of 4 /4
Le Dvar Mal’hout de cette semaine lui aussi nous montre l’audace dont un Juif doit faire preuve pour servir D.ieu de tout son coeur, de toute son âme. Alors que la Paracha de la semaine «Vaéra» nous rappelle la force et le courage des Patriarches Avraham, Its’hak et Yaacov. En effet, par leur mérite et alors qu’ils n’ont pas bénéficié du dévoilement du Nom d’Avayé (le Nom de D.ieu qui exprime l’Essence), ils ont tous les trois fait don d’eux-mêmes tout au long de leur vie et le Rabbi Roi Machia’h Chlita nous explique que c’est cet aspect de leur travail qui leur permit de dévoiler l’Essence de leur âme. Et c’est toujours pour cette raison que nous, les enfants d’Israël, nous avons mérité le don de la Torah. Et c’est encore nous, à notre épo- que qui allons mériter le nouveau com- mentaire de la Torah, de « la Nouvelle Torah qui sortira de Moi (Vaykra Rabba 13) ». Mais notre travail cette semaine ne se limite pas à cela. Tout d’abord nous vivons actuellement les jours qui sui- vent la Hilloula de l’Admour Hazaken. Ce grand moment donne les forces de nous préparer à la Hilloula du Rabbi Rayats le 10 Chevat et surtout à la Nessiout du Rabbi Roi Machia’h Chlita le 11 Chevat, la véritable élection du roi d’Israël, du dirigeant idéal, le Roi Machia’h (car par intervention de la divine providence, ce jour est aussi le jour d’élection du dirigeant en Israël le 22/0/13). Or nous savons que la puissance du numéro 11 qui est sans cesse en allusion dans de nombreux Dvar Mal’hout est à l’image de la délivrance véritable et complète que nous vivons actuellement et de manière éternelle. Le 11 représente le «Keter, la couronne» qui surplombe toutes les Sefirot divines. Le 11 nous permet de dépasser toutes nos limites et de nous élever au niveau de la Guéoula et de percevoir l’ensei- gnement du Roi Machia’h. Lui-même étant né le 11 Nissan pendant le mois de la Guéoula. Nous devons donc organiser pour notre entourage un Farbengen, une réunion ‘hassidique pour la Hilloula de l’Admour Hazaken auteur du Choul’han Arou’h et du Sefer HaTanya… Et depuis maintenant jusqu’à Youd Chevat nous devons nous préparer en apprenant le discours « Bati Legani » du Rabbi HaRayats ainsi que ceux du Rabbi Roi Machia’h Chlita. Tout cela dans la plus grande joie, la joie des nombreux Farbrengen, la joie d’ou- vrir les yeux et de voir que la table est dressée avec le festin du Leviathan et du Grand Buffle accompagné par le vin vieux de 5773 ans… Car c’est bien la Guéoula qui arrive et se dévoile d’un instant à l’autre aux yeux de tous avec le troisième Temple, le Rabbi Roi Machia’h Chlita lui-même à notre tête, tous les Juifs de toutes les générations lors de la résurrection avec les Patriarches Abraham, Its’hak et Yaacov ainsi que tous Rebbéïm et nous allons tous danser en ronde avec le Saint béni soit-Il Lui-même, le célèbre chant, le dixième chant celui de la Guéoula Haamitite Vehachéléma : «Ye’hi Adoneinou…!!! Vive le Roi Machia’h Maintenant ! Mamach». N°195 - Chabbat Parachat Vaéra - Roch ‘Hodech Chevat 5773 - Hebdomadaire édité par le Beit Machia’h de Arnona-Talpiot 058-4770055 - [email protected] - www.viveleroi770.com Bonnes Nouvelles Editorial Photo de la semaine Travaux d’impression numérique logos, graphisme Demandez John pour service en français 072-2424245 [email protected] Jérusalem Oro Chel Machia’h 6, rue Yavets Farbrengen le jeudi soir Rav Doron Oren 052-3618770 Beit Machia’h Har ‘Homa Jeudi soir : cours de ‘Hassidout avec le Rav Morde’haï Sibony - Beit Machia’h d’Har ‘Homa à 20h30 - 34, rue Rav Its’hak Nissim 050-4147725 Beit Machia’h Arnona Cours de Tanya et Dvar Mal’hout le mercredi soir à 20h00 - 19/5 rue Chalom Yehuda 058-4770055 Minyane ‘Habad à Baka le Chabbat à 10h30 suivi des Psoukim pour les enfants (distribution de frian- dises) et d’un Farbrengen 1, rue Dan à Baka synago- gue «Tefila LeDavid» 058-4770055 Katamon : Beit ‘Habad francophone de Katamon Rav Avraham ‘Haviv 054-4866072 Guilo : Beit ‘Habad francophone de Guilo Rav Its’hak ‘Haviv 054-4833764 Allumage des Bougies Chabbat Parachat Vaéra Jérusalem Entrée : 16h19 Sortie : 17h35 Roch ‘Hodech Chevat 5773 : Vivre le Etsem, l’Essence ! Un jour, un israélien qui était partit faire du business au USA, a décidé avec quelques amis de rendre visite au Rabbi Roi Machia’h Chlita. Il est entré en audience privée dans son bureau et lui a déclaré: « Rabbi, je voudrais un million de dollar pour ouvrir mon affaire ici à New York ». Le Rabbi Roi Machia’h Chlita lui a répondu : « Et bien empruntez à la banque ! ». Ce Juif a suivi ce conseil, est entré dans une banque et a demandé avec un minimum d’apport personnel un prêt d’un million de dollars. Le prêt lui a été accordé. Quelques jours plus tard, la banque a fermé ses portes et l’argent n’a jamais été réclamé à ce Juif. Le but de cette histoire est de nous montrer à quel point on doit solliciter les conseils du Rabbi Roi Machia’h Chlita, à tout moment par l’intermédiaire des Igueroth Kodech ! Grand Farbrengen (réunion ‘hassidique), au Beit Machia’h du Rav Shlomo Yossef Tsion avec le Rav David Its’hak Aziza de Tel Aviv

