Click here to load reader

Novembre 2012 - manage- · PDF fileLes renards mangent nos poules. Et les blaireaux mangent le maïs de nos ... volent les œufs de ... Et les loutres osent se nourrir des poissons

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Novembre 2012 - manage- · PDF fileLes renards mangent nos poules. Et les blaireaux mangent le...

  • Avec le soutien de :

    Novembre 2012

    Photo : Ann Sibille

    Fou de Bassan

  • 2

    Les fourmis de nos rgions

    Elles sont jaunes, noires ou rouges, elles mordent, elles ont des ailes ou nen ont pas. Elles font leur nid sous les pierres ou en forme de dme dans les jardins et les bois,

    NUISIBLES ? DRANGEANTES ? QUE SAIT-ON VRAIMENT DELLES ? Comme les abeilles et les gupes, les fourmis appartiennent lordre des Hy-mnoptres (ailes membraneuses) apocrites ( taille de gupe) et aculates ( dard), mme si le dard a disparu chez plusieurs espces et que les ailes ne sont pas prsentes chez tous les individus. Toutes les espces de fourmis sont so-ciales, et leurs colonies varient de quelques individus plusieurs milliers, voire millions. ELLES SONT PARTOUT En Belgique, les fourmis sont prsentes partout et toutes les latitudes : bois, fagnes, jardins, intrieur des btiments Mais les sites thermophiles (pelouses calcaires, terrains calaminaires, escarpements rocheux) constituent les bio-topes les plus riches. Certaines espces sont toutefois infodes des biotopes particuliers comme les tourbires, les landes bruyre UN ESTOMAC SOCIAL Les diffrentes espces de fourmis de nos rgions sont omnivores, elles consomment des insectes, du nectar, du miellat de pucerons, des graines Elles possdent un estomac social qui leur per-met de stocker la nourriture sous forme liquide afin de la transporter et de la rgurgiter au nid pour nourrir la reine, les larves et dautres ouvrires. Ds quune source de nourriture est trouve, les fourmis tracent une piste, laide de phromones, jusqu leur nid o elles avertissent leurs congnres, et cest en colonne quelles remontent cette piste pour exploiter la ressource jusqu puisement de celle-ci.

  • 3

    UNE POUR TOUTES, TOUTES POUR UNE Les nids sont gnralement constitus dindividus sexus, mles et reines, qui, le temps de laccouple-ment et de lessaimage, sont les seuls avoir des ailes. Les ouvrires, elles, sont des femelles striles qui soccupent de lentretien et de la dfense du nid, de la rcolte de nourriture et du nourrissage des larves et de la reine. Le couvain (ufs, larves et nymphes) produit des ouvrires et des individus sexus. Selon les espces, les nids sont en pleine terre, sous des pierres, sous les mousses, dans les branches mortes ou des tiges creuses, ou encore dans des glands ou des coquilles descargot vides. Ces nids se prsentent aussi parfois sous forme de monticules de terre ou de dmes daiguilles de rsi-neux. FONDER UNE COLONIE

    Au printemps ou en t, selon les espces, des centaines de fourmis ailes senvolent et essaiment durant une courte priode. Mles et femelles fcondes saccouplent. Une fois fcondes, les reines arrachent leurs ailes et cherchent un abri afin de commencer pondre. Durant de longues se-maines, voire de longs mois, elles puisent leur nergie pour pondre leurs premiers ufs dans leur masse musculaire alaire rendue inutile. Les larves sont nourries avec des ufs non fconds (ufs alimentaires ) que les reines pondent pour salimenter elles-mmes. Les premires

    ouvrires, issues de la mtamorphose des larves, vont alors chercher la nour-riture lextrieur du nid pour alimenter leur reine et les larves suivantes. Une telle fondation de colonie par un individu unique porte le nom de fonda-tion indpendante par haplomtrose. En fonction des circonstances, la fondation dune colonie peut varier du schma gnral. Plusieurs reines peuvent sassocier afin daugmenter consi-drablement la quantit dufs pondus et obtenir ainsi trs rapidement un grand nombre douvrires. Cette association est parfois temporaire, car il arrive quune reine prenne lascendant sur les autres et les limine. On parle alors dune fondation indpendante par plomtrose.

  • 4

    Concours PCDNews n 42

    La bonne rponse est : Le hanneton Il y a lieu dajouter 2 personnes qui ont aussi donn la bonne rponse

    FEREAU Jeannine - HONORE Edmond

    OU REJOINDRE UNE EXISTANTE Il arrive aussi que les femelles fcondes retournent dans leur nid dorigine et y augmentent le nombre de femelles reproductrices pour acclrer la crois-sance de la colonie et lui permettre de se diviser par fission ou bouturage. Parfois galement, la femelle fconde cherche le

    nid dune autre espce, y pntre et tue la reine hte afin de prendre sa place et faire lever sa descendance par des ouvrires orphelines. Cest donc une colo-nie mixte qui se dveloppe de la sorte, jusqu ce que les ouvrires de lespce hte meurent de vieillesse. Il sagit dune fondation dpendante par parasitisme social temporaire, utilise notamment par nos fourmis rousses des bois. Dautres variantes encore sont possibles : espces esclavagistes, etc. Les es-pces parasites sont rares, particulirement en Belgique.

