of 12 /12
Politique énergétique et gestion durable au Sénat Situation au 1 er novembre 2014 L'amélioration de la performance énergétique des bâtiments est devenue un enjeu majeur. Depuis plusieurs années, le Sénat joue un rôle actif dans ce domaine. Ainsi, l’ensemble des châssis de fenêtres ont été équipés de double vitrage, divers greniers et toits ont été isolés, une toiture verte de près de 400 m² a été posée et le rendement de l'installation de chauffage a été amélioré en plusieurs points (rénovation de chaufferie, isolation de l’allège des radiateurs, isolation des conduites, régulation performante). L'électricité représente plus de 50% de la facture énergétique du Sénat et provoque deux fois plus d’émissions de CO 2 que le gaz. C'est pourquoi le Sénat s’est doté notamment de luminaires avec détection de présence et de lumière du jour, d'interrupteurs temporisés, d'ampoules LED pour l'ensemble de ses lustres, d'écrans d'ordinateurs basse consommation... Les boilers électriques pour l'eau chaude sanitaire ont été équipés d'une programmation hebdomadaire. Sur la toiture ont également été installés neuf panneaux solaires photovoltaïques, dont vous pouvez suivre la production en temps réel. Depuis 2009, ces mesures ont déjà permis de diminuer la consommation électrique de 23,42% et la consommation de gaz de 30,94% (malgré une hausse pour le gaz depuis 2013). Les émissions de CO 2 ont diminué de 32%. Quant à l’électricité, elle provient à 100% de sources d’énergie renouvelables. Pour plus de détails, nous vous invitons à découvrir le rapport complet. Bonne lecture ! 0 kWh 1.000.000 kWh 2.000.000 kWh 3.000.000 kWh kWh normalisés (hors climat) Consommation de gaz - Sénat 2009 2010 2011 2012 2013 2014 0 kWh 500.000 kWh 1.000.000 kWh kWh normalisés (hors climat) Consommation électricité- Sénat 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Politique énergétique et gestion durable au Sénat ... · l'électricité ne représente que 39 % de la consommation totale, on constate que l'électricité représente 58 % de

  • Author
    others

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Politique énergétique et gestion durable au Sénat ... · l'électricité ne représente que 39 %...

  • Politique énergétique et gestion durable au Sénat

    Situation au 1er novembre 2014

    L'amélioration de la performance énergétique des bâtiments est devenue un enjeu majeur. Depuis plusieurs années, le Sénat joue un rôle actif dans ce domaine. Ainsi, l’ensemble des châssis de fenêtres ont été équipés de double vitrage, divers greniers et toits ont été isolés, une toiture verte de près de 400 m² a été posée et le rendement de l'installation de chauffage a été amélioré en plusieurs points (rénovation de chaufferie, isolation de l’allège des radiateurs, isolation des conduites, régulation performante). L'électricité représente plus de 50% de la facture énergétique du Sénat et provoque deux fois plus d’émissions de CO2 que le gaz. C'est pourquoi le Sénat s’est doté notamment de luminaires avec détection de présence et de lumière du jour, d'interrupteurs temporisés, d'ampoules LED pour l'ensemble de ses lustres, d'écrans d'ordinateurs basse consommation... Les boilers électriques pour l'eau chaude sanitaire ont été équipés d'une programmation hebdomadaire. Sur la toiture ont également été installés neuf panneaux solaires photovoltaïques, dont vous pouvez suivre la production en temps réel. Depuis 2009, ces mesures ont déjà permis de diminuer la consommation électrique de 23,42% et la consommation de gaz de 30,94% (malgré une hausse pour le gaz depuis 2013). Les émissions de CO2 ont diminué de 32%. Quant à l’électricité, elle provient à 100% de sources d’énergie renouvelables.

    Pour plus de détails, nous vous invitons à découvrir le rapport complet.

    Bonne lecture !

