Newsletter Initiative PIM - n°14 juin 2012

  • View
    222

  • Download
    7

Embed Size (px)

DESCRIPTION

D'Iles en Iles, la newsletter de l'Initiative PIM pour les Petites Îles de Méditerranée, programme piloté par le Conservatoire du littoral depuis 2006. Plus d'infos sur www.initiative-pim.org D'Îles en Îles, the newsletter of PIM Initiative, for Small Mediterranean Islands, programm piloted by the Conservatoire du littoral since 2006. More informations on www.initiative-pim.org

Text of Newsletter Initiative PIM - n°14 juin 2012

  • dlesen les

    no14 - juillet 2012bul let in d in format ion de l In i t ia t ive pour les pet i tes les de Mdi terrane

    Les Assises ne sont dfinitivement pas une finalit, mais la recherche de nouvelles synergies entre ce qui compose la force vive de lInitiative PIM, pilote par le Conservatoire du littoral qui assure son rle de mdiateur actif au ct de nombreux partenaires : Agence de lEau Rhne Mditerrane et Corse, Ville de Marseille, MedPAN, FFEM, INRA, CNRS, CEN PACA, WWF, Universits, CAR-ASP

    Dans ce qui reprsente le cur de mtier de ses participants, la prserva-tion durable et la gestion des espaces naturels, les thmes de la naturalit et de linterventionnisme ont suscit de nombreux dbats face la monte de nouvelles contraintes, comme les pressions lies aux changements globaux , ou encore la baisse des financements pour la protection de lenvironnement; un interventionnisme sur lequel se posent encore bon nombre de questions, aux consquences encore parfois sous-estimes voire mconnues en Mditerrane

    Alors que se clture la troisime dition des Assises Mditerranennes des Petites les, une mise au point sur la dfinition mme du mot Assises nous ramne rapidement son essence et sa spcificit : runir les hommes et les femmes qui structurent len-semble de lInitiative PIM, permettre la rencontre de cette communaut qui, aprs sept annes dexistence, fait le bilan de ses actions, avec une volont inchange : promouvoir et assister la gestion des micro-territoires insulaires de Mditerrane, pour plus despaces littoraux grs et protgs.

    Au del, un nouveau chapitre semble dsormais scrire dans lhistoire de lInitiative PIM. Si loccasion se prtait aux conclusions, cest en ralit chargs de nouvelles ambitions que les partici-pants reprennent la route des petites les de Mditerrane. Experts, gestion-naires, chercheurs, institutions, ONG et usagers ont ainsi confront leurs expriences et points de vue pour une mobilisation plus soutenue, plus forte, qui dpasse toujours plus les simples intentions.

    LA UNE

    et qui sont pourtant le quotidien de nombreux associs de lInitiative. Les thmes abords lors de latelier Interactions Homme/Nature prouvent, une nouvelle fois, que conserva-tion ne rime pas forcment avec interdiction et que la prsence humaine, sociale et socitale, est parfois possible sur des territoires forts enjeux de prservation. Une meilleure gestion des nergies, des usages et des dchets permet de faire de ses bouts de terres isols de vritables exemples, et ce malgr la complexit et la diversit des problmatiques que lon peut y trouver. Acteurs essentiels, les gardes et gestion-naires sont les garants de la russite des

    1

    Crd

    it ph

    oto:

    Lou

    is-M

    arie

    Pr

    au, P

    IM20

    12projets; chaques jours ils appliquent des solutions simples et efficientes pour pro-tger leurs sites et les ouvrir au monde. Lors de ces journes de travail et dchange, les gestionnaires et orni-thologues de Mditerrane travaillant sur le suivi des oiseaux marins se sont runis dans le cadre du programme Albatros, marqu par une forte avance dans le partage des tudes de terrain et lharmonisation des protocoles de suivi. Des groupes de travail, diviss par espce, se sont ainsi constitus pour poursuivre la dmarche, motivs par la production de sept monographies et soutenus par linstitution internationale du CAR-ASP (Centre dActivits Rgio-nales pour les Aires Spcialement Prot-ges) qui sera charge de leur diffusion ,

  • LD ITO DES LES

    Les journes de travail ont t longues et denses, et malgr cela les discus-sions autour de la gestion des les ont continu trs tard aprs la fin des travaux officiels de ces nouvelles Assises des PIM. Lenthousiasme des participants et leur implication sont, pour les organisa-teurs, les meilleures rcompenses du travail qui a t men en amont de ces rencontres.

    Dsormais, il va falloir capitaliser et tra-vailler encore sur de nouveaux projets qui ont t imagins lors de ces quelques jours. Si la tche est rude , elle est exaltante car on peut dj mesurer sur le terrain le chemin parcouru et contempler les fruits des premires oprations. La communau-

    Fabrice BERNARD

    LA UNE

    travers les instances officielles. Les travaux soutenus par la Ville de Marseille et ports par le Comit de Recherche et de Gestion de lInitiative PIM (CoReGe) commencent porter leurs fruits : les projets de bibliothque virtuelle et dun observatoire des les prennent un nouveau tournant et les donnes accumules seront trans-formes en ouvrage de rfrence sur les les en 2016. Estimation du niveau de connaissance, des tendances, des volutions, des pressions soit un large panorama sur les petites les de Mditerrane constitu par des groupes de travail thmatiques sur la base des programmes Albatros, les Sentinelles et selon les diffrents programmes de lInitiative PIM.

