Chteau-Renard

    Lorris

    Montargis

    Beaunela Rolande

    Pithiviers

    Malesherbes

    Puiseaux

    Neuvilleaux Bois Courtenay

    Ferrires

    Bassin de Vie deSouppes sur Loing

    Bassin de Vied'Angerville

    Bassin de Viede Toury

    Bassin de Viede Chteaudun

    Beaugency

    La Fert Saint Aubin

    Meungsur Loire

    0

    5

    10

    15

    20

    25

    Produitsmanufacturs

    dontchampcommerce*

    *Commerce de dtail : hors automobiles, pneus, pices dtaches et produits mdicaux.

    dcembre 2007

    22,13 21,937

    volution sur 1 mois

    21,748

    novembre 2008 dcembre 2008

    volution sur 1 mois

    -0,9 %

    volution sur 1 an -1,7 %

    volution sur 1 an -2 %

    -1,5 %

    0en

    milliardsd'euros

    Crations et radiations dentreprisesSource > CCIL

    Crations dentreprises par bassin de vieSource > CCIL janvier 2009

    Dpenses de consommation des mnagesSource > Insee

    Permis de construire autorissSource > Direction Rgionale de lquipement

    2007 2008 volution

    Logements (nbr) 985 1 037 5 %

    Locaux dactivits (m) 144 841 185 551 28 %

    Taux de chmageSource > Insee

    3e trimestre Variation sur Variation sur 2008 un trimestre un an

    Loiret 6,2 % 0,1 pt - 0,3 pt

    Centre 6,4 % 0,1 pt - 0,3 pt

    France 7,3 % 0,1 pt -0,6 pt

    Occupation et frquentation htelireSource > Insee/Ministre dlgu au tourisme/CRT

    Centre Loiret variation sur un an

    Taux doccupation 38,90 % 43,10 % - 0,6 ptdcembre 2008

    Frquentation htelire 305 421 84 247 + 0,8 ptdcembre 2008 - nuites

    Commerce extrieur dans la rgionSource > Douanes

    en milliers deuros Rgion Centre Loiret Part (T4 - 2008) (T4 - 2008) Loiret

    Exportations 3 837 527 1 425 143 37,14 %

    Importations 3 637 157 1 482 999 40,77 %

    Soldes 200 370 - 57 856

    Beaune-la-Rolande 4Briare 5Chteauneuf-sur-Loire 5Chtillon Coligny 4Chtillon-sur-Loire 1

    Clry-St-Andr 1Courtenay 4Ferrires 4Gien 13Jargeau 2

    La Fert Saint-Aubin 4Lorris 4Meung-sur-Loire 5Montargis 17Neuville-aux-Bois 1

    Orlans 78Pithiviers 6Puiseaux 2Souppes-sur-Loing 4Sully-sur-Loire 4

  • 03 dito04 tableau de bord06 actualits10 industrie

    Forsol explore les profondeurs

    11 commercePetits gestes pour grande cause

    12 servicesDeewyGroup.com, le Net pour les nophytes

    13 dveloppement durableUn rle moteur pour lenvironnement

    14 internationalMazet Confi seur, un got duniversalit

    15 crationAu fi l des mots, livre ouvert

    16 tableAu Bon March, restaurant bistronomique

    18 dossierPDE : prenez le virage de lco-mobilit !Promouvoir une gestion durable des dplacements tout en conciliant enjeux environnementaux, besoins et

    intrts des entreprises et des salaris : tel est lobjectif du Plan de dplacements entreprise (PDE). Une dmarche innovante, volontariste et participative qui doit encourager le transfert des dplacements en voiture sur des modes de transport alternatifs et moins polluants.

    25 CCI infos

    sommaire

    mars 2009 20 5

    n20mars 2009Magazine de la CCI du Loiret

    ADMINISTRATIONHtel consulaire23, place du Martroi45000 OrlansTl. 02 38 77 77 77Fax 02 38 53 09 78

    DIRECTEUR DE LA PUBLICATIONBruno Jacquemin

    DIRECTRICE DE LA RDACTIONEmmanuelle Brier-Levitte

    RDACTRICE EN CHEFGalle Lepetit

    RDACTIONGalle Lepetit,Estelle Boutheloup (p. 18 23)

    DIFFUSIONChantal Legris

    CONCEPTIONwww.enola-creation.fr

    PHOTOS/PHOTO DE COUVERTUREEric Mangeat

    IMPRESSIONCorlet-Roto

    PUBLICITSylvia FromenteaudTl. 02 38 77 77 22

    TIRAGE20 000 exemplairesN ISSN : 1955-0642

    CONTACT CCIRDACTIONTl. 02 38 77 77 [email protected]

    PRSIDENT DE LA CCIYves BroussouxTl. 02 38 77 77 75www.blogdupresident.loiret.cci.fr

    LA CCI SUR INTERNETwww.loiret.cci.fr

    La formation continue : un enjeu pour lentreprise et ses salaris

    2, rue Girodet 45000 ORLEANS - Tl. 0 238 768 316 - Fax 02 38 420 421Mail : [email protected]

    En partenariat avec Consilium RHBilan de comptences - Conseil en recrutement

    Graphologie - Bilan de carrires

    Management - CommunicationJuridiqueComptabilitBureautiqueTransport - LogistiquePrventions des risquesBTP / TP

    11

    1613

    15

  • actualits

    Gaeris propose de nouvelles solutions contre la souffrance au travail

    Cest le premier projet remporter le concours ARITT Centre (1) dans le domaine des sciences humaines sou-ligne David Lucas, fondateur de Gaeris et docteur en philosophie. La socit, en incubation Saint-Jean-le-Blanc au sein dInspiris jusquen juin 2009, sest spcia-lise dans la mise en uvre de solutions innovantes contre la souffrance au travail. Le dirigeant revendique lentire cration des produits Gaeris selon une dmarche et des protocoles scientifi ques, et a la-bor une mthode qui allie la logique, le psychologique et lthique . loppos de mthodes de dveloppement person-nel parfois peu contrlables , lentre-prise sappuie sur un travail scientifi que, rigoureux et rationnel . Partant du constat que la souffrance au travail paralyse les initiatives, bride la crativit et favorise labsentisme et le turn over, Gaeris agit au niveau des managers et des dirigeants.

    Aprs une phase de diagnostic, la socit propose diffrents modules de formation, comme la gestion du stress, le savoir-tre du manager ou encore le thtre dentre-prise et lintelligence relationnelle, sous la houlette de Benjamin Dreux, directeur de la formation, sophrologue et doctorant en psychologie exprimentale. Comme lexpli-que David Lucas, lintrt pour une entre-prise de sengager dans une dmarche de rduction de la souffrance au travail est double : non seulement elle peut rduire les cots lis labsentisme et au turn over tout en gagnant en comptitivit et en effi cacit, mais elle permet de booster la motivation de ses salaris. Gaeris sera prsente au salon Ressources Humaines qui se tiendra Paris porte de Versailles les 10,11 et 12 mars prochains. www.gaeris.com(1) Agence Rgionale dInnovation

    des Transferts de Technologies

    6 20 mars 2009

    LOpac du Loiret devient LogemLoiret

    Depuis le dbut de lanne, le premier oprateur de lhabitat social du dpartement, LogemLoiret, sest substitu lOpac du Loiret. Un changement de nom induit par une modifi cation de statut (dsormais Offi ce Public de lHabitat), qui donne LogemLoiret lopportunit de dvelopper une dmarche de qualit de service (cration dun centre de relation clients, nouveau site Internet). LogemLoiret revendique une politique de construction de logements en phase avec les besoins du dpartement ainsi quun accompagnement des collectivits dans les domaines de lhabitat et de lamnagement de territoire.

    Easyfl yer dveloppe une approche marketing innovante

    Pour passer une commande chez Easy-fl yer - imprimerie low cost cre par Fabien Prtre - il existe dautres moyens que la messagerie lectronique ou le tl-phone. Si les devis peuvent tre obtenus instantanment en ligne grce quel-ques clics de souris, il nest pas extrava-gant dentrer en contact avec lquipe trs web 2.0 de lentreprise via Facebook ou Twitter Proposant de limpression petit et grand format, Easyfl yer (enseigne commerciale dpose en incubation au sein de lentreprise Oxyno) a dj conquis 600 clients en une anne. Notre objec-tif est datteindre 10 000 clients en trois ans annonce Fabien Prtre. Prochaine tape aprs le dveloppement dun site

    de e-commerce en version bta, Easy-fl yer sapprte entrer dans une phase offensive avec une approche marketing innovante. Nous avons dvelopp une technologie qui fait un mix entre parrai-nage, viralit et modle Tupperware, le tout en Opensource rsume le dirigeant. Partant du postulat quun client peut en attirer trois autres, Easyfl yer donnera la possibilit dtre rtribu sur les com-mandes parraines : 7 % du CA gnr sur chaque premire commande, puis 3 % si ce fi lleul en parraine un autre. Au 3me niveau de parrainage, on gagne 1 % sur des commandes de personnes quon ne connat pas ! souligne-t-il. Actuelle-ment accompagne par lARITT Centre(1),

    Easyfl yer devrait terme proposer plus de 1 200 rfrences pour satisfaire tou-tes les demandes, y compris celles qui sont uniques, pour avoir un effet de longue trane explique Fabien Prtre. Et sengage conjuguer les avantages lis un service de proximit (possibilit de visioconfrence) associs des cots au moins aussi comptitifs que ceux des autres acteurs du web. www.easyfl yer.fr(1) Agence Rgionale dInnovation des

    Transferts de Technologies

  • actualits

    700 millions deuros : cest le montant de la dotation alloue aux TPE (trs petites entreprises) dans le cadre du plan de relance annonc par le Prsident de la Rpublique. Prsente comme le coup de pouce dcisif pour recruter en 2009 , la mesure prvoit une exonration totale des charges patronales pour lembauche dun salari au niveau SMIC cette anne. Une aide dispense au fil des mois, en fonc-tion des salaires effectivement pays et au prorata du temps de travail du salari dans lentreprise. Concrtement, lal l gement

    devrait reprsenter environ 185 euros de charges patronales mensuelles pour un salari au niveau du SMIC plein-temps, et sera cumulable avec les exonrations de charges existantes. Alors quon value trois millions le nombre dembauches annuelles dans les entreprises de moins de 10 salaris, ce sont 1 million de TPE qui sont concernes par cette mesure. Les ressources fi nancires alloues devraient donc permettre aux TPE de faire face aux incertitudes lies leur activit et continuer recruter dans le cadre de leur dvelop-

    pement. Le dispositif sinsre dans le plan de relance gouvernemental de 26 milliards deuros (1,3 % du PIB). Ax sur linvestisse-ment, il se dcline ainsi : 11,6 Md de sou-tien la trsorerie des entreprises, 10,5 Md dinvestissements publics partags entre ltat, les entreprises publiques et les col-lectivits locales, 2 Md pour soutenir les secteurs les plus exposs la crise (loge-ment, automobile) et enfi n 2 Md pour les mesures de soutien lemploi et aux reve-nus des mnages les plus modestes. www.relance.gouv.frwww.loiret.cci.fr > Actualits > Dispositifs de soutien de fi nancement des entreprises

