of 52/52
Enseignant : Prof. A. KONIN

Support Mt Deconstruction

  • View
    14

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

couts

Text of Support Mt Deconstruction

  • Enseignant :

    Prof. A. KONIN

  • SOMMAIRE

    AVANT - PROPOS........................................................................................................................................................... 1

    CHAPITRE 1 : GENERALITES .................................................................................................................................... 1

    1. QUELQUES DEFINITIONS.............................................................................................................................................. 2

    1.1. Dmolition.......................................................................................................................................................... 2

    1.2. Dmantlement (nuclaire) ................................................................................................................................ 2

    1.3. Dconstruction ................................................................................................................................................... 3

    1.4. Dclassement...................................................................................................................................................... 3

    2. MARCHE DE LA DECONSTRUCTION.............................................................................................................................. 4

    3. ELEMENTS DE LEGISLATION........................................................................................................................................ 4

    3.1. Le permis de dmolir et le CCTP de dmolition ................................................................................................ 4

    3.2. Autres aspects rglementaires............................................................................................................................ 6

    CHAPITRE 2 : TRAVAUX PREALABLES A LA DECONSTRUCTION ................................................................ 8

    1. DESAMIANTAGE.......................................................................................................................................................... 9

    1.1. Amiante : dfinition qualits dangers dexposition ...................................................................................... 9

    1.2. Dsamiantage................................................................................................................................................... 10

    1.3. Etapes du dsamiantage................................................................................................................................... 11

    1.4. Appareils de mesure de lamiante .................................................................................................................... 12

    2. DEPLOMBAGE ........................................................................................................................................................... 13

    2.1. Plomb : Dfinition dangers dexposition ...................................................................................................... 13

    2.2. Dplombage ..................................................................................................................................................... 14

    2.3. Appareils de mesure du plomb ......................................................................................................................... 15

    3. CURAGE.................................................................................................................................................................... 15

    3.1. Curage : Dfinition - Ncessit ........................................................................................................................ 15

    3.2. Mthodes de curage ......................................................................................................................................... 16

    CHAPITRE 3 : TECHNIQUES DE DECONSTRUCTION DES OUVRAGES....................................................... 18

    1. INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 19

    2. DECONSTRUCTION MANUELLE .................................................................................................................................. 19

    2.1. Drasement ou crtage................................................................................................................................... 19

    2.2. Sapement .......................................................................................................................................................... 20

    3. DECONSTRUCTION MECANIQUE ................................................................................................................................ 21

    4. DECONSTRUCTION A LEXPLOSIF .............................................................................................................................. 22

  • Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    5. DECONSTRUCTION PAR EXPANSION .......................................................................................................................... 25

    5.1. Mthode carteurs et vrins...................................................................................................................... 25

    5.2. La technique du mortier expansif.............................................................................................................. 25

    5.3. Dmolition par expansion : de nombreux avantages................................................................................ 26

    CHAPITRE 4 : SECURITE ET IMPACT ENVIRONNEMENTAL ........................................................................ 27

    1. INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 28

    2. DISPOSITIFS SECURITAIRES ....................................................................................................................................... 28

    2.1. Manipulation d'engin de chantier : dmolition et scurit............................................................................... 29

    2.3. Dmolition et scurit : risques d'croulement du btiment ............................................................................ 30

    2.4. Risques dus l'emploi d'explosif pour une dmolition..................................................................................... 30

    2.5. Dmolition et scurit : quipement de base du travailleur............................................................................. 30

    2.6. Mesures de prvention des accidents ............................................................................................................... 30

    3. FILIERES DE VALORISATION DES DECHETS ................................................................................................................ 31

    3.1. Catgorie de gravats ........................................................................................................................................ 31

    3.2. Traitement des gravats ..................................................................................................................................... 33

    3.3. Enlvement des gravats.................................................................................................................................... 35

    3.4. Option de valorisation des dchets de dmolition............................................................................................ 36

    4. GESTION ENVIRONNEMENTALE................................................................................................................................. 37

    4.1. Dblaiement : la fin du chantier de dmolition................................................................................................ 37

    4.2. Dcontamination .............................................................................................................................................. 38

    4.3. Techniques de dcontamination d'un sol.......................................................................................................... 38

    ANNEXE ......................................................................................................................................................................... 40

  • AVANT - PROPOS

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    AVANT - PROPOS

    Le document qui suit est le support de cours de Mthodes et Techniques de Dconstructiondispens aux apprenants en Master I de la filire Gnie Civil la Fondation 2IE. Lobjectif de cecours est de former les auditeurs aux procds et technologie de dconstruction des infrastructures.Ce support est structur de la faon suivante :

    - Les 2 premiers chapitres portent sur la prsentation du bton prcontraint et la rglementation en vigueur.

    - Les 4 autres chapitres prsentent les mthodes de calcul douvrages en bton prcontraintsuivant la mthode des tats limites.

    Ce cours est orient infrastructures et btiments compte tenu de la formation de lauteur.

    Les apprenants sont galement invits consulter tous les ouvrages qui traitent de la dmolition ou du dmantlement des infrastructures.

    BIBLIOGRAPHIE

    1- J-F Milleron : La dmolition techniques et metiers connexes, Techniques de lIngnieur, 2009

    2- M. Pigeon, D. Beaupr : Guide pratique des techniques de dmolition et dextraction du bton dtrior, ACRGTQ, 1990

    3- P. Cormon : Procds de dmolition des ouvrages, Eyrolles, 1985

    4- Voir le site du SNED (Syndicat National des Entreprises de Dmolition), 2013

  • 1Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    CHAPITRE 1 : GENERALITES

  • 2Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1. QUELQUES DEFINITIONS

    Afin de rpondre aux problmatiques du dveloppement durable, lactivit de dmolition est devenue une spcialit part entire. De plus, le nombre croissant de centrales nuclaires qui sont en fin de vie, ne permet plus la simple mise larrt de ces centrales. Des dispositions durables doivent tre prises afin de prserver lenvironnement et la plante. Ainsi, de nouveaux termes et expressions consacres sont aujourdhui utiliss. Certains termes sont dfinis ci-aprs.

    1.1. DEMOLITION

    La dmolition est la destruction duvres de gnie civil telles que des btiments, des infrastructures de transports (de biens, dnergie ou de personnes), etc. La dmolition est lorigine dun volume important de dchets (500 millions de tonnes par an en France). Ces dchets sont rpartis, dans la plupart des pays dvelopps, en plusieurs catgories selon leur nocivit. On distingue :

    1.1.1. Les dchets inertes

    Ce sont les dchets non toxiques et qui ne subissent aucune modification dans le temps (gravats, briques, mortier, ciment, bton, etc.). Ils seront retraits en plate-forme de tri, centre denfouissement de type III. Ces dchets sont appels dchets de classe 3.

    1.1.2. Les dchets inertes

    Ce sont les dchets rputs non dangereux assimilables aux ordures mnagres (emballages, cartons, PVC, pltre, vgtaux, mtaux, etc.). Ils peuvent tre enfouis dans un centre denfouissement technique de type II, incinrs ou revaloriss (transformation des vgtaux en compost ou gaz). Ces dchets sont appels dchets de classe 2.

    1.1.3. Les dchets industriels spciaux

    Ce sont les dchets comportant des matriaux et produits chimiques ou toxiques nfastes la sant et lenvironnement (hydrocarbures, pesticides, amiante, peintures, etc.). Ils doivent subir un traitement en centre spcialis et enfouis dans des dcharges de classe 1. Ces dchets sont appels dchets de classe 1.

    1.2. DEMANTELEMENT (NUCLEAIRE)Cest lensemble des oprations techniques (assainissement radioactif, dmontage de tout ou partie des composants dune installation nuclaire, vacuation, etc.) permettant daboutir un niveau de dclassement choisi.

    Les trois tapes du dmantlement d'un racteur sont classes comme suit :

    1.2.1. Niveau 1 (MAD)

    Il correspond la mise l'arrt dfinitif (MAD). Il sagit du dchargement du combustible du cur du racteur et son entreposage pendant deux ans en piscine de "dsactivation" du btiment combustible, ce qui comprend :

    o la dcharge du combustible nuclaire ;o la vidange des circuits.

  • 3Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1.2.2. Niveau 2

    Cest le dmantlement partiel qui correspond la destruction de tous les btiments en dehors du btiment abritant le racteur, ce qui comprend :

    o la dcontamination et destruction de tous les btiments en dehors du btiment abritant le racteur nuclaire ;

    o le confinement du btiment du racteur nuclaire.

    1.2.3. Niveau 3

    Ce niveau correspond au dmantlement total. Cela concerne le dmantlement du btiment racteur, ce qui comprend :

    o le dmantlement des changeurs thermiques ;o le dmantlement du bloc racteur ;o la destruction du btiment du racteur nuclaire

    1.3. DECONSTRUCTIONLa dconstruction (ou dmolition slective) consiste dmonter successivement les matriaux rutilisables dun ouvrage afin de les rcuprer et de les recycler dans une nouvelle construction ou en vue dun nouvel usage aprs transformation.