Newsletter n°195

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Spécial Roch 'Hodech Chevat 5773

Citation preview

Page 1: Newsletter n°195

Le Dvar Mal’hout de cette semaine luiaussi nous montre l’audace dont un Juifdoit faire preuve pour servir D.ieu detout son cœur, de toute son âme. Alorsque la Paracha de la semaine «Vaéra»nous rappelle la force et le courage desPatriarches Avraham, Its’hak et Yaacov.En effet, par leur mérite et alors qu’ilsn’ont pas bénéficié du dévoilement duNom d’Avayé (le Nom de D.ieu quiexprime l’Essence), ils ont tous les troisfait don d’eux-mêmes tout au long deleur vie et le Rabbi Roi Machia’h Chlitanous explique que c’est cet aspect deleur travail qui leur permit de dévoilerl’Essence de leur âme. Et c’est toujourspour cette raison que nous, les enfantsd’Israël, nous avons mérité le don de laTorah. Et c’est encore nous, à notre épo-que qui allons mériter le nouveau com-mentaire de la Torah, de «la NouvelleTorah qui sortira de Moi (Vaykra Rabba13) ».Mais notre travail cette semaine ne selimite pas à cela. Tout d’abord nousvivons actuellement les jours qui sui-vent la Hilloula de l’Admour Hazaken.Ce grand moment donne les forces denous préparer à la Hilloula du RabbiRayats le 10 Chevat et surtout à la

Nessiout du Rabbi Roi Machia’h Chlitale 11 Chevat, la véritable élection du roid’Israël, du dirigeant idéal, le RoiMachia’h (car par intervention de ladivine providence, ce jour est aussi lejour d’élection du dirigeant en Israël le22/0/13). Or nous savons que la puissance dunuméro 11 qui est sans cesse en allusiondans de nombreux Dvar Mal’hout est àl’image de la délivrance véritable etcomplète que nous vivons actuellementet de manière éternelle. Le 11 représentele «Keter, la couronne» qui surplombetoutes les Sefirot divines.Le 11 nous permet de dépasser toutesnos limites et de nous élever au niveaude la Guéoula et de percevoir l’ensei-gnement du Roi Machia’h. Lui-mêmeétant né le 11 Nissan pendant le mois dela Guéoula.Nous devons donc organiser pour notreentourage un Farbengen, une réunion‘hassidique pour la Hilloula del’Admour Hazaken auteur duChoul’han Arou’h et du SeferHaTanya… Et depuis maintenantjusqu’à Youd Chevat nous devons nouspréparer en apprenant le discours «BatiLegani » du Rabbi HaRayats ainsi que

ceux du Rabbi Roi Machia’h Chlita.Tout cela dans la plus grande joie, la joiedes nombreux Farbrengen, la joie d’ou-vrir les yeux et de voir que la table estdressée avec le festin du Leviathan et duGrand Buffle accompagné par le vinvieux de 5773 ans… Car c’est bien laGuéoula qui arrive et se dévoile d’uninstant à l’autre aux yeux de tous avec letroisième Temple, le Rabbi RoiMachia’h Chlita lui-même à notre tête,tous les Juifs de toutes les générationslors de la résurrection avec lesPatriarches Abraham, Its’hak et Yaacovainsi que tous Rebbéïm et nous allonstous danser en ronde avec le Saint bénisoit-Il Lui-même, le célèbre chant, le dixième chant celui de la GuéoulaHaamitite Vehachéléma: «Ye’hiAdoneinou…!!! Vive le RoiMachia’h Maintenant ! Mamach».

