of 32 /32
RAPPORT D’ACTIVITÉS

rapport d’activitÉs - LPO Auvergne-Rhône-Alpes...Rhône-Alpes jusqu’en novembre et ensuite pour la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes afin de boucler l’ensemble de l’année

  • Author
    others

  • View
    7

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of rapport d’activitÉs - LPO Auvergne-Rhône-Alpes...Rhône-Alpes jusqu’en novembre et ensuite...

  • rapportd’activitÉs

  • Ce rapport d’activités ne présente pas l’intégralité des actionsmenées par la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes en 2016.Il propose quelques actions inovantes et importantes.

    rÉdaction collective : LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpesrelecture : Jean Abbes, Anne-Marie Trahin et Marie-Paule de ThiersantrÉalisation graphique et mise en page : Camille Combes, LPO Isère - [email protected] : A.B.P. IMAGES SERVICES - 07200 Saint-Étienne-de-Fontbellon

    photographie 1ère de couverture : Denis Simonin (chouette de Tengmalm)photographies dernière de couverture : Bruno Fonters (couleuvre verte et jaune), Sylvain Maury (effraie des clochers), Anaëlle Atamaniuk (mésange bleue), Sylvain Chapuis (lagopède alpin, tichodrome échelette), Denis Simonin (pic noir, bouquetin des Alpes, tétras lyre, merle à plastron), Steve Le Briquir (murin de Bechstein, chocard à bec jaune), Rémi Fonters (argus bleu, salamandre tâchetée), Jean Deschâtres (renard roux), Alain Gagne (chamois), Hugo Bourdin (accenteur mouchet)

  • Rapport moral

    Ressources financières

    La Coordination en 2016et le projet associatif

    Des femmes et des hommes engagés

    Les indicateurs régionaux pour mesurer la biodiverité

    Gérer, restaurer, reconquérir des milieux pour accueillir les espèces

    Sensibiliser, mobiliser, rassembler et impliquer les citoyens

    La plume aux associations locales

    Les chiffres clés de la LPO en Auvergne-Rhône-Alpes

    Nos partenaires

    Contact

    SOMMAIRE

    chevêchette d’Europe ©Denis Simonin

  • RAPPORTMORAL

    2016, une année à la fois difficile et pleine d’opportunités

    Faire le bilan moral de l’année 2016 pour la LPO Coordination Rhône-Alpes jusqu’en novembre et ensuite pour la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes afin de boucler l’ensemble de l’année n’est pas un exercice commun, notamment suite aux élections de décembre 2015.

    Le contexte politique régional, suite aux élections régionales de décembre 2015, a impacté notre structure en 2016 et ceci, bien que la Région et les autres partenaires nous aient accompagné financièrement, mais malheureusement pas à la hauteur souhaitée. Nous avons ainsi dû procéder à un licenciement économique du responsable bases de données et sciences participatives et n’avons pas pu renouveler deux contrats en CDD (secrétariat communication et montagne). À cela s’est ajouté le départ de la responsable administrative et financière. Mais l’équipe en place sous la direction de Véronique Le Bret et Julien Girard-Claudon a fait face au travail dans un esprit d’engagement que je souhaite aujourd’hui saluer très sincèrement. Merci à tous les salariés. Les administrateurs ont eux aussi fourni un travail bénévole important au cours de cette année. Ils ont été présents et actifs, cela mérite mes remerciements appuyés.

    Le bilan financier positif de l’année 2016 est le résultat de cet engagement de tous.

    La loi-cadre sur la biodiversité a été publiée le 9 août 2016. Elle prévoit la création de l’Agence française pour la biodiversité, l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes, la réparation du préjudice écologique, la mise en œuvre du protocole de Nagoya, le renforcement du dispositif de compensation, de nouveaux outils juridiques de protection ainsi qu'un durcissement des sanctions.

    La nouvelle liste rouge des oiseaux nicheurs de France publiée en 2016 fait apparaître une situation qui s’est encore détériorée. Les actions portées par la LPO en Auvergne-Rhône-Alpes ont participé à dresser ce diagnostic : le suivi STOC, les déclinaisons régionales des Plans Nationaux d’Actions (Bonelli, percnoptère, loutre, sonneur à ventre jaune, chauves-souris), les suivis des oiseaux inféodés aux milieux agricoles : busard cendré, pies-grièches, les suivis des oiseaux migrateurs, la publication de nos Atlas chauves-souris, reptiles et amphibiens, le bilan lagopède, le suivi acoustique tétras lyre.

    Notre organisation interne avec la LPO Ain et ses salariés dédiés nous a aussi permis de développer tout un programme d’actions de connaissance, de protection et de gestion de réserves naturelles et d’ENS dans le département de l’Ain.

    Nous devons continuer ce travail d’expertise et d’alerte. Les espèces en mauvais état de conservation doivent faire l’objet de toutes nos attentions et propositions.

    Notre Région, la deuxième de France aujourd’hui du point de vue démographique et économique, a sa part de responsabilité dans ce déclin de la biodiversité. La LPO Auvergne-Rhône-Alpes doit, au travers d’actions citoyennes, innovantes et participatives, inciter tous les décideurs à considérer la biodiversité comme aussi importante dans les décisions que les facteurs économiques. Ce challenge est possible. L’éducation à la nature et à l’environnement est sans doute le socle de cette prise de conscience.

    ©Serge Risser

    4

  • Le 26 novembre 2016, une date importante : l’Assemblée Générale Extraordinaire a acté l’élargissement de la LPO Coordination Rhône-Alpes à l’Auvergne. Nous sommes aujourd’hui neuf associations locales LPO : Ain, Ardèche, Auvergne, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie et Haute-Savoie à constituer la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes. Ce sont 8 177 adhérents, 20 000 contributeurs à nos bases de données, 2 000 bénévoles actifs sur le terrain, près de 90 000 personnes sensibilisées à la nature et 80 salariés (ETP).

    Dès 2014, nous nous étions rapprochés et avions conscience qu’il fallait nous organiser pour être le plus efficace et le plus présent possible sur les territoires. Ensemble, nous avons travaillé pour définir un projet associatif. Quatre séminaires de travail ont permis d’établir une vision commune à court et moyen terme.

    Le dernier séminaire de mars 2016 a préconisé une poursuite de la réflexion sur la base d’une structure unique d’association régionale LPO. Les conclusions de ce séminaire ont fait apparaître la nécessité d’une organisation favorisant l’initiative et l’investissement local. Un groupe projet a été créé pour faire aboutir une proposition de gouvernance. Les prochaines étapes seront le mode de gouvernance de cette structure unique et les modalités de son organisation. Tout ce travail sera conduit en 2017 pour arriver avec des propositions lors des Assemblées Générales de 2018.

    Une information a été donnée à tous les adhérents LPO de la Région lors des différentes Assemblées Générales des neuf associations locales en 2017.

    Pour mener ce travail de réflexion, nous avons été accompagnés par Philippe Devaux. Je voudrais le remercier très chaleureusement. Grâce à ses compétences associées à celles de Véronique Le Bret, Sabine Boursange (chef de projet), Jean-Christophe Gigault et Jean-François Pont, nous avons réussi à travailler tous ensembles dans un climat de confiance et de bienveillance.

    Que nous réserve 2017 ?

    Fin mars 2017, Véronique Le Bret a quitté la direction de l’association pour des raisons personnelles et familiales. Elle est arrivée en 2008, a permis à la LPO, depuis cette date, de se structurer, de se faire connaître et de se faire apprécier par les partenaires. Je voudrais lui témoigner toute ma reconnaissance et la remercier de son engagement qui très souvent allait bien au-delà de son travail. Je sais, elle reste présente à la LPO Ain et a intégré son CA pour s’investir dans le domaine de l’agriculture « Paysans de nature » qui lui tient à cœur.

