Proche et Moyen Orient depuis 1918 - Cours d'Histoire ...prepabalmc.e- ... Proche et Moyen Orient depuis

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Proche et Moyen Orient depuis 1918 - Cours d'Histoire ...prepabalmc.e- ... Proche et Moyen Orient...

  • Proche et Moyen Orient depuis 1918

    Terminale L Histoire

  • Problématique

    Le Moyen-Orient est la région de l’Asie qui s’étend de l’Égypte à l’Afghanistan. Le Proche- Orient désigne les États côtiers de la Méditerranée.

    Comment et pourquoi cette région est-elle un enjeu majeur depuis 1918 ?

  • I- 1918-1948 : un région sous influence

    Avant 1920, le Moyen-Orient est sous contrôle des turcs ottomans. En 1920, le traité de Sèvres démembre l’empire ottoman et fonde plusieurs États sous contrôle des Anglais (Palestine, Mésopotamie, Arabie, Égypte) et des Français (Syrie, Liban).

    Quelques États indépendants sont fondés : Turquie (laïque, par Mustafa Kemal, 1924) ;

  • Quelques États indépendants sont fondés :

    - Turquie (laïque, par Mustafa Kemal, 1924) ;

    - Arabie Saoudite (autour de la Mecque, Ibn Saoud, 1932) ;

    - Irak, Iran, Égypte dans les années 30.

  • Cet espace est partagé entre musulmans sunnites et chiites, plus des minorités chrétiennes et juives.

  • • Les sunnites considèrent le Coran comme une œuvre divine : l’imam est un pasteur nommé par d'autres hommes, faisant office de guide entre le croyant et Allah pour la prière ; dans certaines situations, il peut s'autoproclamer.

    • Les chiites considèrent l’imam, descendant de la famille de Mahomet, comme un guide indispensable de la communauté, tirant directement son autorité de Dieu. C’est pourquoi leur clergé est très structuré.

    • Conséquence pratique : alors que les sunnites acceptent que les autorités religieuse et politique soient fondues dans la même personne, les chiites prônent une séparation claire. Au Maroc, majoritairement sunnite, le roi est commandeur des croyants, tandis qu’en Iran, à tendance chiite, les ayatollahs sont indépendants du pouvoir exécutif.

    • Les chiites, emmenés par l’Iran, sont depuis la révolution islamique de 1979 en conflit ouvert avec les dirigeants sunnites, considérés comme corrompus et vendus au « Grand Satan » américain.

    • Se dessine depuis quelques années l’idée d’un « croissant chiite », expression née dans la bouche du roi de Jordanie Abdallah en 2004, qui rassemblerait l’Iran, le Liban, le Pakistan, l’Irak, la Syrie et une partie du Liban (avec le Hezbollah).

    http://conjugaison.lemonde.fr/conjugaison/premier-groupe/autoproclamer/ http://www.lemonde.fr/famille/ http://www.lemonde.fr/politique/ http://www.lemonde.fr/maroc/ http://conjugaison.lemonde.fr/conjugaison/troisieme-groupe/pouvoir/ http://www.lemonde.fr/jordanie/

  • Dans les années 40 et 50, les nationalismes arabes se renforcent, avec des variantes locales : lutte des Kurdes pour un État indépendant, révolte des Palestiniens contre l’immigration juive en 1936…

    Dès les années 20, les premières grandes compagnies pétrolières (majors) se partagent la recherche pétrolière dans toute la région.

  • • Royal Dutch/Shell est une compagnie anglo- néerlandaise née de la fusion entre Shell et Royal Dutch ;

    • Exxon Mobil est une compagnie américaine issue de la fusion entre Exxon et Mobil ;

    • BP est une compagnie britannique née de la fusion entre British Petroleum et Amoco ;

    • Chevron est une compagnie américaine créée par fusion entre Chevron (ex-Socal) et Texaco ;

    • Total est une compagnie française provenant de la fusion entre Total, Fina et Elf.

  • La guerre entraîne la fin de l’influence européenne (1946) et le début de l’implantation américaine (accord pétrolier avec les saoudiens en 1945)

    Israël est fondé le 14 mai 1948, à la place de la Palestine : dès sa fondation, la première armée juive doit lutter contre une armée arabe (égyptiens, irakiens, syriens) qui échoue : les Palestiniens deviennent un peuple sans terre.