N°195 - Chabbat Parachat Vaéra - Roch ‘Hodech Chevat 5773 - Hebdomadaire édité parle Beit Machia’h de Arnona-Talpiot 058-4770055 - [email protected] - www.viveleroi770.com

Bonnes Nouvelles Editorial

Photo de la semaine

Travaux d’impression numériquelogos, graphisme

Demandez John pour service en français

[email protected]

JérusalemOro Chel Machia’h6, rue Yavets Farbrengenle jeudi soirRav Doron Oren 052-3618770

Beit Machia’h Har ‘HomaJeudi soir : cours de‘Hassidout avec le RavMorde’haï Sibony - BeitMachia’h d’Har ‘Homa à20h30 - 34, rue Rav Its’hakNissim 050-4147725

Beit Machia’h ArnonaCours de Tanya et DvarMal’hout le mercredi soirà 20h00 - 19/5 rue ChalomYehuda 058-4770055

Minyane ‘Habad à Bakale Chabbat à 10h30 suivi des Psoukim pour lesenfants (distribution de frian-dises) et d’un Farbrengen1, rue Dan à Baka synago-gue «Tefila LeDavid» 058-4770055

Katamon : Beit ‘Habad francophone de Katamon Rav Avraham ‘Haviv054-4866072

Guilo : Beit ‘Habad francophone de Guilo Rav Its’hak ‘Haviv054-4833764

Allumage desBougies

Chabbat ParachatVaéra

Jérusalem Entrée : 16h19Sortie : 17h35

Roch ‘Hodech Chevat 5773: Vivr e le Etsem, l’Essence!Un jour, un israélien qui était partit fair e du business au USA, a décidé avec quelques amis de rendre visiteau Rabbi Roi Machia’h Chlita. Il est entré en audience privée dans son bureau et lui a déclaré: «Rabbi, jevoudrais un million de dollar pour ouvrir mon affair e ici à New York ». Le Rabbi Roi Machia’h Chlita luia répondu : « Et bien empruntez à la banque! ». Ce Juif a suivi ce conseil, est entré dans une banque eta demandé avec un minimum d’apport personnel un prêt d’un million de dollars. Le prêt lui a été accordé.Quelques jours plus tard, la banque a fermé ses portes et l’argent n’a jamais été réclamé à ce Juif. Le butde cette histoire est de nous montrer à quel point on doit solliciterles conseils du Rabbi Roi Machia’h Chlita,à tout moment parl’intermédiair e des Igueroth Kodech !

Grand Farbr engen (réunion ‘hassidique), au Beit Machia’h du Rav Shlomo Yossef Tsion avec le Rav David Its’hak Aziza de Tel Aviv

Page 2: Newsletter n°195

D’après ces versets, le Saint bénisoit-Il s’est dévoilé aux Patriarchespar le nom «E-l Cha-daï», et nonpar le Nom Avayé, puis, par la suite,Il se dévoilera aux enfants d’Israëlpar le Nom Avayé. Comment donc leterme « La’hen (de même)», quisignifie l’implication et la consé-quence, convient-il dans ce verset?Or, on comprend exactement lecontraire, à savoir, que les enfantsd’Israël atteindr ont un stade com-plètement nouveau qui n’a pas étérévélé aux Patriarches.Plus encore, le début de la Parachamontre le niveau des enfants d’Israëlqui mériteront le dévoilement duNom Avayé. Et pourtant le nom de laParacha est «Vaéra (Je me suisdévoilé) » qui concerne lesPatriarches!?On explique dans les commentairesde la Hassidout, que le Nom Avayé(le Nom explicite, le niveau de divi-nité qui se tient au-dessus du monde)s’est dévoilé au moment du don de laTorah. C’est pour cela que lesPatriarches, qui ont vécu auparavant,n’ont pas connu ce dévoilement, maisseulement celui de E-l Cha-daï.Contrairement aux enfants d’Israëlqui vont vivre le don de la Torah et ledévoilement du Nom Avayé.Et même si la jonction entre les mon-des supérieurs et les mondes infé-rieurs (qui est la nouveauté du don dela Torah), a débuté lors de la circonci-sion en temps que Mitsva sur unmembre du corps d’Avraham notrepère (qui était un char, véhicule de laDivinité) : a) Les fiançailles d’Ist’hak et deRivka (l’unification entre les Nomsde D.ieu Mah et Ban), sont le butultime de l’accomplissement de laTorah et des Mitsvot dans ce monde,la manifestation de la Sainteté dans cemonde.b) Tout ceci intervient par l’intermé-diaire d’Eliézer, le serviteurd’Avraham. Eliézer, au sujet duquelAvraham a déclaré: « Mon fils estbéni et toi tu es maudit et le béni nepeut s’attacher au maudit». Et c’estjustement Eliézer qu’Avraham choisitpour faire la connection entre Its’hak

