Click here to load reader

Nouvelles N° 2090

  • View
    222

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Nouvelles N° 2090 du 19 mars

Text of Nouvelles N° 2090

  • DIMANCHE JE VOTE

    DE 8H 20H : Commune de Bordeaux

    DE 8H 19H : Communes de Le Bouscat, Bruges, Bouliac, Cenon, Floi-rac, Artigues prs Bordeaux, Bassens, Lormont, Montussan, Yvrac, Le Haillan, Mrignac, Martignas sur Jalles, St Jean d'Illac, Canjan, Cestas, Pes-sac, Gradignan, Blanquefort, Eysines, Ludon-Mdoc, Parem-

    puyre, Le Pian-Mdoc, Ambars et Lagrave, Beychac et Caillau, Carbon-Blanc, St Loubs, St Louis de Montferrand, St Sul-pice et Cameyrac, St Vincent de Paul, Ste Eulalie, St Aubin de Mdoc, St Mdard en Jalles, Le Taillan-Mdoc, Talence, Bgles, Villenave d'Ornon

    DE 8H 18H : Pour toutes les autres com-munes du dpartement.

    HORAIRES DOUVERTURE BUREAUX DE VOTE

    Jeudi 19 mars 2015 - N 2090 - Hebdomadaire - 15, rue Furtado - 33800 BORDEAUX Prix : 0,80 euro

  • ACTUALIT DES LUTTES

    AIA BORDEAUX

    Stop aux externalisations de missionsSaisi par les reprsentants syndicaux de la CGT de lAtelier Industriel de lAronautique de Bordeaux sur les conditions de travail des salaris, le conseiller gnral Jean-Jacques Paris demande au ministre de la Dfense de leur redonner les moyens dassurer la totalit de leurs missions dans lintrt du pays. Dans son courrier, il souligne linquitude des salaris sur la surcharge de travail, consquence de labsence de remplacement des dparts la retraite depuis 2009 alors que les conditions de travail sont de plus en plus difficiles.Llu rappelle que ces conomies de moyens budgtaires, annonces lors du projet de budget 2015 pour combler le dficit de plus de 2 milliards deuros du budget de la Dfense se feraient par la cration de socits de projet finances par lAgence des Participations de ltat. Et il alerte sur ce dispositif de leasing qui peut gnrer court terme de quoi abonder le budget de la Dfense mais devenir, moyen terme un gouffre financier pour ltat. En effet ces socits rachteraient des quipements oprationnels ou de soutien, neuf ou doccasion, pour les louer ltat, locations qui se feraient au travers de contrats de 30 ans et coteraient entre 35 et 40 millions deuros par an.Il ajoute que ces externalisations de missions pour une dure de 4 ans la socit prive PROSEGUR constituent une menace de perte demplois, dautant que, pour matriser ses dpenses salariales, la socit prive embauche des contractuels. Enfin de nombreuses suppressions de postes sont prvues sans tenir compte des missions, amenant les salaris de lAIA exiger une plus grande reconnaissance de leur travail, une valorisation de leurs savoir-faire et la sauvegarde du ple aronautique/scurit Bordeaux.Llu a galement crit la dpute Conchita Lacuey et au prsident du Conseil rgional Alain Rousset sur lexternalisation des services de scurit/incendie. Si lactivit scurit, pompier, filtrage tait faite en interne, elle reviendrait 3669120 euros soit 50% moins cher que les 7 millions deuros du contrat pass avec Prosgur, et pour un service de scurit plus performant.Ces raisons lamnent leur demander dinterpeller nouveau le ministre de la Dfense afin dobtenir que la fonction de scurit redevienne une mission interne lAIA et assure par des Ouvriers dtat sous statut.

    TEMEX CERAMICS

    En grve pour les salaires lappel des organisations syndicales CGT, FO, CFDT, les salaris de la socit de fabrication de composants lectroniques de Pessac bersol sont mobiliss depuis le 11 marsAlors que la socit Temex Cramics* ralise prs de 20 millions deuros de chiffre daffaire, soit 5% de plus quen 2013, et un bnfice net aprs impts en 2014 compris entre 3 et 4 millions deuros, soit environ 50% daugmentation/2013, les salaris sont en grve pour obtenir 1% daugmentation gnrale, + 4% daugmentation individuelle, une prime exceptionnelle de 1000 par salari et le maintien de la rmunration des jours de carence en cas de maladie.* Fabrication de composants lectroniques

    STRYKER SPINE SAS

    39 postes en moinsLa direction de lusine franaise Stryker Spine Cestas* a prsent un projet de transformation de lentreprise ayant pour consquence un Plan de Sauvegarde de lEmploi (PSE) avec la suppression de 39 postes, dont 21 sur le site de Cestas.Cette entreprise bnficiaire a galement annonc une augmentation de 5% environ du volume des ventes en 2014 et une forte stratgie de dveloppement en Europe pour les annes venir. Pour les syndicats CGT et CFDT mobiliss, les justifications conomiques de ce PSE sont incomprhensibles alors que le nouveau modle conomique [de la direction] destin favoriser le dveloppement europen garantit une marge de 10% sur le cot de revient des produits.Lintersyndicale refuse la guerre des prix et la rentabilit actionnariale de lentreprise qui justifient la casse sociale et rappelle que ce plan social intervient quelques semaines seulement aprs louverture dun droit dalerte par le comit dentreprise.En dcembre 2014, leffectif tait de 317 salaris en CDI, en 4 ans, le nombre de salari en CDI a baiss de 50 personnes, et la socit continue percevoir le CICE.Entre les deux solutions proposes par la direction, la ngociation avec les organisations syndicales ou un passage en force, lintersyndicale en choisit une 3me : lannulation pure et simple de ce PSE en proposant une rorganisation totale des services. Elle organisera tout au long de la ngociation, des runions pour linformation de lensemble des salaris.* Conception, fabrication, distribution dimplants chirurgicaux et instrumentation associe pour le rachis

    HPITAL ROBERT PICQU

    Garantir un haut niveau de service public

    SERVICE PUBLIC DE SANT

    Non la fermeture !

