Click here to load reader

oec-paris.frinfosocial.experts-comptables.com/.../NEW-Guide+social+employe…  · Web viewGuide social de l’employeur • juillet 2020 | 3. 6 | Guide social de l’employeur •

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of oec-paris.frinfosocial.experts-comptables.com/.../NEW-Guide+social+employe…  · Web viewGuide...

Guide social employeur test.indd

Avant-propos

Ce Guide social de l’employeur a été conçu afin de répondre à vos premières interrogations en matière sociale.

Il n’est pas exhaustif et a une vocation purement indicative.

Il présente les principales règles du droit du travail sans tenir compte des dispositions de la convention collective applicable à votre entreprise.

Votre expert-comptable et son équipe sont à votre disposition pour approfondir toutes vos questions.

2 | Guide social de l’employeur • juillet 2020

Guide social de l’employeur • juillet 2020 | 1

Sommaire

Présentation des missions sociales et RH proposées par le cabinet6

Fiche 1 Convention collective8

Fiche 2 Accord d’entreprise10

Fiche 3 Règlement intérieur12

Fiche 4 Charte informatique13

Fiche 5 Formalités d’embauche14

Fiche 6 Embauche d’un salarié étranger17

Fiche 7 Embauche d’un salarié mineur20

Fiche 8 Médecine du travail21

Fiche 9 Prévoyance et retraite complémentaire23

Fiche 10 Affichages obligatoires25

Fiche 11 Registres27

Fiche 12 Contrat de travail à durée indéterminée33

Fiche 13 Contrat de travail à durée déterminé35

Fiche 14 Contrat de travail à temps partiel39

Fiche 15 Contrat de travail temporaire (intérim)42

Fiche 16 Contrat d’apprentissage43

Fiche 17 Stage en entreprise46

Fiche 18 Rémunération48

Fiche 19 Maladie50

Fiche 20 Accident du travail et maladie professionnelle52

Fiche 21 Maternité54

Fiche 22 Congés payés56

Fiche 23 Activité partielle58

Fiche 24 Formation professionnelle60

Fiche 25 Entretiens obligatoires62

Fiche 26 Télétravail64

Fiche 27 Durées maximales du travail, repos obligatoires, décomptes du temps de travail66

Fiche 28 Heures supplémentaires69

Fiche 29 Forfait en heures et en jours71

Fiche 30 Licenciement pour motif personnel74

Fiche 31 Licenciement individuel pour motif économique77

Fiche 32 Démission81

Fiche 33 Rupture conventionnelle83

Fiche 34 Départ et mise à la retraite86

Fiche 35 Fin du contrat à durée déterminée88

Fiche 36 Représentants du personnel : comité social et économique90

Fiche 37 Épargne salariale93

Fiche 36 Avantages non soumis à cotisations : chèque-vacances, chèques-cadeaux, bons d’achat et titres restaurant98

Présentation des missions sociales et RH proposées par le cabinet

Missions sociales /RH proposées par le cabinet

Principales tâches liées à la mission

Administration sociale

Traitement de la paye

Établissement des bulletins de paye conformes à la législation en vigueur et aux spécificités de l’entreprise

Déclarations sociales

Établissement de la DSN et autres déclarations sociales obligatoires

Embauche d’un salarié

Identification des besoins Réalisation fiche de poste Recherche des aides à l’emploi

Accompagnement dans la rédaction du contrat de travail

Accompagnement dans le choix du contrat de travail et des clauses du contrat en fonction des spécificités de l’entreprise et de l’emploi proposé

Accompagnement dans la rupture du contrat de travail

Accompagnement dans la procédure de rupture, le calcul des indemnités de rupture et les suites (notamment formalités) de la rupture

Accompagnement dans la gestion du temps de travail

Analyse des pratiques dans l’entreprise

Proposition d’un mode d’organisation du temps de travail adapté aux spécificités de l’entreprise

Proposition de modalités de décompte et de suivi du temps de travail

Accompagnement dans l’organisation des entretiens avec le salarié

Accompagnement dans l’organisation et le suivi des entretiens avec le salarié

Accompagnement dans la mise en place d’un dispositif d’intéressement

Accompagnement dans les différentes étapes de mise en place d’un accord d’intéressement

Accompagnement dans la mise en place du Comité social et économique (CSE)

Accompagnement dans les différentes étapes de l’élection du CSE

Accompagnement dans le fonctionnement du CSE

Accompagnement dans le fonctionnement du CSE : réunions, ordres du jour, consultations…

Accompagnement dans la mise en place d’un règlement intérieur et d’une charte informatique

Accompagnement dans les différentes étapes de mise en place d’un règlement intérieur et/ ou d’une charte informatique adaptés aux spécificités de l’entreprise

Accompagnement dans le cadre d’un contrôle Urssaf

Préparation des documents à transmettre à l’agent de contrôle

Réponse aux demandes du contrôleur dans le cadre de son intervention

Accompagnement dans le cadre de la réponse à la lettre d’observations

Accompagnement dans le cadre de la demande de remise gracieuse des majorations et pénalités de retard

Mise en place d’une revue de conformité en matière de cotisations sociales

(pour les clients dont le cabinet n’a pas la paye)

Revue de l’environnement réglementaire et conventionnel

Traduction dans la paye des règles applicables

Mise en place d’un audit de prévoyance et complémentaire santé

Vérification de la procédure de mise en place, des cas de dispense…

Mise en place d’un bilan retraite

Pilotage index égalité hommes femmes

4 | Guide social de l’employeur • juillet 2020

Guide social de l’employeur • juillet 2020 | 1

Fiche 1 Convention collective

Pour déterminer les droits des salariés, qu’il s’agisse d’établir les payes, de rédiger les contrats de travail… il faut avoir une bonne connaissance de la convention collective applicable.

Les conventions collectives sont nombreuses et il faut identifier celle qui s’applique à l’entreprise. Il faut aussi veiller aux conséquences d’un changement d’activité, d’une fusion… sur la détermination de la convention collective.

L’essentielApplication d’une convention collective

L’employeur a l’obligation d’appliquer la convention collective correspondant à l’activité de l’entreprise si elle est étendue. Si elle n’est pas étendue, il ne doit l’appliquer que s’il est affilié à une organisation patronale signataire de la convention.

Champ d’application géographique

La convention collective applicable est fonction du lieu d’implantation de l’entreprise.

Champ d’application professionnel

La convention collective applicable est fonction de l’activité principale de l’entreprise.

À noter :

Le code NAF n’est qu’un simple indice pour choisir la convention applicable.

Certaines professions, comme par exemple les VRP ou les journalistes, ne dépendent pas de la convention applicable à l’entreprise mais sont soumises à des conventions de métier.

À noter :

Si l’entreprise n’est assujettie à aucune convention collective, elle peut en appliquer une à titre volontaire. Il s’agit d’un usage d’entreprise, qui peut être modifié assez facilement (il existe cependant une procédure), sauf si c’est formalisé dans le contrat de travail.

Obligation d’information

Information des représentants du personnel

L’employeur doit fournir un exemplaire de la convention applicable aux membres du CSE et aux délégués syndicaux et leur donner chaque année la liste des modifications apportées à la convention.

Information des salariés

L’intitulé de la convention collective est généralement mentionné, à titre informatif, dans le contrat de travail.

L’employeur donne au salarié, au moment de l’embauche, une notice d’information relative aux textes conventionnels applicables (convention collective et autres accords collectifs).

La convention collective applicable est mentionnée sur le bulletin de paie.

Il est important d’en tenir un exemplaire à jour à disposition du personnel, sur le lieu de travail.

Sanction :

En l’absence d’information :

amende de 4ème classe (750 €)

impossibilité de se prévaloir du contenu de la convention collective non indiquée dans le contrat de travail (préavis de démission par exemple)

l’absence d’information sur le bulletin de paie peut, le cas échéant, causer un préjudice au salarié.

Le conseil du cabinet

Si votre activité évolue dans le temps, vous devez vous interroger de nouveau sur la convention collective applicable

Le changement de convention collective nécessite le respect d’un formalisme spécifique et nécessite un accompagnement par un professionnel

Comparez les dispositions de la convention collective et celles du Code du travail pour vérifier celles qui sont applicables : en principe, la convention collective s’applique quand elle est plus favorable aux salariés que le Code du travail.

Fiche 2 Accord d’entreprise

Il peut être opportun de négocier un accord d’entreprise qui complète et/ou déroge à la convention collective, pour donner plus de souplesse à l’employeur.

L’essentiel

1. Pourquoi négocier un accord d’entreprise ?

Dans les petites entreprises, il est rare que l’employeur négocie un accord d’entreprise, car le processus peut sembler lourd et les avantages faibles. Cependant, il peut être opportun de négocier un tel accord pour déroger à la convention collective et fixer des règles adaptées aux spécificités de l’entreprise.

Exemples :

si la convention collective prévoit un faible contingent d’heures supplémentaires, l’employeur peut avoir intérêt à l’augmenter, par accord d’entreprise, s’il y a recours régulièrement. Ceci afin d’éviter d’octroyer le repos dû en contrepartie des heures supplémentaires effectuées au-delà du contingent

s’il y a des cadres autonomes dans l’entreprise mais que la convention collective ne prévoit pas la possibilité de conclure des conventions de forfait en jours, il peut être opportun de conclure un accord d’entreprise pour autoriser la conclusion de telles conventions.

Négociation dans les entreprises avec délégué syndical

S’il existe des délégués syndicaux dans l’entreprise, l’employeur doit négocier avec eux.