et Rivka, afin de pratiquer la «conver-sion de l’obscurité en lumière et del’amertume en douceur» car grâce àcette opération, peut naître la jonctionentre les mondes supérieurs et lesmondes inférieurs dans les sommetsde la perfection.

La force des PatriarchesC’est donc le fait que «Je me suisdévoilé à Avraham…par le Nom E-lCha-daï» concerne principalementla Mitsva de la Mila (circoncision)par laquelle est née la possibilité dudon de la Torah. Ce qui inclut le débutdu dévoilement du Nom Avayé quiappartient au don de la Torah (la Milaétant le dévoilement de la «Lumièrequi se tient au-dessus de toute limite»contrairement au reste du monde, quilui, ne supporte pas ce dévoilement).Plus précisément: la nouveauté dudon de la Torah ne concerne pas justeun attrait du Haut vers le bas, maissurtout, le dévoilement de l’Essence.Car grâce au fait que l’on pratiqueune attraction du Haut vers le bas, ondévoile alors l’Essence qui n’est nilimitée, ni définie par aucun facteurextérieur, et de ce fait, se dévoile entout endroit.Ainsi, par la Mitsva de la Mila qui aété pratiquée par les Patriarches,l’Essence s’est donc dévoilée dansle plus bas niveau des mondes infé-rieurs, mais le voile était trop opaquepour que l’Essence y soit reconnais-sable.En fait, la puissance d’attraction del’Essence ne nous vient que par l’in-termédiaire des Patriarches. Car le

travail des enfants, après le don de laTorah, ne fut possible que dans leslimites et contraintes qu’offrait lemonde. Mais le travail des Avoth, lesPères fut du niveau de l’Essence del’âme (le don de soi) et c’est par cetteforce que le travail des enfants futrendu possible.Le don de la Torah est ce que l’onnomme «le mariage entre l’assembléed’Israël et le Saint béni soit-Il» et lorsd’un mariage participent tous lesparents et grands-parents, sur troisgénérations, de même que ceux qui setrouvent déjà dans le monde de lavérité :- Le travail des enfants se fait doncpar la force des Patriarches- La force des Avoth (l’Essence) sedévoile grâce à l’attraction vers le baseffectuée par le travail des enfants.

Le Nom « Avayé »Le verset: « Et par Mon NomAvayé, Je ne me suis pas fait connaî-tre », indique le niveau qui précède ledon de la Torah dans ce qu’il s’intègredans le niveau qui succède au don dela Torah. Or, la Torah est éternelle et apriori : puisque des milliers d’an-nées se sont écoulées depuis ques’est dévoilé le Nom Avayé lors dudon de la Torah, en quoi ce versetpeut-il bien concernernotre actua-lité ?Même si lors du don de la Torah, il ya eut le dévoilement du Nom Avayécomme il a été dit: «Vous saurez queJe suis Avayé», et puisqu’il est dit ausujet du monde futur: «Et Avayésera pour moi Elokim, D.ieu(1)»,

cela signifie que le niveau d’Avayéviendra d’un niveau bien supérieur àce qu’Il a été jusqu’ici. Alors, le NomAvayé ne sera que du niveaud’Elokim (D.ieu). Se dévoilera alors,un Nom Avayébien plus élevé que leprécédent: «le principe de dévoile-ment de Son Grand Nom(2)».

Ce qui implique que même le niveauqui suit le don de la Torah, sera pournous comme «par Mon Nom Avayé,Je ne me suis pas fait connaître» enrapport au dévoilement du NomAvayé du monde futur où le degré dudon de la Torah sera totalement trans-cendé «Une nouvelle Torah sortirade Moi (3) ». Alors interviendra laperfection du mariage de l’assembléed’Israël avec le Saint béni soit-Il,comme l’ont dit nos Sages (4): « Cemonde-ci a été les fiançailles…l’époque messianique sera leMariage ».