    Les entreprises de dconstruction se sont adaptes aux nouvelles exigences en matire de respect de la plante.

    La dconstruction inclut dsormais :

    o la partie dmolition proprement dite ;

    o la partie tri slectif ;

    o lenlvement des gravats et leur recyclage. La dconstruction inclut dsormais :

    Les entreprises de dconstruction sont constamment la recherche de nouveaux procds pour rpondre des objectifs lis :

    o lenvironnement ;

    o lconomie ;

    o la scurit.

    1.4. DECLASSEMENT

    Cest lensemble des oprations administratives et rglementaires destin soit classer une installation nuclaire dans une catgorie infrieure, soit supprimer le classement final.

    Le tableau ci-dessous prsente les tches excuter suivant la catgorie de linstallation nuclaire.

    Tableau 1 : Dclassement des installations nuclaire (source CEA, 2012)

  • 4Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    2. MARCHE DE LA DECONSTRUCTION

    Le march de la dconstruction est devenu, au fil des annes, de plus en plus compliqu et de plus en plus prcis. Cest aujourdhui un vritable march de technicien. Ce march reprsente un secteur porteur en pleine expansion grce diffrents donneurs dordres publics (coles, hpitaux, etc.) qui ont toujours un volant potentiel doprations. Et galement le secteur priv grce aux programmes des industriels.

    En 2011, les activits de dconstruction (dmolition, curage, dsamiantage) ont reprsent un chiffre daffaires denviron 1 milliards deuros en France.

    3. ELEMENTS DE LEGISLATION

    Les travaux de dconstruction sont soumis un environnement juridique et institutionnel permettant le respect de la lgislation en vigueur et la protection sanitaire des personnels des entreprises de dmolition. On peut citer :

    3.1. LE PERMIS DE DEMOLIR ET LE CCTP DE DEMOLITION

    Il sagit dactes ou de documents quil faut dtenir avant le dmarrage de toute opration de dmolition. On peut citer entre autres :

    3.1.1. Le permis de dmolir

    Il sagit dune autorisation administrative qui permet de dmolir totalement ou partiellement un ouvrage. Cette autorisation prend en compte diffrents articles du code de lurbanisme. Les enjeux du permis de dmolir sont :

    respect du patrimoine :o monument,

    o site protg,

  • 5Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    o quartier dune ville

    protection des hommes :o vtust des habitations et installations,

    o risque dboulement, etc.

    Dans certains cas, le permis de dmolir peut tre obligatoire ou non (voir tableau 2). La demande de permis de dmolir pouvant tre faite par :

    le propritaire de louvrage ou du terrain, le meneur de lexpropriation du site pour cause dutilit publique, toute personne ayant reu lautorisation des propritaire2.Tableau 2 : Obligation du permis de dmolir (France, 2012)

    Permis de dmolir obligatoire Pas dobligation de permis de dmolir

    1. zones de protection des monuments historiques

    2. zones de protection de patrimoine urbain

    3. zones de protection de patrimoine paysager

    4. zones de protection de patrimoine architectural

    5. zone dlimite par le plan doccupation des sols rendu public

    1. La dmolition est impose par une rglementation administrative

    2. La dmolition est impose par une dcision de justice

    3. Cas douvrages vtustes, insalubres, prsentant des risques rels pour les personnes

    3.1.2. Le CCTP de dmolition

    Le CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulires) de dmolition permet aux professionnels de dfinir prcisment les tapes de travaux quils auront effectuer. Le CCTP permet ainsi de :

    Prsenter les directives gnrales qui clairciront la ralisation du projet de dmolition, Dcrire les travaux et les prestations prvus, Donner lentrepreneur la possibilit de comptabiliser les investissements et dpenses futurs

    Lobjet de la dmolition doit figurer sur le CCTP de dmolition ainsi que les prcisions techniques suivantes :

    Tableau 3 : CCTP dmolition : Directives (France, 2012)

    Objet de la dmolition Prcisions

    Description complte de l'opration de dmolition

    Description de l'ouvrage dmolir. Lieu de l'opration. Forme du march (forfait, au mtr, etc.).

    Constat des lieux tat des voiries. tat des mitoyennets, etc.

    Contraintes lies au site Environnement.

  • 6Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Voirie. Contraintes naturelles, etc.

    Diagnostics et travaux de dcontamination prvus

    Amiante. Plomb. Termites.

    Autorisations des services administratifs. Mairies. Voirie, etc.

    Noms et qualifications des entreprises travaillant sur le projet et tudes d'excution.

    Les entreprises retenues devront avoir les qualifications ncessaires pour tre valides.

    Nom et coordonnes du matre d'uvre. Nom et coordonnes du bureau de contrle technique.

    Points concernant la scurit du chantier.

    Nom du responsable du chantier. Rappel des obligations prvues par la loi :

    o PGC (Plan gnral de coordination),o PPSPS (Plan particulier de scurit et de

    protection de la sant). Gardiennage. Informations des riverains.

    Nettoyage et fin de chantier.

    Dcontamination. Dblaiement. Remise en tat du site. Dure et prise en charge des prestations de fin de

    chantier.

    3.2. AUTRES ASPECTS REGLEMENTAIRES

    Les travaux de dconstruction sont soumis galement plusieurs textes rglementaires qui portent sur la gestion des dchets de BTP, la protection des travailleurs et la protection de lenvironnement. Tous ces textes sont en accord avec le code de lenvironnement et la prservation de la sant humaine. On peut citer entres autres :

    La loi Grenelle 2 en France portant sur la gestion des dchets de BTP issus des oprations de dmolition,

    La rglementation concernant la gestion des ouvrages amiants, Les textes rglementaires sur le dmantlement dinstallation nuclaires, Lobjectif de 70% de valorisation matire des dchets jugs non dangereux des BTP au

    niveau europen,

    Les textes normatifs sur les installations de stockage de dchets inertes Etc.

    Sil est vrai que ces textes peuvent varier dun pays un autre (ou mme ne pas exister), les OMD (Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement) incitent les Etats membres une prservation et une protection de leur environnement bases sur une gestion durable de leur dchets et une limitation de lexploitation de ressources naturelles par le recyclage de tout ou partie des dchets inertes.

  • 7Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Les rcentes catastrophes naturelles (Hati, Japon, etc.) et le scandale de lamiante en Europe ont favoris ladoption de textes rglementaires plus contraignants pour les entreprises de dmolition. Ces textes pour la plupart imposent ces dernires la mise en place de dmarche HQE (Haute Qualit Environnementale) dans lexercice de leur profession.

  • 8Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    CHAPITRE 2 : TRAVAUX PREALABLES A LA DECONSTRUCTION

  • 9Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Avant toute opration de dconstruction dun ouvrage (btiments, installations nuclaires, etc.), des oprations prliminaires sont ncessaires afin de parvenir aux objectifs fixs. Ces travaux prliminaires peuvent tre :

    1. DESAMIANTAGE

    1.1. AMIANTE : DEFINITION QUALITES DANGERS DEXPOSITION

    Lamiante est le terme gnrique utilis pour dcrire des minraux texture fibreuse (silicate hydrat de calcium et de magnsium), offrant des proprits physiques fort intressantes couples un faible de fabrication et de mise en uvre. Ces particularits leurs ont valu dtre utiliss, intensivement, dans lindustrie automobile et dans le BTP pendant des dizaines dannes.

    Il est prsent sous deux forme : lamiante friable et lamiante non friable.

    Lamiante prsente des qualits exceptionnelles qui sont : la rsistance au feu, la faible conductivit thermique,

    acoustique et lectrique, la rsistance mcanique ( la traction,

    la flexion et l'usure), la rsistance aux agressions chimiques

    (acides et bases), sa grande lasticit, sa possibilit d'tre fil et tiss, son cot trs faible.

    Mme si son utilisation a t trs populaire voire intensive ds la fin du XIXme sicle, il faut savoir que les qualits de lamiante, et ses dangers par ailleurs, sont connus depuis plus de 2 000 ans. Ainsi, les Grecs, remarquaient dj ses proprits extraordinaires et les dommages aux poumons dont pouvaient souffrir les esclaves en contact avec le minerai.

    A partir des annes 1900, lamiante a t rgulirement employ pour diffrentes applications. De par sa rsistance aux trs hautes tempratures et au feu, il est mlang du ciment. Ce mlange sera par la suite utilis pour rendre isolants et ignifuges les murs des btiments. Cest dailleurs pour lamiante-ciment que le minerai sera trs utilis jusqu en reprsenter 90% de lusage.

    On le trouve galement mlang du textile pour, par exemple, constituer des vtements rsistants au feu. Pour ces mmes raisons, on va le retrouver dans les matriaux constituants des plaquettes de freins ou encore dans certaines installations lectriques pour ses capacits disolation. De fait, il va se retrouver dans un grand nombre de btiments publics et quipements construits avant 1997.

