Roggiers évaluation des compétences

  • Published on
    05-Dec-2014

  • View
    245

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Transcript

<ul><li> 1. Comprendre lvaluation selon la PI Enjeux et questions rsoudre Xavier ROEGIERS Fs, 12 avril 2011 </li> <li> 2. Xavier Roegiers, avril 2011 Plan de lexpos Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Evaluation formative et valuation certificative Bien comprendre les critres Quand une comptence est-elle considre comme matrise ? Elaborer des situations dvaluation La remdiation, quelques points de repre </li> <li> 3. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Evaluer en termes de comptences, cest accepter de remettre en question les bases sur lesquelles lenseignant apprcie gnralement une production de llve. </li> <li> 4. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Que valorise-t-on gnralement ? En langue le respect de la consigne la lettre ; la perfection dans la matrise de la langue. En mathmatiques une bonne rponse finale ; des calculs corrects. </li> <li> 5. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Tout le monde est daccord pour dire que lidal serait un lve qui respecte strictement une consigne, qui matrise la langue la perfection, qui donne une bonne rponse finale ou qui effectue correctement un calcul. </li> <li> 6. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Mais il sagit dtre raliste : peu dlves y arrivent. Il faut alors se poser la question : comment apprcier les prestations de cette norme tranche dlves qui narrivent pas cette perfection ? </li> <li> 7. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? La Pdagogie de lIntgration apporte plusieurs rponses cette question : Elle valorise les lves qui effectuent une production quilibre, dfaut dtre parfaite. Elle valorise la manire dont un lve apprhende une situation complexe (critre de pertinence). </li> <li> 8. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? Elle valorise les lves qui utilisent correctement les outils de la discipline, mme si cette matrise nest pas parfaite (critre 2). Elle valorise le bon sens, le lien avec la ralit (critre de cohrence). </li> <li> 9. Xavier Roegiers, avril 2011 Quest-ce quvaluer en termes de comptences ? En termes de dispositif, elle valorise les mcanismes de vrification par llve lui- mme (par exemple, la grille de vrification). Dans certains cas, elle valorise loriginalit de la production. </li> <li> 10. Xavier Roegiers, avril 2011 2. Evaluation formative et valuation certificative La PI tente de clarifier les rles respectifs jous par lvaluation formative dune part et lvaluation certificative dautre part. </li> <li> 11. Xavier Roegiers, avril 2011 2. Evaluation formative et valuation certificative Elle parle de fonction formative et de fonction certificative, davantage que de dispositifs : situation au palier 1 ou 2 : fonction formative situation au palier 3 ou 4 : fonction formative, mais qui, dans des cas prcis, et contractualiss avec llve, peut jouer une fonction certificative. </li> <li> 12. Xavier Roegiers, avril 2011 2. Evaluation formative et valuation certificative Elle refuse que tout fasse lobjet dune certification tout moment. Cette position affirme le rle pdagogique de lcole, plutt quun rle de contrle quelle tend jouer de plus en plus (facteur dquit). Elle renforce la fonction dorientation que peut jouer une valuation. </li> <li> 13. Xavier Roegiers, avril 2011 3. Bien comprendre les critres Les critres sont des qualits attendues dune production. </li> <li> 14. Xavier Roegiers, avril 2011 3. Bien comprendre les critres Les critres sont indpendants les uns des autres ; lorsquon hsite sur le sens dun critre, on peut : (1)expliciter le critre, en quelques phrases (2)lorsquil y a plusieurs interprtations dun critre, choisir celle qui rend le critre le plus indpendant possible des autres. </li> <li> 15. Xavier Roegiers, avril 2011 3. Bien comprendre les critres Comment vrifier si une situation dvaluation et une grille de correction tiennent la route ? Cest de se poser les questions : - existe-t-il une rponse de llve qui respecte C1 et C2 sans respecter C3 ? - existe-t-il une rponse de llve qui respecte C1 sans respecter C2 et C3 ?, etc. </li> <li> 16. Xavier Roegiers, avril 2011 3. Bien comprendre les critres Les critres font lobjet dun contrat entre lcole et la socit civile (parents, lves) : ils doivent tre toujours transmis aux lves. Par contre, les indicateurs ne doivent pas ltre, du moins avant la production, ce seraient des indices trop vidents. </li> <li> 17. Xavier Roegiers, avril 2011 3. Bien comprendre les critres Les critres doivent tre compris avant tout comme un langage qui permet de remdier aux difficults des lves. En dlibration, cest un langage commun lensemble des enseignants des diffrentes disciplines qui permet de dcider de la russite dun lve. </li> <li> 18. Xavier Roegiers, avril 2011 4. Quand une comptence est-elle considre comme matrise ? Le principe qui prvaut est le suivant : un lve est considr comme comptent lorsquil obtient au moins 2/3 chaque critre minimal. Toutefois, si, pour un des critres minimaux, llve est un point du seuil des deux tiers, il est considr comme