Rapport Gestion Des Catastrophes Cameroun - Disaster Mitigation Report Cameroon

  • Published on
    11-Jun-2015

  • View
    5.786

  • Download
    10

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La ligne de crte du volcan mont Cameroun est toujours en activit; mais demeure silencieux. Les lacs Monoun et Nios qui dgagent des manations de gaz; ainsi que les installations industrielles proximit des grandes villes sont des dangers potentiels qui menacent l'environnement au Cameroun.

Transcript

REPUBLIQUE DU CAMEROUNMINISTERE DE L'ADMINISTRATION TERRITORIALE

PROGRAMME NATIONAL DE PREVENTION ET DE GESTION DES CATASTROPHES

DOCUMENT DE PROGRAMME

Rdig par MM. - Alfred GONDO - Franois F. NDJOCK BALOCK - Isaac NJILAH KONFOR

Yaound (Cameroun) Aot 1997. Programme Des Nations Unies pour le Dveloppement Dpartement des Affaires Humanitaires des Nations Unies

INTRODUCTIONLe Cameroun fait face depuis plus d'une dcennie divers types de catastrophes telles que : les inondations, les ruptions volcaniques, les manations de gaz toxique, les tremblements de terre, les risques oliens (ouragan, tornades, orages, foudre), la scheresse, les pidmies, les accidents de transport et les incendies de toutes natures. L'manation de gaz survenue en aot 1986 dans la zone du Lac Nyos et des rpercussions dramatiques sur la vie et l'activit humaines. Plus de cinq mille personnes furent affectes. Mille sept cent quarante six (1746) personnes trouvrent la mort. Dans le mme ordre d'ide, la scheresse qui a marqu la partie septentrionale du pays durant le dernier trimestre de l'anne 1990 a affect prs de deux cent mille personnes, dsorganis le tissu socio-conomique et rendu prcaire la production agro-alimentaire. De 1988 1994, les inondations ont rendu prs de vingt mille personnes sans abris. Pour faire face aux situations gnres par les catastrophes, le Gouvernement a labor en collaboration avec la DHA un projet de Programme National de Prvention et de Gestion des Catastrophes. L'objectif principal du projet est d'radiquer les difficults et combler les lacunes en renforant la capacit du Ministre de l'Administration Territoriale et d'autres dpartements ministriels impliqus dans la prvention et la gestion des catastrophes. Pour finaliser ce projet, le Ministre de l'Administration Territoriale avec l'appui financier du Programme des Nations Unies pour le Dveloppement (PNUD) et le Dpartement des Affaires Humanitaires des Nations Unies (DHA) a recrut une quipe de trois experts; un expert international, M.Alfred GONDO, du Dpartement des Affaires humanitaires et deux consultants nationaux Messieurs Franois F. NDJOCK BALOCK, conomiste et Isaac NJILAH KONFOR, go-scientiste environnemental. Le prsent document est le fruit des investigations de cette quipe d'experts. Il a t ralis partir : - de l'tude et de l'analyse des documents mis sa disposition par les diverses administrations publiques, parapubliques et prives impliques dans les problmes de prvention et gestion des catastrophes au Cameroun ; - de l'tude et de l'analyse des recherches et rapports d'tudes spcifiques ; - des entretiens avec les responsables centraux et extrieurs des ministres et autres institutions intresses ; - de visites de sites risques sur le terrain (sept

2 provinces sur dix ont t visites et des rencontres avec les responsables provinciaux ont t organiss sous la houlette des gouverneurs).* 1 L'quipe eu faire face un certain nombre de difficults venant : - du temps relativement courts imparti la mission. Cet handicap n'a pas permis de visiter toutes les provinces et d'laborer, grce de contacts et des entretiens plus pousss avec les responsables des administrations concernes des budgets affrents aux divers plans proposs ; - du manque de logistique qui a frein quelque peu le rythme d'volution souhaite des travaux ; - de l'incomprhension releve auprs de certains ministres dont des responsables n'ont pas cru devoir donner des informations et documents ncessaires au bon accomplissement de la mission. Nonobstant ces difficults, l'quipe a bnfici dans l'ensemble d'une collaboration fructueuse des administrations au niveau central et surtout au niveau de provinces. Cette collaboration a beaucoup contribu la sortie du document qui comporte sept (7) chapitres : 1 - Les gnralits qui dcrivent les contextes physique, socio-conomique et technologique pour permettre de dceler les origines des risques de catastrophes potentiels ; 2 - La typologie des catastrophes et la localisation des zones risques ; 3 - Le diagnostic de la situation de la prvention et de la gestion des catastrophes au Cameroun ; 4 - Le cadre conceptuel du Programme National de Prvention et de Gestion des Catastrophes ; 5 - Le dveloppement du Programme ; 6 - L'incidence du programme ; 7 - les facteurs de russite du programme et les recommandations.

