Newsletter N°14

  • View
    215

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La lettre d'information de l'AFTIB : Association Française de Thermographie Infrarouge dans le Bâtiment.

Text of Newsletter N°14

  • 1 | P a g e

    Le mot du prsident

    Si la thermographie infrarouge suscite dsormais moins dengouement des mdias, tant son usage sest dmocratis (nous nous persuaderons que lAFTIB a jou un grand rle), il nen demeure pas moins quelle suscite lintrt dun nombre toujours croissant de secteurs. Le dernier en date, larchologie, fait mme de loutil une aide prcieuse pour comprendre notre histoire et notre patrimoine culturel. Dsormais la croise des sciences, le rle de loprateur vient ainsi de prendre une toute autre dimension.

    Jacques AMSELLEM

    Actualits de lAFTIB

    SUCCS DE LAFTIB ECOBAT : en mars dernier, l'association participait ce rendez-vous parisien devenu incontournable sur le btiment durable. Plusieurs adhrents se sont relays durant les trois jours du salon, offrant la thermographie infrarouge une visibilit auprs dun public professionnel, en valorisant leur savoir-faire. Dans ce cadre, lAFTIB souhaite remercier tous les adhrents qui ont particip ce succs.

    INTERVENTIONS DE LAFTIB En fvrier, lassociation a particip une table ronde organise par Rnovactif, le rseau de la performance nergtique. Lobjectif tait de prsenter la thermographie infrarouge aux entreprises reprsentatives des mtiers du btiment pour leur permettre dapprhender cette technologie et mieux comprendre la faon de lintgrer dans leurs activits. Plus dinformation sur www.renovactif.com

    LAFTIB a galement anim une confrence dbut avril au salon Innovative Building la porte de Versailles (photo), dont le thme portait sur le diagnostic de la performance nergtique d'un btiment en vue doptimiser sa rnovation. Plus dinformation sur www.innovative-building.fr

    Prochaines formations Thermographie infrarouge Btiment (2 jours) MASSY TGV (le-de-France). Prochaines sessions : 4-5 juin, 10-11 sept., 4-5 nov. 2014 Autre ville : organisation sur demande. Infiltromtrie et tanchit lair (1 jour) MASSY TGV (le-de-France). Prochaines sessions : 6 juin, 12 septembre, 6 novembre 2014. Infos et programmes complet sur : www.aftib.org/formation-professionnelles.php Journes techniques AFTIB (1 jour) : session organise sur demande. Infos et programme sur : www.aftib.org/journee-technique-thermographie.php Prparation la certification COFRAC : prochaine session les 10 et 11 juin 2014.

    Vous souhaitez en savoir plus ou organiser des sessions sur demande ? Envoyez un mail : emilie@aftib.fr

    n14 Mai 2014

    Inscrivez-vous la newsletter et devenez adhrent depuis notre page daccueil www.aftib.org

    AFTIB Association Franaise de Thermographie Infrarouge www.aftib.org

    AU SOMMAIRE

    Actualits de lAFTIB p.1

    INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE Chassez lintrus ! p.2

    BIOLOGIE Mains froides, cur chaud p.2

    ARCHOLOGIE Des drones pour dvoiler les sites p.3

    RNOVATION NERGTIQUE Mention "RGE" bientt obligatoire p.4

    VOUS DE JOUER tude de cas pratique p.4

    Parution trimestrielle

    La seule newsletter francophone pour suivre toute lactualit de la thermographie infrarouge : dcouverte des applications relatives au btiment, aux industries, au milieu mdical, revue et test des matriels de thermographie IR, certification, assurances et responsabilits de loprateur

    Aftib

    Newsletter diffuse par lAFTIB AFTIB 2014 www.aftib.org Contact : presse@aftib.fr

    Rdaction et conception : Greenvibes SARL www.greenvibes.fr

  • 2 | P a g e

    Mini Quizz Politique publique de rnovation nergtique A. Quel objectif le gouvernement a-t-il fix en terme de nombre de logements devant tre rnovs nergtiquement par an dici 2017 ? B. Combien de logements sociaux la Caisse des dpts a-t-elle prvus de financer par an lhorizon 2016? C. Jusqu quel pourcentage les aides publiques peuvent-elles financer les travaux de rnovation thermique dun logement pour un particulier?

    INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE Chassez lintrus !

    La multiplication des scandales alimentaires (vache folle, toxine, viande avarie) rappelle douloureusement la ncessit absolue pour les industriels de contrler la fabrication de nos aliments sur lensemble des procds. Mais labsence de contaminant ne se traduit pas par la seule chasse aux bactries : la prsence de corps trangers est devenue une des premires sources de rclamations des consommateurs dans lindustrie agroalimentaire. De ce fait, les entreprises ont recours divers dispositifs, notamment des dtecteurs de mtaux pour dceler des fragments de mtal et de plastique (plastiques spciaux dits "dtectables" et contenant des poussires de mtal, de plus en plus usits, prcisment pour tre dcels par les dtecteurs).

