Mera Peak & Island Peak (2/2)

  • Published on
    18-Mar-2016

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Second part of a 100-page book which shows a group of French trekkers who went in Nepal in November 2012 to make the Mera Peak (6540m), Island Peak (6180m) and the Amphu Lapsa Pass (5750m). Book written in French but with a lot of photos for those who would like to have a moment of fun.

Transcript

<ul><li><p>En ce matin du dixime jour de marche, le rveil est fix 6h30. Pas de grasse matine, mais nous avons eu prs de 10h pour rcuprer cette nuit. Surtout, le mal de crne dhier et cette sensation de flottement ne sont plus quun mauvais souvenir. Autre bonne nouvelle, cest quasiment la premire fois que nous nous rveillons avec le soleil sur les tentes. Nous en profitons dailleurs pour djeuner dehors. Un vrai bonheur aprs tous ces efforts, mme si les visages paraissent fatigus. Le temps que les porteurs rglent un contentieux salarial et nous pouvons enfin partir pour une journe cool, avec seulement 200m de dnivel.</p><p>A partir de maintenant et pour deux jours, nous remontons la valle de lHunku, abandonne et sauvage, o il ny a aucun village. Nous marchons alternativement entre lacs, rochers, cailloux, herbe et marcages, dans un paysage trs minral, avec notre gauche le majestueux pic 41, et droite le Chamlang. Nous rattrapons les porteurs qui, le temps de nos longues pauses, nous rejoignent et nous dpassent. Pas vraiment de complicit entre nous, mais des sourires, et surtout de belles photos deux avec la montagne en arrire-plan (voir pages suivantes).</p><p>Aprs quatre heures de marche, nous arrivons au camp de base du Chamlang (4900m), prs du chapelet de lacs de Panch Pokhari (5100m), aliments par les glaciers de l'Ama Dablam et du Baruntse. L'endroit, entour de montagnes, dgage une impression de bout du monde. </p><p>Nous profitons de laprs-midi pour rcuprer, couter de la musique, faire un peu de lessive et recharger les batteries avec les panneaux solaires. Vers 17h, cest lapro dans notre tente, o nous russissons rentrer huit ! Un bon moment de convivialit et surtout le signe dun groupe de plus en plus soud et solidaire.</p><p>jour 14 : la grande liaison</p></li><li><p>Pour cette journe cool, chacun va son rythme, le temps de prendre des photos, comme ici Vro en train de prendre lEverest et le Lhotse.</p><p>Pause vers un petit lac avec en arrire-plan le Chamlang (7321m). Le chemin mal trac et rocailleux serpente le long de lHonggu Khola</p></li><li><p>Laprs-midi de repos et la longue nuit de sommeil ont eu un eet bnfique sur les organismes de chacun, et nous sommes tous en forme ce matin. Ce nest pas le cas en revanche dun des porteurs dun autre groupe, alit dans le tea-house du camp, dans un sale tat cause de laltitude. Heureusement, Terdav a fourni deux Tupperware de mdicaments, ce qui permet Guillaume de soccuper du malheureux. Il devrait vite se remettre, condition quil respecte la posologie (ce qui est loin dtre vident ici) et quil se repose. Nous avons en tout cas fait le maximum, mais devons partir.</p><p>Aujourdhui, nous poursuivons notre lente remonte de la valle de lHunku, alternant montes et descentes dans cette valle morainique unique. Comme il ny a que 4h de marche de prvues, nous allons un train de snateur, avec de longues pauses et au son de Emmenez-moi au bout de la terre. Au fil de notre ballade, lEverest et le Lhotse se rapprochent devant nous. Nous contournons aussi les Panch Pokhari. Cest dailleurs vers lun deux, le Hunku Pokhari (5262m), que nous pique-niquons, avec une vue imprenable sur le clbre Baruntse (7152m).</p><p>Laprs-midi, nous remontons au niveau du Panch Pokhari, 200m plus haut que le prcdent et en partie recouvert dune couche de glace. Nous le contournons pendant plus dune heure pour finalement arriver Amphu Phedi (5500m), le camp de base de l'Amphu Lapsa, col que nous passerons demain. Dici on voit dailleurs le glacier en tages quil faudra traverser. Un vrai dcor de cinma et on se dit dj que la journe devrait tre magnifique, mme si cest aussi la plus grosse et prouvante journe des porteurs. En attendant, chacun va se reposer un peu, et Guillaume en profite pour faire un point mdical dtaill avec chacun.