comptent. </li> <li> 19. Xavier Roegiers, avril 2011 4. Quand une comptence est-elle considre comme matrise ? Trois critres Un lve qui obtient 2/3, 2/3 et 1/3 est considr comme comptent (total de 5 points). Il a droit au bonus et au critre de perfectionnement. Celui qui obtient 3/3, 3/3 et 0/3 nest pas comptent malgr quil ait un nombre de points suprieur (6 points). </li> <li> 20. Xavier Roegiers, avril 2011 4. Quand une comptence est-elle considre comme matrise ? Deux critres Llve qui obtient 1/3 et 4/6, ou 2/3 et 3/6 sont comptents : ils ont droit au bonus et au critre de perfectionnement (si ce dernier est mrit). Par contre, un lve qui obtient 0/3 et 4/6, ni mme 0/3 et 6/6, nest pas comptent. De mme, un lve qui obtiendrait 2/3 et 2/6, ni mme 3/3 et 2/6 ne sont pas comptents. </li> <li> 21. Xavier Roegiers, avril 2011 4. Quand une comptence est-elle considre comme matrise ? Dans lapprciation dun critre, il faut tre attentif au fait quun indicateur ne fait qu indiquer Exemple Lorsquon a deux indicateurs, et quon doit attribuer deux points, chaque indicateur na pas ncessairement une valeur de un point. </li> <li> 22. Xavier Roegiers, avril 2011 5. Le rle du bonus Le bonus joue une double fonction. 1. Il encourage les lves avoir des prestations quilibres en termes de critres ; un lve X qui obtient 2/3, 2/3 et 1/3 pour les critres minimaux a droit au bonus, alors quun lve Y qui obtiendrait 2/3, 3/3 et 0/3 ny aurait pas droit ; pourtant tous deux totalisent le mme nombre de points </li> <li> 23. Xavier Roegiers, avril 2011 5. Le rle du bonus 2. Il permet de traduire travers une note chiffre le fait quun lve est comptent : un total de 6 sur 10 pour un lve comptent est plus significatif dans une moyenne quun total de 5 sur 10. Ceci a des incidences sur la moyenne de llve, mais aussi sur lensemble des rsultats lchelle du systme ducatif. </li> <li> 24. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Choisir une, deux ou trois situations ? Limportant est que chaque critre puisse tre valu trois reprises, de faon indpendante. Une situation unique suffit gnralement pour que chaque critre soit valu 3 reprises. </li> <li> 25. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Dans certains cas (rares), on peut recourir 2 ou 3 situations pour permettre dvaluer chaque critre 3 reprises au moins (ex. oral). On peut aussi travailler sur des variantes dune situation pour viter le risque de contamination (exemple : oral). </li> <li> 26. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Travailler sur une consigne unique, ou la dtailler en plusieurs consignes ? Une consigne unique garantit que la tche possde le niveau de complexit requis : on ne rduit pas cette complexit. Inconvnient : une consigne unique peut provoquer du tout ou rien , et handicaper les lves qui pourraient excuter une partie de la tche seulement. </li> <li> 27. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Un ensemble de 3 questions ou 3 consignes multiplie les chances pour llve de pouvoir effectuer des productions indpendantes (non lies des rponses ou des productions antrieures). </li> <li> 28. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Il faut toutefois que chaque question ou consigne garde toujours un niveau de complexit suffisant : dcomposer une question complexe en plusieurs questions revient valuer une somme de savoir-faire. Il faut galement que chaque consigne permette dapprcier chaque critre (rgle des deux tiers). </li> <li> 29. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Faut-il garder les mmes types de consignes que dans les situations antrieures ? Cela dpend fortement du niveau et du type de comptence dvelopper. Par exemple, chez des jeunes enfants, introduire une nouvelle consigne est une chose complique : on peut en gnral reprendre la mme consigne. </li> <li> 30. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Il en va de mme en formation professionnelle o la consigne sera souvent la mme, puisque la tche correspond lactivit professionnelle vise. Limportant est que le contexte de la situation, ainsi que la production attendue, soient nouveaux, en tout ou en partie. </li> <li> 31. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Est-il intressant de travailler sur des documents connus, sur des supports connus ? La rponse gnrale est non : le fait de travailler partir dun support connu va inciter lapprenant la restitution, ou induire chez lui lide quil pourrait se contenter de restituer des savoirs. </li> <li> 32. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Il faut cependant tenir compte du temps ncessaire pour quil prenne connaissance de ces nouveaux supports. </li> <li> 33. Xavier Roegiers, avril 2011 6. Elaborer des situations dvaluation Cest donc chaque niveau de la formation, pour chaque discipline, et mme pour chaque comptence que la problmatique de la nouveaut des supports doit tre oprationnalise. </li> <li> 34. Xavier Roegiers, avril 2011 7. La remdiation : quelques points de repre De tous les processus, le processus de remdiation est le plus important. Cest lui qui justifie le plus le rle de lcole en tant quinstitution destine jouer un rle pdagogique. </li> <li> 35....</li></ul>

Recommended

View more >