    Bouchaib Boukaoui a rejoint notre équipe régionale de salariés en tant que responsable administratif et financier. Il a pris son poste au moment du départ de Véronique Le Bret. Cette Assemblée Générale sera la première pour lui.

    Les membres du conseil d’administration de la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes forment une équipe soudée et engagée qui met en œuvre la politique et les orientations de l’association définies par l’Assemblée Générale.

    Les directeurs des dix entités LPO en Auvergne-Rhône-Alpes ont maintenant pris l’habitude de travailler et de construire ensemble les projets, tant du point de vue technique, scientifique et financier. L’exercice ne fut pas une mince affaire pour les dossiers régionaux de 2017 après le vote d’un nouveau règlement financier. Le résultat est là : nos demandes de subventions à la Région pour 2017 ont été votées le 18 mai.

    À nous, maintenant, de nous montrer à la hauteur. Pas pour nous, mais pour l’intérêt général de la biodiversité.

    À saluer la sortie du Bièvre Tome 29 qui fait le bilan de 40 ans de comptage Oiseaux d’eau « Wetlands ». Bravo au tandem Vincent Palomares et Julien Girard-Claudon pour ce travail gigantesque et merci à Hubert Tournier pour la rédaction de l’introduction.

    Marie-Paule de Thiersant

    5

    tircis ©Jean-Marc Taupiac

  • 6

    LES RESSOURCESFINANCIèRES

    Face à la baisse des produits d’exploitation, la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes a su réagir pour limiter le volume des charges. Cette maîtrise des dépenses a permis d’obtenir, après plusieurs années déficitaires, un résultat positif (+18 045 €).

    Les comptes annuels clos font l'objet d'une certification par le commissaire aux comptes de la Coordination, le cabinet KPMG AUDIT RHONE ALPES AUVERGNE. Au regard des règles et principes comptables français, la certification atteste que les comptes sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la Coordination à la fin de cet exercice.

    - Les produits -

    Baisse de 19 % des produits d'exploitation par rapport à 2015.

    Cette diminution correspond à une réduction des financements publics (moins 25 % pour la Région). Elle est partiellement compensée par une augmentation des études et des prestations de service (+37 000 €).

    subventions d’exploitation publiques

    études et prestations de service

    vente de marchandises

    cotisations

    dons du public

    mécénat

    aides à l’emploi

    partenariats privés

    RéPARtitiOn des ReCettes

    Par Chantal Guélin Trésorière©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    0,63 %

    7,93 %

    70,71 %

    10,41 %

    2,08 %

    1,65 %4,77 %

    1,81 %

  • 7

    - Les charges -

    - Perspectives budgétaires -

    Baisse de 24 % des charges d’exploitation par rapport à 2015.

    Diminution de la sous-traitance aux associations locales LPO (-40 %) en lien avec la baisse des financements régionaux. Cette sous-traitance représente 32 % des produits d’exploitation. Diminution des charges externes : -19 %. Les charges externes reviennent à un niveau comparable à 2014 (81 630 €).

    Diminution des salaires et charges sociales (-3 %). Ce tassement s’explique par une diminution de 8,5 ETP en 2015 à 6,3 en 2016.La masse salariale chargée s’élève à 308 946 €, soit 46 % des charges d’exploitation.

    RéPARtitiOn des PRinCiPAux POstes de ChARges

    total sous-traitance autres charges externes salaires et traitements

    Le budget 2017 est estimé à 513 163 €.

    Les recettes ont été évaluées suivant les informations disponibles lors de son établissement. Il ne fait apparaître que la part des subventions régionales accordées à la Coordination Auvergne-Rhône-Alpes. Régie par des conventions de reversement, la part destinée aux associations locales LPO n’apparaît ici ni en recettes ni en charges.

  • Le 26 novembre 2016, la LPO Auvergne a rejoint la Coordination LPO Rhône-Alpes. Aujourd’hui, tout le territoire de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est couvert par neuf associations locales LPO : Ain, Ardèche, Auvergne, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie et Haute-Savoie, coordonnées au niveau régional. Conscientes que pour mieux protéger la nature et agir pour la biodiversité, les LPO ont souhaité travailler ensemble pour construire un projet associatif commun.

    8

    LA COORdINATION EN 2016 ET LE PROjET ASSOCIATIF

    La démarche du projet associatif

    Depuis dix-huit mois, quatre séminaires de réflexion ouverts aux adhérents et aux salariés ont permis de définir une vision commune à court et moyen terme : « Tous ensemble par passion, pour la nature

    Depuis la réforme territoriale qui a conduit à la création de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes, les associations LPO « Agir pour la biodiversité » de cette nouvelle entité administrative ont souhaité travailler ensemble pour élaborer un projet associatif commun. Simultanément, la LPO France a engagé un travail sur ses axes stratégiques 2017-2022.

    La genèse du projet associatif

    Face à l’étendue de la nouvelle région et afin d’assurer notre propre développement, il est apparu essentiel à la Coordination Régionale LPO et aux associations locales de Rhône-Alpes, ainsi qu’à la LPO Auvergne, de réfléchir à une organisation plus efficiente et dynamique.

    et l’homme, pour la biodiversité et pour la faune sauvage en détresse ». Cette vision s’appuie sur un socle de qualités reconnues : « Partage, efficacité, dynamisme, indépendance, militantisme, présence incontournable, reconnaissance ».

    Première concrétisation

    Le 26 novembre 2016 à Vichy, au cours d’une Assemblée Générale Extraordinaire, la LPO Coordination Rhône-Alpes a accueilli comme nouveau membre la LPO Auvergne, devenant ainsi la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes.

    LE PROJET ASSOCIATIF DE LA LPOen auvergne-rhÔne-alpes

    martin pêcheur d’Europe©Fabrice Cahez

    bouquetin des Alpes ©Alain Gagne

    ©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

  • 9

    Une analyse rigoureuse du présent

    L’ensemble des LPO partage :

    Une force associative indéniable : 8 177 adhérents, 80 salariés (ETP), plus de 2 000 bénévoles actifs sur le terrain, près de 80 000 personnes sensibilisées à la nature, Une qualité d’expertise reconnue : plus de dix millions de données faune saisies dans Visionature par 19 000 contributeurs, trois atlas régionaux en quinze ans, de nombreuses actions en faveur des espèces menacées (milan royal, busard cendré, amphibiens...), Des valeurs professionnelles pérennes : un engagement profond lié à une forte capacité de réaction, une gestion économique, transparente, solide et intègre, une gouvernance efficace mêlant démocratie, convivialité et richesse de la vie associative.

    Les LPO sont également des acteurs reconnus de la gestion : 2 500 refuges LPO, 6 800 ha d’espaces naturels en gestion (dix Espaces Naturels Sensibles, deux Réserves Naturelles Nationales et trois Réserves Naturelles Régionales).

    Des pistes d’amélioration ont été proposées : augmenter notre reconnaissance et notre notoriété, diversifier nos partenaires et nos sources de financements, initier de nouvelles collaborations et optimiser les échanges et la coordination entre les LPO dans la Région.

    Un avenir à construire

    Le séminaire de mars 2016 a préconisé une poursuite de la réflexion sur la base d’une structure unique d’association régionale LPO. Les conclusions de ce séminaire ont fait apparaître la nécessité d’une organisation qui favorise l’initiative et l’investissement local : « être organisé pour garder l’autonomie et l’initiative au niveau local et être capable d’assurer une représentation, une lisibilité et une visibilité au niveau régional ».

    Un groupe projet a été créé pour faire aboutir une proposition de gouvernance. Les prochaines étapes seront la validation du mode de gouvernance de cette structure unique et les modalités de son organisation.