    Or, leur fiabilit peut souffrir du calibrage des machines et du positionnement des contaminants. Dans un contexte o les mthodes de contrle conduisent lapplication de normes de scurit toujours plus drastiques, amliorer la fiabilit de la dtection de corps trangers est un enjeu crucial.

    Souris retrouve dans une bote de haricots verts DR

    A cette fin, une quipe de chercheurs du groupe agroalimentaire italien Colussi a mis au point un systme de dtection de fragments par thermographie infrarouge. Un algorithme a t dvelopp pour analyser les thermogrammes pris durant la phase de refroidissement de biscuits sortant du four.

    Les premiers tests se sont avrs concluants, permettant de dtecter la plupart des fragments cibles. Ces recherches laissent donc entrevoir un nouveau champ dapplication de la thermographie infrarouge au service de la scurit alimentaire.

    Source : Sennia L.,Riccia M., Palazzia A., Burrascanoa P., Pennisib P., Ghirellib F. (2014) "On-line automatic detection of foreign bodies in biscuits by infrared thermography and image processing", Journal of Food Engineering volumen 128, May 2014, p.146156

    BIOLOGIE Mains froides, coeur chaud

    En recourant la thermographie infrarouge, une quipe du National Geographic a illustr les rsultats dune tude de lUniversit dUtah (tats-Unis), indiquant que les mains des femmes taient plus froides que celles des hommes.

    Ltude, publie en 1998, avait dcouvert que les mains des femmes taient 1,56C plus chaudes en moyenne que celles des hommes, alors mme que la temprature corporelle des femmes est lgrement suprieure aux hommes. Or, cest une glande de notre cerveau, lhypothalamus, qui gre la rgulation thermique. Par temps froid, il ordonne aux muscles et vaisseaux de se contracter pour privilgier lirrigation des organes vitaux au dtriment des extrmits corporelles, qui se refroidissent.

    Lcart de temprature mesur entre hommes et femmes sexpliquerait par des taux dhormones et de masse musculaire variant suivant les sexes. Ce phnomne a pu tre observ en direct par lquipe du National Geographic, grce des camras thermiques.

    Source : "Degrees of Separation", National Geographic (avril 2014)

    1

    Rponses : A. 500 000 B. 135 000 C. 80%

  • 3 | P a g e

    ARCHOLOGIE Des drones pour dvoiler les sites

    La thermographie infrarouge arienne permet dobserver de larges surfaces au sol. Exploit principalement dans le cadre urbain pour identifier les dperditions thermiques (cf. newsletter n8), loutil commence susciter lintrt des archologues.

    Dans des zones abritant des vestiges enfouis, les changements de tempratures vont diffrer selon les caractristiques du sol. Les structures archologiques (en pierre, briques) ne vont pas absorber ou rayonner la chaleur emmagasine de faon identique aux sdiments qui les entourent. Si ce phnomne tait dj exploit via des camras embarques sur des avions, le cot prohibitif de cette mthodologie la rendait gnralement hors de porte des archologues.

    Lavnement des drones est en train de changer la donne. Plusieurs projets y ont rcemment eu recours, laissant entrevoir de nouveaux dbouchs pour les oprateurs en thermographie proposant cet outil.

    LArchodrone de lUniversit de Toulouse Le Mirail

    Cest en 1994 quest mis jour Little Foot Sterkfontein (Afrique du Sud), le squelette le plus complet jamais dcouvert dans ce berceau de lHumanit. Mais tomb au fond dun gouffre couvert de sdiments dpoques varies, sa datation posait problme. Il fallait comprendre par quel trou il avait gliss pour servir de rfrence. En juin 2012, Laurent Bruxelles, gomorphologue, a alors lide de recourir un drone quip dune camra infrarouge pour localiser louverture menant la cavit. En effet, en plein hiver austral au petit matin, le sol est gel et les grottes sont chaudes, rendant les trous visibles grce leur temprature plus leve.

    Le passage a t rapidement identifi, permettant la datation du squelette grce aux sdiments autour, faisant de Little Foot un contemporain du clbre squelette Lucy, g de 3 millions d'annes.

    Dcouverte de sites amrindiens

    Cette fois-ci, cest un groupe darchologues amricains qui a scann une zone localise environ 70 kilomtres au sud du site historique de Chaco Canyon (Nouveau Mexique), rvlant la richesse des structures dhabitations du village Blue J construit par le peuple Anasazi. Identifi dans les annes 70, datant de prs de 1000 ans, il regroupe environ 60 maisons de culture Pueblo. Mais les ruines sont en grande partie enfouies et couvertes de vgtation.

    En juin 2013, lquipe dcide dinstaller une camra thermique FLIR Tau 2 sur un drone CineStar 8 pour survoler le site et en rvler les structures caches.

    Cest un succs qui illustre lutilit de loutil. Non seulement les chercheurs ont dcouvert de nouvelles structures, mais ces images permettront dorienter leurs fouilles.

    Dcryptage dune des zones du site de Blue J Casana et al

    Les freins actuels

    Il reste que les drones demeurent une technologie encore fragile. Sur des sites en plein dsert, mieux vaut prvoir des pices de rechange De plus, la lgislation concernant lusage de drones est svre, rendant difficile leur exp