Portefeuille 2014 08 fr

  • View
    218

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Portefeuille 2014 08 fr

  • Une publication mensuelle de KBC Banque & Assurance Nr. 08 - 11 aot 2014

    15 Sous la loupe

    14 Sous la loupe

    6 Stratgie

    5 Vrai ou faux ?

    2 Thme

    12 En point de mire

    Actions

    &Stratgie AccentsAPPROCHE FONDE SUR LE PORTEFEUILLE

    Investir dans des entreprisesde qualit

    LEurope sur la bonne voie

    Actions dentreprisesfamiliales europennes

    Voyage au pays des taux zro

    Lconomie amricaine a-t-elle atteint son rythme de croisire ?

    Le confort dune clause dattribution pour

    les personnes mariesavec enfants

  • 2Thme

    Stratgie & Accents

    Le confort dune clause dattribution pour les personnes maries

    avec enfantsAccents La clause dattribution

    laisse une solide marge de dcision au conjoint survivant.

    La clause dattribution donne le temps ncessaire pour vous faire conseiller.

    Plus que jamais, la planification de la succession est lordre du jour. Et pour chaque personne marie, le contrat de mariage est un facteur dterminant dans cette planification. Pour les personnes maries avec enfants, il est possible dajouter un lment trs important dans le contrat de mariage : une clause dattribution de communaut. Cette clause laisse, au dcs dun conjoint, une solide marge de dcision sur le patrimoine au conjoint survivant : celui-ci a la possibilit de choisir ce quil va conserver pour lui-mme, et ce qui sera ventuellement partag avec les enfants. Une position trs confortable pour le conjoint.

  • 3Stratgie & Accents

    Thme

    Pourquoi une clause dattribution ?

    Imaginez : vous tes mari(e), vous avez eu des enfants avec votre conjoint(e) et celui-ci dcde. En labsence de disposition spcifique, lhritage de votre partenaire sera rparti selon les rgles lgales. La loi prvoit lattribution de la nue-proprit de son hritage vos enfants. Le conjoint survivant nhrite que de lusufruit, c.--d. du droit dutilisation et de perception des fruits. Dans un mnage classique, cela signifie que le conjoint survivant conserve la pleine proprit de la moiti du patrimoine, mais il na que lusufruit de la deuxime moiti (tant sur la moiti de tous les biens immobiliers (logement familial, seconde rsidence, terrains,...) que sur la moiti de tous les biens mobiliers (investissements et liquidits)).

    Pour les jeunes parents, cette disposition implique de voir les enfants devenir soudain propritaires de la moiti du patrimoine. Chez les parents plus gs, elle peut susciter linquitude de savoir si le patrimoine rsiduel du conjoint survivant suffira pour joindre les deux bouts. Il peut y avoir bien dautres raisons encore pour redistribuer diffremment vos biens aprs un dcs : le souhait de conserver le domicile familial, une protection supplmentaire pour le dernier conjoint survivant, des motifs familiaux et/ou fiscaux,... Souvent, le rgime lgal automatique nest donc pas souhaitable. Une clause dattribution tient compte de toutes ces proccupations et souhaits.

    Quest-ce quune clause dattribution ?

    Une clause dattribution est une disposition entre poux prvue dans un contrat de mariage. Elle permet au conjoint survivant de rpartir les biens

    (mobiliers comme immobiliers) selon son propre choix, aprs le dcs de lautre partenaire. Il/elle indique qui doit aller quoi ( lui/elle-mme ou aux enfants, en pleine proprit, en nue proprit ou en usufruit.) Un grand confort.

    La clause dattribution permet un(e) jeune veuf(ve) de conserver la pleine proprit des biens communs sil(elle) le souhaite. Le droit des enfants hriter est alors report jusquau dcs du conjoint survivant. Un veuf ou une veuve dge plus avanc qui souhaite rester propritaire du logement familial mais veut par-tager le portefeuille dinvestissement avec les enfants peut fixer son choix en ce sens.

    Le choix de la rpartition ne doit avoir lieu que dans les quatre mois suivant le dcs du partenaire. Cest prcisment l le grand avantage de la clause dattri-bution : vous pouvez droger au rgime de distribu-tion lgal si cela vous convient mieux ce moment. Pendant les quatre mois suivant le dcs, vous aurez le temps ncessaire pour vous faire conseiller sur la meilleure rpartition ce moment. Lge et les projets davenir du conjoint survivant, limportance du patri-moine, la situation familiale et fiscale influencent sans aucun doute cette dcision.

    Comment prvoir une clause dattribution ?

    Une clause dattribution doit tre tablie devant notaire, un moment o les deux conjoints sont en vie et sains desprit. Le notaire enregistre ensuite votre contrat de mariage au Registre central des contrats de mariage (RCH).

