Portfolio Numerique

  • View
    38

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

Le portfolio numeriqueUn atout pour le citoyen apprenant

Cette publication a t produite par la Socit de formation distance des commissions scolaires du Qubec (SOFAD) et le Cgep@distance

Membres du comit de travail Martine Cloutier, Cgep@distance Guy Fortier, Direction de la formation gnrale des adultes Samantha Slade, SOFADCette publication a t rendue possible grce au soutien financier de la Direction de la formation gnrale des adultes du ministre de lducation, du Loisir et du Sport

Le comit de travail tient remercier Michel Laurendeau de la Commission scolaire de la Valle-des-Tisserands et Joanne Moreau du Cgep de lOutaouais pour leurs commentaires.

Rvision du style : Sophie Mass Rvision linguistique : Lise Dolbec Correction d'preuve : Gabriel Kabis dition et page couverture : Reina Pearce

Dpt lgal - Mars 2006 Bibliothque et Archives nationales du Qubec Bibliothque et Archives Canada ISBN : 978-2-89493-336-7

TABLE DES MATIRES1CONTEXTE ET MANDAT DE TRAVAIL 1.1 Contexte gnral 1.2 Mandat de travail du comit 5 5 6 9 9 11 12 14 16 17 17 20 23 27 29 31 31 38 39 39 41 43 44 46 46 48 49 49 50 51 53

2

DFINITION DU PORTFOLIO NUMRIQUE ET DESCRIPTION DE SON UTILIT 2.1 Concept traditionnel du portfolio 2.2 Dfinition du portfolio numrique 2.3 Contribution de la dimension numrique au portfolio 2.4 Portfolios numriques et divers processus Rsum de la section 2 : Dfinition du portfolio numrique et description de son utilit

3

SURVOL DES INITIATIVES EXISTANTES 3.1 Secteur des jeunes 3.2 Formation postsecondaire 3.3 Formation continue et reconnaissance des acquis 3.4 Emploi et ressources humaines 3.5 Formation en ligne 3.6 Dveloppement organisationnel ou conomique 3.7 Un portfolio pour chaque individu, tout au long de sa vie Rsum de la section 3 : Survol des initiatives existantes

4

ENJEUX ET DFIS 4.1 Enjeux technologiques 4.2 Standards : tat de la situation 4.3 Outils : tat de la situation 4.4 Protection des donnes prives 4.5 Proccupations dexclusion sociale 4.6 Transformation des pratiques Rsum de la section 4 : Enjeux et dfis

5

UNE VISION ET QUELQUES RECOMMANDATIONS 5.1 Quelques constats 5.2 Urgence de se donner une vision 5.3 Recommandations RFRENCES

AVANT-PROPOSLe prsent document aborde le rle, lutilit et la pertinence du portfolio numrique dans le processus dapprentissage tout au long de la vie. Il a t command par la Direction de la formation gnrale des adultes du ministre de lducation, du Loisir et du Sport. Ce document na pas la prtention dtre exhaustif; il sagissait pour le comit de travail de prsenter ses recherches et dillustrer travers ses rflexions ce quest devenu au cours des dernires annes le concept de portfolio. Le comit de travail avait galement comme mandat de proposer quelques pistes ou orientations afin de faire avancer la rflexion sur ce sujet. Le travail a t organis de faon illustrer, dans un premier temps, le contexte gnral qui justifie lintrt quaccordent au portfolio numrique de plus en plus dorganisations au Qubec et partout dans le monde. Ensuite, le comit a tabli une dfinition moderne du portfolio numrique de mme quune description gnrale de ses diverses utilits. La section la plus volumineuse de ce rapport prsente un portrait de certaines initiatives en cours dans le monde. Le choix de ces initiatives a t motiv par leur potentiel dillustration des diffrentes utilits du portfolio numrique et des principaux courants actuels de recherche et dveloppement dans le domaine. Par la suite, le comit a dfini certains enjeux fondamentaux et analys les dfis que les dveloppeurs et les utilisateurs du portfolio numrique doivent affronter. La dernire tape du travail a permis dtablir, pour le Qubec, une vision des possibilits de dveloppement de cet outil et de proposer quelques recommandations dordre gnral afin dassurer la poursuite de ce dveloppement.

11.1

CONTEXTE ET MANDAT DE TRAVAIL

A L

vant dentrer dans le vif du sujet, prenons le temps de mettre en contexte lmergence du portfolio numrique, puis attardons-nous aux paramtres et aux objectifs du prsent rapport.

