PREMIRE PARTIE. LA CAMPAGNE MAROCAINE ??un des reprsentants emblmatiques de ce genre d’enqutes systmatiques fut E. Michaux-Bellaire,

  • View
    219

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of PREMIRE PARTIE. LA CAMPAGNE MAROCAINE ??un des reprsentants emblmatiques de ce genre d’enqutes...

  • 14

    PREMIRE PARTIE. LA CAMPAGNE

    MAROCAINE LPOQUE MDIVALE :

    STRUCTURES DE LHABITAT ET DE

    LEXPLOITATION AGRAIRE

    Avant dentamer une tude synthtique sur lhistoire des units et des structures de lhabitat rural au Maroc islamique (ce qui correspond aux poques mdivale et moderne de la priodisation occidentale), mener une rflexion sur les origines et les volutions de la production scientifique sur le sujet se rvle dune ncessit urgente. Les travaux dhistoriographie au Maroc en gnral, et concernant les tudes sur les diffrents aspects de la culture matrielle en particulier, manquent cruellement. Pourtant, un effort de thorisation doubl dune lecture pistmologique des fondements du savoir en question, sont seuls susceptibles dviter de futures recherches des ttonnements inutiles et dentrevoir de nouvelles perspectives dapproche. Cest justement la qute dune mthode approprie aux spcificits du contexte socioculturel et historique de notre aire de recherche, le Maroc et lOccident musulman en gnral, qui justifie cet aperu circonstanci des modalits de construction du savoir scientifique sur le thme de lhabitat. Il ne sagit pas de brosser un historique exhaustif de la recherche, mais plutt de dceler travers quelques tudes ou types dtudes, certains aspects des procds mthodologiques et des champs notionnels qui ont conditionn la construction de ce savoir.

    LES ORIGINES

    On peut reconnatre en effet dans les premires explorations du Maroc, dues des diplomates, voyageurs, commerants et militaires trangers, des exemples dune connaissance "primitive", entache dun esprit dexotisme et souvent peu conforme aux codifications et normes acadmiques. Dune manire ponctuelle, des informations intressantes sur lhabitat transparaissent dans ces textes, sans toutefois constituer un discours scientifique mthodologiquement fond. Cest leffigie de lexplorateur promu en hros de la civilisation 24 qui prime dans ces premiers crits de la fin du 19e et du tout dbut du 20e sicle. Le rapport de ce type de connaissance lespace contribuait fortement prdterminer la nature et la crdibilit du discours produit. En effet, il sagissait dans ce premier temps denqutes qui embrassaient une configuration linaire empruntant des axes et des 24 D. RIVET, Exotisme et pntration scientifique : leffort de dcouverte du Maroc par les Franais au dbut du XXe

    sicle , Connaissances du Maghreb : sciences sociales et colonisation, Paris, 1984, p. 96.

  • 15

    parcours, souvent imposs par la conjoncture politique interne ou le bon vouloir des autorits. Ce modle des voyages de type maritime, selon lexpression de B. Lepetit, et qui ne concernait quun espace linaire et les points qui le jalonnent, contraste avec un autre type de rapport lespace, caractristique dune entreprise scientifique plus systmatique et tendue. Ainsi les tudes issues de la Mission scientifique du Maroc qui vit le jour en 1903, correspondent plus au mode dexplorations continentales qui raisonnent en termes de semis et de quadrillage 25. Ce passage primordial dun mode de couverture gographique linaire et ponctuel celui de ltude par sondages de larges aires rgionales, reflte un changement dans le processus de ralisation des intentions colonialistes. En effet, la cration de la Mission scientifique du Maroc, conue lorigine comme une tape pour la fondation dun Institut du Maroc, qui ne verra dailleurs jamais le jour, concide avec la gense du principe de pntration pacifique. Celui-ci consistait faire dune parade bienfaitrice de luvre civilisatrice franaise (savoir scientifique, mdecine, enseignement public) un moyen de rallier les Marocains dans le giron de lempire colonial26. Lun des reprsentants emblmatiques de ce genre denqutes systmatiques fut E. Michaux-Bellaire, qui entreprit une srie de monographies rgionales afin de brosser un tableau gnral de lorganisation sociale, conomique, politique et religieuse de plusieurs zones marocaines. On peut considrer certaines de ces recherches, notamment celles consacres la zone du Hab ou la valle du Loukous, comme une premire approche scientifique de lhabitat rural au Maroc27. Ces premires enqutes dominante sociologique et ethnographique, qui naquirent dans le sillage de laction militaire, taient rompues au modle de linventaire. Classer, identifier, notamment par le biais de questionnaires standardiss, taient les principales techniques dapproche permettant dans le cadre dun premier contact avec la ralit tudie, de quadriller le terrain et de le dominer28. Paralllement ce corps missionnaire, la connaissance scientifique du Maroc devint, ds le lendemain du Protectorat, luvre de chercheurs de tout bord, lis la tradition universitaire et acadmique de la Mtropole ou encore des institutions algriennes. Ce noyau vocation universitaire se forma autour de lInstitut des Hautes tudes Marocaines et ses publications Archives berbres et surtout lincontournable Hespris. La naissance de tels organismes ouvraient la voie lapparition de nombreuses recherches systmatiques sur lhabitat.

