Recueil des lettres de la Vénérable Anne-Marie Jahouvey. Tome quatrième

  • View
    218

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Auteur : Anne-Marie Jahouvey / Ouvrage patrimonial de la bibliothque numrique Manioc. Service commun de la documentation Universit des Antilles et de la Guyane. Bibliothque Alexandre Franconie, Conseil Gnral de la Guyane.

Transcript

  • MANIOC.org Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • MANIOC.org Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • RECUEIL DES LETTRES

    DE LA

    Vnrable Anne-Marie Javouhey

    TOME QUATRIME

    MANIOC.org Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • Nihil obstat.

    Angelus MARIANT, S. C. Adv.

    Sacr. Rit. Congregationis Assessor.

    Imprimatur.

    Parisiis, die 26 Junii 1915. H. ODELIN,

    V g.

    MANIOC.org Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • MANIOC.org Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • CLUNY. -- Les Rcollets

    LE PARACLET. Cour d'entre et clotre.

    Btiments rests tels qu'ils taient au temps de la Vnrable Anne-Marie Javouhey.

    JARDIN FERM DU NOVICIAT.

    La porte et les fentres marques d'une + indiquent la salle de l'ancien noviciat o se sont passes les journes des 26-28 aot 1845.

  • RECUEIL DES LETTRES

    DE LA

    Vnrable Anne-Marie JAVOUHEY Fondatrice et premire Suprieure Gnrale

    DE LA

    Congrgation de Saint-Joseph de Cluny

    TOME QUATRIME

    PARIS

    IMPRIMERIE J. MERSCH 17, VILLA D'ALSIA, 17

    1915

  • NOTE PRLIMINAIRE

    Ce quatrime volume des Lettres de la Vnrable Anne-Marie Javouhey comprend les annes 1843 et suivantes, jusqu' la Rvolution de 1848, et correspond au Livre VII du Tome second de la Vie de la Fondatrice revue et refon-due par le R. P. Kieffer.

    C'est la Grande preuve qui l'attend son retour en France. L'vque d'Autun lui fait sentir les rigueurs de son autorit et pense l'atteindre dans toutes les parties du monde o elle a propag son Institut. Mais la Providence lui suscite des dfenseurs (1) ; et elle-mme, toujours sur la brche, d'une main se dfend contre la formidable attaque, tandis que de l'autre elle multiplie ses fondations et les tend jusqu'aux les les plus lointaines de l'Ocan Pacifique (2).

    1. comme on le verra, dans les lettres de ce volume, la Vnrable Mre avait, Paris, dans ses difficults, un Conseil priv form sous la protection du Nonce, Mgr Fornari, et compos en particulier de Mgr Hilaire, vque de Bida, de M. Chtenay, vicaire gnral de Pamiers, et de l'abb Terrasse, aumnier de la Communaut. On peut y ajouter M. Rogeau, cur-doyen de Breteuil, et M. Rocault, cur de Cluny.

    2. Prface de la nouvelle dition, page xxv.

  • LETTRE 446e

    A LA R. MRE MARIE-JOSEPH JAVOUHEY

    Suprieure Paris

    La Vnrable Mre annonce son arrive en France.

    Bordeaux, vendredi 4 aot 1843.

    Ma bien chre et bien-aime sur et amie,

    Vous n'en douterez plus, je suis en France et assez bien por-tante, quoique fatigue. Je vais Limoux passer huit jours et je reviendrai par Bordeaux. Je vous demande une grande grce : c'est de me laisser arriver incognito. Je ne veux pas que personne vienne ma rencontre, ou je serai bien maussade, bien grognon; peu vous importe que ce soit huit jours plus tt ou plus tard.

    Adieu, toute vous. Votre sur.

    LETTRE 447e

    A LA MRE CLOTILDE JAVOUHEY

    Suprieure Limoux

    La Mre Fondatrice retarde son dpart pour Limoux. Sentiments d'humilit. Elle dsirerait Sur Adrienne pour Mana.

