Saint Léopold Bogdan Mandic, « Le confesseur missionnaire ... ?· 1 Saint Léopold Bogdan Mandic,…

  • Published on
    20-Jun-2018

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

    Saint Lopold Bogdan Mandic,

    Le confesseur missionnaire de Padoue

    Il est n le 12 mai, 1866 Herceg-Novi, dans la baie de Kotor (Dalmatie du Sud

    lpoque, Montenegro aujourdhui).

  • 2

    Il a t semble-t-il un enfant plutt faible et fragile, si bien que ses parents

    lont baptis peine un mois aprs sa naissance dans l'glise paroissiale, un

    certain 13 juin, fte de la Saint Antoine de Padoue. Ils lui ont donn le nom de

    BOGDAN. Un nom trs significatif = don de Dieu. Le baptme est un acte par

    lequel nous devenons enfants de Dieu et amis du Christ : cest par ce nom que le

    Christ nous appellera ses amis : venez les bnis de mon pre. Pour Bogdan le

    Christ sera toujours le premier, le plus important de ses amis et tous les autres

    amis seront soumis cette amiti.

    Bogdan Mandic entra chez les capucins de Bassano del Grappa (Vntie) en 1884,

    aprs avoir fait des tudes au petit sminaire de Udine (Province de Venise) et

    reut cette occasion le nom de frre Lopold. Pendant ses tudes de thologie,

    en 1887, le petit frre quil tait (il mesurait seulement 1m50 !) se sentait appel

    trs clairement par le Seigneur tre missionnaire en Orient, pour oeuvrer la

    reconstitution de la pleine unit entre l'Eglise latine et les Eglises orientales

  • 3

    encore spares : J'entendis la voix de Dieu qui m'invitait prier et

    promouvoir le retour des Orientaux l'Unit catholique .

  • 4

    Religieux, ses confrres le nommaient il compendio dell uomo , labrg de

    lhomme. Lui mme disait avec une grande simplicit : Je suis vraiment un

    homme de rien ; mieux, je suis ridicule. Il ne mesurait quun mtre cinquante, il

    ntait pas beau, avait une dmarche lourde et gauche et, ce qui lattristait par-

    dessus tout, il avait une prononciation dfectueuse. Il ne pouvait ni prcher, ni

    lire, ni parler en public, il savait seulement confesser. Par grce, il prononait

    sans faute les paroles de la conscration et celles de labsolution.

    Il est devenu le prtre 20 septembre 1890 Venise. Il ne lui a pas t permis

    daller Herceg-Novi pour clbrer sa premire messe au milieu des siens. A la

    place, les suprieurs ont envoy aux parents une photo de son ordination. Il est

    aussitt nomm confesseur Venise o il restera 7 ans. A partir de ce jour, va

    se dvelopper ou plutt se renforcer l'amour quil a pour les pcheurs et le dsir

    de devenir un outil de rconciliation avec Dieu et entre les hommes. Il aura

    besoin de beaucoup de patience avec ceux qui laccusent dtre trop large de

    cur avec les pnitents. Mais lui sentait que Dieu voulait qu'il soit un prtre

    avec un coeur qui ne rejette personne.

    Alors quil tait dj g, le frre Lopold racontait comment huit ans,

    svrement puni par son cur pour une affaire sans importance, profondment

    pein, il stait dit : Quand je serai grand, je veux me faire moine, devenir

    confesseur et user de beaucoup de misricorde et de bont avec les mes des

    pcheurs .

    Aprs 7 annes Venise, il est nomm suprieur de l'hospice capucin de Zadar

    (Croatie) pour trois ans, avant finalement de redevenir confesseur dans

    diffrents couvents, dont celui de Padoue, en 1906. Lui ne mettait pas

    dopposition malgr ses dsirs qui taient bien diffrents, car il savait que l o il

    serait nomm, il pourrait en confessant faire beaucoup de bien. Il restera fidle

    confesseur Padoue jusqu'en 1942 avec un bref pisode en Italie du Sud.

  • 5

    Missionnaire pour l'Orient...en Italie !

