Nouvelles N°1994

  • View
    221

  • Download
    6

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Nouvelles N° 1994 du 16 mai 2013

Text of Nouvelles N°1994

  • J-8fte de lhumanit gironde

    SERGENTBOULEVARD DES AIRSLES RYTHMOPATHES

    ORCHESTRE DU JOSEM

    GARCIA

    FEEL DROP / HEROES IN THE SEAWEED / LES PRES SIFFLEURS / ALAM FAMILY / LA HONDA / LE COMET SWING / LES

    LACETS DES FES / SLOW SUGAR / DJANGOPHIL / DOS COMPADRES / DJ PONCH ET RELLO /

    SAOUL KITCHEN / APRIL SKIES / DOCTEUR PSYCOPATE / LE

    BAXTER FLY

    Jeudi 16 mai 2013 - N 1994 - Hebdomadaire - 15, rue Furtado - 33800 BORDEAUX Prix : 0,80 euro

  • 2 Les Nouvelles 16 mai 2013

    Le Front de Gauche sest fli-cit du succs historique de la marche du 5 mai, un an aprs llection de Franois Hollande. Cette manifestation a confirm dune part le refus du peuple de gauche de la poli-tique daustrit mene par le gouvernement, dautre part la possibilit de rassembler une majorit alternative appuyant une autre politique. La prsence de trs nombreux syndicalistes, salaris dentreprises en lutte et le caractre populaire de la marche sont une grande satisfaction. De mme que celle dEva Joly et de nombreux lus, responsables et militants dEELV qui constitue un vnement majeur. Enfin le mot dordre de chan-gement de rgime quexprime lappel une 6me Rpublique a largement irrigu la marche.La rponse du gouvernement na pas t la hauteur de cette formidable aspiration. Au lieu de rassurer ceux qui ont permis la dfaite de Nicolas Sarkozy il y a un an, Jean-Marc Ayrault a prfr dire une fois de plus sa sollicitude pour les chefs dentre-prise et annoncer la privatisation partielle dentreprises publiques !

    Cette marche a tabli un rapport de forces, ouvert de nouvelles perspectives, galvanis les ner-gies. Mais elle doit surtout tre le dbut dun processus. Cest pourquoi le Front de gauche, dans le mme objectif dlar-gissement que le 5 mai, propose dores et dj dautres rendez-vous dans les semaines venir :Le16mai, la mobilisation aux cts des syndicats en faveur de la loi damnistie sociale et de la loi interdisant les licenciements boursiers.Le1erweekenddejuin, un maximum dinitiatives populaires sur le mme mot dordre que la marche du 5 mai contre laust-rit, la finance et pour la 6me

    Rpublique sous des formes dcides localement : marches, rassemblements, etc., dans les rgions et dpartements.Le9juin, le soutien la marche des femmes contre laustrit. Le16juin, les Assises citoyennes dont nous proposons la co-orga-nisation tous ceux, personna-lits, associations, syndicats et forces de gauche qui partagent les objectifs dune politique alterna-tive celle applique aujourdhui par le gouvernementLa Gauche europenne aussiLe PGE -dont des reprsentants taient prsents- raffirme son soutien au Front de gauche, qui vient nouveau douvrir un espoir pour les peuples de France et dEurope.Populaire et exigeante, cette mobilisation doit tre entendue en France et en Europe pour stopper les politiques daustrit et construire un modle de dve-loppement rpondant aux enjeux du 21e sicle, aux besoin humains plutt qu ceux des banques.La Gauche europenne se flicite du succs de la marche et sera prsente le 16 juin prochain pour participer aux assises de la refon-dation sociale et dmocratique de la Rpublique pour construire avec les Franais un nouveau projet europen.

    ActUAlit

    180 000 pour lalternative laustrit, contre la financeSuccs de la marche citoyenneCe nest quun dbut, prometteur, dune nouvelle histoire en marche

    24, 25 et 26 Mai. Fte de lHumanit 33. CourrjeanLundi 27 mai, 19h. Bistrot politique dEspaces Marx Faut-il dsesprer de la politique ou en changer ? Restaurant Le Gambetta TalenceLundi 3 juin, 19h. Conseil dEspaces Marx, Athne Municipal de BordeauxVendredi 7 juin, 18h30. Rencontres Philosophiques avec Alain Brossat, Librairie La Machine Lire

