Réponses des candidats à l’élection présidentielle au ... ?· 66. Mai 2012. Réponses des candidats…

  • Published on
    17-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Mai 201266

    Rponses des candidats llection prsidentielle

    au questionnairetabli en commun

    par le Cluster maritime franaiset lInstitut Franais de la Mer

    Comme en 2007, lInstitut Franais de la Mer associ au Cluster maritime fran-ais a envoy, aux candidats llection prsidentielle un questionnaire de politique mari-time. Les onze questions retenues sont considres comme dterminantes pour le dveloppe-ment maritime de la France.

    Le questionnaire a dabord t envoy aux candidats des trois partis les mieux reprsents lors de la prcdente lection prsidentielle, savoir Nicolas Sarkosy, Franois Hollande et Franois Bayrou.

    Compte tenu, du poids grandissant de lcologie dans le discours politique, il a t dcid dy ajouter Eva Joly, puis, en raison de leur forte progression dans les sondages, Marine Le Pen et Jean-Luc Mlenchon.

    Seuls les quatre premiers ont rpondu.Les rponses sont galement publies sur le site Internet de lIFM.( www.ifmer.org)

    Actualit maritime

  • La Revue Maritime n 49367

    Rponses des candidats llection prsidentielleActualit maritime

    1) Politique gouvernementale (Livre bleu sur la stratgie maritime, suivi de son application, dbat annuel au parlement, CIMER, mise en place du Comit national de la mer et des littoraux, gouvernance) ?

    Rponse de Franois Bayrou

    La France est, avec sa zone conomique exclusive de 11 millions de km, le deuxime domaine maritime au monde. Cet atout majeur na pas, ce jour, t considr sa juste mesure. Les normes potentialits des ressources marines et maritimes et de mise en valeur de la zone conomique exclusive sont trs insuffisamment exploites. Lconomie maritime franaise reprsente, en activit et en emploi, autant que lauto-mobile. Qui le sait ?

    Comme en son temps le gnral de Gaulle lavait fait pour laronautique, le spatial, le nuclaire, le transport ferroviaire, les grands programmes de dfense, nous devons concevoir une stratgie. Il faut valoriser les fonds marins, capter des flux mariti-mes, dvelopper une base industrielle de technologies, mette en uvre des programmes dinnovation. Le commissariat aux stratgies que je veux crer fera entrer la politique de la mer dans les objectifs quil mettra en place.

    Le secrtariat gnral la mer, na pas le poids politique suffisant pour dfendre les intrts de cette grande cause. Le Livre bleu, est rest au niveau des louables inten-tions. Daucuns prconisent la cration dun grand ministre de la mer et de lOutre-mer : je considrerai cette ide, comme celle qui consisterait crer un grand organisme aussi prestigieux que le CEA ou le CNES. Il nous faut en tout cas une capacit de mai-triser le secteur, de capitaliser des socits, de financer la R&D spcifiquement pour le secteur de la mer. Nous avons des entreprises puissantes et respectes dans le domaine de lexploitation des ocans. Nous avons des PME nombreuses. Le march mondial est considrable. Son dveloppement est certain. Nous pouvons, en captant 10 % de ce march crer chez nous 300 000 emplois.

    Avec lIFREMER nous disposons dune trs belle institution, exemplaire au niveau mondial en matire de recherche. Avec peine plus de 200 millions deuros, son budget nest pas la hauteur des enjeux. Brest, en janvier dernier, jai dit que ce budget devrait tre doubl en cinq ans : le financement viendra de ltat et la mobili-sation de financements privs et de fondations. Il faut doter lIFREMER des moyens daccompagnement et danticipation de cette grande politique maritime que je veux promouvoir.

    Rponse de Franois Hollande

    affirmation dune ambition maritime pour la France est une exigence, une nces-sit pour construire notre avenir. Elle engage dabord les professionnels et les po-

    pulations concerns qui la traduiront au quotidien. Cest ce dialogue l que je souhaite rtablir durgence.

    L

  • Mai 201268

    Rponses des candidats llection prsidentielleActualit maritime

    La vision sectorielle et gographique des questions maritimes paralyse la mise en uvre dune vritable stratgie maritime pour la France. Aussi, une clarification de la gouvernance de la mer et du littoral est aujourdhui indispensable afin de redonner notre pays sa pleine dimension maritime notamment lchelle internationale. La France doit se donner les moyens politiques, administratifs, financiers, de grer la mer. La dcentralisation littorale doit le lui permettre.

    Il faut, par une politique maritime intgre, renforcer laction maritime de ltat mais aussi fdrer les rponses de ltat au niveau rgional, via les divisions in-terrgionales de la mer (DIRM) quil faut doter de moyens et comptences suffisants.

    Cest par laffirmation dune autorit politique unifie que pourra tre condui-te une politique maritime dfinissant les enjeux, rationalisant et harmonisant les poli-tiques publiques. Ltat, ne peut plus se satisfaire dun clatement de ses comptences maritimes sil veut tre un acteur reconnu et respect par nos partenaires.

