Me ©sentation- ¢  *Ciudades perdidas: Bidonvilles £  Mexico. *Explosion d£©mographique : Solde

  • View
    2

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Me ©sentation- ¢  *Ciudades perdidas: Bidonvilles £  Mexico. *Explosion...

  • Mexico

    I. Mexico, une capitale de contrastes II. Mexico, entre pauvreté et richesses

    III. Mexico, un espace contraignant et à risques

  • I. Mexico, une capitale de contrastes

    Mexico est la capitale du Mexique

    Situation géographique

  • 1. Une géo-histoire de Mexico

    Mexico fut la plus grande cité Aztèque (fondée en 1325), et la plus grande ville des Amériques.

    Elle a été construite au début du XIVème siècle. Reconstruite après la conquête des Espagnols, elle fut renommée Mexico.

    Au milieu du XIXème siècle, elle connut une grande modernisation. La ville de Mexico a été construite sur les ruines de la capitale aztèque ; le sous-sol de la capitale mexicaine est un vrai gruyère, et les ruines aztèques refont parfois apparition. La ville est encastrée dans un massif montagneux, et volcanique ; la pollution a une légère tendance à rester au-dessus de la ville.

  • 2. Population *L'explosion démographique au début du XXème siècle, dû à un flux migratoire très important. Mexico passa de 1,6 millions d’habitants en 1940 à plus de 20millions estimés désormais !

    Aujourd'hui Mexico est la troisième agglomération du monde, derrière Tokyo et New York. L’agglomération de Mexico compte deux fois plus d’habitants que celle de Paris.

    L’agglomération de Mexico

  • 3. Le centre du Mexique Mexico est le centre politique, économique et culturel du Mexique.

    Elle est l’une des métropoles les plus dynamiques d’Amérique latine. Elle doit néanmoins faire face aux problèmes caractéristiques des *mégapoles des pays émergents : l’explosion démographique, la saturation des voies de communication, la délinquance et la corruption.  

  • II. Mexico, entre pauvreté et richesses

    Ciudades perdidas à Mexico

  • 1. Une disparité socio-spatiale Les disparités socio-spatiales sont présentes dans la majorités des villes mexicaines.

    On distingue une réelle *« fragmentation socio-spatiale » au sein de l'espace urbain mexicain, la pauvreté côtoie la richesse.

    Dès les années 1980, les nouvelles pratiques sociales et les nouvelles formes d'urbanités ont favorisé ce phénomène (quartiers fermés...)

    On distingue au sein de Mexico, les quartiers aisés (ouest et sud) et les quartiers pauvres (nord et est).

  • 2. La répartition de la population Le centre de Mexico est actuellement soumis à une *gentrification (embourgeoisement, rénovation, réhabilitation) qui fait fuir les populations les plus pauvres. Ce phénomène provoque donc un reflux des populations aisées dans cet espace central.

    Ainsi les populations pauvres qui logeaient dans le centre de la ville sont actuellement relogées en périphérie, dans des quartiers appelés : *Ciudad perdidas (villes perdues).

  • 3. Des quartiers différenciés Les quartiers à l'habitat plus précaire sont construits parfois dans l’illégalité et dans des zones particulières : - des sites dangereux (oléoduc, gazoduc, pente, zone inondable), - des sites insalubres (près d'une décharge, d'une usine), - le long de voie de communication (voie ferrée, périphérique, autoroute).

    Ils sont progressivement légalisés par la municipalité qui les dote d’infrastructures et d’équipements collectifs. Ces quartiers pauvres accueillent souvent des gens venus de la campagne (exode rural), qui les quittent lorsque leur situation s'est améliorée.

    Les centres de gravité de la pauvreté se sont déplacés au fil du temps pour se localiser dans la périphérie de la ville. Nezahualcoyotl longtemps présenté comme le Bidonville de Mexico par excellence dispose aujourd'hui des services essentiels pour y vivre : électricité, eau potable, drainage, montrant une amélioration. Aujourd'hui, les zones de pauvreté se déplacent vers le nord et l'est.