    0 kWh

    1.000.000 kWh

    2.000.000 kWh

    3.000.000 kWh

    kWh normalisés (hors climat)

    Consommation de gaz - Sénat 200920102011201220132014

    0 kWh

    500.000 kWh

    1.000.000 kWh

    kWh normalisés (hors climat)

    Consommation électricité- Sénat 200920102011201220132014

    https://monitoring.solaredge.com/solaredge-web/p/public?name=SenatdeBelgique-BelgischeSenaat

  • 2

    1. État des lieux : consommations totales - non normalisées

    Électricité Gaz Eau

    kWh EURO kWh EURO m3 EURO

    2009 932 272 € 125 897,86 1 772 038 € 82 248,08 3 676 € 7 963,31

    2010 945 393 € 129 935,19 1 707 773 € 78 854,72 3 201 € 8 612,85

    2011 893 414 € 121 254,99 1 256 851 € 72 082,50 3 750 € 12 867,12

    2012 862 977 € 123 179,52 1 274 921 € 85 870,13 3 300 € 12 452,96

    2013 812 591 € 97 960,44 1 473 842 € 94 085,59 2 952 € 11 653,68

    2014 708 282 € 87 168,61 1 076 053 € 62 155,01 2 932 € 11 659,84

    Consommations et factures - octobre 2013 à octobre 2014 Consommation en électricité : 708 282 kWh - Coût total : € 87 168,61 soit € 0,123/kWh Consommation en gaz : 1 076 053 kWh - Coût total : € 62 155,01 soit € 0,058/kWh Consommation en eau : 2 932 m3 - Coût total : € 11 659,84 soit € 3,98 /m3

    2. Répartition des consommations et des factures, par source d’énergie

    Le principal combustible utilisé dans les bâtiments du Sénat est le gaz naturel (61 %). Mais, bien que l'électricité ne représente que 39 % de la consommation totale, on constate que l'électricité représente 58 % de la facture énergétique. Ceci est dû au prix de l'électricité, deux fois plus élevé que celui du gaz. De plus, en termes de consommation en énergie primaire et d’émissions de CO2, l'électricité émet deux fois plus de CO2 que le gaz. Il importe donc d’être particulièrement attentif à ce sujet. De nombreux efforts sont actuellement fournis en vue de faire baisser la consommation électrique du Sénat. Les mesures en cours sont détaillées plus loin.

    Gaz 61%

    1.076.053

    Electricité 39 %

    708.282 kWh

    Répartition des consommations par source d'énergie

    Sénat - année 2014

    Gaz 62.155 €

    42%

    Electricité 87.169 €

    58 %

    Répartition des factures par source d'énergie Sénat - année 2014

  • 3

    3. Évolution des consommations depuis 1990 et depuis 2009 : énergie finale

    Les consommations de gaz et de l’électricité ont été « normalisées », c'est-à-dire soustraites de l’influence du climat ; mais elles n’ont pas été pondérées en fonction des heures d’occupation des locaux et des salles, qui peuvent varier fortement d’une année à l’autre. 3.1. Évolution des consommations depuis 1990

    Depuis 1990, les consommations de gaz ont baissé de 24,85 %, mais les consommations électriques ont augmenté de 3,06 %, malgré une baisse significative ces dernières années. Ceci est dû à une augmentation générale des équipements électriques dans les bâtiments (climatisation, ordinateurs, vote électronique, éclairage, multimédias,…). Cette augmentation de la consommation électrique en vingt ans est généralisée, tant dans le secteur tertiaire (bureaux) que dans le secteur résidentiel (logements).

    0

    500.000

    1.000.000

    1.500.000

    2.000.000

    2.500.000

    kWh

    fuel kWh

    gaz kWh

    total chauffage kWh

    gaz (conso normalisée)

    elec (conso normalisée)

  • 4

    3.2. Évolution des consommations depuis 2009

    On peut constater que les consommations de gaz et d’électricité sont aujourd’hui en baisse de manière significative ; en cinq ans, elles ont diminué respectivement de 30,94 % (gaz) et de 23,42% (électricité). On constate cependant une nette dérive de la consommation de gaz depuis 2013. Ceci est dû à la vétusté de la chaufferie sise rue de Louvain 5, équipée de deux chaudières gaz datant de 1982, et fonctionnant aujourd’hui sans intermittence. Cette chaufferie doit être rénovée entièrement en 2015. La consommation en eau est également en baisse; entre 2009 et 2014, elle a baissé de 20,24 %.