    En lanant www.balneotv.fr dbut jan-vier, Jean-Brice Bigourdan et Fer-nando Sanchez navaient quune seule ide en tte : se rapprocher de leur clientle. Sachant que nos prospects sont 90 % internautes, quils se renseignent dabord sur Internet avant daller pousser la porte de la salle dexposition dun distributeur, nous avons opt pour la vido afi n de pr-senter lentreprise, son positionnement, et mettre en valeur la qualit de nos pro-duits explique J.B. Bigourdan. Pour TES, (Technique Et Sduction), pionnire dans lhydromassage, linvestissement a t consquent mais savre dores et dj payant. Aprs un mois de mise en ligne, non seulement nous avons enregistr plus dun millier de connexions, soit cinq fois plus que sur notre site classique, mais cela a relanc de manire trs intense notre activit commerciale qui tait plu-tt morose en cette fin danne 2008 poursuit-il. Avec une quinzaine de vidos, balneotv se veut trs concrte et prag-matique , son objectif tant daider les clients se reprer dans une offre trs vaste. Nous avons aussi intgr des tmoignages de kinsithrapeute, dar-chitecte pour apporter une valeur ajou-te au niveau du conseil . Un moyen pour

    lentreprise de Juranville de se distinguer de la concurrence et de faire valoir son positionnement haut-de-gamme, entire-ment made in France. Conu et dvelopp par une entreprise orlanaise - Yourwebtv - le site est disponible en version anglaise et sera rgulirement enrichi de nouvel-les vidos. Les deux associs souhaitent aussi y accueillir des partenaires en lien avec lunivers de la balnothrapie (cures, cosmtiques). balneotv est une rponse anticrise audacieuse utilisant des techno-logies de dernire gnration, labore par deux entreprises rgionales innovantes. La crise se transforme alors pour nous en relle opportunit. conclut-il.www.balneotv.fr

    Entrepreneurs escroqus :

    la gendarmeriedu Loiret appelle

    la vigilance

    Deux plaintes pour escroqueries ont t enregistres par les units

    du groupement de gendarmerie du Loiret concernant la

    publication dencart publicitaire dans des magazines ou annuaires.

    Des chefs dentreprises et des commerants ont t sollicits par

    tlphone en vue dune insertion a priori gratuite. Une fois le

    contrat sign et fax, les victimes se voient presses de verser des

    sommes exorbitantes, par des malfaiteurs qui nhsitent pas

    usurper la fonction dhuissier de justice pour parvenir leurs

    fi ns. La vigilance est donc requise avant de signer un tel contrat,

    qui doit alors stipuler que la publication est gratuite et sans contrepartie. En cas de doute,

    contactez les services de police ou de gendarmerie.

    mars 2009 20 7

    Avec Balno TV, TES joue avec succs une carte audacieuse

    Plan de relance :aide lembauche pour les TPE

  • actualits

    Zone franche urbaine dOrlans : simple aubaine ou vraie opportunit ?

    Au-del du simple effet daubaine, la cration de la Zone Franche Urbaine (ZFU) de lArgonne Orlans constitue une vritable opportunit de longue dure (14 ans) pour les entreprises qui font le choix de sy implanter. Loin dtre une nime mesure daide la cration dentreprise, le dispositif cr par le Ministre Jean-Louis Borloo est conu comme une trs forte incitation la mobilit gographique des acteurs conomiques. Les entrepri-ses, artisans ou professions librales qui stablissent dans lunique ZFU du Loiret voient leur fi scalit et cotisations sociales profondment modifi es. Avec un principe gnral simple : des exonrations sur cinq puis neuf annes. Les 5 premires annes le taux dexonration slve de 100 %, les 9 annes suivantes, il est rgressif jusquau retour au droit commun. Cela sapplique la fi scalit (IS/BNC/BIC), aux cotisations

    sociales maladie et la taxe profession-nelle. Pour la taxe foncire, souvent la charge de lentreprise locataire, lexo-nration au taux de 100 % sachve la cinquime anne. La lgislation limite les alas pour les fi nances publiques par des seuils (ne sont par exemple pas concernes les entreprises de plus de 50 salaris) ou encore par lexclusion de quelques mtiers (comme les marchands de biens). Linfor-mation serait-elle passe inaperue dans le Loiret ? Si la ZFU dOrlans ne prsente pas de grands entrepts ou plateforme de bureaux disponibles immdiatement, loffre locative a dj convaincu plusieurs entrepreneurs. Pour lever toutes diffi cults dapprciation par les Services des Impts, le rescrit fi scal trouve ici tout son sens. http://tinyurl.com/d3nct4Association CD2A (Comit de Dfense et dAm-nagement de lArgonne) Tl. 06 09 65 45 04.

    Orlans tv a lanc sa webtvRegarder la chane locale en direct avec une qualit dimage optimale, sur Internet : cest ce que propose la nouvelle plateforme Internet mise en ligne au dbut de lanne. Avec la fonction vido la demande, les internautes peuvent dsormais consulter les missions de leur choix jusqu 1 mois aprs leur diffusion. Partager les missions, voter pour ses prfres, ou simplement consulter la grille TV sont quelques-unes des nouvelles possibilits sur www.orleanstv.fr.Via la TNT, Orlans Tv est diffuse sur un bassin de 750 000 tlspectateurs sur le Loiret. Avec une dure dcoute moyenne de 33 minutes par tlspectateur, les habitants ayant rgl Orlans Tv sur leur tlviseur sont en progression de 28,5 %, soit un peu plus de 431 000 personnes. www.orleanstv.fr

    8 20 mars 2009

    Issu de la fusion de lAnpe et du rseau des Assedic, dans le cadre de la loi du 13.02.2008 relative la rforme de lor-ganisation du service public, Ple emploi dveloppe une nouvelle offre de ser vices qui sera dploye au cours de 2009. Ple emploi Centre, dirig par Jean-Yves Cri-bier, sorganise dsormais autour de trois niveaux territoriaux : une direction rgio-nale (sige Orlans), une direction terri-toriale pour chacun des six dpartements de la rgion et 62 sites destins un accueil commun du public (13 dans le Loiret). Parmi les objectifs de la fusion : simplifi er les dmarches des demandeurs demploi et des entreprises, et amliorer leffi cacit des services rendus. Un site Internet uni-que, www.pole-emploi.fr, permet deffec-tuer les services distance (consultation et dpt des offres et des CV). Les deman-

    deurs demploi et les entreprises dispo-sent chacun dun numro de tlphone ddi (entreprises : 0 826 08 08 45* dans le Loiret). Si Ple emploi souhaite renforcer ses actions vers les publics en diffi cult (bnfi ciaires du RSA, jeunes, seniors), le volet prospection auprs des entreprises sera intensifi . Sur 148 000 offres demploi recueillies lchelon rgional lan pass, 133 500 ont t pourvues. Lobjectif sera den pourvoir 136 500 a annonc Florence Dumontier, directrice rgionale dlgue Production et Services. Laccompagnement des entreprises dans leur recrutement stendra de la simple parution de loffre lassistance au recrutement en passant par la prslection des candidats et le suivi des premiers mois dans lemploi. www.pole-emploi.fr*0,15 TTC/mn

    Ple Emploi intensifi e ses services aux entreprises

    Jean-Yves Cribier, directeur Ple emploi Centre

  • Tl. 02 38 70 83 33

    Aut

    omob

    iles

    PEU

    GEO

    T 5

    52 1

    44 5

    03 R

    CS

    Pari

    s.

    * Soit 2 860HT dconomie sur le tarif 08C du 03/11/2008 pour toute commande dun Nouveau Bipper 117 L1 1,4LHDi 70 Standard neuf hors option. Offre non cumulable, rserve aux professionnels pour un usage professionnel, valabledu 2 janvier au 30 avril 2009 dans le rseau Peugeot participant pour lachat dun Nouveau Bipper 117 L1 1,4L HDi 70Standard neuf. Modle prsent : Nouveau Bipper 117 L1 Pack CD Clim avec options peinture mtallise, projecteursantibrouillard et porte latrale coulissante. ** Superbonus gouvernemental pour la reprise d'un vhicule de plus de 10 ansdestin la casse et pour l'achat d'un vhicule utilitaire neuf. *** Par un jury de journalistes spcialiss de 20 pays europens.

    AFFAIRES DE PROFESSIONNELSDU 2 JANVIER AU 30 AVRIL 2009

    8990HTNOUVEAU BIPPER HDi

    A PAR

    TIR DE *

    Elu utilitaire de lanne 2009.***

    BERNIER ORLANS30, avenue Andr DessauxRN20 Nord Fleury -Tl. : 02 38 65 00 80

    www.bernieror.peugeot.fr

    Vous avez des besoins en stockage darchives ?La socit P. PANON vous propose ses services.

    Mr Beleteau Alexandre Tl. 02 38 55 59 60Port. 06 12 42 37 17E-mail : [email protected]

    TRANSPORTS PANON

    LIMMOBILIER DENTREPRISE SANS RISQUE

    Locaux dactivit, bureaux ou entrepts, Quatro vous apporte

    une rponse complte, garantie par de vrais engagements nanciers sur les prix et les dlais.

    Depuis le choix du foncier et la conception du programme jusqu la rception des travaux,

    Quatro vous accompagne dans votre projet.

    Cest son mtier de promoteur-constructeur.

    entre vous et nous une nergie positive

    0800 800 137appel gratuit depuis un poste xe

    quatrodeveloppement.frrendez-vous sur

    Q

    UA

    TRO

    Dv

    elo

    pp

    emen

    t 20

    09 -

    Illu

    stra

    tio

    n :

    AR

    E.

  • 10 20 mars 2009

    FORSOLexplore les profondeurs

    Comment adapter les ouvrages humains aux contraintes du terrain naturel ? Cest en condens toute lambition de la gotechnique, dont la socit Forsol a fait sa spcialit. Cre en mars 2008 La Chapelle-Saint-Mesmin, juste ct du laboratoire dtudes avec lequel elle travaille en troite collaboration, Forsol se concentre sur le volet travaux publics. Notre activit consiste son-der les sols avec des machines forer, observer diffrents paramtres comme la vitesse dentre de la tige dans le sol, en extraire des chantillons qui, une fois analyss en laboratoire, fourniront une connaissance du terrain primordiale aux terrassiers expose Clarisse Carl, direc-trice administrative de lentreprise. Ainsi, roches, zones boueuses, poches dair et autres zones karstiques sont passes au crible par lentreprise la demande din-gnieurs gotechniciens. Dessais pres-sio m triques (valuation de la rsistance du sol) en sondages destructifs (enregis-trement de donnes au cours du forage), Forsol compte son actif plusieurs chan-

    tiers denvergure. ce jour notre inter-vention la plus importante se situe sur le tronon C3 de la LGV Rhin-Rhne et nous mobilise depuis de longs mois, mais nous avons aussi travaill sur lA88 Argentan sud Falaise ouest, sur lA71 pour le double-ment dun pont sur la Loire ou encore pour la rparation des murs du canal dOrlans Saint-Jean-de-Braye dtaille la diri-geante. Sur le terrain, cinq sondeurs, tra-vaillent frquemment dans des conditions diffi ciles. Ils sont parfois gologues de formation, ce sont dailleurs de bons pro-fi ls, ou bien ils apprennent le mtier sur le tas car il nexiste pas dcole spcifi que, regrette Clarisse Carl, dans tous les cas, leur mtier requiert une parfaite connais-sance des machines .