</p><p>en route vers le camp de base de lAmphu Lapsa</p></li><li><p>Photo prise lextrmit sud du Panch Pokhari. On voit dj au loin le glacier en tages qui mne lAmphu Lapsa (5780m)</p></li><li><p>Notre journe dmarre vers 6h30. Aprs le morning tea et une toilette de chat, nous remballons tout trs rapidement pour que les porteurs puissent partir immdiatement. Cest une journe longue et prouvante pour eux. Ils vont en effet devoir monter dans le glacier sans crampons, passer le col 5839m, puis redescendre en rappel sans baudrier, le tout avec 40kg sur le dos. Dailleurs, Pasang et Ang Gyalden partent avec eux pour grer la logistique (il arrive que certains des sacs chutent pendant le rappel en croire certains rcits !).</p><p>Nous partons vers 8h, avec une monte sur un chemin qui zigzague trs rapidement dans une pente 20-30. A la fin, il ny a mme plus de trace, et nous devons trouver notre route en utilisant nos pieds et nos mains pour escalader les blocs de pierre. Aprs un replat, nous rejoignons le pied du glacier qui a encore rtrcit depuis lanne dernire, daprs Guillaume. Pendant que les autres enfilent leurs crampons, je mitraille de photos les porteurs qui grimpent les diffrents tages de ce monstre de glace, mains nues et sans crampons. Je narrterai dailleurs pas de prendre des photos deux et de nous tout au long de la monte, tellement lendroit est frique.</p><p>Aprs une belle heure de marche encords sur le glacier, nous revenons sur la roche. Et cest l, au dtour dun petit virage, quapparat une cassure dans la fine arte de roche friable. Derrire elle, une descente vertigineuse de plus de 500m jusquau plateau. Mais pour linstant, nous profitons dune bonne pause pour manger un morceau, prendre des photos et admirer la vue 360 sur tous les sommets environnants, sous un ciel bleu et un soleil clatant. Jusquici, tout est la hauteur de mes esprances, et le moment presque aussi intense et merveilleux que lorsque nous tions au sommet du Mera.</p><p>jour 16 : passage du col de lAmphu Lapsa (5780m)</p></li><li><p>Duche utilisant pieds et mains pour grimper sur les normes rochers, sous loeil toujours attentif de Guillaume.</p></li><li><p>LAmphu Lapsa nest quune fine arte rocailleuse ballote par les vents, mais do la vue est imprenable sur le Baruntse et le Makalu.</p><p>Vro et Duche au col. Ici, le vent souffle prs de 60 km/h Alain et moi fiers de notre deuxime exploit.</p></li><li><p>Guillaume assure la descente en rappel de 40m. En haut, on distingue peine lun des porteurs en train de descendre.</p></li><li><p>Aprs une demi-heure de pause, nous commenons la descente sur une pente 30, jonche de roche friable qui menace de glisser au moindre faux pas. Do lobligation dtre assurs par un mousqueton une main courante. Trente mtres plus bas, nous atteignons de la roche dure. Cest l que Ang Gyalden, qui a fait descendre tous les porteurs avant le groupe, nous attend pour nous vacher une autre corde. Et l, mieux vaut ne pas avoir peur du vide, car il faut descendre 40m en rappel sur une falaise quasi verticale recouverte de plaques de glace par endroits. Etrangement, je nai pas peur et arrive mme jouer au commando de marine par moments, grce Guillaume qui est en bas pour me guider et massurer. </p><p>Une fois tous runis labri des chutes de pierres, nous continuons la descente jusquen bas du cirque, 5250m. Cest l que nous prenons notre pique-nique avec, face nous, le col de lAmphu Lapsa et les 600m de dnivel que nous venons de descendre en un peu plus d1h30. On se demande bien comment on a pu y arriver vu la verticalit de la pente. Mais ce qui force encore plus le respect, ce sont ceux que nous avons vu faire le col dans le sens inverse. Sans oublier les porteurs !