* Seules les provinces de l'Adamaoua, de l'Est et du NordOuest non pas pu tre visites, faute de temps.

1

3

I - GENERALITES 1 - 1 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ET PHYSIQUE Le Cameroun, pays de l'Afrique Centrale, situ entre les 2me et 12me parallle de latitude Nord, les l8me et 16me parallle de longitude Est limit: - au Nord par le Tchad ; - au Sud par la Guine Equatoriale, le Gabon et le Congo ; - L'Ouest par le Nigria; - l'Est par la Rpublique Centrafricaine. Le pays s'tire sur plus de 1200 Km du Lac Tchad au Golfe de Guine et prsente grossirement la forme d'un triangle de 475.000 Km2 de superficie avec une population estime plus de 13.000.000 d'habitants (1996). 111 - LE RELIEF Le relief est assez vari. Ainsi les rgions basses se trouvent surtout au nord, dans l'intrieur du pays, alors que les plaines ctires sont relativement peu tendues. Entre ces deux ensembles s'lve la "dorsale" camerounaise, hautes terres qui, du Mont Cameroun la Rpublique Centrafricaine coupe le pays en deux, sparant aussi les rgions basses du Nord du vaste plateau Sud-Camerounais.(fig.1) A) - LES REGIONS BASSES Elles sont confines au Nord et se subdivisent en deux units distinctes spares par les Monts Mandara et le bombement de Kal. A la partie septentrionale, les plaines du Tchad s'abaissent progressivement de 550 280 m des monts Mandara aux rives du Logone. La partie Mridionale de ces rgions basses est occupe par la cuvette tectonique de la Bnou, cette cuvette est une plaine dprime entre les monts Pesk Bori, la rgion de Kal et les hautes terres de l'Adamaoua (Plateau de l'Adamaoua). B) - LES HAUTES TERRES Les hautes terres occupent l'essentiel du territoire dont 63 % de la superficie et se situent au dessus de 600 m

4 d'altitude. Elles se subdivisent en quatre ensembles bien individualiss : - Au Nord, les Monts Mandara, d'une altitude moyenne de 900 m, dominent la plaine du Diamar de plus de 500 mtres ; - Au Centre, le plateau de l'Adamaoua (1100 m d'altitude moyenne) prend en charpe la zone mdiane du pays et constitue le chteau d'eau du Cameroun. La transition avec les terres basses du Nord (Cuvette de la Bnou) est abrupte et souligne par la falaise de Ngaoundr. Par contre vers le Sud, ce plateau offre des pentes douces. - A l'Ouest, les hautes terres offrent une grande diversit de reliefs : moyennes montagnes, plateaux tags, bassins dprims comme les plaines de Mbo, de Ndop, ou la troue Bakossi, et grands difices volcaniques. Le Plateau Bamoun s'tend vers 1240 m d'altitude et est parsem de petits massifs volcano-tectoniques et d'appareils volcaniques. Il est surplomb par le plateau Bamilk qui atteint au pied des Monts Bamboutos (2740 m). Les Plateaux volcaniques de Bamenda, et les grassfields de Jakiri Nkamb, vers 1800 m d'altitude offrent des paysages de landes. Sud-Ouest, Nord-Ouest les massifs volcaniques forment une ligne de direction Sud-Ouest, Nord-Est depuis le Golfe de Guine jusqu'au Tchad. Cette ligne est constitue de grands appareils volcaniques tels le Mont Cameroun (4100 m) le Mont Manengouba (2396 m) les Monts Bamboutos (2740 m) et les Monts OKU (3008 m), les Rumpi Hills. Le Mont Cameroun est encore en activit et la dernire ruption date de 1982. - Au Sud, le Plateau Sud-Camerounais se trouve en contrebas de ces hautes terres qui le domine par un escarpement bien marqu entre Yoko et Lint. Les altitudes varient entre 650 et 900 m et la monotonie se trouve rompue par endroits par des pointements de petits massifs. C) - LES PLAINES COTIERES Elles couvrent une tendue beaucoup plus limite ne dpassant pas 150 Km de large entre l'Ocan Atlantique et le Plateau Sud-Camerounais dont le rebord se trouve marqu par un escarpement. Ces plaines ctires se subdivisent en trois entits dont le bassin du Ndian, le bassin de Douala et le Bassin Kribi-Douala. 112 - HYDROGRAPHIE Le Cameroun est drain partir du plateau de l'Adamaoua et de la dorsale Nyong-Sanaga selon quatre bassins versants principaux : les bassins Atlantique, du Congo, du Niger et du Tchad.(fig.2) A) - LE BASSIN ATLANTIQUE Il est constitu de la sanaga et les fleuves ctiers