    Depuis juin 2014, la connais-sance du contenu de la Loi de programmation militaire 2014-2019, les salaris civils de lhpital dinstruction des armes Robert Picqu de Villenave dOrnon sont mobiliss.Traduisant la volont du gouver-nement de rduire les dpenses publiques, cette loi envisage la sup-pression de 80 000 emplois de personnel au sein du ministre de la Dfense et la privatisation de ses hpitaux dInstruction des Armes, dont Robert Picqu. En 2012 dj, ils alertaient sur lalliance stratgique entre les deux entits qui avait dbou-ch sur la cration du groupement de coopration sanitaire baptis Bagatelle-Hpital dinstruction des armes (BAHIA). Ils sinquitent des restructurations en cours dans leur institution, suite une convention signe avec la

    fondation protestante Bagatelle en vue de leur fusion. Lopration aurait pour objectif de rduire les dpenses publiques et de mutualiser les moyens des deux tablissements de sant.Dans un courrier J.Yves Le Drian et Marisol Touraine, respective-ment ministres de la Dfense et de la Sant/Droits des femmes, Jean-Jacques Paris, vice-prsident du Conseil gnral, exige des solutions prennes et quitables qui passent par des emplois sous statut et des rponses concrtes aux inquitudes lgitimes des salaris de Robert Picqu mais aussi de lensemble des Hpitaux dIns-truction des Armes pour garantir un haut niveau de service public.Selon lintersyndicale CFDT, la CGT, FO et UNSA, lhpital Robert Picqu ne sera plus un tablissement relevant du ministre de la Dfense. La fusion de la fondation Bagatelle et

    de lhpital militaire Robert Picqu permettra certes de crer un tablisse-ment de sant priv dintrt collectif (ESPIC), mais soulve des interro-gations. Le personnel civil sera-t-il reclass ? Garderont-ils leur statut ? Les reprsentants syndicaux des salaris craignent que les 460 em-ploys de lHpital soient obligs de dmissionner de leur statut public (fonctionnaire ou ouvrier dtat) pour intgrer une convention de droit priv, sans aucune autre possibilit de reclassement dans leur tablissement actuel. Une solution que llu Front de Gauche/PCF juge inacceptable.Enfin, pour garder un niveau de soins hospitaliers publics dans la proximit, professionnels et usagers ont tout intrt ce que soit prserv le plateau technique, chirurgical, de qualit et laccueil durgence, au service de toute la population du sud de lagglomration.

    La CGT lance un appel pour un comit de dfense de lhpital public Robert-PicquLa fermeture de lcole de Sant navale, Bordeaux, laissait craindre la fermeture de lHpital dInstruc-tion des Armes Robert-Picqu, Villenave-dOrnon. Cest dans ce contexte que la rponse du minis-tre se faisait rassurante en 2012 dnonce lUL-CGT de Bgles dans un tract.La population de Bgles, Talence, Villevave-dOrnon et des communes environnantes connat bien la qua-lit de laccueil et de loffre de soins quelle trouve Robert-Picqu. Une convention avait t signe avec la fondation voisine, Bagatelle, en vue dune fusion. Ds lors les 450 civils travaillant Robert-Picqu voyaient leur emploi menac. La prvision de supprimer 140 lits tait alors programme.La rduction des crdits militaires ne

    suffit pas justifier la fermeture de ce service public apprci. Lactuelle pidmie de grippe a mis en lumire linsuffisance des capacits daccueil des services durgences mdicales, et les pouvoirs publics sapprtent fermer le plus performant de cette rgion du Sud-Bordeaux. La consquence sera lengorgement des autres hpitaux de la ville, et plus largement de livrer le malade la cupidit du secteur priv.

    UN GRAND GCHIS

    Robert-Picqu cest notamment : 242 lits dont 208 en mdecine et chirurgie, 16 lits en psychiatrie et 18 lits de Mdecine Physique et de Radaptation (MPR) le deuxime service des urgences sur la CUB aprs le CHU, le seul accueillir des urgences dentaires. un service de ranimation poly-valente, un centre de consultations

    externes (CCE) pluridisciplinaires, un plateau technique mdical et un centre de rducation avec bal-nothrapie, un centre de prlvement du labo-ratoire permettant aux consultants du CCE de raliser leurs examens biologiques sur place, un centre de vaccinations interna-tionales et de conseils aux voyageurs.

    APPEL LA CONSTITUTION DUN COMIT DE DFENSE DE LHPITAL PUBLIC

    Lhpital Robert-Picqu appartient la population. Son maintien passe par la constitution dun Comit de dfense qui prendra en charge notre bien commu