Notre travail à nous, les enfantsLes trois Parachiot, Chemot, Vaéra etBo sont trois grandes périodes : avantle don de la Torah, le don de la Torahet le monde futur. La ParachatChemot dans laquelle on parle del’esclavage d’Egypte, le «creuset defer», qui est la préparation au don dela Torah, la Parachat Vaéra «Annonceaux enfants d’Israël que Je suisAvayé… et vous saurez que Je suisAvayé», le dévoilement qui intervintlors du don de la Torah et la ParachatBo, «Viens vers Pharaon», «celui parqui sont dévoilées et projetées toutesles lumières», le niveau et la situationdu monde futur.

Le règne du Prince de la générationIl nous faut relier tout ceci avec lemoment dans lequel nous lisons laParachat Vaéra cette année (5752-1992 Ndt) : le Chabbat qui bénit lemois de Chevat.Et plus particulièrement dans notregénération, le dixième jour du moisde Chevat qui est le jour de laHilloula de mon maître et beau-père,prince de notre génération qui a vécu70 ans dans ce monde-ci et par lasuite, plus de 40 ans. Ces jours sedivisent en trois périodes (qui ressem-blent aux trois périodes mentionnéesplus haut, avant le don de la Torah, ledon de la Torah et la période messia-nique) qui font allusion aux troisParacha; Chemot, Vaéra et Bo.

w w w . v i v e l e r o i 7 7 0 . c o m

Le Carnet : Pour la réussite de ‘Hanna Bat Mercedès, Line Bat Mercedès, Michaël Ben Mercedès, Henri ‘Haïm Ben Julia, Mena’hemMendel Israël Ben Gabriel, Noa Bat Menou’ha Ra’hel et Perla Bra’ha Bat Menou’ha Ra’hel pour la famille Liraz Touval Pour la bonnesanté de Mercedès Sarah Bat Fifine Réfoua immédiate Leilouï Nichmat de Norbert Avraham Ben Pnina Beckouche, Yossef Ben Solika,Meyer Benchoam, Fifine Bat Habiba, Julia et Rachel Pessa'h, ‘Haya Sim’ha Bat Avraham, Yossef Abitbol Ben Clara, ‘Hanna Bat Ra’hel etRuth Sarah Isska Bat Gabi.

L’Edit Royal - Dvar Mal’houtRésumé du discours de Chabbat Parachat Vaéra

Chabbat 28 Tévet 5752-1992 du Rabbi de Loubavitch Roi Machia’h Chlita

24 Tévet 5773

200 ansHilloula del’AdmourHazaken

Le dévoilement de D.ieu dans le monde futurAu début de notre Paracha il est dit : « Je me suis dévoilé à Avraham, à Its’hak et à Yaacovpar le Nom E-l Cha-daï, et Mon Nom Avayé (Youd-Hé-Vav-Hé), Je ne leurai pas fait connaî-tr e. De même,parle aux enfants d’Israël : Je suis Avayé… », ceci demande une explication.

Page 3: Newsletter n°195

w w w . v i v e l e r o i 7 7 0 . c o m

Ces trois périodes font aussi allu-sion aux trois périodes des 30années de sa Nessiout, son règne:la première période est celle quiva du début de sa Nessioutjusqu’à l’emprisonnement, lalibération et sa sortie du pays (laRussie – Ndt) dans lequel lesdécrets étaient d’une dureté sansprécédent (le creuset de ferd’avant le don de la Torah) etl’essentiel de son travail se carac-térisait par le don de soi (àl’image du service de nosPatriarches). La seconde période,lorsqu’il est arrivé en Pologne,son travail était l’étude et la pro-pagation de la ‘Hassidout ‘Habad(comme la nouveauté qu’intro-duit « Vous saurez que Je suisAvayé », lors du don de laTorah).Et la troisième période, lorsqu’ilest arrivé dans l’hémisphère infé-rieur (aux Etats-Unis - Ndt), oùson travail fut la propagation dessources vers un extérieur trèsmatérialiste, afin de rapprocher etd’activer la délivrance véritableet complète de la manière la plusrapide comme le souligne soncélèbre slogan «Techouva immé-diate, délivrance immédiate».