    Source : Natagora

    Combien despces en Wallonie ? On compte moins dune centaine despces de fourmis diffrentes en Wal-lonie, en incluant les espces dont lidentification ou les mentions sont dou-teuses et les exotiques. La plupart des espces ne sont cependant reconnaissables que par des d-tails visibles seulement avec une loupe binoculaire grossissement de 90x.

  • 5

    Les damns de la terre

    Les renards mangent nos poules. Et les blaireaux mangent le mas de nos champs. Et les fouines font du bruit dans les greniers, volent les ufs de nos poules et peuvent mme toutes les massacrer. Et les loutres osent se nourrir des poissons destins mordre aux hame-ons de nos lignes. Actuellement ce sont les castors, qui sont dans le collimateur. Ces miracu-ls de lextinction ont la mauvaise habitude de vouloir recrer des milieux humides de mauvais endroits et couper les arbres quon voulait garder. Pourtant ces mammifres sauvages quon ne voit pas, quon nentend pas, mritent notre admiration. Ils traversent des preuves pouvantables : cam-pagnes dradication (rappelez-vous le gazage des terriers de renards et de blaireaux), destructions coup de primes pour la loutre dans un pass trs rcent, chevrotines des chasseurs pour le renard. Il faut toutefois reconnatre que la situation de ces damns de la terre sest sensiblement amliore ces dernires annes. La loi protge la loutre depuis mars 1983 mais son statut reste prcaire. Seulement quelques indi-vidus semblent subsister en Wallonie. Le blaireau est protg depuis aot 1992, ses populations se portent bien, mais son aire de rpartition est loin de ce quelle tait au milieu du XXe sicle. Le castor est une espce prot-ge au niveau europen par la convention de Berne de 1979. Il est en pleine expansion et sa population en Wallonie approche les 1000 individus. Quant au renard, sil reste trs prsent, il nen est pas moins chassable, et destructible partout, tout le temps. Pire, lusage de bricoles ou collets reste autoris en Wallonie. Ces mthodes abominables, dignes du Moyen Age infligent des souffrances indicibles un animal intelligent, sensible et proche du chien, notre meilleur ami ! /...

  • 6

    / Loup et lynx sont annoncs et ont dj t observs en Wallonie. Noffri-raient-ils pas une solution naturelle aux surdensits de grand onguls dans nos forts ? De manire plus gnrale, et malgr lvolution des mentalits et lam-lioration quasi gnrale dont bnficient les espces sauvages, les pres-sions pour leur destruction subsistent. Ds quun animal empite un tant soit peu sur les intrts quelconques dune personne la raction est viru-lente. On veut une solution radicale, immdiate : le dtruire ! Ce raisonnement, ou plutt ce reflexe doit tre invers. Cest nous, en transformant radicalement notre environnement notre usage, qui avons rendu lexistence de la vie sauvage prcaire et en sursis. Nous portons une lourde responsabilit. Cest donc nous de nous adapter. Cest nous, avec nos moyens, notre intelligence, notre crativit, imaginer les mul-tiples moyens de se prmunir des nuisances causes par la vie sauvage. Et faire en sorte que loutres, renards, blaireaux et castors se retrouvent en quilibre dans leurs milieux de vie. Ils constituent les indispensables maillons des cosystmes complexes dont nous ne constituons finalement nous aussi quun simple chanon.

    Harry Murdulyn

    Agenda

    Marches dans le cadre d Objectif-Sant

    Les animateurs : Marie-Christine Higuet et Willy Debruyne 22 novembre

    6 et 20 dcembre

    Prochaines activits PCDN Fte de lenvironnement et march Sainte-Catherine

    Dimanche 25 novembre au Scailmont

  • 7

    Le PCDNews est disponible : lAdministration communale

    Aux bibliothques Dans diffrents commerces de lentit

    Le rglement du concours peut-tre obtenu : ladministration communale: Service Civilits 3e tage ou

    Chez Jules Baise rue du Cimetire, 16 La Hestre Tl: 064/55 48 81 jules_baise@hotmail.com

    Les bulletins de participation peuvent tre dposs aux endroits indi-qus ci-dessus

    Concours PCDNews n 43

    Bonnes rponses donnes par : Vronique FAUCONNIER

    Michel HENDRICKX Monique DELANOIS Arlette GODFROID

    Josette HALON Jose HALON

    Viviane BERTAZZO Suzanne BARDIAUX Annie BARDIAUX

    Jean-Claude GILLOT Nicole WASTIAUX Valrie TUERLINGS Alain POUPELEER

    Jeannine DEBAUQUE Vito AMORUSO

    Maryvonne DOMBAERT Freddy FOUCART

    Maggy VAN MULDERS Jeannine MAQUE Raymonde MORIN Myriam CLEPPE

  • 8

    Rponse au jeu-concours du PCDNews n 44 (remis le / / ) Pour tre valable, la rponse doit parvenir avant le 25/11/2012

    Entourez votre village

    Bois dH/Bel/Fayt/ Man. La H/Longsart. Nom / Prnom . Rue .N .

    PCDNews-Tous droits rservs-2012 Conception : Baise J. Editeur Responsable :

    Antonio MEO-Echevin de lEnvironnement. et Prsident du PCDN

    Noubliez pas ! Je suis recyclable.

    O se trouve cette pierre ? Rponse : .

Search related