    Bordeaux, 6 aot 1843. Ma bien chre fille,

    Arrivant Bordeaux, mon premier mouvement a t d'aller vous voir avant tout. Et puis, j'ai pris une migraine de quarante-huit heures, et comme je ne pourrais rester que quelques jours

  • 8

    prs de vous, cela n'en vaudrait pas la peine. Je veux passer l'hiver dans vos parages. Ds que je saurai o en sont les affaires, je vous crirai. Je vais mettre la diligence 3.000 francs que je vous ai destins, et puis un peu d'bnisterie pour faire quelque joli placard. Si vous voulez attendre mon arrive pour l'employer, je vous dirai mon avis.

    Si vous saviez comme je trouve le monde ennuyeux ! ils ont trop d'esprit... Gomme je vais m'ennuyer, je ne suis plus bonne rien qu' travailler votre jardin avec les fous... N'importe, je suis l'obissance, je tcherai de m'en tirer de mon mieux; je crains de me tromper.

    Mille respects au digne M. Vidal. Donnez-moi des nouvelles de Mgr de Carcassonne. Mes amitis toutes vos chres filles et chers enfants, et au bon M. Naudin.

    Dites-moi si ma Sur drienne pourrait aller notre cher Mana; des Surs vont se rendre Bordeaux pour partir le 15 oc-tobre prochain sur le btiment qui m'a amene.

    Annette Peaucoup a 1.000francs, elle dsire les placer 5 % ; je vais les joindre aux miens; vous m'en enverrez un reu. Elle vous offre son respect.

    Adieu, ma bien chre fille, priez pour moi qui suis toute vous.

    LETTRE 448e

    A LA R. MRE ROSALIE JAVOUHEY

    Suprieure Cluny

    Ne faire connatre sa prsence en France qu' leurs plus intimes amis. La rassure son sujet.

    Bordeaux, 7 aot 1843.

    Ma bien chre et bien-aime fille, Mre et amie,

    Me voici prs de vous, mais n'en dites rien qu' nos plus intimes amis; le nombre en est-il bien grand?.. Je dsire que Sa

  • 9

    Grandeur l'ignore le plus longtemps possible. Je suis tranquille sans tre gaie; enfin que la sainte volont de Dieu s'accomplisse, c'est l toute mon ambition.

    Je serai Paris du 17 au 20 et je vous crirai ds que je saurai quoi m'en tenir. Adieu, ma bonne Chre Mre, toute vous mille fois.

    P.-S. Je trouve mon billet trop triste, vous allez croire que je suis malheureuse... non, non; je suis trs heureuse quand je pense que je vais vous voir bientt. Vous ne me reconnatrez peut-tre pas, tant je suis vieille! ce n'est que l'enveloppe qui a vieilli, le cur est toujours le mme. Allons, soyez tranquille, nous sommes entre les mains de la Providence ; tout ce qui vous entoure m'est cher. Adieu.

    LETTRE 449e

    A LA R. MRE MARIE-JOSEPH JAVOUHEY, A PARIS

    Lui annonce sa prochaine arrive Paris. L'excite la confiance en Dieu.

    Bordeaux, 14 aot 1843.

    Ma bien chre fille,

    Ne soyez pas en peine de notre retard ; nous avons fait beau-coup de choses ncessaires par le retour du btiment Cayenne; mais nous arriverons le 24 du prsent mois, la voiture est rete-nue.

    Que fait ma bonne Sur Bathilde? que j'aurai de plaisir la revoir, et puis tant de personnes qu'il serait trop long de nom-mer ! Allons, courage, le bon Dieu m'a fait de grandes grces, je suis persuade que tout ira bien, et si nous avons des croix, il sera notre force, notre lumire; ayons confiance.

    Adieu, toute vous.