    Malheureusement, linhalation des particules, parfois invisibles, contenues dans le minerai le rendent particulirement dangereux et sources de nombreuses pathologies, pouvant aller jusquau cancer. Ainsi, en France, depuis le 1er janvier 1997, la fabrication, la transformation, la vente et limportation de lamiante sont interdites.

  • 10

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1.2. DESAMIANTAGE

    Le dsamiantage consiste en une intervention permettant de retirer tous les matriaux contenant de lamiante. Compte tenu des risques, cette activit est particulirement rglemente en Europe et ne peut tre raliss que par des professionnels.

    Depuis le 1er janvier 2002, il est obligatoire de faire un reprage des matriaux amiants avant toute dmolition dun btiment construit avant le 1er juillet 1997. En effet, la dconstruction engendre des pollutions quil est ncessaire de traiter afin de protger les travailleurs de lentreprise de dmolition et lenvironnement de louvrage.

    Lamiante est prsent dans de nombreux matriaux en raison de sa grande rsistance au feu et de son efficacit isolante. Une liste de matriaux pouvant tre contamins classs selon le degr damiante est prsente ci-aprs.

    Tableau 4 : Matriaux concerns par le dsamiantage

    Classement amiante Type d'amiante Exemple de matriau

    I Amiante brut. Prsentation en vrac.

    Flocage. Isolant. Acoustique. Thermique. Bourre.

    II Amiante en poudre.

    Enduit. Enduit de faade. Enduit pltre. Mortier. Mortier colle. Mortier rfractaire.

    III Amiante liquide. Colle. Pte joint. Peinture.

    IV Amiante en feuille. Faux plafond. Panneaux. Feutre, etc.

    V Amiante tress. Matelas. Tissus, etc.

    VI Amiante en rsine.

    Plastiques. Mousse. Nez de marche. Revtements muraux. Dalle, etc.

    VII Amiante ciment. Plaques de toiture. Canalisations et tuyaux. Cloisons, etc.

  • 11

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    VIII Amiante noir. Bitumes. tanchit de toiture. Mastics, etc.

    IX Amiante d'quipement. Chaudire. Radiateurs. Fours, etc.

    noter : Le seuil rglementaire entranant les travaux de dsamiantage est de 5 fibres par litres d'air.

    1.3. ETAPES DU DESAMIANTAGE

    Le dsamiantage est une opration souvent difficile mettre en place et peut tre compar un chantier lourd. Il nest pas rare quun dsamiantage exige la dmolition de ldifice ce qui rend cette opration comme une des plus couteuses dans le secteur du BTP. En effet, tant donne la toxicit et la sensibilit de lamiante, de nombreuses oprations sont ncessaires avant une opration de dsamiantage. Le dsamiantage se passe obligatoirement en suivant les tapes suivantes :

    1.3.1. Dpoussirage

    La totalit des surfaces des locaux o le dsamiantage va avoir lieu est dpoussire et les lments qui nont pas t en contact avec de lamiante sont dmonts et dplacs afin dviter leur exposition lamiante durant les oprations de dsamiantage.

    1.3.2. Confinement

    La zone traiter doit tre confine et compltement tanche (ltanchit est teste avec lintroduction de la fume qui ne doit pas pouvoir schapper vers lextrieur). Les ouvriers procdant au dsamiantage doivent tre quips dun systme respiratoire ventilation assiste, des gants et des masques jetables, les bottes et les sur-bottes jetables galement. Le confinement du chantier est

    Trs important afin dviter la prolifration des fibres damiante prsentes dans lair pendant lopration de dsamiantage.

    1.3.3. Dmantlement de lamiante

    Durant cette tape, les lments ayant t en contact direct avec lamiante sont arrachs par des techniques vitant la libration des fibres dans lair notamment en employant la mthode humide, les surfaces amiantes sont asperges deau collant ainsi les poussires damiante sur ces dernires. Une fois compltement libres de lamiante, les surfaces sont brosses, nettoyes et aspires par le biais dun aspirateur filtre absolu.

    1.3.4. Contrle final

    Le chantier en fin de dsamiantage est contrl afin de sassurer de llimination dfinitive de lamiante notamment par des mesures de taux dempoussirement de lair par les fibres damiante. Et ce nest quune fois ces contrles russis que le confinement du chantier peut tre dmantel.

  • 12

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1.3.5. Elimination des dchets contenant de lamiante

    Cest la dernire tape du processus de dsamiantage qui est trs importante et obligatoire par la loi sous peine de sanctions pnales en Europe. Les dchets amiants les plus dangereux doivent tre achemins sur des sites de traitement spcialiss. Afin de prouver la bonne limination des dchets, le propritaire doit obtenir un certificat du site de traitement assurant de la bonne limination des dchets contenant de lamiante.

    1.4. APPAREILS DE MESURE DE LAMIANTEPlusieurs mthodes de mesure des fibres damiante exprimant les rsultats en fibres par unit de volume ont t utilises. Elles ont des cots diffrents et produisent des rsultats qui ne sont pas directement comparables. Leurs avantages et leurs inconvnients doivent tre connus.

    le microscope optique permet dobserver les fibres recueillies par pompage et filtration sur une membrane en particulier par lexamen en lumire polarise ou mieux en contraste de phase (MOCP). Son inconvnient est de ne pas diffrencier les fibres damiante des autres fibres, minrales ou organiques. Son faible cot et la rapidit dobtention des rsultats permettent de lutiliser pour une surveillance rgulire de ltat dempoussirement de locaux professionnels. Si des mesures plus spcifiques ont montr que la proportion de fibres damiante est stable dans cet environnement, la MOCP permettra de dpister un pic de pollution. Il faut cependant tre conscient des limites dune telle mthode.

    le microscope lectronique transmission est la mthode de rfrence, elle est plus chre et plus longue mettre en uvre que la MOCP mais sa rsolution lui permet dobserver les fibres damiante les plus fines et elle peut tre couple des mthodes danalyse physiques-chimiques (cristallographie par diffraction et spectromtrie dispersive en nergie des rayons X) qui prciseront la varit et lespce de fibre damiante observe. Une norme AFNOR (X 43 050) spcifie la nature des fibres comptes qui doivent avoir un diamtre infrieur 3 mm et une longueur gale ou suprieure 5 mm, le rapport longueur sur largeur tant suprieur 3. Deux modes de collecte pour lobservation sont utilisables, la mthode directe examine directement les filtres aprs traitement de ces derniers, la mthode indirecte disperse les fibres recueillies sur le filtre dans un liquide et les redpose sur une autre membrane, ce qui autorise la collecte pendant une priode plus longue, la dilution dans le liquide intermdiaire permettant de maintenir une densit de fibres sur les prparations observes compatible avec le comptage.

    le microscope lectronique balayage examine la forme et la surface des fibres. Dusage plus facile que le microscope transmission o les lectrons traversent lchantillon observ, il ne permet pas de reconnatre directement la nature des fibres observes et des mthodes complmentaires sont indispensables pour effectuer la discrimination avec des fibres organiques ou des fibres constitues dautres minraux que lamiante. Il sagit danalyse chimique qui nassure pas une identification spcifique comme le fait la cristallographie couple au microscope lectronique transmission.

    les appareils de mesure de lempoussirement (Phazir amiante par exemple) fonds sur lexploration dun chantillon par un rayon laser. Ils ont les mmes limites que la microscopie optique. Ils permettent un contrle relativement continu et bon march de lempoussirement et sont utiles pour dpister des pics de pollution sur un site utilisant

  • 13

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    industriellement de lamiante. Ces appareils ne distinguent pas les diffrents types de fibres. Ils doivent donc tre utiliss en complment des mesures plus spcifiques pour documenter les variations temporelles de lempoussirement en fonction du contexte.

    Figure 1 : analyseur damiante portable : phazir amiante

    2. DEPLOMBAGE

    2.1. PLOMB : DEFINITION DANGERS DEXPOSITION

    Le plomb est un mtal utilis depuis l'Antiquit. Il est trs rsistant la corrosion et a notamment servi la fabrication de conduites d'eau et comme pigment de peintures (cruse) malgr sa toxicit long terme. En effet, l'exposition rgulire au plomb peut entraner de nombreux problmes de sant regroups sous le terme de saturnisme (une des plus vieilles maladies connues) et pouvant devenir trs graves. L'exposition au plomb est donc soumise une rglementation trs stricte, qui protge les travailleurs et leurs familles. Les principaux secteurs d'activit exposant au plomb sont :

    le btiment : intervention sur des peintures et des canalisations dans des btiments anciens, dcoupe ou sablage de structures mtalliques recouvertes de peinture anticorrosion, travaux de couverture,

    l'industrie : fabrication et recyclage de batteries, mtallurgie, recyclage de produits lectroniques, fabrication de verres spciaux et de cristal

    l'artisanat : fabrication et rfection de vitraux, fonderie d'art, joaillerie, etc. Le plomb peut pntrer dans l'organisme par le nez (poussires, fumes) ou la bouche (mains sales, aliments souills). En revanche, il ne passe pas travers la peau. Il provoque des maladies graves en s'accumulant dans l'organisme, en particulier dans les os, o il peut rester plusieurs dizaines d'annes. Il s'limine trs lentement.