    Rendez-vous à l’Assemblée générale 2018 de votre association locale.

    J’ai candidaté pour le poste de secrétaire pour que notre projet associatif avance et aboutisse dans de bonnes conditions.La communication interne est pour moi un des éléments essentiels dans les actions de la LPO pour que tous les adhérents, bénévoles et salariés en Auvergne-Rhône-

    Alpes soient au même niveau d’informations, dans le cadre de ce projet. Très sensibilisé à ce domaine, je propose mes compétences et idées pour faire avancer les choses.

    Robert GuélinSecrétaire

    “ “

    Il y a plus de 20 ans, nous avons été les premiers de l’ex région Rhône-Alpes, en Haute-Savoie, à rejoindre la LPO.Nous ne doutions pas que le regroupement de nos forces ne pouvait que nous faire progresser. Le résultat a dépassé nos espérances, même si ça n’a pas toujours été facile. Notre

    projet associatif partage la même idée : fusionner nos forces en une association plus efficace et plus performante. N’oublions pas qu’il est toujours plus facile de favoriser le changement que de le subir.

    Jean-Pierre Matérac Président de la LPO Haute-Savoie

    “©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    ©LPO Haute-Savoie

  • 10

    8 177 adhérents sur la Région, 80 salariés répartis sur tout le territoire, la présence dans les commissions officielles : CESER Auvergne-Rhône-Alpes, Comité départemental de la chasse et de la faune sauvage, plan régional forêt bois, SRADDET...

    dES FEMMES ET dES hOMMES ENgAgéS

    Au cours de cette année de fusion des CESER* des deux Régions, l’assemblée consultative régionale a produit 14 avis et 3 contributions et rapports. Parmi les avis : le CESER a répondu aux saisines de l’exécutif sur la méthode d’élaboration du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) et à propos de l’abrogation de la délibération du 23-11-2015 de la Région Auvergne relative à

    l’approbation finale du Parc naturel régional des Sources et Gorges de l’Allier et du lancement d’un contrat de territoire pour le Haut-Allier.

    Elisabeth RivièreAdministratrice régionale et Présidente de la LPO Rhône, représentante LPO dans le nouveau CESER Auvergne-Rhône-Alpes.

    “ “*CESER : Conseil Économique, Social et Environnemental Régional

    *CDCFS : Comission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage

    Assumons cette minorité obligée au sein du CDCFS* par une prise de parole vigilante et clairvoyante, argumentée ou passionnée pour le respect d’une faune sauvage, libre et vivante. Les chasseurs et les services de l’État ont besoin de cette approche différente des rengaines cynégétiques.

    Le pire serait de se taire. Face aux changements sociétaux, empêtrée de contradictions, la chasse ne sait pas comment évoluer. À nous d’infléchir sa pratique avec opiniâtreté !

    Eric Posak CDCFS Isère

    ©Serge Risser

  • 11

    Des réseaux thématiques actifs en 2016 : - le GCRA : groupe chiroptères Rhône-Alpes, - le GHRA : le groupe herpétologique Rhône-Alpes : - le Réseau régional ForêtsOutre des adhérents LPO, ils regroupent toutes les personnes intéressées venant d’horizons différents.

    - Groupe Chiroptères Rhône-Alpes -Stéphane Vincent, responsable régional du GCRA, LPO Drôme

    En mai 2016, le GCRA a organisé à Montélimar un weekend de formation à la détermination des chiroptères par la méthode acoustique qui a rassemblé environ trente personnes (professionnels et bénévoles). La poursuite de la mise en place de l’opération « Refuge pour les chauves-souris » commence à porter ses fruits et place la région Rhône-Alpes en troisième position au niveau national du nombre de refuges signés avec des collectivités ou des particuliers (75 refuges signés). Enfin, le coordinateur régional du Groupe assure le lien avec la coordination chiroptères nationale de la Société d’étude et de protection des mammifères (SFEPM).

    Le premier weekend de décembre le GCRA a organisé son rassemblement annuel dans le massif des Bauges, en Savoie, qui a été notamment l’occasion d’échanger et de se rapprocher de Chauves-souris Auvergne, association référente de l’ex-Auvergne pour les chiroptères.

    Au cours de l’année 2016, un travail issu du plan national d’actions en faveur des chiroptères a hierarchisé les gîtes de la région Rhône-Alpes sur la base d’une méthode nationale et standardisée. Un travail de mise en protection de plusieurs gîtes majeurs a été initié dans la Drôme, l’Ardèche et l’Ain. Une mise à jour de la liste des espèces déterminantes pour la définition des ZNIEFF sur la zone continentale du Massif central a été produite en fin d’année 2016. Dans la continuité de la dynamique lancée au niveau national par le Muséum National d’Histoire Naturelle, un stage de validation des acquis concernant la formation à la capture des chiroptères à des fins d’étude, a eu lieu dans le Puy de Dôme en septembre. À cette occasion, plusieurs stagiaires de Rhône-Alpes, d’Auvergne et de Bourgogne ont « décroché » leur habilitation.

    Le Groupe Chiroptères Rhône-Alpes (GCRA), coordonné par Stéphane Vincent (LPO Drôme), rassemble et coordonne l’ensemble des activités relatives à l’étude et à la protection des chauves-souris. En 2016, l’appui bénévole a permis de poursuivre les actions engagées à travers le plan régional d’actions. La poursuite des recherches dans le département du Rhône (troisième localité de reproduction au niveau national) a permis de préciser les connaissances sur la grande noctule (Nyctalus lasiopterus).

    grande noctule ©Yoann Peyrard

    murin de Bechstein ©Steve Le Briquir

  • 12

    - Groupe Herpétologique Rhône-Alpes -

    - Réseau Forêts -

    Rémi Fonters, coordinateur régional, LPO Isère

    Arthur Vernet , responsable réseau forêts, LPO Drôme

    Le Groupe Herpétologique Rhône-Alpes a tenu sa réunion annuelle samedi 4 février 2016 à Chindrieux (Savoie). Ce rendez-vous régulier a permis non seulement de présenter les activités herpétologiques de 2016 des sections départementales du GHRA,

    mais également de travailler sur les thématiques que le Groupe souhaite développer après la parution de l’atlas. Plusieurs actions, élaborées dès 2016, sont mises en avant, avec des pilotes issus de tous les départements : identification des grenouilles « vertes »,

    suivis POP Amphibiens/POP Reptiles, SOS Serpents, espèces envahissantes, liens avec les groupes auvergnats…

    Le travail pour les années futures reste donc entier et prometteur !

    Plan Régional d’Actions Forêts 2016 :

    En 2016, les actions ont consisté à valoriser le travail de cartographie et d’inventaire des forêts à hautes valeurs écologiques effectué en 2014 et 2015. Plusieurs réunions de présentations et d’échanges ont eu lieu avec l’ONF (Office National des Forêts), le CRPF (Centre National de la Propriété Forestière), la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt) et d’autres acteurs du monde forestier. Ces échanges ont permis de sensibiliser ces acteurs à la prise en compte de la biodiversité en forêt.

    Le travail de cartographie représentant la présence d’espèces patrimoniales forestières en Rhône-Alpes est libre d’accès à cette adresse : https://aura-partage.lpo.fr/cartes/foretra/

    grenouille rieuse ©Sylvain Chapuis

    ©Alain Gagne

  • 13

    - Éducation à l’Environnement et au Développement Durable -

    Julie Galichet , responsable du réseau EEDD, LPO Loire

    L’EEDD est le lien entre notre association et les citoyens. Forts de plus d’une dizaine de salariés, le réseau des animateurs de l’EEDD s’est organisé au niveau régional et participe activement au réseau national EEDD de la LPO.