    Si les principes noncs par le Grenelle de la mer et le Livre bleu sont int-ressants, aprs des mois dune riche concertation, ils ne sont suivis daucune rponse concrte. Par ailleurs, le Conseil national de la mer et des littoraux doit devenir un vritable conseil conomique et social des questions littorales et maritimes.

    Je suis convaincu quaprs tout ce travail dans lequel il y a des propositions intressantes, sans quelles aient t traduites de manire concrte par manque de finan-cement, de personnel affect en particulier sur les aires maritimes protges, quil nous faut maintenant acclrer le pas pour mettre en uvre une vritable stratgie maritime pour la France. Elle devra intgre la protection cologique des zones maritimes et lit-torales, le dveloppement de toutes les nergies marines renouvelables, la cartographie des zones littorales pour prvenir les risques ctiers et le dveloppement des activits conomiques.

    Rponse dEva Joly

    Trop de nos concitoyens ignorent limportance de notre Archipel France1 . Cest pourtant, un atout inestimable, nous ouvrant de multiples futurs. Face aux crises que nous vivons, aux dfis nergtique, alimentaire, environnemental que nous avons relever, notre position maritime, les savoirs que nous avons sus, construire au cours des sicles et qui de gnration en gnration senrichissent, constituent un patrimoine prcieux en mtropole et plus encore dans les territoires ultra marins . Une chance qui na pas su tre politiquement saisie au cours de ces dernires annes.

    Les propositions nont pourtant pas manqu :- dcembre 2006, remise du rapport Posidon, appelant de ses vux, la mise en place dune grande politique de la mer.- 2009, Grenelle de la mer avec son bouillonnement dides et de propositions, denga-gements aussi ...dont je regrette, que trop, soient aujourdhui sans suite.

    Il faut, en effet, une volont politique forte, continue pour sortir de notre

    1 Les caractres en gras sont prsents dans le texte original.

  • La Revue Maritime n 49369

    Rponses des candidats llection prsidentielleActualit maritime

    enlisement continental ; elle manque, elle a manqu. Il faut galement une gouvernance permettant le dcloisonnement, la mise en synergie des politiques concernes par la mer : pche, transport, tourisme, nergie, environnement, dfense, amnagement du territoire, formation, environnement, industrie, recherche...

    Sous cet angle, lide de rattachement des questions maritimes aux prrogati-ves du premier ministre, apparat justifie, tout comme celle des comits interminist-riels de la mer (CIMER) et du secrtariat gnral de la mer.

    Mais faisons le constat : cela ne fonctionne pas !Avec moins dun CIMER par an, limpulsion politique manque alors que le

    statut du secrtaire gnral de la mer ne lui donne que trs peu de visibilit externe et de moyens dagir. Aussi, je souhaite que la mer soit incarne au sein du gouvernement. Je souhaite que nous ayons un ministre de la mer dot de moyens suffisants et ayant dans ses prrogatives, les principaux secteurs maritimes. Cela ne peut suffire. Face lab-solue ncessit de construire une politique maritime intgre efficiente, je souhaite que les CIMER, sous la prsidence du premier ministre, soient maintenus et runis, non pas occasionnellement, mais chaque trimestre.

    La France doit enfin se tourner vers la mer !Je souhaite galement que les collectivits territoriales soient troitement asso-

    cies la gouvernance de la mer. Ports et navires, ne sont-ils pas troitement lis ? Je suis aussi attache ce que les engagements, pris par la France, soient tenus

    quils soient internationaux, europens ou nationaux. Ainsi, nous devons nous mettre en ordre de marche pour que les chances de

    la Directive cadre sur leau soient respectes. Lexistence de la conchyliculture et de la pche est troitement lie la qualit des eaux ctires, le tourisme littoral aussi. Je serai sur ce point trs attentive ce que les moyens attribus la recherche marine publi-que pour la connaissance des cosystmes marins, soit suffisante.

    Des engagements importants ont t pris lissue du Grenelle de la mer.Un comit de suivi existe, je souhaite quil cesse dtre une simple chambre

    denregistrement mais participe pleinement lvaluation des actions entreprises et puisse tre force de proposition.

    Rponse de Nicolas Sarkozy

    La France est naturellement, par sa gographie, deuxime espace maritime au monde, et par son histoire, une grande nation maritime. Cest pourquoi, jai souhait rno-ver la gouvernance des ocans afin de la rendre plus efficace et mieux adapte aux sp-cificits du territoire maritime. Cela sest traduit par la cration dun conseil national de la mer et des littoraux ainsi que par une large rorganisation de ladministration par faade (en mtropole) et bassin (pour loutre-mer), autour des prfets maritimes.

    Jai aussi entrepris la mise en place dune vritable stratgie nationale afin de dfinir, tous les 2 ans, les priorits dune politique maritime vritablement intgre

  • Mai 201270

    Rponses des candidats llection prsidentielleActualit maritime

    et des stratgies par faade et par bassin qui la dclinent (loi Grenelle 2).Mon but est de faire de la stratgie maritime franaise un axe majeur de la stra-

    tgie conomique du pays. Cest pourquoi, je souhaite notamment poursuivre dans cette voie qui lie la France terrestre et maritime. Le dveloppement de lAxe Seine pour faire de Paris une ville ouverte sur la mer est cet gard trs important.