Négociation dans les entreprises sans délégué syndical Dans ces entreprises, il existe différentes modalités de négociation :

dans les entreprises de moins de 11 salariés et dans celles de 11 à 20 salariés au plus, sans élu au CSE (en présence d’un procès-verbal de carence) : l’employeur élabore un projet d’accord soumis à l’approbation des 2/3 des salariés

dans les entreprises de 11 à 50 salariés : la négociation peut se faire avec un élu du CSE ou un salarié non élu

dans les entreprises d’au moins 50 salariés : la négociation a lieu en priorité avec un élu du CSE ; à défaut, avec un élu non mandaté et, à défaut, avec un salarié non élu.

Dépôt de l’accord

L’accord et les pièces annexées sont déposés auprès de l’administration du travail et au secrétariat-greffe du Conseil de prud’hommes.

Le conseil du cabinet

La négociation d’un accord d’entreprise est très simple dans les TPE, il ne faut pas hésiter à négocier un accord pour bénéficier de souplesse, notamment dans le domaine de la durée du travail

Le cabinet peut vous accompagner tout au long de la négociation.

Fiche 3 Règlement intérieur

Depuis le 1er janvier 2020, la mise en place du règlement intérieur est obligatoire pour les entreprises d’au moins 50 salariés (auparavant, cela concernait celles d’au moins 20 salariés).

Si l’entreprise n’atteint pas ce seuil, elle peut cependant avoir intérêt à prévoir à un règlement intérieur pour mettre en place des procédures de contrôle des salariés (alcool et drogue) afin de pouvoir, le cas échéant, les sanctionner dans un cadre sécurisé, pour les postes à risques (bâtiment…).

L’essentiel

1. Contenu

Le règlement intérieur contient des dispositions en matière :

d’hygiène et de sécurité : conditions d’utilisation des équipements de travail et de protection individuelle ; règlementation en matière de médecine du travail ; interdiction de fumer ; recours à l’alcootest et/ou à un contrôle de l’usage de stupéfiants…

de discipline : règles générales et permanentes relatives à la discipline : sanctions…

de harcèlement sexuel et moral.

Mise en place

Le CSE (comité social et économique) doit être consulté au préalable sur le règlement intérieur.

Il doit être affiché dans l’entreprise.

L’employeur doit l’envoyer en deux exemplaires à l’inspecteur du travail et le déposer au greffe du conseil des prud’hommes.

Le conseil du cabinet

Si le règlement intérieur n’est obligatoire que dans les entreprises ayant atteint l’effectif de 50 salariés, il peut être intéressant d’en mettre un en place dans des entreprises de plus petite taille, notamment pour sanctionner les salariés en état d’ébriété, alors qu’ils occupent un poste à risque

Le cabinet peut vous accompagner dans la mise en place de votre règlement intérieur.

Fiche 4 Charte informatique

La mise en place d’une charte informatique permet de sécuriser le réseau informatique, de fixer les règles de bonne utilisation des outils informatiques et de prévoir les moyens de contrôle de cette utilisation.

L’essentiel

La charte informatique est un document mis en place de manière unilatérale par l’employeur. Elle n’est pas obligatoire.

L’intérêt de mettre en place une charte informatique est de protéger l’employeur contre une utilisation des moyens informatiques mis à disposition des salariés à des fins étrangères aux fonctions du salarié. Cela lui permet de faciliter le contrôle qu’en font les salariés et d’utiliser ces moyens de contrôle pour prouver une faute du salarié.

Si la charte informatique a des incidences sur les thèmes du règlement intérieur (sécurité et discipline), et notamment la possibilité de sanctionner les salariés en cas de non-respect des règles fixées, l’employeur doit :

consulter au préalable le CSE (comité social et économique)

transmettre la charte à l’inspection du travail et la déposer au secrétariat-greffe du Conseil de Prud’hommes

afficher la charte dans l’entreprise.

Si la charte prévoit des mesures de contrôle des salariés, il convient d’informer le salarié de ces mesures.

Sanction :

Si les formalités ne sont pas respectées, la charte informatique ne sera pas opposable au salarié. Ainsi, l’employeur ne pourra pas sanctionner le salarié ayant contrevenu aux dispositions de la charte.

Le conseil du cabinet

Compte tenu de l’omniprésence des nouvelles technologies au travail, la mise en place d’une charte informatique, bien que non obligatoire, est vivement conseillée

Le cabinet peut vous accompagner dans la mise en place de votre charte informatique.

Fiche 5 Formalités d’embauche

L’employeur qui décide d’embaucher un salarié est soumis à un certain nombre d’obligations dont le non-respect peut être lourdement sanctionné.

L’essentiel

Avant l’embauche, il faut demander au salarié de produire l’original de sa carte d’identité et l’attestation de sa carte Vitale, afin notamment de vérifier son âge et sa nationalité.

En cas d’embauche d’un salarié étranger ou d’un salarié mineur, voir les 2 fiches suivantes.

À noter :

Si l’employeur exige un diplôme pour le poste à occuper, il faut qu’il demande au salarié de produire l’original avant l’embauche. Il existe un service gratuit pour vérifier l’authenticité du diplôme grâce à une clef de contrôle : https://diplome.gouv.fr/sanddiplome/login

1. Déclaration préalable à l’embauche (DPAE)

Tous les employeurs ont l’obligation de faire une DPAE au plus tôt dans les 8 jours précédant l’embauche et au plus tard le dernier jour ouvrable précédant l’embauche. Elle est transmise par voie dématérialisée à l’Urssaf ou à la MSA.

Sanctions :

Contravention de 5ème classe (1 500 €)

Pénalité égale à 300 fois le minimum garanti

L’employeur se rend coupable du délit de travail dissimulé, qui est une infraction pénale (3 ans d’emprisonnement, 45 000 € d’amende, annulation totale ou partielle des exonérations ou réductions de charges sociales, fermeture de l’établissement…)

Inscription sur le registre du personnel

Le salarié doit être inscrit sur le registre unique du personnel.

Sanction :

Contravention de 4ème classe (750 € pour les personnes physiques et 3 750 € pour les personnes morales)

Inscription à la caisse de retraite, de prévoyance et de complémentaire santé

Le salarié doit être affilié à la caisse de retraite compétente et aux organismes de prévoyance et de complémentaire santé le cas échéant. Tous les salariés doivent être affiliés à un régime collectif de frais de santé avec une couverture minimale, sauf cas de dispense autorisés.

Visite d’information et de prévention

Cette visite d’information et de prévention doit avoir lieu dans le centre de médecine du travail, dans un certain délai qui varie selon la situation du salarié.

Si le salarié est affecté à un poste présentant des risques particuliers, il doit passer un examen médical d’aptitude, avant l’embauche.

Sanction :

Contravention de 5ème classe (1 500 €)

Remise d’un contrat de travail

Le formalisme du contrat de travail est réglementé selon les cas :

pour le CDI à temps plein : pas d’écrit obligatoire sauf disposition conventionnelle contraire (la plupart des conventions collectives imposent un écrit, avec souvent des précisions complémentaires)

pour le CDD : un contrat écrit est obligatoire

pour le contrat à temps partiel : un contrat écrit est obligatoire.

Information du salarié

L’employeur doit remettre au salarié, à l’embauche :

une notice d’information sur les accords collectifs applicables : convention collective et, le cas échéant, accords d’entreprise

un document récapitulant les informations contenues dans la DPAE

une notice d’information établie par l’organisme assureur relative à la complémentaire santé et à la prévoyance, si elle existe (ce document est remis aux salariés lors de la mise en place et/ou de la modification du contrat mais il faut aussi le remettre aux nouveaux embauchés pour qu’ils soient informés)

un livret sur les dispositifs d’épargne salariale existant dans l’entreprise.

Le salarié doit aussi être informé qu’il bénéficie tous les 2 ans d’un entretien professionnel sur ses perspectives d’évolution. Cette mention peut figurer dans le contrat de travail.

Déclaration mensuelle des mouvements de personnel

Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, l’employeur remet à la DARES dans les 8 premiers jours de chaque mois la déclaration des mouvements du personnel. Cette déclaration est réalisée par le biais de la DSN.

Le conseil du cabinet

La DPAE doit précéder l’embauche, il faut informer le cabinet avant l’embauche pour lui permettre de la réaliser

L’embauche de certains salariés peut ouvrir droit à une aide pour l’employeur, le cabinet peut vous accompagner dans cette démarche

Pour faciliter l’information et l’intégration du salarié, il peut être judicieux de lui remettre un livret d’accueil ; il a pour objet de présenter l’entreprise aux nouveaux salariés, de recenser des informations pratiques… Le cabinet peut vous accompagner dans sa réalisation.

Fiche 6Embauche d’un salarié étranger

En cas d’embauche d’un salarié étranger, des formalités spécifiques doivent être effectuées, qui s’ajoutent aux formalités décrites dans la fiche précédente.

L’essentiel

Les conditions d’accès à l’emploi diffèrent selon la nationalité des travailleurs :

les ressortissants des États membres de l’Union européenne (UE), de l’Espace économique européen (Islande, Liechtenstein, Norvège) et de la Suisse bénéficient d’un principe de libre circulation

les ressortissants des États tiers doivent, pour travailler en France, être titulaires d’une autorisation de travail.

Il faut demander au salarié sa carte d’identité (ou équivalent) pour vérifier sa nationalité.

1. Ressortissant des pays de l’UE, de l’Espace économique européen et de la Suisse

Ils bénéficient du principe de libre circulation des travailleurs et il n’y a pas de formalités spécifiques pour eux. Ils doivent être munis d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité.

