Mémoire M2

  • View
    193

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of Mémoire M2

UNIVERSIT PARIS II - UFR DROIT ET SCIENCE POLITIQUE MASTER 2 RECHERCHE ETUDES POLITIQUES

Le parti Anti-sioniste : de la nbuleuse idologique au parti politique incrust dans les tensions communautaires.

Mmoire prsent par Germain ISERN Sous la direction de Monsieur le Professeur Fabrice dALMEIDA

2

30 JUIN 2010

3

AvertissementLe contenu de ce mmoire n'engage que son auteur. Les thses soutenues dans ce document n'ont reu aucune approbation ou improbation de la part de l'universit Panthon-Assas Paris II, de l'Institut Franais de Presse ou du directeur de mmoire.

4

RemerciementsJe tiens remercier en premier lieu mon directeur de mmoire, M. Fabrice dAlmeida, pour tous ses conseils, ses suggestions innombrables et toujours stimulantes, ainsi que pour toutes ses critiques qui ont participes l'enrichissement de ce travail. Je remercie galement les professeurs qui ont particip ce projet, tant sur le plan intellectuel que mthodologique, en particulier M. Diamanti pour son aide prcieuse sur la question du populisme, M. Lambert pour avoir aiguis ma curiosit envers sa smiotique de la croyance, M. Millet pour son influence holiste et constructiviste et M. Chevallier pour tous ses conseils mthodologiques. Je tiens enfin remercier toutes les personnes qui ont influenc ce travail : les amis la base de ce projet, Yannick, Hannah, Franois et Marion, et les personnes qui m'ont permis d'ouvrir de nouvelles pistes de rflexion. Ces remerciements sont bien plus qu'une obligation mthodologique. Ils sont la preuve qu'un mmoire est aussi un travail collectif, issu d'une rflexion plusieurs niveaux et de nombreuses discussions.

5

Liste des abrviationsCRIF : Conseil Reprsentatif des Institutions juives de France CSA : Conseil Suprieur de l'Audiovisuel FNJ : Front National de la jeunesse GUD : Groupe Union Dfense IPA : Institute for Propaganda Analysis Licra : Ligue contre le racisme et l'antismitisme PAS : Parti Anti-Sioniste UEJF : Union des tudiants Juifs de France OPNI : Objets Politiques Non Identifis OLP : Organisation de Libration de la Palestine

6

SommaireINTRODUCTION GNRALE PARTIE 1. La transhumance socio-structurelle du PAS Chapitre 1 : Des origines idologiques extrmes et globalises. Section 1 : La nbuleuse anti-sioniste franaise. Section 2 : La filiation avec un certain antisionisme international. Chapitre 2 : La rupture des lections europennes de 2009 Section 1 : Bataille judiciaire et bataille mdiatique : le Dclic Dieudonn. Section 2 : La cration de la liste anti-sioniste : des personnalits et des ressources htrognes Chapitre 3 : Une sociologie complexe. Section 1 : Un fonctionnalisme anti-systme stratgique. Section 2 : Le refus du dterminisme social : llectorat de banlieue. PARTIE 2 : Lantisionisme radical : une stratgie mdiatique fonde sur un programme-rcit extrme. Chapitre 1 : Mcanismes de propagande et thorie du complot. Section 1 : La fabrique dobjets de croyance antisioniste. Section 2 : La propagande du PAS. Chapitre 2 : Une nouvelle forme de stratgie politique. Section 1 : Un nopopulisme renouvel. Section 2 : Lutilisation scabreuse de lhumour en politique. CONCLUSION

7

8

INTRODUCTION GNRALEPrsentation du sujet et hypothse de dpartLe 1er dcembre 2003, sur France 3, dans l'mission On ne peut pas plaire tout le monde, prsente par Marc-Olivier Fogiel, un scandale prend forme lors d'un sketch d'un humoriste franais. Il s'agit de Dieudonn, qui monte sur scne dguis en colon sioniste (treillis militaire, cagoule, chapeau orthodoxe juif et fausses papillotes), et qui enchane provocations cyniques et dnonciation des extrmistes israliens, finissant son apparition avec un salut nazi et en criant, tel un instructeur militaire, ce tristement clbre : Isra-heil ! 1. Personne alors ne fait mine d'tre choqu, mme si l'on sent que lanimateur de l'mission est un peu gn par la prestation. Les jours qui suivent voient la consternation et la protestation quasi unanimes de tous les mdias, du monde politique et associatif2, jugeant le drapage de l'humoriste comme antismite et insultant toute la communaut juive. Trs vite interdit de salle par les maires de plusieurs communes, Dieudonn pense voir derrire ces interdictions les pressions exerces par le lobby sioniste en France et dcide de s'engager politiquement contre cette force obscure . C'est alors qu'il dcide de crer le parti Anti-sioniste en mai 2009, l'occasion des lections europennes. La cration de ce nouveau parti nous a sembl alors intressante car, au-del des polmiques et des scandales qu'il a engags, il nous a paru tel un opni 3, non pas au sens strict de Martin, mais comme phnomne politique inhabituel, comme nouvelle porte d'entre dans le politique, ambivalente et contradictoire, cible et htroclite la fois, scandaleuse mais discrte. S'attacher l'analyse du PAS sest trs vite avre malaise, par manque d'informations, de renseignements, et de contacts, elle n'en fut pas moins passionnante, conduisant une analyse globale d'un petit parti travers le prisme1