</p><p>La descente se poursuit pendant encore 3h, jusquau campement situ 4950m, sur le chemin entre le camp de base de lIsland Peak et Chhukhung. Cest durant ce trajet que lon peut enfin voir lIsland Peak en entier pour la premire fois. Ce nom lui a t donn en 1952, lors de lexpdition dEric Shipton, ce dernier lui voquant une le perdue au milieu des glaciers. La montagne a t rebaptise Imja Tse en 1983, mais les locaux ont conserv lancien nom. Au terme de 10h de marche, nous sommes vanns et allons nous reposer, manger et dormir, pour tre dattaque pour lascension, prvue dans deux jours.</p><p>la grande descente</p></li><li><p>Du bas de la valle, prs de 600m de dnivel nous contemplent. Le col se situe un peu aprs le premier tiers de la photo.</p><p> Dici, lIsland Peak parait ridicule compar la face sud du Lhotse (6189m vs. 8516m). En contrebas, lImja Tsho (lac), qui menaait dinonder la valle il y a quelques annes.</p></li><li><p>A quelques heures de marche, lIsland Peak nous tend les bras</p><p>Comme nous navons quune courte marche jusquau camp de base de lIsland Peak, nous avons droit une grasse matine et un petit-dj en plein air face lIsland Peak. Il parat tout petit au milieu des gants qui lentourent, pourtant nous savons que lorsque nous serons son pied, ce ne sera plus la mme chose.</p><p>Deux heures de marche plus tard, nous sommes au camp de base (5550m). Des dizaines de tentes sont dj montes, et lon se dit vite que a risque dtre vite embouteill demain. Mais peu importe, il nest plus temps de reculer, dautant que le moral est bloc. Aprs le pique-nique du midi, nous en profitons pour faire une longue sieste, couter de la musique et eectuer les derniers prparatifs(habits, matriel, nourriture). A la nuit tombe, nous nous rapprochons des porteurs qui ont fait un feu de bouses de yaks. La scne voque presque une veille darmes avant une importante bataille.</p><p>Island Peak Base Camp</p></li><li><p>Le camp de base de lIsland Peak, dans les cailloux, mais avec une vue imprenable</p></li><li><p>jour 18 : Island Peak (6180m)Comme prvu, le rveil sonne vers 1h du matin. Il faut bien 30 45 minutes pour enfiler les trois couches de vtements (carline, polaire, gore-tex) et contrler une dernire fois le sac dos, rempli de gants de rechange, de la longe, des crampons, sans oublier les lunettes de soleil et la crme solaire. Entre-temps, Makar notre cook a fait des merveilles en nous prparant th, ufs, crales et rice-pudding, mme si cest toujours aussi dicile de manger cette heure et cette altitude. Mais la monte risque dtre longue et il vaut mieux prendre des forces.</p><p>Nous partons un peu aprs 2h en traversant le camp de base, qui se trouve le long du chemin. Il y a prs de 40 tentes, mais aucun signe de fbrilit apparente. Les autres cordes sont probablement parties un peu avant ou aprs nous. En eet, dix minutes aprs avoir dpass le camp, alors que le chemin bifurque gauche pour remonter droit dans la pente, on voit quelques cordes parties plus tt. Pendant deux bonnes heures, le sentier serpente au milieu des cailloux sur une pente pas trop prononce, ce qui fait que nous marchons dun pas lent mais rgulier. Le moral est tellement bon, que Tonio, Guillaume, Duche et moi nous mettons chanter tue-tte, pendant que les autres groupes nous dpassent. A 5500m, la pente se redresse et nous arrivons dans une sorte de petit didre o il est ncessaire dutiliser les prises de main pour progresser et franchir des pas de 50 80 cm de haut. Rien de bien compliqu, mais le froid est glacial et nous sommes plus de 5600m daltitude, dans le noir quasi absolu. Le chemin contourne la pente par la droite, puis remonte une nouvelle fois, cette fois-ci dans un amas de rochers instables et tranchants cause du gel et du dgel successifs. Une centaine de mtres plus haut, tous les alpinistes sarrtent sans exception pour admirer le soleil qui se lve et qui illumine progressivement les sommets enneigs environnants, sur des tons de bleu mtallique et orange cuivr. Un spectacle inoubliable !