Ressortissant d’un autre pays

Travailleur étranger déjà installé en France

En plus des formalités d’embauche applicables à un salarié français (cf Fiche précédente), il faut :

s’assurer que le salarié étranger est muni d’un titre de séjour en cours de validité l’autorisant à travailler en France comme salarié

s’assurer de l’existence du titre de travail auprès de la préfecture par LRAR ou courrier électronique (à l’adresse [email protected]) avec la copie du document fourni par le salarié. Il faut faire la demande au moins 2 jours ouvrables avant la date d’effet de l’embauche.

À noter :

Certains titres de séjour valent autorisation de travail (carte de résident de 10 ans…).

si le titre de séjour n’autorise pas le travail, le futur employeur doit faire une demande d’autorisation de travail auprès de la Direccte ; il faut ensuite se rapprocher de l’OFII (Office français de l’Immigration et de l’Intégration) pour une visite médicale d’embauche et acquitter une taxe spécifique

annexer une copie du titre de séjour valant autorisation de travail au registre unique du personnel.

Travailleur étranger résidant hors de France

Si l’employeur souhaite faire appel à un travailleur étranger non encore autorisé à travailler en France, il ne peut pas le recruter directement dans son pays d’origine. L’employeur doit respecter la procédure dite « d’introduction » :

déposer l’offre d’emploi auprès de Pôle emploi, avec un dossier de demande d’introduction

transmettre le dossier pour instruction à la Direccte

si le visa est accordé, le travailleur étranger se voit délivrer un visa de long séjour valant titre de séjour.

Si la Direccte accepte la demande, elle transmet le dossier au poste consulaire et à l’OFII qui assure le contrôle médical et l’acheminement du travailleur étranger vers la France.

Sanction :

Le fait pour toute personne d’employer, pour quelle que durée que ce soit, un étranger non muni du titre l’autorisant à exercer une activité salariée en France est puni :

d’un emprisonnement de 5 ans

d’une amende de 15 000 € appliquée autant de fois qu’il y a de travailleurs étrangers concernés

par le versement à l’OFII d’une contribution due pour chaque étranger employé sans être muni du titre l’autorisant à exercer une activité salariée en France.

Le conseil du cabinet

Il est essentiel de vérifier la nationalité du salarié, avant son embauche, en lui demandant de présenter l’original de sa carte d’identité (ou équivalent)

La vérification de l’existence du titre de travail auprès de la préfecture se faisant avant l’embauche, il faut prévenir le cabinet à l’avance

Il faut vérifier la date d’expiration du titre de séjour et de travail et s’assurer du renouvellement des autorisations de travail. En cas de non-renouvellement, il faut rompre le contrat, cette rupture pouvant justifier un motif réel et sérieux de licenciement, à certaines conditions.

Fiche 7Embauche d’un salarié mineur

Les personnes de moins de 18 ans non émancipées ne peuvent conclure de contrat de travail qu’avec l’autorisation de leur représentant légal. Dans certains cas, des démarches spécifiques doivent être effectuées auprès de l’inspection du travail. Ces formalités s’ajoutent à celles liées à l’embauche de tout salarié (Fiche 5).

L’essentiel

En principe, il est interdit de faire travailler des jeunes de moins de 16 ans, sauf cas particuliers : contrat d’apprentissage à partir de 15 ans ; périodes d’observation ou stages des élèves ; travaux légers pendant les vacances scolaires ; entreprises de spectacles…

1. Autorisation parentale

L’employeur doit faire signer au représentant légal un écrit indiquant qu’il autorise le mineur à conclure un contrat de travail. S’il s’agit d’un contrat d’apprentissage, le contrat doit être signé par le représentant légal et le salarié mineur.

Déclaration à l’inspection du travail

Dans certains cas, l’employeur doit faire une déclaration à l’inspection du travail :

embauche de jeunes de 14 à 16 ans pour des travaux adaptés à leur âge pendant les vacances scolaires

entreprises de spectacles et de mannequins.

Sanction :

En l’absence d’autorisation, le contrat de travail encourt la nullité.

Le conseil du cabinet

Si vous souhaitez embaucher un mineur, vous devez obtenir l’autorisation écrite des parents et, dans certains cas, faire une déclaration à l’inspection du travail

Le cabinet peut vous accompagner dans ces démarches.

Fiche 8 Médecine du travail

Tout employeur doit organiser la surveillance médicale des salariés qu’il emploie.

L’essentiel

L’employeur doit effectuer différentes formalités :

s’affilier à un centre de médecine du travail

faire passer au salarié une visite d’information et de prévention dans un délai maximum de 3 mois à compter de la prise effective du poste de travail (délai de 2 mois pour les apprentis ; visite avant l’embauche pour les travailleurs de nuit et ceux de moins de 18 ans) auprès d’un médecin du travail, ou de tout autre membre de l’équipe pluridisciplinaire (infirmier…)

organiser une visite médicale d’aptitude par le médecin du travail avant l’embauche pour les salariés occupant des postes à risques

assurer des visites médicales périodiques auprès du médecin du travail pour les salariés exposés à des risques graves pour leur santé ou leur sécurité

organiser une visite de reprise dans des situations particulières : absence maladie ou pour accident du travail d’au moins 30 jours, absence pour maladie professionnelle, retour de congé maternité. La visite de reprise doit avoir lieu dans les 8 jours de la reprise du travail

informer le médecin du travail de tout arrêt de travail d’une durée inférieure à 30 jours pour cause d’accident du travail.

À noter :

L’obligation de faire passer une visite d’embauche concerne tous les salariés, y compris ceux en CDD. Toutefois, il existe un cas de dispense, à certaines conditions.

La visite d’information et de prévention hors postes à risques doit être renouvelée selon une périodicité qui ne peut excéder 5 ans.

Pour les salariés occupant des postes à risques, la périodicité du renouvellement de cette visite est fixée par le médecin du travail et elle ne peut être supérieure à 4 ans. Une visite intermédiaire est effectuée par un professionnel de santé au plus tard 2 ans après la visite avec le médecin du travail.

Si le salarié a eu un arrêt de travail nécessitant l’organisation d’une visite de reprise, tant que celle-ci n’a pas eu lieu, le contrat de travail reste suspendu, même si le salarié a repris le travail.

Si l’employeur rompt ultérieurement le contrat de travail, cette rupture peut être remise en cause.

Le classement du salarié en invalidité de deuxième catégorie par la sécurité sociale ne dispense pas l’employeur de son obligation d’organiser la visite de reprise.

À noter :

C’est à l’employeur de prendre l’initiative d’organiser les différentes visites médicales. Toutefois, s’il n’organise pas la visite de reprise, le salarié peut en prendre l’initiative et en informer l’employeur.

Sanction :

Amende de 5ème classe (1 500 €) en cas d’absence d’organisation de la visite.

Le conseil du cabinet

L’obligation d’organiser une visite d’information et de prévention est générale ; il existe quelques exceptions et le cabinet peut vous accompagner pour vérifier si vous pouvez en bénéficier

Il est important d’organiser une visite de reprise après certaines absences

Le salarié est tenu de subir les visites médicales obligatoires, et son refus peut justifier une sanction disciplinaire.

Fiche 9Prévoyance et retraite complémentaire

Les prestations de prévoyance, dont la complémentaire santé, permettent d’assurer la couverture des salariés en matière de maladie, de maternité, d’invalidité, de décès, d’accident du travail… Cette couverture, qui nécessite l’adhésion de l’entreprise et l’affiliation du salarié, est facultative ou obligatoire selon les situations.

Par ailleurs, l’employeur doit affilier les salariés à une caisse de retraite complémentaire.

L’essentiel

1. Prévoyance

Obligation de mise en place

En matière de prévoyance, les obligations des employeurs sont les suivantes :

l’employeur doit faire bénéficier les salariés d’une complémentaire santé, les salariés pouvant être dispensés, à certaines conditions, de s’affilier à ce régime

la prévoyance (hors complémentaire santé) n’est pas obligatoire de par la loi, sauf pour les cadres, mais la convention collective peut l’imposer.

Formalités

L’employeur doit :

vérifier le contenu de la convention collective concernant ses obligations en matière de prévoyance et/ou régime frais de santé

mettre en place le dispositif de prévoyance/frais de santé avec l’organisme gestionnaire par application de la convention collective, conclusion d’un accord d’entreprise, organisation d’un référendum ou décision unilatérale de l’employeur

en cas de mise en place par décision unilatérale, rédiger un écrit sur la mise en place des garanties de prévoyance et le remettre à chaque salarié contre récépissé ou signature d’une liste d’émargement

informer les salariés en leur remettant une notice d’information détaillée, préparée par l’organisme assureur, qui définit les garanties prévues par le contrat de prévoyance/frais de santé, leurs modalités d’entrée en vigueur, les limitations et exclusions de garanties : obligation lors de la mise en place de la prévoyance et/ou de la complémentaire santé, ainsi que lors de sa modification

À noter :

Si l’employeur ne remet pas aux salariés la notice d’information, sa responsabilité peut être engagée.

conserver la demande éventuelle de dispense d’affiliation formulée par le salarié

affilier chaque nouveau salarié à l’organisme de prévoyance (sauf dispense autorisée)

informer l’organisme de prévoyance lorsque le salarié est en situation de percevoir des indemnités complémentaires de prévoyance.

Sanction :

En cas de non-respect de l’obligation d’affiliation, l’employeur peut être tenu de verser des dommages et indemnités en réparation du préjudice subi par le salarié (absence de couverture, perte de chance pour les ayants droits de percevoir le capital décès…).

Retraite complémentaire

Lorsqu’un employeur du secteur privé embauche un salarié, celui-ci relève de la caisse de retraite Agirc-Arrco de l’entreprise.