    CONSTRUCTION DISCIPLINAIRE DE LTUDE DE

    LHABITAT AU MAROC

    De nombreuses disciplines des sciences humaines furent ainsi impliques, avec des enjeux, des modalits et des apports diffrents, dans ltude de lhabitat au Maroc. On pourrait discerner trois

    25 B. LEPETIT, Missions scientifiques et expditions militaires : remarques sur leurs modalits darticulation , M.-N.

    BOURGUET, B. LEPETIT, D. NORDMAN et M. SINARELLIS, Linvention scientifique de la Mditerrane, gypte, More, Algrie, Paris, 1998, p. 97-116, (p. 110-111).

    26 D. RIVET, Exotisme et pntration scientifique , p. 96. 27 E. MICHAUX-BELLAIRE et G. SALMON, Les tribus arabes de la valle du Lekkos , Archives marocaines, IV, 1905

    et E. MICHAUX-BELLAIRE, Quelques tribus de montagnes de la rgion du Habt , Archives marocaines, XVII, 1911.

    28 Sur le questionnaire, cf. D. RIVET, Exotisme et pntration scientifique , p. 107.

  • 16

    grands champs scientifiques dans ces recherches : la gographie, lethnographie et lethnologie, puis lhistoire de lart. Les tudes gographiques. Si la gographie est un savoir qui sert, souvent, faire la guerre, elle

    est dabord une connaissance destine ltude de lespace dans ses configurations naturelles ou altres par laction de lhomme. Il est vident que laperception des formes de lhabitat et de leurs rapports avec les modes de vie et de production stait impose comme un pisode primordial de la recherche gographique sur le Maroc.

    Ainsi, la question de lhabitat tient une place centrale dans une synthse, vraisemblablement la premire de son genre pour le Maroc, dvolue aux nomades et sdentaires dans le pays. Louvrage de Suzanne Nouvel, publi en 1919, sinscrit dans la ligne de la tradition vidalienne29. La notion de genre de vie chre Vidal de La Blache, y est particulirement mise en valeur. Elle permettait dorganiser de faon cohrente les multiples caractristiques de chaque groupe quil supposait vivre en autosubsistance, non seulement son rgime alimentaire, son habitat, son outillage, ses rythmes de dplacement, mais aussi ses proccupations majeures et mme la plupart de ses traits culturels 30. Lhabitat est voqu ainsi en marge de ltude de la rpartition spatiale du nomadisme et de la sdentarit et des autres formes dinterface. A cette contingence des modes daccs aux moyens de subsistance concide une subdivision de lespace marocain en nombre de rgions. Le genre de vie, ainsi que le mode dhabitat qui en dcoule, participent la dfinition dentits rgionales. Cette mise en rgion , dailleurs caractristique de toutes les entreprises du savoir colonial, notamment travers les expditions franaises en Mditerrane, rpond galement des attentes dordre pratique. La description analytique dun espace ne peut tre effectue sans procder auparavant un dcoupage, une subdivision en rgions, susceptible dinventer un ordre de lnumration (de proche en proche, du nord au sud, dune extrmit lautre dune carte) 31. mietter un espace pour mieux le dominer, dmarche ncessaire aux gographes, lest galement pour ladministrateur. Celui-ci pourrait trouver dans cette notion clef un moyen pour dfinir un espace en fonction des relations quil entretient avec lhomme en tant quhabitant, producteur ou administr32. Ces deux lments majeurs, le genre de vie et le dcoupage en rgions, qui transparaissent ds les premires enqutes gographiques sur le Maroc, avaient un impact considrable sur la conception des recherches postrieures. On les retrouve par exemple dans une autre enqute gographique sur lhabitat rural, voulue systmatique, et qui fut initie par la Revue de gographie marocaine33. Le mode dinvestigation utilis est celui du questionnaire standardis, technique bien rode par les services administratifs coloniaux. Mais dans ce cas prcis, ladoption de ce type denqute est motive par une recommandation de la commission internationale de lhabitat rural, relevant du Congrs international de gographie34. Le rsultat de cette recherche qui passa par des relais locaux, essentiellement du personnel de lenseignement public, est trs mitig. Dj dun point de vue quantitatif, certaines notices dpassent les 25 pages, alors que la plupart se contentent de deux quatre pages. Le rle secondaire imput la documentation graphique et cartographique, par

    29 S. NOUVEL, Nomades et sdentaires au Maroc, Paris, 1919. 30 Y. LACOSTE, Braudel gographe , M. AYMARD et alii, Lire Braudel, Paris, 1988, p. 192. 31 D. NORDMAN, La notion de rgion dans lexploration scientifique de lAlgrie. Premiers jalons , M.-N.

    BOURGUET, D. NORDMAN, V. PANAYATOPOULOS et M. SINARELLIS, Enqutes en Mditerrane. Les expditions franaises dgypte, de More et dAlgrie, Athnes, 1999, p. 141-157, (p. 144).