Nouvelles N° 2135

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Nouvelles N° 2135 du 28 janvier

Text of Nouvelles N° 2135

  • Drglementation : ils n'en ont jamais assez !

    2000 fonctionnaires en manifestation Bordeaux, mardi 26 janvier2000 fonctionnaires en manifestation Bordeaux, mardi 26 janvier

    DROIT DU TRAVAIL

    Jeudi 28 janvier 2016 - N 2135 - Hebdomadaire - 15, rue Furtado - 33800 BORDEAUX - Prix : 0,80 euro

  • 2 Les Nouvelles 28 janvier 2016

    ACTUALITEN LUTTE

    LOGEMENT-EYSINES-CARS-CANTINOLLE

    Dans les clous mais pas suffisantLes oprations 50 000 logements autour des axes de transports collec-tifs commencent se prciser dans Bordeaux-Mtropole. Aprs celle du Bouscat, cest une opration Eysines qui a t prsente lors du Conseil mtropolitain du 22 jan-vier. lue communiste dAmbars, prsente dans la socit publique La Fab qui gre ces oprations, Odile Blein a donn son apprciation sur cette nouvelle opration.

    Cest une opration de grande importance qui nous est prsen-te. Dabord parce quil sagit de la premire grande opration prise en charge par la Fab dans le cadre des oprations 50 000 logements autour des axes de transports collectifs . Avec 750 logements, cest une opration dampleur qui est en effet engage. Dautant quelle lest dans un secteur aux enjeux cologiques notables, considrant la prsence des sources de Cantinolle et lenjeu de protection de leau potable. Cest une zone impor-

    tante enfin parce quelle entend redon-ner de la cohrence dans une zone o linstallation dactivits conomiques sest faite de manire anarchique et o la prsence de populations nomades ou sdentarises exige des rponses sociales adaptes.Dans ces conditions, nous consid-rons que le projet prsent est ambi-tieux et quil rpond correctement aux enjeux fixs. Au bmol prs, videm-ment, des logements sociaux. Cette opration est en effet dans les clous fixs par la Mtropole la Fab, cest dire une rpartition en trois tiers entre logement social, accession sociale ou modre, et accession libre. Mais avec cette rgle, la Mtropole ne se donne pas les moyens de rpondre aux besoins de la majorit des mnages de lagglomration puisque 70 % dentre eux sont ligibles aux critres des logements sociaux.30 % de logements sociaux, cest donc insuffisant. Mais nous notons avec intrt les efforts qui sont raliss sur les 70 % de logements restants. Quils

    soient libres ou en accession abor-dable , le travail quentend raliser la Fab sur les prix de vente constitue une piste intressante pour la Mtropole. Sur le logement, la prise en compte des populations dj installes sur Cars-Cantinolles aurait peut-tre d interroger sur lintgration de loge-ments durgence dans cette opration. Notre groupe est assez favorable ce que la Mtropole dfinisse une rgle qui systmatise la programmation de logements durgence pour les per-sonnes en difficult, dans toutes les oprations damnagement.Enfin, cest avec satisfaction que nous voyons rapparatre dans cette opration lambition issue du dernier mandat autour des 50 000 hectares pour la Nature , tant sur la partie Cars que sur la partie des sources de Cantinolle. Ces oprations 50 000 hectares sont un accompagnement indispensable de lurbanisation gran-dissante de notre agglomration.

    CONSEIL MUNICIPAL

    Jupp se cache mal derrire ses lunettes rouges

    Le conseil municipal du 25 jan-vier a t loccasion dune petite phrase du maire de Bordeaux qui a fait semblant de regretter labsence dlus communistes dans celui-ci. Une pirouette qui cache mal son programme partag avec Franois Hollande.

    Alain Jupp a chang, cest mme lui qui le dit. Il sest apais, arrondi et parfois, il sourit ! La semaine, il danse dans les maisons de retraite ; le week-end il pose en Une des magazines branchs. Tout a, on le savait ; cest crit dans les journaux, cest dit la tl. Mais lautre jour, en conseil municipal, quelle ne fut pas la surprise du public lorsque, un regard fermement pos au-dessus de ses lunettes rouges, il a avou : Je regrette parfois labsence dlus com-munistes dans ce conseil Fichtre ! Les communicant(e)s qui lentourent ne seraient-ils pas alls trop loin ? Lui qui, il y a quelques mois encore, ne voyait pas la diffrence entre un lu du F-Haine et un lu dextrme gauche , donc communiste Quelle dgringolade !Heureusement pour sa sant, la ralit est un peu plus perverse. Car cest loccasion dune dlibration proprement scandaleuse prsente son conseil, quil a lanc cette boutade