L’entreprise est rattachée à une caisse de retraite complémentaire en fonction des règles de compétence fixées par l’Agirc-Arrco, qui détermine aussi les taux de cotisation. La convention collective dont relève l’entreprise peut prévoir des taux différents.

Certaines catégories de salariés (VRP, intermittents du spectacle, journalistes...) doivent être inscrites à des caisses Agirc-Arrco spécifiques, qui peut être différente de celle qui couvre les autres salariés de l’entreprise.

Le conseil du cabinet

Assurez-vous que le contrat de prévoyance/frais de santé conclu avec votre assureur est conforme aux prescriptions de la convention collective, dont il faut suivre les changements

Veillez à être en mesure de prouver que tous les salariés ont reçu la notice d’information sur les garanties prévoyance/frais de santé en place dans l’entreprise

En cas de départ du salarié de l’entreprise, il est conseillé de l’informer de la mise en œuvre de la portabilité de la complémentaire santé.

Fiche 10 Affichages obligatoires

L’employeur est tenu d’afficher un certain nombre d’informations sur le lieu où est effectué le travail du salarié, dans un endroit accessible.

La plupart des obligations en matière d’affichage ont été remplacées par une obligation d’information du salarié par tout moyen (diffusion via le site intranet de l’entreprise par exemple).

L’essentiel

L’employeur doit afficher (ou informer les salariés par tout moyen) les informations et documents suivants :

adresse et numéro d’appel du service de santé au travail compétent, et des services de secours d’urgence (au minimum, pompiers, SAMU) et de l’inspection du travail compétente ainsi que le nom de l’inspecteur compétent

avis relatif aux textes conventionnels applicables : l’affichage peut être remplacé par la délivrance d’un document pour les travailleurs isolés

avis indiquant les modalités d’accès des salariés au document unique d’évaluation des risques

signalisation apparente rappelant l’interdiction de fumer et de vapoter et indiquant les emplacements mis à la disposition des fumeurs

consignes à respecter et premiers soins à donner aux victimes en matière d’accident électrique

horaires collectifs de travail et modalités spécifiques d’aménagement du temps de travail

période de prise des congés payés et ordre des départs en congés

texte des articles 225-1 à 225-4 (discriminations) et 222-33 et 222-33-2 (harcèlement) du Code pénal, les articles L 3221-1 à L 3221-7, R 3221-1 et R 3221-2 du Code du travail (égalité de rémunération entre les hommes et les femmes), ainsi que les coordonnées du service d’accueil téléphonique chargé de la prévention et de la lutte contre les discriminations raciales (n° tel. : 08 100 050 00)

coordonnées de l’entrepreneur principal en cas de sous-traitance

disponibilité des adresses des syndicats de salariés représentatifs dans la branche sur le site du ministère du travail (information annuelle)

lorsqu’ils existent, le règlement intérieur, les notes ou chartes portant sur les domaines de l’hygiène, la santé la sécurité ou la discipline.

Sauf précision contraire, l’affichage doit s’effectuer dans des locaux normalement accessibles aux travailleurs.

Sanctions :

sanctions pénales (contravention de 3ème, 4ème ou 5ème classe)

le salarié pourra demander des dommages-intérêts s’il a subi un préjudice du fait de l’absence d’affichage.

Le conseil du cabinet

Assurez-vous que vous disposez d’un panneau d’affichage complet, lisible et accessible à tous les salariés

Le cabinet peut vous accompagner pour mettre en œuvre vos obligations en matière d’affichage

D’autres affichages supplémentaires peuvent être exigés en fonction de l’activité de l’entreprise (bâtiment, manipulation de produits dangereux, travail à domicile...).

Fiche 11 Registres

Tout employeur, quels que soient son effectif et son activité, est tenu d’établir et de conserver un certain nombre de registres et de documents obligatoires.

L’essentiel

1. Registre unique du personnel

Il s’agit d’un document obligatoire tenu au siège des établissements où se trouve l’employeur ou son délégataire, quel que soit l’effectif de l’entreprise.

Il peut être établi sur un support papier ou dématérialisé. Les informations du registre doivent être conservées 5 ans à compter de la date à laquelle le salarié ou le stagiaire a quitté l’entreprise.

Le personnel doit y être inscrit par ordre chronologique des embauches et de façon indélébile.

Le registre contient :

les mentions obligatoires relatives aux salariés : identification du salarié (nom, prénoms, date de naissance, sexe, nationalité ; carrière (emplois, qualifications, date d’entrée et de sortie de l’entreprise) ; type de contrat (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, CDD, travail à temps partiel, mise à disposition par une entreprise de travail temporaire…)

pour les travailleurs étrangers : type et numéro d’ordre du titre valant autorisation de travail

pour les stagiaires : nom et prénoms, dates de début et de fin du stage, nom et prénoms du tuteur, lieu de présence du stagiaire.

À noter :

En cas de détachement en France d’un salarié par une entreprise étrangère, l’entreprise d’accueil doit annexer au registre la déclaration préalable de détachement effectuée auprès de l’inspecteur du travail par l’entreprise étrangère.

Sanction :

Contravention de 4ème classe (750 €) appliquée autant de fois que de salariés concernés

Registre spécial du CSE dans les entreprises de moins de 50 salariés

Ce registre regroupe les notes des membres du CSE adressées à l’employeur et les réponses de ce dernier.

Ce registre est mis à disposition des salariés pendant un jour ouvrable par quinzaine et en dehors de leur temps de travail ; il est mis à disposition de l’inspecteur du travail et des représentants du personnel.

Sanction : délit d’entrave à l’exercice régulier des fonctions des représentants du personnel passible d’une amende de 7 500 €.

Document unique sur l’évaluation des risques

Ce document obligatoire est établi par écrit, quelle que soit la taille de l’entreprise et même en l’absence de risque particulier. Il contient :

les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des salariés

un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’entreprise ou de l’établissement

une évaluation des risques tenant compte de l’impact différencié de l’exposition au risque en fonction du sexe

les données collectives utiles à l’évaluation des expositions individuelles aux facteurs de risques professionnels de nature à faciliter l’établissement des fiches individuelles de prévention des expositions

la proportion de salariés exposés aux facteurs de risques professionnels au-delà des seuils, actualisée en tant que de besoin lors de la mise à jour du document.

Le document est mis à jour au moins une fois par an et à chaque aménagement important modifiant les conditions d’hygiène, de sécurité, les conditions de travail ou lorsque est recueillie une information supplémentaire (nouvelles techniques, nouvelles règles de sécurité…).

Le document est tenu à disposition de l’inspecteur du travail, du médecin du travail, du CSE, des personnes soumises à un risque pour leur sécurité ou leur santé.

Sanctions :

contravention de 5ème classe (1 500 €)

possibilité pour les salariés d’obtenir des dommages-intérêts.

Registre des accidents du travail bénins

La CRAM peut autoriser un employeur à remplacer la déclaration des accidents du travail n’entraînant ni arrêt de travail ni soins médicaux par une inscription sur un registre : système facultatif et sur autorisation de la CRAM.

Cette demande est conditionnée à la présence dans l’établissement d’un personnel médical ou paramédical, à l’existence d’un poste de secours d’urgence et au respect des obligations en matière de CSE.

La déclaration doit être effectuée dans les 48 heures de l’accident et doit être contresignée par la victime comportant le nom de la victime, la date, le lieu et les circonstances de l’accident ainsi que la nature et le siège des lésions.

Le registre est tenu à la disposition des agents de contrôle des caisses, de l’inspecteur du travail et du CSE.

Sanctions :

contravention de 4ème classe (750 €)

demande de remboursement à l’employeur des dépenses effectuées par la caisse à l’occasion de l’accident

demande en réparation par la victime du préjudice pouvant résulter d’un défaut de déclaration.

Registre des contrôles en matière de santé et de sécurité

L’employeur est dans l’obligation de conserver les attestations, consignes, résultats et rapports relatifs aux vérifications et contrôles au titre de l’hygiène et de la sécurité du travail ainsi que les observations et mises en demeure notifiées par l’inspection du travail et relatives à des questions d’hygiène, de sécurité, de médecine du travail et de prévention des risques.

Ces informations peuvent être tenues dans un registre unique lorsque cette mesure est de nature à faciliter la conservation et la consultation de ces informations.

Ces documents sont communiqués aux membres du CSE, au médecin du travail et, le cas échéant, aux représentants de l’organisme professionnel d’hygiène et de sécurité du secteur (OPPBTP dans le Bâtiment)

Sanction :

Contravention de 4ème classe (750 €) appliquée autant de fois qu’il y a de salariés concernés.

Registre des lieux et chantiers temporaires

Ce registre établit la liste des chantiers et autres lieux de travail temporaire (sauf pour les entreprises agricoles). Il est tenu au siège de l’établissement.

Sanction :

Contravention de 4ème classe (750 €) appliquée autant de fois que de salariés concernés.

Registre des exercices et essais incendies

L’employeur doit tenir un registre pour les exercices et essais périodiques du matériel et des exercices pour lutter contre les incendies.

Dans les établissements où peuvent se trouver occupées ou réunies habituellement plus de 50 personnes, ainsi que dans ceux, quelle que soit leur importance, où sont manipulées et mises en œuvre des matières inflammables, une consigne doit indiquer le matériel d’extinction et de secours qui se trouve dans le local ou ses abords et le personnel chargé de mettre ce matériel en action.

Ces exercices et essais périodiques doivent avoir lieu au moins tous les 6 mois. Un registre doit être tenu à la disposition de l’inspecteur du travail, dans lequel figurent leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu.

Registre de repos hebdomadaire

Ce registre doit être tenu quand le repos n’est pas donné collectivement pendant la journée entière du dimanche ou sous l’une des autres formes prévues par la loi.