5 (Nyong, Ntem, Mungo, Wouri) auxquels on associe galement des petits fleuves mal rgulariss tels la Lokoundj, la Kienk et la Lob. - La Sanaga avec ses 920 Km de longueur, et un bassin 140.000 Km2 est le principal fleuve du Cameroun. Elle prend source dans l'Adamaoua. Elle franchit les diffrentes units relief par de multiples chutes et rapides dont les derniers rencontrent Eda. - Les fleuves ctiers de l'Ouest (Ndian, Mungo, Wouri) se dirigent tous vers les rgions basses du Calabar - Rio Del Rey et vers le vaste estuaire du Cameroun. - La Manyu, ou Cross River, arrose la cuvette de Mamf et se dirige vers le Nigria. de sa de se B) - LE BASSIN DU CONGO Il est drain par deux principaux cours d'eau : La Kad et le Ngoko. La Kad recueille les eaux de la Doum et de la Boumb, rejoint la Mambr pour former la Sangha en Rpublique Centrafricaine - La Ngoko est constitue du Dja et de la Boumba, qui conflue avec la mme Sangha Ouesso au Congo. C) - LE BASSIN DU NIGER la Bnou et ses affluents appartiennent au bassin du Niger dont le principal est le Faro, qui collectent les eaux des hautes terres de l'Adamaoua septentrional, des Mandara et des Alantika. Le Mayo Kebi, affluent de la rive droite, vient du lac Tchad qui reoit en priode de fortes crues les eaux du Logone. D) - LE BASSIN DU LAC TCHAD Le Logone est le cours d'eau principal. Cependant on note galement la prsence des cours d'eau saisonniers appels "Mayos" qui dvalent les pentes des monts Mandara. Tous les cours d'eau du Cameroun prsentent des caractres communs : - Profil en long coup de rapides et de chutes ; - Peu profonds et encombrs de bancs de sable ; - Navigation rendue impossible ; - Potentiel nergtique trs important ; - Rgimes hydrologiques repartis en deux extrmes : * rgime quatorial 2 pointes de crues (saison pluvieuse) * rgime tropical sahlien une seule pointe et des maigres pouvant aller jusqu' l'tiage. Entre ces deux extrmes, on note toutes sortes de transition (rgime soudanien, rgimes complexes ou mixtes des fleuves grand bassin versant tals sur plusieurs rgions climatiques).