    Le plomb a des effets sur le systme nerveux (troubles de l'humeur et de la mmoire, dtrioration des capacits intellectuelles, atteinte des nerfs moteurs priphriques), le sang (diminution du nombre de globules rouges) et le systme digestif (coliques de plomb). Il provoque des hpatites et des anomalies au niveau de la reproduction. Une mre ayant une forte quantit de plomb dans son organisme va en transmettre son enfant durant la grossesse puis par le biais de l'allaitement, ce qui peut entraner un retard du dveloppement psychomoteur et mental de l'enfant.

    Le potentiel cancrogne du plomb fait dbat : les tudes de cas ne sont pas suffisamment nombreuses pour prouver le lien entre plomb et dpart de cancer. Cependant, le plomb a des effets si divers et complexes au niveau molculaire qu'il est difficile de l'exclure a priori de tout soupon.

  • 14

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    2.2. DEPLOMBAGE

    Le dplombage consiste en la dpose des peintures et tuyauteries contenant du plomb et leur vacuation en dcharges spcialises dans le respect de la rglementation sanitaire.

    Si le diagnostic rvle la prsence de plomb, les diffrentes techniques de dplombage ci-dessous peuvent tre adoptes.

    2.2.1. Sablage

    Le dcapage du plomb est ralis au moyen de jets de sables sous pressions. Cette technique est particulirement adapte au dcapage des surfaces mtalliques en milieu confinable. Un traitement en bains dans un atelier spcialis doit tre systmatiquement envisag pour les lments dmontables. Cependant, ce procd engendre une importante mission de poussires plombifres et siliceuses.

    2.2.2. Grattage

    Le plomb est enlev par grattage, ponage ou piochage par des outils mcaniques. Un confinement de la zone de travail est ncessaire afin de rduire la contamination de tout lenvironnement du chantier. Comme pour le sablage, ce procd engendre une importante mission de poussires plombifres.

    2.2.3. Dcapage chimique

    Cette technique nest efficace quen surface des supports. Dans le cas o lobjectif serait de supprimer le plomb en profondeur (ayant migr dans le pltre par exemple), il conviendra dutiliser une autre technique. Un carottage peut confirmer cette prsence de plomb en profondeur.

    On utilise des produits dits caustiques, contenant gnralement de la potasse ou de la soude, fortement alcalins et tiquets corrosifs (attention aux brlures).

    Cette technique impose un grattage pralable des peintures scaillant, ce qui engendre une mission de poussires. Le produit sous forme de gel est appliqu la brosse et recouvert par un film en polythylne pour viter son desschement le temps quil dissolve les peintures. Ce film limite laccessibilit au dcapant pendant sa phase dimprgnation et limite la dispersion des dchets sur le sol. Les oprations de nettoyage en sont ainsi facilites. La pte (peinture et gel) ainsi forme est enleve laide dun grattoir.

    Aprs la mise nu du fond, un rinage est ncessaire, soit par de leau, soit par un produit chimique neutralisant correspondant. Les eaux de rinage ncessitent une collecte avec rejet. Un traitement en bains dans un atelier spcialis doit tre systmatiquement envisag pour les lments dmontables.

    2.2.4. Dcapage thermique

    Ce procd est adapt aux supports non friables (en bois par exemple). Lefficacit de cette mthode dpend du soin apport aux travaux et au matriau support traiter. Un traitement en bains dans un atelier spcialis doit tre systmatiquement envisag pour les lments dmontables.

    La technique consiste souffler de lair chaud ayant une temprature infrieure 450C. Les peinture chauffes se ramollissent et peuvent donc tre enleves par grattage. Si la temprature de 450C est dpasse, des fumes toxiques sont mises. Les copeaux de peintures, une fois durcis, gnrent des poussires trs fines lorsquils sont briss.

  • 15

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    On veillera particulirement ne pas intervenir prs des gaines lectriques (risque de les faire fondre), des vitres (risque de chocs thermiques) et de matriaux inflammables.

    2.3. APPAREILS DE MESURE DU PLOMBPlusieurs mthodes de mesure des poussires et fumes de plomb exprimant les rsultats en concentration surfacique ou massique peuvent tre utilises. Elles ont des cots diffrents et produisent des rsultats qui ne sont pas directement comparables. Leurs avantages et leurs inconvnients doivent tre connus.

    2.3.1. Mthode de mesure de la concentration surfacique de plomb

    Il sagit dune mthode de mesure consistant en lexcitation de latome de plomb par les rayons X mis par la source radioactive de lappareil. La perturbation provoque dans les couches de latome est ensuite analyse par lappareil. La concentration surfacique des poussires au sol doit tre infrieure 1 mg/cm. La fluorescence X est une mthode danalyse et de mesure non destructive, fiable, et dont les rsultats sont immdiats (le temps de mesure est de quelques secondes).

    2.3.2. Mthode de mesure de la concentration massique de plomb

    L'analyse du plomb acido-soluble est une mthode qui consiste simuler la solubilisation du plomb dans l'estomac. Elle donne une meilleure valuation de la toxicit d'une peinture ou d'un enduit que l'analyse du plomb total par fluorescence X. Toutefois, le prlvement d'un chantillon provoque une dgradation de la surface chantillonne ; c'est pourquoi il convient de le limiter aux cas exceptionnels. Les rsultats sont exprims en milligrammes par gramme (mg/g).

    L'analyse chimique comprend une phase de dissolution du plomb et une phase de dosage. Des protocoles diffrents peuvent tre utiliss condition qu'ils donnent des rsultats similaires et qu'ils aient t valids. Le dosage du plomb sur les solutions prpares peut tre effectu selon diffrentes techniques dtailles dans les normes suivantes :

    NF T 30-211, NF EN ISO 11-885 (indice de classement NF T 90-136), FDT 90-112.

    3. CURAGE

    3.1. CURAGE : DEFINITION - NECESSITE

    Le curage est le nettoyage des lments non constructifs dun ouvrage. Il sagit dune dmolition partielle qui consiste enlever le bton dtrior et le bton contamin. La raison, cest de conserver une partie de la maonnerie qui pourrait tre utile ultrieurement. Cette action intervient dans de nombreux besoins : limination des lments

    polluants, conservation et dmantlement de faade, assainissement dimmeubles anciens, mais surtout la prparation la dmolition.

  • 16

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    3.2. METHODES DE CURAGE

    Plusieurs mthodes de curage douvrages peuvent tre utilises. Elles ont des cots diffrents et dpendent du volume de matriaux dmolir.

    3.2.1. Mthode de percussion

    La dmolition partielle petite envergure fait appel une mthode appele percussion. Pour ce faire, on utilise le marteau piqueur, le brise-bton et la brise roche. Les principaux inconvnients dune telle mthode rsident dans le fait quelle soit bruyante, lente, et transmet des vibrations importantes. Le tableau ci-dessous indique les avantages et inconvnients de la mthode de percussion.

    Tableau 5 : Avantages inconvnients des techniques de percussion

    Engins utiliss Avantages Inconvnients

    Marteau piqueur. Peu de vibration, peu de projections. Bruyant, long.

    Brise bton. Cot au m relativement abordable. Bruyant, vibrations importantes, fissurations possibles.

    Mini brise roche. Taux de production lev.

    Bruyant, vibration, fissures et endommagement des barres

    d'armatures possibles.

    Quelques schmas dappareillage de percussion

    Schma dun marteau - piqueur Schma dun brise - bton Schma dun mini brise roche

    3.2.2. Mthode de lhydro-dmolition

    Le jet deau ou lhydro-dmolition est utilis sous haute pression pour venir bout du bton de surface. Il existe des systmes un ou plusieurs jets en fonction de la surface ou de la prcision du travail effectuer.

    Tableau 6 : Avantages inconvnients des techniques de lhydro-dmolition

    Mthode propose Avantages Inconvnients

    Le jet d'eau ou hydro-dmolition

    Peu de vibrations, peu de poussire, bonne qualit de surface,

    rendement lev

    Rsidus liquides (problme avec les systmes de drainage),

    cot lev.

  • 17

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Lhydro-dmolition est une technique de dmolition slective.

    Quelques schmas dappareillage dhydro-dmolition

    Principe dhydro-dmolition un jet Principe dhydro-dmolition multi-jets

    3.2.3. Mthode de scarification

    La scarification consiste enlever des couches de bton laide de pointes mtalliques disposes en rouleau (rouleau dent). Ces pointes viennent frapper et dcrocher la couche abme ou contamine de bton.

    Tableau 7 : Avantages inconvnients des techniques de scarification

    Mthode propose Avantages Inconvnients

    Mthode de scarification. Rapidit d'excution

    (environ 100 m/heure), cot faible.

    Impossible travailler sur surface avec armatures,

    limite aux surfaces horizontales.