    Un premier exercice quilibrCarottages, suivi des variations de terrain ou du niveau deau des nappes phratiques : le fruit des investigations de Forsol est transmis pour analyse au laboratoire Rin-cent BTP Services. Et cest une troisime entit, Rincent BTP Ingnierie, qui dcide

    dventuels essais complmentaires. Comme le souligne la dirigeante, grce aux comptences des trois structures, nous sommes en mesure dapporter une rponse complte aux appels doffres . Si ltude de sols pour la construction de pavillons reste une activit marginale pour lentreprise, Clarisse Carl constate que les particuliers y ont de plus en plus recours. Quant aux projets de dveloppement pour 2009, elle reste prudente : avant que nclate la crise nous avions le projet de rinvestir sur deux machines, aujourdhui on se demande si les commandes pour-ront le permettre, nous avons dj investi 500 000 dans le parc de machines . Aprs plusieurs annes passes comme assis-tante du prsident dun grand groupe japo-nais et comme responsable communication et marketing notamment, Clarisse Carl se rjouit dun premier exercice qui san-nonce lquilibre, voire bnfi ciaire . www.forsol.fr

    TRONONS DAUTOROUTES, VOIES FERRES, PONTS : AUTANT DE CHANTIERS POUR LESQUELS LEXPERTISE DE FORSOL SE RVLE CRUCIALE. SPCIALISE DANS LA GOTECHNIQUE, LA JEUNE ENTREPRISE MULTIPLIE LES INTERVENTIONS DANS LA FRANCE ENTIRE.

    Un nouveau prsident la tte de la

    Fdration du BTP du LoiretDepuis le 21 janvier dernier, Patrick Poisson a succd

    Grald Gallier la prsidence de la Fdration du Btiment et des Travaux Publics du Loiret (FFB

    45). g de 57 ans, Patrick Poisson dirige le groupe AFL, spcialis dans les activits de menuiserie,

    mtallerie et ferronnerie dart. Lentreprise, situe Amilly,

    emploie plus de 80 personnes. Prsident adjoint de la FFB 45

    depuis 2006, Patrick Poisson occupe les mandats de vice-

    prsident de la CCI du Loiret, maire adjoint de Saint-Firmin-des-Bois depuis 1984, membre

    de la commission de recours des contentieux fi scaux et prsident du

    Lions Club Montargis Gtinais.

    industrie

    Clarisse Carl

  • mars 2009 20 11

    commerce

    Proposer du petit quipement et des acces-soires permettant dintgrer lcologie chez soi et moindre cot : cest ce qui a motiv Aurlie Morel et Romain Talva ouvrir leur boutique rue de Bourgogne en octobre der-nier. Une ouverture qui sinscrit en toute logique dans le parcours des deux fonda-teurs : si la premire, ingnieur cologue de formation, a dj occup la fonction de charge de mission en commu ni ca tion et en ducation lcologie, le second tait jusque rcemment consultant en environnement pour des bureaux dtudes et de conseil. Nous savons que la demande du grand

    public est forte dans ce domaine avancent les deux crateurs. Envie dco propose une multitude de produits pour tout lunivers de la maison. Ct salle de bains, rducteurs de dbit ou douchette en copeaux de bois sont le gage dune rduction de consommation deau pouvant atteindre 70 %. Cest un pro-duit fabriqu en France, un critre sur lequel nous sommes vigilants chaque fois que cest possible, explique Romain Talva. Linge de lit en coton bio, ustensiles de cuisine en bois non trait, papeterie en papier recycl, sacs en bches publicitaires rcupres que le fournisseur sengage recycler en fi n de vie,

    livres et jeux de socit de sensibilisation lcologie, quipement pour conomies dnergie Envie dco cherche diffuser des produits rellement cologiques et pas seulement tendance nature prcise Aurlie Morel.

    Promouvoir des structures localesCest le cas de la Coxiwatt, laurate du concours Agir pour lnergie du futur et soutenue par lAdeme, qui limite la consommation lectrique en coupant sys-tmatiquement lalimentation de la tlvi-sion et de tous les priphriques qui y sont rattachs. Un simple geste qui peut gn-rer une conomie de 50 65 par an sur sa facture affi rme Romain Talva. Grce une clientle dhabitus, toffe grce au bouche--oreille, Envie dco a connu un mois de dcembre plutt bon . Sur le chiffre daffaires de ce mois, 1 % sera vers lassociation Graine Centre. Une dmarche initie par Aurlie : Je trou-vais le 1 % pour la plante trs intressant mais trop lointain, trop virtuel. Comme on promeut une dmarche locale, nous avons opt pour cette association rgionale de dfense de lenvironnement . Si la cra-tion dun site de vente en ligne fait partie des objectifs pour 2009, dautres projets sont en gestation, comme louverture dun rayon prt--porter et puriculture. www.enviedeco.fr

    Jean-Paul Chari, Dput UMP du Loiret, prsident de la commission dexamen des pratiques commerciales, a remis dbut janvier au prsident de la Rpublique, Nicolas Sarkozy, son rapport intitul Le commerce et la ville (18 programmes dactions locales) et son projet de rforme de lurbanisme commercial. Dans ce projet, Jean-Paul

    Chari propose labrogation de la loi dite Royer qui encadre limplantation des grandes surfaces. Par ailleurs, les documents durbanisme commercial intgreraient dsormais un volet commerce qui prendrait en compte les rgles darchitecture, denvironnement durable et de dveloppement des centres villes Enfi n, dans les communes de moins de 20 000 habitants, les maires et les prsidents des EPCI * comptents en matire durbanisme ou encore chargs des SCOT, pourraient conserver une capacit dintervention dans lurbanisme commercial, en cohrence avec lensemble du dispositif, et compatible avec lintgration future des dispositions rgissant lurbanisme commercial dans le Code de lurbanisme .

    * tablissements publics de coopration intercommunale

    ENCOURAGER DES GESTES COLOGIQUES SIMPLES ET PEU ONREUX, GRCE DES PRODUITS DE SUBSTITUTION OU QUI GNRENT DES CONOMIES DNERGIE, TEL EST LE CONCEPT DE LA NOUVELLE BOUTIQUE ORLANAISE ENVIE DCO.

    PETITS GESTES pour grande cause

    Romain Talva et Aurlie Morel

    Rforme de lurbanisme commercial : Jean-Paul Chari a remis son projet

  • 12 20 mars 2009

    DEEWYGROUP.COM,le Net pour les nophytesCONVIVIAL, INTUITIF, CRATIF ET VOLUTIF : LESPACE DE TRAVAIL MODULAIRE INVENT PAR DEEWYGROUP.COM REVENDIQUE TOUS CES ADJECTIFS LA FOIS. ET VISE RENDRE LES ENTREPRISES COMPLTEMENT AUTONOMES DANS LA GESTION DE LEUR IMAGE ET DE LEUR OFFRE.

    Nous sommes les premiers propo-ser un pack comprenant une multitude de modules personnalisables, moin-dre cot car dvelopps une seule fois, et qui rendent lutilisateur compltement autonome . Marc Leforestier et Virginie Damon-Bimbenet, directeurs associs chez DeewyGroup.com, proposent aux en tre prises et aux particuliers de grer eux-mmes leur site Internet, leur Intra- voire Extranet, mais aussi leur blog. Bap-tis Framework Deewy , la plateforme modulaire permet chacun dinventer le site de son choix et de le personnaliser dans les moindres dtails. Livre avec plus dune vingtaine de modules qui peuvent tre activs ou masqus tout moment, lin-terface se veut intuitive et simple utiliser. Rdactionnel, photo, son, vido, gestion de

    formulaires, fl ux RSS, bannires de publi-cit (statistiques de consultation disponi-bles), sont quelques-unes des possibilits livres cls en mains. Chez DeewyGroup, on substitue le travail du graphiste celui du dveloppeur. Lide de dpart, ctait daffranchir les entreprises du travail des dveloppeurs ou des SSII et de leur don-ner la latitude dintervenir de faon extr-mement ractive sur leurs sites ou leurs blogs, grce un outil ergonomique qui nest pas du tout fig graphiquement rsume le directeur. Dans les locaux de lentreprise base sur le Ple 45, la valeur ajoute apporte par la graphiste nest tou-tefois pas un passage oblig. Ce qui est primordial, cest que nos clients ne soient pas dpendants delle pour toute modifi ca-tion ultrieure sou ligne Virginie Damon-Bimbenet. Et tout a t pens pour que les utilisateurs (dirigeant, responsable mar-keting-communication, commercial, RH) puissent aussi exprimer leur crativit. Le look dun site, cest plus de 60 % de sa rus-site lance Marc Leforestier. Aussi, pour personnaliser fonds, textes, boutons pas

    moins de 24 palettes de couleur sont dis-ponibles, sans compter la possibilit den crer de nouvelles et dappliquer sa propre charte graphique.

    Une offre pour le web communautaireFaire de la visioconfrence, crer sa bouti-que de vente en ligne, sont dautres possi-bilits dveloppes par lentreprise, qui, en plus dinstaller son interface sur lhbergeur choisi, fournit une formation (trs courte) et mme une assistance ceux qui en auraient besoin. Mais il est un autre terrain que DeewyGroup a investi, cest celui du web communautaire. Destine au grand public, ainsi quaux marques et aux associations, cette plateforme comprend 54 modules, allant de le-mail la messagerie instantane 3D anime, en passant par le multimdia, la vido, la gestion de pops up , le chat et une bibliothque davatars Avec dj une cinquantaine de projets dans les cartons, les deux associs parient sur une propension des entreprises communiquer de plus en plus via Internet, et moindre cot. www.deewy-group.com

    Nature et Dpendance mise sur le bio la tte de Nature et Dpendance, entreprise quelle a cre en

    novembre 2007 Saint-Jean-de-Braye, Sophie Rousseau sest positionne sur le crneau des produits bio. Des produits haut-de-gamme mais aussi des huiles

    essentielles quelle utilise pour des soins du visage, du corps et des mains. En plus de fi dliser sa clientle, la jeune cratrice de 35 ans souhaite dvelopper

    une activit de massage en entreprise, par exemple sous la forme de modelages minute pour soulager les points de tension des salaris. Cest une ide que je dois encore mrir, dautant quen France les entreprises sont encore assez rticentes face ce type de prestation dclare la dirigeante.

    services

    Virginie Damon-Bimbenetet Marc Leforestier

  • UN RLE MOTEURpour lenvironnementUNIQUE CENTRE DE PRODUCTION DE MOTEURS DIESEL NON ROUTIERS EN EUROPE, LUSINE JOHN DEERE DE SARAN EST DEPUIS LONGTEMPS ACTEUR DANS LA PROTECTION DE LENVIRONNEMENT. SES 900 SALARIS AUSSI.

    Sur son site Internet, John Deere affi che un positionnement quasi avant-gar-diste en matire de protection de lenviron-nement : depuis 1967, le groupe, qui fi gure parmi les leaders mondiaux des moteurs diesel non routiers sefforce de rduire les missions polluantes de ses moteurs. Et sest engag, lchelon mondial, rduire de 25 % ses missions de gaz effet de serre dici 2014. Un engagement que lusine de Saran, centre europen de production et de commercialisation de moteurs diesel, certifi entre autres Iso 14 001 depuis 5 ans, dcline son chelle. Julia Vacquier, ingnieur environnement sur le site depuis 2 ans, veille au respect de la rglementation environnementale et travaille sur plusieurs axes de dveloppe-ment. ct de la partie rglementaire, qui concerne par exemple les missions atmosphriques de lusine, le traitement de ses effl uents ou celui de ses dchets, nous avons men plusieurs actions den-vergure . la suite dun bilan CO2 effectu sur le site, John Deere a dve-lopp diffrentes actions pour rduire ses missions. Linstallation de chauffage est dsormais compose darother-mes gaz indpendants. Au dpartement Recherche, nous avons install des machines dessais moteurs transformant lnergie produite en nergie lectrique ex plique Julia Vacquier. Paralllement, quatre millions deuros ont t investis en 2008 pour rduire les missions de composs organiques volatils (COV) sur une ligne de peinture. tant donn que tous nos moteurs sont peints, John Deere a opt pour lutilisation de produits innovants, plus respectueux de lenviron-nement, base aqueuse notamment prcise-t-elle. Capitalisant sur le retour dexprience de lensemble de ses units

    dans le monde, un comit nergie John Deere fait le point mensuellement sur des actions menes en matire de dveloppe-ment durable.