    Progressivement le Seigneur va introduire le Pre Lopold dans l'intelligence de

    Ses desseins, et lui rvler que c'est bien depuis Padoue, qu'il va tre

    missionnaire pour les orientaux. Un jour, il avouera un de ses confrres, qui lui

    demandait pourquoi il ne parlait plus de partir en Orient comme auparavant : Il

    y a peu de temps, j'eu l'occasion de rencontrer une sainte me et de lui donner la

    communion. Aprs qu'elle l'eut reue, elle me dit : '' Jsus m'a ordonn de vous

    dire que toute me que vous assistez ici dans la confession, est votre Orient.''

    Vous voyez donc mon cher continua-t-il Dieu me veut ici et non aux missions .

    C'est donc travers son humble vie de confesseur qu'il va raliser l'appel de

    Dieu. En 1935, il crivait : selon la grce de ma vocation en faveur des

    Orientaux, je m'engage par voeu : partir de ce moment, le but exclusif de mon

    existence sera d'obtenir que se ralisent le plus tt possible en faveur des

    Dissidents orientaux, les paroles de Notre-Seigneur Jsus-Christ : '' Il n'y aura

    qu'un seul bercail et un seul Pasteur''

    .

    Le pre Lopold fera de toute sa vie une vritable offrande en faveur de cette

    intention. Sa vocation oecumnique, il la vivait ainsi de faon cache. C'est depuis

    son confessionnal, o il recevait sans repos d' innombrables pnitents, qu'il

    travaillait l'unit de l'Eglise. En pleurant, il confiait : Je serai missionnaire

    ici, dans l'obissance et dans l'exercice de mon Ministre . Le saint Sacrifice

    de la Messe, dont il faisait le centre de toute sa vie spirituelle, sera le moyen

    principal sur lequel il comptera pour obtenir le retour des orientaux. Il avait dans

    ce Mystre une foi si surnaturelle, qu'il tait certain d'tre exauc dans ses

    intentions : Ce que je demande dans le sacrifice de la Messe, n'est rien en

    comparaison de ce que j'offre : le Fils de Dieu Lui-mme. La divine Victime qui

    s'offre dans les Saints Mystres tant infinie, jamais la faveur qui est

    demande ne sera aussi grande que la victime qui s'offre .

  • 6

    Les piliers de sa vie spirituelle

    Le Pre Lopold est certain dtre exauc. Cette certitude lui vient de sa foi en

    la Vierge Marie cordemptrice - toute sa vie, il a espr raliser un ouvrage sur

    ce sujet - et de sa foi en la valeur inestimable du Saint Sacrifice de la messe.

    Cette double confiance inbranlable explique aussi, sans aucun doute,

    lextraordinaire fcondit de son ministre au confessionnal.

    Marie, sa patronne

    Ses pnitents connaissaient bien son amour plein de tendresse envers celle quil

    appelait sa patronne .

    Devant son image, il renouvelait chaque jour le bouquet de fleurs, comme un

    symbole de son amour sans cesse renouvel.

    Parfois tout coup il demandait la permission de sabsenter un instant, allait

    prier devant lautel de la Vierge, puis sen revenait le visage brillant de joie.

    Lourdes

    Il eut limmense joie de pouvoir se rendre Lourdes, il y fut favoris de grces

    extraordinaires : la Vierge lui fit comprendre quil devait commencer derechef sa

    vie spirituelle, tout ce quil avait fait jusqualors ntant rien ! ( il avait alors 48

    ans ! ) Cest ce que dans son humilit il se borna crire au dos dune image de

    Marie.

    A laller tandis quil visitait la cit du Cottolengo, Turin, alors que personne ne

    le connaissait il fut lobjet dune vnration extraordinaire, lui, ce pauvre capucin,

    minuscule et chtif tranant ses pieds mal forms dans de pauvres sandales ;

    tous lentouraient, sagenouillaient devant lui, cherchaient lui baiser la main,

    recevoir sa bndiction...

    Au retour un miracle sauva sa vie et celle de ses compagnons. La voiture se

    trouva en face du tramway, impossible de passer deux. A la stupeur de ceux qui

    assistaient la scne, le choc de plein fouet, invitable, ne se produisit pas. On

    prit quelques jours aprs les mesures, ctait impossible ! La chausse stait

  • 7

    donc largie pour les laisser passer ! Quand ceux qui avaient assist la scne

    dcouvrirent que le Pre Lopold tait dans la voiture, ils lui attriburent le

    miracle mais lui leur dit : Cest la Vierge qui nous a sauvs !