    Certains gros quipements sont munis daspirateurs ou de rcuprateurs permettant de ramasser les particules.

    Principe dopration dune scarifieuse

  • 18

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    CHAPITRE 3 : TECHNIQUES DE DECONSTRUCTION DES OUVRAGES

  • 19

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1. INTRODUCTION

    La dmolition a connu au cours des dix dernires annes de nombreuses volutions. Celles-ci sont lies avant tout la modification des structures dmolir : les btiments en pierre naturelle avec charpentes en bois dmolis dans les annes 1970 1980 sont remplacs par des structures mtalliques, btons arm et prcontraint conduisant envisager des procds de dmolition diffrents.

    De mme, la prise en compte des proccupations environnementales conduit aujourdhui parler de dconstruction au dtriment de dmolition : le tri des matriaux de dmolition est une ralit dicte autant par labsence ou le cot prohibitif des exutoires que par le souci des entreprises de concourir une conomie des moyens naturels en valorisant les matriaux dconstruits.

    Aujourdhui dans toute opration de dmolition, lattention est aussi porte sur la scurit interne et externe au chantier, la limitation des nuisances (bruits, poussires, vibrations) et limpact sur les activits des avoisinants.

    La dconstruction peut sentreprendre diffremment selon certains critres : localisation de louvrage dmolir :

    o est-il lintrieur, lextrieur ?o est-il sur un site protg ?

    hauteur de louvrage forme de louvrage matriaux de louvrage :

    o bton, o bton arm, o structure mtallique

    environnement de louvrageo contraintes au niveau du respect du bruit,o contraintes au niveau de la poussire,o contraintes au niveau de la vibration.

    Une fois ces critres pris en compte, lentreprise peut choisir entre diffrentes mthodes.

    2. DECONSTRUCTION MANUELLE

    Technique la plus ancienne, la dmolition la main trouve aujourdhui encore son domaine dapplication. Il existe deux procds de dmolition manuelle.

    2.1. DERASEMENT OU ECRETAGE

    La mthode de dmolition dite de drasement consiste abattre en premier les parties les plus hautes dun btiment. Cest la mthode idale si :

    - on veut diminuer la hauteur dune construction sans toucher ses fondations pour une restauration partielle ou pour en diminuer la hauteur,

    - on souhaite dmolir un btiment entour dhabitations pour les protger des gravats et chutes de pierres.

  • 20

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Les ouvriers travaillant la dmolition par la mthode de drasement installent un chafaudage qui est descendu au fur et mesure du drasement, avancent au mtre linaire de mur dmolir (utilisent la mthode de mtr).

    Le drasement est utilis lors des prestations suivantes :

    - restaurations daccotements routiers,- dmolition denceintes et murailles,- dmolition d- etc.

    Les outils couramment utiliss sont des pics, des masses, des marteaux pneumatiques, des mini BRH (Brise Roche Hydraulique), des pinces ( bton, fer), des chafaudages.

    2.2. SAPEMENT

    La mthode par sapement consiste attaquer une construction la faon dun bcheron, cest--dire en effectuant une saigne la base de la construction et se fait en diffrentes tapes :

    - saigne de la base de louvrage laide doutils adquats- mise en place de cales et dtais sous les parties porteuses remplaant au fur et mesure les

    parties dtruites.

    Lorsque les fondements ont t suffisamment travaills, les cales et tais sont dtruits afin de provoquer leffondrement de la construction.

    - Si les cales employes sont faites de bois, il est possible dy mettre le feu et dattendre quelles se calcinent,

    - Si les cales et les tais sont non-inflammables, on enroule des cbles autour et on tire afin de les dloger, provoquant ainsi leffondrement.

  • 21

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Le sapement est une opration de dmolition trs dangereuse qui doit tre ralis par des professionnels. La zone de chute du btiment devra tre scurise. De nombreux risques sont prendre en compte :

    - Effondrement de louvrage lors de la ralisation de la saigne,- Rupture des cbles,- Dsquilibre et pivotement de louvrage.

    Les outils qui peuvent tre utiliss lors de la dmolition par sapement sont les masses pneumatiques, les marteaux pneumatiques, les pinces multi-usage de dmolition, les cales, les tais et les cbles.

    3. DECONSTRUCTION MECANIQUE

    Depuis une dizaine danne, les entreprises de dmolition ont entrepris un partenariat avec lesconstructeurs de machines de type pelles hydrauliques. Les mthodes de dmolition se sont adaptes aux constructions en bton arm, bton prcontraint et aux structures mtalliques.

    Des engins de terrassement, modifies par lintuition des professionnels de la dmolition, les constructeurs de pelles ont progressivement largi leurs gammes en proposant des machines adaptes. Les outils couramment utiliss sont des mini-engins, des porte-outils infrieurs 5 tonnes, et dautres engins porte-outils de taille suprieure. A l'aide du godet d'une pelle, le conducteur de la pelle utilise le godet de son engin pour abattre la construction. Il peut agir par pousse, par traction, par choc.

    La technique de dmolition l'aide du godet d'un chargeur ou de la lame d'un bouteur (par pousse ou par traction) est limite la dmolition d'ouvrages de faible hauteur, infrieure 3 mtres. Le godet peut tre remplac par un croc.

    La dmolition par chocs au brise-roche hydraulique sur pelle ou sur porteurs est utilise pour la dmolition de maonnerie trs compacte de btons.

    La dmolition la pince ( bton ou ferraille) sur pelle hydraulique est de plus en plus utilise en site urbain. Cette technique permet une rduction du bruit, aux abords des chantiers.

    A certaines hauteurs de btiments, les caractristiques techniques des pelles de dmolition ne sont plus suffisantes. Il convient donc de trouver une alternative technique. La plus frquemment utilise est lcrtage. Ces travaux, consistant dmolir par petits morceaux les tages suprieurs des immeubles, sont raliss laide de mini-engins hisss sur les toitures. La dmolition seffectue

  • 22

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    ensuite de la mme manire, dtage en tage jusquau niveau dsir, cest--dire jusqu ce que la partie haute du btiment puisse tre atteinte en toute scurit par une pelle hydraulique en long bras.

    4. DECONSTRUCTION A LEXPLOSIF

    Lorsque l'difice dmolir fait plus de 20 m de haut, la dmolition l'explosif devient la mthode la plus adapte, car :

    la moins dangereuse,

    la plus conomique.

    L'entrepreneur qui est charg de la dmolition doit cependant matriser certaines connaissances en ce qui concerne les explosifs, notamment :

    les lois physiques lies la dynamique des chutes,

    la rsistance mcanique des matriaux.

    La parfaite russite de ce procd de dmolition ncessite un savant mlange entre exprience, connaissance des explosifs, rigueur, organisation et gestion de la scurit. Dans les structures de maonnerie ou de bton, ce procd consiste faire clater la maonnerie ou le bton en introduisant dans un trou pralablement for une charge explosive. Il est ncessaire d'adapter le plan de tir l'environnement en limitant l'importance des charges tires en une seule fois. Ce procd est une affaire de spcialistes qui doivent imprativement appliquer la rglementation en vigueur.

    Dans les structures mtalliques, ce procd consiste cisailler les ferrailles en appliquant contre celles-ci un explosif spcifique.

    Pour exercer ce mtier, les entreprises de dmolition doivent tre certifies selon les qualifications professionnelles 1152 ou 1153.

    Le tableau ci-aprs donne les diffrentes mthodes de dmolition lexplosif.

  • 23

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Tableau 8 : Principales techniques de dmolition lexplosif

    Type de dmolition par explosif

    Techniques Caractristiques

    Le foudroyage lentCette mthode consiste effondrer le btiment sur lui-mme (implosion).

    La charnire

    Cette mthode consiste en un basculement de l'difice au moyen d'une charnire basse, aprs ouverture l'explosif d'un coin avant.

    Inconvnient : lenteur des dcoupes.

    Le foudroyageLe foudroyage ultrarapide est bas sur la rapidit d'enchanement des mises feu.

    une prcision de chute intressante, contrairement ce qui se passe dans le

    cas de tirs lents, les protections priphriques des niveaux mins du btiment foudroy n'ont pas le temps de se dsorganiser entre chaque tir.

    Le basculement charnire haute

    Le basculement d'une construction est obtenu en dynamitant une partie basse d'un coin.

    Aprs ouverture, la partie suprieure, situe au-dessus des explosions, bascule vers l'avant en s'appuyant sur un talon arrire appel charnire .

    Le foudroyage en tonneau

    Le foudroyage en tonneau consiste placer des explosifs qui pousseront , de l'intrieur et mi-hauteur, les parois du btiment dmolir.

    Ce foudroyage s'effectue comme une squence de tir rapide.

    Le semi-foudroyage.

    Le semi-foudroyage est un mlange simultan des mthodes prcdentes.