    Optimiser lexistant, anticiper la rglementation Favoriser la mobilit . Cest avec cette ambition que les Ressources Humaines ont propos des alternatives. La cration dune application ddie au covoiturage sur lIntranet de lentreprise et linstallation dune borne informatique dans la caftria sont des outils accessibles lensemble des employs. Lanc en septembre 2008, en mme temps que la flambe des prix du carburant rappelle lingnieur

    environnement, le dispositif commence faire la preuve de son utilit. Il avait mme t labellis par le ministre de lcologie dans le cadre de la Semaine de la mobi-lit en septembre dernier. Nombreux de nos ingnieurs viennent de Tours, Blois ou Paris, cette ralit nous a conduit mettre au point un systme de navettes la gare de Fleury-les-Aubrais, mutualis avec dautres entreprises locales comme Tha-ls, France Telecom . Et de conclure : Lobjectif nest pas de changer ra di ca-lement nos installations ou notre fonction-nement, lide est doptimiser lexistant et danticiper une rglementation qui va se durcir au fi l des ans . www.deere.com/fr

    mars 2009 20 13

    Beau, cologique et contemporain

    sur la ToileEn lanant www.decodurable.com, Isabelle Lelivre a voulu

    concilier ses convictions en matire de dveloppement durable et son

    got pour la dcoration. La jeune cratrice base Chteauneuf-sur-Loire a dvelopp un site de vente

    en ligne dobjets de dcoration co-design. Soigner sa dcoration tout en respectant la biodiversit :

    tel est le pari de decodurable.com, travers des produits base de matriaux recycls, rcuprs, quitables et naturels. La plupart

    des produits proposs sont certifi s par un label (Cosmbio, cocert,

    Nature & Progrs) ou dfaut slectionns selon des critres

    rigoureux. Emballages recyclables, matires premires bio-dgradables,

    produits sans parabens, teintures sans rsidus de mtaux lourds

    toxiques ou peintures sans solvants sont quelques-unes des nombreuses qualits que la dirigeante requiert

    des produits quelle diffuse. www.decodurable.com

    dveloppement durable

    Julia Vacquier

  • 14 20 mars 2009

    international

    MAZET CONFISEUR, un got duniversalit

    45 kg de longuettes - le nec plus ultra des amandes dEspagne -, 8 louches de caramel fondu : tels sont les ingrdients de base des Praslines Mazet, inventes au temps de Louis XIII par lofficier de bouche du duc de Praslin. Les petites amandes grilles caramlises, qui ont fait la renomme de la ville de Montargis, sont aujourdhui exportes vers 36 pays. Depuis 1902, date laquelle le grand-pre de lactuel P-D.G Benot Digeon ouvre sa superbe boutique Montargis, la maison Mazet symbolise une confi serie de luxe la franaise . Et de latelier de fabrica-tion artisanale, situ Amilly, neuf sp-cialits sont venues peu peu agrandir la palette de saveurs de la marque : passions, amandas, lyettes et mirabos, sont quel-

    ques-unes des ppites qui mlent subti-lement amandes, noisettes, chocolat noir, au lait ou poudre de cacao amer. Prsente sur les lignes de paquebot ds les annes 50, la marque Mazet amorce une vritable dmarche lexport en 1981. Le Fancy Food Show New York tait le premier salon auquel nous participions et surtout celui qui nous a fait connatre rappelle le P-D.G. Une date qui concide avec une nouvelle impulsion dans lhistoire du confi seur. En 1978 notre usine dAmilly a brl, nous en avons donc profi t pour nous doter dun outil de production plus performant, pour nous dvelopper sur le march franais et aller vers de nou-veaux points de vente . La priode signe la fi n de la vente en vrac et anonyme des confi series au profi t de produits prem-balls et estampills Mazet, mais aussi la naissance dune stratgie pour rsister larrive des chocolatiers belges et au dveloppement des franchises . Ques-tions lies ltiquetage, aux colorants, lalcool, aux systmes dexpression du poids : les contraintes de lexport, loin de freiner Benot Digeon, ont permis len-treprise de progresser .

    Whats new ? *Avec une seule autre boutique avenue Victor Hugo dans le 16me arrondisse-ment Paris, Benot Digeon cultive la raret. Nous prfrons travailler avec des importateurs/distributeurs qui diffu-sent notre marque dans les magasins ou encore des htels . Tout juste revenu du Salon du Chocolat accueilli par Isetan Tokyo ( les Galeries Lafayette japonai-ses traduit-il), Benot Digeon admet que cest au pays du Soleil Levant que la confi serie suscite le plus de convoitise. Si

    Des PME du Loiret prsentes en Allemagne

    Sept entreprises du Loiret ont particip dernirement aux trois principaux rendez-vous mondiaux en Allemagne. Ainsi, lISM (salon international des produits sucrs Cologne), Fruit Logistica (salon des fruits et des lgumes Berlin) et Biofach (salon des produits biologiques Nuremberg) ont accueilli des entreprises comme les Miels Villeneuve, TerrLoire, Daniel Allaire ou encore Rocal. En dpit de la faible proportion que reprsente lexport de produits alimentaires de la rgion Centre vers lAllemagne (2 %), le pays reste un march incontournable : il se situe au 2e rang europen en matire de consommation de produits sucrs et comme premier importateur mondial de fruits et lgumes, pour une population trs concerne par les produits biologiques. Selon Centreco, les exportations de la rgion Centre vers lAllemagne ont atteint 2 637 millions deuros en 2007 (14,5 % des exportations rgionales) et les importations chiffres 2 281 millions deuros (14,3 % des importations rgionales).

    Benot Digeon

    DEPUIS 30 ANS, LES CLBRES PRASLINES MAZET ONT FRANCHI LES FRONTIRES ET CONQUIS LES PAPILLES TRANGRES. SI LES PREMIERS CLIENTS ONT T AMRICAINS, CEST LE JAPON QUI SIMPOSE AUJOURDHUI COMME LE PLUS GROS IMPORTATEUR DE LA MARQUE.

    le Mexique ou le Brsil ne sont que des clients occasionnels, le dirigeant souhaite renforcer sa prsence en Europe, en Asie, et reconqurir des marchs comme Honk-Kong. Il affi rme tre toujours actif, dans la cration de produits nouveaux . Comme aux premiers clients amricains qui lui demandaient rgulirement Whats new ? *, Benot Digeon annonce quil a plusieurs projets dans les cartons. Aprs le lancement russi de la fondue au cho-colat lan pass, il prpare la commercia-lisation de ganaches aux fl eurs (muguet, lilas, rose, jasmin, illet, fl eur doranger), puis aux pices et aux fruits. www.mazetconfi seur.com*Quoi de neuf ?

  • AU FIL DES MOTS, livre ouvertLA VILLE DE GIEN PEUT SENORGUEILLIR DE COMPTER NOUVEAU, PARMI SES COMMERCES, UNE VRITABLE LIBRAIRIE. LORIGINE DE CETTE OUVERTURE : LE VIRAGE INATTENDU DE LA CARRIRE DE SA GRANTE, SYLVIE PAUPORT.

    Avec le recul, Sylvie Pauport confi e que si son prcdent employeur navait pas ferm ses portes en novembre der-nier, elle nen serait pas l aujourdhui. Un contexte sans lequel cette libraire de formation, habitant Gien depuis 20 ans, naurait peut-tre pas franchi ltape de la cration. Ancienne responsable librai-rie puis magasin chez Madison Nuggets Gien, 600 m2 dvolus au multimdia essentiellement , la grante vient tout juste douvrir les portes de sa librairie. ses cts, deux associes, Dominique Valent et Isabelle Gouveilla. Cest une ren-contre impromptue avec un ancien client, rompu au montage de socits, qui produit le dclic. Il nous a accompagnes sur les volets comptable et financier moi qui pensais retrouver un emploi salari en librairie, cette histoire est un vritable conte de fes , raconte-t-elle. Dans la boutique de 87 m2 avec vue sur la Loire, les trois femmes ont voulu crer un lieu sympathique et chaleureux . Mobilier en pin lasur, ambiance sonore douce, signa-

    ltique sobre avec photos noir et blanc des auteurs au rayon littrature, coin enfants, la librairie gnrale devrait tre aussi le thtre de plusieurs animations : sances de ddicaces, lectures, expositions pho-tos Il y a une vraie demande : toucher, feuilleter les ouvrages. Le livre, cest mon cheval de bataille, proclame Sylvie Pau-port, dans notre socit, il est vital de lire ! . Seule librairie de la ville de 17 000 habitants (avec la Maison de la presse), Au fi l des mots devrait terme proposer 6 000 ouvrages, un stock dans lequel les asso-cies ont investi 80 000 . Nous nous adressons la fois une clientle gn-raliste et une clientle pointue, explique Isabelle Gouveilla, et nous entretenons de bonnes relations avec les tablissements scolaires et les bibliothques des envi-rons .

    Un change humain et culturel Cest une profession dans laquelle plus on avance en ge, plus cest facile, je suis une vieille libraire ! samuse Sylvie

    Pauport. Et de rappeler quelle a connu lpoque du prix libre du livre, avant que la loi du 10 aot 1981 ne vienne fi xer un prix unique de vente. Renouant avec les repr-sentants et les maisons ddition quelle connat bien, elle affi rme tre toujours en veil. Je nhsite pas demander conseil aux gens, ce qui me plat le plus dans ce mtier, cest que cest un change humain et culturel , poursuit-elle. Les associes ont dpos des demandes daides et de subventions auprs de la Drac, du Fisac et du Centre national du livre, et savent quelles se lancent dans un contexte co-nomique difficile. Mais nont pas lsin sur lessentiel, comme loutil informatique spcialis dans lequel elles ont investi. Nous voulons bien faire les choses, ds le dpart .

    mars 2009 20 15

    Grafi ty lance le secrtariat malin

    Lagence Grafi ty, spcialise dans la communication publicitaire et implante depuis plus de 30 ans dans le Loiret, lance deux plates

    formes locales de tlmarketing et tlprospection Fleury-les-Aubrais

    et Montargis. Comme le prcise Cyril Bonnaire, grant de lagence,

    Par ce dveloppement, Grafi ty entend proposer une optimisation

    de la communication et des actions commerciales des entreprises

    tels que les tudes de marchs, la tlprospection cible, la dtection

    de projet, la prise de rendez-vous commerciaux ou encore le suivi

    doprations de marketing direct . Des prestations qui sappuient sur

    des outils de rfrence, Wingipi pour la force de vente-relation client et Isotools pour leffi cacit des sites Web. Laissez vos commerciaux

    se concentrer sur leur mtier, nous prenons des rendez-vous pour

    eux : ainsi se rsume la philosophie du secrtariat malin .

    www.grafi ty.fr

    cration

    Isabelle Gouveilla et Sylvie Pauport

  • AU BON MARCH,restaurant bistronomique OUVERT EN OCTOBRE DERNIER, LE RESTAURANT ORLANAIS SE POSITIONNE DJ COMME UNE ADRESSE INCONTOURNABLE. SERVIR DES PRODUITS DE QUALIT PRIX COMPTITIFS, CEST LE PARI RUSSI DE TROIS ASSOCIS.