Des FarbrengensEt il faut rajouter et avoirconscience que, immédiatement,le Rabbi, prince de notre généra-tion, entre et regarde chacun desHassidim et chacun des prochesqui lui sont attachés, afin d’exa-miner son niveau et sa situation...Ceci éveillera en nous le désir determiner et de perfectionner tousnos actes et notre travail.Il est nécessaire, pour cela, d’or-ganiser des réunions ‘hassidiquesspéciales, depuis le Chabbat quibénit le mois de Chevat (en plusdes réunions ‘hassidiques habi-tuelles de chaque Chabbat«Comme il est dit au sujet de laParacha Vayakel Moshé… derassembler des communautéschaque Chabbat, de les faireentrer dans les synagogues etmaisons d’étude afin d’enseigner

la Torah en public»), et plus par-ticulièrement pour Roch ‘HodechChevat car «le onzième mois, lepremier jour du mois… Mochéexpliqua la Torah à nouveau»,«en 70 langues» (5), (ce qui faitpartie du travail du BaalHaHilloula, de répandre les sour-ces à l’extérieur, en 70 langues),afin d’éveiller et de se renforcerl’un, l’autre, en tous les sujetsévoqués et plus spécifiquement,de rapprocher et d’amener ladélivrance de la manière la plusimmédiate.

Préparer Youd ChevatEt l’on doit surtout se préparer àorganiser la réunion du 10 Chevatqui se fera bien entendu avec laparticipation du Baal HaHilloula,le prince de notre génération ànotre tête, avec Moché et Aharon,car immédiatement, ce ChabbatVaéra, avant même que nous nelisions la Parachat Bo, tous lesenfants d’Israël sortent de l’exil,«avec nos jeunes, nos vieux…nos fils et nos filles (comme nousle lirons à Min’ha), et dans le lan-gage du Midrach, «Reuven etChimon sortent», la montée desenfants d’Israël de l’exil vers laGuéoula, la délivrance vérita-ble et complète, de même que lamontée des enfants d’Israëlvers le niveau des Patriarches,l’Essence des Juifs lorsqu’ilssont unis avec son Essencequ’Il soit béni, et de niveau enniveau, vers l’infini, comme il estécrit (6) «ils monteront de forceen force pour voir D.ieu à Tsion»,dans le troisième Temple, leTemple triple, «Le Temple, monSeigneur, que Tu as préparé deTes mains(7)».

Notes1/ Vayetsé 28.212/ Torah Or Chemot3/ Isaïe 51.4 – Vayikra Rabba13.34/ Chemot Rabba 155/ Rachi6/ Psaumes 84-87/ Bechala’h 15-17

Seattle-Jérusalem-770 New York

Nous devons reconnaître et remercier Hachem pour les miracles qu’Ilfait… La publicité autour des miracles que le Saint béni soit-Il accomplità notre époque permet d’activerl’avènement de la délivrance véritable etcomplète (Chabbat Vayéchev 5752-1992)

Le jeune homme qui venait d’entrer dansle « Centre Machia’h et Guéoula» res-semblait en tous points aux jeunes de labande qui l’accompagnait. Une Kippamoderne, un treillis et un bonnet dans lapoche. Son lien avec le Rabbi RoiMachia’h Chlita n’était pas du tout évi-dent à prime abord. Ce n’est que lorsquequ’il demanda de prendre la parole quetous furent littéralement transportés parson récit. Ce fut lors d’un jeudi soir, alors que tousse réunissent pour une Itvaadout au«Centre Machia’h et Guéoula» àJérusalem,au centre ville en plein cœurdes pubs et cafés en vogue où les jeunessortent pour une soirée sans âme, saufqu’ils sont vite happés par le tourbillonde danses et de chants qui règne dans leCentre ‘Habad en pleine ambiance deGuéoula.Des dizaines de jeunes se joignent avecgrand plaisir à la réunion ‘hassidiques,eux qui n’avaient pas prévu ce détourdans leur itinéraire festif. Parmi eux desreligieux, d’autres moins et certains pasdu tout (du moins pas encore).Ce soir-là, une Itvaadout spéciale avaitlieu avec le Rav Eléazar Koenig, guidespirituel à la Yechiva ‘Habad deNazareth Ilith, en invité de marque. Ausujet de l’histoire de la soirée, le RavDoron Oren, directeur du Centre, nousen relate les détails: « A un momentdonné, une bande de jeunes religieux fitson entrée dans le Centre, des anglopho-nes. L’un d’entre eux, en treillis-jeans futparticulièrement ému de participer à uneItvaadout de ‘Habad et entre deuxchants, celui-ci demanda à raconter unévénement qui lui était arrivée toutrécemment: « Bien que j’ai grandi àSeattle dans l’état de Washington, auxUSA, cela fait déjà un moment que je metrouve à Jérusalem pour mes études,mais aussi dans l’espoir que je trouveraiici le Zivoug (l’épouse) qui me convient.Il y a deux mois de cela, j’allais me cou-cher et je me mis à rêver. Je me trouvaisdans la maison d’étude et de prière, quar-tier général de Loubavitch mondial, au770. Un sentiment tout à fait spécial mesoufflait que le Rabbi Roi Machia’hChlita y était présent. Submergé parl’émotion, je me dirigeais vers un attrou-pement, une file qui attendait son tour,apparemment pour recevoir un dollar duRabbi Roi Machia’h Chlita que j’aperce-vais à présent. Je progressais, mais deplus en plus difficilement jusqu’aumoment où je fut complètement bloqué,impossible d’avancer. C’est alors que jeme réveillais en sursaut. Ce rêve était tellement concret que je medemandais pendant une minute, si jedevais me lever et aller dire des Tehilimau Kotel ou pas. En fin de compte, je me