    -

    Une schmatisation des deux principales techniques (foudroyage et basculement) est reprsente ci-dessous :

  • 24

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Certaines contraintes sont lies au minage des lments dynamiter :

    le contrle qualit de la mise en uvre des explosifs sur les parties mines devra tre effectu :

    o par des mineurs confirms de l'entreprise,

    o sous la surveillance d'un ingnieur des mines extrieur l'entreprise.

    le responsable de qualit se limite au suivi et la vrification de :

    o la prparation des charges en-dehors des trous,

    o la mise en place des charges dans les trous,

    o les bourrages des trous aprs mise en place de l'explosif,

    o la qualit de la mise en uvre des cosses relais du circuit lectrique de mise feu,

    o la rsistance lectrique des lignes des dtonateurs et cela jusqu' l'exploseur,

    o l'utilisation de l'exploseur.

    En aucun cas, les tiges des dtonateurs ainsi que les lignes de tir ne devront toucher des objets mtalliques :

    grillage,

    fers bton,

    conduites, etc.

    La scurit implique que toutes les prcautions soient prises de faon d'viter les accidents :

    avant l'explosion :

    o stockage,

    o manipulation des explosifs,

    au moment de l'explosion :

    o projection de matriaux,

    o boulements et effondrements,

    o incendie, etc.

  • 25

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    5. DECONSTRUCTION PAR EXPANSION

    La dmolition par expansion se fait sur le principe de l'cartement ou de la dislocation. Elle est idale pour une dmolition partielle. Cette dmolition peut se faire par diffrents moyens :

    l'aide d'clateurs hydrauliques,

    l'aide de vrins hydrauliques,

    l'aide d'agents expansifs.

    5.1.METHODE ECARTEURS ET VERINS

    Avant de mettre en uvre cette technique, il faut d'abord faire plusieurs trous de forage dans le btiment dmolir :

    ces trous doivent tre positionns avec soins,

    c'est ce choix de positionnement qui dterminera l'efficacit de la dmolition par expansion.

    Voici un rcapitulatif des diffrentes mthodes d'expansion par carteurs ou vrins :

    Type de procd Explications

    carteur ou procd DARDA

    Trou vertical perc dans le bloc disloquer : o le piston unique du vrin est mis en place dans ce trou entre deux

    coquilles mtalliques puis aliment par une pompe hydraulique,o il va disloquer une partie de l'ouvrage par une pousse de 2 500 kN

    en moyenne,o l'carteur mis en place va provoquer des fissures dans le bton,

    fragilisant ainsi toute la structure jusqu' effondrement du btiment.

    Vrins ou procd ROC JACK

    Trou vertical perc dans le bloc disloquer : o les deux pistons des vrins sont mis en place dans ce trou puis

    aliments par une pompe hydraulique,o ils vont disloquer une partie de l'ouvrage par une pousse de 1750

    kN en moyenne.

    5.2.LA TECHNIQUE DU MORTIER EXPANSIF

    Il est galement possible d'utiliser un mortier expansif base de chaux vive. Ce mortier expansif est compos de :

    ciment,

    adjuvants,

    charges minrales.

    Il est destin la dmolition d'ouvrages sur lesquels la dmolition l'explosif est interdite, comme c'est le cas pour les :

    chantiers sensibles :

    o usine ptrochimique,

    o centrale lectrique, etc.

  • 26

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    chantiers complexes :

    o ouvrages d'art,

    o tunnels,

    o ports, etc.

    Le mortier est coul dans des trous verticaux pralablement percs dans la structure de l'ouvrage (trous de 30 70 mm tous les 20 110 cm selon l'ouvrage) :

    la pression apparat environ 72 heures aprs application,

    il est possible d'acclrer le processus en insrant une rsistance chauffante dans le trou.

    5.3.DEMOLITION PAR EXPANSION : DE NOMBREUX AVANTAGES

    Voici un tableau rcapitulatif des avantages et inconvnients des dmolitions par expansion :

    Avantages Inconvnients

    Rapidit.

    Maniabilit.

    Pas de poussire.

    Pas de vibration.

    Ncessite des forages trs prcis.

    Mthode quasiment impossible sur le bton arm.

    Solution : scier les armatures au chalumeau auparavant.

  • 27

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    CHAPITRE 4 : SECURITE ET IMPACT ENVIRONNEMENTAL

  • 28

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    1. INTRODUCTION

    En perptuelle volution, le secteur de la dmolition, comme beaucoup dautres branches du BTP, fait de la scurit et de la gestion environnementale une vritable priorit. Les mesures prises en la matire, ces dernires annes, semblent porter leurs fruits. Les accidents du travail sont en forte baisse, la valorisation matire des dchets de dmolition est devenue une vritable filire dapprovisionnement en matriaux, les risques dexposition lamiante et au plomb sont en passe de disparatre.

    Le zro accident sajoute ainsi aux zro dfaut, zro retard, zro papier dsormais bien connus. Le lgislateur a pris des dcisions visant garantir la scurit des travailleurs et le public vis--vis des oprations de dmolition.

    Les paragraphes dvelopps ci-aprs ont pour objectif de prsenter les dispositifs rglementaires en matire de scurit, les principales filires de valorisation des gravats de dmolition et la gestion environnementale.

    2. DISPOSITIFS SECURITAIRES

    Le travail de dmolition entrane de gros risques :

    risques dus la manipulation d'engins,

    risques dus l'croulement de btiments,

    o mur,

    o toiture, etc.

    risques dus la chute de gravats,

    risques dus l'utilisation d'explosif,

    risques dus la prsence d'amiante, de plomb.

    Ces risques sont aussi importants du ct des travailleurs que du public. Les chantiers de dmolition doivent tre parfaitement scuriss. Dans le tableau ci-aprs, quelques moyens de scurisation sont prsents.

  • 29

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Tableau 10 : Moyens habituels de scurisation des chantiers de dmolition

    Scurit Moyen de mise en uvre

    Chantier clos pour viter toute intrusion du public ( accs interdit toute personne trangre au chantier).

    Mise en place de :

    grillage,

    barrire de scurit,

    mise en place de clture et de passages destins aux pitons,

    liaison talkie-walkie permanente entre le chef de chantier et un vigile.

    Voirie protge.

    Mise en place de :

    o cran de protection vertical,

    o caoutchouc pais.

    Demande d'arrt en mairie pour mise en place de panneaux routiers.

    Systme d'arrosage de manire limiter la poussire.

    Contrles divers.

    Lignes lectriques ariennes :

    o moins de 50 000 V : 3 m de distance,

    o 50 000 V et plus : 5 m et plus.

    rseaux gaz et eau,

    cavit au niveau du sol.

    2.1. MANIPULATION D'ENGIN DE CHANTIER : DEMOLITION ET SECURITE

    Les engins de chantier (pelle de dmolition, bouteur, pince de dmolition, grue...) ne doivent tre conduits que par des conducteurs asserments :

    une autorisation de conduite est obligatoire,

    elle est dlivre par l'employeur.

    Les engins de chantier sont soumis des vrifications et des examens dfinis rglementairement :

    ces vrifications sont faites intervalles rguliers.

    les engins de type bouteur sont contrls tous les ans minimum.

    2.2. Choix d'un engin : selon le travail de dmolition

    Le choix d'un engin doit tre adapt au travail raliser. Cette notion d'adaptation est dfinie par :

  • 30

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    une notice d'instructions du constructeur et notamment les contre-indications d'emploi,

    le gabarit, le poids et les capacits de l'engin,

    les conditions de circulation,

    la prsence de pitons dans les zones de travail.

    2.3. DEMOLITION ET SECURITE : RISQUES D'ECROULEMENT DU BATIMENT

    Un croulement du btiment en voie de dmolition engendre des consquences parfois mortelles. Il est donc ncessaire de prendre certaines mesures :

    tayer les murs porteurs au maximum ;

    tablir des protections :

    o barrire garde-fou au bord d'un toit,

    o treillis anti-dbris,

    o harnais, etc.

    tablir une zone de scurit respecter,

    employer des goulottes gravats.

    2.4. RISQUES DUS A L'EMPLOI D'EXPLOSIF POUR UNE DEMOLITION

    L'emploi d'explosif ncessite des conditions de scurit drastiques.

    Seuls les professionnels et les personnes habilites peuvent :

    acqurir des explosifs (dcret n81-972),

    dtenir des explosifs,

    transporter des explosifs (dcret n 87-231).

    2.5. DEMOLITION ET SECURITE : EQUIPEMENT DE BASE DU TRAVAILLEUR

    Les ouvriers travaillant dans la dmolition doivent respecter plusieurs obligations de scurit :

    porter un casque de scurit pour une scurit renforce en cas de chute de gravats,

    porter des chaussures de scurit,

    porter des gants et une combinaison de scurit : peuvent tre spcialement adaptes la manipulation de matriaux amiants en cas de ncessit,

    porter des lunettes de scurit,

    porter des protections auditives, notamment en cas d'utilisation d'explosifs.

