Numero hiver 2012

  • View
    232

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Numero hiver 2012

  • 1. HAPPY FLASH Un mot de HAPPY le bien tre et lebonheur de nos protgs Numro 5Bonjour tousBien sr, des occupationsponctuelles,desHAPPY en appelle donc Lhiver a t long !circonstances familiales tous les responsables etDate de parutionFEVRIER 2012Et HAPPY bien exceptionnelles font queles membres de FDA!occup a fait nos membres peuvent tre SOYONS PRESENTS ETretenus quelques joursSommaire :trainer la parutionBOUGEONS NOUS POUR Le do n d e soimais pas des semaines ! On manque de manqueLES ENFANTS !de ce journal! R encontres av ec Op hli e et Sylvie Les tem ps forts de ce trim estreIl ne faut pas oublier les Rencontres : Nour et Un nouvea u jeuMais le voici enfin ce Un peu de publiens privilgis avec lesHlnenumro 5 du HAPPY MERCIenfants et les affinits qui Les temps fortsFLASH se sont cres au fil du Les happy niouzeHAPPY pourrait hlastemps! Oui notre viereprendre mot pour mot ce quotidienne est prenante, Les jeuxquil crivait dans leoui des difficults de tous La pubdernier numroordres surgissent, oui laCertainespersonnescommunication est parfoischaotique, mais il fautontoublileurssavoirfairefi desengagements enversquerelles de clocher, et senotre association etmler seulement de ce quinos petits protgs.nous regarde chez FDA :Les infos de HAPPY Nous nous interrogeons principalement sur le nombre denfants soutenir et ladaptation de nos formes de soutien en fonction de leur ge ! Pour toute suggestion ou discussion sur le sujet, nous vous invitons rejoindre le forum et vous manifester dans le coin QUESTIONS ET SUGGESTIONS Nous rappelons galement que le blog (tenu par Sylvie) senrichit rgulirement ! Vos visites et commentaires y sont apprcis Enfin les parents de nos jeunes protgs sont invits nous tenir informs de lvolution des enfants afin que nos courriers soient au plus proche de leurs ralits !