    La messe est le centre de sa vie

    Pour tre vraiment pur, il se confessait tous les soirs. Son dner tait toujours

    frugal ; il voulait avoir un sommeil lger, tre dispos le matin et avoir lesprit

    lucide en vue de la grande action quil allait accomplir. Il se levait toujours, avec

    lautorisation des suprieurs, plus tt que les autres et restait, avant la messe,

    une heure en prire. Aprs la conscration, son visage apparaissait souvent

    comme transfigur et baign de larmes.

    Quand je clbre la Sainte Messe, ma pense se porte vers tous ceux qui se

    sont adresss moi. Au moment daccomplir les saints mystres, jembrasse de

    toute lintensit de mon me tous ceux qui ont eu recours moi. Alors, mon cceur

    se dilate dans la certitude de la grce, car ce que je demande la Sainte Messe

    nest rien en considration de ce que joffre.

    Les faits confirment : il affirme un jour un pre de famille dont la fille est

    mourante : Monsieur Berto ne craignez rien ; ayez la foi que vous avez toujours

    eue. Demain cest la fte de Saint Joseph, je me souviendrai de votre fille la

    Sainte Messe et elle gurira. Ce qui arriva au moment mme o le Pre Lopold

    clbrait la messe.

    Une autre fois, cest un pre de famille press de trouver un mdecin pour sa

    femme qui se meurt dans un accouchement impossible, quil envoie la messe,

    lhomme objecte lurgence ; le Pre Lopold lui rpond : Je vous dis daller tout

    de suite entendre la Sainte Messe ! . Lhomme obit cette injonction. Quand il

    rentra chez lui, aprs la messe, sa femme avait accouch sans difficult dun

    trs beau bb !

  • 8

    Le matin aprs avoir clbr la messe, je vais tout de suite confesser parce

    que des mes mattendent, mais en confessant, je suis toutes les messes de mes

    confrres. Du Sanctus la Conscration, il se levait et se recueillait,

    interrompant la confession.

    Signe de gratitude du Seigneur, quinze jours avant sa mort, alors que la stnose

    de l oesophage tait totale et quil ne pouvait strictement pas salimenter (ni

    normalement, ni au moyen dune sonde) il put, chaque jour, absorber les saintes

    espces, ce qui au plan naturel tait impossible.

    Martyr du confessionnal

    Il clbra le sacrement de la rconciliation, exerant son ministre comme

    lombre du Crucifi... Sa grandeur est dans limmolation, dans le don de soi, jour

    aprs jour... dans lhumilit dune cellule-confessionnal... (Jean-Paul II, discours

    de canonisation.)

    Cette cellule resta miraculeusement intacte au milieu des ruines - comme lavait

    prdit le Pre Lopold, qui avait eu la vision des souffrances qui allaient sabattre

    sur lItalie, au cours de la 2e guerre mondiale. L, dans quelques mtres carrs,

    priv dair et de lumire, il se tint la disposition de tous, pendant prs de

    cinquante ans, dix, douze, parfois quinze heures par jour, toujours souffrant,

    trs souvent puis par la fivre.

    Voyant Jsus clou sur la Croix, il se disait lui-mme : Moi aussi, je resterai

    ici jusqu puisement, jusqu la mort. Les mes ont bien plus de prix que ma

    pauvre vie.

    Toujours disponible

    Son dsir dtre utile aux mes tait immense. A quelques jours de sa mort son

    gardien lui demanda de prendre un peu de repos, mais lui, tomba genoux et

  • 9

    supplia : Pre, ayez piti de moi... Il y a tant de bien faire ! Il avait demand

    la grce de pouvoir confesser jusqu la mort, grce quil obtint. La veille de sa

    mort il confessa entre autres, une cinquantaine de prtres...

    - Pre comment faites-vous pour tenir si longtemps au confessionnal ? lui

    demanda un jour un confrre -Voyez-vous, rpondit-il avec un sourire, cest ma

    vie ! -Mais il faudrait songer quelque repos ! - Non, non de grce, ce serait ma

    mort !

