magazine Untitled

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Un magazine frais et dynamique: UNTITLED par les journalistes étudiants de l'ISCPA.

Text of magazine Untitled

  • UNTITLEDnumro deux | samedi 7 mai 2011

    DossIEr spcIaLjoUrNE DE LEUropEDans toute lEurope et paris, lUnion est lhonneur ce week-end. ouverture du parlement Europen au grand public, manifestations dans la capitale, retrouvez le programme dans nos pages. page 4-5

    EscLavagELoI TaUbIra, 10 aNs Dj Dix ans aprs ladoption par lAssemble Nationale de la loi Taubira, sa cratrice se dsole du manque dentouthiasme des Franais. Et sinquite de certains prjugs qui ont la vie dure. page 7

    ToUrIsmE EN afrIqUE DU NorD

    opraTIoN sDUcTIoN Aprs les rvoltes arabes, lattentat de Marrakech vient assner un coup qui pourrait tre fatal lconomie de la rgion. En mal de touristes, les professionnels sont aujourdhui obligs de redoubler dinventivit. page 5

    aprs avoir massivement plbiscit Nick clegg pendant les lgislatives de 2010, llectorat centriste britannique a chti les libraux dmocrates. pour avoir vers dans la dmagogie et les promesses non tenues en acceptant laugmentation des frais universitaires, le centre a perdu ses lecteurs.pages 2-3

    ELEcTIoNs EN graNDE-brETagNELE LIbDEm sE prEND UNE racLE

  • | 7 MAI 2011 | UNTITLED N2 UNTITLED N2 |7 MAI 2011 |

    INTErNaTIoNaL INTErNaTIoNaL

    La cLassE moYENNE aNgLaIsE pUNIT LEs LIbEraUX DEmocraTEs

    aprs avoir massivement pl-biscit Nick clegg pendant les lgislatives de 2010, llectorat centriste britannique a chti les libraux dmocrates. pour avoir vers dans la dmagogie et les promesses non tenues en ac-ceptant laugmentation des frais universitaires, le centre a perdu ses lecteurs. Les lections locales britanni-ques ont tourn la dbcle pour les libraux dmocrates de Nick Clegg. Cest un carnage confie mme anonymement un responsable du parti libral d-mocrate au Gardian. Les britan-niques taient appels renou-veler 52% des siges des Locals Government, lquivalent des conseils rgionaux. Un rfren-dum tait organis simultanment concernant la rforme du mode de scrutin lors des lections. En avril 2010 lors des lgislatives, les libdems avaient rcolt prs de 23% des suffrages. Pourtant les rgles lectorales britanni-ques ne leur avaient permis de rcolter que 8,76% des siges de la Chambre des communes.

    Les cinquante-sept siges quils obtiennent empchent conser-vateurs et travaillistes dobtenir une majorit. Cela fait lpo-que de Nick Clegg un faiseur de roi et lui permet dimposer ses conditions pour une alliance. Le prix de son allgeance : un poste de vice-premier ministre et lorganisation dun rfrendum sur les scrutins britanniques. Ce que veulent les centristes, cest lintroduction dune part de pro-portionnelle dans les scrutins qui leurs permettrait dtre plus prsents dans les assembles. En change, Clegg est prt renon-cer son programme et ses promesses.

    Un lectorat duIl en paie aujourdhui le prix. Nous avons fait une erreur en nous alliant aux Tories estime Kate Lewis, fervente supportrice des Libdems installe en France depuis quelques mois. La plu-part des gens qui votent au centre pensent quils sont moins dmagogues que les autres per-sonnalits politiques. Pour moi, cest laugmentation des tarifs

    universitaires qui a provoqu cette dfaite. Lune des promes-ses de Nick Clegg au cours des lgislatives tait le gel des frais dinscriptions en Grande Breta-gne. Et cette promesse est passe la trappe lors des ngociations avec les conservateurs. Les tu-diants qui ont vot massivement pour le parti de Clegg ne lui ont pas pardonn. Les tarifs des uni-versits ont tripl en moins dun an. 9 000 livres par an (10 500 euros) cest beaucoup trop. Les jeunes se sentent trahis, ils sont dgouts par le Libdems, cest dommage que la rforme lecto-rale en fasse les frais. Comme souvent dans les gouvernements de coalition, les compromis pren-nent le dessus sur les convictions et les serments.Pour Dave Jones, grant dun pub Islington dans le nord de Londres, cest plus la crise qui est responsable de cette droute. Le budget a t vot au mois davril. Il prvoit des grosses coupes budgtaires dans ldu-cation, lassurance maladie. De nombreux postes vont tre sup-prims dans les administrations.

    Bien sr, il fallait rduire le d-ficit budgtaire de lEtat mais le gouvernement la fait de manire trop brutale. Depuis larrive de la coalition au pouvoir, la T.V.A a augment de 5%. Prs de 20% des jeunes sont au chmage et ils sont trs pessimistes pour leur avenir . Concernant les rsul-tats des conservateurs, qui se maintiennent, il explique qu ils (les conservateurs) ont fait ce quils avaient promis, personne ne sest senti trahi par leurs d-cisions .

