Recueil d'anciens traités sur la guerre

  • Published on
    05-Aug-2015

  • View
    6

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

@

Joseph-Marie AMIOT

ART MILITAIRE DES CHINOIS

Art militaire des Chinois

partir de :

ART MILITAIRE DES CHINOIS, ou Recueil d'anciens traits sur la guerre,

composs avant l're chrtienne, par diffrents gnraux chinois. Ouvrages sur lesquels les aspirants aux grades militaires sont obligs de subir des examens. On y a joint Dix prceptes adresss aux troupes par l'empereur Yong-tcheng pre de l'empereur rgnant. Et des planches graves pour l'intelligence des exercices, des volutions, des habillements, des armes, & des instruments militaires des Chinois. Traduit en franais par le pre missionnaire Pe-king, revu, & publi par M. Deguignes.

Joseph-Marie AMIOT (1718-1793)

A Paris, chez Didot l'an, libraire imprimeur, rue pave, prs du quai des Augustins. MDCCLXXII. 400 pages+33 planches.

dition en mode texte par Pierre Palpant www.chineancienne.fr mars 2011

2

Art militaire des Chinois

TABLE DES MATIRESAvis

Discours prliminaire du traducteur Les dix prceptes de l'empereur Yong-tcheng aux gens de guerre.Prface de l'empereur, I. Il faut aimer & respecter ses parents, II. Il faut honorer & respecter ses ans, III. Il faut tre de bonne intelligence avec tout le monde, IV. Il faut instruire ses enfants & ses frres cadets, V. Il faut cultiver la terre avec soin, VI. Il faut se rendre habile dans l'exercice de la flche tant pied qu' cheval, VII. Il faut user d'conomie, VIII. Il faut s'abstenir du vin & des liqueurs qui enivrent, IX. Il faut viter le jeu, X. Il faut viter les combats & les querelles.

Les XIII Articles sur l'art militaire, par Sun-tse.Prface, I. Fondements de l'art militaire, II. Des commencements de la campagne, III. De ce qu'il faut avoir prvu avant le combat, IV. De la contenance des troupes, V. De l'habilet dans le gouvernement des troupes, VI. Du plein & du vide, VII. Des avantages qu'il faut se procurer, VIII. Des neuf changements, IX. De la conduite que les troupes doivent tenir, X. De la connaissance du terrain, XI. Des neuf sortes de terrains, XII. Prcis de la manire de combattre par le feu, XIII. De la manire d'employer les dissensions & de mettre la discorde.

Les VI Articles sur l'art militaire, par Ou-tse.Prface, I. Du gouvernement de l'tat par rapport aux troupes, II. Combien il est important de bien connatre ses ennemis, III. Du gouvernement des troupes, IV. Du gnral d'arme, V. De la manire de prendre son parti dans les diffrents changements qui peuvent arriver, VI. Des vritables moyens d'avoir de bonnes troupes.

Les V Articles sur l'art militaire, par Se-ma.Prface, I. De l'humanit, II. Prcis des devoirs particuliers de l'empereur, III. Prcis des devoirs particuliers de ceux qui commandent, IV. De la majest des troupes, V. Ide gnrale de la manire dont il faut employer les troupes.

3

Art militaire des Chinois

Extrait du livre intitul Lou-tao, sur l'art militaire.Prface, I. De la manire dont on faisait anciennement les gnraux, II. De la manire dont le souverain & le gnral se communiquaient leurs secrets.

Instruction sur l'exercice militaire.Prface, Exercice de ceux qui n'ont pour armes que le sabre & le bouclier, Premier Exercice, Second Exercice, Instruction sur la manire dont on doit faire l'exercice gnral.