    provocatrice lattention des lus socialistes municipaux. Par cette dli-bration, il tait demand au conseil dapprouver la vente aux enchres dun des plus anciens et des plus beaux des monuments historiques de la ville de Bordeaux. Nich deux pas de la place Pey-Berland, au 71 de la rue du Loup, lhtel de Ragueneau abritait, jusquil y a peu, les archives munici-pales. Sa faade surprend et ravi le promeneur, la belle saison la glycine habille ses balcons et le tout (faade, glycine, cour intrieure) est class aux Monuments historiques. Vid de ses archives qui ont dmnag vers la Bas-tide, le btiment est en piteux tat et de lourds travaux seraient ncessaires. Mais la ville est engage depuis plusieurs mois dans une procdure de vente tout-va des btiments municipaux. En conseil municipal, ladjoint aux Finances, Nicolas Flo-rian, a expliqu que cette vente servi-rait compenser les investissements raliss sur les nouveaux btiments de la Bastide. Mitraill de questions par lopposition municipale, il aura tout tent pour justifier cet abandon de patrimoine ; la ville de Bordeaux, 16 % de logements sociaux soit 1 % de plus depuis 20 ans, aurait mme envi-sag de construire des logements sociaux dans cet htel XVIIe sicle ! La simple rnovation aurait cot 7 millions deuros , se dsole le secrtaire

    dpartemental des Rpublicains ! Et puis, un peu court darguments, il ressort son prfr, le plus vrai : Si les dotations de ltat navaient pas chut comme elles lont fait, si ltat ne nous faisait pas les poches en permanence, peut-tre pourrions-nous mener une autre politique ! En face, le socialiste conseiller de llyse, Vincent Feltesse, fulmine. Rien voir ! Et cest l quAlain Jupp regrette labsence des communistes : Ils pourraient rap-peler de temps en temps la ralit de la politique gouvernementale et cela vous ferait peut-tre du bien. Peut-tre, monsieur Jupp. Mais peut-tre aussi en profiteraient-ils pour rappeler que votre propre pro-gramme pr-prsidentiel prvoit la rduction de 100 milliards deuros de la dpense publique. Une coupe dont il y a peu de chances quelle pargne les collectivits locales. Peut-tre les communistes rappelleraient-ils que ce mme programme prvoit le non-remplacement dun dpart en retraite sur deux dans la fonction publique et donc, la rduction des services publics. En tous les cas, il ny aurait aucune chance que les lus communistes viennent au secours de cette grande braderie du patrimoine municipal et ils auraient srement des ides pour occuper les locaux vides de lhtel de Ragueneau. Et comme le Front natio-nal, reprsent au conseil municipal, a propos linstallation dun muse de la culture gasconne dont sa repr-sentante venait de dcouvrir lexis-tence, des lus communistes auraient srement profit de lapproche de la clbration du 222e anniversaire de labolition de lesclavage pour pro-poser quun mmorial ou un muse y soit consacr. Un autre monde, en somme

    Rmy Duvignau

    LIBOURNE

    Grve Schneider Electric

    Les salaris de la SFCME (Socit Franaise de Construction Mcanique et lectrique) groupe Schneider Electric Libourne se sont mis en grve lappel de la CGT, de la CFDT et de FO. Une premire depuis longtemps!Alors que les rsultats de ce groupe sont satisfaisant pour 2015, plus 5%, que le PDG a vu sa rmunration annuelle globale augmente de 19% pour atteindre 5,61 millions deuros, il nest propos aux salaris que 0,5% daugmentation sala-riale. Leurs revendications portent sur une augmentation gnrale de 2,5%, dune revalorisation des primes danciennet, pompier et dquipe, quivalentes celle du groupe Schneider Electric, de la cration de 10 postes en CDI. Le pourcentage demplois intrimaire est trs lev dans cette entreprise malgr lintervention et les constatations de lInspection du Travail. Ils demandent galement le paiement de la journe de solidarit et loctroi de 2 journes enfant malade.

    La cinquantaine de salaris en lutte, qui en tait son 3e jour de grve lundi, a reu lappui de lUnion Locale CGT de Libourne, de lUnion Dpartementale CGT de la Gironde et de la Fdration de la Mtallurgie.

    GOODYEAR

    La solidarit gagne du terrain

    Partout en France, syndicats, associations, partis et citoyens sinvestissent pour exiger la relaxe des Goodyear.

    Aux quatre coins de la France, la solidarit grossit de jour en jour autour des huit ex-Goodyear dAmiens condamns neuf mois de prison ferme. Des unions locales la confdration, la CGT sest videmment mise en ordre de bataille pour obtenir la relaxe de ses militants, notamment en votant des motions de soutien et en interpellant gouvernement et lus.

    Mais ce combat dpasse dj largement la CGT les dirigeants de la FSU, de Solidaires et de Force ouvrire ayant dj fait part de leur soutien aux ex-Goodyear. Cette attaque contre les salaris et leurs dfenseurs syndicaux semble mme resserrer les rangs dans le mouvement syndical. Les militants qui se font les porte-voix de la dfense des liberts syndicales et dmocratiques, des combats pour lgalit et la justice sociale, nont pas tre traits comme des dlinquants. Laisser entendre lexistence de deux poids deux mesures, permettre que sins-talle la criminalisation de ceux qui luttent pour le bien commun, faire du souci de la scurit une arme contre nos liberts, serait entrer dans des chemins bien obscurs, que nous refusons! ont dclar les unions dpartementales CGT, CFDT, FO, FSU, CFTC et Solidaires de Seine-Saint-Denis dans un communiqu commun.

    La cause des Goodyear mobilise mme au-del des syndicats de salaris, puisque des associations comme le Secours populaire ou la Ligue des droits de lhomme, qui relve une aggra