Tand'M n°19 - Collège Romain Rolland & Centre national de la danse

  • Published on
    14-Dec-2014

  • View
    99

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

19e dition du magazine Tand'M, dit par l'association Omar Le-Chri. Ralis en mars 2013, avec 8 lves de 3e danse du collge Romain Rolland de Clichy-sous-bois, en partenariat avec le Centre national de la danse ( Pantin).

Transcript

L e

m a g a z i n e

d O m a r

L e - C h r i

N19 mars 2013 collge Romain Rolland de Clichy-sous-Bois

Les Pantinois voyagent Lifou Il tait une fois Le Sucre du printemps Les danseurs sucrent l'arrive du printemps Etre chorgraphe, c'est s'inscrire dans l'histoire de la danse Danser en groupe, c'est mieux que danser seul dans sa chambre La danse et le cinma, ensemble dans une exposition Pouvoir danser au CND, incroyable Danser ne fait pas partie de leur quotidien

dito / Sommaire

3 Les Pantinois voyagent Lifou 4 Il tait une fois Le Sucre du printemps 5 Les danseurs sucrent l'arrive du printemps 6 Etre chorgraphe, c'est s'inscrire dans l'histoire de la danse 7 Danser en groupe, c'est mieux que danser seul dans sa chambre 8 La danse et le cinma, ensemble dans une exposition 10 Pouvoir danser au CND, incroyable 11 Danser ne fait pas partie de leur quotidien

Cest avec joie que nous avons reu les huit apprenties journalistes de la classe de 3e danse du collge Romain Rolland de Clichy-sous-Bois (SeineSaint-Denis), pour une semaine dateliers dcriture avec lAssociation Omar Le-Chri, du 4 au 8 mars 2013. Ce magazine est loccasion pour ces huit lves dcrire sur leur exprience de danseuses et spectatrices au CND. Pour la deuxime anne conscutive, le CND soutient la classe danse du collge Romain Rolland, porte avec dynamisme par une enseignante en lettres. Il met en place une semaine dimmersion dans la cration chorgraphique contemporaine, dans le cadre du dispositif "La Culture et lArt au collge", du Conseil gnral de la Seine-Saint-Denis. Du 25 au 28 fvrier 2013, nos huit jeunes journalistes ont dans avec lartiste Ccile Theil-Mourad dans les studios du CND et ont bnfici de lensemble des ressources de ltablissement: spectacles, ateliers en mdiathque, visite dexposition... Dans ce partenariat avec lAssociation Omar Le-Chri, nous leur proposons un nouveau dfi: utiliser cette exprience pour informer et former partir du sensible. Sessayer un entretien avec une chorgraphe, proposer une critique de spectacle, dcrire ce que le corps peut nous raconter ... En parlant de la danse, nos Clichoises en deviennent des mdiatrices pour la formation des publics et citoyens. Prparer les questions, les poser, noter et rdiger, sans oublier de prendre de belles photos : elles ont relev avec brio les dfis du journalisme. Avec leur personnalit et leur enthousiasme, nos journalistes en herbe sont parvenues raliser un magazine qui cr un lien entre elles, la danse et le lecteur.Bravo!Monique Barbaroux, Directrice gnrale du Centre national de la danse (CND).

Paul Balta. Prsident de lassociation Omar Le-Chri

Le blog de ce magazine sur : http://omarlecheriaucnd.wordpress.com/

Directeur de la publication : Paul Balta. Coordinateurs de latelier : David Allais et Violaine Jaussent. Secrtaire de rdaction et conception graphique : Hicham Abou Raad (www.image-h.fr). Rdaction : Aysun Binboga, Ozlem Ekinci, Bianca Pop, Aminata Sacko, Alima Sangar, Sedef Tun, Fatma Yararsimsek et Eylem Yilmaz. Professeur : Laura Soudy. Coordinatrice du projet au CND : Edith Girard. Impression : Media Graphic Tand'M n19 est un magazine ralis partir des articles rdigs par huit lves de la classe de 3e option danse du collge Romain Rolland Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l'occasion d'un atelier tandem (double apprentissage de l'criture journalistique et de la ralisation d'un blog), anim par deux formateurs de l'Association Omar Le-Chri, du 4 au 8 mars 2013. Ce programme, conu avec le Centre national de la danse Pantin (Seine-Saint-Denis), a reu l'appui de l'Agence nationale pour la cohsion sociale et l'galit des chances (Acs) et le Conseil gnral de Seine-Saint-Denis dans le cadre du dispositif La culture et lart au collge. Tand'M n19 a t imprim 500 exemplaires. www.omarlecheri.net - infos@olc-fm.org