Le registre mentionne :

le nom des salariés soumis à un régime particulier de repos et indiquer ce régime

le jour (ou fractions de journées) choisies pour le repos Ce registre doit être tenu constamment à jour et peut être remplacé par des tableaux affichés auprès des horaires de travail.

Il est tenu à la disposition des agents chargés du contrôle et communiqué aux salariés qui en font la demande.

Sanction :

Contravention de 5ème classe (1 500 €) appliquée autant de fois que de salariés concernés.

Registre des équipes de travail par relais, roulement, équipes successives

Dans les cas d’organisation du travail par relais, roulement, équipes successives, l’employeur doit afficher la composition nominative de chaque équipe, y compris les salariés mis à disposition par une entreprise de travail temporaire. Cet affichage peut être remplacé par un registre mis à jour et tenu à la disposition de l’inspecteur du travail et des membres du comité social et économique.

Registre des pourboires dans les HCR

Dans certains établissements, un salarié en contact avec la clientèle peut percevoir un pourboire. Quand ils sont centralisés par l’employeur, ce dernier doit les répartir entre les salariés en contact avec la clientèle. Il est tenu de justifier de l’encaissement et de la remise à son personnel de l’intégralité de ces sommes.

Les modes de justification à la charge de l’employeur sont déterminés par les conventions collectives ou à défaut, par des décrets. Deux règlements d’administration publique sont intervenus, dans le département du Var et de la Seine (Paris et ancien département de la Seine). Ils imposent à l’employeur de mentionner dans un registre spécial de répartition des pourboires chaque jour, le montant des notes et le pourcentage reçu pour le service en précisant le numéro de la table ou de la chambre occupée par le client.

Ce registre est tenu dans l’établissement, les représentants du personnel peuvent le contrôler chaque jour et, en tout cas, au moins une fois par mois.

Sanction :

Le non-respect de ces dispositions rend l’employeur passible d’une contravention de 3ème classe (450 €).

Registre des agents artistiques

Les agents artistiques doivent tenir un registre comportant des informations concernant leur activité de placement : nom et prénom du candidat, acte de naissance, extrait de casier judiciaire, CV indiquant sa profession au jour de la demande, note sur les conditions dans lesquelles l’agence exercera son activité avec son téléphone et adresse, liste des collaborateurs permanents et personnes habilités à représenter l’agence pour tout ou partie de ses activités, etc.

Le registre est mis à disposition de l’inspecteur du travail, des officiers de police judiciaire et des inspecteurs ou contrôleurs Urssaf.

Sanction :

Contravention de 5ème classe (1 500 €)

Registre de consignation des alertes en matière de santé publique et d’environnement

Les employeurs ont l’obligation de tenir sous leur responsabilité un registre consignant les alertes en matière de santé publique et d’environnement. Les pages du registre doivent être numérotées

Le registre est à la disposition des membres du comité économique et social.

Le conseil du cabinet

Les registres obligatoires sont nombreux et dépendent de l’activité de l’entreprise

Le cabinet peut vous accompagner pour identifier vos obligations.

Fiche 12 Contrat de travail à durée indéterminée

Le contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est le contrat de droit commun.

L’essentiel

1. Formalisme

La loi n’oblige pas l’employeur à établir un CDI écrit si le salarié est embauché à temps plein mais la plupart des conventions collectives imposent un contrat écrit.

Par ailleurs, sans contrat écrit, l’employeur ne peut pas prévoir des clauses spécifiques telles que la période d’essai…

Le contrat doit être rédigé en français. Si le salarié est étranger, une traduction du contrat dans la langue du salarié peut être exigée, à la demande du salarié.

Contenu du contrat

Le contenu du CDI est libre, sauf dispositions conventionnelles contraires, mais il est conseillé d’indiquer a minima les éléments suivants : identification des parties, début de l’engagement, convention collective applicable, lieu de travail, période d’essai, emploi du salarié, rémunération, durée du travail, durée des congés payés, préavis. L’employeur peut aussi prévoir une clause de mobilité, de non-concurrence…

À noter :

Si le poste occupé par le salarié présente certaines caractéristiques telles que la nécessité d’effectuer des déplacements professionnels, de conduire un véhicule… il est vivement conseillé de prévoir des clauses adaptées à sa situation.

Le CDI prend fin par la volonté d’une des parties (licenciement, démission, retraite, prise d’acte de la rupture) ou d’un commun accord entre les parties (rupture conventionnelle).

Le conseil du cabinet

La plupart des conventions collectives prévoient que le CDI doit comprendre un certain nombre de clauses, aussi faut-il vérifier leur contenu avant de rédiger le contrat

Il faut adapter les clauses du contrat aux caractéristiques de l’emploi : par exemple, prévoir une clause sur la nécessité d’avoir un permis de conduire valide pour un salarié devant se déplacer, prévoir les modalités de restitution de l’avantage en nature logement ou voiture pour ceux qui en ont, etc. Il n’y a donc pas de contrat « type »

Le cabinet peut vous aider dans l’élaboration de vos contrats de travail à durée indéterminée.

Fiche 13 Contrat de travail à durée déterminé

Le contrat à durée déterminée (CDD) est un contrat dérogatoire au droit commun et ne peut être conclu que dans les cas énumérés par la loi. Il ne peut avoir pour objet ou pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise. À défaut, il peut être requalifié en CDI.

L’essentiel

1. Cas de recours autorisés au CDD

Les cas de recours au CDD prévus par la loi sont les suivants :

remplacement d’un salarié en cas d’absence (indiquer le nom et la qualification de la personne remplacée et le motif de l’absence), en cas de départ définitif du salarié précédant la suppression de son poste ou d’attente de l’entrée en service effective du salarié recruté par CDI

accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise, ce qui inclut l’exécution d’une tâche occasionnelle, précisément définie et non durable ne relevant pas de l’activité normale de l’entreprise

emploi saisonnier (emploi lié au rythme des saisons)

emploi d’usage dans certains secteurs d’activité définis par décret ou par accord collectif étendu, où il est d’usage constant de ne pas recourir au CDI en raison de la nature de l’activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois (hôtellerie, restauration, spectacles…)

remplacement du chef d’entreprise, de son conjoint participant à l’activité de l’entreprise

pour faciliter l’embauche de personnes sans emploi en application de dispositions législatives ou réglementaires

pour assurer un complément de formation professionnelle en application de dispositions fixées par décret ou accord de branche étendu

pour la réalisation d’un objet défini permettant le recrutement d’ingénieurs et de cadres, si un accord collectif le prévoit.

À noter :

Si le CDD est conclu pour accroissement temporaire de l’activité, il ne doit pas avoir pour objet ou pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise. À défaut, le CDD peut être requalifié en CDI par le juge.

Dans les six mois suivant un licenciement pour motif économique, il est interdit d’embaucher en CDD sur les postes concernés par le licenciement, au motif d’un accroissement temporaire de l’activité.

Durée du CDD

Concernant la durée du contrat, il y a deux types de CDD :

CDD à terme précis, dont la durée totale maximale (renouvellement compris) est de 18 mois en principe ; dans certains cas, la durée ne peut excéder 9 mois (attente de l’entrée en service d’un salarié embauché en CDI, réalisation de travaux urgents) ; elle peut être portée à 24 mois dans certains cas (contrat exécuté à l’étranger, départ définitif du salarié précédant la suppression de son poste, commande exceptionnelle à l’exportation)

À noter :

Pour les contrats conclus à compter du 24 septembre 2017, la convention collective peut prévoir une durée maximale différente, plus longue.

CDD à terme imprécis : il n’y a pas de durée maximale (sauf CDD conclu dans l’attente de l’entrée en service d’un CDI : 9 mois ; pour un emploi saisonnier avec un salarié étranger : 6 mois ; pour les vendanges : 1 mois). Le CDD doit cependant prévoir une durée minimale.

Le CDD à terme précis peut être renouvelé deux fois pour une durée déterminée qui, ajoutée à la durée du contrat initial, ne peut excéder la durée maximale prévue pour le contrat (un accord de branche étendu peut fixer le nombre de renouvellements autorisés).

Mentions du contrat de travail

Outre les mentions spécifiques relatives au cas de recours et à la durée du contrat, le CDD doit comprendre les mentions suivantes :

désignation du poste de travail

convention collective applicable

période d’essai

montant de la rémunération et de ses différentes composantes

retraite complémentaire et prévoyance

Le contrat doit être transmis au salarié au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant l’embauche ; à défaut, le salarié peut prétendre à une indemnité pouvant aller jusqu’à un mois de salaire et l’employeur peut également être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 €.

Il est conseillé de faire signer le contrat avant l’embauche, même si l’on dispose d’un délai de 48 heures pour le faire.

À noter :

Si le CDD n’est pas écrit, pas signé, ou si le motif de recours n’est pas conforme, le contrat peut être, à la demande du salarié, requalifié en CDI. L’indemnité de requalification ne peut être inférieure à un mois de salaire. À l’expiration du CDD, le salarié peut demander des dommages-intérêts pour licenciement irrégulier et injustifié.

Le salarié en CDD a les mêmes droits que les autres salariés de l’entreprise : sa rémunération doit être au moins égale à celle que percevrait, après période d’essai, un autre salarié de l’entreprise, sous CDI, de qualification équivalente et occupant le même poste de travail.

Fin du contrat

Quand un CDD a pris fin, sauf exceptions, il n’est pas possible d’embaucher, sur le même poste de travail, à nouveau en CDD ou en intérim, avant l’expiration d’une période égale :

au tiers de la durée totale du contrat précédent, renouvellement inclus, si ce contrat est d’au moins 14 jours

à la moitié de la durée totale du contrat précédent, renouvellement inclus, si ce contrat est inférieur à 14 jours.