CONTEXTE GNRALe besoin de valoriser et de faire voluer les comptences de la population qubcoise donne lieu depuis quelques annes un nombre impressionnant de projets et dinitiatives afin que se matrialise ce quon annonce comme la socit du savoir, fonde sur lconomie de la connaissance. Au Qubec, le dveloppement dune culture de formation se poursuit et sappuie sur la Politique gouvernementale dducation des adultes et de formation continue. Cela fournit loccasion de travailler sur des chantiers importants, dont la rvision de la formation gnrale des adultes au secondaire, la reconnaissance des acquis et des comptences, la mise en uvre de nouveaux Services daccueil, de rfrence, de conseil et daccompagnement (SARCA) et le bilan des acquis. Nous assistons aussi des efforts considrables afin quune culture de formation continue simpose chez les employeurs par le dveloppement des systmes de qualification et dapprentissage reconnus largement, dune province lautre. Les rformes scolaires et les approches qui souhaitent faire fructifier le capital humain font de la comptence un objectif en soi. La comptence devient alors un objet dont il faut prendre soin et rpertorier les manques et les forces; ainsi, elle doit tre dveloppe, actualise, mise en valeur et reconnue. Cet objectif se transformera, aprs autovaluations, analyses et transactions avec plusieurs organisations, en besoin dapprentissage ou de formation, qui ncessitera une attention soutenue tout au long de la vie de chaque individu. Un enjeu fondamental de la mise en uvre de la Politique gouvernementale dducation des adultes et de formation continue du Qubec est dapporter des solutions au besoin de plus en plus pressant de formation, en crant une plus grande synergie entre les diffrents systmes dapprentissage et les moyens dj en place pour aider les individus poursuivre leur dveloppement personnel et professionnel. Du point de vue de lindividu, jamais le besoin naura t aussi pressant que les institutions, censes tre son service, communiquent entre elles et lui vitent de recommencer les mmes dmarches. Avec une diversification des lieux et des modes dapprentissage, la proccupation de voir linformation circuler de manire fluide et convergente est dautant plus importante. Il faut fournir des outils afin de faciliter le cheminement des individus tout au long de leur vie et dans tous ses aspects.

5

Comme le Conseil suprieur de lducation la recommand, il faut se prparer une plus grande transparence des systmes et un changement de paradigme en se centrant sur les personnes et non sur les institutions 1. Le portfolio numrique pourrait tre un moyen de se centrer sur lindividu, son cheminement et son parcours tout au long de la vie. Il faut se servir des technologies de l'information et de la communication pour amliorer l'accs aux services pour des adultes et pour accrotre leur autonomie. Le portfolio numrique est un moyen qui mrite dtre explor puisque le Qubec fait partie des rgions du monde o plus de la moiti de la population est constitue dinternautes2. Les habilets lies lusage des technologies de linformation et des communications sont considres comme des comptences de base et font mme partie dune nouvelle dfinition de lalphabtisation. Les individus qui avancent sur la voie technologique sattendent accder tout ce quil leur faut, en tout temps. Cest la culture de linstantanit (cellulaire, Internet, clavardage) et du just in time ou sur mesure. Ce nest pas un hasard si le gouvernement du Qubec, dans une perspective de modernisation de ltat, dveloppe le concept dun gouvernement en ligne et souhaite simposer comme un des leaders mondiaux en matire de dmocratie en ligne et de services lectroniques aux citoyens. Le changement dadresse en ligne ou la planification en ligne dun cong parental sont des exemples actuels de lutilisation des services lectroniques aux citoyens. Ce type de service est en plein essor et pourrait, dans certains secteurs, simposer comme une nouvelle norme.

1.2 MANDAT DE TRAVAIL DU COMIT

C

est pour rflchir ces questions quun groupe de travail, compos de spcialistes de la formation distance du rseau des commissions scolaires et des cgeps a t form. En plus de participer quelques vnements internationaux nord-amricains ou canadiens sur le sujet, le comit a enrichi sa rflexion de plusieurs lectures et visites de sites Internet afin de dresser un tat des diffrentes utilisations du portfolio numrique dans le monde. Le comit de travail avait dabord comme mandat dtablir la pertinence du portfolio numrique dans le virage vers lapprentissage tout au long de la vie, puis dvaluer dans quelle mesure il pourrait savrer utile dans la mise en uvre des diffrents volets du plan daction gouvernemental en matire dducation des adultes et de formation continue.

Les rflexions du comit de travail se sont concentres sur les divers usages de soutien lapprentissage qui ont cours en ce moment de mme que sur lvaluation, la reconnaissance, la validation ou la valorisation des acquis et des comptences, sur la planification du dveloppement personnel ou professionnel et, finalement, sur lensemble des services aux citoyens que la mise en uvre dun tel systme peut fournir, et ce, dans tous les domaines de vie. Le comit de travail sest galement employ identifier quelques enjeux qui mritent dtre approfondis afin de concevoir un portfolio numrique qui pourra rendre compte de lapprentissage tout au long de la vie.1

6

MINISTRE DE LEDUCATION, Plan daction en matire dducation des adultes et de formation continue, Montral, Conseil suprieur de lducation, 2002, 40 p. : www.meq.gouv.qc.ca/REFORME/formation_con/annexe2.htm 2 Christian BOUDREAU, laube de la transformation profonde de ltat , Tlescope, vol. 10,