    En 2016, le réseau d’EEDD de la LPO Rhône-Alpes s’est mis en route au printemps avec la compilation de tous les outils et compétences disponibles dans les LPO locales afin d’établir une culture commune de ce qu’est l’EEDD. Ces éléments ont permis d’aider à

    la définition de la stratégie d’EEDD au niveau de la LPO Rhône-Alpes. L’animation de ce réseau a été confiée à la LPO Loire.Fin 2016, la coordinatrice du réseau a rédigé un projet déposé à la Région « De la biodiversité dans les Lycées et CFA

    Eco responsables de la Région Auvergne Rhône-Alpes ». Ce projet permettra au réseau d’amorcer un travail collectif en partenariat avec le monde de l’éducation.

    agrion jouvencelle ©Camille Combes

    ©LPO Loire

  • 14

    L’état de santé de la biodiversité se mesure sur le long terme. La LPO est engagée au coté du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris pour le Suivi temporel des oiseaux communs (STOC) et de l’État pour les déclinaisons régionales des Plans d’Actions Nationaux (PNA). Si aujourd’hui nous pouvons attester que la loutre est à nouveau présente dans presque tous les départements, que l’aigle de Bonelli niche encore dans les gorges de l’Ardèche, que nous avons précisé le statut d’une nouvelle espèce de chauves-souris : la grande noctule dans le Rhône, le constat n’est pas aussi positif pour les oiseaux liés aux milieux agricoles : pies grièches ou busards cendrés, ou pour certains amphibiens de nos lacs de montagne. Le changement climatique, l’utilisation importante d’intrants par l’agriculture, l’urbanisation croissante y compris en zone de montagne, les sports de loisirs sont autant de facteurs limitants pour les espèces.

    LES INdICATEURS RégIONAUx POUR MESURER LA bIOdIvERSITé

    - Nouvel Atlas régional des mammifères -

    Francisque Bullifon, chargé de mission biodiversité Ain, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Durant trois années, la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes et la FRAPNA ont mis en place un réseau de naturalistes et de référents mammifères autour d’un grand projet d’atlas en Rhône-Alpes. Un comité de pilotage et un comité technique permettent de coordonner l’action. De nombreux partenaires ont été sollicités et ont déjà répondu présents. De nombreuses formations ont eu lieu, permettant ainsi d’augmenter les compétences des bénévoles à la détection des mammifères. Un travail cartographique précis a été mis à jour afin de rendre compte des prospections déjà effectuées et pouvoir facilement les compléter.Ce nouvel atlas des mammifères sauvages de Rhône-Alpes se veut moderne, fédérateur et utile. Il sera important que le

    grand public puisse y avoir accès facilement. Une plate-forme numérique dédiée au projet sera mise en place afin d’offrir toutes les informations en ligne.L’Auvergne ayant fait cet état des lieux en 2014, il est nécessaire de mener à bien le projet d’Atlas Rhône-Alpes afin d’apporter une cohérence à l’échelle de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est important de faire un état des connaissances global sur les mammifères afin de mesurer l’état de leur conservation et de pouvoir mettre à jour la liste rouge régionale. Grâce à ce projet, une dynamique « mammifères » se met en place en Auvergne-Rhône-Alpes avec un réseau mammifères structuré.

    renard roux ©Francisque Bullifon

  • 15

    - Mise à jour des ZNIEFF -(Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique)

    Julien Girard-Claudon, coordinateur adjoint, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpesblaireau ©Wolfgang Fisher

    ©Serge Risser

    Les Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) constituent des zonages d'inventaires où la biodiversité est remarquable. Ce programme a été lancé en 1982 par le ministère en charge de l'environnement et une seconde campagne a été lancée à la fin des années 1990. Une ZNIEFF est justifiée notamment par la présence d'une ou plusieurs espèces "déterminantes".La Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Auvergne-Rhône-Alpes a missionné la LPO pour travailler à la révision de ces listes d'espèces déterminantes, évaluer l'impact de ces nouvelles listes et préparer des programmes d'inventaires sur ces territoires.

    Sur la région, le sujet est traité par zone biogéographique (continentale, alpine et méditerranéenne). La zone continentale a été séparée en Massif central et plaine rhodanienne. Pour la partie Massif central, le travail est réalisé par la LPO Auvergne (pour les oiseaux) et par la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes avec le Groupe mammalogique d'Auvergne, Chauves-souris Auvergne et le CPIE de Haute-Auvergne (pour les mammifères, chauves-souris et les amphibiens). La LPO travaillera sur les autres zones à partir de 2017.

    tout ce travail est possible grâce aux contributions des observateurs, dans les sites Visionature, merci à eux !

  • 16

    - Les galliformes de montagne, espèces en mauvais état de conservation -

    - L’hivernage des oiseaux d’eau en Rhône-Alpes de 1976 à 2015 -

    Emilien Maulavé, salarié LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Vincent Palomares, bénévole LPO Ardèche, et Julien Girard-Claudon, coordinateur régional adjoint LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    La LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes a continué, en 2016, de développer son expertise sur les galliformes de montagne. Dans le cadre d’une année de formation en alternance en tant que chargé de projet sur les galliformes de montagne, Emilien Maulavé a réalisé, en collaboration avec plusieurs gestionnaires d’espaces naturels alpins, une étude bioacoustique portant sur les signatures acoustiques individuelles des mâles tétras-lyres.

    Un travail de synthèse sur l’état de conservation du lagopède alpin a également été réalisé, conduisant à la création d’un groupe de réflexion sur les mesures de protection supplémentaires à mettre en œuvre. Enfin, un travail de sensibilisation du grand public aux enjeux de conservation du lagopède alpin a été initié via un projet de film court-métrage d’animation sur cette espèce.

    Avec un recul de 40 années de comptage sur des sites rhônalpins inclus dans un réseau de sites international, une des conclusions indique que notre région présente une importance nationale et internationale pour l’hivernage des canards et des foulques d’après les critères de RAMSAR (officiellement Convention relative aux zones humides d’importance internationale).La première place revient à la Dombes et ses étangs suivie par le Haut-Rhône et le lac du Bourget. La région a aussi une importance nationale et internationale marquée par deux espèces : le fuligule milouin et la nette rousse. Pour préserver ces espèces, le plus urgent est de créer des zones de quiétude qui limitent toute forme de dérangement et de préserver les ressources alimentaires durant la période hivernale. Ces résultats sont publiés dans le BIèVRE Tome 29.Ouvrage disponible sur auvergne-rhone-alpes.lpo.fr

    nette rousse ©Philippe Prigent

    tétras lyres ©Denis Simonin

  • 17

    - Analyse des données ornithologiques sur le marais de l’Etournel (Ain et Haute-Savoie) de 1967 à 2015 -

    Francisque Bullifon , chargé de mission biodiversité Ain, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Afin de concourir à ses objectifs de préservation de la biodiversité sur le marais de l’Etournel, le Parc Naturel Régional du Haut-Jura mène des actions de restauration, d’entretien et d’aménagements. Il est l’organisme animateur du site Natura 2000 (FR8201650 - Etournel et défilé de l’Écluse) et gestionnaire de l’Espace Naturel Sensible du marais de L’Etournel. Un nouveau plan de gestion de cette zone humide est en cours de rédaction. Dans ce cadre, la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes a assuré l’analyse des données ornithologiques cumulées depuis près de 50 ans.