    0 kWh

    500.000 kWh

    1.000.000 kWh

    1.500.000 kWh

    2.000.000 kWh

    2.500.000 kWh

    kWh normalisés (hors climat)

    Consommation de gaz - Sénat

    2009

    2010

    2011

    2012

    2013

    2014

    0 kWh

    100.000 kWh

    200.000 kWh

    300.000 kWh

    400.000 kWh

    500.000 kWh

    600.000 kWh

    700.000 kWh

    800.000 kWh

    900.000 kWh

    1.000.000 kWh

    kWh normalisés (hors climat)

    Consommation électricité- Sénat

    2009

    2010

    2011

    2012

    2013

    2014

  • 5

    4. Évolution des consommations depuis 1990 : énergie primaire et émissions de CO2

    4.1. Évolution de la consommation d’énergie primaire (EP) depuis 1990 La consommation d’énergie finale est la quantité d’énergie réellement utilisée pour un service (le mazout livré, l’électricité consommée, …) ; c’est la quantité qui apparaît sur les factures. La consommation d’énergie primaire est la consommation d’énergie finale, augmentée de la quantité d’énergie perdue lors de la transformation et de la distribution. L'énergie primaire est donc obtenue en multipliant la consommation d'énergie finale (factures) par un facteur « EP » propre à chaque source d'énergie utilisée : la conversion d’électricité des sources d’énergie utilisée (charbon, gaz naturel, mazout, uranium), va en effet accompagnée de pertes de rendement des centrales électriques.

    Facteurs de conversion en énergie primaire (kWh/kWh) Gaz Électricité conventionnelle Électricité verte

    1,00 2,50 1,80

    4.2. Évolution du taux d’émission de CO2 depuis 1990 Le taux d’émission de CO2 est, également, propre à chaque type d’énergie utilisée. Il s’exprime en kg de CO2 par kWh consommé.

    Facteurs d’émission de CO2 par vecteur énergétique (kg/kWh) Gaz Électricité conventionnelle Électricité verte

    0,219 0,394 0,394

    0 kWh

    1.000.000 kWh

    2.000.000 kWh

    3.000.000 kWh

    4.000.000 kWh

    5.000.000 kWh

    Consommation d'énergie primaire (EP)

    TOTAL EnPrimaire (kWh)

    0 t

    200 t

    400 t

    600 t

    800 t

    1.000 t

    1.200 t

    Emissions de CO2

    TOTAL CO2 (tonnes)

  • 6

    4.3. Évolution de la consommation d’énergie primaire et des émissions de CO2 depuis 2009

    2009 2014 Evolution

    Emissions de CO2/an 755 tonnes 515 tonnes -32 %

    Energie Primaire kWh/an 4 102 718 kWh 2 350 961 kWh -43 %

    Depuis 2009, la consommation en énergie primaire a baissé considérablement. Cela provient aussi du fait que, depuis le 1er février 2010, le Sénat bénéficie d’une fourniture en électricité verte, d’origine 100 % renouvelable.

    5. Évolution des prix de l’énergie, depuis 2005 et 2009

    5.1. Évolution des prix de l’énergie depuis 2005 5.2. Evolution des prix de l’énergie depuis 2009

    2009 2014 Évolution

    Electricité (€/kWh) 0,135 € 0,123 € -8,87 %

    Gaz (€/kWh) 0,046 € 0,058 € 24,45 %

    Eau (€/m3) 2,17 € 3,98 € 83,57%

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    0.000 €

    2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

    elec (€/kWh)

    gaz (€/kWh)

    eau (c€/m3)

  • 7

    Le prix du gaz est variable, et a augmenté de 24,5% en cinq ans. Le prix de l’électricité a baissé en 2013, mais son coût a augmenté de 13,6 % entre 2005 et 2012, et globalement le coût de l’énergie augmente graduellement de manière non interrompue. L’augmentation de prix la plus spectaculaire est celle du prix de l’eau, qui a augmenté de 83,57 % en cinq ans ! D’où l’importance, sur le plan environnemental mais aussi sur le plan financier, d’une politique énergétique à long terme, et la nécessité de réaliser des investissements pertinents permettant d’améliorer réellement l’efficacité énergétique des bâtiments du Sénat. Le Sénat peut donc choisir de montrer l’exemple en favorisant une politique énergétique ambitieuse et responsable.