    Si, peine sorti du confessionnal la cloche annonait un nouveau pnitent, il

    revenait aussitt sur ses pas et manifestait sa joie disant : Me voici, monsieur,

    me voici !

    Mme tard le soir, quand il tait dj au lit, si un confrre demandait se

    confesser, il rpondait sans le moindre signe dimpatience : Me voici ! et se

    levait immdiatement.

    Le style de Jsus

    Une authentique image de Jsus dit Paul VI dans son discours pour la

    batification. Il y a en lui quelque chose de la douceur que Jsus devait avoir

    envers les pcheurs repentants , affirme un de ses pnitents.

    De Jsus, il avait la compassion, lui, le directeur spirituel avis, rempli de

    sagesse et de simplicit. Il coutait et compatissait, mais surtout intercdait

    avec tant de foi et de puissance quil tait bien rare quune situation douloureuse

    ne sarrange pas quand elle lui tait confie : ctait un chmeur qui retrouvait du

    travail, un enfant qui gurissait, une famille qui retrouvait la paix...

  • 10

    Comme Jsus, il avait un amour de prdilection pour les enfants sur lesquels il

    exerait une vritable attraction, ils allaient souvent le saluer et demander sa

    bndiction. Il les accueillait toujours avec bonne grce, leur remettait quelque

    image et surtout les encourageait tre bons et obissants.

    Je fais un peu pnitence pour ceux que jai confess... disait- il ceux qui

    stonnaient de le trouver en prire, puis une heure tardive de la nuit.

    Il savait quil possdait un trsor dans cette inimaginable misricorde de Dieu

    selon son expression. Il savait aussi que par lui lhumble et indigne ministre,

    ctait Dieu qui agissait et pouvait raliser des merveilles.

    Cest Dieu qui oeuvre dans les mes ; nous, nous devons disparatre .

    Il coutait, suggrait, pardonnait : peu de paroles, une consigne, un regard vers

    le crucifix, parfois un soupir. Dordinaire rien de plus ; mais personne ne sortait

    de cette treinte spirituelle sans se sentir renouvel et prouver au fond du

    cur une esprance nouvelle.

    Lui qui dispensait tous la paix, vivait souvent dans langoisse, Il avait peur de la

    mort : comment ne pas en avoir peur si mme Jsus trembla devant elle et pria

    son Pre dloigner de lui ce calice amer ? Pourtant ce qui meffraie le plus, ce

    nest pas tant le fait de notre dissolution physique, que la pense quaprs la mort

    nous attend le terrible jugement de Dieu. Et je suis pcheur. Que le Seigneur

    daigne avoir piti de moi !

    Dans ces temps dpreuve, sa vie entire lui semblait un chec : il avait perdu les

    mes, stait perdu lui-mme ; oppress de toute part il ne savait plus o se

    rfugier, qui appeler au secours, il recourait alors son confesseur deux ou trois

    fois par jour, mme en pleine nuit, celui-ci parfois le renvoyait avec des paroles

    sches. Seule lobissance son pre spirituel le sauvait.

  • 11

    On lui reprochait parfois une indulgence excessive pardonner il rpondit une

    fois : Il y a quelque chose que je regrette, cest davoir, ne fut-ce que de rares

    fois, refus labsolution .

    Un professeur crit : Ctait l peut-tre un des nombreux secrets du Pre

    Lopold pour attirer les mes Dieu : toujours de la bont, de laffection, de la

    comprhension, de la douceur, je dirais mme de la tendresse. Nul navait

    limpression de se trouver en face dun juge, mais dun pre ou plutt dune mre

    tant il avait dgards en rappelant au devoir, en corrigeant, en traant la voie

    droite.

    Que nous disent donc les mains de saint Lopold, humble serviteur du

    confessionnal ? Elles nous disent que lEglise ne peut jamais se lasser de rendre

    tmoignage Dieu qui est amour ! Elle ne peut jamais se laisser dcourager et

    abattre par les contrarits, car la pointe extrme de ce tmoignage se dresse

    immuablement, dans la Croix de Jsus-Christ, au-dessus de toute lhistoire de

    lhomme et du monde.

    Rcapitulatif

    Le grand amoureux du Mystre eucharistique

    Les tmoignages sont nombreux : le Pre Lopold tait littralement passionn

    par le Mystre eucharistique :...

Recommended

View more >