    Après plusieurs publications de P. Geroudet sur le sujet, c’est la première fois qu’un travail de synthèse globale est réalisé. Les nombreuses données naturalistes recensées depuis 1972, les comptages Wetlands effectués depuis 1967 et les opérations de baguage menées sur ce site reconnu pour son importance ornithologique ont permis de refaire un point sur la situation actuelle. Les perturbations que le marais de l’Etournel a connues au cours des 70 dernières années (dont l’exploitation

    de la gravière jusqu’en 1990) ont modifié à plusieurs reprises la dynamique du fleuve Rhône et les milieux naturels qui sont en connexion avec celui-ci. Historiquement, l’Etournel était connu pour sa flore et pour sa faune, principalement les rassemblements importants d’oiseaux en hiver et le passage de nombreuses espèces au cours de leur migration. Il apparait aujourd’hui que les milieux sont plus diversifiés et offrent plus de possibilités de nidification pour les oiseaux.

    Entre 1990 et 2015 (soit en période post-exploitation de la carrière), 246 espèces d’oiseaux sont observées sur l’Etournel, dont 104 en période de reproduction. Néanmoins, les conditions d’hivernage pour les oiseaux d’eau se sont détériorées, les étangs ne semblent plus adaptés aux rassemblements hivernaux et sont soumis à de nombreux dérangements. Des aménagements sont prévus afin d’améliorer la capacité d’accueil des oiseaux sur les étangs et de canaliser les visiteurs pour atténuer le dérangement.

    ©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

  • 18

    gÉrer, restaurer, reconquÉrir des milieux pour accueillir

    les espèces

    Dans la continuité du Schéma Régional de Cohérence écologique (SRCE) adopté par la Région en 2014, la LPO s’est fortement impliquée en 2016 dans cinq dossiers de trames vertes et bleues.La LPO participe aussi activement à la gestion de deux réserves naturelles nationales : Hautecourt (01) et Val d’Allier (03), de trois réserves naturelles régionales : le Pont de Pierres (01) et des grottes et Cheires de Volvic, la Grotte des Sadoux (26), ainsi qu’une dizaine d’Espaces Naturels Sensibles (ENS).À travers le programme « Refuges », la LPO s’engage avec les citoyens, les collectivités et les entreprises pour reconquérir et favoriser des espaces de biodiversité et des havres de quiétudes pour la faune.

    La biodiversité en milieu urbain est un sujet récent rarement pris en compte dans les documents d'urbanisme. C'est pourquoi la LPO Rhône-Alpes s'est associée à l'Union Régionale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (URCAUE) pour développer une méthode d'analyse de la Trame Verte Urbaine et périurbaine (TVU). S'inspirant de projets modèles déjà réalisés, les LPO et les CAUE des différents territoires ont réalisé conjointement des fiches de retours d'expériences, aujourd'hui achevées. La deuxième partie de ce projet régional est donc à présent en cours.

    Des communes présentant des enjeux intéressants (trame bleue urbaine, trame verte industrielle, etc.) se sont portées volontaires pour qu'un diagnostic transversal soit réalisé sur leur territoire. Écologie, urbanisme, paysage et sociologie sont mis en relation afin de localiser la TVU et de fournir à la commune des fiches actions pour l'aider à la valoriser. Fin 2017, un séminaire sera organisé pour partager le bilan de ce projet qui sera suivi plus tard par la réalisation d'un guide de la TVU et de formations pour les élus et techniciens.

    ©Audrey Démurgé

    - SRCE Trame Verte et Bleue Urbaine -Audrey Démurgé, chargée de mission, LPO Isère

  • 19

    Michel Mure, animateur des Plans Nationaux d’Actions Rapaces, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    - Trame aérienne, Comité Régional Avifaune -

    Le Comité Régional Avifaune Auvergne-Rhône-Alpes réunit RTE, Enedis, les gestionnaires d'espaces naturels (Parc Naturel, Réserve Naturelle…) représentés par ASTERS, et les APNE (LPO, FRAPNA, Vautours en Baronnies) représentées par la LPO Auvergne-Rhône-Alpes. Il a pour but de faciliter le travail partenarial au niveau régional et d’impulser des actions au niveau local qui favorisent :- les priorités de programmation de travaux en faveur de l'avifaune et ses habitats,

    - les outils de recueil et d’analyse des données,- le suivi de l’avancement et les méthodes d’évaluation des actions réalisées.

    Les données de mortalité (Visionature + Parc Naturel Vanoise) sous les lignes en Rhône-Alpes comptabilisent en 2016, 36 oiseaux (cf. fig). 81 % concernent l'électrocution, 11 % la percussion et 8% non différenciés.

    0 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12 13 14111

    CAs de mORtALité sOus Les Lignes enedis et Rte (éLeCtROCutiOn et PeRCussiOn) en Rhône-ALPes en 2016

    neutRALisAtiOns de POteAux enedis en Rhône-ALPes en 2016 (en nOmBRe et %)

    gRAnd duC

    miLAn nOiR

    Buse VARiABLe

    FAuCOn CRéCeReLLe

    CigOgne BLAnChe

    CORneiLLe nOiRe

    Pie BAVARde

    PigeOn RAmieR

    PigeOn dOmestique

    Cygne tuBeRCuLé

    Les travaux de neutralisation des lignes sont réalisés dans le cadre d'accords locaux. En 2016, en Rhône-Alpes 152 poteaux ont été neutralisés sur le réseau Enedis.

    Le balisage, la pose de câbles tressés et l’enfouissement des lignes ont concerné le réseau Enedis avec 5 310m visant le gypaète (2 550m), les vautours (2 360m), les oiseaux d’eau (400m) et le réseau RTE avec 2 000m concernant les rapaces (milan royal et faucon pèlerin) dans le sud du Cantal.

    Vautour

    Cigogne

    Rapaces divers

    Oiseaux d’eau

    Divers

    Percnoptère

    Gypaète

    Grand-duc

    25 / 17 %

    24 / 16 %

    18 / 12 %

    14 / 9 %

    13 / 9 %6 / 4 %

    2 / 1 %

    48 / 32 %

  • 20

    - Programme de conservation et de gestion des Espaces Naturels -

    Robin Letscher, conservateur réverves naturelles, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    ENS Pierre-Châtel

    tRAVAux de BALisAge des Lignes, POse de CâBLes tRessés et enFOuissement en 2016 en AuVeRgne Rhône-ALPes (en mètRes)

    Migrateurs 2000

    2000

    2550

    400

    360Vautours

    Gypaète

    Balissage RTE

    Enfouissement Enedis

    Balisage et câbles tressés Enedis

    La 1ère charte signée en 2014 sera reconduite de 2017 à 2019 pour renforcer et initier de nouvelles actions sur l’ensemble de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

    ©Robin Letscher

    La LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes est gestionnaire de deux réserves naturelles et de deux espaces naturels sensibles dans le département de l’Ain, ces derniers ayant été labellisés en 2015. L’espace naturel sensible de Pierre-Châtel, sur la commune de Virignin, présente bien des originalités sur les 35,9 hectares qui la compose. Labellisé en raison de la présence de gîtes à chauves-souris en milieu souterrain mais aussi en bâti, cet ENS révèle d’autres enjeux comme l’avifaune rupestre dans les falaises de l’imposant défilé du Rhône, en limite avec la Savoie.

    L’ENS abrite quelques pelouses calcicoles autour d’un ancien fort militaire, le Fort les Bans. La chartreuse de Pierre-Châtel est un élément remarquable du patrimoine bâti et historique de l’Ain. Tous ces aspects ont conduit la LPO à élaborer un premier plan de gestion et de valorisation du site, document en cours de rédaction mais grandement avancé grâce au travail de Laura Pommier, reçue en stage de fin d’étude (Master 2) entre mars et août 2016. Des phases d’échanges avec l’unique propriétaire (privé) du site sont à venir pour finaliser le plan de gestion.