    6. Politique énergétique : mesures prises - mesures à prendre

    6.1. Diminution de la consommation de gaz

    6.1.1. Amélioration de la performance de l’enveloppe du bâtiment

    – Pose de double vitrage 1,1 et 1,0 W/m2.K pour l’ensemble des fenêtres du Sénat 460 fenêtres et portes

    2008 - 2013 (réalisé)

    – Isolation de différents greniers du Sénat par insufflation de cellulose grenier LVN5 ; grenier LOI8 ; bureau HRM ; passage LOI8

    2010 – 2013 (réalisé)

    – Isolation de toitures aile LVN5 ; salle M ; archives et aile Présidence ; service du Personnel et HR

    2013 - 2016 (planifié)

  • 8

    6.1.2. Amélioration du rendement global de l’installation de chauffage

    – Amélioration du rendement de production chaudière à condensation (chaufferie LVN7)

    2011 (réalisé) chaudières à condensation et boiler ECS (conciergeries LVN5 et LVN7)

    2012 (réalisé) chaudière à condensation et boiler ECS (conciergerie LOI8)

    2013 (réalisé) rénovation de la chaufferie LVN5 (chaudière à condensation et cogénération)

    2015 (planifié)

    – Amélioration de la régulation

    vannes thermostatiques sur tous les radiateurs ; optimiseur et sondes extérieures et intérieures ; intermittence (coupure nuit/w-e/été) ; programmation du chauffage des salles via Synco (électrovannes) ;

    2011 – 2015 (en cours)

    – Amélioration du rendement d’émission enlèvement des cache-radiateurs ; isolation des radiateurs situés contre un mur extérieur avec de la laine de bois

    2010 - 2015 (en cours)

    – Amélioration du rendement de distribution isolation des conduites en cave

    2008 (réalisé) 6.2. Diminution de la consommation d’électricité

    6.2.1. Éclairage

    – Relighting pose de 220 TL5 à ballast électronique ; avec détection de la lumière du jour (luminaires situés près des fenêtres) ; pose de spots LED dans la coupole de l’hémicycle ; pose de 1 750 ampoules LED dans les salles, l’hémicycle, les salons de la Présidence

    2008 - 2013 (réalisé)

    – Détection de présence et minuterie détection de présence dans les salles, les sanitaires, les couloirs ; minuterie dans les couloirs, les escaliers, la cave

    2011-2015 (en cours)

  • 9

    6.2.2. Installations techniques

    – Programmation adaptation du fonctionnement des installations à l’occupation réelle des locaux

    2012 (réalisé)

    – Sonde CO2 commande des installations de ventilation via sondes CO2 (mise en route à 900 ppm) ;

    2013 (réalisé partiellement)

    – Adaptation des débits de ventilation adaptation des débits en fonction des besoins réels en ventilation hygiénique

    2012 (réalisé partiellement)

    – Remplacement des pompes de la chaufferie LVN7 par des circulateurs de classe A nouveaux circulateurs « basse énergie », à débit variable

    2012 (réalisé)

    – Remplacement des ascenseurs de l’aile LVN5 fonction ‘veille’ des cabines, récupération de l’énergie de freinage, éclairage LED, gestion

    de la ventilation

    2013-2014 (réalisé) 6.2.3. Bureautique

    – Écrans d’ordinateur plats pose de 270 écrans plats TFT pour l’ensemble des ordinateurs du Sénat

    2007 - 2010 (réalisé)

    – Gestion des veilles mise en veille automatique des ordinateurs via EcoPower

    2014 (réalisé)

    – Centralisation des imprimantes suppression progressive des imprimantes individuelles

