psychanalyse à l'université - ep.univ-paris- ?· psychanalyse à l'université Jean LAPLANCHE Pour…

  • Published on
    27-Nov-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • psychanalyse l'universit

    Jean LAPLANCHE

    Pour tre prsente dans, les Universits, la psychanalyse ne ,"'l'st gure soucie des mises en garde des prudents et n'a pas nucndu le blanc-seing des doctes. Pour faire l'objet d'noncs universellement transmissibles, elle n'a pas attendu de recevoir son certificat d'pistmologie. Pour s'exposer hors du cercle de ceux qui sont passs par le divan, elle n'a pas attendu nos Universits parisiennes d'aprs 1968 : qui donc s'adressait Freud dans ses crits et ses leons ?

    Et qu'on ne nous objecte pas qu'il s'agit l, ncessairement, d'un discours concernant l'analyse, la contournant ou la vulga- risant ; ni, corrlativement, que nous nous adressons, en ces lieux (le perdition, la partie de notre auditoire o l'instance psychique de nos auditeurs qui sont, par dfinition, rebelles l'analyse, irrmdiablement dfensives.

    Ds l'aube du discours analytique, on peut mettre en vidence deux postulats implicites, que notre pratique l'Universit ne fait que pousser dans leurs consquences: il est une faon analytique de parler analyse, telle que ce discours, par lui-mme, ait un impact analytique. Et, d'autre part, toute parole d'analyse .s'adresse, et par nature, des qui ont t , qui seront ou qui auront t en analyse. Non pas que cette parole prenne pour fin le recru- tement de futures analyses, mme si c'est l, parfois un de ses effets. Ce que je veux faire entendre, c'est qu'il. existe une communication analytique possible parce qu'elle se fonde sur la communication virtuelle de chacun avec son propre inconscient. Et je ne me rfre pas l une communaut abstraite des natures humaines, mais l'universalit de certaines structures temporelles du rapport de soi soi, justement mises jour par le freudisme. Rptition , dj-l , aprs-coup , c'est l ce qui fonde la possibilit mme de la cure; mais si quelque chose peut rexister,

  • Il'AN 1 Al'I ;\J-JI 'III,

    tre remani, prendre une autre vrit, si un aprs-coup de la cure est possible, c'est bien que d'autres squences d'aprs-coup sont dj-l, dans l'existence de chacun. En ce sens bien prcis, depuis Wilhelm Fliess jusqu' l'tudiant contemporain, le discours analytique trouve, de lui-mme, son adresse chez des ayant t ou devant tre en analyse. Quant au fait d'y tre, de s'allonger un certain nombre de fois sur un divan, cette exigence, parfois formule pour comprendre quoi que ce soit un enseignement analytique, ne se retourne que trop aisment contre elle-mme et contre l'analyse. De tenir compte de l'analyse la comptabi- liser , le pas est lourd de consquences... Heureusement pour nous, la sacre-sainte Universit, laque, gratuite et obligatoire, marquera encore longtemps ,sa rpugnance pour une pratique prive, aux louches relents initiatiques, aux aspects mercantiles, marque de honte par sa filiation partir de la mdecine librale.

    J'ai tent de faire le point, ds 1971, sur ce qui. rend non seulement inluctable mais souhaitable, et sous quelles conditions prcises, un enseignement de la psychanalyse l'Universit (1). J'ai' -rappel les tapes de cette prsence: Freud non seulement en titre mais en fonction l'Universit de Vienne, Ferenczi, dans la Budapest de 1919, premier professeur de psychanalyse. Le texte de Freud Faut-il enseigner la psychanalyse dans les Univer- sits? (2) puis la correspondance - moins enthousiaste - avec Abraham et Ferenczi, tmoignent d'un dbat qui met en question la situation mme de l'analyse par rapport toute institution. Aprs ces pionniers, il est vrai, la vague dferle. Aux Etats-Unis, la psychanalyse - psychologie dynamique, comme on la dnomme - devient,' pour une priode d'ailleurs rvolue, le modle de la psychologie acadmique. En France, par opposition, Daniel Laga- che' donne un exemple irrprochable de prudence et de rigueur en maintenant sa chaire sous l'intitul de la psychologie patholo- gique , conservant par l au point de vue psychanalytique le privilge de s'noncer partir d'un autre lieu.

    1968. Dans la turbulence protiforme des vnements; une nbuleuse se condense, dessine ses contours, dfinit ses orbites: , l'UER des Sciences Humaines Cliniques. Deux exigences prsident sa naissance: celle de se dmarquer d'une psychologie d'inspi- ration essentiellement exprimentaliste pour se recentrer sur une approche clinique o l'implication personnelle de l'intervenant soit

    (1) Laplanche (J.) : L'enseignement de la psychanalyse l'Universit, in Bulletin de l'sydlolollic, N. 317, vol. XVIII 1315, pp. 653-659.

    (2) Ilrcud (S.) : On the teaching of Psycho-analysis in Universities, Standard Edition, vol, XVII, pp. 169-175.

    l'SV(lli\NAI.YSI' A 1,'IINIVI'ltSIII '/

    IH INt' \'11 omptc, comme une donne fondamentale aussi bien de la p"dlqll\' que de la thorie. L'autre exigence ..ne pas limiter sa vise

    III seule psychologie , mais renouveler le vieux projet (formul l1ol.lIlllllont par Freud) d'un enseignement des Sciences Humaines (Iii III lr1110 d'Universit ne recouvre pas une simple juxtaposition.