    Espaces MarxRendez-vous de mai/juin

    Retraiteslever les tabous des cotisations patronales et de lvasion fiscalele 13 mai, J.M. Ayrault recevait successivement les 8 organisations patronales et syndicales pour prparer la confrence sociale des 20 et 21 juin. Au coeur des discus-sions, le dossier des retraites. Pour le Medef, Laurence Parisot apprcie que le gouverne-ment ait eu le courage de dire quil fallait nouveau une rforme des retraites et prcise: Il faut dsormais quil ait la capacit pdagogique de dire pourquoi et vers quelles modifications il faut aller. la patronne des patrons rclame un passage 43 du nombre des annuits ncessaires pour prendre sa retraite taux plein dici 2020 et de repousser lge lgal au-del de 65 ans. Pas de tabou , ose-t-elle. Sauf laugmentation des cotisations patronales et lvasion fiscale. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a pourtant vacill jusqu chuter sous les coups de limmense foule des manifestants contre sa rforme des retraites, qui lui ont fait payer dans les urnes son passage en force. Ils ne voulaient pas se laisser entraner sur un chemin de rgressions sociales. Croit-on llyse que les Franais ont la mmoire si courte ? Ils se souviennent que le candidat socialiste en 2012 promettait le retour de la libert de prendre sa retraite partir de 60 ans , mme sil lassortissait de bmols. Ils savent que lallongement de la dure de cotisation les conduirait jusqu la limite de lesprance de vie en bonne sant (62 ans pour les hommes et 63 ans pour les femmes). La France est en effet un des pays o lintensit du travail et la productivit sont les plus fortes.Bruxelles lavait rclam, Franois Hollande semble sex-cuter en poussant la mise en place marche force dune rforme qui rduirait le droit la retraite, diminuerait les pensions, notamment en abandonnant leur indexation sur linflation, supprimerait les avantages accords aux parents de trois enfants et plus... Les commissaires europens nhsiteront pas forcer la dose dans les recommandations quils adresseront le 29 mai notre pays.Un chiffre est dj brandi comme un pouvantail moineaux : le dficit cumul de lensemble des rgimes pourrait atteindre 200 milliards deuros en 2020. La rforme de Sarkozy, aprs celle de Fillon, na donc servi rien. Elles ont en fait accru encore les dsquilibres en infligeant lconomie le poison de laustrit. le secrtaire gnral de la cGt, thierry lepaon, a fait re-marquer ces derniers jours que si on allait vers un salaire minimum de 1 700 euros, on naurait pas de problmes de retraites Lautre levier sur lequel il faudrait agir, cest lemploi et la croissance, insistait-il, qui multiplieraient les cotisations. Il est rejoint par Jean-Claude Mailly, pour FO, qui refuse une augmentation de la dure de cotisation dj trop forte . Et la CFDT aussi, on sinquite dune telle prcipitation gou-vernementale boucler le dossier.

    Pourquoi ne pas mourir la tche ?cest la question que pose Olivier Dartigolles pour le PcF.Encourag par labandon en rase campagne du gouverne-ment sur lAccord national interprofessionnel (ANI) qui a cd au patronat sans disputer le moindre combat, le Medef veut profiter de son avantage. Pour une majorit dlectrices et dlecteurs qui ont fait le choix, au printemps dernier, de ne pas poursuivre sur le chemin des rgressions sociales, il faut changer de politique. On se souvient combien la mobilisation de la gauche et du mouvement social contre la casse des retraites a t forte.Le 15 mai, Franois Hollande se prsente devant les commis-saires europens et tient une confrence de presse le jeudi 16. Pour le PCF, voil une nouvelle occasion pour un changement de cap, pour ne plus accepter les oukases de Bruxelles.En 2010, les forces de gauche ont combattu la casse des retraites. En 2012, on a battu Sarkozy, Fillon et Woerth. Ce nest pas pour appliquer une politique de droite en 2013.La retraite, cest 60 ans, taux plein, dans un pays o la pro-ductivit est lune des plus fortes.

    Encore plus loin

    Plus de 200 girondins taient la Rpublique, avec 3 bus, des covoi-turages et ceux monts en train.

    Elus, militants, citoyens, des Bglais et Bordelais trs mobiliss !

  • Les Nouvelles 16 mai 2013 3

    EditorialActUAlit

    lvnement manifestif

    La foule du 5 mai qui a march de Bastille Nation appartenait la grande multitude qui, il y a un an, a donn son cong la droite sarkozyste et voulu un changement de politique avec un nouveau pr-sident, issu de la gauche.

    Elle affrontait les assauts rpts de la droite et des puissances financires et se montrait disponible pour crer un rapport de force pour sortir de laus-trit, du chmage, grce une politique nouvelle.

    Elle appelait sortir du prsidentialisme et dun systme qui, dsormais, a fait entrer les intrts privs au sein mme du pouvoir dEtat.

    Les scandales financiers, sanitaires, cologiques ne sont pas luvre de quelques brebis gares. Ils sont inhrents au systme. Aujourdhui les banques franaises ont plus de filiales dans les paradis fiscaux quen 2011 et ce sont les mmes qui refusent un meilleur accs au crdit alors que la Banque centrale europenne vient de faciliter leurs approvisionnements en liquidit. Paradis pour les puissants, enfer de laustrit pour les peuples !

    Ces injonctions austritaires se traduisent par le pacte de comptitivit, la loi de flexibilisation du tra-vail qui vient dtre vote au Snat (seul le groupe CRC a vot contre), la rgression envisage pour les retraites et les allocations familiales, le refus de lgifrer contre les licenciements boursiers, pour lamnistie sociale, pour le droit de vote des tran-gers ds 2014

    Cette marche fut donc emblmatique de la volont non pas de diviser la gauche mais bien au contraire en rassembler la diversit en un front populaire pour rinventer une Rpublique indissociablement sociale et dmocratique.

    Sil en a la volont, le prsident de la Rpublique pourrait sappuyer sur ces forces qui lont port au pouvoir pour agir en faveur dune autre rpartition des richesses, dun nouveau type de production, avec un plan audacieux dinvestissement et de dveloppement cologique, une refonte dmo-cratique des institutions avec des pouvoirs et des droits nouveaux aux citoyens et aux salaris.