Ces durées légales ne sont applicables qu’en l’absence de disposition différente prévue par la convention collective (pour les contrats conclus depuis le 24 septembre 2017).

Un délai raisonnable doit également être respecté entre deux CDD conclus avec le même salarié sur des postes différents.

À la fin du contrat, le salarié doit bénéficier, sauf dans quelques cas prévus par la loi (contrat saisonnier, d’usage…), d’une indemnité de fin de contrat, égale à 10 % du total du brut perçu (ou 6 % en présence d’une convention collective étendue prévoyant des actions de formation). Il perçoit une indemnité compensatrice de congés payés quelle que soit la durée du contrat.

À noter :

Le CDD ne peut être rompu de façon anticipée qu’en cas d’accord entre le salarié et l’employeur et, à défaut, pour faute grave, inaptitude physique, force majeure, ou à l’initiative du salarié qui justifierait d’une embauche en CDI. Les cas de rupture sont beaucoup plus restreints que pour un CDI.

Le conseil du cabinet

Le recours au CDD n’est autorisé que dans les cas prévus par la loi, à défaut, l’employeur peut être lourdement sanctionné

Si le CDD est prévu pour une certaine durée, il est très difficile de le rompre avant son terme

Si vous vous interrogez sur l’opportunité de conclure un CDD, le cabinet peut vous renseigner.

Fiche 14 Contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel est un contrat dérogatoire au contrat de droit commun. La durée du travail est inférieure à la durée légale du travail, ou à la durée conventionnelle.

En principe, il est conclu pour une durée minimale hebdomadaire de 24 heures.

Le non-respect des dispositions légales peut être sanctionné par la requalification en contrat à temps plein.

L’essentiel

1. Mentions du contrat de travail

Le contrat de travail à temps partiel est obligatoirement écrit et doit comporter les mentions spécifiques suivantes (outre celles relatives à l’identification des parties…) :

qualification du salarié

éléments de rémunération

durée hebdomadaire ou mensuelle de travail et répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine pour un contrat hebdomadaire ou entre les semaines du mois pour un contrat mensuel

modalités selon lesquelles les horaires de travail de chaque journée sont communiqués au salarié

conditions de la modification éventuelle de la répartition de la durée du travail, en déterminant la variation possible et les cas où la modification peut intervenir

possibilité d’effectuer des heures complémentaires, qui sont plafonnées. L’accomplissement d’heures complémentaires ne peut avoir pour effet de porter la durée du travail au niveau de la durée légale.

À noter :

Si les clauses obligatoires ne sont pas prévues par le contrat de travail, ou s’il n’est pas écrit et signé, le contrat de travail est réputé être à temps plein.

Durée minimale de 24 heures

La durée du travail minimale légale des salariés à temps partiel est fixée à 24 heures par semaine ou son équivalent mensuel ou infra-annuel, sauf dérogations. Tous les salariés dont la durée du travail est inférieure à cette durée minimale bénéficient d’une priorité d’accès à un emploi dont la durée est d’au moins 24 heures (obligation d’information à la charge de l’employeur).

Dérogations à la durée minimale de 24 heures :

dérogation de droit pour les jeunes de moins de 26 ans poursuivant leurs études et les salariés des entreprises de travail temporaire d’insertion et des associations intermédiaires sous conditions

dérogation sur demande écrite et motivée du salarié pour faire face à des contraintes personnelles ou pour cumuler plusieurs activités

dérogation par accord de branche étendu qui doit comporter des garanties pour le salarié : horaires réguliers ou lui permettant de cumuler plusieurs emplois, regroupement des horaires

dérogation pour les contrats d’une durée au plus égale à 7 jours

dérogation pour les CDD et les contrats de travail temporaire conclus pour le remplacement d’un salarié absent dont la durée du travail est inférieure à la durée minimale de 24 heures.

À noter :

Le salarié à temps partiel a une priorité pour occuper un poste à temps plein dans l’entreprise, même si celui-ci est à durée déterminée. Et celui qui a une durée du travail inférieure à 24 heures a une priorité d’accès à un emploi d’une durée au moins égale à 24 heures.

Heures complémentaires

Les heures complémentaires sont celles réalisées au-delà de la durée prévue dans le contrat de travail.

Il faut prévoir dans le contrat la possibilité de faire des heures complémentaires.

Le nombre d’heures complémentaires ne peut excéder 10 % de la durée contractuelle ou le tiers de celle-ci si un accord collectif le prévoit.

Les heures complémentaires ne peuvent avoir pour effet de porter la durée du travail au niveau de la durée légale (ou conventionnelle si elle est inférieure).

Majoration des heures complémentaires 

majoration de 10 % des heures complémentaires effectuées dans la limite du dixième de la durée contractuelle

majoration de 25 % des heures complémentaires effectuées au-delà du dixième et dans la limite du tiers (un accord de branche étendu peut prévoir un taux de majoration différent, plus faible ou plus élevé, d’au moins 10 %).

Dépassements réguliers de la durée contractuelle

Lorsque l’horaire moyen réellement effectué par le salarié excède d’au moins 2 heures par semaine (ou l’équivalent mensuel), sur une période de 12 semaines consécutives ou non sur une période globale de 15 semaines, l’horaire prévu au contrat, le contrat est modifié en conséquence sous réserve d’un préavis de 7 jours et sauf opposition du salarié.

Augmentation temporaire de la durée contractuelle

La convention collective peut prévoir la possibilité d’augmenter temporairement la durée du travail du salarié à temps partiel par avenant au contrat de travail, dans la limite de 8 avenants par an (avenants de complément d’heures).

En dehors de ce dispositif, si l’employeur modifie par avenant la durée du travail pour une période temporaire, le salarié peut demander une requalification du contrat en temps plein.

À noter :

Les dépassements d’heures, par rapport à la durée contractuelle, sont très encadrés. L’employeur ne peut dépasser les limites d’heures complémentaires que dans le cadre d’un avenant de complément d’heures et uniquement si un accord de branche étendu le prévoit. À défaut, si la durée légale a été atteinte, le risque pour l’employeur est, en cas de contentieux, une requalification du contrat en contrat à temps plein, avec un rappel de salaire.

Le conseil du cabinet

Le contrat à temps partiel doit prévoir une durée du travail précise

En aucun cas, la durée du travail ne doit atteindre la durée légale (35 h)

Sauf si un accord collectif l’autorise, il est interdit d’augmenter temporairement la durée du travail, par avenant

Le cabinet peut vous accompagner dans la rédaction d’un contrat de travail à temps partiel.

Fiche 15 Contrat de travail temporaire (intérim)

Un salarié sous contrat de travail temporaire (intérimaire) est embauché et rémunéré par une entreprise de travail temporaire (ETT) qui le met à la disposition d’une entreprise utilisatrice pour une durée limitée, dénommée mission.

L’essentiel

Chaque mission donne lieu à la conclusion de deux contrats :

un contrat de mise à disposition entre l’entreprise de travail temporaire et le client utilisateur, « entreprise utilisatrice »

un contrat de travail, « contrat de mission », entre le salarié temporaire et son employeur, l’entreprise de travail temporaire.

Le contrat de mission, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise utilisatrice.

Les motifs de recours, la durée du contrat… sont les mêmes que ceux prévus pour le recours au CDD (cf Fiche 13 sur le CDD).

Le conseil du cabinet

Comme pour le recours au CDD, la mise en œuvre d’un contrat de travail temporaire obéit à des conditions très strictes dont le non-respect peut engager la responsabilité de l’entreprise utilisatrice et/ou de l’entreprise de travail temporaire.

Fiche 16 Contrat d’apprentissage

Le contrat d’apprentissage est un contrat de formation en alternance prévoyant des périodes d’activité en entreprise et des périodes de formation théorique dispensées dans un centre de formation d’apprentis (CFA). Il est régi par des règles particulières et permet à l’employeur de bénéficier d’une aide financière.

L’essentiel

1. Contrat

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail écrit à durée limitée (CDD) ou à durée indéterminée (CDI) qui permet à l’apprenti de suivre une formation en alternance en entreprise sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage et en centre de formation des apprentis (CFA) pendant 1 à 3 ans. Dans certains cas, le contrat peut être prolongé d’un an.

Le contrat d’apprentissage est réservé aux jeunes de 16 ans (15 ans dans certains cas) à 29 ans révolus.

Le contrat est signé par l’employeur et l’apprenti et, si ce dernier est mineur, par son représentant légal.

Le contrat, conclu au moyen d’un formulaire Cerfa, doit prévoir un certain nombre de mentions obligatoires. Il doit être déposé auprès d’un organisme spécifique.

La rémunération de l’apprenti est fixée par rapport à un pourcentage du SMIC, sur la base d’un temps plein.

Contrats conclus à compter du 1er janvier 2019

(rémunération légale, voir ce que prévoit la convention collective)

Avant 18 ans

18 ans à moins de 21 ans

21 ans à moins de 26 ans

26 ans et plus

1ère année

27 %

43 %

53 %

100 %

2ème année

39 %

51 %

61 %

3ème année

55 %

67 %

78 %

L’apprenti est suivi par un maître d’apprentissage volontaire (employeur ou salarié de l’entreprise). La formation de l’apprenti doit avoir une durée minimale de 400 heures par an (il existe quelques cas particuliers).

L’apprenti bénéficie des mêmes droits que les salariés de l’entreprise (prise en charge des frais de transport, congés…).