</p><p>Mais le froid est glacial. Il faut donc vite repartir et passer larte rocheuse un peu arienne pour rejoindre une terrasse abrite du vent, au pied du glacier. Cest l, 5700m, que les quipes se posent pour manger un morceau. Seul Bernard, puis par ces 4h de monte, rebrousse chemin. Nous le rejoindrons ce soir Chhukhung. De notre ct, nous fixons nos crampons, vrifions nos longes et mettons nos lunettes de soleil, avant de former trois cordes autonomes. Alain et moi sommes ensemble, avec Pasang devant et Pemba derrire. Les autres groupes partent avec Guillaume et Ang Gyalden comme premiers de corde. </p><p>Ds les premiers mtres, la pente se redresse nettement, et il faut souvent reprendre son soue. Mais cela ne dure quune demi-heure, car la pente se radoucit et progresse dsormais plat en contournant les crevasses et les sracs. Aprs un petit dtour, la trace remonte tout droit vers le pied de la pente finale, un mur de 150m de haut avec une inclinaison de 45-50. Heureusement, les agences ont pos des cordes fixes qui vont nous aider (mme si elles ont lair davoir dj bien vcu vu leur tat). Le sommet est porte de Jumar.</p><p>Dans les rcits que javais lu avant de venir, je mtais prpar psychologiquement cette prouvante ascension, que certains mettent prs d1h30 faire cause du manque doxygne et de laltitude. Et pourtant, malgr le premier choc visuel, tout se passe bien. Mme si je marrte comme les autres pour reprendre mon soue, je suis laise avec la poigne Jumar, jprouve une certaine facilit doubler dautres alpinistes (qui sont fatigus ou mal acclimats), et je prends des photos en tant corde tendue dans le vide (alors que jai le vertige en gnral). Rsultat : en une heure peine, Alain, Pemba et moi sommes les premiers du groupe poser le pied sur larte sommitale, 6100m daltitude. Cest ici, sur un espace trs rduit, que nous attendrons le reste du groupe avant lassaut final vers le sommet.</p></li><li><p>Au fond au centre, le sommet de lIsland Peak. Mais il nous reste au moins deux trois heures pour latteindre.</p></li><li><p>Le premier mur final 40 dinclinaison que lon monte avec la poigne Jumar. </p></li><li><p>Le plus long cest finalement dattendre que les autres avancent enfin</p></li><li><p>De haut en bas, de gauche droite : Guillaume, Alain, Vro, Duche et Benot sont proches du sommet.</p></li><li><p>Au fond au centre, lAma Dablam, qui signifie le reliquaire de la mre, en rfrence au pendentif en forme dtoile que portent les Sherpanis (femmes de lethnie Sherpa)</p></li><li><p>En attendant les autres, Alain et moi nous prenons en photo tour de rle, toujours cheval sur cette arte minuscule qui plonge droite sur plus de 2000m sur une pente 70-80, et gauche sur 150m 45-50. Nous attendons larrive de Ang Gyalden et de Guillaume pour gravir les 70m qui nous sparent du sommet, le long de ce minuscule passage, ou deux alpinistes se croisent difficile-ment (jen ai fait lexprience) et o le vent menace tout moment de vous faire chuter. Mais la corde fixe est l pour nous assurer. En moins de dix minutes, nous sommes au sommet, heureux comme des fous davoir russi tous nos objectifs sans casse. Cette joie se transforme en motion mesure que les derniers membres du groupe arrivent. Le moment le plus intense restera bien entendu la photo prise au sommet avec lensemble de lquipe.</p><p>Epuiss mais heureux, nous redescendons prudemment le long de larte, assurs la corde fixe. Vro, Duche et moi attendrons ensuite plus dune heure au sommet intermdiaire, car dautres alpinistes peu expriments et lents nous ont grill la politesse. Nous sommes alors quasiment seuls pour nous dbrouiller. Mais les cours de Guillaume ont servi, car nous russissons faire les manips et les descentes en rappel quasi seuls (Guillaume veille sur nous et nous assure den bas). La corde se reforme ensuite pour passe...</p></li></ul>