    2) Scurit maritime (responsabilit de ltat du pavillon, mutualisation des moyens europens, participation financire des pays europens bnficiaires du transport maritime, scurisation de ce transport : ports, ctes, navires) ?

    Rponse de Nicolas Sarkozy

    Depuis 2007, le gouvernement a renforc la prsence de ltat en mer (surveillance des ctes et protection des approches maritimes, lutte contre les trafics de toute nature, combat contre les pollutions).

    Au dbut du quinquennat, 45 missions de ltat en mer ont t dfinies. La marine nationale participe 44 dentre elles. Jai voulu donner un sens la fonction de garde-ctes et les rflexions sur ce sujet, menes dans le cadre de llaboration du Livre bleu, ont men prendre deux dcisions majeures : la mise en place dun comit direc-teur plac directement sous la responsabilit du secrtaire gnral la mer et la cration dun centre de fonction garde-ctes.

    Parce que je souhaite protger et valoriser la mer en garantissant lindpen-dance stratgique du pays, le budget de la dfense nationale et les ressources de la ma-rine nationale ne seront jamais des variables dajustement

    Rponse de Franois Bayrou

    Le systme franais dorganisation des actions de lEtat en mer, articul sur les prfets maritimes, est un bon systme. Il doit tre adapt, mais je nentends pas quil soit remis en cause.

    La coopration europenne a su montrer son efficacit, mais doit encore tre renforce en amont et en aval. Les dispositifs de prvention doivent tre complts par de vritables sanctions, qui soient dissuasives. Le dispositif europen Atalante, mis en uvre dans la corne de lAfrique, doit tre poursuivi.

    La surveillance de nos frontires maritimes est un enjeu dune acuit parti-culire ; Mayotte, au premier chef, o jentends rserver des moyens adquats pour prserver nos intrts et lutter contre limmigration illgale.

    Rponse de Franois Hollande

    La prvention des accidents en mer, le traitement de leurs consquences et la lutte contre les trafics maritimes illicites constituent des enjeux majeurs de la politique maritime que je souhaite conduire. Les accidents rcents, notamment lchouement

  • La Revue Maritime n 49371

    en dcembre dernier du TK Bremen sur les plages morbihannaises, montrent que la protection du littoral est un enjeu permanent pour notre pays. A ce titre, larrt de la scurisation du dtroit du Pas-de-Calais par le remorqueur britannique Anglian Monarch, dans un secteur frquent par 800 navires/jour, nous oblige redfinir notre conception de la protection des ctes et son mode de financement en mme temps quil faudra rflchir aux moyens dviter la circulation des navires prs des ctes, par temps de tempter

    Cest par une coopration lchelle europenne et internationale renforce que nous pourrons amliorer la scurit et la sret maritime. Mais pour satisfaire cet engagement pour la suret et la scurit maritime, il faudra maintenir un niveau budg-taire suffisant afin dviter de rpercuter ces dpenses sur les collectivits locales.

    Pour complter cette politique, avec la surveillance de la navigation, nous de-vrons poursuivre la rforme des CROSS dont les missions de service public sont elles aussi dvolues aux DIRM. Un bilan devra tre conduit de lexprimentation du centre dEtel devenu centre national de surveillance des pches pour envisager dtendre cette exprience dautres activits.

    Enfin, le registre international franais, cr en 2005, considr comme pa-villon de complaisance par lITF, devra faire lobjet dune refonte et terme laisser place un pavillon europen, garant de la qualit et de la scurit des navires, des qui-pages et de leurs cargaisons, et assurant de bonnes conditions sociales aux marins.

    Rponse dEva Joly

    La scurit maritime est ma seconde priorit concernant la mer2. Face la ralit de trafics, nous avons besoin de revoir notre politique. Chaque accident, chaque catastrophe a t loccasion de faire avancer la scurit maritime. Ce seul postriori nest pas satisfaisant. Europe cologie les Verts considre quil est de la responsabilit des politiques danticiper, dagir, et quand les risques sont connus, non pas aprs, mais avant les catastrophes. Cest le sens de mes propositions.

    Pour moi, les choses sont claires : le gigantisme des nouveaux navires, la massifi-cation des substances risque transportes, la densification des trafics et la dgradation des conditions de travail ont au cours de ces dernires annes accrus considrablement les risques (ce constat est partag avec inquitude par les assureurs).

    Cette situation doit nous amener, renforcer les mesures de prvention, les moyens dintervention, revisiter la lgislation en vigueur au niveau international, eu-ropen et franais.

    Aussi, je demanderai la rvision de Montego Bay. Il est lgitime que les droits de ltat ctier soient renforcs face aux responsabilits qui lui incombent : scurit de...

Recommended

View more >