recouchais et m’endormis immédiate-ment, peut-être pourrais-je poursuivre lefil de mon rêve un peu plus avant.Et en effet, je me retrouvais de nouveauau 770 et, encore une fois, dans un étatd’intense émotion… Face à moi, leRabbi Roi Machia’h Chlita, mais je meretrouvais bloqué à nouveau et je mecontentais de le regarder et de tendre lamain vers lui. Puis je le vis qui écrivaisquelque chose sur un petit papier qu’ildonna à l’un de ses secrétaires. Le papierme parvint et en l’ouvrant je vis inscritdessus le mot «Dana ».Je m’éveillais complètement bouleverséessayant de réaliser ce qu’il m’était arrivé.Je ne pouvait aucunement percer le secretde ce rêve, mais tout de même je ressentaisun intense bonheur et savait intimementqu’il s’agissait d’un très bon signe.Dans l’attente impatiente des événe-ments du futur proche, deux semainespassèrent et l’on me proposa unChidou’h, une proposition en vue demariage. En plaisantant je lançais: «Lajeune fille en question s’appelle Dana,n’est-ce pas?». On me répondit:«Comment savez-vous cela!?».Après plusieurs rencontres, et en moinsd’un mois, nous décidâmes de fondernotre foyer, alors que j’étais témoin de laconcrétisation d’un miracle inespéré duRabbi Roi Machia’h Chlita en «live »!J’en suis encore aujourd’hui complète-ment ébahis.» Annonça t-il en terminantson récit. Toute la salle se tenait debout surses jambes et nous étions tous autant éba-his et émus que lui par une telle histoire.Nous l’avons alors pris sur nos épaules etun immense «Od Ichama» qui s’est vitetransformée en «Ye’hi Adoneinou» éclataimmédiatement de toutes les bouches etcette soirée se poursuivit dans une fantas-tique ambiance de mariage, la joie atteignità ce moment-là des sommets inégalésalors que le ‘Hatan, le futur jeune époux setenait au centre des danses entouré de sesamis et de tous les présents.Ainsi fut célébré le mariage pour unebâtisse éternelle avec la bénédiction duRabbi Roi Machia’h Chlita.

(Tiré de la Si’hat HaGuéoula)

Récit

Rav Zimroni Tsik, directeurde la Si’hatHaguéoula et du site www.hageula.com

Page 4: Newsletter n°195

w w w . v i v e l e r o i 7 7 0 . c o mGuéoula

Après que tout ce qui a été faitjusqu’à maintenant, et qui n’a pasporté ses fruits et la preuve en estque nous nous trouvons encore enexil, en Galout, et pire encore,dans un exil intérieur qui mine leservice de D.ieu.La seule chose que je peux faire,est de vous transmettre ce rôle: «Faites tout ce que vous pouvez,des actions qui font entrer les plushautes lumières du monde deTohou dans les solides réceptaclesdu monde de Tikoun, afin d’ame-ner de la manière la plusconcrète, le Machia’h, notrejuste, immédiatement Mamach !Et que soit Sa Volonté, que finale-ment, se trouvent dix personnes dupeuple d’Israël qui se réuniront etdécideront fermement d’infléchirla Volonté de D.ieu, et il est cer-tain qu’ils y parviendront «carc’est un peuple à la nuque raide(de la manière positive, ainsi…) etTu pardonneras…» à amener laGuéoula, la délivrance véritable etcomplète de façon instantanée etimmédiate Mamach !...Et moi, j’ai terminé ma tache, etdepuis maintenant et à l’avenir fai-tes, vous-mêmes tout ce qui est envotre pouvoir.Et que soit Sa Volonté, que setrouvent d’entre vous, une, deuxou trois personnes, qui se réunirontpour prendre conseil, que faire etcomment faire, de plus, et princi-palement, ils feront en sorte qu’in-tervienne la délivrance, la Guéoulavéritable et complète de la manièrela plus claire Mamach, de façonimmédiate Mamach, avec joie etenthousiasme…»(Discours du Rabbi Roi Machia’h