  • A l'ouest : Le centre d'affaire de Santa Fe, a proximité de l'autoroute Mexico- Toluca, a favorisé l'émergence d'habitats résidentiels privés (enclaves résidentielles) appelée aux Etats Unis, les *gated communities réservés aux classes sociales supérieures.

    Quartier d’affaire à Mexico

  • III. Mexico, un espace contraignant et à risques

    Aléas et effets de sites

  • 1. L’arrivée et l’installation des Espagnols

    Au XVIe siècle, les Espagnols rompent l’équilibre écologique.

    Ils construisent leur capitale, Mexico, sur les ruines de la capitale Aztèque. Les conquérants ignorent le fonctionnement des digues et craignent que les Indiens n’utilisent contre eux leurs connaissances. Ils relient la nouvelle ville coloniale à la terre ferme en remplaçant les canaux par des avenues, et assèchent progressivement la *lagune.

    La faune et la flore typique de la vallée ont disparu et on n’a conservé du vaste lac de Texcoco qu’un lac artificiel et les chinampas de Xochimilco, classées au *patrimoine mondial de l’UNESCO. L’usage de la charrue, la déforestation et l’exploitation des versants ont provoqué une intense érosion des sols, les sédiments charriés par les eaux de ruissellement ont accéléré le comblement des lacs.

  • Les Chinampas

  • 2. Le problème de l’eau Le problème de l’eau à Mexico est double: Il faut approvisionner la ville en eau potable, mais aussi évacuer les eaux usées en évitant les infiltrations entre les deux réseaux, même pendant la saison humide.

    La croissance urbaine et l’augmentation des besoins ont conduit à chercher l’eau de plus en plus loin. La ville manque souvent d’eau à la fin de la saison sèche (avril-mai) et continue à surexploiter les eaux superficielles, avec les disparitions d’écosystèmes que cela implique, ou à solliciter les nappes profondes.

    En centre ville, la surexploitation des nappes phréatiques crée des contractions de terrain qui se traduisent par des effondrements locaux.

    Les activités industrielles, les réservoirs d’hydrocarbures (Azcapotzalco, Alvaro Obregon) sont d’importants vecteurs de pollution des eaux.

  • 3. Séismes et volcans Le Mexique se situe à la jonction de deux plaques : la plaque américaine et la plaque Pacifique. La rencontre de ces deux plaques (la plaque Pacifique s’enfonce sous la plaque américaine) provoque un *phénomène de subduction, entrainant de nombreux bouleversements. Tout d’abord la formation de massifs montagneux comme les différentes sierras madre.

    Cette tectonique des plaques entraînent l’émergence de perturbations sismiques et la formation de volcans. Plus de 2000 volcans sont éparpillés sur le territoire mexicain notamment autour de l’axe néo-volcanique ou ceinture de feu. Le volcan le plus connu est le Popocatepetl puisqu’il est le plus actif et le plus proche de Mexico.  

  • La Volcan Belt

  • Lexique *Ciudades perdidas: Bidonvilles à Mexico.

    *Explosion démographique : Solde naturel très élevé. Nombre de naissances explosent.

    *Fragmentation socio-spatiale: Ségrégation sociale et spatiale.

    *Gated Communities: Quartiers clos dont l’accés est contrôlé.

    *Gentrification: Embourgeoisement des centres-villes.

    *Lagune: Etendue d’eau de mer, comprise entre la terre ferme et un cordon littoral.

    *Mégapole: Agglomération gigantesque de plusieurs millions d’habitants.

    *Mexique : pays d'Amérique centrale, frontière avec les États-Unis au Nord et le Guatemala et Belize au sud.

    *Phénomène de subduction: Glissement d’une plaque océanique sous une plaque adjacente avançant en sens opposé.

    Diapo 1 I. Mexico, une capitale de contrastes 1. Une géo-histoire de Mexico 2. Population 3. Le centre du Mexique II. Mexico, entre pauvreté et richesses 1. Une disparité socio-spatiale 2. La répartition de la population 3. Des quartiers différenciés Diapo 10 III. Mexico, un espace contraignant et à risques 1. L’arrivée et l’installation des Espagnols Diapo 13 2. Le problème de l’eau 3. Séismes et volcans Diapo 16 Lexique