2

Les Pantinois voyagent LifouLe spectacle Very Wetr a eu lieu au Centre national de la danse (CND) Pantin en Seine-Saint-Denis, le mercredi 27 fvrier 2013. Cest un spectacle de danse traditionnelle kanak de lle de Lifou en Nouvelle-Caldonie.

e suis assise dans la salle, quand soudain la lumire s'teint. Je me demande ce qui se passe.Les Kanak commencent chanter dans leur langue, la lumire s'allume, le spectacle commence. Ils font des rythmes avec leurs pieds et leur bouche. Au milieu du spectacle, une femme franaise arrive parmi eux, ils laccueillent chaleureusement. Ils jouent quelques morceaux de musique la guitare pendant quelle danse, puis elle part. Alors ils font une partie de football avant de se rassembler le soir autour d'un feu de camp. Leur joie de vivre et leur union se ressentent durant tout le spectacle.

J

Rgine Chopinot accueillie chaleureusement.

Des traditions et des origines mises en scneTout le spectacle sest mis en place en 1992, loccasion du 6me Festival des arts pacifiques aux les Cook. Le grand chef du district, Paul Sihaze, a demand dixsept tribus de lle de faire don de lgendes anciennes, avec des danseurs et des musiciens. Rgine Chopinot, qui depuis 2009 na cess daller lle de Lifou, est la coordonnatrice du spectacle. Au dbut du spectacle, lun deux souffle dans un coquillage : cela rassemble traditionnellement tout le village. Les danseurs crent eux-mmes leurs rythmes en criant et en tapant des pieds. Il y a des instruments faits base de bambou et des grelots contenant des graines. Leurs costumes, qui respectent au mieux leurs traditions, ont t crs par Jean-Paul Gaultier qui a dj collabor avec la chorgraphe de 1983 1993. Pendant le spectacle, on entend des voix-off qui parlent de la prservation de leur patrimoine, de leur libert et de leur rapport la nature,

notamment en parlant des arbres comme sils taient amis. Ce spectacle reprsente une danse guerrire.

Ce que jai aim / pas aimJai assist au spectacle Very Wetr, je lai beaucoup aim ainsi que de nombreuses personnes dans la salle. Il permet de faire un tour dhorizon dune culture peu connue, qui a travers des centaines dannes. Dans ce spectacle, tout le monde fait quelque chose de bien dtermin, cest trs beau voir.

Ce spectacle a t cr en 2009 et ses danseurs font partie de lune des dixsept tribus de Lifou. Ils jouent plusieurs spectacles, dont celui cr avec Rgine Chopinot et Umuissi Hnamano qui sintitule Very Wetr. Umuissi Hnamano est chorgraphe et lun des fondateurs de la troupe en 2002. Rgine Chopinot a dans avec des Vietnamiens ce qui montre quelle aime travailler avec diffrentes cultures. Tous deux taient invits au festival dAvignon 2012. Le Wetr est lun des trois districts de Lifou, qui se situe dans le nord de lle. Wetr est le nom dun pays qui veut dire montagne.

Alima Sangare 3

Spcial collge Romain Rolland

Il tait une fois Le Sucre du printempsLe Sacre du printemps a t adapt par Marion Muzac, une chorgraphe qui est passe du sacre au sucre. Avec trente adolescents, elle s'est approprie ce ballet initialement cr par Vaslav Nijinsky sur une musique dIgor Stravinsky.

Les danseurs du Sucre du printemps sont des adolescents de 10 21 ans.