Chlita – 28 Nissan 5751-1991)

Récit

Une réponse du tac-au-tac

Shifra G. écrivit au Rabbi Roi Machia’h Chlita, lui demandant ce qu’il convenait de fairepour obtenir la délivrance véritable et complète de la manière la plus immédiate.

Guéoula

L’axe du service de D.ieu

Selon tous les signes énoncés parnos Sages, nous sommes la génération du talon du Machia’h et,d’un jour à l’autr e, nous nous rapprochons du dévoilement messianique.

Quelquesminutes, quelques heures, quelques jours sesont écoulés, depuis que nous avons évoqué, pour ladernière fois, la venue du Machia’h. Nous sommesdonc beaucoup plus proche de sa révélation. De fait, ilpeut se dévoiler à cet instant précis…Il faut en conclure que le roi Machia’h se trouved’ores et déjà dans le monde, qu’il existe, bien plus,qu’il est un homme adulte, descendant de la maison deDavid, érudit de la Torah et se consacrant aux Mitsvot,comme David, son ancêtre. Avoir foi en la venue duMachia’h et l’attendre est particulièrement importantà notre époque. Cette foi et cette attente doivent condi-tionner l’existence de chacun, toutes les forces de sonâme, ses pensées, ses paroles et ses actions. (Discours du Rabbi de Loubavitch Roi Machia’hChlita, Chabbat A’harei 5746)

Plainte et délivranceLes enfants d’Israël, qui souffraient en Egypte, émirentune plainte et D.ieu les entendit, puis Il décida de leslibérer. Ainsi, D.ieu savait qu’ils enduraient un âpreesclavage, mais ceci ne Le conduisit pas àdécider deles en délivrer. En effet, D.ieu conçoit un plaisir desactions que les Juifsaccomplissent, pendant la péri-ode de l’exil. La délivrance fut obtenue uniquement quand ilsgémirent et l’on sait que «la plainte d’un Juif est l’ex-pression de la forme supérieure de la Techouva». Or,il en est de même, à l’heure actuelle. Les Juifs, en exil,endurent de terribles souffrances, mais D.ieu conçoitdu plaisir de ce qu’ils réalisent et Il ne se hâte donc pasde les délivrer.Ceux-ci doivent donc se plaindre, proclamer qu’ils nesupportent plus cet exil. De la sorte, ils révéleront les

forces de leur âmes et D.ieu acceptera de renoncer àSon plaisir, pour faire venir le Machia’h. (Chabbat Paracha Chemot 5725-1965)

Impératif absoluParvenus à la fin des temps, à proximité immédiate dela délivrance future, il est nécessaire de révéler ladimension profonde de la Torah, au point que : «tessources se répandent à l’extérieur», en tout endroit,sans la moindre limite (...). D’une génération à l’autre, la nécessité s’accroît derévéler l’enseignement de la partie cachée de la Torah,de sorte que cela est non seulement «permis et uneMitvsa», mais aussi l’impératif le plus absolu»(Chabbat Le’h Le’ha 5744-1983).

Ne possédant pas un tomedes Igueroth Kodech, elleintroduisit sa lettre dans unvolume des discours duRabbi Roi Machia’h Chlita.A la page à laquelle elleouvrit le livre, il était inscrit: «Lors de l’exil d’Égypte,les enfants d’Israël furentlibérés parce qu’ils eurentfoi en D.ieu et en Sa pro-messe de rédemption. Ilsmirent donc en pratique lesinstructions que D.ieu leuravait transmises, mêmelorsque celles-ci heurtèrentleur logique. Il en sera doncde même pour nous. Nousdevons avoir foi en la déli-vrance. Alors, elle se révè-lera effectivement».(Tiré du livre de Rav YossiHaddad «Etincelles deGuéoula»)

Notre initiative

«…Que puis-je encore faire pourque tous les enfants d’Israël fas-sent du bruit et qu’ils tonnent etqu’ils crient avec sincérité etqu’ils fassent en sorte d’amenerle Machia’h de la manière la plusclaire.