  • 4 Stratgie & Accents

    Thme

    Une clause dattribution est utile pour chaque rgime matrimonial

    Si vous avez eu des enfants avec votre conjoint(e), une clause dattribution est conseille quel que soit votre rgime matrimonial. Une clause dattribution peut aussi tre intgre dans les rgimes de spa-ration des biens (elle est alors appele institution contractuelle ou don entre poux avec possibilits de choix). En cas de sparation des biens ou pour le patrimoine personnel dans le rgime de communaut, le lgislateur a il est vrai limit le recours la clause dattribution.

    Une clause dattribution peut tre prvue galement dans le cadre des mnages recomposs. Son utilisa-tion est toutefois limite par la loi, afin de protger la part successorale des enfants du conjoint dfunt.

    Conclusion

    Si vous ou votre conjoint souhaitez dcider par vous-mme de la distribution de votre patrimoine aprs un dcs, une clause dattribution peut vous tre extrmement utile. Elle doit tre ajoute par les deux conjoints dans un contrat de mariage, via notaire.

    La clause dattribution sera utilise par le conjoint survivant. Celui-ci devra confirmer son choix dans les quatre mois suivant le dcs, selon ses souhaits ce moment.

  • 5Stratgie & Accents

    Vrai ou faux ?Lconomie amricaine a-t-elle atteint son rythme de croisire ?

    Dans un premier temps, une croissance positive du PIB a t annonce pour le premier trimestre aux tats-Unis. Dans les mois qui ont suivi, cette croissance a systmatiquement t revue pour tre abaisse 2,9%. Son ralentissement dans les pays mergents a rod plus que prvu les exportations et lhiver rigoureux a pes sur les stocks.

    Dautres indicateurs conjoncturels contrastent toutefois vivement avec le rapport sur le PIB. LISM, lindice des directeurs dachats amricains, se maintient niveau pour le sixime mois conscutif. Les ventes au dtail ont longtemps t moroses, mais elles progressent aujourdhui au rythme de 4,5% en base annuelle avec une inflation de 2,1%. Le march du travail se redresse nettement (1 380 millions demplois ont t crs sur les six premiers mois). Le taux de chmage est retomb 6,1% de la population active.

    Une raison de reconsidrer le taux directeur. La reprise conomique sappuie sur une base solide. La haute conjoncture sinstalle progressivement. Les rachats demprunts dtat diminuent et sarrteront en novembre. Le premier relvement du taux directeur amricain a t annonc ouvertement et est attendu dici la mi-2015. Un premier relvement des taux pourrait intervenir plus tt. Si le taux de chmage conserve jusqu la mi-2015 la tendance baissire observe cette anne (cf. supra), il atteindra 4,8% dici juin 2015. La rponse est donc oui, lconomie amricaine a atteint sa vitesse de croisire.

  • 6 Stratgie & Accents

    StratgieVoyage au pays des taux zro

    Accents

    La vulnrabilit des marchs dactions a t accentu.

    Le redressement conjoncturel amorc ?

    Nous attendons une croissance bnficiaire convaincante pour adapter le portefeuille

    Les risques conjoncturels se sont attnus en dehors de la zone euro, ce qui soutient les marchs dactions, dont la valorisation a dj beaucoup augment. Les cours augmentent plus vite que les bnfices des entreprises pour le neuvime trimestre daffile, ce qui a accentu la vulnrabilit des marchs dactions. Or la valorisation ne suffit pas alimenter les Bourses, mais il est encore trop tt pour dfinir la tendance des rsultats du deuxime trimestre 2014 et nous attendons une confirmation avant daugmenter la composante actions dans les portefeuilles.

    La valorisation a encore augment

    Jusquau 21 juillet, notre indice de rfrence pour les actions a augment de 6,9% par rapport au dbut 2014. Le rendement des obligations a encore fait un peu mieux (7,2%). Linvestisseur sest trouv devant un dilemme : tre sur le march ou rester sur la touche. En 2014, la valorisation des actions a encore augment lgrement. Le rapport cours/bnfice du S&P 500 et du MSCI Europe slve respectivement 16,8 et 14,0. Le taux dix ans allemand a franchi son plancher absolu le 18 juin. Inutile de rpter que le march obligataire est extrmement cher selon tous les critres. Le taux du march a recul de 0,80 point de pourcentage par rapport fin 2013. Le rendement des liquidits est pour ainsi dire inexistant depuis pas mal de temps. Les dernires tensions gopolitiques nont pas attis laversion pour le risque. Au contraire, les fluctuations sur les marchs restent particulirement limites.

    Une valorisation juste des actions par rapport des obligations extrmement chres

    En termes relatifs, les actions restent extrmement bon march par rapport aux obligations et aux liquidits. Une action europenne moyenne donne un rendement de dividende de 3,20%, contre un coupon de 1,15% pour une obligation dtat allemande dix ans. Ce coupon ne change pas sur la dure de linvestissement, alors que le dividende dune action crot de 5 10% par an. Les deux investissements ont la mme valeur si lemprunt dtat allemand est rembours au pair et si laction europenne et si le cours de laction europenne plonge de 35% par rapport son niveau actuel.

    La croissance bnficiaire sera dterminante

    Le dfi de ces prochain