Quest-ce que Le Sacre du printemps ?Le Sacre du printemps a t cr par Igor Stravinsky, compositeur et chef dorchestre russede musique classique du XXe sicle, et chorgraphi par Vaslav Nijinsky en 1913. Cette uvre a bouscul lunivers de la danse. Cest un ballet qui ne raconte pas dhistoire, il reprsente seulement le printemps en Russie. Dans Le Sacre du printemps il y a deux tableaux,ladoration de la terre et le sacrifice . Dans le premier tableau, plusieurs garons dansent tranquillement, puis leur danse se transforme en transe sauvage et les deux tribus combattent jusqu' ce quun vieil homme, au milieu de la scne, essaye de les ramener au calme. Dans le second tableau, une jeune fille est sacrifie pour la terre, les garons et les

filles dansent autour de llue qui meurt par la suite. La danse du Sacre du printemps a t cre par les Ballets russes en 1913. Cette pice a tellement offens le public quelle a t surnomme le massacre du printemps. Le public fut choqu car les danseurs dansaient pieds nus et la danse tait beaucoup trop violente pour un ballet. Le Sucre du printemps est une version contemporaine du Sacre du printemps.

centenaire du Sacre du printemps, Marion Muzac recre le spectacle en le-de-France avec une trentaine de jeunes de 10 21 ans. Marion Muzac a dcid de changer le nom du spectacle, sacre en sucre, car elle trouve cela plus tonique et plus jeune. Cette ide lui est venue car elle avait un public diffrentpar rapport au public classique des ballets. Il y a aussi deux tableaux mais la chorgraphie est modifie. Dans cette version, la chorgraphe a gard certains pas, tout en en changeant dautres. La gestuelle nest pas pareille, estime Marion Muzac. Les danseurs du Sucre ne sont pas de la mme gnration que ceux qui interprtent, en gnral, Le Sacre du printemps. Ce sont des adolescents. Pour monter ce projet, Marion Muzac et Rachel Garcia ont fait passer des auditions des jeunes qui taient intresss par la danse. Elles cherchaient des jeunes qui ont une personnalit diffrente et une faon de danser particulire. Ce projet sadresse aux adolescents, il est fait par des adolescents et regard par les adolescents , rsume la chorgraphe.

Comment Marion Muzac a-t-elle dvelopp son projet ?Le projet du Sucre du printemps a t adapt par Marion Muzac, chorgraphe, et Rachel Garcia, scnographe ; il a t mont une premire fois Toulouse en 2009, puis une deuxime fois en Allemagne, Dsseldorf, en 2011. Enfin, loccasion du

Aysun Binboga

4

Les danseurs sucrent larrive du printempsAprs dix mois de rptitions, les vingt-huit jeunes danseurs amateurs, gs de 10 21 ans, entrans par Marion Muzac, chorgraphe, ont reprsent Le Sucre du printemps, ladaptation du Sacre de printemps, le 6 et le 7 mars au Thtre National de Chaillot Paris.

Les grimaces des amazones.

La fin de l'acte 1.

l y a des gestes nets, secs, des cris. Les filles et les garons sont mlangs, ils sont en groupe, parfois ils sont seuls. Ils utilisent toute la scne. On trouve aussi des mouvements terre ou vers le ciel, ce sont les caractristiques du Sucre du printemps. Ce spectacle est une adaptation du Sacre du printemps.

I

Les danseurs sont comme une famille runieAlors que, dans loriginal, on trouve des mouvements brutaux, saccads, qui nous choquent, Le Sucre du printemps est plus fluide, plus calme. On retrouve des traces de la danse classique, de la finesse. Cependant certains moments, linterprtation des danseurs transmet aux spectateurs des motions et des sentiments. Dans les moments o ils sembrassent, o ils restent ensemble en cercle, on ressent lamiti, on a le sentiment quils sont comme une famillequi est runie. la fin, quand le sacrifi meurt, on prouve de la peur, de langoisse. Le dcor est simple, compos dune toile reprsentant des nuages, comme si la pluie

arrivait. Les danseurs sont plus clairs au fond de la scne, que devant la scne. Une jupe ou un pantalon pour le bas, et une chemise ou un tee-shirt pour le haut: ce sont les costumes. Dans le premier tableau, plusieurs danseurs portent les mmes costumes. Cela nous donne limpression que les danseurs sont tous gaux, comme une famille. Une trace du Sacre est garde : les longues nattes. Dans le deuxime tableau, les adolescents enlvent leurs hauts. Les filles sont vtues dun tissu trs fin, peint avec des couleurs fluo. La peinture a t directement applique sur le torse des garons. Quelques danseurs sont intervenus dans le public: ctait une surprise.