  • II- 1948-1991 : le Moyen-Orient pendant la guerre froide

    1- Un enjeu entre Est et Ouest

    Dans le camp américain :

    - Turquie : dans l’OTAN en 1952 (proche de l’URSS) ;

    - Arabie saoudite (pour le pétrole) ;

    - Iran et Irak (avant 1979).

    - Israël (nombreux juifs américains).

  • Dans le camp de l’URSS :

    - Egypte (Nasser) ;

    - Irak (Saddam Hussein) ;

    - Syrie (famille El Hassad) ;

    - Sud Yémen (communiste).

  • 2- L’affaiblissement occidental

    1956 : nationalisation du canal de Suez par Nasser, les Français et Anglais sont expulsés d’Egypte.

    1960 : fondation de l’OPEP, qui regroupe les Pays producteurs de pétrole, hors du contrôle russe ou américain.

  • 3- Le refus israëlien

    1967, « guerre des six jours » : victoire israëlienne, qui détruit l’aviation arabe et bat l’armée égyptienne. Occupation du Sinaï.

    1973, « guerre du Kippour » : nouvelle victoire israëlienne face à l’Egypte (pais en 1979 à Camp David) ; révoltes palestiniennes multiples (intifadas) dirigées par l’OLP de Yasser Arafat.

  • 4- Des conflits périphériques

    Guerre Iran-Irak : le dictateur Saddam Hussein tente en 1979 d’envahir la zone frontalière, qui sert d’accès pétrolier au Golfe persique. 8 ans de guerre sans résultat.

    Guerre d’Afghanistan : l’URSS intervient en 1979 pour soutenir un régime communiste qui s’effondre (1979-1988). Echec, les milices tribales armées par les américains l’emportent.

  • Guerre du Liban : le Liban multiculturel et multiconfessionnel est déchiré par une guerre civile entre 1975 et 1988 : affrontement entre les chrétiens maronites et les musulmans palestiniens ; affrontement entre le Hezbollah chiite armé par les Syriens et les Israëliens qui interviennent dane le sud du pays. Forte diaspora libanaise, paix fragile.

  • III- Le Moyen Orient depuis 1990

    1- Des conflits multiples

    1990-1991 : guerre du Golfe. Une coalition internationale intervient pour libérer le Koweït de l’invasion irakienne (pour le pétrole).

    1993 : accords d’Oslo, qui prévoient la création d’un Etat de Palestine. Echec, nouvelle intifada.

  • 2- Le 11 septembre 2001 et ses suites

    2001 : intervention américaine en Afghanistan, qui renverse le pouvoir taliban mais rend instable toute la région.

    2003 : intervention américaine en Irak pour renverser Saddam Hussein (en fait pour s’emparer du pétrole irakien); qui rend cette région instable.

  • Des multiples guérillas islamiques se développent dans toute la région, liées à des raisons religieuses (sunnites/chiites), politiques et ethniques (kurdes, palestiniens).

  • 3- Le « printemps arabe » en 2011

    Les seules démocraties en Orient sont Israël et la Turquie.

    En 2011, des révoltes au Yémen et au Bahreïn sont écrasées par des troupes saoudiennes.

    La révolte en Egypte entraîne le changement de régime, mais la démocratie n’est pas assurée (contrôle de l’armée).

    Les syriens se révoltent contre le président Bacher El-Assad, le conflit s’enlise.

  • Les seuls États stables sont les pays du Golfe (qui sont accusés de financer en partie le terrorisme) et l’Iran (« république islamique » qui est accusée d’avoir un programme nucléaire).

    Interventionnisme récent de l’Arabie Saoudite (au Yémen) et des Émirats Arabes Unis (en Syrie).

  • Conclusion

    Le Moyen Orient et le Proche Orient restent « l’arc des crises », par l’instabilité des frontières, la fragilité des États, la diversité ethnique et religieuse, montée de l’islamisme radical, la rivalité pour les ressources naturelles, fractures sociales et démogra- phiques, etc. Le « printemps arabe » a été un échec dans cette région et contribué à l’instabilité.