Fin du contrat (contrats conclus à compter du 1er janvier 2019)

Le contrat peut être résilié de façon anticipée dans les cas suivants :

unilatéralement par l’employeur ou par l’apprenti jusqu’à la fin des 45 premiers jours de l’apprentissage pratique en entreprise

d’un commun accord entre l’employeur et l’apprenti

à l’initiative de l’apprenti, qui doit saisir le médiateur et en informe l’employeur dans un délai minimal de 5 jours, la rupture ayant lieu dans un délai minimal de 7 jours après information de l’employeur

pour faute grave, manquement répété aux obligations ou inaptitude (y compris exclusion définitive du CFA), dans les conditions de la procédure de licenciement pour motif personnel

si l’apprenti obtient son diplôme avant le terme fixé initialement à condition d’en informer par écrit l’employeur 2 mois à l’avance.

Aides et charges sociales

Depuis le 1er janvier 2019, une aide unique est versée aux entreprises de moins de 250 salariés pour l’embauche d’un apprenti qui prépare un diplôme au plus équivalent au baccalauréat.

Pour bénéficier de l’aide, il faut respecter un certain formalisme (dépôt du contrat…).

Le montant maximum de l’aide unique à l’embauche est de :

4 125 € la 1ère année d’exécution du contrat

2 000 € la 2e année d’exécution du contrat

1 200 € la 3e année d’exécution du contrat (et la 4e année si le contrat dépasse les 3 ans).

La rémunération de l’apprenti bénéficie de la réduction générale de cotisations renforcée depuis cette date.

À noter :

Le projet de loi de finances rectificative en cours d’adoption fin juillet 2020 prévoit une aide exceptionnelle au recrutement des apprentis, jusqu’au niveau master, d’un montant de 5000 € pour un apprenti de moins de 18 ans et de 8000 € pour un apprenti majeur. Sont concernés les contrats signés entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Sont concernées les entreprises de moins de 250 salariés sans condition et celles de 250 salariés et plus à certaines conditions. Il est prévu qu’à l’issue de la première année d’exécution du contrat, les entreprises éligibles à l’aide unique pourront bénéficier de cette aide jusqu’à la fin du contrat.

L’apprenti est exonéré de la totalité des cotisations salariales d’origine légale et conventionnelle dans la limite de 79 % du SMIC en vigueur au titre du mois considéré. L’apprenti supporte le cas échéant les cotisations finançant le régime de frais de santé et de prévoyance de l’entreprise.

Le conseil du cabinet

L’embauche d’un apprenti permet de bénéficier d’une aide substantielle

Le cabinet peut vous accompagner dans les démarches inhérentes à l’embauche d’un apprenti.

Fiche 17 Stage en entreprise

Les entreprises peuvent, à certaines conditions, accueillir des stagiaires, qui ne sont pas des salariés.

Un stage d’étudiant ne peut pas être proposé pour exécuter dans l’entreprise une tâche correspondant à un poste de travail permanent.

L’essentiel

1. Cas de recours au stage

Le stage est une mise en situation temporaire en milieu professionnel d’un élève ou d’un étudiant, lui permettant d’acquérir les compétences professionnelles liées sa formation. Le stage doit être intégré à un cursus de formation.

Un employeur ne peut recourir à un stagiaire pour :

exécuter une tâche régulière correspondant à un poste permanent

faire face à un accroissement temporaire d’activité

occuper un emploi saisonnier

remplacer un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu.

Le stage ne peut pas excéder une durée de 6 mois.

Convention de stage

Le stage en milieu professionnel doit faire l’objet d’une convention de stage signée par :

l’établissement d’enseignement

l’organisme d’accueil

le stagiaire

l’enseignant référent

le tuteur désigné par l’organisme d’accueil.

La convention de stage doit comporter un certain nombre de mentions.

L’employeur doit indiquer dans le registre unique du personnel les noms et prénoms des stagiaires.

Obligations de l’employeur

Le nombre de stagiaires autorisé est limité, il dépend de la taille de l’entreprise.

Les entreprises de moins de 20 salariés peuvent accueillir 3 stagiaires maximum en même temps.

L’accueil successif de stagiaires, ayant des conventions de stages différentes, sur un même poste n’est possible qu’à l’expiration d’un délai de carence représentant un tiers de la durée du stage précédent.

Chaque stagiaire doit avoir un tuteur, garant du respect des stipulations pédagogiques de la convention de stage.

L’entreprise a l’obligation de décompter, par tous moyens, les durées de présence du stagiaire.

La délivrance d’une attestation de stage est obligatoire.

Le versement d’une gratification minimale est obligatoire en cas d’accueil d’un stagiaire plus de 2 mois au cours de la même année scolaire ou universitaire. Le taux horaire de la gratification correspond à 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale (soit, en 2020, 3,90 € par heure).

Droits du stagiaire

Les stagiaires, bien qu’ils ne soient pas salariés, bénéficient de certains droits :

accès au restaurant d’entreprise ou aux titres-restaurant comme les salariés

prise en charge des frais de transport à hauteur de 50 %

droit aux congés et autorisations d’absence prévus pour les salariés en cas de grossesse, de paternité ou d’adoption

pour les stages d’une durée supérieure à 2 mois, la convention doit prévoir la possibilité de congés et d’autorisations d’absence

accès aux activités sociales et culturelles de l’entreprise

intégration, dans le calcul de période d’essai et de l’ancienneté, de la durée du stage effectué lors de la dernière année d’étude, en cas d’embauche.

Le conseil du cabinet

L’embauche d’un apprenti permet de bénéficier d’une aide substantielle

Le cabinet peut vous accompagner dans les démarches inhérentes à l’embauche d’un apprenti.

Fiche 18 Rémunération

Le salaire est, en principe, librement négocié par l’employeur et le salarié, sous réserve de respecter les dispositions légales et conventionnelles relatives au SMIC et au salaire minimum conventionnel.

Sauf quelques rares exceptions, la rémunération doit être mensualisée et le salaire est payé une fois par mois. Le versement du salaire s’accompagne de la remise du bulletin de paie.

L’essentiel

1. Éléments constitutifs du salaire

Le salaire de base est la plupart du temps déterminé à partir de la durée du travail du salarié.

Exemple de calcul de la durée mensuelle d’un salarié à temps plein servant de base au calcul de la rémunération :

35 h x 52 semaines /12 mois= 151,67 h.

Parfois, le salaire de base est déterminé par rapport à un nombre de pièces ou au rendement.

Au salaire de base peuvent s’ajouter d’autres éléments tels que des commissions, primes, avantages en nature… Certains de ces éléments peuvent avoir un caractère obligatoire, notamment s’ils sont prévus par la convention collective, le contrat de travail ou encore s’ils sont versés à titre d’usage.

À noter :

Quand le salarié effectue des heures supplémentaires, celles- ci doivent être décomptées et figurer sur le bulletin de paye. Le remplacement du paiement des heures supplémentaires par une prime est interdit et peut entraîner une condamnation pour travail dissimulé (la sanction pouvant aller jusqu’à une peine d’emprisonnement de 3 ans et une amende de 45 000 €).

Fixation du salaire

Le salaire est librement fixé par les parties au contrat de travail, sous réserve du respect du SMIC et du minimum conventionnel (salaire minimum fixé par la convention collective).

À noter :

Le SMIC s’applique à tous les salariés âgés d’au moins 18 ans.

Par ailleurs, l’employeur est soumis au respect du principe « à travail égal, salaire égal ». Il ne peut pas pratiquer de différence de rémunération entre des salariés placés dans une situation identique sauf à les justifier par des raisons objectives.

Paiement du salaire

Le salaire est versé au moins une fois par mois pour les salariés mensualisés.

Si un salarié le demande, le paiement d’un acompte est obligatoire. L’acompte correspond à un travail déjà réalisé par le salarié (il se distingue de l’avance, non obligatoire).

Bulletin de paie

L’employeur est tenu de remettre un bulletin de paie au salarié lors du paiement du salaire.

Le bulletin de paie comporte un certain nombre de mentions obligatoires (montant du salaire, cotisations, heures supplémentaires notamment).

Il est délivré sous format papier ou sous forme électronique. Un double du bulletin de paie doit être conservé par l’employeur pendant au moins 5 ans (il est préconisé de les garder sans limitation de durée).

Dans certains cas, une annexe au bulletin de paie est obligatoire (notamment pour gérer les repos compensateurs).

Le conseil du cabinet

Il est important de vérifier régulièrement le contenu de la convention collective pour fixer les éléments de salaire (primes…)

Tous les éléments de salaire, dont les heures supplémentaires, doivent figurer sur le bulletin de paie

Il peut être opportun de mettre en place la dématérialisation du bulletin de paie, et le cabinet peut vous accompagner dans cette démarche

Le principe « à travail égal, salaire égal » générant un contentieux de plus en plus important, il faut veiller à ce qu’il soit respecté.

6 | Guide social de l’employeur • juillet 2020

Guide social de l’employeur • juillet 2020 | 3

Fiche 19 Maladie

À certaines conditions, en cas de maladie du salarié, l’employeur peut être tenu de l’indemniser.

La maladie suspend le contrat de travail et ne peut motiver un licenciement.

L’essentiel

1. Obligations du salarié

Le salarié doit adresser à l’employeur, dans un délai raisonnable, le certificat médical. Certaines conventions collectives prévoient un délai de 48 heures.

Obligations de l’employeur

Indemnisation du salarié

La loi prévoit que l’employeur est tenu d’indemniser le salarié malade aux conditions suivantes : le salarié doit avoir un an d’ancienneté, il doit être indemnisé par la sécurité sociale et recevoir des soins en France ou dans un État de l’Union européenne.

Un délai de carence de 7 jours s’applique : l’indemnisation démarre le 8ème jour.