Des armes, des habillements & des instruments qui sont l'usage des gens de guerre. Index @

4

Art militaire des Chinois

AVIS@p.V

Ces ouvrages sur l'art militaire des Chinois, traduits en franais

par le P. Amiot, sont dposs dans le cabinet de M. Bertin, ministre & secrtaire d'tat, qui ils ont t envoys de la Chine par le traducteur. C'est le fruit d'une correspondance suivie que ce ministre, plein de zle pour le progrs de nos connaissances, entretient, par la permission du Roi, avec des lettrs chinois que Sa Majest a honors de sa protection & qu'elle a combls de ses bienfaits, pendant le sjour qu'ils ont fait en France 1. Cette correspondance devient de plus en plus intressante & utile aux sciences aux arts, par les mmoires que ces lettrs envoient tous les ans, que le ministre se fait un plaisir de communiquer par la voie de l'impression. Tel est celui du P. Amiot, ouvrage qui a d coter beaucoup de peines ce savant missionnaire, dj connu par la traduction d'un pome de l'empereur de la Chine, contenant l'loge de la ville de Moukden, qui avait t envoy la Bibliothque du Roi, que j'ai fait imprimer l'anne dernire. J'ai apport les mmes soins & les mmes attentions dans la publication de celui-ci, je me suis fait un devoir de le donner tel que le P. Amiot l'a envoy ; j'ai seulement transpos quelques-unes des notes ; j'en ai divis quelques autres ; j'ai supprim quelques avis que l'impression rendaitp.VI

inutiles ou qui taient rpts

en diffrents endroits ; j'ai runi ou rapproch plusieurs observations qui m'ont paru devoir l'tre ; j'y ai ajout une table des matires. Du reste je me suis attach rendre cette dition entirement conforme l'original que le P. Amiot a paraph lui-mme la fin de chaque chapitre, dans la crainte que son manuscrit ne tombt en d'autres mains & ne ft altr.

1 MM. Ko & Yang. M. Parent, conseiller de la cour des Monnaies, est charg de cette

correspondance. Ses lumires & son zle rpondent parfaitement aux intentions du ministre.

5

Art militaire des Chinois

Il est arriv, dit-il plus d'une fois que sous prtexte de corriger ou de donner une nouvelle forme aux ouvrages qu'on reoit des pays si loigns, on les a tronqus ou dfigurs, soit en ajoutant o il n'tait pas propos de le faire, soit en retranchant ce qu'il fallait conserver, soit enfin en voulant donner le tout sa manire, qu'on croit prfrable celle des auteurs ; en consquence, au lieu de donner des connaissances sres & exactes, on n'a fait que multiplier les erreurs ou confirmer les fausses ides qu'on avait d'abord conues sur des rapports prcipits ou peu fidles : tout au moins on a obscurci les objets, au lieu de les clairer. Il me semble qu'on devrait se conduire l'gard des crits qui viennent de loin, comme on se conduit l'gard des ouvrages qui sont dj suranns qu'on veut rajeunir : on ne se permet d'autres changements que ceux qui ont rapport aux expressions & au style . C'est quoi je me suis born dans l'impression de ce recueil. Parmi les ouvrages militaires composs par les Chinois, il y en a six auxquels ils donnent le nom de King ou de classiques, ce sont ceux sur lesquels tout militaire doit subir un examen. Le premier est intitul Sun-tse. Le second, Ou-tse. Le troisime, Se-ma-fa. Le quatrime, Lou-tao. Le cinquime, Leao-tse. Le sixime, Tai-tsoung, Li-ouei-kong. Le P. Amiot n'a traduit que les trois premiers de ces ouvrages. Il a envoy le Sun-tse & l'Ou-tse en 1766, ils sont arrivs l'anne suivante. Il y a joint un ouvrage fait par ordre de l'empereur Yong-tcheng, concernant la conduite que les troupes doivent tenir, & il a mis la fin les exercices & les volutions des troupes chinoises, avec les dessins ncessaires. Le troisime, ou le Se-ma-fa, est arriv en 1769. Le P.p.VII

6

Art militaire des Chinois

Amiot parat avoir quelque envie de continuer ce travail : s'il l'envoie, si le public reoit favorablement celui-ci, on pourra donner la suite. Voil ce que j'ai rassembl, de quelques notes qui taient parses dans l'ouvrage du P. Amiot. Qu'il me soit permis d'y ajouter quelques observations sur les ouvrages qu'il a traduits. Tous sont en Chinois la Bibliothque du Roi dans un recueil qui est intitul Vou-king, c'est-dire Livres classiques des militaires. Le premier est Sun-tse : son vrai titre est Sun-tse-ping-fa, c'est--dire, Rgles de l'Art Militaire par Suntse ou Sun vou. Cet ouvrage tait en quatre-vingt-deux chapitres ; il n'en reste que treize. Un empereur de la Chine, nomm Vou-ti, de la dynastie des Ouei, qui vivait vers l'an 424 de J. C. a fait un commentaire trs estim, qui est intitul Ouei-vou-tchu-sun-tse. Il y a paru plusieurs autres commentaires de l'ouvrage de Sun-tse, sous la dynastie des Tang & sous celle des Song. Le second est nomm Ou-tse, autrement Ou-ki.p.VIII