    2.6. MESURES DE PREVENTION DES ACCIDENTS

    En France, la rglementation en matire de prvention des accidents dans le cas doprations de dmolition douvrage est tablie sous le numro R346 par le comit technique des industries du Btiment et des Travaux Publics. Cette rglementation porte sur les points suivants :

    - Mesure de prvention dans le cas de dmolition par procds manuels ou mcaniques- Mesure de prvention dans le cas de dmolition par foudroyage lexplosif

  • 31

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    - Mesure de prvention des accidents dus la prsence de matriaux contenant de lamiante et du plomb

    Quelques extraits de cette rglementation sont donns en annexe.

    Les oprations de dconstruction des ouvrages tendent se dvelopper de plus en plus. Des outils adapts commencent apparatre sur les chantiers. Certains permettent dliminer totalement des risques. Lexistence sur le march dengins robotiss assure de cette volution (figures).

    Pelle hydraulique tlcommande distance pendant une

    opration dcrtage

    Le robot emplace les efforts humains pnibles

    raliss avec un marteau piqueur ou un burin

    3. FILIERES DE VALORISATION DES DECHETS

    La production annuelle de dchets de chantiers est estime en France 40 millions de tonnes. Ces dchets issus principalement doprations de dmolition et de rnovation ne font plus lobjet dune mise en dcharge depuis le 1er juillet 2002. La connaissance des quantits et de la qualit des matriaux constitutifs des ouvrages dmolir permet de spcifier les oprations de dconstruction slective envisageable en vue doptimiser la gestion des dchets.

    3.1. CATEGORIE DE GRAVATSLa dmolition entrane un nombre important de dchets ou gravats, classs en plusieurs catgories, qu'il faut liminer. L'enlvement des gravats pour leur recyclage se fait au choix via une benne gravats, une goulotte gravats, un sac gravats ou un aspirateur gravats. Les gravats issus d'une dmolition doivent tre classs en 3 catgories distinctes :

  • 32

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Tableau 11 : catgories de gravats

    Classes Explications

    Les dchets mnagers non inertes et non dangereux

    Dchets mnagers et assimils : environ 28 % des dchets.

    Les dchets inertesDchets qui ne subissent aucune modification et qui n'ont aucune raction chimique durant leur stockage : environ 66 % des dchets.

    Les dchets dangereuxDchets qui prsentent des risques ou qui contiennent des produits dangereux : environ 5 % des dchets.

    Tableau 12 : Diffrents types de gravats issus de la dmolition

    Types de gravats Exemples

    Dchets inertes

    Gravats de bton, briques, tuiles. Verre. Bitume sans goudron. Terre, cailloux. Boue de dragage. Matriaux d'isolation sans amiante :

    o laine de verre,o laine de roche,o verre expans.

    Carreaux de pltre, plaques de pltre.

    Dchets non inertes et non dangereux

    Dchets de peinture et vernis sans solvants organiques. Dchets de colles et de mastics sans solvants organiques. Bois non trait. Matires plastiques :

    o menuiserie,o PVC,o emballage non souill.

    Mtaux et alliages : o aluminium,o plomb,o zinc,o fer,o acier,o cble, etc.

    Polystyrne expans. Polyurthane.

    Dchets dangereux

    Bton, briques, tuile et cramiques contenant des substances dangereuses.

    Bois contamins : o revtus de peinture de plomb,o traits la crosote, etc.

    Mlange de bitume et de goudron. Goudron. Dchets dexplosifs Terres pollues. Dchets contenant du mercure Peintures et vernis contenant des dchets organiques. Colles et mastics contenant des dchets organiques. Dchets d'quipement lectrique et lectronique. Etc.

  • 33

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    3.2. TRAITEMENT DES GRAVATSLa dmolition entrane un nombre important de dchets ou gravats qu'il faut liminer, trier et d'vacuer, soit l'aide de sacs gravats et d'un aspirateur gravats, soit l'aide d'une benne quipe d'une goulotte gravats.

    3.2.1. Benne gravats

    La benne gravats vous offre la possibilit de stocker les gravats avant tout traitement. Il existe de nombreux types de bennes dont le choix se fera en fonction :

    du type de gravats,

    de leur quantit,

    de la place que vous avez devant le chantier.

    Les bennes gravats peuvent prendre diffrentes formes :

    benne installe sur un chssis de camion,

    benne au sol.

    Attention : Il est conseill de ne pas mlanger dchets toxiques et gravats pour des raisons cologiques, mais galement pour des raisons pratiques de tri.

    Les bennes gravats sont proposes dans diffrentes tailles :

    benne de 8 m,

    benne de 10 m,

    benne de 12 m,

    benne de 15 m,

    benne de 20 m,

    benne de 30 m.

    Il est ncessaire de prvoir la manire dont les gravats vont tre dplacs :

    certaines bennes sont proposes avec des ouvertures (porte arrire) pour faciliter le chargement ;

    l'utilisation d'une goulotte gravats peut faciliter le chargement.

    La benne gravats peut tre installe n'importe o tant que vous respectez les consignes de scurit.En termes de rglementation :

    si elle se trouve sur votre terrain, aucune autorisation n'est rclame,

    si elle dpasse sur la rue ou qu'elle y est directement pose, il sera ncessaire de faire une demande de stationnement :

    o auprs du service de voirie de votre commune,

    o auprs de la gendarmerie dans certaines communes,

    o auprs de votre coproprit si vous en dpendez.

    Certaines rgles doivent tre imprativement respectes, au risque de recevoir une amende :

  • 34

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    la benne doit tre signale,

    la benne gravats ne doit pas gner la circulation pitonne et automobile,

    le passage pour les pitons doit faire au moins 1,40 m de large : si le trottoir sur lequel est stationne la benne est trop troit, un itinraire piton sera amnag, vos frais.

    la benne doit tre claire la nuit en cas de dbordement sur la chausse,

    dans le cas d'une dmolition aide d'une goulotte, la benne gravats doit tre bche et un dispositif d'arrosage mis en place pour limiter la poussire.

    Les bennes doivent tre installes sur des madriers de bois dans le cas o elles pourraient dtriorer la chausse.

    3.2.2. Goulotte gravats

    Le dblaiement d'un chantier de dmolition peut se faire l'aide d'une goulotte gravats relie une benne gravats. La goulotte gravats se compose de diffrentes parties dont :

    la goulotte chane en polypropylne qui ne dpassera pas les 30 m,

    la trmie de chargement qui sert d' entonnoir .

    le ralentisseur pour freiner la chute des matriaux et qui est obligatoire au-del de 12 mtres,

    les diffrents supports qui servent la fixation de la goulotte :

    o le support de fentre,

    o le support d'chafaudage,

    o le support pour dalle.

    La goulotte gravats ne peut tre installe n'importe o. Elle est obligatoirement utilise avec une benne gravats ou un camion-benne :

    si elle se trouve sur votre terrain, aucune autorisation n'est demande,

    si elle donne sur la rue ou la surplombe, il faudra faire une demande d'autorisation d'installation :

    o auprs du service de voirie de votre commune,

    o auprs de votre coproprit si vous en dpendez.

    Certaines rgles doivent tre imprativement respectes, sinon il est possible de recevoir une amende :

    la goulotte ne doit pas gner la circulation pitonne et automobile,

    le trottoir doit tre prserv, dans une largeur de 1,40 m, pour les pitons : en cas d'impossibilit du respect de cette consigne, les pitons seront renvoys sur le trottoir d'en face, avec la mise en place d'une signalisation verticale et horizontale,

    la goulotte doit tre monte de faon garantir une hauteur minimum de 4,50 m lorsqu'elle n'est pas utilise, permettant notamment aux pompiers de pouvoir manuvrer en cas de besoin,

  • 35

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    la goulotte ne doit pas gner les commerces voisins,

    la goulotte est monte par une entreprise spcialise.

    La benne gravats sur laquelle sera fixe la goulotte doit tre bche et un dispositif d'arrosage mis en place pour limiter la poussire. Le sac gravats est trs utile sur un petit chantier de dmolition, notamment lorsque la benne gravats n'est pas ncessaire.

    3.2.3. Sac gravats

    Les sacs gravats sont indispensables pour convoyer les gravats jusqu' la dchetterie. Ils sont proposs en diffrentes matires, choisir selon la rsistance dont vous avez besoin :

    plastique pais,

    toile,

    polypropylne tiss,

    polythylne.

    Ces sacs peuvent tre rutilisables ou jetables et avoir des anses ou non. Les dimensions varient d'un choix l'autre. Certains sacs proposent une forme adapte au transport par brouette.

    Les dchets seront tous accepts en dchetterie s'ils sont tris par sacs (le bois, les gravats de briques, de parpaings, etc.).

    Attention : les dchets issus des travaux de dflocage et calorifugeage doivent tre conditionns dans des doubles sacs tanches et tiquets "amiante".

    3.3. ENLEVEMENT DES GRAVATSLes gravats et les dchets issus d'un chantier de dmolition sont d'abord entreposs dans des bennes gravats ou des sacs gravats, puis doivent tre achemins afin d'y tre recycls. Les matriaux issus de la dmolition peuvent tre :

    traits par enfouissement,

    traits par incinration,

    traits sur place grce un concasseur,

    envoys dans des dcharges o seront alors classs selon leur nature :

    o Classe I : dchets dangereux (amiante, etc.),

    o Classe II : dchets mnagers ou industriels,

    o Classe III : dchets inertes.