    2013 … 2015 (à planifier) 6.2.4. Eau chaude sanitaire

    – Intermittence programmation hebdomadaire de l’ensemble des boilers (extinction nuit et w-e)

  • 10

    6.2.5. Panneaux solaires photovoltaïques

    – Pose de neuf panneaux solaires haut rendement sur la toiture plate LVN5 production estimée à 3 000 kWh/an – aperçu de la production en temps réel

    2013 (réalisé) 6.3. Autres mesures mises en œuvre

    6.3.1. Comptabilité énergétique

    pose de compteurs à impulsion (lecture des compteurs par télémétrie) : gaz, eau, électricité ;

    installation d’un logiciel de comptage énergétique (relevés en temps réel; rapports) ; relevé, traitement, analyse des données

    2010 – 2014 (en cours)

    6.3.2. Électricité 100 % verte

    fourniture en électricité verte d’origine 100 % renouvelable depuis le 1er février 2010 réduction des émissions de CO2 de 18 %

    2010 (réalisé) 6.3.3. Confort d’été

    pose de films solaires sur certains vitrages sud du Sénat exposés à la lumière solaire (square de Louvain; cour LOI8)

    2010 – 2011 (réalisé) pose de protections solaires extérieures sur des fenêtres sud et velux (service HRM)

    2012-2013 (réalisé)

    https://monitoring.solaredge.com/solaredge-web/p/public?name=SenatdeBelgique-BelgischeSenaat

  • 11

    6.3.4. Audit énergétique

    audit énergétique gratuit réalisé par Bruxelles Environnement-IBGE ; proposition de mesures (gestion des installations de climatisation; énergie renouvelable;

    …)

    2011 (réalisé)

    6.3.5. Pose d’une toiture verte sur la toiture plate de l’aile Louvain 5 pose d’une toiture verte extensive de 400 m2 2013 (réalisé)

    6.3.6. Sensibilisation du personnel affichage du label énergétique des bâtiments du Sénat (indices kWh, CO2, eau) via la

    campagne européenne « Energy Display » (2010) ;

    notes d’information sur l’intranet (2010-2013) ; affichage du label énergétique PEB des bâtiments du Sénat (2014 - planifié)

  • 12

    6.4. Diminution de la consommation en eau

    6.4.1. Plomberie robinets économiques avec mousseurs ; robinets thermostatiques (douches) ; chasse toilette « double touche » dans les vestiaires des huissiers (2013 – réalisé)

    7. Mesures à l’étude

    pose de citernes pour la récupération des eaux pluviales, dans la cour LVN5; rénovation de la chaufferie Louvain 5 isolation de toitures : aile Présidence, service du Personnel et HR, archives, salle M ; pose de protections solaires extérieures (screens), dans les cours LOI8, LVN3, PFWB; ventilation double flux avec récupération de chaleur (paysager/salle M); free-cooling et night-cooling; isolation des façades des cours intérieures;

    La politique énergétique du Sénat repose sur des mesures structurelles à court, moyen et long terme. Les mesures structurelles visent à améliorer la performance énergétique de l’enveloppe du bâtiment (isolation renforcée, meilleure étanchéité à l’air), et des installations techniques (chaufferies, installations de climatisation et de ventilation, équipements divers (éclairage, bureautique, multimédia, cuisine, …).

    L’évaluation permanente des consommations énergétiques vise à adapter également la consommation d’énergie aux besoins réels (détecteurs de présence, minuteries, sondes de température et de CO2 dans les salles, programmation de la mise en route des installations, intermittence, ...).

    Enfin, la sensibilisation des occupants est une dimension importante. Des notes d’information illustrées sont régulièrement publiées sur l’intranet ; une campagne affichant le label énergétique des bâtiments du Sénat (indices kWh, CO2, eau) a été réalisée et sera prochainement relancée avec l’affichage obligatoire de la performance énergétique des bâtiments publics en Région bruxelloise ; une campagne de sensibilisation a été récemment organisée. Sénat de Belgique Service Infrastructure, Patrimoine et Logistique Palais de la Nation 1009 Bruxelles 02 501 72 29 - [email protected]

    mailto:[email protected]