    1).lnS ce contexte, ce qu'il est convenu d'appeler la de- 111I11lltU de psychanalyse de la part des tudiants, devait tre par tI~~llllisit immodre, exorbitante. La faon dont il lui fut rpondu, Il t !,,,vors dbats, erreurs et ttonnements, me parat malgr tout ,'xl'llIplaire : je la rsume en deux termes: prsence et extrater- nlorialit Prsence par la proportion impressionnante d'analystes qui s'y sont engags, par la rfrence analytique qui ne manque 1I1I0un enseignement, par l'acceptation ouverte de voir consacrer des l'Ilseignements dtermins l'analyse. Extraterritorialit: cette UER, et mme dans les diplmes suprieurs qu'elle dlivre, s'est toujours nettement dlimite de ce que serait une soi-disant UER de psychanalyse. Dans son cursus mme, elle situe la fin, comme un retour, ici encore comptant sur l'effet d'aprs-coup, les ensei- gnements explicitement consacrs la psychanalyse : pas davantage que la psychanalyse ne saurait tre suce avec le. biberon, elle ne peut tre apporte ds le dbut des tudes, dans une perspective instrumentaliste o les 'outils intellectuels lmentaires seraient d'abord enseigns ... puis on passerait l'application.

    Prsence et extraterritorialit ne seraient cependant qu'illusion si la partie se jouait dans le seul champ' universitaire; l'autre lieu ne deviendrait bientt qu'une rfrence abstraite. Mais notre prsence-absence se fonde sur d'autres systmes, eux-mmes, leur tour, gravitant selon de nouvelles excentricits , J'ai nomm, d'abord, le lieu rsolument extra-universitaire et, les analystes y veillent, extra-institutionnel, des socits d'analystes; mais l'excen- tricit la plus fondamentale, celle qui, loin de se rsorber, s'affirme chaque jour davantage, c'est celle de l'analyse personnelle, et ceci par rapport aux socits analytiques elles-mmes, leurs statuts, leur cursus, leur hirarchie .

    Ce serait contre-sens de souhaiter l'achvement, sous forme j'une garantie dfinitive, de ces embotements-dbotements qui ne valent que parce qu'ils sont perPtuellement remis en cause; ce serait navet de croire qu'ils font les. analystes cesser de ques- tionner les modalits de leur intervention l'Universit. Du moins leur permettent-ils de ne pas en remettre sans cesse en cause le principe.

    1975. Une rforme universitaire, la restructuration des forma- tions dites de recherche, est l'occasion de. mieux prciser la

  • " AN 1 AI'I ANI 'III,

    fonction, cxternc-lntcmc daml 110(1\: UER, dt, n' P{)!l' d .... gravitation analytique que constitue le Laboratoire {il~ /'sy('l!rlll,,,lys(J ct de Psychopathologie. Celui-ci se donne pour objectifs de coordonner et d'impulser la recherche psychanalytique l'Universit Paris VII : en recueillant d'abord tout ce qui, de faon parse dans tout enseignement digne de 'ce nom, constitue un apport original, susceptible d'tre engrang la disposition d'autres chercheurs; en organisant ensuite les recherches du 3me cycle selon un' certain nombre d'orientations privilgies,' runissant aux fins de confron- tation, d'approfondissement et de coordination un certain nombre d'enseignants et d'tudiants de 3me cycle. Sans donner dans le mythe de la recherche collective, sans vouloir, davantage, imaginer que les Sciences Humaines puissent progresser sur le modle des Sciences de la Nature, notre hypothse de travail est qu'une certaine complmentarit entre les efforts individuels n'est pas impossible organiser, et qu'une certaine capitalisation des rsul- tats au bnfice d'une recherche ultrieure, n'est pas inimaginable.

    Psychanalyse l'Universit sera par priorit l'organe de publication' de ces recherches. On y trouvera, en principales rubriques, ceux des enseignements quotidiens de l'UER qui nous paratront mriter d'tre engrammes; puis des documents venant scander une recherche en cours, individuelle ou collective, mais sans ncessairement prtendre avoir trouv une expression dfini- tive, enfin des laborations thmatiques mieux dlimites et plus acheves. A ce dernier titre notre Revue, bien qu'elle se rattache l'Universit Paris VII, sera ouverte la participation de collgues d'autres Universits, franaises ou trangres.

    * * *

    Dans son rapide crit de 1919, Freud, trs matter of fact, examinait les rapports de la Psychanalyse et de' l'Universit 'en termes des bnfices que chaque partie pouvait en retirer. L'avan- tage tait nettement au proflt de l'Universit, la Psychanalyse s'tant organise, par ncessit, pour se passer d'un enseignement sn des lidux officiels. Si nous reprenons cette interrogation dans la France de 1975, c'est avec la conviction que la psychanalyse peut }t doit y trouver plus qu'avantage, un vritable regain. En ce sens, l'et hl revue n'ambitionne pas d'tre une publication de plus, Iljouial1t quelques kilogrammes un poids dj respectable de p:, Il il- r noirci.

    1.11 nrcducon, la littrature, analytique, souffre d'un mal Ilmldh'llx. Nous visons ici dans son ensemble la

Recommended

View more >