Mot d'esprit hasardeux et dont la vracit est controverse puisque certains affirment que l'humoriste a simplement dit Isral ! et n'a jamais associ ce pays un quelconque concept nazi. Il est en effet difficile de trancher puisque l'animateur de France 3 parle en mme temps et qu'on ne peut donc pas entendre parfaitement les mots de l'humoriste. 2 Le CSA censure le sketch, le prsident de France tlvision, Marc Tessier, et lanimateur de l'mission, Marc-Olivier Fogiel, prsente publiquement des excuses. Les condamnations des hommes politiques pleuvent, ainsi que celle de nombreuses associations comme la Licra, le CRIF, ou lUEJF. 3 MARTIN Denis-Constant, Sur la piste des OPNI (Objets Politiques Non Identifis), d. Karthala, 2002.

9

de plusieurs sphres de rflexion. Il ne s'agit pas ici de faire le procs de l'humoriste, de savoir si oui ou non il est antismite ainsi que la liste quil conduit, ou au contraire s'il existe bien un lobby sioniste qui a fait pression. Notre travail qui se veut scientifique a pour but d'analyser une structure particulire, dans le but d'en dceler les principaux enjeux qui lui sont attachs. Ce sont tous ces enjeux qui gravitent autour du PAS et qui sont notre ligne de mire, notre objectif. Y parvenir n'est pas tche facile. Plusieurs difficults se sont prsentes nous, principalement due la jeunesse du mouvement concern, au peu d'ouvrage concernant la question, l'motion que suscite la question de l'antismitisme et aux dbats de sentiment . D'autres problmes, plus thoriques, ont lev le niveau de difficult, comme par exemple les multiples dfinitions et les nombreux dbats dans le monde de la recherche autour de notions telles que l'extrme droite , les lobbys , ou encore le populisme . Il est donc malais - et certains diront impossible car trop proche de nous historiquement, de reconnatre la place du PAS dans la sphre politique franaise. Pourtant, nous ne reculons pas devant la difficult et posons ds le dpart comme hypothse que nous sommes en prsence d'un parti politique qui a su agrger diffrentes mouvances antisionistes jusqu'alors trs discrtes, profitant des lections europennes pour envahir la scne lectorale et mieux faire connatre cette idologie. Nous avons doubl cette hypothse structurelle par une hypothse socitale en posant l'ide que la construction d'un tel parti participe si ce n'est l'augmentation des tensions intercommunautaires, tout du moins leur diffusion et leur prservation.

tat des connaissances, mthodologie et structure.

La problmatique principale tant dcouverte, il est facile de l'inscrire dans un cercle mthodologique nous aidant la confronter la ralit. Cette mthodologie consistera utiliser une analyse organisationnelle du PAS dans un premier temps, puis de nous pencher sur une analyse du discours et de la stratgie mdiatique. Ces deux points d'entre successifs dans l'analyse du parti politique nous conduiront ainsi mieux comprendre sa position dans le systme institutionnel franais.

10

Ce projet de mmoire se veut scientifique, c'est--dire qu'il vise modestement, mais srement, apporter une pierre l'difice des sciences politiques. Marie-Claude Bartholy disait de la science qu'elle tait une connaissance discursive, tablissant des rapports ncessaires entre les objets dun langage, entre les phnomnes physiques et entre les faits humains .4 Tout apport scientifique doit se placer dans cette posture discursive. La vrifiabilit est donc une composante essentielle de la science ; ce quon ne peut pas vrifier empiriquement nest pas scientifique. Karl Popper parle ainsi de vulnrabilit empirique , de falsifiabilit de la science 5 ; une proposition nest alors science que si on peut dmontrer sa rfutabilit ou sa possible amlioration. Le chercheur sinscrit donc dans un cycle scientifique pour ne sattacher quaux problmes non rsolus. Et pour combler ces vides, il faut commencer par se poser les bonnes questions de dpart et voir quels sont les vides laisss par la science propos du sujet traiter. Nous suivrons donc la pense du philosophe des sciences en estimant sa suite que la recherche est impossible en faisant table rase du pass. Au contraire il faut connatre ce pass et sen imprgner pour en extraire un problme rsoudre. Dans cette optique, l'tat des connaissances en rapport notre sujet suivait, comme nous le pressentions dj en laborant notre mthodologie une double direction. La premire concernait la longue tradition de l'tude des partis politiques et de leur sociologie. La deuxime, plus jeune, plus parse et plus controverse, s'attachait la question du discours et la stratgie politique de l'antisionisme. Cet tat des lieux nous pousse redfinir quelques notions et les replacer dans le contexte qui nous intresse. En ce qui concerne l'tude du PAS comme structure politique nous ne pouvions ignorer les enseignements judicie