  • 10

    LETTRE 450e

    A LA MRE CLOTILDE JAVOUHEY, A LIMOUX

    Est heureuse de se retrouver prs de la Chre Mre Rosalie. Elle a eu le bonheur de communier aprs deux ans de privations spirituelles. L'accueil qu'on lui fait la touche sensiblement. Elle ira Limoux aprs avoir visit les maisons du Nord.

    LA SAINTE VOLONT DE DIEU.

    Fontainebleau, 4 septembre 1843.

    Ma bien chre et bien-aime fille et amie,

    Nous voil enfin runies avec ma bonne Chre Mre Rosalie, depuis quelques heures, et dj nous sommes consoles de toutes nos grandes adversits. On m'a laisse partir de Cayenne sous le poids de la disgrce spirituelle; mais hier, deuxime jour de la retraite, j'ai eu l'inconcevable bonheur de recevoir mon Dieu, aprs deux ans de la privation la plus cruelle !

    Je suis heureuse et parfaitement heureuse au milieu de si bonnes Surs. Tout le monde me fait tant d'accueil que je crois qu'on se moque de moi; j'tais si peu accoutume aux marques de bienveillance, que je me surprends en larmes d'attendrisse-ment et d'tonnement de choses si nouvelles.

    Dites M. notre digne cur combien sa lettre m'a fait plaisir. Je vais visiter nos maisons du Nord et j'irai ensuite me reposer prs de vous pour vous soulager, si j'en suis capable. Avec quel plaisir j'embrasserai toutes nos chres et bonnes Surs! Remer-ciez bien celles qui m'ont crit, je ne puis rpondre, nous sommes en retraite.

    Adieu, toute vous pour toujours ; priez pour moi.

    P.-S. Ma bonne Chre Mre Rosalie vous embrasse; elle dort, et moi je vous dis courage!

  • 11

    LETTRE 451e

    A LA SOEUR MADELEINE COLLONGE

    Suprieure Cayenne

    Bienveillance de Mgr l'Evque de Meaux. La Vnrable a reu une bague de Mgr l'Evque de la Trinidad. Avis.

    LA SAINTE VOLONT DE DIEU.

    Paris, 8 septembre 1843. Ma bien chre fille,

    Vous dire ce que j'prouve de peine de ne pouvoir vous crire comme je le dsire! on ne me laisse pas un moment de libre, chacun veut me voir, me complimenter; cela me parat si extraordinaire qu'il me semble qu'on se moque de moi.

    Je suis marraine d'une cloche de notre chapelle de Fontaine-bleau. Mgr l'vque de Meaux (1) a voulu que mon nom ft imprim sur la cloche ct du sien. C'est son Grand Vicaire (2) qui est Suprieur de notre maison, que je me suis adresse pour ma retraite; il m'a admise la sainte table le deuxime jour ; jugez de mon bonheur !

    J'ai reu de Mgr l'vque de la Trinidad (3) une bague pr-cieuse (4) dont notre Saint-Pre le Pape lui a fait cadeau, et sur laquelle est le portrait du Saint-Pre ; c'est admirable !

    Continuez prier... J'ai bien des choses vous dire, mais je vous crirai longuement par nos Surs qui partiront avec M. La-fargue sur notre paquebot n 1 ; il sera Cayenne en janvier prochain avec beaucoup de choses pour vous et pour Mana. Vous aurez payer au dpart de M. Lafargue, vers les premiers jours de mars, 4.000 5.000 francs, je vous en donne avis d'avance.

    1. Mgr Allou. Il naquit Provins, le 21 janvier 1797, et fut vque de Meaux de 1839 1884. Il mourut Meaux, le 30 aot 1884.

    2. M. l'abb Oudry. Il fut plus tard cur de Moret, puis de Lagny, o il mourut le 11 dcembre 1894.

    3. Mgr Mac Donnell. 4. Cette bague est conserve, avec d'autres souvenirs, l