    Nous voulions un lieu convivial, y faire de la cuisine de qualit, et un prix accessible rsume Olivier Marvaud, lun des trois associs du restaurant. Presque cinq mois aprs son ouverture dans le quartier des Halles, le dfi sem-ble relev haut-la-main. lorigine du succs de ltablissement (rservation ar demment conseille), trois fondateurs. David Benoist (chef en cuisine), Olivier Marvaud et Jrme Delcambre ont en effet dj prouv leur capacit commune crer des lieux de rfrence : LAbsinthe, crperie et spcialits de bires Olivet, et LArdoise, restaurant gastronomique Orlans. Au Bon March : lenseigne vaut autant pour la qualit des produits que pour le montant de laddition. Bien man-ger et prix raisonnable, lquation serait donc soluble ? Bien sr, rtorque Olivier Marvaud, cela demande plus de travail, dans la recherche des produits frais, mais cest aussi une question de gestion des marges . ct du plat du jour 8 , on pourra choisir dautres formules : 13,50 pour un plat, dessert ou boisson, 19,50 pour les trois et 28,90 pour une formule tout compris (kir, entre, plat, dessert, caf et boisson). Et cest dans la salle la dcoration de type bistrot parisien que sont servis les plats traditionnels fran-ais revisits. Je voulais revenir des plats conviviaux, comme la blanquette ou la tte de veau, mais teints dune pointe de modernit explique David Benoist. On est tout prs, ici, du restaurant bis tro-no mique : un nologisme qui sapplique aux tablissements alliant convivialit, d contrac tion et grande cuisine.

    Se dmarquer par son originalitDmonstration avec le Plat typique Chtimi, volaille poche la crme fl eurette faon Waterzoi. Nous avons pur ce plat

    dorigine belge, dans lequel l gumes et viande sont traditionnellement pochs dans la crme, dvoile le chef. Ici, la volaille est dgraisse au maximum et cuite dans un jus de volaille maison, la crme moins prsente, pour satisfaire des clients aujourdhui plus soucieux de leur sant . Sur la carte, le Canard confi t par nos soins et sa cassolette de frites fraches ctoient un Curry de cochon, fricasse aux vingt pices, ananas cara-mlis, cras de pommes de terre. Au Bon March, loriginalit se niche mme dans la vaisselle. Dans la prsentation aussi, on essaye de se dmarquer de nos confrres confi rme David Benoist. Sur les assiettes carres estampilles au nom du restaurant, arrivent parfois de petites cocottes en porcelaine maille, trs en vogue en ce moment. Servis au verre, au pot ou la bouteille, les vins sont tous issus de vignerons indpendants. Du verre 2,60 la bouteille 80 , la carte des vins est conue pour que chacun sy retrouve confi rme Olivier Marvaud. Dernire singularit du lieu : la cave vins et lpicerie fi ne intgres au restaurant, pour prolonger le plaisir, tout prix.

    16 20 mars 2009

    Au Hasard du Vin veille les papilles et la curiosit

    Au Hasard du Vin, entreprise spcialise dans lanimation et

    lvnementiel destination des entreprises et des particuliers,

    continue dlargir sa palette et de proposer de nouveaux services.

    Aprs le lancement des Soires papilles (la jeune dirigeante

    se dplace domicile avec vins et buffet pour une initiation-

    dgustation), Kathryne Martinet lance une nouvelle formule et

    slectionne (puis livre) les vins en fonction des critres des clients :

    menu, nombre de convives et budget. Le 21 mars prochain, elle

    organise un vnement hors des frontires du Loiret : une visite

    guide au Muse du Vin Paris, suivie dune dgustation de vins dite laveugle et dun djeuner au restaurant gastronomique.

    www.auhasardduvin.com

    table

    Jrme Delcambre, David Benoist et Olivier Marvaud

    Au bon march12, place du Chtelet45000 OrlansTl. : 02 38 53 04 35

  • La matrise des dplacements,on a tous y gagner.

    Depuis 2005, ACS Mobilit sest impos comme lun des premiers acteurs nationaux dans laccompagnement des entreprises, administrations et collectivits locales pour la mise en uvre de projet de mobilit durable et de Plan de Dplacements Entreprise, en particulier (PDE/PDA/PDIE, etc.). Dj trs prsent en Rgion Centre et notamment sur le Dpartement du Loiret (EDF, Groupe La Poste, Crdit Mutuel du Centre...), ACS Mobilit est reconnu pourson savoir-faire unique, le haut niveau dexpertise et la qualit de ses prestations sur ces diffrents sujets. Intgr dans le bureau dtudes ACS MTE, ACS Mobilit sappuie sur une quipe pluridisciplinaire et polyvalente de consultants dots dun rel sens de lcoute, faisant montre dune grande disponibilit, dune forte ractivit et dune relle capacit exercer dans le cadre de plannings serrs.

    Conscient que la communication est au cur de la dmarche de projet de mobilit durable, ACS MTE en a fait un soutien essentiel de ses actions pour la conduite et laccompagnement au changement de comportements (implication, sensibilisation, formation des publics cibles, etc.).(QQ $&6 07( D IDLW GX GpYHORSSHPHQW GXUDEOH XQaxe majeur de son dveloppement. Le bureau dtudes entend tre une entreprise exemplaire par son organisation autour du tltravail (pas de bureaux), par son parti pris en faveur des transports collectifs et des modes doux $&607(DUpDOLVpVRQSURSUH3'(HWHQQSDUVRQengagement rduire ses missions de Gaz Effet de Serre (GES) quil compense auprs du GERES en tant par ailleurs signataire de la charte CO2 Solidaire.

    Pour plus dinformations : [email protected]

    Tl : 02 40 47 74 96 - Mob : 06 70 02 76 49

    Crd

    its

    : st

    ock.

    xchn

    g. F

    vri

    er 2

    009.

    Sou

    s r

    serv

    e d

    erre

    urs.

    ACS

    MTE

    - S

    ARL

    Capi

    tal 4

    0 00

    0,00

    eur

    os -

    482

    719

    002

    RCS

    Nan

    tes

    - AP

    E 74

    90B

    - Si

    ge

    soci

    al :

    10

    all

    e du

    Por

    t M

    ailla

    rd -

    440

    00 N

    ante

    s

  • 18 20 mars 2009

    dossier

    PDE : prenez le virage de lco-mobilit !

    Le PDE ? Honntement, je ne savais pas ce que ctait. Et si on ntait pas venu nous en parler, nous ny serions pas alls de nous-mmes . Nombreux sont ceux qui, limage de Gilles Woillez, Directeur des ressources humaines et logistiques au Crdit Mutuel du Centre, dcouvrent le PDE, le Plan de dplacements entre-prise. Pourtant, le Loiret compte parmi

    les dpartements les plus proactifs en la matire et, en 2004, la CCI du Loiret, une des CCI pilotes en France sur la mobilit, sengageait dj, aux cts de lADEME, dentrepreneurs et de collec-tivits locales, sur la mise en place de Plans de dplacements inter-entreprises (PDIE) au sein du parc dactivits Ple 45 de Saran. Alors quest-ce quun PDE ? Et

    quoi sert-il ? Avant toute chose, le PDE sinscrit dans une dmarche de dvelop-pement durable. ce titre, il constitue lun des lments des Plans de dplace-ments urbains (PDU), obligatoires dans les villes de plus de 100 000 habitants et dont le but est dorganiser les transports des personnes et des marchandises dans les villes mais aussi la circulation, le sta-

    Patrick Poisson, directeur dAFL Groupeet prsident de la FFBTP du Loiret

    PROMOUVOIR UNE GESTION DURABLE DES DPLACEMENTS TOUT EN CONCILIANT ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX (RDUCTION DES MISSIONS DE CO2), BESOINS ET INTRTS DES ENTREPRISES ET DES SALARIS : TEL EST LOBJECTIF DU PLAN DE DPLACEMENTS ENTREPRISE (PDE). UNE DMARCHE INNOVANTE, VOLONTARISTE ET PARTICIPATIVE QUI DOIT ENCOURAGER LE TRANSFERT DES DPLACEMENTS EN VOITURE (DOMICILE-TRAVAIL, PROFESSIONNELS) SUR DES MODES DE TRANSPORT ALTERNATIFS ET MOINS POLLUANTS.

  • tionnement Contrairement au PDU, la dmarche PDE, mise en place par lem-ployeur, est totalement libre (au regard dune pollution excessive dans les villes, elle a toutefois t rendue obligatoire dans les Bouches du Rhne pour les entreprises de plus de 250 salaris et en Ile-de-France pour celles de plus de 700). Lide tant de fdrer un ensemble de mesures et dactions concrtes au profi t dune gestion durable des dplacements : cest--dire rduire les besoins en dpla-cements (tltravail, visioconfrence) et inciter le plus possible de collaborateurs, clients et fournisseurs casser leurs habitudes dans lusage de leurs modes de transports (principalement dans les trajets domicile-travail et dplacements professionnels) en optant pour des modes moins polluants que la voiture indivi-duelle (transports en commun, covoitu-rage, vhicule propre mais aussi marche pied, vlo) dont limpact sur la facture nergtique nest pas ngligeable, quant lempreinte cologique

    15 km en voiture pour aller travaillerEn effet, daprs les chiffres de lADEME, les transports en France gnrent 35 % du CO2, principal gaz effet de serre (GES), en partie responsable du rchauf-fement climatique. Et il est vident que les trajets quotidiens domicile-travail y reprsentent une large part : en Rgion Centre par exemple, 71 % de ces dplace-ments se font en voiture (+5 % par rapport la moyenne franaise) sachant que cha-que salari parcourt en moyenne 15 km aller-retour, soit environ 1h de transport par jour, pour un cot mensuel denvi-ron 130 . Cest dire le cot et limpact cologique que reprsente une fl otte de vhicules (pour les commerciaux, les dplacements professionnels) ou de camions (transport de marchandises) pour une entreprise. Sans compter les allers et venues des fournisseurs et des visiteurs. Le rle des entreprises dans la rduction des missions de CO2, pour qui la mobilit est synonyme denjeux conomiques et de comptitivit, savre donc primordial. Mais comment faire ? Comment optimiser tous ces dplace-ments invitablement lis lactivit et la performance de lentreprise ? Par

    une analyse globale de tous les dpla-cements au sein de la socit : enqute sur les modes de transports des salaris, budget transport, cots fixes (location de parkings) et variables (indemnits kilomtriques, consommation des vhi-cules du parc, pages, remboursement des abonnements de transport), inves-tissements (stationnements), etc. En tmoigne Vronique Dalleau, dlgue au dveloppement durable du Groupe La Poste : Un diagnostic sur les huit plus gros sites de La Poste, Orlans, Saran, Fleury-les-Aubrais et St Jean-de-Braye, a t ralis et un questionnaire a t adress fi n janvier aux postiers de lag-glomration orlanaise. Son intrt tait de connatre leurs modes de dplacement

    et pourquoi ils se dplacent ainsi, savoir sils sont prts se dplacer autrement et si oui comment ? Des groupes de travail seront ensuite mis en place : il sagira de voir quelles solutions peuvent tre trou-ves pour faire face aux freins. Un plan daction sera alors arrt . Innovant, le Plan de dplacements entreprise se veut galement participatif. Directions et salaris, collectivits, AOT (Autorits organisatrices de transport) et autres acteurs du territoire sont donc amens se concerter et travailler conjointe-ment notamment sur lorganisation des entreprises, la structuration du territoire et laccompagnement des salaris dans leur changement dhabitudes et leur comportement pour le bnfi ce de tous.