Ou-tse tait du

Royaume de Ouei ou Goei. Le Pre Amiot en parle dans sa prface. Le troisime est Se-ma-jang-kiu, que l'on appelle communment Se-ma, nom de sa dignit. Il tait du royaume de Tsi, & vivait sous les Tcheou, avant J. C. Son ouvrage est intitul Se-ma-ping-fa, ou Rgles de l'art militaire par Se-ma. Le quatrime est intitul Ven-toui, c'est--dire, Demandes & rponses. Les demandes sont proposes par Li-chi-min ou Li-che-min, & Li-tsing-yo y rpond. Li-chi-min est le mme que Tai-tsong, empereur de la dynastie des Tang. Ce petit trait sur l'art militaire est divis en trois parties. Li-tsing-yo, autrement dit Tsing-yo-se, portait le titre de Goei-kong ou Ouei-kong. Le pre Amiot, qui en parle dans sa prface sur le Lou-tao, le nomme Tching-yao-che, ce qui est une faute de copiste ; il faudrait dire, conformment sa prononciation, Tchingyo-che. Tai-tsong vivait l'an 627 de J. C.

7

Art militaire des Chinois

Le cinquime, dans l'dition de la Bibliothque du Roi, est le livre intitul Goei-leao-tse. Le P. Amiot, qui en parle 1, le nomme Yu-leaotse. Ce Goei-leao-tse vivait avant l're chrtienne : on ignore de quelle province il tait. Son ouvrage, en forme de dialogue, est divis en vingt-quatre articles assez courts ; l'auteur y remonte l'origine de l'art militaire sous Hoang-ti. Plusieurs savants ont fait des commentaires sur cet ouvrage. Le sixime est le San-lio, compos par Hoang-che-kong, qui vivait, ce que l'on croit, sous la dynastie des Tsin, avant J. C. Il est divis en trois parties.p.IX

Le septime & dernier est intitul Lou-tao, il est attribu Liu-

vang, le mme que Tai-kong, qui vivait 1.122 ans avant J. C. au commencement de la dynastie des Tcheou. Cet ouvrage est partag en soixante petits articles ; le P. Amiot en a traduit seulement le vingtunime, qui traite de l'tablissement du gnral, & les vingt-quatrime & vingt-cinquime, qui tous les deux ont pour objet la manire de se communiquer les secrets. Ils sont runis tous les deux dans l'article II de l'extrait du Lou-tao. Voil les ouvrages fondamentaux sur l'art militaire chez les Chinois. Les deux ditions de ce recueil, qui sont dans la Bibliothque du Roi, sont numrotes 353 & 354 ; l'une & l'autre renferment les mmes ouvrages mais dans celle qui est numrote 354, les commentaires sont beaucoup plus tendus, & l'on a mis la tte un petit trait de l'exercice de la flche, tant pied qu' cheval, avec les figures. Cette dition a t faite sous le rgne de Kang-hi, mort en 1722 ; l'autre, sous celui de Van-li, qui mourut l'an 1620 de J. C. Les planches qui accompagnent la traduction du pre Amiot sont copies fidlement d'aprs les dessins enlumins qu'il a envoys ; on a simplement rduit ces dessins, qui taient plus grands. @