  • 21

    Adrien Lambert, chargé de projet, LPO Isère

    SENSIbILISER, MObILISER, RASSEMbLER ET IMPLIqUER

    LES CITOyENS

    La nature est l’affaire de tous les citoyens. La préservation de la biodiversité passe par la connaissance, l’information et la sensibilisation de tous. La LPO agit partout dans les quartiers, dans les écoles, collèges et lycées, auprès des entreprises et des comités d’entreprises, auprès des collectivités locales.

    Le projet Biodiv’Sports de montagne vise à mettre en relation les pratiquants de sports de montagne et les acteurs de la préservation de l’environnement. L’objectif est de créer un service web collaboratif qui met à disposition des usagers des applications spécialisées dans la recherche d’itinéraires en montagne ainsi que des informations concernant les zones de sensibilité de la faune.Ces zones de sensibilité seront le fruit d’une concertation de terrain entre sportifs, fédérations, clubs et naturalistes, experts ou gestionnaires d’espaces afin de décider ensemble des espaces à préserver. La LPO met ici à disposition sa connaissance naturaliste afin que chacun puisse se l’approprier.Les pratiques sportives concernées dans la phase de test sont la randonnée, le vol libre, l’escalade, l’alpinisme, le ski de randonnée et les raquettes. Une ouverture à de nombreusesautres pratiques est à prévoir en phase de déploiement (VTT, trail, etc.). Les espèces concernées par le projet en phase test sont les galliformes de montagne (tétras lyre, lagopède alpin), les

    rapaces rupestres (aigle royal, faucon pèlerin, grand-duc d’Europe) ainsi que le bouquetin des Alpes. Les territoires concernés par le projet vise des massifs essentiellement alpins et situés en Auvergne-Rhône-Alpes. Le projet a cependant pour vocation de mettre à disposition le service Biodiv’Sports pour toutes les autres associations locales LPO et gestionnaires.

    Partageons la montagne pour que chacun trouve sa place !

    2016 : phase préparatoire, 2017 : année de lancement.

    ©Steve Le Briquir

    - Biodiv’Sports de Montagne -

  • ©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    22

    - Les Journées Européennes du Patrimoine -

    - Animation contée dans le cadre du « jour de la nuit » -

    Gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de la grotte de Hautecourt (Ain), la LPO a organisé une animation dans le cadre des journées européennes du patrimoine le 17 septembre 2016. Cette réserve naturelle détient en effet des enjeux environnementaux et culturels ou historiques intimement liés. Faire connaître le passé touristique puis scientifique de la grotte et l’intérêt de préserver le

    milieu souterrain, comprendre l’évolution paysagère et la biodiversité dans ce secteur du Revermont ont été les deux fils conducteurs de l’animation proposée. Les conditions météorologiques exécrables ce jour-là n’ont tout de même pas démotivés quelques participants… Ces animations seront renouvelées.

    Robin Letscher, conservateur Réserves Naturelles, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Lucie Defernez, chargée d’études Faune, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Samedi 8 octobre 2016, de 19h30 à 21h00, à la réserve naturelle régionale du Pont des Pierres, une animation s’est déroulée dans le cadre du « jour de la nuit » (manifestation nationale de sensibilisation à la pollution lumineuse). Une ballade contée a été proposée afin de sensibiliser les participants aux nuisances engendrées par la pollution lumineuse sur la biodiversité. Ainsi, une animatrice de la LPO a fait part au public des témoignages qu’une barbastelle d’Europe, hibernant sur le site, lui avait confiés... Le temps étant pluvieux, seulement six personnes étaient présentes pour cette manifestation, mais ce groupe restreint nous a permis d’être immergés pleinement dans cette ambiance nocturne et les retours du public ont été très positifs.

    - Education à l’environnement et au développement durable dans l’Ain -

    Francisque Bullifon, chargé de mission biodiversité Ain, LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Pour la troisième année consécutive, la LPO a atteint ses objectifs concernant les actions de sensibilisation à la biodiversité dans le département de l’Ain. Ainsi, ce sont 14 animations scolaires, et 4 événementiels grands publics qui ont pu être couverts par la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes. Ce programme a permis à la LPO de s’intégrer encore plus dans le réseau d’éducation à l’environnement du département et de rencontrer de nouveaux partenaires. Au total, grâce au soutien du Conseil départemental de l’Ain, au Syndicat Mixte Avenir Dombes Saône et au Parc Naturel Régional du Haut-Jura, près de 800 personnes ont bénéficié d’interventions de sensibilisation à la biodiversité en 2016. Ce chiffre vient renforcer celui de 850 en 2015. Ces différentes animations ont eu pour thème, la migration des oiseaux, la biodiversité des étangs dombistes, la biodiversité de proximité et la biologie des chauves-souris. Dans ce cadre, la LPO a couvert le Festival Nature d’Hauteville, la nuit de la chauve-souris, la Fête de la science et la foire bio de Bourg-en-Bresse.

  • 23

    - LPO Ain -

    - LPO Ardèche -

    LA PLUME AUx ASSOCIATIONS

    LOCALES

    au plus prèsdes territoires

    Des chevêchettes dans de nombreuses communes de l’Ain !

    22èmes rencontres du Groupe Vautours France

    Cette année, la LPO Ain a réalisé une importante prospection à la recherche de la chevêchette d’Europe. Cette petite chouette de montagne plutôt discrète demeure méconnue dans l’Ain et la connaissance de sa distribution sur le département repose uniquement sur les efforts d’une poignée d’observateurs passionnés. Un plan d’échantillonnage basé sur un travail cartographique effectué par l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) en 2016 a été utilisé. 258 points, positionnés au préalable dans un habitat correspondant à

    chevêchette d’Europe ©Denis Simonin

    Du 11 au 13 mars 2016, la LPO Ardèche, le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche et la LPO Mission Rapaces ont accueilli sur le site du Domaine de Rochemure, à Jaujac, les 22èmes Rencontres du Groupe Vautours France.L’après-midi du vendredi a été consacré à des ateliers techniques : formation du réseau de veille Vigilance-Poison, préparation du comptage national…Samedi, plus de cent personnes, techniciens des associations, parcs, services de l’État et autres adhérents ont pu profiter de présentations sur les programmes en cours, l’état des

    populations de vautours en France et en Europe, les actions de protection mises en œuvre... Les dernières recherches sur les capacités olfactives et visuelles des rapaces ont également pu être découvertes lors d’exposés. Enfin, le dernier jour, une randonnée a été organisée jusqu’au sommet de la Dent de Rez, à proximité des gorges de l’Ardèche. Cela a permis de faire découvrir un secteur occupé par le vautour percnoptère et de préciser les mesures de conservation mises en œuvre.

    ©LPO Ardèche

    La force de la LPO est son ancrage local fort, consitué de structures et de bénévoles actifs. Cet ancrage permet de démultiplier les actions sur le terrain mais aussi de faire émerger les initiatives locales. Les actions mises en place par les associations locales LPO illustrent bien cet engagement associatif, pour une meilleure efficacité de la sauvegarde de la biodiversité dans les territoires. - Patrick Balluet, Président LPO Loire

    celui de la chevêchette ont ainsi été visités un à un et notre travail a porté ses fruits. Après avoir parcouru 42 communes, nous avons identifié 34 sites printaniers occupés par un mâle chanteur (+258 % par rapport à l’année précédente) alors que 44 autres sites sont très probablement occupés si l’on en juge par la vive réaction des passereaux.