    mars 2009 20 19

    Cest ce dmnagement qui nous a mis le pied ltrier

    Amilly - Courtenay : 25 km qui risquent de changer la vie dAFL Honeycomb Structures et de ses salaris. Implante Amilly depuis 1998, AFL Groupe va en effet dlocaliser cet t son activit nid dabeille aluminium dans la ZI de Courtenay. Loccasion pour nous de dmarrer une rfl exion sur le PDE, assure Patrick Poisson la tte du groupe et par ailleurs Prsident de la Fdration franaise du btiment et des travaux publics du Loiret. La problmatique dAFL porte sur le transport des salaris et limpact de ce dmnagement sur son activit : nous allons devoir transfrer dimportantes machines et nous en faire livrer de nouvelles. Les transporteurs vont maintenant devoir venir jusqu Courtenay et nos sous-traitants seront dsormais 30 km. Nous naurons plus rien sous la main. nous de mieux grer nos stocks . Au stade embryonnaire et initiatique de la dmarche, Patrick

    Poisson a dj plein dides pour inscrire AFL Honeycomb Structures dans lco-mobilit : Il faut aller vers une conomie, fi nancire et de CO2, et un confort pour tout le monde, salaris comme dirigeants. Le co-voiturage est une solution. Pourquoi ne pas aussi mutualiser les transports en mettant en place un car de ramassage entre Montargis- Amilly et Courtenay, quitte ce que chaque entreprise amnage ses horaires de travail. Recruter localement . Avec 6 500 m2 dateliers, Patrick Poisson tudie aussi la possibilit dintgrer sur son site une cantine collective inexistante sur cette zone. Une tude globale reste faire , conclut Patrick Poisson ajoutant que ce dmnagement est loccasion pour AFL dtre linitiateur dun PDE. Pour mes besoins mais si cela peut servir aux autres, alors on aura gagn .

  • Un bouquet dactions durablesAinsi linformation (sur les modes alterna-tifs, les pistes cyclables, les sites Internet, les regroupements de rendez-vous), les conseils et les retours dexprience sont importants. Bien entendu, toute nouvelle ide est la bienvenue. Concrtement, sur le terrain, parmi les solutions qui sont privilgier, on notera par exemple : la rduction du nombre de places de par-king gratuites, la promotion du covoitu-rage ou de ladhsion un site de covoi-turage, lautopartage (service de location dun vhicule uniquement quand on en a besoin), le tltravail et la visioconfrence pour rduire les dplacements, le prt ou laide lachat de vlos, lamnagement de pools de vlos service ou de zones scu-rises pour leur stationnement (parkings dentreprises) ou encore lincitation lusage des transports en commun (bus, Tram, TER) et lintermodalit (combiner diffrents modes de transport : voiture + transports en commun, train + trans-ports en commun ou train + vlo) grce une participation de lentreprise au cot dun abonnement Autant de pistes vers lesquelles les entreprises, voues tt ou tard un durcissement de la rglementa-tion (circulation alterne, page urbain), peuvent se tourner en fonction de leur implantation, leurs effectifs, du lieu de rsidence des salaris, de leur activit et de leurs horaires de travail. Mais par-fois, ce nest pas si simple, comme lex-plique Michel Morio, directeur de la divi-sion logistique au BRGM. Le BRGM est excentr par rapport la ligne de Tram. Il faut compter entre 10 et 15 minutes pied entre larrt et lentre principale du BRGM. cela il faut ajouter le temps pour rejoindre les bureaux Si les gens voient le temps de leur trajet multipli par deux par rapport au temps quils mettent habituellement en voiture, cest dissuasif. Lide serait peut-tre de renforcer la fr-quence des passages de la navette entre 8 h 00 et 9 h 30 le matin et entre 16 h 30 et 18 h 00 le soir .

    Quand conomie rime avec cologieOn laura donc compris, le PDE encourage une dmarche commune pour des intrts communs. Sur le plan conomique dabord. Selon lADEME, une personne qui habite

    20 20 mars 2009

    dossier

    Les bonnes volonts des parcs dactivitsLes zones dactivits aux heures de pointe ? Demandez Jean-Luc Benayoun, prsident depuis un an de la FAPAL, Fdration qui regroupe 10 parcs dactivits du Loiret : Cest infernal ! Les routes sont engorges aux entres et sorties de parcs. Sur Adlis par exemple, 5 000 personnes travaillent sur la zone, soit environ 2 000 voitures qui entrent et sortent matin et soir chaque jour. Le midi, lheure du djeuner, cest pareil : faute de restaurants attractifs lintrieur du parc, les salaris prennent leur voiture pour aller manger lextrieur. Sil y en avait plus, ils se dplaceraient pied, il y aurait moins de pollution. Mais ceci est valable sur lensemble des parcs . Lide du covoiturage fait donc son chemin. En gnral, sur un parc dactivits, tout le monde commence travailler aux mmes heures, souligne Jean-Luc Benayoun. On pourrait donc envisager que chaque parc encourage les salaris sinscrire sur le site de covoiturage de la Ville dOrlans, de lAgglO du BRGM et de la CCIL . Dsormais intgres dans le schma daccs et de circulation des nouveaux parcs, les pistes cyclables sont en plein dveloppement et connaissent un franc succs : Elles sont indispensables dans tous les parcs si lon veut rduire lusage de la voiture, poursuit Jean-Luc Benayoun. Encore faut-il quelles mnent quelque part Au parc du Gzi par exemple, St Jean-de-Braye, la piste sarrte en bout de parc . Au Ple 45 en revanche, le rseau semble bien fonctionner tout comme la crche inter-entreprises, initie par le GEP45. La FAPAL incite les prsidents de parc mettre en place les PDE en fonction des priorits. Reste aux parcs dactivits mobiliser leurs adhrents pour mettre en place des actions concrtes. Le PDE, cest sengager dans une dmarche co-citoyenne .

    Jean-Luc Benayoun, prsident de la FAPAL

  • mars 2009 20 21

    20 km de son lieu de travail dpense environ 3 000 /an pour aller travailler : un titre abonnement annuel bus/tram sur lagglomration orlanaise ne revient qu 348 , forfait qui, en vertu du dcret du 31 dcembre 2008, est rembours 50 % au salari, dans le cadre des dplacements domicile-travail, par son entreprise. Idem pour tout abonnement TER et Vlo + (20 lanne plus 150 de caution). Pour les salaris qui nauraient pas dalternative lutilisation de la voiture, lentreprise peut rembourser 50 % des frais de carburant. Par ailleurs, un salari qui ne vient plus travailler en voiture peut faire conomiser son employeur jusqu 900 , cot moyen annuel dune location de place de station-nement en ville, voire entre 1 500 et 2 500 pour une place de parking arien (soit 25 m2 hors investissement foncier). Mais cest aussi lopportunit dune meilleure qualit de vie avec moins de stress sur les routes, dans les embouteillages ; moins de risques daccident (un accident de travail mortel sur deux est un accident de trajet, selon lADEME), loccasion de dcouvrir dautres modes de dplacement, de crer des rseaux avec le covoiturage et de faire du sport (vlo, marche). Et un salari qui vient travailler dtendu, cest un salari effi cace et productif. Il viendrait bien en vlo mais nen a pas ? Le PDE est locca-sion de valoriser limage de lentreprise et de renforcer sa politique de gestion des Ressources Humaines : en aidant par exemple les petits salaires acqurir un cycle ou en permettant des personnes de garer leur vlo dans une zone ddie et de prendre une douche, voil des peti-tes intentions qui tendent fidliser des salaris. De mme, un salari, mais aussi un client ou un fournisseur, pren-dra plaisir venir sur son lieu de travail ou un site de livraison si laccs est bien amnag, fl uide et sans risque. ce titre, le PDE encourage le dveloppement de services, mutualiss ou non (Plan de dplacements inter-entreprises), prs du lieu de travail et sur les zones dacti-vits : crches (Ple 45 Ormes/Saran, ZAC Gezi de Saint-Jean-de-Braye/Semoy), points bancaires, suprettes, restau-rants. Autant datouts pour maintenir ou dvelopper lattractivit de la zone et plus largement du dpartement.

    Avec la ville dOrlans, lAgglO et la CCIL, le BRGM est lun des partenaires fondateurs du site de covoiturage : www.covoiturage.orleans.fr, lanc en juin 2008. Montrer lexemple, cest ce quattend ltat des tablissements publics , rappelle Michel Morio, directeur de la division logistique du BRGM. La dmarche PDE de lentreprise remonte dbut 2007 : un questionnaire sur les habitudes de trajet domicile-travail et les attentes en terme dco-mobilit est alors adress aux 650 agents. 34 % parlaient de covoiturage, 30 % de lutilisation du vlo et 28 % des transports en commun , rsume Michel Morio. Cette tude faisait galement apparatre que 64 communes du Loiret sont habites par au moins un salari du BRGM. Si lon globalisait les effectifs, avec le CNRS, lAgence de lEau, la DIREN, ANTEA, DEXIA, tous proches du site, on atteindrait 1 600 personnes environ. Parmi ces gens-

    l, il y en a sans doute qui habitent la mme commune quun agent du BRGM . En rodage, le service de covoiturage compte aujourdhui 54 agents du BRGM : Un effort de communication reste faire pour que cela rentre dans les murs, insiste Michel Morio. Gnralement, on arrive faire bouger 5 10 % des gens : on est dans cet ordre-l au BRGM. Mais il y a aussi des salaris qui covoiturent sans tre inscrits . Dautres en revanche ont opt pour le vlo. 120 places sont disponibles sur le site. a marche bien ! Paralllement, 30 vlos de service et 4 voiturettes lectriques sont rservs aux dplacements intra-muros (29 ha !) . En 2007, les agents du BRGM ont effectu 4 500 000 km en voiture. Une politique des voyages tend favoriser les transports en commun : le train par rapport lavion par exemple. Cest une action qui donne de bons rsultats .