    La coalition remise en cause ?Les libdems ont perdu prs de trois cent lus. Les travaillistes sortent vainqueurs de ces lec-tions en gagnant prs de cent cinquante siges. Pour son lea-der, Ed Miliband, cette dfaite sonne mme le glas de la coa-lition au pouvoir. Les gens qui avait vot libral dmocrate ont aujourdhui montr leur d-fiance vis--vis du soutien par Nick Clegg, de la politique des conservateurs relatif au Natio-nale Health Service (la scu-

    rit sociale), au niveau de vie et aux rductions budgtaires qui sont all trop loin, trop vite. Les centristes vont-il faire tomber le gouvernement comme les ra-dicaux franais pendant lentre deux guerre ? Rien nest moins sr mais lancien leader du parti, Paddy Ashdown, a dclar au Guardian que lpoque o la coalition tait lubrifie par de la bonne volont et de la confiance est rvolue. Cette droute est la dernire dune longue srie de dfaites qui touchent les gouvernements au pouvoir dans le monde en-tier depuis le dbut de la crise financire de 2008. En France, lUMP a subit un cuisant revers lors des lections can tona les de 2011. Son prsi-dent, Nicolas Sarkozy est au plus bas dans les son-dages qui lui prdisent une h um i l i a n t e dfaite ds le premier tour de la prsidentielle qui aura lieu dans seulement un an. Lanne derni-re, la coalition de la chancelire Angela Meckel a perdu une lec-tion importante dans le land de Rhnanie du Nord-Westphalie, le plus peupl dAllemagne. En Italie, Silvio Berlusconi assiste im-puissant la dislocation de son alliance avec le parti dextrme droite de la Ligue du Nord. Dans toute lEurope, les partis nationa-listes obtiennent des scores de plus en plus levs la faveur dune situation conomique dif-ficile. La crise a bon dosPour les gouvernements en pla-ce, la crise est responsable de tout les maux que traversent leurs pays. Pourtant, il semble que ce soient plutt les rponses que les hommes au pouvoir y apportent qui agace les lecteurs. Le mon-de de la finance et des banques na pas pu tre moralis comme cela avait t promis. Ils annon-cent mme de nouveau des pro-fits record. Des profits raliss en utilisant largent que les tats leur avait prt pour investir sur

    les marchs financiers. De lar-gent mme utilis pour attaquer les dettes souveraines des pays concerns (Grce, Portugal, Ir-lande, Espagne) Alors que les multinationales annoncent des rsultats en forte hausse, elles sarrangent pour ne pas payer dimpts dans les pays ou el-les dtruisent des emplois pour maintenir le cours de leurs ac-tions des niveaux levs. Llectorat traditionnel des lib-raux dmocrates est constitu par la classe moyenne anglaise de centre droit. Ce vote reflte la proccupation principale de cette catgorie sociale dans les pays dvelopps du monde entier

    c o n c e r -n a n t l aven i r. Ce sont elles qui ptissent le plus de lvolution a c t u e l l e de la r-par t i t ion des re-venus du t r a v a i l

    dans le monde. Au cours des dix dernires annes, cest la classe dont les revenus ont le moins pro-gress. Cest aussi la catgorie qui est la plus taxe. Les politi-ques nagissent pas rellement pour cette majorit silencieuse. Classe qui a recours au vote ex-trme pour essayer dobtenir plus de considration de la part des hommes au pouvoir qui agis-sent pour les trs riches, les trs pauvres mais pas pour la classe moyenne. Outre Atlantique, la situation nest pas plus rassurante. La si-tuation aux Etats-Unis donne de plus en plus de frissons aux euro-pens, plus particulirement aux Britanniques dont lconomie est trs dpendante du march am-ricain. Ladministration et les m-nages y sont endetts au-del de toute raison. Les actifs toxiques provenant des subprimes nont pas encore t couls et un nouveau crack boursier semble invitable. Jusqu la semaine dernire, Barack Obama tait au plus bas dans les sondages jusqu ce quOussama Ben La-den ait la bonne ide de se faire descendre, redonnant le moral

    des amricains qui voulaient la mort de lennemi public numro un depuis prs de dix ans. Dom-mage que les autres chefs dtat naient personne assassiner pour faire remonter leur cte de popularit.

    Laurent arnaud

    Le mois dernier le peuple avait protest contre le gouvernement dans les rues. Hier, ils lont fait dans les urnes. Crdit photo: DR

    poUssE INDpENDaNTIsTE EN cossE

    Lautre rvlation de ces lec-tions locales, cest la pousse des indpendantistes cossais qui obtiennent une confortable majorit. Le Scottish National Party, soutenu par lacteur Sean Connery, qui milite depuis 1934 pour une Ecosse indpendante obtient une majorit crasante au Scottish Parliament. Cette assemble est ne en 1998 la suite du Scottish Act, lui-m-me n dun rfrendum. Dans leur plus grande majorit, les cossais avaient demand plus dindpendance vis--vis des an-glais. Cet Act expose les sujets sur lesquels Westminster reste comptent tel que la Dfense, les Affaires trangres, les politi-ques fiscales et conomiques, les lgislations sur les stupfiants et laudiovisuel. Le parlement cos-sais a lui la charge de la sant, lducation, ladministration lo-cale Le SNP veut lui une ind-pendance totale par rapport aux anglais, ennemis de toujours qui dominent la nation celte depuis 1701. Pour Tom Fenton de luni-versit dOxford, les rsultats de cette lection ne signifient pas forcment un grand pas vers lindpendanc