6 113 - C L I M A T Le Cameroun s'tend sur onze degrs de latitude et offre presque toute la gamme des climats intertropicaux. Par contre des reliefs importants et la proximit de l'Ocan introduisent des nuances climatiques. A) - LES TEMPERATURES Eleves dans l'ensemble (23,5c au Sud et 28c au Nord Garoua et Kousseri) les tempratures varient peu au cours de l'anne (2,4c Yaound, 7,7c Maroua). Les nuances montagnardes attnuent celles-ci (20 21c dans les rgions de hautes terres). - l'insolation varie galement peu et est trs importante dans le Nord au climat plus sec. B) - LES PRECIPITATIONS Les prcipitations diminuent du Littoral vers l'intrieur et du sud vers le nord, mais par contre augmentent avec l'altitude. L'humidit relative suit ces variations. C) - LES MASSES D'AIR Le Cameroun est sous l'influence de deux masses d'air provenant d'anticyclones (zone de haute pression), situes de part et d'autre de l'quateur ; Au sud, la mousson ou aliz du Sud-Est est issue de l'anticyclone de Sainte Hlne et amortit les carts thermiques et apporte la pluie ; L'harmattan ou aliz du Nord-Est vient de l'anticyclone saharien au Nord ; elle est stable et sche. La circulation de ces masses d'air est responsable de la diversit des prcipitations. D) - LES DOMAINES CLIMATIQUES Le pays est partag en trois domaines climatiques, le domaine quatorial, le domaine soudanien et le domaine soudanosahlien.(Fig.3) 1 - Le Domaine Equatorial Le climat quatorial se rencontre au Sud jusqu' 6 de latitude Nord et se partage entre deux types de climat : * Le type "Guinen" Ce climat se dveloppe sur le plateau Sud-Camerounais

7 et prsente quatre saisons (1 grande saison de pluie et 1 grande saison sche : 1 petite saison de pluie et 1 petite saison sche). La temprature moyenne est de 25c et la pluviomtrie oscille entre 1500 2000 mm. Il pleut toute l'anne. * Le Type "Camerounien" Trs humide et chaud, il se dveloppe dans le SudOuest littoral jusqu' Mamf et l'embouchure de la Sanaga. Les pluies sont abondantes (2 11 mm) et continues. La courbe pluviomtrique a un seul maximum. Les hautes terres de l'Ouest et du Nord-Ouest cause de l'altitude, prsentent des nuances avec une saison sche plus marque et une baisse des tempratures. 2 - Le Domaine Soudanien Tropical humide, il s'tend du 7 plus de 10c de latitude nord. On y trouve deux nuances : - la nuance soudano-guinenne d'altitude de l'Adamaoua avec des pluies plus abondantes (1500 mm par an). La saison sche dure cinq mois, les tempratures restent plus fraches avec des carts sensibles entre maxima et minima (34,6c en mars et 9,9c en janvier) ; - le climat soudanien classique se dveloppe dans la cuvette de la Bnou. Les tempratures sont leves (28c 45c au mois d'avril). Les pluies sont moins abondantes (< 1 mm).La saison sche dure six mois. 3 - Le Domaine Soudano-Sahlien Ce climat s'tend au nord sur les plaines de MayoDanay et du Diamar et les monts Mandara. Ce type est caractris par une svre diminution des prcipitations (Maroua, 815 mm) et une saison sche de sept mois. Au Nord du 11 de latitude nord, la plaine du Tchad est encore plus sche ; la saison de pluies est rduite trois mois avec de faibles prcipitations (400 700 mm) et l'vaporation est intense. 114 VEGETATION

La vgtation camerounaise est celle d'une Afrique intertropicale miniaturise, de la fort dense humide mridionale en passant par la savane centrale, la steppe nordique, et une fort et prairie de montagne. On dnombre environs 8000 espces, 1800 genres et 230 familles de plantes angiospermes reparties entre deux principales rgions, elles mmes subdivises en domaines(fig.4). A) - LA REGION CONGO-GUINEENNE

8 1 - Le Domaine Nigro-Camerouno-Gabonais C'est une zone de grande fort subdivise en fort littorale, en mangrove, en fort atlantique toujours verte csalpiniaces, en fort et prairies marcageuses inondables. 2 - Le Domaine Camerouno-Congolais Ce domaine englobe la fort verte du Dja, les forts marcageuses sterculiaces du Haut Nyong, Bourtia, la prairie aquatique Echinochloa et inondable du Haut Nyong et les prairies marcageuses. 3 caducifolie Le domaine Congo-Guinen de la fort semi-

Il runit la fort semi-caducifolies sterculiaces et ulmaces, de savanes herbeuses et arbustives. 4 - Le Domaine Afro-Montagnard de la fort toujours verte d'altitude Il comprend les forts submontagnarde et montagnarde et les prairies subalpines. B) - LA REGION SOUDANO ZAMBEZIENNE 1 - Le domaine Soudanien Il regroupe la savane soudano-guinenne, la s...

Recommended

View more >