    Le BRGM, moteur du covoiturage

    Michel Morio, directeur division logistique BRGMMiMiMiMiMiMiMiMiMiMiMiMiMiMiMMiMMiMM chchchchhchchchchchchchchhchchhchchcheleleleeleleleleeleleleelelllelel M MMMMMMMMMMMMMMorororororooorrororrorororioioioioioioioioioioioioioioioioioooioiio,,, , ,,, ,,,,,,,, dddddiddiddiddiddididididddddidididdidididdidididirererererereerererererererreectctctctctctctctctctctcttctctctctctctctctctctcteueueueueueueueueueueueueueueueuur r r r rrrrrrrrrrrrr rr r r r dddiddididididididididididididididddididididiviviviivivivivivivivivivivvviviv sisissisisisissisisissisisisisis onononononnononononononononononn l l l l ll lll lllll lllllllogogogogogogogogogogogogogogogoggggisisisissisisisisisisisisisisisissttitititititittititititiittiiquququququququququququququququqqqqqqq e e e e eeeeeeeeeeeee BRBRBRBRBRBBRBRBRBRBRBBBRBRBRBRBRBRBRGMGMGMGMGMGMGMMGMMGMGMGMGMGMGMGMGMGMMichel Morio, directeur division logistique BRGM

  • Faites-vous accompagnerAujourdhui, pour la plupart des en tre-prises, le Plan de dplacements entre-prise est une grande inconnue. Aussi, pour les accompagner techniquement et financirement dans leurs projets, lADEME et la Rgion Centre subven-tionnent jusqu 70 % les diagnostics PDE raliss par un bureau dtudes spcialis ainsi que certaines actions innovantes. La CCI du Loiret, elle, pro-pose un appui mthodologique (comment aborder la mise en place du PDE ? Avec quels acteurs travailler ?), se charge de la mise en relation avec les diff-rents partenaires et assure linterface avec les collectivits et les Autorits organisatrices de transport (AOT). Elle peut galement apporter son aide aux regroupements dans le cadre des Plans de dplacements inter-entreprises.Quant la CRAM, elle peut faire bnfi-cier les entreprises dune ristourne (en pourcentage de la masse salariale) sur leur cotisation accidents de trajet (qui est une part de la cotisation accidents de travail ), condition davoir mis en place des mesures favorisant la scurit routire : par exemple, la cration dun restaurant dentreprise qui entrane une diminution de la circulation et du nombre de kilomtres parcourus par les salaris et en consquence, une baisse des ris-ques daccident. Entreprises et collecti-vits, trs lcoute des besoins expri-ms, travaillent galement de concert. Ces der nires tant principalement impliques dans les amnagements des infrastructures (pistes cyclables, sta-tions Vlo+). Enfin, une fois la dmarche lance, un suivi et une valuation des mesures sont mis en place pour sassurer de lefficacit des plans dactions. Implication directo-riale, synergies absolues entre tous les acteurs et partenaires du PDE, stratgies et objectifs bien dfinis, volont ferme de croire en la dmarche sont les garants du succs. Sachant quau-del de las-pect purement matriel des choses, le PDE vise aussi une dmarche citoyenne et responsable dans laquelle chacun est amen prendre part pour relever le dfi du changement et du d ve lop pement durable.

    22 20 mars 2009

    dossier

    Un PDE pour vous et avec vous

    Nol, les 3 600 postiers de lagglomration orlanaise recevaient chez eux le mme message. Une lettre leur prsentant la dmarche PDE et les informant sur les modalits de remboursement de leurs abonnements aux transports en commun ds le 1er janvier , commente Vronique Dalleau, dlgue au dveloppement durable. La Poste souhaite dfendre le pouvoir dachat des postiers. Elle sest ainsi engage, par la signature dune charte en dcembre 2008, rembourser 50 % des frais dabonnement annuel aux transports en commun et ce, avant mme lapplication du dcret. Lide tait que les postiers soient rembourss au plus vite . La Rgion, le Dpartement, lAgglO, la CCI et lADEME ont donc t runis. Il ma sembl important de montrer que le monde de lentreprise et les collectivits ont les mmes objectifs, souligne Vronique Dalleau. Nous sommes sur une mouvance commune : le PDE est une thmatique fdratrice . Inscrite dans la nouvelle stratgie Dveloppement Durable 2008-2012 de La Poste dont lun des axes sarticule autour de la lutte contre le rchauffement climatique via la rduction des missions de CO2 , la dmarche PDE vise inciter les postiers trouver des solutions alternatives lutilisation de leur voiture. Sur les 3 600 agents qui travaillent dans lagglomration dOrlans, 67 % habitent lagglo mme, note Vronique Dalleau. Un chiffre qui offre des perspectives fortes de transferts modaux . Une golocalisation des adresses domicile/adresses travail a dmontr en effet que diffrents axes de progrs pouvaient tre proposs : Essayer par exemple de faire basculer les gens qui habitent moins de 3 km de leur lieu de travail sur les vlos, et sur les transports en commun ceux qui habitent moins de 9 km .

    Vronique Dalleau, dlgue audveloppement durable Groupe La Poste

  • mars 2009 20 23

    Chiffres* : 3 milliards deuros : cest le cot des impacts sur la sant de la pollution gnre par les transports 70 000 : cest le nombre dhabitants de la rgion Centre qui empruntent quo-tidiennement le rseau Train Express Rgional De 4 000 7 000 : cest le cot moyen de fonctionnement dune voiture de parc pour une entreprise 300 vlos et 28 stations espaces de 300 m les unes des autres : cest le ser-vice quoffre Vlo + sur Orlans, Saint-Jean-le-Blanc et Fleury-les-Aubrais 11 000 : cest le nombre total de sala-ris des 8 structures adhrentes au site www.covoiturage.orleans.fr

    93 % des automobilistes font le trajet domi-cile - travail seuls dans leurs voitures 3 actifs sur 5 travaillent hors de leur commune de rsidence 1 dplacement sur 2 fait moins de 3 km

    0,30 : cest le cot au kilomtre dune voiture particulire

    0,05 : cest ce quun passager du covoi-turage doit payer par kilomtre.

    Contacts :ADEME Centre :02 38 24 00 00 ; www.ademe.frCCI du Loiret,Karine Gauluet, conseil en mobilit :02 38 77 77 81 ; www.loiret.cci.frDRIRE Centre :02 38 41 76 11 ; www.drire.gouv.fr/centre/Conseil Rgional du Centre :02 38 70 27 72 ; www.regioncentre.fr

    www.covoiturage.orleans.fr

    * Sources : Guide ADEME PDE, Un Nouveau Dfi pour lEntreprise, www.agglo-veloplus.fr, www.covoiturage.fr, www.developpementdurable.com

    Le sige du Crdit Mutuel en phase test Le dossier me semblait intressant. Le cabinet qui nous a dmarchs a su faire passer lenjeu autour du PDE , argumente Gilles Woillez, directeur des ressources humaines et logistiques au Crdit Mutuel du Centre. Ds lors, la dcision dy aller est prise : le projet est lanc en juin 2008. Dans un premier temps, nous lavons volontairement limit Orlans, l o se concentrent nos effectifs : 350 personnes au sige et une centaine dautres travers la quinzaine de points de vente sur lagglomration. Lide tant de faire du PDE un projet dentreprise . Paralllement la constitution dun groupe projet et dun comit de pilotage, un questionnaire est adress aux collaborateurs : ctait au moment o le prix de lessence a fl amb, poursuit Gilles Woillez. Cette enqute a donc eu un fort impact avec un taux de retour de 77 % . Encore aux balbutiements de la dmarche, un certain nombre dactions ont nanmoins t valides, comme adhrer au site de covoiturage codvelopp par la Ville dOrlans, lAgglO, la CCIL et le BRGM : Il y a 234 autosolistes au sige. Il faut donc encourager le covoiturage mais comment ? Rserver une zone de parking ceux qui covoiturent ? Oui, mais pendant les RTT et les vacances, ce sont des places perdues . Quant aux vlos ? Une zone leur est rserve dans le parking avec une station de gonfl age et de rparation . En avril, durant la semaine de la mobilit, le Crdit Mutuel organisera une animation en prsentant ses salaris les circuits bus et TRAM, le service Vlo + Le but tant de faire en sorte que les personnes modifi ent leurs habitudes de transport au moins une fois par semaine, conclut Gilles Woillez. Dsormais les choses sont lances. Et si le projet tournait court, des points auront quand mme t marqus .

    ERRATUMDans le dossier de Loiret Eco de fvrier 2009, intitul Com-merce, la loi qui change les rgles du jeu , il fallait lire page 24 : Mesure n 18 : Favoriser lins-tallation de plus de supermarchs pour avoir plus de concurrence et faire baisser les prix . Toutes nos excuses aux lecteurs.

    Gilles Woillez, directeur des ressources humaines et logistiques Crdit Mutuel Centre

  • POURQUOI LA CCI DU LOIRET EST-ELLE ENGAGE EN FAVEUR DU DVELOPPEMENT DURABLE ?La stratgie verte dans laquelle la CCI du Loiret sest engage nest pas nouvelle. Non seulement nous soutenons les initia-tives conomiques qui vont dans le sens du dveloppement durable, mais nous avons pour proccupation constante de mobili-ser le plus grand nombre possible den-treprises autour de ces enjeux. Une mobi-lisation qui va de ladoption de nouveaux rfl exes au quotidien, simples et concrets, la cration de synergies, comme avec la communaut Loiret Ecobiz Environne-ment puis, plus rcemment avec le lan-cement de la communaut Loiret Ecobiz Mobilit et dplacements . Plus que jamais dans le contexte conomique actuel et pour faire face aux enjeux climatiques il est devenu essentiel dinnover en matire de dveloppement durable. Exprimenter de nouvelles pratiques, sorienter vers de nouvelles technologies, imaginer dautres process Tels seront les objectifs de cette communaut, autour du thme de la mobi-lit durable au sein des entreprises.

    QUELLES SONT LES ACTIONS QUI MOBILISENT LA CCI ACTUELLEMENT DANS CE DOMAINE ?Nous agissons sur deux niveaux. Nous avons cr en 2008 une mission de conseil en mobilit poste occup par Karine Gauluet afin daider les entreprises prendre conscience des consquences conomiques et cologiques gnres par

    les dplacements, quil sagisse de ceux de leurs salaris, fournisseurs, visiteurs et clients. Le poste rsulte dun parte-nariat avec le Conseil rgional, lADEME et la DRIRE et est une initiative unique en rgion. La mission prvoit un accom-pagnement des entreprises dans une dmarche danalyse et doptimisation de leurs dplacements travers un Plan de Dplacements Entreprise (PDE). Mais la CCI sest aussi engage aux cts de la ville dOrlans, du BRGM et de lAgglO pour la mise en service dun site de co-voiturage facilitant la mise en relation des futurs covoitureurs. Plus le site touchera de covoitureurs potentiels, plus il sera effi cace et utile. Pour cela, les entreprises sont invites rejoindre les partenaires en adhrant pour leurs salaris.

    LA LOI CONTRAINT-ELLE LES ENTREPRISES SE PENCHER SUR LES DPLACEMENTS QUELLES GNRENT ?Le dcret du 30 dcembre 2008 oblige dsormais les entreprises rembourser les frais de transports publics engags par leurs salaris hauteur de 50 % minimum, quil sagisse du train, du tramway, du vlo en libre-service Plutt que de subir lentre en vigueur de cette mesure, nous souhaitons que les entreprises puissent sen servir comme dun levier et engager une dmarche volontaire et construite sur le sujet. La communaut Mobilit et dplacements montre dj sa ractivit en organisant le 10 mars une runion din-formation qui aura pour objet de prciser

    lapplication du dcret, tant dun point de vue juridique que dun point de vue pra-tique. Pour linstant il nexiste pas de mesures coercitives mais les entreprises ont tout intrt anticiper la dmarche globale intgre la stratgie de len-treprise quest le plan de dplacements entreprise (PDE). Qui est dailleurs un for-midable outil de fi dlisation des salaris.