Le salaire est maintenu à hauteur de 90 % du brut pendant 30 jours, puis des 2/3 de cette rémunération pendant 30 jours.

À noter :

La convention collective peut prévoir un dispositif plus favorable au salarié, auquel cas elle s’applique.

Contrôle de l’employeur

L’employeur peut organiser une contre-visite médicale, pour contrôler la réalité de la maladie, à condition d’être tenu de maintenir le salaire. Il existe des centres médicaux spécialisés pour opérer ces visites.

Suites de la maladie

À la fin de son arrêt maladie, le salarié reprend son poste de travail, le cas échéant après avoir passé une visite de reprise chez le médecin du travail.

Visite de reprise

Si l’absence du salarié a duré au moins 30 jours, l’employeur est tenu d’organiser une visite de reprise auprès du médecin du travail. Elle doit avoir lieu dans les 8 jours de la reprise du travail.

S’il s’agit d’une maladie professionnelle, la visite doit être organisée, quelle que soit sa durée.

Le médecin du travail peut décider que le salarié est apte à reprendre son poste ou peut, selon une procédure spécifique, décider qu’il est inapte.

Travail à temps partiel thérapeutique

Le médecin traitant du salarié peut aussi prescrire un travail à temps partiel thérapeutique.

Le salarié bénéficie pendant cette période d’indemnités journalières de sécurité sociale, si la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) donne son accord, pour la partie non travaillée. Pour la partie travaillée, le salarié bénéficie de sa rémunération habituelle.

Le salarié travaillant à temps partiel pendant cette période, il faut rédiger un avenant au contrat avec les mentions obligatoires du contrat à temps partiel, indiquant le caractère temporaire de la situation.

Incidences de la maladie sur le contrat de travail

L’arrêt maladie suspend le contrat de travail.

La maladie ne constitue pas un motif réel et sérieux de licenciement. À certaines conditions (très strictes), une absence prolongée qui désorganise l’entreprise et nécessite le remplacement définitif du salarié (en CDI) peut justifier un licenciement.

Le conseil du cabinet

Si le salarié ne justifie pas son absence, par l’envoi d’un certificat médical, il faut le mettre en demeure de le faire, par lettre RAR

Si le médecin traitant prescrit un temps partiel thérapeutique, il est en pratique très difficile pour l’employeur de s’y opposer ; le cabinet peut vous accompagner dans la rédaction d’un avenant de passage à temps partiel

Si le médecin du travail déclare que le salarié est inapte à son poste de travail, l’employeur a un certain nombre d’obligations à respecter avant de procéder au licenciement ; le cabinet peut vous accompagner dans ces démarches

S’il existe un contrat de prévoyance dans l’entreprise, il faut prévenir l’organisme pour obtenir, le cas échéant, le remboursement des indemnités complémentaires aux indemnités journalières de sécurité sociale.

Fiche 20 Accident du travail et maladie professionnelle

L’accident du travail est celui qui est survenu par le fait ou à l’occasion du travail, et sa survenance entraîne un certain nombre d’obligations pour l’employeur, notamment en termes de déclaration et de prévention.

Une maladie contractée par un salarié peut être considérée comme d’origine professionnelle lorsqu’elle est contractée en lien avec son activité professionnelle.

L’essentiel

1. Obligations du salarié

Un accident survenu au salarié par le fait ou à l’occasion de son travail, quelle qu’en soit la cause, est considéré comme un accident du travail. Il faut, pour obtenir cette qualification, que le salarié justifie qu’il a été victime d’un fait accidentel dans le cadre de son activité professionnelle et que le fait accidentel a entraîné l’apparition soudaine d’une lésion.

Le salarié doit informer l’employeur dans les 24 heures de l’accident. Cette information peut se faire de vive voix sur les lieux de l’accident, par LRAR, par courriel...

Obligations de l’employeur

L’employeur doit informer la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) dans les 48 heures de l’accident par l’envoi d’une déclaration d’accident du travail.

Il remet une feuille d’accident au salarié. En cas d’arrêt de travail, il envoie une attestation de salaire à la CPAM.

Sanctions en l’absence de déclaration :

Pour le salarié : l’accident ne sera pas reconnu comme un accident du travail

Pour l’employeur :

la CPAM peut lui demander le remboursement des dépenses faites à l’occasion de l’accident

contravention de 4ème classe

versement de dommages-intérêts au salarié.

Indemnisation du salarié

Le salarié perçoit des indemnités journalières sans délai de carence.

L’employeur doit indemniser le salarié aux conditions suivantes : le salarié doit avoir un an d’ancienneté, il doit être indemnisé par la sécurité sociale et recevoir des soins en France ou dans un État de l’Union européenne.

Il n’y a pas de délai carence.

Le salaire est maintenu à hauteur de 90 % du brut pendant 30 jours, puis les 2/3 pendant 30 jours.

À noter :

La convention collective peut prévoir un dispositif plus favorable au salarié, auquel cas elle s’applique.

Incidences sur le contrat de travail

Pendant l’arrêt de travail lié à un accident du travail ou une maladie professionnelle, le contrat de travail est suspendu et le salarié bénéficie d’une protection contre le licenciement.

Après une absence pour accident du travail d’au moins 30 jours ou après une absence pour maladie professionnelle quelle que soit sa durée, une visite de reprise est organisée auprès du médecin du travail.

Le conseil du cabinet

L’accident de travail ne doit pas être confondu avec l’accident de trajet, dont les conséquences sont différentes

Si vous avez des doutes sur le caractère professionnel de l’accident, il est conseillé d’émettre des réserves (sur les circonstances de temps et de lieu de l’accident ou sur l’existence d’une cause totalement étrangère au travail) dans les 10 jours de l’envoi de la déclaration d’accident du travail

S’il existe un contrat de prévoyance dans l’entreprise, il faut prévenir l’organisme pour obtenir, le cas échéant, le remboursement des indemnités complémentaires aux indemnités de sécurité sociale.

Fiche 21 Maternité

La salariée enceinte bénéficie d’un certain nombre de droits : congé maternité, autorisations d’absences, protection contre le licenciement…

L’essentiel

1. Protection de la salariée

La salariée bénéfice de certains droits ainsi que d’une protection dès lors qu’elle a informé son employeur de son état de grossesse.

À noter :

La salariée n’est pas tenue d’informer l’employeur de son état de grossesse. Mais, pour bénéficier des droits attachés à sa situation ainsi que d’une protection contre le licenciement, elle doit adresser un certificat médical.

L’employeur a l’obligation d’autoriser la salariée à s’absenter pour se rendre aux examens médicaux obligatoires, sans perte de rémunération.

Le conjoint de la salariée enceinte ou la personne salariée liée à elle par un PACS ou vivant maritalement avec elle est aussi autorisé à s’absenter pour se rendre à 3 examens médicaux obligatoires sans perte de rémunération.

Congé maternité

La durée du congé dépend de la situation familiale (nombre d’enfants).

En cas de naissance unique portant le nombre d’enfants à 1 ou 2, la durée du congé est de 16 semaines (6 avant l’accouchement et 16 après).

En cas de pathologie de la mère, il peut y avoir un congé supplémentaire de 2 semaines avant l’accouchement et de 4 semaines après.

Incidences sur le contrat de travail

Pendant l’arrêt de travail lié à la maternité, le contrat de travail est suspendu et la salariée bénéficie d’une protection contre le licenciement. Il est interdit de licencier une salariée pendant toute la période où l’état de grossesse est constaté et pendant les 10 semaines qui suivent le congé maternité.

Après une absence pour congé maternité, une visite de reprise est organisée auprès du médecin du travail.

Par ailleurs, l’employeur doit organiser un entretien professionnel avec la salariée, à son retour.

À son retour, la salariée a droit aux augmentations générales et à la moyenne des augmentations individuelles perçues durant son congé par des salariés relevant de la même catégorie professionnelle ou à défaut, de la moyenne des augmentations individuelles dans l’entreprise.

Le conseil du cabinet

Il est important d’organiser une visite de reprise et un entretien professionnel après le congé maternité

S’il y a eu des augmentations de salaire pendant la période d’absence de la salariée, il faut étudier l’incidence de ces augmentations sur la rémunération de la salariée.

Fiche 22 Congés payés

Tout salarié a droit à des jours de congés payés. La durée des congés dépend des droits acquis par le salarié. L’organisation des départs en congés incombe à l’employeur qui est tenu à un certain formalisme.

L’essentiel

1. Durée des congés

Les salariés acquièrent 2,5 jours ouvrables de congés par mois de travail effectif soit 30 jours ouvrables par an. L’employeur peut calculer les jours de congés en jours ouvrés : 2,08 jours par mois et 25 jours ouvrés par an.

Certaines absences, mais pas toutes, génèrent des droits à congés.

Départ en congés

La période de prise des congés payés peut s’étendre, ou non, sur toute l’année. Dans tous les cas, elle comprend la période légale du 1er mai au 31 octobre. Toutefois, dans les professions où il y a obligation de s’affilier à une caisse de congés payés, la période de référence débute le 1er avril.

Dans l’entreprise, la période de prise des congés payés est fixée par accord d’entreprise ou, à défaut, par la convention collective. En l’absence d’accord collectif, elle est fixée par l’employeur, après avis du CSE.

À noter :

Si l’employeur fixe seul la période de congés (après avis du CSE s’il existe), celle-ci doit obligatoirement comprendre la période légale allant du 1er mai au 31 octobre.

L’employeur doit ensuite informer les salariés (affichage, courriel…) de la période des congés dans l’entreprise.

À l’intérieur de la période de congés, l’employeur fixe l’ordre