    Le concassage des gravats de type III (dchets inertes) permet un recyclage propre en granulats. Il ncessite auparavant :

    un dferraillage des gravats : les armatures mtalliques seront elles aussi recycles,

    une dcontamination des gravats si ncessaire.

    Ce concassage peut tre fait sur place et limite donc les cots de transport : une centrale de concassage est dans ce cas installe sur le site.

  • 36

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Cette centrale comprend :

    un groupe d'alimentation,

    un d-ferrailleur,

    un groupe de criblage,

    un groupe de concassage.

    Le concassage sous cette forme prsente des avantages, mais aussi certains inconvnients :

    Tableau 13 : quelques avantages et inconvnients du concassage

    Avantages Inconvnient

    co gestion.

    Respect de la lgislation.

    conomique.

    Bruyant.

    Poussireux.

    Cot d'usure du groupe de concassage lev.

    Une fois les gravats transforms en granulats, ceux-ci sont tris par un cribleur. On obtient alors diffrentes sortes de granulats qui seront utiliss :

    dans la construction : utiliss dans le bton,

    dans le terrassement et le remblai :

    o en sous-couche,

    o en couche de finition.

    3.4. OPTION DE VALORISATION DES DECHETS DE DEMOLITIONLe catalogue europen des dchets a dit une classification des dchets en tenant compte des filires de valorisation. Ce catalogue distingue 15 filires possibles de destination des dchets de dmolition (voir tableau ci-dessous).

    Tableau 14 : Option de valorisation des dchets de dmolition

    Option Filires Option Filires

    R1 Recyclage industrie du verre R9 Recyclage minraux en granulats

    R2 Recyclage chutes de plastiques R10 Recyclage minraux en granulats

    R3 DIB Broyage et incinration R11 DIB Enfouissement

    R4 Bois Fabrication agglomr R12 Centre de tri

    R5 Bois Valorisation nergtique R13 Centre de tri

    R6 DIB Enfouissement R14 Remploi moquette

    R7 Recyclage mtallurgie R15 DIB Autre filire

    R8 Recyclage mtallurgie

  • 37

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    4. GESTION ENVIRONNEMENTALE

    Le dblaiement est le nettoyage fin de chantier. la fin d'un chantier de dmolition, il faut procder :

    au dblaiement des gravats,

    la dcontamination.

    4.1. DEBLAIEMENT : LA FIN DU CHANTIER DE DEMOLITION

    Le dblaiement de fin de chantier, l'ultime vacuation des gravats et dchets issus de la dmolition.La dmolition entrane de nombreux dchets :gravats, dchets dangereux... Pour les professionnels de la dmolition, il faut nettoyer ce chantier et procder aux derniers dblaiements en vacuant les gravats et dchets restants. Les premiers travaux effectuer aprs une dmolition sont :

    l'vacuation et l'enlvement de dchets,

    leur tri,

    leur recyclage ou dcontamination quand c'est ncessaire.

    Lorsqu'il s'agit de gravats, le recyclage peut tre ralis sur place et l'enlvement et le tri sont simplifis. Les dchets sont ensuite chargs :

    dans des bennes gravats,

    dans des sacs gravats,

    ou dans des sacs spcifiquement conus pour les dchets dangereux.

    Plusieurs techniques possibles pour charger les bennes :

    l'aide d'engin de chantier : pelle de dmolition,

    manuellement : avec des pelles, brouettes, etc.,

    avec un aspirateur gravats.

    noter : Certaines entreprises se sont spcialises dans la gestion d'une fin de chantier et proposent un bordereau de suivi des dchets .

    Important : Les enfouissements sur le site du chantier o les dpts sauvages sont interdits et punis par la rglementation.

    Il n'est pas possible de transporter des dchets sans une autorisation pralable de la prfecture de votre dpartement :

    une fois dlivre, cette dclaration est valable 5 ans,

    elle peut tre rclame par la gendarmerie lors d'un contrle routier.

    Depuis le 1er juillet 2002, une chance a t mise en place, stipulant que : seuls les dchets qui n'auront pu tre valoriss dans des conditions conomiques acceptables pourront tre mis en dcharge . noter : Le tri des dchets revient moins cher que le placement en dcharge.

    Depuis 2007, une loi a t vote visant grer au mieux la pollution des sites :

    amiante,

    plomb, etc.

  • 38

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Un travail de dcontamination est parfois ncessaire lorsque les matriaux issus de la dmolition sont contamins.

    4.2. DECONTAMINATION la fin d'un chantier de dmolition, il faut procder :

    au dblaiement des gravats,

    la dcontamination si cela est ncessaire.

    Certains sols sont pollus par l'activit qui avait cours avant la dmolition : il convient alors de les dcontaminer. Une loi a t vote pour rgir la dcontamination des sols aprs un chantier de dmolition. Il s'agit de la loi 72 intitule Loi modifiant la Loi sur la qualit de l'environnement et d'autres dispositions lgislatives relativement la protection et la rhabilitation des terrains .Cette loi a t cre dans le but :

    de protger, rhabiliter et rutiliser les terrains,

    d'obliger les entreprises :

    o dfinir leur terrain lorsqu'elles ferment,

    o exercer un suivi de la qualit des eaux souterraines, notamment lorsque des sources de pollution peuvent contaminer une prise d'eau potable proximit,

    d'avertir les habitants concerns de la contamination d'un terrain : en donnant aux mairies la possibilit de dresser une liste des terrains contamins situs sur leur territoire,

    de rclamer un expert en cas de demande d'un permis de construire.

    Il convient de raliser une valuation du sol selon :

    les risques toxicologiques,

    les risques cotoxicologiques,

    les risques concernant les impacts sur les eaux souterraines.

    Selon la loi 72, toute personne qui a ou a eu la garde d'un terrain contamin, titre de propritaire, de locataire ou autre, pourra tre tenue responsable de la rhabilitation de ce terrain . Ne seront pas inquites les personnes qui :

    n'taient pas en mesure de connatre la prsence de contaminants dans le terrain cause des circonstances, usages ou du devoir de diligence,

    ont agi, dans la garde de ce terrain, en conformit avec la loi, notamment dans le respect deleur devoir de prudence et de diligence,

    ou lorsque la prsence de contaminants dans le terrain rsulte d'une migration en provenance de l'extrieur et est imputable un tiers.

    4.3. TECHNIQUES DE DECONTAMINATION D'UN SOLLa dcontamination doit tre ralise par des entreprises qualifies. Les mthodes employes varieront en fonction de la nature de la pollution et du type de sol pollu.

  • 39

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    Tableau 15 : mthodes utilises pour dcontaminer un site :

    Type de dpollution Explications Avantages et inconvnients

    Dpollution par remplacement

    Dcapage du sol contamin sur toute l'paisseur pollue puis remplacement de la terre enleve par de la terre saine.

    Cot de l'opration leve. La terre pollue est considre

    comme un dchet industriel partir du moment o elle est dplace.

    Dpollution physico-chimique

    Injection d'un liquide ou d'un gaz sous pression dans le but de dissoudre les polluants.

    Traitement sur place. On doit connatre le polluant.

    Extraction par aspiration

    Traitement par pompe vide. Vapeurs traites par oxydation

    catalytique absorption par du charbon actif.

    Uniquement sur terrains sableux.

    Extraction par injection

    Injection sous pression d'air, d'azote ou de vapeur.

    Traitement possible uniquement sur terrains permables l'air.

    Extraction lectrique

    Implantation d'lectrodes poreuses dans le but :

    o de gnrer un courant lectrique,

    o de dloger les ions vers les lectrodes de charge opposes.

    La rcupration des polluants se fait par pompage.

    Uniquement pour les polluants ioniss :

    mtaux lourds, ions organiques.

    Extraction par chauffage ou dsorption thermique

    Consiste chauffer la terre des tempratures variant de 80 C 450 C dans le but d'vaporer les polluants.

    Adapte tous les polluants en dehors des mtaux lourds.

    Trs avantageux : rsultat garanti en un temps trs court (quelques semaines).

    Lavage du solLe lavage peut tre fait :

    haute pression, pression normale.

    Dpollution limite.

    Dpollution biologique

    Mode de dpollution bas sur des filtres biologiques.

    Inconvnients : risque de prolifration des micro-organismes.

    Inoprant sur les pollutions trop importantes.

    Dpollution par les plantes

    Certaines plantes sont capables de stabiliser dans leurs cellules : o les mtaux lourds,o les composs organiques polluants.

    Dpollution grce des enzymes ; ces plantes sont choisies en fonction de

    o leur taille,o la capacit qu'ont leurs racines s'enfouir profondment dans le

    sol pour atteindre les couches pollues

  • 40

    Mthodes et Techniques de Dconstruction A. KONIN

    ANNEXE