  • 24

    Proportion d’espèces de la liste rougepar grands milieux

    Zones humides

    Ouvertsagricoles

    Forêts

    LandesBati

    Ouverts montagnards

    - LPO Auvergne -

    Liste rouge Auvergne des oiseaux nicheurs et hivernants

    à la demande de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), la LPO Auvergne a produit la liste rouge Auvergne des oiseaux nicheurs et hivernants. Elle permet de faire un point réactualisé sur l’état des populations présentes dans ce qui est maintenant, l’ancienne région Auvergne. C’est le fruit d’un très gros travail d’analyse des données collectées par le réseau des bénévoles LPO depuis plus de 40 ans (2 millions de données environ). Pour cela, bénévoles naturalistes et salariés se sont réunis au rythme d’une réunion tous les quinze jours durant près d’un an pour interpréter nos données et obtenir une analyse fine de la situation.

    Il en ressort que 19,1% des 177 espèces d’oiseaux nicheurs sont menacées dont 10,6% sont en danger critique, 13,7% en danger et 28,8% vulnérables.Parmi les 17 espèces (10,6%) en danger critique de disparition, blongios nain, héron pourpré, gélinotte des bois et fauvette orphée ont peut-être déjà disparu et la situation du bruant ortolan parait aujourd’hui bien précaire.

    - LPO Drôme -

    Suivi simultané Drôme des collines

    soulignons que 7 de ces 17 espèces sont chassées !

    Sur les 22 espèces en danger, la pie-grièche grise concentre 80 % de ses effectifs dans le Massif central dont une grande partie en Auvergne. Même dans ce dernier bastion, cette espèce régresse !Enfin, 40 espèces sont vulnérables et 15 espèces quasi menacées.Urbanisation, intensification des cultures céréalières et des herbages, exploitations forestières, destruction des zones humides, drainage et irrigation, changement climatique, sont autant de menaces passées, présentes et futures qui affectent de façon profonde la majorité des espèces nicheuses en Auvergne.

    Le groupe migration de la LPO Drôme a réalisé ce printemps un suivi simultané sur l’ensemble de la Drôme des collines avec pour but d’identifier les principaux couloirs aériens dans la perspective de nombreux projets éoliens dans la région.

    Au total, onze sites d’observations ont été suivis entre le site de migration de Pierre-Aiguille et le Vercors. Sur la journée, ce sont 13 944 oiseaux de 35 espèces qui ont été identifiés. Les premiers résultats sont prometteurs et ont permis de détecter et confirmer certaines voies de migration.

    L’opération sera reconduite dans les années à venir. Une seconde ligne de points d’observations parallèle à la première sera mise en place. Elle permettra alors de confirmer les voies de migrations trouvées lors de cette première session.

    ©Rémi Métais

    pie-grièche grise ©F. Journeaux

  • 25

    - LPO Isère -

    La formation Oiseaux

    Forte de sa réussite depuis dix ans dans l’apprentissage des chants d’oiseaux (sous la houlette de Jacques Prévost et Gérard Goujon), la LPO Isère a souhaité mettre en place un cycle complet de formation à l’ornithologie, ouvert au grand public, en collaboration avec Natagora.

    C’est ainsi qu’est née la promotion « Géroudet » en septembre 2016 !Une promotion de 51 élèves, du débutant au déjà initié voire confirmé, va progressivement développer ses connaissances en éthologie avienne et en identification visuelle et sonore des oiseaux.Ce cycle se déroule sur 3 ans (Niveaux I, II et III) avec des cours variés et structurés, réalisés par des ornithologues expérimentés, à l’appui de 21 cours en salle de 3 heures et 15 sorties terrain.

    Les cours de niveau I « Débutant » s’adressent à un public sans connaissances préalables en ornithologie ou à un public souhaitant structurer et parfaire ses connaissances de base, par l’apprentissage d’une méthode d’identification éprouvée en Belgique et dans le Nord de la France. Les cours d’éthologie sont présentés par thème (le vol des oiseaux, leur vie sexuelle, la migration…) et les cours d’identification sont structurés par familles (anatidés, rapaces, laridés...) dans leur plumage le plus simple (nuptial/adulte).

    Les cours de niveau II « Perfectionnement » permettent d’approfondir les connaissances sur l’identification des plumages (plumage inter-nuptial, juvénile, immature...) et en abordant de fortes notions d’éthologie.

    guêpier d’Europe ©Serge Risser

    Les cours de niveau III « Aboutissement » constituent l’ultime étape de la formation durant laquelle l’élève pourra fixer de manière durable toutes les informations acquises durant les deux premières années de cours. Seront également abordés les thèmes comme la mue des oiseaux, le réchauffement climatique, la pollution lumineuse...

    Cette formation est payante afin de permettre d’équilibrer les coûts et une attestation de suivi des cours sera délivrée aux participants à la fin de chaque année.

    L’objectif de cette formation est de faire découvrir à tous l’ornithologie et de former des observateurs actifs sur le terrain pour renforcer nos actions bénévoles et nos suivis ornithologiques, et agir pour la défense et la protection des oiseaux et des milieux naturels.

    à quelques semaines de la fin de cette première année, nous pouvons déjà tirer un bilan très positif, puisqu’environ 90 % des élèves de la promotion « Géroudet » envisagent de poursuivre le cursus en 2ème année ! Par ailleurs, trente-sept personnes sont déjà pré-inscrites pour une nouvelle classe en septembre.

    pic noir ©Denis Simonin

    roitelet huppé ©Denis Simonin

  • 26

    - LPO Loire -

    - LPO Rhône -

    Le réseau hirondelles a 10 ans !

    De belles rencontres et du lien social au service de la Biodiversité

    Le Réseau Départemental Hirondelles vient de fêter ses dix ans. Cette aventure, qui regroupe de nombreux amoureux des hirondelles, a commencé en 2007. Plusieurs milliers d’hirondelles (de fenêtre et rustiques) ont été surveillées durant cette période grâce à la participation bénévole de 191 personnes. Encore une fois, en 2016, de nombreux passionnés ont observé et compté les hirondelles vivant près de chez eux et ont renseigné le nombre de couples, parfois le nombre de jeunes qui se sont envolés. La participation a connu une progression en 2016 avec l’arrivée de nouveaux bénévoles (135 personnes en 2016). Depuis 2009, les chiffres de la participation ont toujours été supérieurs à 130, ce qui prouve la fidélité des participants et qui permet d’obtenir des résultats robustes sur l’évolution des hirondelles dans notre département (grâce aux nombreux sites suivis). 96 communes sont concernées par le suivi d’au moins un site accueillant l’une ou l’autre de nos hirondelles.Au total, 143 sites ont été suivis durant la période estivale :- 108 sites pour l’hirondelle rustique- 51 sites pour l’hirondelle de fenêtre- 17 sites concernent les deux espèces d’hirondelles

    Quarante propriétaires de refuges de la Métropole de Lyon et du département du Rhône se sont retrouvés le 11 septembre 2016 dans le Parc de Rancé à Genay pour une première Journée de rencontre et d’échanges proposée aux 350 « refugistes » du Rhône.

    Les participants ont pu visiter cinq jardins de particuliers offrant des aménagements variés pour la biodiversité, l’occasion de comparer, échanger et constater que la biodiversité est l’affaire de tous et que la préserver est à la portée de chacun avec des gestes et des aménagements simples.

    Des initiations naturalistes sur les différents taxons vivant dans les jardins (oiseaux, insectes, reptiles, amphibiens, mammifères, odonates…), des descriptions d’aménagements (mares, haies vives, gîtes et nichoirs…) ont permis d’alimenter et enrichir les débats entre les participants.