1 Prface du Lou-tao.

8

Art militaire des Chinois

DISCOURS DU TRADUCTEUR@p.001

juger des Chinois par leurs murs, par leurs coutumes, par

leurs lois, par la forme de leur gouvernement, en gnral par tout ce qui s'observe aujourd'hui parmi eux, on conclurait, sans hsiter, que ce doit tre la nation du monde la plus pacifique la plus loigne d'avoir les brillantes qualits qui sont les guerriers. Leur gnie, naturellement doux, honnte, souple & pliant, doit les rendre beaucoup plus propres au commerce de la vie, qu'aux actions militaires & au tumulte des armes. Leur cur, toujours susceptible de la crainte des chtiments, toujours resserr entre les bornes d'une obissance aveugle envers tous ceux que la Providence a placs sur leur tte, doit tre comme incapable de former ces projets hardis qui font les hros. Leur esprit, toujours touff, ds l'enfance, par un nombre presque infini de petites pratiques, fait que dans l'ge mme le plus bouillant, le sang ne semble couler dans leurs veines qu'avec une lenteur qui fait l'tonnement de tous les Europens. Leurs prjugs ou, si l'onp.002

veut, leur bon sens, ne leur font envisager qu'avec une

espce d'horreur cette triste ncessit, o des hommes se trouvent quelquefois rduits, d'attenter la vie d'autres hommes. Tout cela runi doit contribuer, la vrit, faire des fils respectueux, de bons pres de famille de fidles sujets & d'excellents citoyens, mais ne doit pas, ce me semble, inspirer du courage au soldat, de la valeur l'officier ni des vues au gnral. Cependant cette mme nation, depuis prs de quatre mille ans qu'elle subsiste dans l'tat peu prs o on la voit aujourd'hui, a toujours, ou presque toujours, triomph de ses ennemis ; & lorsqu'elle a eu le malheur d'tre vaincue, elle a donn la loi aux vainqueurs euxmmes. Ses Annales nous exposent sans fard le bon & le mauvais de chaque dynastie. Comme elles sont crites avec cette simplicit qui caractrise si bien le vrai, il me semble qu'on ne peut, sans quelque tmrit, rvoquer en doute ce qu'elles renferment. On y voit de temps

9

Art militaire des Chinois

en temps des traits de lchet qu'on aurait de la peine trouver ailleurs ; mais plus souvent encore on y admire des prodiges de bravoure, & un total d'actions & de conduite militaires dont ailleurs aussi il n'y a pas d'exemples bien frquents. Un Ou-ouang 1,p.003

un

Kao-ti 2, un Han-sin, un Tan-tao-tsi 3, un Ouen-ti 4, un Ou-ti 5, un Taitsou 6, un Che-tsou 7, presque tous les fondateurs de dynastie, quels politiques ! quels guerriers ! quels hros ! non, les Alexandres & les Csars ne les surpassent point. D'ailleurs, ces grands hommes, ces puissants gnies, qui ontp.004

fait de si belles lois pour le politique & le

civil, ne peuvent-ils pas en avoir fait d'aussi belles pour ce qui concerne le militaire ? Il ne me convient pas de m'riger en juge sur cette matire ; c'est nos guerriers qu'il appartient de prononcer cet gard. Le premier des ouvrages que je leur prsente, est le plus estim de tous : il a t compos par Sun-tse, un des plus vaillants & des plus habiles gnraux que la Chine ait eus. Les Chinois font si grand cas de cet ouvrage, qu'ils le regardent comme un chef-d'uvre en ce genre, comme un vrai modle, comme un prcis de tout ce qu'on peut dire sur l'art des guerriers. Leurs docteurs d'armes (car la milice a ici ses docteurs comme les lettres), leurs docteurs d'armes, dis-je, ne sont1 Ou-ouang est le fondateur de la dynastie des Tcheou : il monta sur le trne l'an 1112

avant J. C. 2 Kao-ti, autrement dit Kao-tsou, est le fondateur de la dynastie des Han : il monta sur le trne l'an 206 avant J. C. 3 Han-sin & Tan-tao-tsi sont deux fameux gnraux, dont les Chinois parlent encore aujourd'hui avec admiration : ils leur joignent Keng- kan, Ou han & Lai hi. 4 Ouen-ti, troisime empereur de la dynastie des Soung, & Ouen-ti, quatrime empereur des Han, sont fameux par leurs exploits militaires. Ouen-ti des Han rgnait l'an 179 avant J. C. & Ouen-ti des Soung monta sur le trne l'an 424 aprs J. C. 5 Ou-ti tait le sixime empereur des Han occidentaux ; il vivait 140 ans avant J.C. Il y a eu un autre Ou-ti, treizime empereur de la dynastie des Tsin, ou, pour mieux dire, neuvime empereur des Tsin occidentaux, lequel s'est rendu recommandable par...