    Cent vingt participants venus de 12 pays riverains de la Mditerrane et dail-leurs, soit une multitude dintervenants qui se sont succds la barre de ces troisimes Assises des petites les, et malgr labondance des contenus et des prsentations, les dbats et limagination dploye, elles nont pas chapp aux traditionnels changes informels o les couloirs sont les tmoins de ces histoires de femmes et dhommes, runis autour dune mer, de lEspagne la Libye en passant par le Maroc et lAlbanie Les enfants de Mare Nostrum affirment une nouvelle fois leur coopration, o la diversit de chacun fait la richesse de tous vers un avenir toujours plus passionnant.

    t PIM reste soude et mobilise malgr les contraintes majeures, quelles soient conomiques, social ou socitales, qui psent dsormais sur les espaces naturels de Mditerrane.

    Bilan discut et analys, actualits nom-breuses et diversifies, perspectives mul-tiples et rjouissantes, lenvie et la chaleur sont toujours l, les 3e Assises on vrai-ment atteint tous les objectifs que nous nous tions fixs, comme vous pourrez le constater dans ce numro spcial dles en les. Bonne lecture !

    2

    SOMMAIRE

    ACTUALITS DES LES

    AGENDA

    ATELIER INTERACTIONS HOMME /NATURELatelierEaux dchets: la Galite, un cas dcoleTrois questions Denis Ody

    PROJET ALBATROSLatelier AlbatrosActualits Albatros

    3

    6

    ATELIER GESTIONRegards croiss: entretien avec Raphal Larrre, Daniel Simberloff et Michel PascalLa dratisation du parc de Sa Dragonera

    COREGELa 4me runion du CoReGe: vers un nouveau challenge

    PUBLICATIONS

    78

    9

    1011

    13

    16

    17

    #14 - SPCIAL ASSISES

    Retrouvez les pisodes vido des 3e As-sises Mditerranennes des Petites les, et bien dautres actualits sur la chane

    DAILYMOTION de lInitiative PIM.

    18

  • ACTUALITS DES LES

    Cration du parc national des CalanquesLe dcret de cration du parc national des Calanques est enfin sign ! Depuis le 18 avril, ce paysage emblmatique de la Provence mditerranenne, connu dans le monde entier, dispose dun cadre structur de gestion et de protection aprs des annes dattente. Le parc peut dj se vanter de ses chiffres : premier parc pri-urbain dEurope et troisime au monde, sept communes concernes, plus de 200 espces protges dont certaines endmiques, 90 sites archologiques, 90 % de surface protge en mer Lobjectif reste de concilier au mieux les activits professionnelles et de loisirs avec la protection des espaces naturels, une problmatique des plus complexes dans une rgion aux fortes pressions urbaines et touristiques. Cliquez ici pour visualiser le dcret de cration du parc.

    Grce au partenariat entre lInitiative PIM et lAgence de leau Rhne Mditerrane et Corse, les archipels de Zembra et de la Galite, en Tunisie, ainsi que celui de Tavo-lara, en Sardaigne, possdent dsormais une cartographie prcise de leurs fonds sous-marins. Obtenues suite des campagnes de terrain ralises en 2010 et 2011 par le bureau dtudes Andromde Ocanologie, ces cartes sont le rsultat de lutilisation de mthodes de pointe. Sondeur multifaisceaux, sonar latral, plongeurs tracts en communica-tion audio avec la base pour acqurir une vision globale de ltat des biocnoses et relever des donnes sur leurs limites, campagnes de plonges ponctuelles pour lobservation et la description des milieux, inventaire de la faune et de la flore et ralisation de photographies... Cest un vritable arsenal qui permet ensuite au gestionnaire de disposer dune cartographie des biocnoses marines de son aire protge dune prcision incroyable.

    Un outil qui permettra au gestionnaire de suivre lvolution du milieu et laidera dans la prise de dcision et lvaluation de ses actions, commente Pierre Boissery, de lAgence de lEau Rhne-Mditerrane et Corse. En attendant le rendu dfinitif de ltude de Tavolara en sep-tembre, vous pouvez retrouver celles de la Galite et de Zembra sur notre site web.

    Cartographie sous-marine: un outil daide la gestion

    10 ANS APRES LE PROJET MEDMPA, la biodiversit de Cala Iris va dj mieuxDu 19 au 23 mars 2012, une mission PIM organise par Morrocan Wildlife Association (MWA) sest droule au Maroc dans le Parc National dAl Hoceima (PNAH) en vue dactualiser les connaissances sur ltat de conservation de la population du Balbuzard pcheur (Pandion Haliaetus) et de la Grande Patelle (Patella ferrugi-nea). Les premiers rsultats, obtenus par lquipe scientifique compose de cher-cheurs marocains (M. Hamid Rguibi Idrissi, Abdelaziz Benhoussa et Hocein Bazairi) et espagnol (M. Free Espinosa Torres) avec lassistance des gestionnaires du Haut Commissariat aux Eaux et Forts et la Lutte Contre la Dsertification (M. Ahmed Ezzaher & Mohamed Jabran), sont dj trs prometteurs. En effet, les recensements de la patelle gante autour de lile de Cala Iris ont rvl des densits environ quatre fois plus leves que celles observes en 2002 dans le cadre du projet MedMPA. Une donne qui tmoigne de lintrt de cette le po