Ladoration de la terre. Le rituel qui tape le sol est trs fort. Le sacrifi est aussi tu la fin. Cette danse est longue et rptitive. Marion Muzac a voulu crer un jeu de mots entre sucr et sal. La chorgraphe a construit un parallle entre loriginal et ladaptation. Elle a choisi des adolescents. Car dans Le Sucre du printemps, on peut imaginer que cest le passage de lge adolescent lge adulte qui est reprsent.Je voulais crer une famille dadolescents, pas des danseurs confirms. Cest mieux davoir des danseurs ouverts, avec une personnalit, explique Marion Muzac. Le spectacle est russi, et sapprcie comme une sucrerie.

Dans Le Sucre du printemps, les danseurs sont des adolescentsMarion Muzac, la chorgraphe, a voulu garder des traces du Sacre du printemps, nanmoins loriginalit de cette adaptation tient aux mouvements hip-hop. La musique compose par Stravinsky est garde. Mais dans les deux versions, on retrouve le premier tableau de

Bianca Pop 5

Spcial collge Romain Rolland

Etre chorgraphe, cest sinscrire dans lhistoire de la danse Marion Muzac, la chorgraphe du Sucre du printemps, enseigne la danse depuis2000. Elle a enseign des publics trs diffrents. Elle a une formation la danse classique puis a men un cursus universitaire en commerce et communication. Elle a accept de rpondre nos questions sur son mtier.Je nai pas fait ce projet pour que tout le monde laime, confie Marion Muzac, qui ne se soucie pas des critiques.

Depuis combien de temps tes-vous chorgraphe ?Cest compliqu de rpondre cette question, mes activits ne sont pas scindes. Quand on fait un projet avec des lves dans un conservatoire, on est le chorgraphe de la pice. Moi jai men diffrents projets, lintrieur desquels jai t amene faire de la chorgraphie. Jai beaucoup enseign et jenseigne encore des publics diffrents. Je suis chorgraphe mais je danse aussi ct.

lge de 8 ans, ma mre mavait inscrite la danse. Ensuite jai voulu tre chorgraphe, car selon moi, cela permet de sinscrire dans lhistoire de la danse.

Depuis combien de temps travaillezvous sur Le Sucre du printemps ?Jai commenc travailler sur le projet en 2009, aprs une discussion avec Rachel Garcia** la scnographe.

faire un projet avec les adolescents. Le rapprochement avec Le Sacre du printemps a t assez rapide et vident parce que dans le Sacre on peut imaginer quon voque le passage de ladolescence lge adulte. Cest une mtaphore videmment, cest notre interprtation.*Merce Cunningham est un chorgraphe qui a marqu la seconde moiti du XX e sicle. Merce Cunningham a cr de trs nombreuses pices, environ 200 dans lensemble de sa carrire. **Rachel Garcia conoit et ralise depuis 2001 des scnographies et des dispositifs plastiques pour la danse contemporaine.

Comment tes-vous devenue chorgraphe ?Jai commenc assez tt, ensuite jai fait une formation au Etats-Unis chez Merce Cunningham*, ensuite jai travaill dans un lieu Toulouse qui sappelle le Centre de dveloppement chorgraphique (CDC). Jai galement t mdiatrice culturelle.

Comment vous est venue lide de crer Le Sucre du printemps ?Dans les annes 2007-2009, il y a un mouvement de danse qui sappelle llectro, que jai trouv intressant. Javais limpression que depuis le grand boom du hip-hop dans les annes 80, il ny avait pas eu de mouvements forts. Je pense que cela a t llment dclencheur de ma rflexion.

Comment avez-vous dcouvert la danse ?Jai pris des cours de danse, comme pas mal de petites filles et de jeunes filles....

Recommended

View more >