    La municipalité de Genay, qui accueillait cette première journée, a annoncé sa décision de signer une convention de partenariat avec la LPO Rhône pour le classement en Refuge LPO du parc municipal de Rancé (parc de 12 917 m² situé au centre de la commune). Ce lieu, qui accueille de nombreux événements publics, va ainsi développer son rôle social et pédagogique tout en intégrant la préservation et la valorisation de la biodiversité.

    cétoines dorées ©LPO Rhône

    hirondelle rustiques ©Guy Bourderionnet

  • 27

    - LPO Savoie -

    - LPO Haute-Savoie -

    Les Journées de l’Observatoire de la Biodiversité de la Savoie : exemple d’une coopération réussie

    Éviter - Réduire - Compenser les atteintes à l’environnement

    C’est sur cinq communes de l’avant-pays savoyard que s’est déroulée la 2ème édition des « Journées de l’Observatoire de la Biodiversité de Savoie » en 2016. Cet observatoire réunit 21 partenaires contribuant à la préservation du patrimoine naturel de Savoie. Leurs objectifs communs sont de mutualiser et d’améliorer leurs connaissances sur le patrimoine naturel savoyard et de les partager, en particulier auprès des collectivités, via un portail internet, pour mieux agir. La LPO Savoie est l’un des principaux contributeurs des données faune.

    Les 21 et 22 mai 2016, plus d’une vingtaine de naturalistes motivés de la LPO Savoie et de différentes associations ont donc sillonné ces trois communes à la recherche de plantes, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens, de mammifères, d’insectes et autres petites bêtes. L’objectif était de « noircir » une zone blanche en accumulant le maximum d’informations sur la biodiversité méconnue de ces communes. Beau succès pour ces prospections collectives et interdisciplinaires, qui ont permis entre autres d’identifier plusieurs milieux et espèces remarquables. Ces journées feront en 2017 l’objet d’une restitution collégiale auprès des communes.

    Accompagner un projet de voie verte, réduire ou compenser l’impact de projets routiers, établir un diagnostic des enjeux de biodiversité préalablement à l’aménagement de retenues collinaires sur une station, la LPO Haute-Savoie assiste les maîtres d’ouvrage dans la mise en place de suivis et mesures d’accompagnement et de compensation nécessaires aux différents projets. Les connaissances de la LPO sont synthétisées et analysées et associées aux connaissances d’autres structures associatives, privées ou institutionnelles, et doivent servir au mieux à la réalisation d’un projet le moins impactant possible pour la biodiversité. Les propositions faites par la LPO sont souvent des mesures de renaturation visant à rétablir des conditions s’approchant le plus possible de l’état naturel d’un site tout en s’adaptant aux contraintes socio-économiques. Les actions de sensibilisation viennent à l’appui des mesures de protection des espèces et des espaces.

    ©LPO Savoie

    ©LPO Haute-Savoie

  • 28

    La LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

    Les membres

    LPO Auvergne départements de l’Allier, du Cantal, de la haute-Loire et du Puy de dômefaune-auvergne.org / lpo-auvergne.org2 bis, rue du Clos Perret63100 Clermont-Ferrand 04 73 36 39 79Mail : [email protected]

    LPO Ainfaune-ain.org / www.lpo.fr/ain-015, rue Bernard Gangloff01160 Pont-d’ain09 70 90 20 61Mail : [email protected]

    LPO Ardèchefaune-ardèche.orgauvergne-rhone-alpes.lpo.fr4 bis, rue de la Halle07110 Largentière04 75 35 55 90Mail : [email protected]

    LPO drômefaune-drome.org / lpo-drome.frDomaine de Gotheron525, route de Gotheron26320 St-Marcel-lès-Valence04 75 57 32 39Mail : [email protected]

    LPO isèrefaune-isere.org / isere.lpo.fr5, place Bir-Hakeim38000 Grenoble04 76 51 78 03Mail : [email protected]

    LPO Loirefaune-loire.org / loire.lpo.frMaison de la Nature11, rue René Cassin42000 St Etienne04 77 41 46 90Mail : [email protected]

    LPO Rhônefaune-rhone.org / lpo-rhone.fr9, impasse du Progrès69100 Villeurbanne04 28 29 61 53Mail : [email protected]

    LPO savoiefaune-savoie.org / savoie.lpo.frLes Pervenches197, rue Curé Jacquier 73290 La Motte-Servolex09 52 52 30 52Mail : [email protected]

    LPO haute-savoiehaute-savoie.lpo.fr24 rue de la Grenette74370 Epagny-Metz-Tessy04 50 27 17 74Mail : [email protected]

    La LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes est affiliée par convention à la LPO France et la représente dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

  • 29

    LES ChIFFRES CLéS dE LA LPO EN AUvERgNE-RhôNE-ALPES

    9 associations locales LPO membres avec 8 177 adhérents individuels et 1 854 bénévoles actifs sur le terrain.

    Un conseil d’administration composé de 24 membre titulaires et de 24 suppléants, un bureau de 7 membres dont trois vice-présidents territoriaux : massif central, alpes et sillon rhodanien.

    80 salariés sur la région dont 8 salariés dans l’équipe de la coordination régionale.

    Plus de 10 millions de données naturalistes saisies et disponibles dans les bases de données Visionature par plus de 18 000 contributeurs.

    2 Réserves Naturelles Nationales, 3 Réserves Naturelles Régionales et 10 Espaces Naturelles Sensibles en gestion pour une surface de 6 787 hectares.

    Plus de 2 500 sites en refuges LPO (particuliers, entreprises, collectivités qui décident de tout mettre en œuvre pour protéger la faune et la nature chez eux et qui s’interdisent d’utiliser tout produit phytosanitaire).

    23 449 scolaires et 53 471 autres personnes sensibilisées.

    Plus de 1 000 retombées médiatiques.

    1 centre de soin pour oiseaux sauvages blessés géré par la LPO Auvergne.

    Confirmation de la reproduction de la grande noctule dans le Rhône.

    Ces chiffres caractérisent la force de la LPO et sont le reflet de son dynamisme constant en faveur de la biodiversité en Auvergne-Rhône-Alpes et dans ses implantations locales.

    grande noctule ©Yoann Peyrard

  • 30

    Nos partenairesTous ensemble au plus près des territoires

    afin d’agir pour la biodiversité

    La LPO développe ses activités en partenariat avec de nombreuses collectivités territoriales, notamment la Région, l’État, des établissements publics, des fondations privées, des entreprises, des syndicats professionnels, des structures sportives et des associations de protection de la nature nationales, régionales, départementales ou locales.

    En soutenant nos programmes, en construisant avec nous des partenariats, en nous confiant des expertises sur la biodiversité, l’ensemble de nos partenaires a contribué en 2016 à la connaissance et à la protection de la vie sauvage et des espaces naturels.

    Certaines actions ne sont possibles que grâce aux dons reçus. C’est le cas en 2016 du suivi de la migration au col de l’Escrinet et des campagnes en vue de la protection des galliformes de montagne.

    Tous les projets menés en 2016 et ceux mis en avant dans ce rapport sont le fruit du travail et de l’engagement collectifs de tous les bénévoles et salariés de la LPO dans les douze départements de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

    Par leur regard artistique, l’ensemble des photographes nous aident à promouvoir la beauté du vivant.

    Le Conseil d’Administration de la LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes remercie l’ensemble des partenaires, les donnateurs, les bénévoles et les salariés pour leur engagement en 2016 à nos côtés.

    Les partenaires présents en 2016 lors du baguage d’un poussin d’aigle de Bonelli.©LPO Coordination Auvergne-Rhône-Alpes

  • 31

    siège social : Maison de l’Environnement 14, avenue Tony Garnier - 69007 Lyon

    Bureaux et adresse postale : 5, rue Bernard Gangloff - 01160 Pont-d’Ain

    tÉlÉphone : 04 37 61 05 06

    mail : [email protected]

    site : auvergne-rhone-alpes.lpo.fr

    contact

    @

    LPO COORDINATION auvergne-rhÔne-alpes

    ©Denis Simonin