2. Au secours : on manque de manque !happy vous fait partager ses lecturesDiane Drory Psychanalyste et psychologue, Diane Drory vit Bruxelles. Les souffrances de lenfance restent son cheval de bataille depuis 35 ans. Elle est lauteur de nombreux articles et ouvrages dans ce domaine. ducation. Surtout, quil ne manque de rien, ce gosse est tout pour nous ! Mais voil, trop vouloir son bien et son confort, on ltouffe. Rsultat des courses : gav jusqu la glotte, surprotg, choy, le petit homo sapiens manquerait de manque. Lamour, on nen a jamais trop ! Seulement, aimer nest pas tout offrir et le plus beau cadeau quon puisse faire un enfant, cest paradoxalement de ne pas lui donner immdiatement ce quil veut. Car lenfant dont on comble les moindres caprices reste insatisfait. On a tendance loublier : cest damour vrai - savoir de relation, de transmission et de loi - dont un enfant a besoin. Si frustrer un gosse est devenu si difficile, cest que lidologie ducative ambiante favorise la vision de lenfant comme un tre plein. Ladulte devrait, ds lors, veiller ne pas entamer cette compltude en introduisant la faille du manque. Regard comme un trsor, lenfant est devenu tellement prcieux quon en fait un veau dor. Assimil un objet de dvotion, il est tout pour ses parents, qui ont parfois eu beaucoup de peine lavoir. Le petit se retrouve illusionn dune incontestable toute-puissance. La socit elle-mme adore cet enfant porteur davenir. Dans cette pdofolie , tous les regards sont braqus sur lui et il est couvert de cadeaux, surprotg, gratifi dun amour parental sans bornes, prt tout accepter. Mais voil, deux ans, elle ne peut sendormir sans la prsence de sa mre au moins deux heures son chevet. trois ans et demi, il refuse de dormir au moment de la sieste et crache sur la dame qui le surveille. dix ans, il narrte pas de rpondre, fonctionne non stop la carotte, aimerait dj pouvoir vivre sa vie comme il lentend. Sachons-le, lexcs affectif est aussi nocif que le manque. Cette dmesure induit chez lenfant la peur de la perte et lempchement du dsir. La surcharge de sollicitude musle sa vitalit Lapprentissage de leffort sen trouve compromis. Si tre combl tout de suite est indispensable pour le nourrisson, grandir, cest dcouvrir quun temps dattente peut diffrer une rponse. Alors, lorsquon sindigne de voir un enfant drober quelque chose, quon soffusque de voir un pr-ado voler un vlo, simplement parce quil en a besoin - l, maintenant ! - on devrait se demander si on na pas juste oubli de les introduire lattente et lacceptation du manque ? ASSUMER LE MANQUE Le manque, nul ny chappe. Lenfant en fera souvent lexprience dans la vie et il est essentiel quil apprenne lassumer. En lui laissant croire que tout ce quil dsire est sa porte, lducation rate son but. La frustration nest pas une calamit ! Manque, erreur et frustration sont vivifiants. linverse, lenfant envahi, combl, aux prises avec un surplus doffres risque de sanantir. Tel Thomas, sept ans, qui dit vouloir se suicider. Un entretien approfondi rvle quil ne jouit daucune autonomie tant ses parents craignent quil en fasse mauvais usage. Pour ce petit bonhomme, habit dune saine nergie vitale, quoi bon vivre, si cest pour tre habill tous les jours du dsir de papa et maman, empch dexprimer sa colre sous peine de voir sa mre pleurer ou ne mme pas pouvoir oublier son sac de piscine, puisque ses parents y pensent pour lui ? Il faut savoir quen matire de construction psychique, la place du manque est essentielle. Le manque, thoris par la psychanalyse en diffrentes tapes appeles castration permet de demander, de parler, dimaginer travers le manque, lenfant labore avant tout la possibilit de penser, dtre conscient, de ne pas tre manipul par ses pulsions, mais den faire un outil de ralisation personnelle. Quand on na pas tout, on dveloppe un potentiel personnel. Oblig de trouver des solutions, lenfant emploie son imaginaire. Sa logique fonctionne. Il cherche comment raliser son dsir. Il pense, il rflchit, il invente, il teste et se relie aux autres pour trouver de laide. Contrairement ce quon imagine, lenfant qui ne traverse pas le manque ou le traverse trop peu, devient extrmement angoiss. Il ne shumanise pas. Car le petit dhomme ne nat pas civilis, il le devient travers de quotidiennes confrontations la perte. Il est du devoir de lducateur de laider supporter de ne pas tout avoir, sans que ce soit la fin du monde. Manquer de quelque chose permet lenfant de dcouvrir que cela ne lanantit pas, mais, quau contraire, lexprience le laisse indemne, au-del de la tristesse ou de la colre lgard de ce qui lui chappePage 2 HAPPY FLASH 3. Titre de larticl e intri eur Au secours : on manque de manque ! LE DON DE SOI: DONS DORGANES PARLONS ENhappy vous fait partager ses lectures CANALISER SES PULSIONS Si on nintgre pas que tous nos dsirs ne peuvent tre combls, le chaos sinstalle. Nous sommes en effet tous dots dune pulsion vitale qui nous fait vivants et dsirants. Cette pulsion doit tre canalise. Si lenfant na pas la chance de rencontrer un adulte, capable de sopposer son dsir et de supporter le choc des ractions normales de violence enfantine - pleurs, cris, tristesse - cette pulsion ne pourra ni voluer, ni se refouler, ni se sublimer. Elle sera alors laisse sa folle trajectoire de destruction. L, tout de suite, comme je le sens ! Lenfant auquel on napprend pas renoncer simagine quil a tous les droits. Laissez-moi vivre ! , hurle Laurence. Laurence veut un aquarium Elle le reoit. Elle veut un iPod pour tudier son anglais... Cest OK. Elle espre trouver la paix de lme dans lavoir. Par contre, Je ne veux pas de votre cole pourrie ! 14 ans, elle sinsurge face toute exigence. Est-elle heureuse ? Assurment non. Lado laisse rgulirement des messages de dtresse sa soeur et devient de plus en plus phobique et hypocondriaque. Aussi ladulte a-t-il le devoir de familiariser lenfant avec la frustration. EXPRIMENTER LA PERTE Le monde environnant donne lillusion que tout est trs rapidement possible. Pour certains jeunes sortis des illusions dores dune enfance trompeuse, le rve scroule durement. Aucun humain ne peut tout tre, gagner, russir, tout contrler, tre parfait... Ce leurre ronge les perfectionnistes. Il est vital dexprimenter la perte, lerreur, lignorance, lchec, limpuissance ou la maladie. En les refusant, on senlise dans la souffrance. Lacceptation du manque est la source de notre force intrieure. En nous en souvenant de temps en temps, nous nous persuaderons que retarder lacquisition dun petit bonheur en double la satisfaction !Page 3HAPPY FLASH 4. PLEINS FEUX SUR - NOUR ELHOUDAComme chacun le sait, notre jolie Nour estElle est donc suivi par un psychologue maisatteinte du syndrome de PRADER WILLI, sa maman vit dans langoisse de la voir seaccident gntique imprvisible. Afaire mal!ladolescence et dautant plus chez les sujetsobses ce syndrome entraine descomportements menant la violence ou laNour est sujette aux cauchemars.dpression . Rcemment plus rien narrive la fairesourire et son regard se vide nouveau,Admise depuis quelques temps dans unalors quelle avait pourtant, il ny a pas siIME, Nour traverse des priodes de hauts et longtemps, un lumineux sourire qui donnait de baspenser quelle apprhendait mieux la vie!En dehors des problmes de sant lis samaladie, Nour nest gure en formeNotre soutien lui est plus que jamaisncessaire et Happy le lui a promis en votre Nour Elhouda, une petite jeunepsychologiquement . Ayant il y a peu perdunom tous ! fille pleine de contradictions,son papa, elle parle souvent de le rejoindre ! mais terriblement attachante!PRESENTATION :A CUR OUVERT AVEC HELENECe qui ma amene me rapprocher de FDAJai eu de la chance de ne pas travailler et de pouvoir lever nos trois enfants. Mais lorsquils nous ont quitts pour faire leurs tudessuprieures, je me suis trouve bien inactive . Cest alors que je me suis tourne vers le bnvolat en Maison de Retraite. Mais il nestpas vident daller seule auprs des personnes ges car, si il y a beaucoup de moments joyeux, remplis daffection, dautres sonttroublants, mouvants, voire dstabilisants et jai ressent