    QUE PEUT ATTENDRE UNE ENTREPRISE DE CETTE NOUVELLE COMMUNAUT LOIRET ECOBIZ ?La problmatique des dplacements concerne tous les secteurs de notre co-nomie : industriels, commerants ou pres-tataire de services, sont impliqus chacun leur niveau. Sont en outre actifs sur cette plateforme collaborative tous les acteurs de la mobilit : collectivits, autorits organisatrices des transports, bureaux dtudes, spcialistes de la mobilit On y trouve aussi bien des entreprises no vices en la matire que des en tre prises et des associations de zone dactivits dj exprimentes et nous sommes par ti cu-li rement en avance avec les zones de lAgglO. Lide est de fdrer les acteurs locaux, assurer linterface entre les acteurs et les entreprises, favoriser les changes, partager les expriences face une dmarche innovante et somme toute trs nouvelle.

    mars 2009 20 25

    CCI infos

    interview

    MOBILISER LE PLUS GRAND NOMBRE POSSIBLE DENTREPRISES AUTOUR DES ENJEUX DE DVELOPPEMENT DURABLE EST UNE DES PRIORITS DE LA CCI DU LOIRET. APRS LA CRATION DUNE MISSION DE CONSEIL EN MOBILIT, LA CCIL LANCE UNE COMMUNAUT LOIRET ECOBIZ MOBILIT ET DPLACEMENTS .

    PRENDRE CONSCIENCEdes consquences conomiques etcologiques lies aux dplacements

    Phot

    o Fa

    bien

    TH

    OU

    VEN

    IN

  • Un Karting indoorau service de nos clients...

    DFIEZ LE CHRONO !

    Contactez Guillaume Gomez Parc de loisirs - Rue de la Tuilerie - 45770 SARAN

    par Tl. 02 38 72 08 08 ou par mail : [email protected]

    Sminaire inoubliable !300 m2 daccueil.

    ..Runion

    Travail et DtenteBuffetKarting

    +=

    5))HVWGHYHQXXQDFWHXUFHQWUDOGXWUDQVSRUWGHPDUFKDQGLVHV HW GRQQH DFFqV j OXQ GHV SOXVJUDQGV UpVHDX[ G(XURSH &H UpVHDX HVW RXYHUWDX[ FKDUJHXUV HW j WRXWHV OHV HQWUHSULVHVIHUURYLDLUHVGHIUHW(QUpJLRQ&HQWUH5))JqUHSOXVGHNPGHOLJQHVGRQWNPGpGLpHVDXIUHW&HUpVHDXHVWGRWp GH SUqV GH HPEUDQFKHPHQWVSDUWLFXOLHUV TXL SHUPHWWHQW DX[ HQWUHSULVHVGDFKHPLQHU OHXUVPDUFKDQGLVHV VDQV UXSWXUH GHFKDUJH

    6$/21 ,17(51$7,21$/ '8 75$163257 /2*,67,48( '8 DX 0$56 3257('(9(56$,//(65pVHDX IHUUp GH )UDQFH 5)) GRQQH UHQGH]YRXV DX[ LQGXVWULHOV GH OD UpJLRQ&HQWUH

    'HSXLVOD'LUHFWLRQUpJLRQDOH&HQWUH/LPRXVLQGH5))VHVWGRWpHGXQVHUYLFHFRPPHUFLDOSRXU SHUPHWWUH HW IDFLOLWHU ODFFqV GHV HQWUHSULVHV DX UpVHDX ,QWHUORFXWHXU SULYLOpJLp GHVHQWUHSULVHV LO OHV FRQVHLOOH HW pWXGLH DYHF FHOOHVFL OHV VROXWLRQV ORJLVWLTXHV DGDSWpHV j OHXUVEHVRLQVFUpDWLRQGHQRXYHDX[HPEUDQFKHPHQWVUHFKHUFKHGRSpUDWHXUIHUURYLDLUHHWF$ ORFFDVLRQGHVDqUH SDUWLFLSDWLRQj FH VDORQ TXL IDLW UpIpUHQFHHQPDWLqUHGH WUDQVSRUW HW GHORJLVWLTXHOpTXLSHGXVHUYLFHFRPPHUFLDODFFXHLOOHUDOHVLQGXVWULHOVVXUVRQVWDQGOHPDUV(QSDUDOOqOHXQHFRQIpUHQFHVHUDRUJDQLVpHOHPDUVGHKj KVXUOHGpSORLHPHQWGHODSODWHIRUPHFRPPHUFLDOHGH5))&HWWHFRQIpUHQFHVHUDVXLYLHGXQSRLQWSUHVVHGDQVODVDOOHGHSUHVVHGXVDORQ9RWUHLQWHUORFXWHXU6WpSKDQLH'(/%5(,/ 5pVHDX)HUUp GH)UDQFH'LUHFWLRQ5pJLRQDOH&HQWUH/LPRXVLQUXHGHOD5pSXEOLTXH25/($16

    ATELIER ET/OU BUREAUX A LOUER45 330 MALESHERBES

    TL. : 02 38 32 36 36

    20 mn de lA6, N20, A19

    5 500 m2 dateliers divisibles, sprinklers, chauffage, 3 quais dexpdition, 2 accs directs camion, 33 HT/m2 (hors charges)

    220 m2 de bureaux, standing, climatiss, 75 HT/m2 (hors charges)

  • mars 2009 20 27

    CCI infos

    26 janvier 2009JACQUES ATTALI DCRYPTE LA CRISE DEVANT PLUS DE 400 PERSONNES

    Il faut la fois avoir conscience que nous sommes embarqus dans une trs lon-gue histoire, avec un potentiel de dvelop-pement gigantesque, et que cette crise, qui va tre extraordinairement brutale, pourrait ntre, si on la gre bien, quun accident de parcours et mme une chance si on est capable de sen servir pour acclrer les mutations qui sont absolument ncessai-res a lanc Jacques Attali en prambule de son intervention Orlans, lors de cette premire Confrence du Martroi. Pour lco-nomiste, prsident et fondateur de PlaNet Finance et prsident de la Commission pour la libration de la croissance franaise, la crise est un appel au mouvement . Car, en dpit des p riodes diffi ciles que la France et le monde traversent, il existe une pers-pective extraordinaire de croissance co-nomique mondiale . Pour doper cette croissance, Jacques Attali a distingu trois leviers : la dmographie (une population mondiale qui va passer de 6 9 milliards de personnes et des villes dont le nombre dha-bitants va doubler), le progrs technique (4 vagues prometteuses que sont les techno-logies de linformation, les biotechnologies, les nanotechnologies et les neurosciences) et le capital disponible. Si lconomiste a expliqu que la globalisation du systme fi nancier tait une bonne chose, il a point

    la faille de notre systme actuel : une co-nomie mondiale et une gouvernance locale. Le march est mondial, ltat de droit est local, et on ne peut avoir un march qui fonctionne sans tat de droit . Face des banques en faillite, face des banques qui ont prt plus que ne les autorisaient leurs fonds propres (parfois jusqu 50 fois leurs ressources au lieu des 15 fois autorises), Jacques Attali sest prononc en faveur dune rglementation internationale , dont seule lUnion europenne pourrait se porter garante. Selon lui, si la France doit se prparer des moments diffi ciles avec une croissance faible, les enjeux se situent trois niveaux dsormais : sauver les sec-teurs cls de lindustrie (secteurs de pointe), conduire une politique de lemploi (en ro-rientant notamment les chmeurs vers de nouveaux mtiers) et rduire les gaspillages. Au fi nal, pour viter le dclin, le dynamisme serait la seule issue : Ne sen sortiront que ceux qui sauront se rformer, le plus vite possible .

    Pour voir (ou revoir) lintervention de Jacques Attali la CCIL :http://tinyurl.com/bup2fp

    Pour aller plus loin : La crise, et aprs ? - Jacques Attali - Fayard, 14

    JACQUES ATTALI A INAUGUR FIN JANVIER LE NOUVEAU CYCLE DE RENDEZ-VOUS INSTAURS PAR LA CCI DU LOIRET. FRANC SUCCS POUR CETTE PREMIRE CONFRENCE DU MARTROI , QUI A JOU GUICHETS FERMS.

    Ds le mois doctobre, la CCI du Loiret sest mobilise pour aider

    les PME affronter les turbulences de la crise. Concertation avec les

    banques, enqutes auprs des entreprises du dpartement sur

    limpact de la crise (octobre et novembre) mais aussi dialogue direct avec Yves Broussoux, Prsident de la

    CCIL (via son blog ou sa messagerie personnelle, confi dentialit assure) :

    tels ont t les premiers leviers actionns pour agir de manire

    ractive et effi cace. La CCI participe par ailleurs a des runions conduites

    par le Prfet, le Trsorier Payeur Gnral et le Directeur de la Banque

    de France, pour coller au plus prs des besoins du terrain.

    Rcemment, elle a t reconnue tiers de confi ance aux cts dautres

    rseaux comme celui des CMA, du MEDEF ou encore de la CGPME. Le dispositif, mis en uvre le 1er fvrier

    dernier linitiative du mdiateur du crdit Ren Ricol, vise optimiser le traitement des dossiers dentreprises

    en diffi cult confi s aux mdiateurs du crdit lchelon dpartemental.

    Anticipez, alertez ! Plusieurs moyens votre disposition :0 810 00 12 10 (prix dun appel local)

    [email protected]

    La CCIL prend la crise bras-le-

    corps

    Phot

    o Fa

    bien

    TH

    OU

    VEN

    IN

    Jacques Attali

  • CCI infos

    Mieux apprhender le fonctionnement commercial dune commune, dtec-ter ses points faibles, identifi er ses atouts : tels sont les objectifs des tudes dattrac-tivit commerciale ralises par la CCI du Loiret. Des tudes qui dbouchent sur un diagnostic, suivi de prconisations en vue de pallier les lacunes : amnagements urbains, actions en faveur du commerce ou de lunion commerciale Rcemment, lunion commerciale et la ville de Sully-sur-Loire ont souhait utiliser cette pres-tation de la CCI du Loiret pour faire un tat des lieux et dfi nir une stratgie de dynamisation adapte. Ltude, qui sap-puie sur lanalyse des donnes de lObser-vatoire du Commerce Calleo, a galement exploit les tmoignages dune centaine de consommateurs mais aussi les entre-tiens avec une quarantaine de commer-ants et certains lus locaux. Nous voulions comprendre pourquoi, en dpit dune image que nous pensons positive, nous avons 70 % dvasion de la clientle explique Patrick Lefranois, prsident

    de lUC Sully cur de ville et grant de Nataventure. Les horaires des com-merants conviennent-ils la clientle ? Quelles sont leurs habitudes de consom-mation ? Quelle part joue la confi guration atypique du centre-ville (un rond avec des sens unique) ? Quattendent les 40 com-merants fdrs au sein de lunion com-merciale de cette association ? Autant de questions auxquelles ltude devra appor-ter des rponses fi n mars. Nous nous runirons ensuite avec la CCIL, la munici-palit et le dlgu rgional au commerce et lartisanat pour dcider des actions mener conclut-il.

    Contact :Ple Expertises conomiquesPascal Hurault - Tl. : 02 38 77 77 [email protected]

    28 20 mars 2009

    10 MARS - 8 H 30 > 10 H 30

    La communaut Loiret Ecobiz Mobilit et

    dplacements vous donne rendez-vous

    sur Internet

    ATTRACTIVIT COMMERCIALE :la CCI vous aide y voir plus clair

    Assemble Gnrale de la CCIL : un bureau renouvel

    Factures CCI : attention aux contrefaons

    LAssemble Gnrale de la Chambre de Commerce et dIndustrie du Loiret, dans sa sance du lundi 26 janvier dernier a valid la composition du nouveau bureau. Parmi les neuf membres lus, un seul changement : larrive de Christian Morin, Troisime secrtaire Membre, par ailleurs PDG de Klac Industrie, base Sain